Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Celadon le Dim 18 Oct 2015 - 11:21

Tout à fait d'accord.
Si en plus il s'est paluché sur les Minions, il faut le soigner le pauvre.

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Cath le Dim 18 Oct 2015 - 11:26

@Balthamos a écrit:
@Cath a écrit:

  • Le devoir de moralité, y compris en dehors du service : un fonctionnaire ne doit pas choquer par son attitude (alcoolisme, scandale public…), ni porter atteinte à la dignité de la fonction publique.


Il est très dangereux de parler de moralité, et même de devoir de moralité.
Indépendamment de l'exhibition de ce monsieur, est ce que coucher avec un homme quand on est un homme est moral ? (quel exemple donné aux zenfants)
Et vivre en concubinage ?
fumer?
Boire? Boire de la gnole?
Scandale public, ca peut dire militer? donc un fonctionnaire n'a pas a être membre de green peace et autre?

Bref, c'est dangereux, tellement qu'on n'en entend plus parler de cette règle, même à l'IUFM avec le devoir du fonctionnaire éthique et responsable.
Je ne suis pas l'auteur, je n’écris pas - encore ? - la loi...
Pour le reste, vu le paquet de c.onneries que débitent les IUFM et assimilés, je ne crois pas que la preuve soit recevable.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par oloc le Dim 18 Oct 2015 - 11:35

@Balthamos a écrit:
@Cath a écrit:

  • Le devoir de moralité, y compris en dehors du service : un fonctionnaire ne doit pas choquer par son attitude (alcoolisme, scandale public…), ni porter atteinte à la dignité de la fonction publique.


Il est très dangereux de parler de moralité, et même de devoir de moralité.
Indépendamment de l'exhibition de ce monsieur, est ce que coucher avec un homme quand on est un homme est moral ? (quel exemple donné aux zenfants)
Et vivre en concubinage ?
fumer?
Boire? Boire de la gnole?
Scandale public, ca peut dire militer? donc un fonctionnaire n'a pas a être membre de green peace et autre?

Bref, c'est dangereux, tellement qu'on n'en entend plus parler de cette règle, même à l'IUFM avec le devoir du fonctionnaire éthique et responsable.

Dans les concours de la FPT, c'est un classique qu'il faut connaître sur le bout des doigts (avec les compétences des collectivités territoriales) ; se faire coller la-dessus, c'est vraiment la honte.

Personne n'y croit vraiment, évidemment.

oloc
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Dimka le Dim 18 Oct 2015 - 11:49

Botchan a écrit:Je suis d'accord avec toi et suis un peu surpris par les posts du style "il a bien droit de se masturber au cinéma ce monsieur, c'est un loisir comme un autre" (je caricature), et pourtant je suis loin d'être bégueule, il n'y a pas grand chose qui me choque en matière de sexualité s'il s'agit d'adultes consentants...
Non, c’est un délit. C’est gênant de tomber sur cette situation, donc c’est normal que ça soit interdit, et condamné. Mais c’est un petit délit, pas un crime, ni un délit qui, en soi, annonce des choses horribles. La justice fait son boulot, et on passe à autre chose : à chaque fois qu’un type commet un délit, les médias ne lui tombent pas dessus, l’opinion ne le traite pas de criminel en puissance, et qu’il ne perd pas son job sous les huées de la foule en colère… Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel, alors même que le préjudice porté à la société ou l’irresponsabilité de l’individu n’est quand même pas énorme (je le répète, mais pour moi, c’est nettement moins grave que rouler trop vite, pourtant ce type de délit est complètement banalisé, alors même qu’il provoque un grand nombre de morts et de blessés).

En plus, il me semble que l’article parle d’un gars qui s’est fait choper au fond d’un ciné, dans le noir… pas en train de se montrer volontairement à tout le monde (là, il y a une volonté d’agression).

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Celadon le Dim 18 Oct 2015 - 11:52

..."Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel"...
Ah oui ? Tu trouves ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Reine Margot le Dim 18 Oct 2015 - 11:59

Là surtout c'est quand même un proviseur d'un lycée réputé, responsable de jeunes, donc ne pas connaître des règles de base comme le fait que la sexualité se déroule en privé c'est quand même problématique (euphémisme).

+1 avec Botchan.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par florestan le Dim 18 Oct 2015 - 12:01

Bon il est un peu perturbé le monsieur. Et ça fait rigoler tout le monde, le pauvre, sa vie sociale va en prendre un coup araignée

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Kapellmeister le Dim 18 Oct 2015 - 12:15

@Dimka a écrit:
@Kapellmeister a écrit:Je pense qu'à partir du moment où le type se fout à poil et se paluche dans un cinéma public, on n'est plus dans le cadre de la "sphère privée".  Enfin, il me semble ...
M’semble pas avoir dit l’inverse.

Je ne m'adressais pas à toi en particulier, je faisais référence à la discussion générale du fil sur l'aspect public/privé.

@Dimka a écrit:Mais la masturbation n’est pas la pédophilie (rien n’indique qu’il s’en prenne à des enfants ou des adolescents), ni un viol (l’article est vague, mais ça ne donne pas l’impression d’une volonté d’agresser, de s’imposer à autrui… plutôt un gars qui se fait choper, parce qu’il n’est pas très malin ou parce qu’il n’a pas de bol).

Rappel : on ne parle pas juste de masturbation, mais de masturbation en public, avec le désir clair et net d'être vu. Petite différence.

Ensuite, C'est pas faux n'a pas assimilé la masturbation à la pédophilie, il a juste fait remarquer que le genre de haut fait par lequel ce proviseur s'est signalé ne donne pas spécialement envie de lui confier ses gosses. Imagine que des lycéens se pointent dans son bureau et qu'il commence à se désaper et à se tripoter. C'est pas de la pédophilie, mais c'est bien une agression. Ça porte même un nom en droit : "outrage public à la pudeur". Et le coup du gars qui s'est fait "choper parce qu'il n'est pas très malin ou parce qu'il n'a pas de bol" ... Oserais-je souligner que le gars en question n'essayait même pas d'être discret ! Il avait retiré sa chemise et baissé son pantalon ! C'est plus que ne pas être très malin et ne pas avoir de bol, c'est vouloir être vu et se faire choper, justement, et ça témoigne d'un certain déséquilibre mental.

@Dimka a écrit:Ce que je trouve marrant, c’est qu’on est « alarmé » dès qu’il y a un truc vaguement sexuel, qu’on amalgame tout (une paraphilie ou un trouble mental ne permettent en rien de préjuger d’autres paraphilies ou d’autres troubles mentaux), alors que des tas de comportements délictueux non-sexuels ne posent aucun problème, ni à la société, ni à l’employeur (les deux sont liés, je suppose : l’employeur est gêné par le scandale, le scandale est généré par les paniques morales de la société. Les journalistes se foutent de rapporter qu’un fonctionnaire a été pris à rouler trop vite ou à frauder le fisc, ce n’est pas vendeur). Un gars qui se fait choper à se branler dans un ciné en se filmant n’est pas dangereux, c’est juste un gars pas très malin, ou qui n’a pas de bol. Et de mon point de vue, c’est pas un truc grave, ou inquiétant, c’est juste rigolo (la catégorie « insolite » du journal, où on met les quelques non-événements susceptibles de faire sourire le lecteur). Et franchement, le « dispositif d'accompagnement pour les élèves […] mis en place au lycée »… Suspect Non, mais lol, quoi : pourquoi pas la CUMP, tant qu’on y est…

Tu connais donc dans les détails les résultats des études portant sur la dangerosité des exhibitionnistes ? Parce que moi, non, je l'avoue. En revanche, j'ai en mémoire un certain nombre de faits divers rapportant des viols, où il était précisé que le violeur était connu des services de police pour faits d'exhibitionnisme. Donc, la théorie qui voudrait que les exhibitionnistes ne présentent jamais aucun réel danger est fausse. Un exemple pris au hasard pour illustrer mon propos  (mais tu en trouveras une foultitude sur glouglou) : http://www.leprogres.fr/faits-divers/2012/10/26/18-annees-de-reclusion-criminelle-pour-le-violeur-d-une-fillette-de-12-ans

Ensuite, l'histoire des "comportements délictueux non-sexuels" ne posant aucun problème ... Ah bon ? Ça dépend lesquels. J'ai connu le cas de quelques personnels de direction qui avaient été dégagés de leur poste parce qu'ils avaient piqué dans la caisse. Ensuite, que le rectorat soit fortement gêné par cette histoire, on peut le comprendre : on parle tout de même d'un personnel de direction dans un établissement scolaire. On confie des élèves, à ce type. Imagine toutes les emmerdes que ça pourrait attirer, cette histoire. On a récemment vu le cas de collégiens pervers ayant monté de toute pièce une histoire afin de faire croire que leur professeur de latin les avait obligés à travailler sur des images pornographiques. La collègue a été immédiatement suspendue (toujours expéditif, le rectorat, quand il s'agit de nous) et ça s'est terminé au poste. Il y a même eu une perquisition chez la collègue ! Alors que cette femme, qui était la victime innocente de petits s4lop4rds n'avait jamais dit ni fait quoi que ce soit qui puisse laisser supposer qu'elle soit capable de ce genre de choses. Imaginons donc les nombreuses rumeurs, fondées ou infondées, qui pourraient viser un proviseur notoirement exhibitionniste et le genre de merdier magnifique qui pourrait en résulter ... L'employeur est donc gêné par le scandale, oui, mais il a ses raisons.

Quant à trouver que ce genre de comportement n'est "pas grave", que c'est juste "rigolo" ou "insolite" ... Ben écoute, imagine-toi père de famille. Tu es au cinéma, calé dans ton siège depuis une demi-heure, quand soudain, ton fils de huit ans te demande : "Papa, keskifé le môsieur ?", désignant du doigt le proviseur palucheur en pleine performance. Tu réponds quoi ? "Un EPI Education sexuelle et Nouvelles Technologies" ? De même, imaginons une gamine de seize ans qui rentre de sa séance cinéma une heure en avance parce qu'elle a eu le malheur de se retrouver non loin de pervers pépère, lequel s'avère de surcroît, être, tu sais pas maman : le proviseur ! Que  le type ait fait ça pendant une séance des Minions ou de Baise-moi, on s'en fout. On ne se branle pas dans un cinéma public, point. Et si on le fait, qu'on ne soit pas étonné de terminer au poste. Si le type a absolument besoin d'une audience pour se palucher devant une vidéo, il y a des clubs et des sex shops, pour ça.

Enfin, pensons à la famille de cet homme : je doute que sa femme, ses enfants, petit-enfants trouvent ça "pas grave" et "rigolo". Il y a même carrément de quoi être inquiet.

Je ne comprends même pas qu'on puisse se poser la question de savoir si oui ou non, ce type a bien sa place, actuellement, à la tête d'un lycée.


Sinon, pour le dispositif d'accompagnement auprès des lycéens, là, je suis d'accord, c'est débile, mais ça l'est quasiment tout le temps.


Dernière édition par Kapellmeister le Dim 18 Oct 2015 - 12:35, édité 3 fois (Raison : Coquilles)

Kapellmeister
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Caspar Goodwood le Dim 18 Oct 2015 - 12:17

@Dimka a écrit:
Botchan a écrit:Je suis d'accord avec toi et suis un peu surpris par les posts du style "il a bien droit de se masturber au cinéma ce monsieur, c'est un loisir comme un autre" (je caricature), et pourtant je suis loin d'être bégueule, il n'y a pas grand chose qui me choque en matière de sexualité s'il s'agit d'adultes consentants...
Non, c’est un délit. C’est gênant de tomber sur cette situation, donc c’est normal que ça soit interdit, et condamné. Mais c’est un petit délit, pas un crime, ni un délit qui, en soi, annonce des choses horribles. La justice fait son boulot, et on passe à autre chose : à chaque fois qu’un type commet un délit, les médias ne lui tombent pas dessus, l’opinion ne le traite pas de criminel en puissance, et qu’il ne perd pas son job sous les huées de la foule en colère… Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel, alors même que le préjudice porté à la société ou l’irresponsabilité de l’individu n’est quand même pas énorme (je le répète, mais pour moi, c’est nettement moins grave que rouler trop vite, pourtant ce type de délit est complètement banalisé, alors même qu’il provoque un grand nombre de morts et de blessés).

En plus, il me semble que l’article parle d’un gars qui s’est fait choper au fond d’un ciné, dans le noir… pas en train de se montrer volontairement à tout le monde (là, il y a une volonté d’agression).

Il y a quand même de l'exhibitionnisme là-dedans donc une excitation sexuelle provoquée par le risque, même minime, d'être surpris. Je pense être mesuré en disant que ce monsieur n'a pas été très malin ni très respectueux de sa fonction mais je ne serais pas plus indulgent s'il avait commis des excès de vitesse ou piqué dans la caisse.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Kapellmeister le Dim 18 Oct 2015 - 12:17

@Cath a écrit:
@Balthamos a écrit:
@Cath a écrit:

  • Le devoir de moralité, y compris en dehors du service : un fonctionnaire ne doit pas choquer par son attitude (alcoolisme, scandale public…), ni porter atteinte à la dignité de la fonction publique.


Il est très dangereux de parler de moralité, et même de devoir de moralité.
Indépendamment de l'exhibition de ce monsieur, est ce que coucher avec un homme quand on est un homme est moral ? (quel exemple donné aux zenfants)
Et vivre en concubinage ?
fumer?
Boire? Boire de la gnole?
Scandale public, ca peut dire militer? donc un fonctionnaire n'a pas a être membre de green peace et autre?

Bref, c'est dangereux, tellement qu'on n'en entend plus parler de cette règle, même à l'IUFM avec le devoir du fonctionnaire éthique et responsable.
Je ne suis pas l'auteur, je n’écris pas - encore ? - la loi...
Pour le reste, vu le paquet de c.onneries que débitent les IUFM et assimilés, je ne crois pas que la preuve soit recevable.

Very Happy  topela


Dernière édition par Kapellmeister le Dim 18 Oct 2015 - 12:33, édité 1 fois

Kapellmeister
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par oloc le Dim 18 Oct 2015 - 12:18

@Cath a écrit:
Je ne suis pas l'auteur, je n’écris pas - encore ? - la loi...
Pour le reste, vu le paquet de c.onneries que débitent les IUFM et assimilés, je ne crois pas que la preuve soit recevable.

Il faut lire le statut des fonctionnaires, c'est édifiant (Loi Le Pors, 1983).
http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000504704&fastPos=1&fastReqId=1169277459&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte


L'article 14 est rigolo :
Statut de la fonction publique a écrit:
L'accès des fonctionnaires de l'Etat, des fonctionnaires territoriaux et des fonctionnaires hospitaliers aux deux autres fonctions publiques, ainsi que leur mobilité au sein de chacune de ces trois fonctions publiques, constituent des garanties fondamentales de leur carrière.
(...)
En outre, la mobilité des fonctionnaires entre les trois fonctions publiques peut s'exercer par la voie de la mise à disposition.

Je recommande aussi son article 28, sur le devoir d'obéissance hiérarchique.

Statut de la fonction publique a écrit:
Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l'exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.

Il n'est dégagé d'aucune des responsabilités qui lui incombent par la responsabilité propre de ses subordonnés.

Remarquez les deux adverbes.


Dernière édition par oloc le Dim 18 Oct 2015 - 12:24, édité 1 fois

oloc
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Cath le Dim 18 Oct 2015 - 12:19

Entièrement d'accord avec Kapellmeister.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Sei le Dim 18 Oct 2015 - 12:20

Botchan a écrit:
@Dimka a écrit:
Botchan a écrit:Je suis d'accord avec toi et suis un peu surpris par les posts du style "il a bien droit de se masturber au cinéma ce monsieur, c'est un loisir comme un autre" (je caricature), et pourtant je suis loin d'être bégueule, il n'y a pas grand chose qui me choque en matière de sexualité s'il s'agit d'adultes consentants...
Non, c’est un délit. C’est gênant de tomber sur cette situation, donc c’est normal que ça soit interdit, et condamné. Mais c’est un petit délit, pas un crime, ni un délit qui, en soi, annonce des choses horribles. La justice fait son boulot, et on passe à autre chose : à chaque fois qu’un type commet un délit, les médias ne lui tombent pas dessus, l’opinion ne le traite pas de criminel en puissance, et qu’il ne perd pas son job sous les huées de la foule en colère… Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel, alors même que le préjudice porté à la société ou l’irresponsabilité de l’individu n’est quand même pas énorme (je le répète, mais pour moi, c’est nettement moins grave que rouler trop vite, pourtant ce type de délit est complètement banalisé, alors même qu’il provoque un grand nombre de morts et de blessés).

En plus, il me semble que l’article parle d’un gars qui s’est fait choper au fond d’un ciné, dans le noir… pas en train de se montrer volontairement à tout le monde (là, il y a une volonté d’agression).

Il y a quand même de l'exhibitionnisme là-dedans donc une excitation sexuelle provoquée par le risque, même minime, d'être surpris. Je pense être mesuré en disant que ce monsieur n'a pas été très malin ni très respectueux de sa fonction mais je ne serais pas plus indulgent s'il avait commis des excès de vitesse ou piqué dans la caisse.

Oh bah, tu sais, il y a sûrement de l'excitation sexuelle provoquée par le risque dans le délit d'excès de vitesse. Et dans plein d'autres !

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Cath le Dim 18 Oct 2015 - 12:25

C'est la conséquence, pas la cause.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Sei le Dim 18 Oct 2015 - 12:25

@Cath a écrit:C'est la conséquence, pas la cause.

Mouais. Pas pour tous les excès de vitesse, m'est avis.

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Kapellmeister le Dim 18 Oct 2015 - 12:30

@Sei a écrit:
Botchan a écrit:
@Dimka a écrit:
Botchan a écrit:Je suis d'accord avec toi et suis un peu surpris par les posts du style "il a bien droit de se masturber au cinéma ce monsieur, c'est un loisir comme un autre" (je caricature), et pourtant je suis loin d'être bégueule, il n'y a pas grand chose qui me choque en matière de sexualité s'il s'agit d'adultes consentants...
Non, c’est un délit. C’est gênant de tomber sur cette situation, donc c’est normal que ça soit interdit, et condamné. Mais c’est un petit délit, pas un crime, ni un délit qui, en soi, annonce des choses horribles. La justice fait son boulot, et on passe à autre chose : à chaque fois qu’un type commet un délit, les médias ne lui tombent pas dessus, l’opinion ne le traite pas de criminel en puissance, et qu’il ne perd pas son job sous les huées de la foule en colère… Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel, alors même que le préjudice porté à la société ou l’irresponsabilité de l’individu n’est quand même pas énorme (je le répète, mais pour moi, c’est nettement moins grave que rouler trop vite, pourtant ce type de délit est complètement banalisé, alors même qu’il provoque un grand nombre de morts et de blessés).

En plus, il me semble que l’article parle d’un gars qui s’est fait choper au fond d’un ciné, dans le noir… pas en train de se montrer volontairement à tout le monde (là, il y a une volonté d’agression).

Il y a quand même de l'exhibitionnisme là-dedans donc une excitation sexuelle provoquée par le risque, même minime, d'être surpris. Je pense être mesuré en disant que ce monsieur n'a pas été très malin ni très respectueux de sa fonction mais je ne serais pas plus indulgent s'il avait commis des excès de vitesse ou piqué dans la caisse.

Oh bah, tu sais, il y a sûrement de l'excitation sexuelle provoquée par le risque dans le délit d'excès de vitesse. Et dans plein d'autres !

Alors, sodomisons encore un peu les diptères (les pauvres, ils prennent cher, sur ce fil) : Est-ce qu'on parle de "gros" excès de vitesse ou de "petits" excès de vitesse ? C'est quoi le pire : se masturber tout nu dans un cinéma ou rouler à 95 km/h au lieu de 90 ? Je veux savoir, parce que j'ai jamais fait la première chose, mais je me suis déjà rendue coupable de la seconde (pour laquelle j'ai d'ailleurs pris une prune et perdu un point). Dites- le moi : Ai-je donc encore ma place face à des collégiens et des lycéens ? Razz

Kapellmeister
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par VicomteDeValmont le Dim 18 Oct 2015 - 12:37

Nous, fonctionnaires, droits dans nos bottes, modèles de la nation, hussards de la probité, pourfendeurs du vice, défenseurs des moeurs, ennemis des plaisirs, ne pouvons - cela va sans dire - accepter de telles... insanités ! Grands dieux!

_________________
!! SOUTENEZ VOS COLLEGUES Smile , SIGNEZ LA PETITION Smile : http://droits-profdoc.net/index.php  !!

VicomteDeValmont
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Sei le Dim 18 Oct 2015 - 12:40

@Kapellmeister a écrit:
@Sei a écrit:
Botchan a écrit:
@Dimka a écrit:
Non, c’est un délit. C’est gênant de tomber sur cette situation, donc c’est normal que ça soit interdit, et condamné. Mais c’est un petit délit, pas un crime, ni un délit qui, en soi, annonce des choses horribles. La justice fait son boulot, et on passe à autre chose : à chaque fois qu’un type commet un délit, les médias ne lui tombent pas dessus, l’opinion ne le traite pas de criminel en puissance, et qu’il ne perd pas son job sous les huées de la foule en colère… Je trouve simplement qu’on manque parfois un peu de mesure quand il y a quelque chose de sexuel, alors même que le préjudice porté à la société ou l’irresponsabilité de l’individu n’est quand même pas énorme (je le répète, mais pour moi, c’est nettement moins grave que rouler trop vite, pourtant ce type de délit est complètement banalisé, alors même qu’il provoque un grand nombre de morts et de blessés).

En plus, il me semble que l’article parle d’un gars qui s’est fait choper au fond d’un ciné, dans le noir… pas en train de se montrer volontairement à tout le monde (là, il y a une volonté d’agression).

Il y a quand même de l'exhibitionnisme là-dedans donc une excitation sexuelle provoquée par le risque, même minime, d'être surpris. Je pense être mesuré en disant que ce monsieur n'a pas été très malin ni très respectueux de sa fonction mais je ne serais pas plus indulgent s'il avait commis des excès de vitesse ou piqué dans la caisse.

Oh bah, tu sais, il y a sûrement de l'excitation sexuelle provoquée par le risque dans le délit d'excès de vitesse. Et dans plein d'autres !

Alors, sodomisons encore un peu les diptères (les pauvres, ils prennent cher, sur ce fil) : Est-ce qu'on parle de "gros" excès de vitesse ou de "petits" excès de vitesse ? C'est quoi le pire : se masturber tout nu dans un cinéma ou rouler à 95 km/h au lieu de 90 ? Je veux savoir, parce que j'ai jamais fait la première chose, mais je me suis déjà rendue coupable de la seconde (pour laquelle j'ai d'ailleurs pris une prune et perdu un point). Dites- le moi : Ai-je donc encore ma place face à des collégiens et des lycéens ? Razz

C'était bien sûr une boutade, et je pensais aux récidivistes, pas au père de famille qui est en retard au boulot. Mais bon, tout ce blabla sur ce pauvre type qui (comme tant d'autres, les mecs qui appuient sur le champignon, par exemple Razz ) n'a pas appris à élaborer ses pulsions. Sleep

Sei
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Tristana le Dim 18 Oct 2015 - 20:33

Botchan a écrit:
@Escargot Géant a écrit:Pour moi quelqu'un qui se masturbe dans un lieu public est un agresseur (sinon il le ferait chez lui) Son but est de risquer d'être vu, d'être vu, de "dominer" les personnes qui l'entourent en leur imposant cette vision, de choquer les personnes qui l'entourent.
En tout cas les fois où un type s'est masturbé dans un lieu public en ma présence, j'ai vécu ça comme une agression.
J'aurais vraiment pas envie qu'un tel personnage soit CDE de mes enfants.

Je suis d'accord avec toi et suis un peu surpris par les posts du style "il a bien droit de se masturber au cinéma ce monsieur, c'est un loisir comme un autre" (je caricature), et pourtant je suis loin d'être bégueule, il n'y a pas grand chose qui me choque en matière de sexualité s'il s'agit d'adultes consentants...

Visiblement, le mec est émoustillé à l'idée d'être chopé, par le danger, mais je ne crois pas non plus qu'il soit foncièrement exhibitionniste.
L'exhibitionniste veut être vu et généralement réussit très bien à s'enfuir avant de se faire choper. Là il y a fort à parier qu'il ne s'est peut-être même pas rendu compte qu'on le voyait...

Oui, c'est un délit. Oui, l'exhibition est une forme d'agression sexuelle qui doit être condamnée.
Mais à mon sens, on n'est pas un pervers sexuel ou un détraqué parce qu'on aime le danger et faire des trucs cochons dans les lieux publics. C'est quand même le fantasme le plus répandu et généralement, quand il s'agit d'un gentil couple hétéro qui fait des trucs au cinéma, ça amuse plutôt la galerie. Là, il est tout seul, donc automatiquement catalogué comme pervers.

Je sais bien qu'on doit être strict lorsqu'il s'agit de personnes qui ont à charge de s'occuper de mineurs, mais je ne vois vraiment pas en quoi se taper une branlette dans une cinéma pourrait permettre de penser que le mec serait pédophile ou incapable de faire la différence entre sa vie intime et son travail.

_________________
« C’est tout de même épatant, et pour le moins moderne, un dominant qui vient chialer que le dominé n’y met pas assez du sien. »
Virginie Despentes

Tristana
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Caspar Goodwood le Lun 19 Oct 2015 - 13:01

Il y a sans doute plus grave qu'ne branlette au cinéma, mais on peut considérer que l'autorité et la capacité de ce proviseur à diriger son établissement risque d'être mises en danger si les élèves et leurs parents sont au courant, il est donc normal que l'institution réagisse un peu.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par florestan le Lun 19 Oct 2015 - 13:06

Botchan a écrit:Il y a sans doute plus grave qu'ne branlette au cinéma, mais on peut considérer que l'autorité et la capacité de ce proviseur à diriger son établissement risque d'être mises en danger si les élèves et leurs parents sont au courant, il est donc normal que l'institution réagisse un peu.
Une branlette filmée professeur ! Un mec qui a trouvé quoi faire de son autre main veneration

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Caspar Goodwood le Lun 19 Oct 2015 - 13:07

C'est du gonzo (type de porno où les acteurs se filment eux-mêmes). Very Happy

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par florestan le Lun 19 Oct 2015 - 13:09

Lui il se filme tout seul, quelle lose le pauvre lol!

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par C'est pas faux le Lun 19 Oct 2015 - 13:11

Botchan a écrit:C'est du gonzo (type de porno où les acteurs se filment eux-mêmes). Very Happy
Eh bé j'aurai appris un truc aujourd'hui. Ca sert, les forums de profs.

C'est pas faux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rectorat pouvait-il ne pas savoir ?

Message par Caspar Goodwood le Lun 19 Oct 2015 - 13:22

J'ai honte de savoir ça mais bon...trop tard! Embarassed

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum