Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Zagara le Mer 7 Oct 2015 - 22:07

Pour les autres noms de métiers : tout simplement parce que leur racine est de genre masculin ou féminin, et pas neutre Wink

Plutôt que de dire que, parce que les gens sont ignorants alors on va changer l'orthographe, pourquoi ne pas prendre la chose de manière positive en disant qu'on va les éduquer à ces questions étymologiques afin d'apaiser ces débats de queues de cerise sur -e ou pas -e ?

Le vrai problème c'est les questions d'égalité réelle (salaires, hauts postes...) pas les questions de "est-ce qu'on va changer tous les genres des noms de métier et dire "le sentinel" pour les militaires du vigipirate et "la professoresse" (plus juste d'un point de vue d'accord au féminin) pour les femmes profs". Ça c'est plus une diversion pour ne pas parler de l'égalité de salaire, et en plus fondée sur une ignorance de la langue, plutôt qu'une question intéressante.

Zagara
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Spartacus le Mer 7 Oct 2015 - 22:08

@Lefteris a écrit:J'ai longtemps été la patrouille, la sentinelle, la relève, la garde, la semaine, etc. sans me rendre compte que j'étais une femme à l'insu de mon plein gré.

Mais ces fonctions étaient donc réservées aux femmes, et sont donc la trace d'un sexisme insupportable?!

Vite! Réclamons la masculinisation de ces mots sans tarder!  Razz

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par CarmenLR le Mer 7 Oct 2015 - 22:18

@Spartacus a écrit:
@Zagara a écrit:Quoi qu'il en soit, cela n'a rien à voir avec du sexisme de refuser de mettre un "-e" à des mots neutres.

Comme le martèle un collègue, grammairien de formation :

"Professeur" désigne une fonction, pas une race de mammifère dont "la professeure" serait la femelle.

Accéder pareillement en tant que femme ou homme, à la même profession et au même statut social, ça c'était la véritable égalité. Et cette égalité s'exprimait à travers l'emploi d'un même mot non sexué.

Mais d'autres mots désignent aussi des fonctions : "directeur", "proviseur", "conservateur", "assesseur", "président"... Pourquoi user d'un féminin pour les uns et pas pour les autres ?
(L'explication de la contamination par l'adjectif pourrait être avancée ("directeur", "directrice"), mais ça ne fonctionne pas pour "présidente"). Je souscris à l'analyse de Tristana.

CarmenLR
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par PauvreYorick le Mer 7 Oct 2015 - 22:22

@CarmenLR : parce que « directeur » désigne une race de mammifères dont la directrice est la femelle, je ne vois vraiment pas pourquoi vous cherchez midi à quatorze heures alors que l'explication, lumineuse, est là, sous vos yeux Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Spartacus le Jeu 8 Oct 2015 - 8:50

Je pense comme Zagara :

@Zagara a écrit:Plutôt que de dire que, parce que les gens sont ignorants alors on va changer l'orthographe, pourquoi ne pas prendre la chose de manière positive en disant qu'on va les éduquer à ces questions étymologiques afin d'apaiser ces débats de queues de cerise sur -e ou pas -e ?

C'est-à-dire en prof de français.

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par CarmenLR le Jeu 8 Oct 2015 - 9:09

Donc "instituteur" n'est pas neutre alors que "professeur" l'est ??? "Maître d'école" n'est pas neutre, mais "maître de conférences" l'est ??? Une "conductrice", mais pas une "chauffeuse", et "un gagneur", mais pas "une gagneuse", "un entraîneur", et pas "une entraîneuse".

Le "neutre" existe-t-il en français ?

CarmenLR
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par e-Wanderer le Jeu 8 Oct 2015 - 9:22

L'ennui, c'est que la féminisation apporte parfois son lot de ridicules. Un juge ou un prévenu appellent un avocat "maître" : s'ils disent "maîtresse", tout le prétoire va éclater de rire. Même chose pour "entraîneuse", qui a un autre sens en français… Sans même parler de "gagneuse".

e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par DesolationRow le Jeu 8 Oct 2015 - 9:53

@Tristana a écrit:
@Spartacus a écrit:
@Zagara a écrit:Quoi qu'il en soit, cela n'a rien à voir avec du sexisme de refuser de mettre un "-e" à des mots neutres.

Comme le martèle un collègue, grammairien de formation :

"Professeur" désigne une fonction, pas une race de mammifère dont "la professeure" serait la femelle.

Accéder pareillement en tant que femme ou homme, à la même profession et au même statut social, ça c'était la véritable égalité. Et cette égalité s'exprimait à travers l'emploi d'un même mot non sexué.

Et pourquoi parle-t-on de caissière ? Directrice ? Infirmière ? Contrôleuse ? Maîtresse ? Institutrice ? Editrice ? Présidente ? Boulangère ?
Je ne crois pas qu'une infirmière ait une profession différente ou un statut social différent si on la compare à son collègue infirmier.

Votre histoire de neutre ou de fonction ne tient pas debout. La vérité, c'est que ces "fonctions" étaient exercées par des hommes et donc il n'y avait que le masculin qui était usité. Le monde évolue, pourquoi la langue ne suivrait pas la même logique ?
Non, ce n'est pas "moche" de mettre un -e à professeur. A la rigueur, c'est étrange, mais quand tout le monde y sera habitué, ça ne choquera plus.
Il ne s'agit pas de simplifier l'orthographe ou de tourner le dos à l'étymologie d'un mot : non, il s'agit juste de considérer qu'il y a de plus en plus d'auteures et de professeures. Et qu'on ne meurt pas de l'écrire de la sorte.

Diable si. C'est moche, et c'est une faute d'orthographe.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par DesolationRow le Jeu 8 Oct 2015 - 9:54

@Lefteris a écrit:
@Zagara a écrit:"professeur" et "auteur" sont des mots de genre neutre qui ont été absorbés par le masculin car ils avaient exactement les mêmes formes. Mais cela reste des mots neutres, tout comme dans la phrase "il pleut", "il" renvoie à un neutre et pas à un masculin. A partir de là, je trouve que "professeure" et "auteure" sont à la fois fautifs et visuellement irritants. A la limite, pourquoi pas "la professeur" (personnellement c'est cette orthographe que je privilégie).
Quoi qu'il en soit, cela n'a rien à voir avec du sexisme de refuser de mettre un "-e" à des mots neutres.
Certes, mais tout le, monde n'a pas fait de latin , ni d'AF , et tout le monde n'a pas la capacité de comprendre que le genre est arbitraire, faute d'avoir fait assez de linguistique.
J'ai longtemps été  la patrouille, la sentinelle, la relève, la garde, la semaine, etc. sans me rendre compte que j'étais une femme à l'insu de mon plein gré.

Vos réponses sont celles de gens cultivés, et non d'idéologues. En tant que telles, elles sont irrecevables.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Jeu 8 Oct 2015 - 10:05

@CarmenLR a écrit:Donc "instituteur" n'est pas neutre alors que "professeur" l'est ??? "Maître d'école" n'est pas neutre, mais "maître de conférences" l'est ??? Une "conductrice", mais pas une "chauffeuse", et "un gagneur", mais pas "une gagneuse", "un entraîneur", et pas "une entraîneuse".

Le "neutre" existe-t-il en français ?

@e-Wanderer a écrit:L'ennui, c'est que la féminisation apporte parfois son lot de ridicules. Un juge ou un prévenu appellent un avocat "maître" : s'ils disent "maîtresse", tout le prétoire va éclater de rire. Même chose pour "entraîneuse", qui a un autre sens en français… Sans même parler de "gagneuse".
En tant qu'être humain de sexe féminin, je n'ai aucun problème à utiliser "professeur" sans "e" à la fin. La professeure me fait saigner des yeux et des oreilles. En revanche, j'accepte le prof et la prof.

Sinon, sur la question :
Spoiler:

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Jeu 8 Oct 2015 - 10:11

Et, au passage, *cerveau british on* : on dit bien "une" girafe même s'il s’agit de monsieur girafe, "une" victime même quand il est question d'un homme.

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Zagara le Jeu 8 Oct 2015 - 10:58

Les genres des mots sont purement arbitraires.

J'avais entendu parler d'une hypothèse linguistique, concernant l'origine de la répartition entre d'une part masculin/féminin et d'autre part neutre, disant que le masculin/féminin avaient été apposés à ce qui est perçu comme changeant et le neutre à ce qui semble immuable. Mais, très vite, c'est devenu un bazar empirique sans règle particulière.

Les genres des mots ne sont pas rationnels, alors pourquoi vouloir y apposer une forme de typologie rationnelle ? ("tel mot est sexiste, tel mot ne l'est pas") C'est bien aussi d'embrasser la part d'irrationnel de la langue, du fait de sa construction sur plusieurs millénaires. C'est aussi l'histoire propre de notre langue.

Par contre, le fait qu'une de mes amies, avec un diplôme d'ingénieur bac+5 grande école, commence sa carrière en CDD à 1600 euros/mois, alors que son frère, avec le même type de diplôme, a obtenu un CDI 2100 euros/mois, ça c'est grave. Et c'est quand même plus grave que "Madame le professeur"

Zagara
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Jeu 8 Oct 2015 - 11:00

@Zagara a écrit:Les genres des mots sont purement arbitraires.

J'avais entendu parler d'une hypothèse linguistique, concernant l'origine de la répartition entre d'une part masculin/féminin et d'autre part neutre, disant que le masculin/féminin avaient été apposés à ce qui est perçu comme mobile et le neutre à ce qui semble immobile. Mais, très vite, c'est devenu un bazar empirique sans règle particulière.

Les genres des mots ne sont pas rationnels, alors pourquoi vouloir y apposer une forme de typologie rationnelle ? ("tel mot est sexiste, tel mot ne l'est pas") C'est bien aussi d'embrasser la part d'irrationnel de la langue, du fait de sa construction sur plusieurs millénaires. C'est aussi l'histoire propre de notre langue.

Par contre, le fait qu'une de mes amies, avec un diplôme d'ingénieur bac+5 grande école, commence sa carrière en CDD à 1600 euros/mois, alors que son frère, avec le même type de diplôme, a obtenu un CDI 2100 euros/mois, ça c'est grave. Et c'est quand même plus grave que "Madame le professeur"
topela

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par DesolationRow le Jeu 8 Oct 2015 - 11:17

@Zagara a écrit:Les genres des mots sont purement arbitraires.

J'avais entendu parler d'une hypothèse linguistique, concernant l'origine de la répartition entre d'une part masculin/féminin et d'autre part neutre, disant que le masculin/féminin avaient été apposés à ce qui est perçu comme changeant et le neutre à ce qui semble immuable. Mais, très vite, c'est devenu un bazar empirique sans règle particulière.

Les genres des mots ne sont pas rationnels, alors pourquoi vouloir y apposer une forme de typologie rationnelle ? ("tel mot est sexiste, tel mot ne l'est pas") C'est bien aussi d'embrasser la part d'irrationnel de la langue, du fait de sa construction sur plusieurs millénaires. C'est aussi l'histoire propre de notre langue.

Par contre, le fait qu'une de mes amies, avec un diplôme d'ingénieur bac+5 grande école, commence sa carrière en CDD à 1600 euros/mois, alors que son frère, avec le même type de diplôme, a obtenu un CDI 2100 euros/mois, ça c'est grave. Et c'est quand même plus grave que "Madame le professeur"

Voilà.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Tazon le Jeu 8 Oct 2015 - 11:42

@lumeeka a écrit:Et, au passage, *cerveau british on* : on dit bien "une" girafe même s'il s’agit de monsieur girafe, "une" victime même quand il est question d'un homme.
 C'est cool alors, de quoi se plaignent les féministes, les noms de métiers considérés comme subalternes (infirmière, femme de ménage..) et certains noms d'animaux sont systématiquement féminins,  ça prouve bien qu'il n'y a aucune discrimination, qu'elles sont pénibles tout de même, elles ont déjà technicienne, elles voudraient pas ingénieure en plus!

Il y a des noms d'animaux systématiquement masculins (rapace, singe), il y a d'autre noms systématiquement masculin (un quidam), tant que ça n'a pas aussi une portée symbolique de l'importance sociale qui est attachée à ce mot, je ne vois pas ce que ça apporte dans le débat en fait.

Tazon
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Écusette de Noireuil le Jeu 8 Oct 2015 - 11:52

On est parti loin du sujet. La question c'est plutôt :comment se fait il que rien n'ait bougé dans les manuels depuis 35 ans que les premiers constats ont été faits? Je ne parle pas de fausser les proportions historiques entre les auteurs ou les chercheurs hommes ou femmes, mais de proposer notamment dans les petites classes des personnages de filles eu de garçons moins stéréotypés lorsque c'est possible :il me semble que l'état pourrait avoir son mot à dire et passer clairement commande, les éditeurs feraient un effort!

_________________
" Les mots servent à libérer une matière silencieuse qui est bien plus vaste que les mots" (Sarraute)

Écusette de Noireuil
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Jeu 8 Oct 2015 - 13:00

@Tazon a écrit:
@lumeeka a écrit:Et, au passage, *cerveau british on* : on dit bien "une" girafe même s'il s’agit de monsieur girafe, "une" victime même quand il est question d'un homme.
 C'est cool alors, de quoi se plaignent les féministes, les noms de métiers considérés comme subalternes (infirmière, femme de ménage..) et certains noms d'animaux sont systématiquement féminins,  ça prouve bien qu'il n'y a aucune discrimination, qu'elles sont pénibles tout de même, elles ont déjà technicienne, elles voudraient pas ingénieure en plus!

Il y a des noms d'animaux systématiquement masculins (rapace, singe), il y a d'autre noms systématiquement masculin (un quidam), tant que ça n'a pas aussi une portée symbolique de l'importance sociale qui est attachée à ce mot, je ne vois pas ce que ça apporte dans le débat en fait.
Ouf, heureusement que tu m'as sortie de ce trou noir linguistique. >_<
Ce que ça apporte au débat ? Pas grand chose sauf souligner que l'on pourrait se masturber cérébralement sur la notion des noms genrés dans certaines langues pendant très longtemps.
Quant à ta première phrase lourde de sous-entendus, elle me laisse perplexe. Pour info, mon arrière-grand-mère n'en avait rien à faire que l'on dise "femme de ménage" pour désigner sa profession. En revanche, ce qui l'a le plus embêtée a été d'encourager sa fille (ma grand-mère) d'arrêter l'école après le certificat d'études parce que "c'était une fille et qu'elle devait se trouver un mari et faire des enfants"... Idem pour les ingénieurs que je fréquente pour qui un "e" n'est pas la priorité :http://www.femmes-ingenieurs.org/index.php/menu-archives/460-conseil-superieur-de-l-egalite-professionnelle-entre-les-femmes-et-les-hommes-le-sexisme-dans-le-monde-du-travail-entre-deni-et-realite
 Bref, je trouve qu'il y a des questions féministes plus importantes à l'heure actuelle comme les différences de salaire.

@Écusette de Noireuil a écrit:On est parti loin du sujet. La question c'est plutôt :comment se fait il que rien n'ait bougé dans les manuels depuis 35 ans que les premiers constats ont été faits? Je ne parle pas de fausser les proportions historiques entre les auteurs ou les chercheurs hommes ou femmes, mais de proposer notamment dans les petites classes des personnages de filles eu de garçons moins stéréotypés lorsque c'est possible :il me semble que l'état pourrait avoir son mot à dire et passer clairement commande, les éditeurs feraient un effort!
Voilà.

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Jeu 8 Oct 2015 - 13:16

Une autre étude sur le sujet : http://trema.revues.org/2634

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Iphigénie le Jeu 8 Oct 2015 - 13:22

Moi je trouve qu'il faudrait stopper le dénigrement de la fonction enseignante, d'autant qu'elle est de fait très féminisée .
Allez, madame la ministre, un exemple de valorisation des enseignantes( et accessoirement des enseignants)
C'est gavant cette mise en avant du folklore pour faire oublier les vraies carences .

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Dr Raynal le Jeu 8 Oct 2015 - 16:33

Je me vois obligé, devant ce débat de haute volée, de citer in extenso la parole du fameux philosophe R. Magdane:

"La langue française est quand même bizarre.

Pourquoi dit-on UN tabouret et pourquoi UNE chaise ? Pourquoi UN tabouret ?
Le tabouret a-t-il des petits attributs que je n'aurais point vus ?
Pourquoi dès que c'est UNE galère, c'est tout de suite au féminin ?
LA pluie, LA neige, LA grêle, LA tempête, tout ça, c'est pour vous les filles. Ah ben oui !
Nous, c'est LE soleil et LE beau temps, voyez ?
Mais vous, vous avez pas de pot : LA cuisine, LA bouffe, LA poussière, LA pattemouille.
Nous, c'est LE café dans LE fauteuil avec LE journal...
Et ça pourrait être LE bonheur si vous ne veniez pas nous foutre LA merde.
Ah, j'ai rien inventé, la langue française est quand même bizarre...
Mais ne voyez aucun sexisme là-dedans, oh non !
D'ailleurs, entre parenthèses, je vous signale que le mot sexe n'a pas de féminin.
On ne dit pas UNE sexe, on dit LE sexe d'UNE femme, ça fait quand même plus sérieux, eh oui!
D'ailleurs, dès que c'est sérieux, comme par hasard, c'est tout de suite au masculin :
On dit UNE rivière, UNE p'tite rivière... mais UN fleuve
On dit UNE voiture, mais UN avion avec UN réacteur... et pas UNE hélice de merde, là !
Et quand il y a un problème dans un avion, c'est tout de suite UNE catastrophe, hé ! hé !
Alors, c'est toujours à cause d'UNE erreur de pilotage, d'UNE mauvaise visibilité, bref à cause d'UNE connerie.
Et alors, attention, dès que la connerie est faite par un mec, tout de suite, ça s'appelle plus UNE connerie :
ça s'appelle UN impondérable !
Enfin, moi, si j'étais vous les filles, je ferais une pétition.
Et il faut faire très très vite parce que votre situation s'aggrave de jour en jour :
Y'a pas si longtemps, vous aviez LA logique, LA bonne vieille logique féminine.
Ça, les mecs, ça leur a pas plu, ils ont inventé LE logiciel.
Mais vous avez quand même quelquefois de petits avantages :
On a LE mariage, LE divorce, vous avez LA pension. Vous avez LA carte de crédit, on a LE découvert.
Mais en général, le type qui a inventé la langue française ne vous aimait pas beaucoup.
Il n'a pas pu s'empêcher de mettre UN accouchement.
Vachement masculin, UN accouchement !
Ah ça, des erreurs comme ça, il en a fait plein :
UN sac à main, ça c'est viril à mort ça! UN soutien-gorge, ça c'est un truc de camionneur !
LE maquillage, LE rouge à lèvres... Il s'est trompé dans l'autre sens aussi :
UNE moustache, ça c'est la féminité poussée à son comble. LA virilité... et UNE couille !!!
Alors là, je sais pas comment il a fait pour se tromper :
Parce que très tôt dans la vie, on découvre qu'UNE couille c'est pas ce qu'il y a de plus féminin.
Même les aveugles font la différence. Ben lui, il a rien vu : "Hein? UNE couille? Kécecéça ?
Oh ben ça doit être un truc féminin, en tout cas, moi j'ai rien du tout. "
Et là, ça expliquerait tout :
Ça expliquerait LA virilité, LE maquillage, LE rouge à lèvres, LE sac à main, LE soutien-gorge...
LE travesti ! Veuillez donc noter que la langue française a été inventée par un travelo.

Depuis que je sais ça, je fais très attention quand je parle à ma femme, pour ne pas la vexer.
Maintenant je fais LE cuisine, après je fais LE vaisselle, et je regarde LE télé en me grattant UN couille. "


Dr Raynal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Lefteris le Jeu 8 Oct 2015 - 16:38

J'aime bien la féminisation des noms dans le sport : une "sauteuse ", dans le cyclisme (où la France excelle chez les femmes, en passant:D ) , : une coureuse, une grimpeuse .
Pas mal aussi dans le domaine de sécurité,  pour "maître- chien " Rolling Eyes
Une jour, je suis tombé sur un site par hasard, une espèce de dinguasse (prof agrégé en plus Shocked ) expliquait en gros qu'il faudrait imposer des pronoms neutres, dont elle montrait des exemples fabriqués par elle et ses copines.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Escargot Géant le Jeu 8 Oct 2015 - 17:41

@Lefteris a écrit:J'aime bien la féminisation des noms dans le sport : une "sauteuse ", dans le cyclisme (où la France excelle chez les femmes, en passant:D ) , : une coureuse, une grimpeuse .
Pas mal aussi dans le domaine de sécurité,  pour "maître- chien " Rolling Eyes
Une jour, je suis tombé  sur un site par hasard, une espèce de dinguasse (prof agrégé  en plus Shocked )  expliquait en gros qu'il faudrait  imposer des pronoms neutres, dont elle montrait des exemples fabriqués par elle et ses copines.

Ce qui est "dinguasse" c'est pas plutôt de réaliser que énormément de noms masculins deviennent péjoratifs quand ils sont au féminin?



On peut imaginer qu'en utilisant ces mots au moment adéquat sans les censurer ou sans ricaner ils perdraient peut-être de cette connotation et reprendraient leur vrai sens. Ca ne me paraît pas si dinguasse. Alors que rigoler au féminin de maître-chien comme un(e) ado mal dégrossi (e) là oui je trouve ça dinguasse.

Escargot Géant
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par Tristana le Ven 9 Oct 2015 - 20:25

@Zagara a écrit:Pour les autres noms de métiers : tout simplement parce que leur racine est de genre masculin ou féminin, et pas neutre Wink

Le neutre n'existe pas en français.
L'étymologie ne change rien à cette réalité. Et il n'est pas étonnant que, comme par hasard, on nous sorte du neutre dès lors qu'il s'agit de professions élevées qui ont bien davantage été exercées par des hommes que par des femmes par le passé.

@Zagara a écrit:Les genres des mots sont purement arbitraires.

Sauf que les métiers sont pour la plupart tous féminisés dès lors qu'on les utilise pour évoquer une personne.
Je me moque effectivement du genre de "girafe" ou de "chimpanzé", mais lorsqu'il s'agit d'évoquer des personnes, la question du genre me semble se poser légitimement, oui.

@Zagara a écrit:Par contre, le fait qu'une de mes amies, avec un diplôme d'ingénieur bac+5 grande école, commence sa carrière en CDD à 1600 euros/mois, alors que son frère, avec le même type de diplôme, a obtenu un CDI 2100 euros/mois, ça c'est grave. Et c'est quand même plus grave que "Madame le professeur"

Ah, le fameux argument de la hiérarchie des causes !
S'intéresser au sort des animaux, c'est nul parce qu'il y a des gens qui meurent.
S'intéresser à l'écologie, c'est nul parce qu'il y a des plans sociaux.
S'intéresser aux conditions de travail, c'est nul parce qu'on vit quand même dans un pays riche.

Je pense que le langage façonne énormément la manière dont on réfléchit. Et je crois qu'on peut très sincèrement se battre et pour féminiser certains noms de profession, et pour l'égalité salariale. Ce n'est pas parce que ce combat peut sembler moins important qu'il faut pour autant le mépriser ou prétendre que ceux qui s'y intéressent ne font que ça.

_________________
« C’est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n’y met pas assez du sien. »
Virginie Despentes

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par VicomteDeValmont le Ven 9 Oct 2015 - 20:45

Quelle mauvaise foi!

« Il convient tout d’abord de rappeler que les seuls féminins français en -eure (prieure, supérieure...) sont ceux qui proviennent de comparatifs latins en -or. Aussi faut-il éviter absolument des néologismes tels que professeure, ingénieure, auteure, docteure, proviseure, procureure, rapporteure, réviseure, etc. Certaines formes, parfois rencontrées, sont d’autant plus absurdes que les féminins réguliers correspondants sont parfaitement attestés. Ainsi chercheure à la place de chercheuse, instituteure à la place d’institutrice. On se gardera de même d’user de néologismes comme agente, cheffe, maîtresse de conférences, écrivaine, autrice... L’oreille autant que l’intelligence grammaticale devraient prévenir contre de telles aberrations lexicales. 


Enfin, seul le genre masculin, qui est le genre non marqué (il a en effet la capacité de représenter les éléments relevant de l’un et de l’autre genre), peut traduire la nature indifférenciée des titres, grades, dignités et fonctions. Les termes chevalière, officière (de tel ordre), députée, sénatrice, etc., ne doivent pas être employés.»


http://www.academie-francaise.fr/actualites/feminisation-des-noms-de-metiers-fonctions-grades-et-titres

VicomteDeValmont
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Sam 10 Oct 2015 - 10:05

@Tristana a écrit:

Sauf que les métiers sont pour la plupart tous féminisés dès lors qu'on les utilise pour évoquer une personne.
Je me moque effectivement du genre de "girafe" ou de "chimpanzé", mais lorsqu'il s'agit d'évoquer des personnes, la question du genre me semble se poser légitimement, oui.

@Zagara a écrit:Par contre, le fait qu'une de mes amies, avec un diplôme d'ingénieur bac+5 grande école, commence sa carrière en CDD à 1600 euros/mois, alors que son frère, avec le même type de diplôme, a obtenu un CDI 2100 euros/mois, ça c'est grave. Et c'est quand même plus grave que "Madame le professeur"

Ah, le fameux argument de la hiérarchie des causes !
S'intéresser au sort des animaux, c'est nul parce qu'il y a des gens qui meurent.
S'intéresser à l'écologie, c'est nul parce qu'il y a des plans sociaux.
S'intéresser aux conditions de travail, c'est nul parce qu'on vit quand même dans un pays riche.

Je pense que le langage façonne énormément la manière dont on réfléchit. Et je crois qu'on peut très sincèrement se battre et pour féminiser certains noms de profession, et pour l'égalité salariale. Ce n'est pas parce que ce combat peut sembler moins important qu'il faut pour autant le mépriser ou prétendre que ceux qui s'y intéressent ne font que ça.
Personnellement, je trouve le genre des noms fascinant et intriguant; j'aime même les comparer d'une langue à une autre mais j'avoue que le débat sur la féminisation des noms de métiers m'importe peu au final.  Embarassed Rajouter un "e" qui ne s'entendra pas en français de toute façon ne changera pas nécessairement la perception que l'on peut avoir de certaines professions. Sauf si l'on dit "une auteure" et effectivement, cela me semble étrange car je n'ai pas l'habitude.
Mais ce ne sera pas suffisant : si je prends un métier comme "nurse" en anglais, sans le contexte, on ne saura pas s'il s'agit d'un infirmier ou d'une infirmière mais je pense que dans beaucoup d'esprits anglophones, l'image d'une femme et non d'un homme surgira. Idem dans la langue française avec le mot néerlandais "mannequin".


Dernière édition par lumeeka le Sam 10 Oct 2015 - 10:16, édité 1 fois

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stéréotypes sexistes: des manuels scolaires loin d'être innocents

Message par lumeeka le Sam 10 Oct 2015 - 10:12

@Escargot Géant a écrit:
@Lefteris a écrit:J'aime bien la féminisation des noms dans le sport : une "sauteuse ", dans le cyclisme (où la France excelle chez les femmes, en passant:D ) , : une coureuse, une grimpeuse .
Pas mal aussi dans le domaine de sécurité,  pour "maître- chien " Rolling Eyes
Une jour, je suis tombé  sur un site par hasard, une espèce de dinguasse (prof agrégé  en plus Shocked )  expliquait en gros qu'il faudrait  imposer des pronoms neutres, dont elle montrait des exemples fabriqués par elle et ses copines.

Ce qui est "dinguasse" c'est pas plutôt de réaliser que énormément de noms masculins deviennent péjoratifs quand ils sont au féminin?



On peut imaginer qu'en utilisant ces mots au moment adéquat sans les censurer ou sans ricaner  ils perdraient peut-être de cette connotation et reprendraient leur vrai sens. Ca ne me paraît pas si dinguasse. Alors que rigoler au féminin de maître-chien comme un(e) ado mal dégrossi (e) là oui je trouve ça dinguasse.
On a les mêmes références. Laughing (j'avais posté la vidéo page 2)

_________________
Animals are my friends... and I don't eat my friends. George Bernard Shaw
https://www.facebook.com/sansvoixpaca/
http://www.nonhumanrightsproject.org/about-us-2/

lumeeka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum