Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Freins à la réforme

par User5899 le Dim 4 Oct 2015 - 10:07
@Elyas a écrit:
@trompettemarine a écrit:80 % des syndicats d'enseignants ont voté contre.

Dit comme ça, c'est factuellement faux. Il y a eu 17 syndicats à se présenter aux élections. Ton 80% est-il basé sur 80% des 17 syndicats ? Ou alors, est-ce sur ce que représente chaque syndicat aux élections de 2014 où l'abstention a été record (plus de 58% d'abstention) ? Bref, attention aux chiffres, une personne habile qui connaît la réalité de ces chiffres peut totalement détruire votre argumentaire rien qu'à cause de cette erreur factuelle imprécise. Je pense que ce beau chiffre de 80% qui fait sensation dans les têtes est une erreur de communication (enfin, si les journalistes faisaient leur travail correctement). La vraie majorité dans l'EN est constituée par les abstentionnistes et les "ah oui mais..." ce qui aboutit à des pourcentages de grévistes loin de ce chiffre de 80% revendiqué par les syndicats qui sont contre la réforme.
Depuis quand compte-t-on les abstentions ?
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Freins à la réforme

par Balthamos le Dim 4 Oct 2015 - 10:10
L'inflation des réunions et du temps de concertation, sans rémunération supplémentaire.
le cycle 3 qui signifie s'entendre avec toutes les écoles primaires du secteur pour se diviser le programme.
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Freins à la réforme

par trompettemarine le Dim 4 Oct 2015 - 10:23
Alors je précise : 80 % des syndicats élus représentant les enseignants au CSE ont voté contre.

HS :
Il y aurait certainement moins aussi d'abstentions si le vote n'était pas électronique.
Les élections sont rendues invisibles et les collègues qui reçoivent une pluie de mails par mois ne les lisent plus.


Dernière édition par trompettemarine le Dim 4 Oct 2015 - 11:26, édité 1 fois

_________________
"Il y a des oubliés au souvenir du monde. Il faut céder un peu d'eau pure, c'est-à-dire un peu de langue écrite, aux vieux noms qu'on ne prononce plus."(P. Quignard)
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Freins à la réforme

par trompettemarine le Dim 4 Oct 2015 - 10:31
Pour revenir au sujet.

@Tiberius : c'est plus facile à dire qu'à faire parce que je suis devant mon ordinateur et pas à ta place, mais peut-être pouvez-vous refuser de répondre à cette question des trois freins.
Elle sous-entend finalement un accord tacite préalable à l'application de le réforme, ce qui n'est pas le cas.
Dites : "nous vous listerons nos refus" avec un éventuel argumentaire.
La mise en application revient au CDe, les professeurs n'ont aucune obligation de collaborer à la mise en place concrète des EPI et à la suppression des langues anciennes, etc.

_________________
"Il y a des oubliés au souvenir du monde. Il faut céder un peu d'eau pure, c'est-à-dire un peu de langue écrite, aux vieux noms qu'on ne prononce plus."(P. Quignard)
avatar
Roumégueur Ier
Érudit

Re: Freins à la réforme

par Roumégueur Ier le Dim 4 Oct 2015 - 10:45
@Elyas a écrit:
@Roumégueur Ier a écrit:
@Elyas a écrit:
@mathmax a écrit:

Je me permets de terminer ton calcul : les syndicats ayant accepté cette réforme ont donc recueilli 12,71% des voix des électeurs. Cela constitue bien un frein pour une réforme aussi "ambitieuse" et chronophage, qui nécessiterait au contraire un vaste élan d'enthousiasme pour avoir une chance de réussite.

En toute honnêteté intellectuelle, il faut donc aussi calculer le % des antis, ce qui fait de tête environ 28% de la profession. On est bien loin des 80% et ça correspond plus ou moins au chiffre des grévistes anti-réforme avancé par les syndicats.

En disant cela, vous estimez que tous ceux qui n'ont pas exprimé de vote en élection pro n'ont pas d'avis ou sont favorables. Est-ce intellectuellement acceptable?
Il manque un grand sondage réservé aux enseignants de collège, bien au fait de ce qu'implique la réforme. J'ai du mal à croire que seuls 28% seraient opposés.
D'autre part, il manque aussi une grande manifestation des pro-réforme, juste pour voir combien ils mobiliseraient...

Ce n'est pas ce que je dis. Merci de ne pas me faire de procès d'intention car je serai potentiellement pro-réforme. Le fait est que beaucoup de gens dans la profession s'en fichent. Et si on s'en tient aux chiffres concrets exprimés, on voit que seuls 40 à 45% de la profession a un avis réellement exprimé sur la réforme. Après, on peut faire dire ce qu'on veut à ceux qui ne s'expriment pas. Le fait est qu'on ne sait pas.

Ce n'est pas un procès d'intention : d'après vos calculs, l'opposition est somme toute assez négligeable et passe de 80% d'un côté à 28% de l'autre. L'écart est tout de même très important. Il ne faut pas sur-estimer l'opposition, ni la sous-estimer. Et en ce moment, l'opposition prend le pas chez de nombreux CDE, y compris du Snpden-Unsa qui commencent à peine à entrevoir dans quel bousin ils se sont mis...
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: Freins à la réforme

par Elyas le Dim 4 Oct 2015 - 10:51
@Roumégueur Ier a écrit:
@Elyas a écrit:
@Roumégueur Ier a écrit:
@Elyas a écrit:

En toute honnêteté intellectuelle, il faut donc aussi calculer le % des antis, ce qui fait de tête environ 28% de la profession. On est bien loin des 80% et ça correspond plus ou moins au chiffre des grévistes anti-réforme avancé par les syndicats.

En disant cela, vous estimez que tous ceux qui n'ont pas exprimé de vote en élection pro n'ont pas d'avis ou sont favorables. Est-ce intellectuellement acceptable?
Il manque un grand sondage réservé aux enseignants de collège, bien au fait de ce qu'implique la réforme. J'ai du mal à croire que seuls 28% seraient opposés.
D'autre part, il manque aussi une grande manifestation des pro-réforme, juste pour voir combien ils mobiliseraient...

Ce n'est pas ce que je dis. Merci de ne pas me faire de procès d'intention car je serai potentiellement pro-réforme. Le fait est que beaucoup de gens dans la profession s'en fichent. Et si on s'en tient aux chiffres concrets exprimés, on voit que seuls 40 à 45% de la profession a un avis réellement exprimé sur la réforme. Après, on peut faire dire ce qu'on veut à ceux qui ne s'expriment pas. Le fait est qu'on ne sait pas.

Ce n'est pas un procès d'intention : d'après vos calculs, l'opposition est somme toute assez négligeable et passe de 80% d'un côté à 28% de l'autre. L'écart est tout de même très important. Il ne faut pas sur-estimer l'opposition, ni la sous-estimer. Et en ce moment, l'opposition prend le pas chez de nombreux CDE, y compris du Snpden-Unsa qui commencent à peine à entrevoir dans quel bousin ils se sont mis...

Là, on est d'accord. Cependant, la contestation ne représente pas 80% de la profession. Affirmer cela est factuellement faux mais, il faut l'avouer, c'est un beau chiffre et la communication a fonctionné. C'est le fait le plus important et notable.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Freins à la réforme

par User5899 le Dim 4 Oct 2015 - 11:19
@Elyas a écrit:La contestation ne représente pas 80% de la profession. Affirmer cela est factuellement faux mais, il faut l'avouer, c'est un beau chiffre et la communication a fonctionné. C'est le fait le plus important et notable.
Donc vous dites bien que Hollande n'a pas été élu par 53% des Français, ce qui est la communication officielle. Je comprends bien sûr, mais enfin, les abstentionnistes, si vous ne les comptabilisez pas dans les refus, ne sauraient être comptabilisés dans les pro.
avatar
Tangleding
Érudit

Re: Freins à la réforme

par Tangleding le Dim 4 Oct 2015 - 11:20
Si c'était le seul fait de com' des derniers temps, ça se saurait.

Très sincèrement (et tout en ne ménageant pas mes efforts de com'), je pense que l'avalanche de com' fallacieuse nous tombe surtout sur la g. venant du ministère.

Je ne crois pas que les "anti" aient censuré ceux qui seraient pour. Pour ne prendre qu'un exemple parmi 1000.

Après je te rejoins, mais déjà le fait que si peu d'enseignants aient voté aux dernières élections pro témoigne d'une crise démocratique et d'une crise morale dans la profession. Et la responsabilité n'en incombe pas aux syndicats (pas plus les réformistes que les autres)...

Que le MEN commence à balayer devant sa porte. Au lieu d'aggraver les choses comme le fait la ministre avec son intransigeance obtuse et coupable, sa démagogie ordurière.

Ce que je trouve très symptomatique, depuis le 20 mai 2015, c'est que des collègues très modérés, très rationnels, pas du tout sujet au ressentiment, limite à sang froid, expliquent qu'ils ne supportent plus de voir ou entendre NVB (ou Valls) sur la réforme du collège. Et ces collègues ne manoeuvrent pas en le disant, ils ont presque honte de l'admettre.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum