Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Mar 29 Sep 2015 - 17:41

Je tombe sur un article sur le "Journal du net"  très simple qui permet de faire un peu le point sur les techniques managériales mise en place à la mode entreprise pur faire passer la réforme. J'ai mis en bleu les éléments de langage managérial et les "idées" que l'on retrouve dans l'EN. Plus qu'à y adapater des faits précis dans le domaine de l'EN...

_______________________________________________

La notion de management transversal fleurit dans les entreprises et les administrations. Comment réussir la transition d'un management classique, plutôt cloisonnée et vertical vers un management transversal ?

Les bienfaits du management transversal
Le management transversal est une façon de voir l’entreprise, de manière horizontale, c'est-à-dire au-delà des fonctions de management hiérarchiques (et donc verticales) classiques.
Il tend à b]favoriser le décloisonnement[/b], afin de réunir et d’associer les métiers, les compétences et les ressources nécessaires autour d’une finalité partagée dans le but d’obtenir des résultats.
Lorsque l’on parle de management transversal celui-ci peut prendre plusieurs formes :

   La conduite de projet (la forme la plus connue)
   L’organisation par processus
  Le travail en réseau qui se développe avec les nouvelles technologies web 2.0 telles les plateformes collaboratives

De manière générale, et quelle que soit sa forme, la valeur ajoutée de la mise en place d’un management transversal induit l’étendue des connaissances accessibles, la qualité de la transmission d'information et la capacité à travailler ensemble.

   Une base de connaissance étendue

La connaissance est une problématique commune à l’ensemble des projets, processus, … Rares sont les acteurs qui possèdent la connaissance nécessaire en début de projet au moment même où ils ont la capacité d’agir. Généralement l’équipe a pour seuls bagages ses expériences passées et le cadre défini par le client, la direction de l’entreprise, … D’ailleurs, plus le projet est « nouveau » plus la connaissance au départ est faible.
Cependant, alors que le niveau de connaissance augmente conjointement au temps passé, la capacité d’agir diminue avec le temps du fait de choix qui viennent orienter le projet et limiter le « retour en arrière ».
La mise en place d’un management transversal permet ainsi d’augmenter l’étendue des connaissances « de base » de l’équipe en s’appuyant sur les expériences des différentes « fonctions » sollicitées. Cela permet à l’équipe d’agir plus tôt sur le projet, lorsque cela est encore possible. En effet, connaissance et capacité d’action sont complémentaires. Ainsi, dans la pensée philosophique chinoise il est dit que « connaissance et action ne font qu’un ». Cela signifie que sans connaissance il est difficile de bien agir et inversement.

   Une transmission d’information fluidifiée

Cependant, la connaissance ne sert à rien si elle n’est pas partagée, les échanges entre parties concernées deviennent ainsi un enjeu.
La mise en œuvre du management transversal implique de renforcer la coordination « horizontale » plutôt que la voie hiérarchique « verticale », faisant du partage « organisationnel » des connaissances une ressource influençant la capacité d’une entreprise à produire.
La circulation, l’exploitation et la gestion de l’information sont donc un avantage majeur lié à la mise en place d’un management transversal.

   Le développement de la capacité à travailler ensemble

Le management transversal permet coordination et culture coopérative, cependant les bénéfices attendus ne seront avérés que si les équipes sont correctement constituées. Le management transversal nécessite la construction d’équipes pluridisciplinaires autour d’un projet, d’un « process » ou d’un produit. Il s’agit de rassembler les expertises complémentaires et nécessaires mais également les personnes prêtes à « jouer le jeu » de la transversalité.
Des bénéfices mais sous condition
La transversalité implique une décentralisation des responsabilités,  une plus grande flexibilité et le développement des compétences transversales. Elle permet ainsi de :

   Dépasser l’organisation hiérarchique
   Remettre en cause la description des tâches, des postes et des fonctions
   Modifier la structure de l’entreprise


Toutefois, si l’on parle de dimension transversale cela postule l’existence d’autres dimensions à savoir :

   Une dimension hiérarchique qui organise les pouvoirs de décision
   Une dimension métier liée aux compétences

Ainsi, même si l’organisation en silo limite la collaboration entre les différents acteurs, le meilleur moyen d’utiliser au mieux les possibilités offertes par le management transversal et de l’harmoniser avec le management vertical. Le manager transversal n’est rien sans l’aide de la structure hiérarchique et cette réalité oblige à mettre à plat la coopération à construire.
La transversalité apporte l'agilité nécessaire mais elle impose aussi une réflexion critique sur sa mise en œuvre. En effet, la mise en place d’un management transversal peut vite devenir une véritable usine à gaz lorsque les comportements n’ont pas évolué avec l’organisation.
La mise en place d’un management transversal nécessite ainsi la mise en place d’un projet d’accompagnement du changement et d’une professionnalisation des managers à tous les niveaux pour « jouer le jeu » de la transversalité.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par HORA le Mar 29 Sep 2015 - 18:00

En effet, il y a tout le blabla d'usage ; la finalité est bien de tuer dans l'oeuf toute velléité des salariés à se regrouper en collectifs de défense de leurs intérêts (rip les syndicats, enfin sauf l'unsa et le sgen en ce qui nous concerne) en créant une structure de panoptique : chacun est le rival de chacun, mais aussi son contrôleur, le but étant qu'on se surveille mutuellement, tout le temps.
Le passage "Le manager transversal n’est rien sans l’aide de la structure hiérarchique" est quand même assez savoureux ; alors, on va jouer à un jeu : on dira que toi et moi, on est égaux ("horizontalité"), mais n'oublie pas que je suis plus égal que toi -"vertical", voulais-je dire.

HORA
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par may68 le Mar 29 Sep 2015 - 19:23

peux tu mettre le lien vers l'article STP ?

may68
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Mar 29 Sep 2015 - 21:15

@may68 a écrit:peux tu mettre le lien vers l'article STP ?
Tu as raison . Il y en a des dizaines, mais celui-ci est un résumé commode , qui peut donner envie d'approfondir et de savoir comment on est "manié" quasi synonyme de "managé".

http://www.journaldunet.com/management/expert/54247/le-management-transversal---est-ce-que-cela-fonctionne-et-a-quelles-conditions.shtml

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Spartacus le Mar 29 Sep 2015 - 21:29

Il s'agit surtout de retirer toute autonomie à l'individu et de contrôler toute initiative personnelle. Il y a tellement longtemps qu'on rêve en haut lieu de mâter les profs qui veulent encore transmettre et que la résistance passive de certains irrite...

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Helene_de_Troie le Mar 29 Sep 2015 - 22:05

Ça me fait vraiment des frissons!

Helene_de_Troie
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Mar 29 Sep 2015 - 22:17

@Helene_de_Troie a écrit:Ça me fait vraiment des frissons!
Et encore, ce n'est qu'un résumé. Si tu te penches sur ce genre de techniques de plus près, c'est le grand frisson !
C'est devenu tellement à la mode que désormais il suffit de taper "transverse management" " ou "management transversal" pour qu'une abondante littérature apparaisse ( en anglais souvent) .
Naguère il y avait la management participatif (j'ai connu) . La différence ? Le management participatif était coordonné directement par le chef, qui ne cachait pas son rôle. Il manageait, on était supposé participer.L'hypocrisie a monté d'un cran : tout le monde construit directement des propres chaînes.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par may68 le Mer 30 Sep 2015 - 7:21

@Lefteris a écrit:
@may68 a écrit:peux tu mettre le lien vers l'article STP ?
Tu as raison . Il y en a des dizaines, mais celui-ci est un résumé commode , qui peut donner envie d'approfondir et de savoir comment on est "manié" quasi synonyme de "managé".

http://www.journaldunet.com/management/expert/54247/le-management-transversal---est-ce-que-cela-fonctionne-et-a-quelles-conditions.shtml

merci !

c'est déprimant , je fais suivre . C'est bien comme ça que j'ai analysé la réforme des REP , en REP+ des gentils collègues viennent vous exoliquer la vie , des IEN imposent des façons de travailler etc etc ... Ce sera pareil avec cette réforme du collège , je pense . Finalement la réforme des rythmes , à côté de ça elle est formidable ! Wink

No

may68
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Ashtrak le Mer 30 Sep 2015 - 8:10

C'est assez hallucinant de vous voir critiquer avec virulence cet article. Il est assez anodin et parle de la mise en place d'un travail collaboratif ou la matière première de la gestion, l'information, serait mieux partagée et mieux utilisée pour atteindre l'objectif principal de l'entreprise : le profit. Car une entreprise sans profit ne survit pas et ne se développe pas.

Mais vouloir mettre en oeuvre le management transversal dans les collèges, en considérant que les "cadres"-profs doivent s'entendre dans les EPI pour mieux faire travailler les "salariés"-élèves est une erreur grossière. Car l'Education Nationale n'est pas une entreprise et je comprends tout à fait que l'on puisse considérer que le management de ce type ne doive pas s'y appliquer : d'une part les élèves ne sont pas détenteurs d'un savoir à partager (ils ne sont pas les salariés devant travailler en équipe), et, deplus, ils ne possèdent pas la culture/les connaissances suffisantes pour évaluer leur contribution et celles des autres, d'autre part la structure hiérarchique de l'EN n'est pas cohérente avec le management transversal et enfin, l'objectif du collège n'est pas de faire du profit.

Cela étant, attention à ne pas passer du "c'est inadapplicable dans les collèges" au "le management transversal c'est de la m...". Car, dire du management qu'il veut mettre en place des panoptiques est une erreur ; dire qu'il veut supprimer les syndicats en est une autre et dire que c'est une auto-construction des chaînes en est le pompon.

Vous accusez un champ disciplinaire d'être fondamentalement néfaste. Cela rejoint ce qui se dit très souvent par ici sur l'Economie. Or, je le répète, ce n'est pas aux disciplines qu'il faut en vouloir, mais à ceux qui les utilisent, les déforment et SURTOUT, à ceux qui n'y comprennent rien et veulent ensuite les utiliser pour dire (et nous faire faire) n'importe quoi.

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Handsome Devil le Mer 30 Sep 2015 - 13:10

D'accord avec Ashtrak.

On avait déjà les élucubrations de Lefteris sur les musulmans, maintenant on a les âneries de Lefteris sur le management.

Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Mer 30 Sep 2015 - 13:27

@Handsome Devil a écrit:D'accord avec Ashtrak.

On avait déjà les élucubrations de Lefteris sur les musulmans, maintenant on a les âneries de Lefteris sur le management.
Sur l'islam, pas sur '"les musulmans", STP. On a encore le droit d'avoir son avis sur les idéologies, religieuses.
Quand au management, les faits jusqu'à preuve du contraire me donnent raison. La réforme calque exactement, jusqu'aux mots employés, les techniques managériales sus-décrites : projets collectifs, hiérarchie intermédiaire ne disant pas son nom , mise en demeure des personnels de participer à ce qui joue contre eux (voir les différents fils sur les EPI et les premiers témoignages No ), etc, etc.

Maintenant, libre à ceux qui veulent vivre leur métier comme ça de courber l'échine. Mais que ceux qui vont se rebiffer ou pratiquer la résistance passive sachent décoder le modèle qui a conduit à cette situation.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Carnyx le Mer 30 Sep 2015 - 13:33

@Lefteris a écrit:
Maintenant, libre à ceux qui veulent vivre leur métier  comme ça de courber l'échine. Mais que  ceux qui vont se rebiffer ou pratiquer la résistance passive sachent décoder le modèle qui a  conduit à cette situation.
Tout à fait !
Et tout ce que les syndicats dénonçaient il y a des années s'est produit, administration par administration. On peut encore trouver ces « réformes » très bien, pas moi.

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Mer 30 Sep 2015 - 13:44

@Carnyx a écrit:
@Lefteris a écrit:
Maintenant, libre à ceux qui veulent vivre leur métier  comme ça de courber l'échine. Mais que  ceux qui vont se rebiffer ou pratiquer la résistance passive sachent décoder le modèle qui a  conduit à cette situation.
Tout à fait !
Et tout ce que les syndicats dénonçaient il y a des années s'est produit, administration par administration. On peut encore trouver ces « réformes » très bien, pas moi.
Surtout que je décode d'autant mieux que j'ai connu ça dans une autre administration, justement. Et que comme par hasard, ce sont des sociétés de "conseil" privées qui sont embauchées pour diffuser ces pratiques .

Je rappelle aussi pour mémoire et exemple que l'ENT , pour ceux qui l'ont, est un logiciel issu d'une société de consulting (SOPRA consulting) , celle qui a réformé France Télécom...Et l'un de ses objectifs est, à travers un simple logiciel, de faire travailler autrement, en considérant les enseignants comme des prestaitres de service.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par WabiSabi le Mer 30 Sep 2015 - 13:52

@Handsome Devil a écrit:D'accord avec Ashtrak.

On avait déjà les élucubrations de Lefteris sur les musulmans, maintenant on a les âneries de Lefteris sur le management.

Tiens, un libéral qui défend les pratiques managériales, comme c'est curieux! Smile

_________________
"De duobus malis, minus est semper eligendum."

"Plus je travaille moins, moins je glande plus. C'est shadokien."
Lefteris


T1 ('16-'17) : TZR AFA Collège, 2 5e + 2 4e
Stage ('15-'16) : Lycée GT, 1 2de + 1 1re S

WabiSabi
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par WabiSabi le Mer 30 Sep 2015 - 13:55

@Ashtrak a écrit:C'est assez hallucinant de vous voir critiquer avec virulence cet article. Il est assez anodin et parle de la mise en place d'un travail collaboratif ou la matière première de la gestion, l'information, serait mieux partagée et mieux utilisée pour atteindre l'objectif principal de l'entreprise : le profit. Car une entreprise sans profit ne survit pas et ne se développe pas.

Mais vouloir mettre en oeuvre le management transversal dans les collèges, en considérant que les "cadres"-profs doivent s'entendre dans les EPI pour mieux faire travailler les "salariés"-élèves est une erreur grossière. Car l'Education Nationale n'est pas une entreprise et je comprends tout à fait que l'on puisse considérer que le management de ce type ne doive pas s'y appliquer : d'une part les élèves ne sont pas détenteurs d'un savoir à partager (ils ne sont pas les salariés devant travailler en équipe), et, deplus, ils ne possèdent pas la culture/les connaissances suffisantes pour évaluer leur contribution et celles des autres, d'autre part la structure hiérarchique de l'EN n'est pas cohérente avec le management transversal et enfin, l'objectif du collège n'est pas de faire du profit.

Cela étant, attention à ne pas passer du "c'est inadapplicable dans les collèges" au "le management transversal c'est de la m...". Car, dire du management qu'il veut mettre en place des panoptiques est une erreur ; dire qu'il veut supprimer les syndicats en est une autre et dire que c'est une auto-construction des chaînes en est le pompon.

Vous accusez un champ disciplinaire d'être fondamentalement néfaste. Cela rejoint ce qui se dit très souvent par ici sur l'Economie. Or, je le répète, ce n'est pas aux disciplines qu'il faut en vouloir, mais à ceux qui les utilisent, les déforment et SURTOUT, à ceux qui n'y comprennent rien et veulent ensuite les utiliser pour dire (et nous faire faire) n'importe quoi.

Le problème c'est que le management est une discipline récente (tiens, comme, au hasard, les sciences de l'éduc'... ) et qu'il a toujours été un outil taillé sur mesure pour faire appliquer une idéologie bien précise. De fait, il ne mérite le nom ni de discipline, ni de science.

_________________
"De duobus malis, minus est semper eligendum."

"Plus je travaille moins, moins je glande plus. C'est shadokien."
Lefteris


T1 ('16-'17) : TZR AFA Collège, 2 5e + 2 4e
Stage ('15-'16) : Lycée GT, 1 2de + 1 1re S

WabiSabi
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Handsome Devil le Mer 30 Sep 2015 - 23:36

@Lefteris a écrit:
@Handsome Devil a écrit:D'accord avec Ashtrak.
On avait déjà les élucubrations de Lefteris sur les musulmans, maintenant on a les âneries de Lefteris sur le management.
Sur l'islam, pas sur '"les musulmans", STP. On a encore le droit d'avoir son avis sur les idéologies, religieuses.
Vous avez tout à fait le droit d'avoir vos opinions et de les exprimer, mais je maintiens que votre discours tel qu'il s'est développé sur plusieurs fils porte sur les musulmans, que vous décrivez comme incapables du moindre recul sur leur culture et la dimension religieuse de celle-ci : être musulman serait nécessairement devenir un robot oppresseur des femmes, haïssant les non-musulmans, et éventuellement prêt à imposer cette idéologie religieuse par la violence. C'est du même ordre que d'accuser les Allemands d'être à plus ou moins haut degré des nazis au prétexte que la doctrine nazie tirait ses racines notamment d'éléments culturels typiquement allemands et se nourrissait du contexte particulier de la société allemande.

Quand au management, les faits jusqu'à preuve du contraire me donnent raison. La réforme calque exactement,  jusqu'aux mots employés, les techniques managériales sus-décrites :   projets collectifs, hiérarchie intermédiaire ne disant pas son nom , mise en demeure des personnels de participer à ce qui joue contre eux (voir les différents fils sur les EPI et les premiers témoignages No ), etc, etc.
L'article mis en lien n'a rien à voir avec la réforme de l'EN, il décrit certaines pratiques actuelles sans préciser de contexte précis. Ashtrak a bien relevé le glissement de votre discours, prenant le mot management comme repoussoir au détriment de tout effort d'analyse. Surtout, les initiateurs de cette réforme sont les personnes les moins qualifiées pour évoquer un management autre que jacobin et rigide, si ce n'est effectivement pour utiliser certains concepts récents du jargon professionnel sous forme de mots d'ordres, de slogans pour faire moderne.

Maintenant, libre à ceux qui veulent vivre leur métier  comme ça de courber l'échine. Mais que  ceux qui vont se rebiffer ou pratiquer la résistance passive sachent décoder le modèle qui a  conduit à cette situation.
Et vous croyez vraiment que la situation actuelle de l'école en France est le résultat de l'infiltration des méthodes de management (issues du privé, et principalement anglo-saxonnes, pour reprendre deux autres mots repoussoirs, puisque vous les aimez bien) ? Quand vous voyez le niveau de nombrilisme culturel, de conservatisme technocratique et de bonne conscience idéologique (le fameux intérêt général) à la tête et dans les échelons intermédiaires des pyramides hiérarchiques dans les administrations publiques, on se dit que le centralisme autoritaire a encore de beaux jours devant lui et que les méthodes alternatives sont très loin.

Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Handsome Devil le Mer 30 Sep 2015 - 23:51

@Lefteris a écrit:Et tout ce que les syndicats dénonçaient il y a des années s'est produit, administration par administration. On peut encore trouver ces « réformes » très bien, pas moi.
Surtout que je décode d'autant mieux que j'ai connu ça dans une autre administration, justement.[/quote]
Mais ces évolutions, allant toujours en direction d'une mainmise accrue de la hiérarchie, vont exactement à l'encontre des pratiques plus évoluées qu'on rencontre dans le privé, c'est un contresens de les confondre. Prenez un des exemples les plus connus, et comparez-le avec les relations professionnelles existantes dans 'EN :
http://www.capital.fr/enquetes/strategie/favi-l-usine-qui-tourne-sans-chefs-802390/%28offset%29/1

Et que comme par hasard, ce sont des sociétés de "conseil" privées qui sont  embauchées pour diffuser ces pratiques.

Je rappelle aussi  pour mémoire et exemple   que l'ENT , pour ceux qui l'ont, est un logiciel  issu d'une société de consulting (SOPRA consulting) , celle qui a réformé France Télécom...Et l'un de ses objectifs est, à travers un simple logiciel, de faire travailler autrement, en considérant les enseignants comme des prestaitres de service.
Les consultants, c'est la plaie des entreprises : les conseilleurs ne sont jamais les payeurs. Une amélioration de l'efficacité d'une entreprise, et le fait que cette performance profite à ceux qui en sont à l'origine, ne se fait quasiment que par une amélioration initiée de l'intérieur, les solutions tombant du ciel apportées par la voix de l'extérieur, ça ne marche qu’extrêmement rarement.

Ceci dit au passage, qu'est-ce qu'un enseignant si ce n'est un prestataire de service ? Je ne vois rien de péjoratif dans ce descriptif.

Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Handsome Devil le Mer 30 Sep 2015 - 23:57

@WabiSabi a écrit:
@Handsome Devil a écrit:D'accord avec Ashtrak.
On avait déjà les élucubrations de Lefteris sur les musulmans, maintenant on a les âneries de Lefteris sur le management.
Tiens, un libéral qui défend les pratiques managériales, comme c'est curieux! Smile
Ouais, d'où est-ce qu'il parle, celui-là...

Ce que je défends c'est la réflexion sur ce thème, c'est-à-dire la manière d'organiser un travail et les rapports humains dans ce contexte, au lieu d'un discours de rejet automatique dès mention du mot management.

Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Handsome Devil le Jeu 1 Oct 2015 - 0:01

@WabiSabi a écrit:Le problème c'est que le management est une discipline récente (tiens, comme, au hasard, les sciences de l'éduc'... ) et qu'il a toujours été un outil taillé sur mesure pour faire appliquer une idéologie bien précise. De fait, il ne mérite le nom ni de discipline, ni de science.
Le mot management est récent mais désigne une notion aussi ancienne que les relations sociales, puisqu'il concerne les questions de responsabilité, de pouvoir, de représentation, de capacité de décision, d'influence. Ce n'est effectivement pas une science, mais plutôt un art (au sens large) mettant en pratique des constats qu'on retrouve dans les sciences humaines.

Handsome Devil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Reine Margot le Jeu 1 Oct 2015 - 8:52

Que ces techniques dans le privé donnent des résultats, sans doute, mais reste à savoir ce qu'il en est du bien-être des salariés. Et effectivement, ça n'a rien à faire à l'école.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Lefteris le Jeu 1 Oct 2015 - 9:27

HandsomeDevil a écrit:être musulman serait nécessairement devenir un robot oppresseur des femmes, haïssant les non-musulmans, et éventuellement prêt à imposer cette idéologie religieuse par la violence. C'est du même ordre que d'accuser les Allemands d'être à plus ou moins haut degré des nazis au prétexte que la doctrine nazie tirait ses racines notamment d'éléments culturels typiquement allemands et se nourrissait du contexte particulier de la société allemande.
Je ne parle que de l'idéologie de base, et de ceux qui l'appliquent et préfèrent leurs croyances aux lois civiles. Bref, pas la peine de s'étendre sur des comparaisons douteuses parce qu'on fait semblant de ne pas comprendre.

L'article mis en lien n'a rien à voir avec la réforme de l'EN, il décrit certaines pratiques actuelles sans préciser de contexte précis. Ashtrak a bien relevé le glissement de votre discours, prenant le mot management comme repoussoir au détriment de tout effort d'analyse. Surtout, les initiateurs de cette réforme sont les personnes les moins qualifiées pour évoquer un management autre que jacobin et rigide, si ce n'est effectivement pour utiliser certains concepts récents du jargon professionnel sous forme de mots d'ordres, de slogans pour faire moderne.
Ai-je dit que ce texte avait à voir avec l'E.N. ? C'est exactement l'inverse : je prends justement cet exemple général pour montrer où l'administration en général, et l'E.N. en particulier, s'inspirent, via entre autres les sociétés de conseil .

Quand vous voyez le niveau de nombrilisme culturel, de conservatisme technocratique et de bonne conscience idéologique (le fameux intérêt général) à la tête et dans les échelons intermédiaires des pyramides hiérarchiques dans les administrations publiques, on se dit que le centralisme autoritaire a encore de beaux jours devant lui et que les méthodes alternatives sont très loin.
Ces méthodes s'ajoutent , se superposent aux autres dérives bien connues et même se marient avec elles. La réforme, justement  tente un mariage du funeste pédagogisme et de ces tristes bouffonneries. Là-dessus se greffe la nullité des échelons intermédiaires qui derrière l’intérêt public servent des intérêts personnels, puisque leurs carrières et leurs indemnités sont discrétionnaires, relevant du fait du prince (entre parenthèse, encore une dérive managériale qui s'accentue depuis environ deux décennies dans l'administration en général). Donc n'importe quoi pourvu que ça  plaise.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Celadon le Jeu 1 Oct 2015 - 12:59

@Reine Margot a écrit:Que ces techniques dans le privé donnent des résultats, sans doute, mais reste à savoir ce qu'il en est du bien-être des salariés. Et effectivement, ça n'a rien à faire à l'école.
France Telecom ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Reine Margot le Jeu 1 Oct 2015 - 13:06


_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Ashtrak le Jeu 1 Oct 2015 - 13:08

@WabiSabi a écrit:
Le problème c'est que le management est une discipline récente (tiens, comme, au hasard, les sciences de l'éduc'... ) et qu'il a toujours été un outil taillé sur mesure pour faire appliquer une idéologie bien précise. De fait, il ne mérite le nom ni de discipline, ni de science.

Quel est le rapport entre le management et les sciences de l'éduc ? L'âge (supposé, car je pense, comme HD, que tu méconnais quelque peu le sujet) ?  Tu aimes à ce point l'antiquité que tu ne vénères que ce qui est antique ? Tu dois écouter une musique qui déchire toi !

Quant à "l'outil taillé sur mesure pour faire appliquer une idéologie bien précise", je pense que tu inverses les données du problème. Comme je le dis plus haut, le management transversal n'est pas compatible avec l'EN. Les hypothèses de base pour son bon usage ne sont pas réunies dans l'EN. Dès lors, utiliser le management transversal dans l'EN est aussi stupide que de vouloir conduire avec un masque et un tuba : ça gêne la vision, ce n'est pas adapté, et tous ceux qui savent à quoi sert un masque et un tuba se moquent de toi.

Pour autant, faut-il détruire le masque et le tuba en affichant tout haut son mépris pour les "techniques de respiration avec un tuba" ?

Est-ce que cela constitue une preuve de réflexion ? Ou au contraire une preuve de non-réflexion ?

Mais bon, moi aussi j'aime siffler    

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le management et la réforme : les ficelles de l'idéologie managériale

Message par Ashtrak le Jeu 1 Oct 2015 - 13:09

@Celadon a écrit:
@Reine Margot a écrit:Que ces techniques dans le privé donnent des résultats, sans doute, mais reste à savoir ce qu'il en est du bien-être des salariés. Et effectivement, ça n'a rien à faire à l'école.
France Telecom ?

Dis-moi Céladon, les problèmes de France Telecom étaient-ils en rapport avec le management transversal ?

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum