Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 15:35

En fait, je suis neutre ici.

Je suis enseignant dans l'école publique par choix, par conviction mais je ne suis pas opposé au privé pour autant.

Mais je n'ai pas encore lu d'arguments, à part des réflexions à l'emporte pièce.

Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Olé.Olé le Sam 24 Oct 2015 - 15:35

arth75 a écrit:
@Olé.Olé a écrit:
Soyons observateurs...
Il est peu surprenant que ceux qui sont stipendiés par l'Ecole confessionnelle et marchande soutiennent  le maintien des subventions de l'Etat  pour leurs employeurs.

Pour les autres, qui ne voient pas que l'Ecole de la République est dégradée pour favorisée sa concurrente, en revanche...
Mais je suis totalement favorable à ce que l'Etat se réengage pleinement dans les zones rurales.

De là à dire que c'est à cause du privé sous contrat que ce désengagement existe... Rolling Eyes




Ce n'est pas "à cause".

Mais le saccage de l'Ecole publique a entre autres objectifs, et effets non discutables, de favoriser l'Ecole privée.

Olé.Olé
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par PauvreYorick le Sam 24 Oct 2015 - 15:35

@Rosanette a écrit:
@lilith888 a écrit: je suis très satisfaite de mes conditions de travail. Quant aux raisons à cela, je pourrais répondre, mais ce ne serait pas politiquement correct Laughing
Ca vous titille beaucoup le politiquement correct j'ai l'impression (c'est souvent le signe qu'on va dire une grosse balourdise - pour rester politiquement correcte).
Bon, tant qu'à rester hors-sujet, j'ai tout de même une question: qui peut encore avoir l'impression qu'il existe aujourd'hui une quelconque opinion qui soit politiquement incorrecte? On entend et on lit tout, tout le temps, partout. Political correctness et political incorrectness se sont, dans l'usage, vidés de leur sens: on utilise indifféremment chacun de ces termes pour qualifier tantôt l'ensemble des opinions qu'on a tantôt l'ensemble des opinions qu'on n'a pas Smile

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par wanax le Sam 24 Oct 2015 - 15:38

@Olé.Olé a écrit:
@wanax a écrit:Il s'agit d'égalité en droit. Expliquer aux parents du privé, qui paient plus d'impôt que les autres, qu'ils devront en plus payer davantage pour l'instruction de leurs enfants, et c'estçal'égalité, bon courage. Et puisque tu te mets à invoquer la devise nationale, le premier terme en est ?

Des raisonnement absurdes... je t'en foutrai des raisonnements absurdes...  Laughing


Egalité en droit n'est pas égalité en droits. Ce n'est pas la même chose, mais il est vrai qu'il convient de le rappeler régulièrement à nos élèves.

Si tu veux raisonner de manière non absurde, et nous expliquer que ceux qui ont les revenus les plus élevés devraient bénéficier de subventions pour l'instruction de leur progéniture, il faut commencer par respecter le contenu de la DDHC, qui fonde la Constitution.
J'aime bien ce 'nous', qui pourrait faire croire à un mouvement de masse ( vous êtes à combien, dans l'opinion publique ? Un dixième du FN ? Laughing  )
La formulation que tu utilises ( 'subventions' ... ) insinue que l'état donne son argent à une minorité privilégiée : il se trouve que ce n'est pas son argent, seulement celui qu'il prélève de diverses façons sur l'ensemble de la société, avec une pression accrue sur ceux qui statistiquement sont plus souvent dans le privé que dans le public.

( Au fait, j'enseigne dans le public et suis fonctionnaire d'état, plouf l'argument moisi de Olé.Olé ... Laughing  )

wanax
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par henriette le Sam 24 Oct 2015 - 15:40

@aigle a écrit:On assiste, sur ce forum, à une défense déterminée par certain(e)s de l'école de l'entre-soi, contre celle de la République.
Comme on assiste aussi à une attaque tout aussi déterminée par d'autres de l'école privée.
@aigle a écrit:C'est une position politique clairement identifiée.
Je n'en suis pas certaine du tout en ce qui concerne les interventions des membres sur le forum.
Je me demande si ce n'est pas toi qui vois cela par le prisme de la politisation, et qui du coup veut politiser cela. Ce qui, d'une certaine façon, pour le coup, est en effet politiquement bien connoté.
@aigle a écrit:Toutefois, il semble raisonnable d'accepter qu'une telle position trouve une opposition, dans le contexte de l'histoire de notre pays et de notre République.
Et je ne crois pas que quiconque sur ce forum empêche cette opposition de s'exprimer, tant qu'elle respecte la charte.

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par JPhMM le Sam 24 Oct 2015 - 15:41

@PauvreYorick a écrit:
@Rosanette a écrit:
@lilith888 a écrit: je suis très satisfaite de mes conditions de travail. Quant aux raisons à cela, je pourrais répondre, mais ce ne serait pas politiquement correct Laughing
Ca vous titille beaucoup le politiquement correct j'ai l'impression (c'est souvent le signe qu'on va dire une grosse balourdise - pour rester politiquement correcte).
Bon, tant qu'à rester hors-sujet, j'ai tout de même une question: qui peut encore avoir l'impression qu'il existe aujourd'hui une quelconque opinion qui soit politiquement incorrecte? On entend et on lit tout, tout le temps, partout. Political correctness et political incorrectness se sont, dans l'usage, vidés de leur sens: on utilise indifféremment chacun de ces termes pour qualifier tantôt l'ensemble des opinions qu'on a tantôt l'ensemble des opinions qu'on n'a pas Smile
Hop.

Je me lance.  Very Happy

Lors d'un discours prononcé devant le Congrès sioniste à Jérusalem et faisant référence à une rencontre en novembre 1941 en Allemagne entre Adolf Hitler et le grand mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, Benyamin Nétanyahou a indiqué: « Hitler, à ce moment là, ne voulait pas exterminer les juifs mais les expulser. Alors Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et a dit: Si vous les expulsez, ils viendront tous ici, en Palestine. Et qu'est-ce que je vais en faire?, a demandé (Hitler). Il (le mufti) a dit: Brûlez-les », a déclaré le premier ministre.
http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/21/01003-20151021ARTFIG00396-vive-polemique-apres-les-propos-de-netanyahou-sur-la-shoah.php

L'article est-il politiquement correct ?
Le mot de Nétanyahou est-il politiquement correct ?
Dire que Nétanyahou est une ordure est-il politiquement correct ?

araignée

Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par henriette le Sam 24 Oct 2015 - 15:44

J'ajoute juste une chose : rallumer la guerre des écoles en cette période serait la pire des choses à faire, et le pire service à rendre à l'école de la République, car cela serait pain béni pour le ministère. Cela serait un superbe écran de fumée qui détournerait l'attention des gens sur un autre débat et contribuerait à faire passer plus facilement la réforme calamiteuse qui va détruire le collège public coup sûr.
Je me demande du reste, si ce n'est pas un peu le but...

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par aigle le Sam 24 Oct 2015 - 15:46

La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?

aigle
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 15:46

@henriette a écrit:J'ajoute juste une chose : rallumer la guerre des écoles en cette période serait la pire des choses à faire, et le pire service à rendre à l'école de la République, car cela serait pain béni pour le ministère. Cela serait un superbe écran de fumée qui détournerait l'attention des gens sur un autre débat et contribuerait à faire passer plus facilement la réforme calamiteuse qui va détruire le collège public coup sûr.
Je me demande du reste, si ce n'est pas un peu le but...

3 personnes sans argument et plutôt agressives sur un forum, on a vu mieux pour rallumer une guerre Razz Razz

Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 15:48

@aigle a écrit:La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?

Mais il me semble que tu peux tout dire (dans une certaine limite)
D'ailleurs, tu le montres bien.

Mais il me semble qu'on l'a déjà dit ici.

Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Ingeborg B. le Sam 24 Oct 2015 - 15:48

@Tamerlan a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:
Non, j'avais ouvert le sujet pour d'autres raisons. chat

Article effectivement qui questionne. A la fois sur la vision des sciences et de l'EMC.
Merci veneration  Je pose la question car il me semble qu'il y a aussi en ce moment une offensive du côté des cathos. Je le vois au quotidien dans les discours de certains de mes collègues très pratiquants qui font toujours une différence entre leurs valeurs et celles de autres religions puisque l'identité de la France est catholique. Cela amène à des dérives comme considérer que porter un collier avec une croix n'est pas ostentatoire car il n'y a pas de prosélytisme. Je'pense que ces collègues, qui enseignent pourtant dans un établissement laïc et public, partagent les propos tenus dans cet artcile.

Pour les profs ?

Je discutais l'an dernier avec un CDE du privé qui me disait regretter le faible engagement de ses enseignants dans la pastorale. Pour lui cela allait pourtant de soi. On peut se poser la question du prosélytisme dans ces conditions...
Je suis dans un lycée public, parfois, j'ai envie de conseiller à mes collègues de rejoindre leurs marmots dans le bahut privé voisin...

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par henriette le Sam 24 Oct 2015 - 15:50

@aigle a écrit:La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?
Mais qui donc t'empêche de le dire ?
Et crois-tu qu'on t'ait attendu pour le relever ?

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 15:51

Alors que l'enseignement catholique a "laïcisé" à la fin du 20ème siècle ses enseignements en abandonnant les manuels spécifiques aux écoles libres et en recrutant des enseignants selon les critères de l'éducation nationale, on assiste ainsi à un étonnant retour du sacré dans les enseignements. L'évolution est, nous semble-t-il, plus marquée à cette rentrée.

Je me demande comment vont agir les collègues payés par l'état dans ces établissements avec cette nouvelle pression.

A t on des témoignages ici de collègues du privé ayant subi des pressions ou ayant été témoins de pressions?

Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Pat B le Sam 24 Oct 2015 - 15:52

@Olé.Olé a écrit:
Mais le saccage de l'Ecole publique a entre autres objectifs, et effets non discutables,  de favoriser l'Ecole privée.
Je ne serais pas si catégorique... L'école privée étant tenue de suivre les mêmes programmes, normalement ça ne devrait pas avoir cet effet-là.
Après, suffit que dans leur comm', les cde laissent entendre qu'ils n'appliquent pas la réforme... ou qu'ils sauront l'appliquer de façon bien plus intelligente que dans le public puisque la réforme favorise l'autonomie...
Mais dans mon secteur, hélas, les cde du privé trouvent cette réforme merveilleuse et tiennent à l'appliquer à 200%... S'ils arrivent à en tirer du bénéfice ce sera uniquement par effet de comm, ou parce que les parents d'élèves présupposent qu'on est forcément mieux que le public (qu'ils voient en train de se casser la figure), puisqu'ils paient... l'argument qui tue, je ne suis pas assez calée en psycho pour comprendre pourquoi trop de gens imaginent que ce qu'ils payent est mieux...

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Olé.Olé le Sam 24 Oct 2015 - 15:58

@aigle a écrit:La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?

C'est à dire que eux sont autorisés à ne pas l'appliquer (ou si peu...!)Very Happy

Olé.Olé
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 15:59

@Olé.Olé a écrit:
@aigle a écrit:La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?

C'est à dire que eux sont autorisés à ne pas l'appliquer (ou si peu...!)Very Happy

http://www.reformeducollege.fr/mieux-comprendre/et-le-prive-sous-contrat


Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Pat B le Sam 24 Oct 2015 - 16:01

@Balthamos a écrit:
Alors que l'enseignement catholique a "laïcisé" à la fin du 20ème siècle ses enseignements en abandonnant les manuels spécifiques aux écoles libres et en recrutant des enseignants selon les critères de l'éducation nationale, on assiste ainsi à un étonnant retour du sacré dans les enseignements. L'évolution est, nous semble-t-il, plus marquée à cette rentrée.

Je me demande comment vont agir les collègues payés par l'état dans ces établissements avec cette nouvelle pression.

A t  on des témoignages ici de collègues du privé ayant subi des pressions ou ayant été témoins de pressions?

Quand on a ce genre de pression, chez moi, on est une équipe suffisamment soudée (et laïque) pour rappeler à notre boss notre laïcité et l'interdiction de prosélytisme... Donc en général on n'y jette qu'un vague coup d'oeil et on fait cours comme on veut, donc de façon laïque. Mais, oui, on a des pressions, et c'est inconfortable. Mais ça n'est rien à côté des pressions des familles sur les collègues d'histoire-géo (qui donnent trop de place au monde musulman ou osent dire que des chrétiens ont fait autrefois la même chose que les extrémistes musulmans aujourd'hui...) ou ceux de SVT (qui osent enseigner l'évolution comme une certitude scientifique et non une théorie qui pourrait être mise en concurrence avec le créationnisme.. ben oui y'a des chrétiens créationnistes... et je vous dit pas quand faut parler d'éducation sexuelle !)... ou la prof de français qui passe un film qui pourrait potentiellement faire référence à l'homosexualité...
Bref, notre souci c'est avec les 10% de parents cathos pur et dur (le SGEN, franchement, on lit par curiosité mais s'ils s'imaginent qu'on appliquera, ils se fourrent le doigt dans l'oeil... disons qu'on fera à notre sauce.). Après, le cde se trouve souvent entre deux feux et n'est pas assez ferme pour défendre notre position. Mais en général ils cherchent surtout à ne pas faire de vagues et à calmer les deux parties... Mais vu comme ça évolue, je crains fort que les pressions se fassent plus fortes. Je ne sais pas si des collègues tiendront vraiment compte de ce qu'a dit le SGEN, mais chez moi ça m'étonnerait.

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Pat B le Sam 24 Oct 2015 - 16:05

@Balthamos a écrit:
@Olé.Olé a écrit:
@aigle a écrit:La réforme qui est effectivement calamiteuse est soutenue par l'école des curés !

Et il faudrait ne pas le dire ?

C'est à dire que eux sont autorisés à ne pas l'appliquer (ou si peu...!)Very Happy

http://www.reformeducollege.fr/mieux-comprendre/et-le-prive-sous-contrat


Merci pour le lien...
Dans le privé il n'existe pas de conseil pédagogique, donc il y a la grande crainte que le cde décide seul de l'organisation des enseignements. Ce qui est finalement pire que dans le public... Parce que beaucoup de cde du privé semblent tout à fait convaincus que cette réforme est bonne et comptent bien l'appliquer à la lettre.
Mais donc, sinon, la réforme s'applique complètement. Dommage, j'ai failli avoir un espoir...

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par kero le Sam 24 Oct 2015 - 16:09

@lilith888 a écrit:Si, le fait que les enfants puissent aller à l'école pour apprendre sereinement. Franchement, pour ça, je serais même prête à payer bien plus que ce que je le fais actuellement, crois-moi ! Laughing

Si tu as raison de souligner que c'est un non sens de dénoncer le coût du privé sous contrat sans considérer que cela finance l'instruction d'élèves qui, sans cela, devraient dans tous les cas être scolarisés dans le public (et donc susciteraient, par effet de vase communiquant, une hausse des dépenses du public), tu oublies un effet pervers important de ce système bipolaire: le public et le privé fonctionnent selon des règles différentes, puisque le public est obligé d'accepter tout public, alors que le privé peut faire son marché.

Cela a inévitablement pour effet de créer une ségrégation de fait, entre établissements concentrant de meilleurs élèves, et le public qui concentre tous les élèves à problèmes. Tu le soulignes toi-même, puisque tu remarques que dans le privé, les élèves sont scolarisés "sereinement". Loys a fait un très bon papier sur le sujet.

C'est surtout cela qui me semble contestable dans ce double système. Si les deniers publics financent les deux systèmes, il faudrait que les deux systèmes soient soumis aux mêmes contraintes en matière de publics d'élèves. Or, ce n'est pas le cas, et ça, c'est un gros problème.


Dernière édition par kero le Sam 24 Oct 2015 - 16:14, édité 3 fois

kero
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par henriette le Sam 24 Oct 2015 - 16:10

@Pat B a écrit:Mais donc, sinon, la réforme s'applique complètement. Dommage, j'ai failli avoir un espoir...
Elle s'y applique, indubitablement.
Complètement, ça c'est encore à voir.
Par exemple en ce qui concerne la carte des langues (du reste si quelqu'un pouvait répondre à la question que je pose sur ce fil, j'en serai ravie, car dans mon aca, le tableau est très très noir pour la survie de l'allemand dans le public :http://www.neoprofs.org/t96128-primaire-prive-sous-contrat-et-lv-au-cp-qui-decide ), la survie des bilangues, du latin et du grec, possiblement financés sur fonds propres dans le privé contrairement au public.
Mais c'est un autre débat, n'est-ce pas.

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Pat B le Sam 24 Oct 2015 - 16:20

@henriette a écrit:
@Pat B a écrit:Mais donc, sinon, la réforme s'applique complètement. Dommage, j'ai failli avoir un espoir...
Elle s'y applique, indubitablement.
Complètement, ça c'est encore à voir.
Par exemple en ce qui concerne la carte des langues (du reste si quelqu'un pouvait répondre à la question que je pose sur ce fil, j'en serai ravie, car dans mon aca, le tableau est très très noir pour la survie de l'allemand dans le public :http://www.neoprofs.org/t96128-primaire-prive-sous-contrat-et-lv-au-cp-qui-decide ), la survie des bilangues, du latin et du grec, possiblement financés sur fonds propres dans le privé contrairement au public.
Mais c'est un autre débat, n'est-ce pas.
Financés sur fond propre, à voir. Peut-être dans les gros bahuts privés élitistes ? Mais je plains les profs qui vont devoir accepter d'être payés en heure-OGEC, donc à coup de lance-pierre, en espérant garder assez d'heures payées par l'éducation nationale pour ne pas perdre leur contrat (donc leur concours)
(mais oui, on est Hors sujet)

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par henriette le Sam 24 Oct 2015 - 16:22

En fait, cela existe déjà, on en a vu passer un exemple sur le forum : le prospectus annonçait le coût de base (de mémoire une quarantaine d'euros par mois), coût augmenté si demi-pension, bilangue ou section européenne.

_________________

-------------------
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Balthamos le Sam 24 Oct 2015 - 16:25

@Pat B a écrit:
@henriette a écrit:
@Pat B a écrit:Mais donc, sinon, la réforme s'applique complètement. Dommage, j'ai failli avoir un espoir...
Elle s'y applique, indubitablement.
Complètement, ça c'est encore à voir.
Par exemple en ce qui concerne la carte des langues (du reste si quelqu'un pouvait répondre à la question que je pose sur ce fil, j'en serai ravie, car dans mon aca, le tableau est très très noir pour la survie de l'allemand dans le public :http://www.neoprofs.org/t96128-primaire-prive-sous-contrat-et-lv-au-cp-qui-decide ), la survie des bilangues, du latin et du grec, possiblement financés sur fonds propres dans le privé contrairement au public.
Mais c'est un autre débat, n'est-ce pas.
Financés sur fond propre, à voir. Peut-être dans les gros bahuts privés élitistes ? Mais je plains les profs qui vont devoir accepter d'être payés en heure-OGEC, donc à coup de lance-pierre, en espérant garder assez d'heures payées par l'éducation nationale pour ne pas perdre leur contrat (donc leur concours)
(mais oui, on est Hors sujet)

Ce n'est pas grave, l'ensemble du sujet est hors sujet Razz Razz

Mais ton témoignage est très intéressant.

Balthamos
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par PauvreYorick le Sam 24 Oct 2015 - 16:41

Je trouve le témoignage de PatB instructif; merci.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par Pat B le Sam 24 Oct 2015 - 16:56

Mon témoignage vaut ce qu'il vaut, je suis dans un tout petit collège de campagne... rien à voir avec les bahuts élitistes de grande ville.
Sinon, à la réflexion, je vois une raison à l'existence du privé sous contrat : s'il existe et parvient à avoir une réputation suffisante, ça limite effectivement le privé hors contrat (pourquoi payer plus si le privé sous contrat suffit) et permet de contrôler ce qui s'y dit donc de limiter le prosélytisme... Cela dit, le privé hors contrat c'est rudement cher, donc de toute façon il ne risque pas de se développer énormément...

Et pour info, un bon paquet de prof du privé ne sont pas là par choix mais par hasard : après avoir raté le concours et été embauché comme suppléant, ils y sont restés et ont repassé des concours internes... Y'a quelques fous comme moi qui ont coché "enseignement privé" le jour de l'inscription au concours, pour ma part je le regrette assez souvent depuis quelques années... (j'avais des obligations géographiques et un bon souvenir de ma scolarité en collège privé).

Je me dis d'ailleurs que je devrais changer de pseudo pour ne pas être repérée et identifiée (je vais faire échouer ma demande de mut' si je dis trop de mal de l'enseignement catho de mon coin...)... mais pas le temps de m'en occuper, et j'ai pas réfléchi en m'inscrivant.

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le retour du religieux ou l'interprétation des programmes par le secrétaire général de l'enseignement catholique

Message par CHADES le Sam 24 Oct 2015 - 16:57

@kero a écrit:
@lilith888 a écrit:Si, le fait que les enfants puissent aller à l'école pour apprendre sereinement. Franchement, pour ça, je serais même prête à payer bien plus que ce que je le fais actuellement, crois-moi ! Laughing

Si tu as raison de souligner que c'est un non sens de dénoncer le coût du privé sous contrat sans considérer que cela finance l'instruction d'élèves qui, sans cela, devraient dans tous les cas être scolarisés dans le public (et donc susciteraient, par effet de vase communiquant, une hausse des dépenses du public), tu oublies un effet pervers important de ce système bipolaire: le public et le privé fonctionnent selon des règles différentes, puisque le public est obligé d'accepter tout public, alors que le privé peut faire son marché.

Cela a inévitablement pour effet de créer une ségrégation de fait, entre établissements concentrant de meilleurs élèves, et le public qui concentre tous les élèves à problèmes. Tu le soulignes toi-même, puisque tu remarques que dans le privé, les élèves sont scolarisés "sereinement". Loys a fait un très bon papier sur le sujet.

C'est surtout cela qui me semble contestable dans ce double système. Si les deniers publics financent les deux systèmes, il faudrait que les deux systèmes soient soumis aux mêmes contraintes en matière de publics d'élèves. Or, ce n'est pas le cas, et ça, c'est un gros problème.

Oui.... Ségrégation sociale également. Et ce n'est pas une légende ...

_________________
expert procrastinateur.

CHADES
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum