Je n'y crois plus

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je n'y crois plus

Message par Raoul Volfoni le Mar 27 Oct 2015 - 14:39

J'ignore si cela va durer, mais je suis très désabusée en ce moment.
Je suis professeur d'histoire-géographie (et EMC Rolling Eyes) ; cela signifie que je suis censée transmettre les valeurs de la République et de la citoyenneté... et justement, je n'y crois plus. La démocratie française m'apparaît comme une sorte de mascarade. La volonté du peuple n'a guère d'importance ; une très grande partie de notre destin nous échappe, parce que nous n'avons pas le choix de nos dirigeants et de la politique mise en œuvre (ou parce que nous nous satisfaisons du simulacre de choix offert). Faire société me semble de plus en plus improbable. J'ai l'impression de vivre dans un pays formé de communautés, où chacun tire la couverture à soi, où l'intérêt général n'a plus de sens face aux particularismes. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est seulement l'impression que j'ai. Je n'aurais jamais cru dire cela, mais je pense que je vais m'abstenir de voter désormais. Cela n'a plus de sens à mes yeux.
Lorsque je suis en cours, j'ai l'impression de raconter des fables. Je crois de moins en moins à ce que je dis (l'importance du vote, être un citoyen actif, les valeurs qui fondent notre pays...) : tout cela me fait l'effet d'un vernis en train de se craqueler.
Je vais bosser parce qu'il faut, j'essaie de m'acquitter au mieux de ma tâche, mais je suis mal à l'aise : j'ai l'impression de mentir lorsque j'en viens à aborder certains points. Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits...
Je réfléchis à une reconversion, mais j'ignore encore dans quel domaine. Ce n'est pas seulement à cause de ce sentiment de malaise, mais je pense que ça compte dans mon peu de motivation à aller travailler (ça, plus les copies, plus le salaire bof, plus le mépris de notre hiérarchie, plus, plus...)
Bref, voilà. J'avais besoin de le dire. Je n'en ai parlé à personne pour le moment.

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par olive-in-oil le Mar 27 Oct 2015 - 14:42

Maigre consolation pour toi sans doute mais il y a pire qu'en France... Wink

fleurs

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Madame_Prof le Mar 27 Oct 2015 - 14:43

Moi c'est ce que je ressens quand on m'impose d'enseigner des notions de telle ou telle façon, c'est à dire d'une façon qui ne me convient pas, sans les exigences en lesquelles je crois. Et avec la réforme du collège, cela va lourdement s'aggraver...

Se reconvertir, oui mais pour faire quoi ? En ce qui me concerne, la seule reconversion qui me tente vraiment impliquerait 3 années d'études avec beaucoup d'argent à y mettre, sans compter ce qui sera perdu pour la retraite.

Bref, ma stratégie, c'est de me détacher du boulot... Pas sûre que ça marche longtemps.

Bon courage !

_________________
2016-2017 T4 TZR en AFA avec des 6e, 5e, 2nde ! Militante plus que jamais Razz
2015-2016 - T3 TZR en AFA avec des 5e, 4e (dont une SEGPA), 3e... et toujours militante !
2014-2015 - T2 TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal... et militante ! 
2013-2014 - Néo-titulaire TZR en AFA avec des 5e, 4e, 3e + prof principal  
2012-2013 - Année de stage avec des 6e, 5e, 4e

Madame_Prof
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Paraffin le Mar 27 Oct 2015 - 14:47

@Raoul Volfoni a écrit:J'ignore si cela va durer, mais je suis très désabusée en ce moment.
Je suis professeur d'histoire-géographie (et EMC Rolling Eyes) ; cela signifie que je suis censée transmettre les valeurs de la République et de la citoyenneté... et justement, je n'y crois plus. La démocratie française m'apparaît comme une sorte de mascarade. La volonté du peuple n'a guère d'importance ; une très grande partie de notre destin nous échappe, parce que nous n'avons pas le choix de nos dirigeants et de la politique mise en œuvre (ou parce que nous nous satisfaisons du simulacre de choix offert). Faire société me semble de plus en plus improbable. J'ai l'impression de vivre dans un pays formé de communautés, où chacun tire la couverture à soi, où l'intérêt général n'a plus de sens face aux particularismes. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est seulement l'impression que j'ai. Je n'aurais jamais cru dire cela, mais je pense que je vais m'abstenir de voter désormais. Cela n'a plus de sens à mes yeux.
Lorsque je suis en cours, j'ai l'impression de raconter des fables. Je crois de moins en moins à ce que je dis (l'importance du vote, être un citoyen actif, les valeurs qui fondent notre pays...) : tout cela me fait l'effet d'un vernis en train de se craqueler.
Je vais bosser parce qu'il faut, j'essaie de m'acquitter au mieux de ma tâche, mais je suis mal à l'aise : j'ai l'impression de mentir lorsque j'en viens à aborder certains points. Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits...
Je réfléchis à une reconversion, mais j'ignore encore dans quel domaine. Ce n'est pas seulement à cause de ce sentiment de malaise, mais je pense que ça compte dans mon peu de motivation à aller travailler (ça, plus les copies, plus le salaire bof, plus le mépris de notre hiérarchie, plus, plus...)
Bref, voilà. J'avais besoin de le dire. Je n'en ai parlé à personne pour le moment.

Et bien, ne te gêne pas pour en parler aux élèves, ça les intéressera sans doute! En anglais, on utilise toutes sortes de sujets et je te prie de croire que certains profs ne se gênent pas pour faire germer la graine de la lucidité dans l'esprit de nos petits élève.

_________________
If you want to go nowhere, you're sure to get there.

Paraffin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Tomoe Gozen le Mar 27 Oct 2015 - 14:53

Je pense que ce que tu exprimes est la pire conséquence de cette maudite réforme : décourager les profs qui étaient vraiment motivés...

Les autres se moquent d'avoir à appliquer une réforme bonne ou mauvaise (en tout cas c'est ce qu'ont exprimé les collègues autour de moi qui ne viennent au collège que pour faire leurs heures et ambitionnent de devenir soit formateur soit inspecteur)...

Personnellement je tiens bon en me disant que si tous les profs de langues anciennes abandonnent, cette démarche (quoique compréhensible) provoquera la fin définitive de cet enseignement qui fait partie intégrante de notre personnalité, de nos valeurs, de notre vie.

Essaie toi aussi quelque chose à quoi te raccrocher, peut-être la solidarité d'enseignants qui éprouvent les mêmes sentiments que toi !

Courage ! fleurs


Tomoe Gozen
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Sphinx le Mar 27 Oct 2015 - 14:54

Ca m'arrive aussi de laisser entendre, sans en nommer aucun bien sûr, que nos hommes politiques sont loin d'être parfaits... Il m'a toujours semblé, mais je me trompe peut-être, que le rôle du professeur qui enseigne l'éducation civique était justement, non pas de prétendre que la France est le phare du monde, mais de montrer qu'il y a des lois et des idéaux, afin que les élèves puissent ensuite se rendre compte par eux-même que ceux-ci ne sont pas toujours respectés, y compris par ceux qui le devraient.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

             

Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par charlicom le Mar 27 Oct 2015 - 15:09

"Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits..."
Bien, tu sais agir en fonctionnaire de l'Etat. Et je te rassure, il y a de bien plus mauvais produits !! Tu te fais un coup de mou, manque de soleil, fête des morts et de la citrouille... Prends une cure de magnésium, fais une soirée bachelorette, et n'oublie pas que y'a quand même de fabuleuses choses dans l'Histoire de l'humanité angedemon

charlicom
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par lucil le Mar 27 Oct 2015 - 15:11

Raoul, je comprends tout à fait ton constat. D'ailleurs, j'ai aussi partagé pas mal d'idées de ton texte avec une collègue d'Histoire-Géo de mon collège. Alors, oui, au départ, quand on commence ce métier, on part avec de bons sentiments, vouloir par exemple donner le goût aux élèves de découvrir des choses ( ça marche encore mais....), d'acquérir un début de jugement critique sur le monde, les décisions politiques...( oui oui.... bien sûr... en général, j'ai un élève dans la classe qui est sensibilisé par ce genre de question). Et puis être un vecteur de "Saintes paroles" d'un monde démocratique, ça fait un peu tâche d'huile en ce moment hein!. Mais en tant que bon petit transmetteur, on donne ce que l'Etat juge bon pour ces enfants ( on se demanderait pas s'il n'y a pas une dose de propagande d'ailleurs), on fait notre boulot et on nous fait aussi comprendre qu'il faut faire attention aux écarts. En tout cas, moi, ce que je fais, j'avance, sans trop d'illusion, en essayant de passer quelques messages, et surtout.... j'attends pas grand chose en retour, ça vaut mieux ainsi. titanic

_________________

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Sakei le Mar 27 Oct 2015 - 15:13

La démocratie française sera de plus en plus une mascarade si chacun se désintéresse, se désengage, s'abstiens...
Contre cela, adhérez à un parti politique, débattez à l'intérieur de ce parti pour le faire changer, l'influencer si tout ne vous convient pas à l'intérieur... bref, contre cette sensation de mascarade, il faut, au contraire, que chacun fasse de la politique !

"Pour détourner un avion, il faut être dedans"

Sakei
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Reine Margot le Mar 27 Oct 2015 - 15:16

ben justement je pense que le changement ne viendra certainement pas des partis, tout est fait de l'intérieur pour verrouiller toute pensée contradictoire (voir ce qui arrive aux "Frondeurs")

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Sakei le Mar 27 Oct 2015 - 15:18

Dans des partis, des associations, des regroupements de gens.. bref dans ce que vous voulez mais dans l'action.

Sakei
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par lucil le Mar 27 Oct 2015 - 15:33

Ce ne sont pas nos politiques qui changeront les choses, ni le peuple tant qu'on lui donne à bouffer. Le système est verrouillé par la finance et le capital, c'est l'argent qui mène le monde. Les partis, associations.... oui, on a le droit d'être idéaliste tant qu'on n'est pas dangereux. Mais selon moi, pour que le système se renverse, il faudra que les gens se réveillent en masse et pas seulement en France.... Mais ça...je n'y crois pas.

_________________

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par amethyste le Mar 27 Oct 2015 - 15:52

@Madame_Prof a écrit:Moi c'est ce que je ressens quand on m'impose d'enseigner des notions de telle ou telle façon, c'est à dire d'une façon qui ne me convient pas, sans les exigences en lesquelles je crois. Et avec la réforme du collège, cela va lourdement s'aggraver...

Se reconvertir, oui mais pour faire quoi ? En ce qui me concerne, la seule reconversion qui me tente vraiment impliquerait 3 années d'études avec beaucoup d'argent à y mettre, sans compter ce qui sera perdu pour la retraite.

Bref, ma stratégie, c'est de me détacher du boulot... Pas sûre que ça marche longtemps.

Bon courage !
+1000

_________________
Nous aurons le destin que nous aurons mérité. Einstein

amethyste
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Fesseur Pro le Mar 27 Oct 2015 - 15:54

@Paraffin a écrit:
@Raoul Volfoni a écrit:J'ignore si cela va durer, mais je suis très désabusée en ce moment.
Je suis professeur d'histoire-géographie (et EMC Rolling Eyes) ; cela signifie que je suis censée transmettre les valeurs de la République et de la citoyenneté... et justement, je n'y crois plus. La démocratie française m'apparaît comme une sorte de mascarade. La volonté du peuple n'a guère d'importance ; une très grande partie de notre destin nous échappe, parce que nous n'avons pas le choix de nos dirigeants et de la politique mise en œuvre (ou parce que nous nous satisfaisons du simulacre de choix offert). Faire société me semble de plus en plus improbable. J'ai l'impression de vivre dans un pays formé de communautés, où chacun tire la couverture à soi, où l'intérêt général n'a plus de sens face aux particularismes. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est seulement l'impression que j'ai. Je n'aurais jamais cru dire cela, mais je pense que je vais m'abstenir de voter désormais. Cela n'a plus de sens à mes yeux.
Lorsque je suis en cours, j'ai l'impression de raconter des fables. Je crois de moins en moins à ce que je dis (l'importance du vote, être un citoyen actif, les valeurs qui fondent notre pays...) : tout cela me fait l'effet d'un vernis en train de se craqueler.
Je vais bosser parce qu'il faut, j'essaie de m'acquitter au mieux de ma tâche, mais je suis mal à l'aise : j'ai l'impression de mentir lorsque j'en viens à aborder certains points. Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits...
Je réfléchis à une reconversion, mais j'ignore encore dans quel domaine. Ce n'est pas seulement à cause de ce sentiment de malaise, mais je pense que ça compte dans mon peu de motivation à aller travailler (ça, plus les copies, plus le salaire bof, plus le mépris de notre hiérarchie, plus, plus...)
Bref, voilà. J'avais besoin de le dire. Je n'en ai parlé à personne pour le moment.

Et bien, ne te gêne pas pour en parler aux élèves, ça les intéressera sans doute! En anglais, on utilise toutes sortes de sujets et je te prie de croire que certains profs ne se gênent pas pour faire germer la graine de la lucidité dans l'esprit de nos petits élève.
En collège, mieux vaut éviter.
Ce n'est pas faire germer une graine de lucidité mais donner ton avis, influencer les élèves.
Et ce n'est pas notre rôle.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par lisette83 le Mar 27 Oct 2015 - 15:55

@olive-in-oil a écrit:Maigre consolation pour toi sans doute mais il y a pire qu'en France... Wink

fleurs
Il y a toujours pire ailleurs mais ce sentiment n'est pas le reflet du progrès humain auquel on peut aspirer.

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Raoul Volfoni le Mar 27 Oct 2015 - 16:40

Merci pour vos réactions. Je ne sais pas trop ce que je cherchais en postant mais c'est intéressant d'avoir vos opinions. Je réponds un peu en vrac.
Je sais qu'il y a pire ailleurs, mais ce qui me frappe, c'est la contradiction entre les textes, les idées, et les faits. Quand on lit, au hasard, des extraits du programme du CNR, on ne peut que vibrer. Mais que sont devenus ces principes ? Des prétextes, bien souvent, ou des mantras (voir égalité/égalitarisme). Je ne donne pas mon avis aux élèves, même si je parle parfois d'actualité, je le fais avec neutralité. De même, je ne leur dis pas que selon moi, trop de mots sont galvaudés dans notre système. Quand je pense que certains de mes 1e seraient pour le vote obligatoire ! parce que oui, "on s'est battu pour avoir le droit de vote, il faut voter". Ils ont encore des illusions, des idéaux, et c'est ce qui m'attriste : les miens se sont évaporés.
J'ai parfois l'impression d'être complice d'une gigantesque tromperie - l'EN me rend complice de cette entourloupe qui consiste à laisser baisser le niveau, à faire croire à nos élèves que leur bac aura une signification et une valeur, qu'ils ont des capacités intellectuelles que tous sont loin d'avoir. Lorsque j'y pense, je me sens vraiment mal à l'aise. Lire en lycée des copies d'une grande pauvreté (je parle autant de la forme que du fond) me conforte dans cette idée que je suis complice ; car après tout, j'adapte mes exigences et mes cours, et aux élèves, et aux programmes. Je n'ai certainement pas connu un "âge d'or" mais lorsque je compare avec "mon époque", je vois l'écart : je savais prendre des notes à mon entrée en 2de, alors que mes 1e en sont encore incapables (et ont visiblement peur de couper le cordon sécurisant de la dictée, mais c'est un autre sujet).
Je me détache du boulot, je passe le minimum de temps en préparations/corrections, je me garde du temps pour moi. Cela me permet de faire des choses qui m'intéressent vraiment, mais je ne sais pas si cela fonctionnera longtemps. La réforme du collège a fini de me démoraliser : le mépris affiché pour les profs, les pseudo-zintellectuels et l'opinion en général par des gens qui n'ont aucune légitimité, la moutonnerie béate d'une bonne partie de la profession, la dégradation future des conditions de travail... comment ne pas être écœuré ?
Je retarde le moment de me mettre au boulot pour lundi. J'ai un paquet de copies, et des cours à préparer. Je n'ai aucune envie de m'y mettre, comme si cela ne me concernait plus. C'est une sensation bizarre, comme si j'étais en-dehors de tout ça. J'ai du mal à m'exprimer plus clairement...

Pour finir sur une note plus optimiste, je crois que je vais aller tester la recette du zebra cake !

_________________
"Les jolies filles en savent toujours trop !" (Raoul Volfoni, conseiller officiel de la ministre)

>>Quatre clics par jour pour aider les animaux abandonnés !<<

Raoul Volfoni
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Paraffin le Mar 27 Oct 2015 - 16:53

@Fesseur Pro a écrit:
@Paraffin a écrit:
@Raoul Volfoni a écrit:J'ignore si cela va durer, mais je suis très désabusée en ce moment.
Je suis professeur d'histoire-géographie (et EMC Rolling Eyes) ; cela signifie que je suis censée transmettre les valeurs de la République et de la citoyenneté... et justement, je n'y crois plus. La démocratie française m'apparaît comme une sorte de mascarade. La volonté du peuple n'a guère d'importance ; une très grande partie de notre destin nous échappe, parce que nous n'avons pas le choix de nos dirigeants et de la politique mise en œuvre (ou parce que nous nous satisfaisons du simulacre de choix offert). Faire société me semble de plus en plus improbable. J'ai l'impression de vivre dans un pays formé de communautés, où chacun tire la couverture à soi, où l'intérêt général n'a plus de sens face aux particularismes. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est seulement l'impression que j'ai. Je n'aurais jamais cru dire cela, mais je pense que je vais m'abstenir de voter désormais. Cela n'a plus de sens à mes yeux.
Lorsque je suis en cours, j'ai l'impression de raconter des fables. Je crois de moins en moins à ce que je dis (l'importance du vote, être un citoyen actif, les valeurs qui fondent notre pays...) : tout cela me fait l'effet d'un vernis en train de se craqueler.
Je vais bosser parce qu'il faut, j'essaie de m'acquitter au mieux de ma tâche, mais je suis mal à l'aise : j'ai l'impression de mentir lorsque j'en viens à aborder certains points. Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits...
Je réfléchis à une reconversion, mais j'ignore encore dans quel domaine. Ce n'est pas seulement à cause de ce sentiment de malaise, mais je pense que ça compte dans mon peu de motivation à aller travailler (ça, plus les copies, plus le salaire bof, plus le mépris de notre hiérarchie, plus, plus...)
Bref, voilà. J'avais besoin de le dire. Je n'en ai parlé à personne pour le moment.

Et bien, ne te gêne pas pour en parler aux élèves, ça les intéressera sans doute! En anglais, on utilise toutes sortes de sujets et je te prie de croire que certains profs ne se gênent pas pour faire germer la graine de la lucidité dans l'esprit de nos petits élève.

Fesseur Pro, je comprends tout à fait ton message, mais je suggère seulement de dire aux élèves qu'on leur enseigne la théorie et de leur conseiller de regarder et d'écouter les infos, de lire les journaux.... afin de voir par eux-mêmes qu'il y a parfois des différences entre la théorie et la réalité. J'étais en 4ème lorsque un professeur nous a fait acheter 6 hebdomadaires (à l'époque la presse écrite existait encore) pour analyser comment la même information était traitée - et crois-moi, même en 4ème ça te fait réfléchir, le prof n'a pas besoin d'en rajouter!
En collège, mieux vaut éviter.
Ce n'est pas faire germer une graine de lucidité mais donner ton avis, influencer les élèves.
Et ce n'est pas notre rôle.


Dernière édition par Paraffin le Mar 27 Oct 2015 - 17:12, édité 1 fois (Raison : Mauvaise manip!)

_________________
If you want to go nowhere, you're sure to get there.

Paraffin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Marie Laetitia le Mar 27 Oct 2015 - 17:02

Raoul, cela fait pas mal d'années que je crois plus dans la justice (ou alors c'est par coup de bol ou dossier bétonné par un excellent avocat), ni dans l'égalité entre les citoyens. Je ne crois guère non plus dans la possibilité d'amener au pouvoir un grand homme d'état par les urnes.
Nous sommes seuls, chacun d'entre nous.
Néanmoins, je suis attachée dans une certaine mesure aux notions de programme que tu décris puisque c'est l'existence théorique de ces valeurs, conjuguée à nos savoirs, notre expérience et notre courage, qui pourra changer ce qui est à changer. Le monde parfait n'existe pas et les sujets qui donnent envie de pleurer sont nombreux. Mais cela fait autant de choses que nous pouvons contribuer à changer, si nous sommes conscients de notre petitesse, de nos limites mais de la force que nous pouvons déployer en restant attentifs aux autres. Je ne pourrai pas changer le monde, je peux construire ma vie et faire du bien à ceux qui sont autour de moi. À l'impossible, nul n'est tenu.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Tem-to le Mar 27 Oct 2015 - 17:18

Lucil : Les gens se réveillent doucement d'un oeil dans quelques pays démocratiques et sans doute ne vaut-il mieux pas qu'ils ouvrent les deux en même temps. Cela ne se passe pas dans les bureaux de vote français mais en Grèce, en Espagne et, hélas -vu la direction sans contre-pouvoir que cela prend-, en Pologne.

Peut-on imaginer passer outre la voie démocratique ? NON.

Attention, la lumière (les feux du Grand Soir) est aveuglante (1789, 1848). Le pouvoir et sa conservation corrompront toujours jusqu'aux plus purs. Ils les détourneront fatalement de tout ce pour quoi ils ont été élus. L'argent mène le monde (et les élections -les bourrages d'urnes, cela existe encore y compris en France, y compris pour les présidentielles), mais il n'est qu'un outil pour satisfaire l'ego de candidats qui aiment trop leur reflet dans le miroir.

Dans les établissements scolaires, je souhaite que tous les professeurs de bonne volonté amènent leur pierre pour plus ou moins appliquer les réformes là où cela leur est demandé, en desserrant plus ou moins les dents de la fourche caudine sous laquelle elles n'ont, qu'elles le veuillent ou non, d'autres choix que passer. Mais desserrage ou pas, ce serait bien que cela se fasse de façon assumée, sans se mentir.

Les professeurs ne font pas cours pour eux-mêmes, mais pour leurs élèves.
a) Si ces derniers sont en face de nous, c'est pour qu'on leur propose un savoir, une culture, qu'on leur donne LE GOUT de s'y abreuver au présent pour qu'ils reviennent y boire quand nous ne les aurons plus en face de nous, tout au long de leur vie, s'ils en ont soif.

b) Mais SURTOUT, à mon avis, ils sont là pour qu'on leur propose un savoir, une culture, osons le mot qui n'a rien d'antinomique, utiles. D'une utilité qui les armera le plus possible A TROUVER, EN AUTONOMIE, UN EMPLOI POUR VIVRE. Et ça, ils ont de moins en moins l'opportunité de décider quand par eux-mêmes. Ne serait-ce pas le fondamental des fondamentaux ?

Pour les élèves, je crois qu'il ne faut pas complètement oublier le pragmatisme.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par energi le Mar 27 Oct 2015 - 17:46

Moi aussi, je pense à une reconversion.J'ai exploré presque toutes les pistes et fait le tour de tous les métiers qui me plairaient ou me plairaient moins. Seulement, soit il faut repasser des concours(être mutée loi et recommencer à zéro?) , soit il faut faire des études, soit le métier offre peu de débouchés. Bref, il y a toujours quelque chose qui me bloque et donc je finis par me dire que le métier de prof n'est pas si mal ou en tout cas, il y a pire et peut être pas tellement mieux ( je regarde des avantages de notre métier et les inconvénients des autres)
Cette année, je me retrouve avec pas mal de boulot mais des dernières années , j'ai levé le pied et privilégié les loisirs.Je passais la majorité de mon temps libre ( hors cours) à faire autre chose que préparer ou corriger).Mes cours n'ont pas été pire que si j'avais bossé bien plus

energi
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Whypee le Mar 27 Oct 2015 - 17:58

@energi a écrit:Moi aussi, je pense à une reconversion.J'ai exploré presque toutes les pistes et fait le tour de tous les métiers qui me plairaient ou me plairaient moins. Seulement, soit il faut repasser des concours(être mutée loi et recommencer à zéro?) , soit il faut faire des études, soit le métier offre peu de débouchés. Bref, il y a toujours  quelque chose qui me bloque et donc je finis par me dire que le métier de prof n'est pas si mal ou en tout cas, il y a pire et peut être pas tellement mieux ( je regarde des avantages de notre métier et les inconvénients des autres)
Cette année, je me retrouve avec pas mal de boulot mais des dernières années , j'ai levé le pied et privilégié les loisirs.Je passais la majorité de mon temps libre ( hors cours) à faire autre chose que préparer ou corriger).Mes cours n'ont pas été pire que si j'avais bossé bien plus.

Même constat.

Whypee
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par lucil le Mar 27 Oct 2015 - 18:33

@Raoul Volfoni a écrit:Merci pour vos réactions. Je ne sais pas trop ce que je cherchais en postant mais c'est intéressant d'avoir vos opinions. Je réponds un peu en vrac.
Je sais qu'il y a pire ailleurs, mais ce qui me frappe, c'est la contradiction entre les textes, les idées, et les faits. Quand on lit, au hasard, des extraits du programme du CNR, on ne peut que vibrer. Mais que sont devenus ces principes ? Des prétextes, bien souvent, ou des mantras (voir égalité/égalitarisme). Je ne donne pas mon avis aux élèves, même si je parle parfois d'actualité, je le fais avec neutralité. De même, je ne leur dis pas que selon moi, trop de mots sont galvaudés dans notre système. Quand je pense que certains de mes 1e seraient pour le vote obligatoire ! parce que oui, "on s'est battu pour avoir le droit de vote, il faut voter". Ils ont encore des illusions, des idéaux, et c'est ce qui m'attriste : les miens se sont évaporés.
J'ai parfois l'impression d'être complice d'une gigantesque tromperie - l'EN me rend complice de cette entourloupe qui consiste à laisser baisser le niveau, à faire croire à nos élèves que leur bac aura une signification et une valeur, qu'ils ont des capacités intellectuelles que tous sont loin d'avoir. Lorsque j'y pense, je me sens vraiment mal à l'aise. Lire en lycée des copies d'une grande pauvreté (je parle autant de la forme que du fond) me conforte dans cette idée que je suis complice ; car après tout, j'adapte mes exigences et mes cours, et aux élèves, et aux programmes. Je n'ai certainement pas connu un "âge d'or" mais lorsque je compare avec "mon époque", je vois l'écart : je savais prendre des notes à mon entrée en 2de, alors que mes 1e en sont encore incapables (et ont visiblement peur de couper le cordon sécurisant de la dictée, mais c'est un autre sujet).
Je me détache du boulot, je passe le minimum de temps en préparations/corrections, je me garde du temps pour moi. Cela me permet de faire des choses qui m'intéressent vraiment, mais je ne sais pas si cela fonctionnera longtemps. La réforme du collège a fini de me démoraliser : le mépris affiché pour les profs, les pseudo-zintellectuels et l'opinion en général par des gens qui n'ont aucune légitimité, la moutonnerie béate d'une bonne partie de la profession, la dégradation future des conditions de travail... comment ne pas être écœuré ?
Je retarde le moment de me mettre au boulot pour lundi. J'ai un paquet de copies, et des cours à préparer. Je n'ai aucune envie de m'y mettre, comme si cela ne me concernait plus. C'est une sensation bizarre, comme si j'étais en-dehors de tout ça. J'ai du mal à m'exprimer plus clairement...

Pour finir sur une note plus optimiste, je crois que je vais aller tester la recette du zebra cake !


Raoul, je suis complètement d'accord avec toi, en particulier quand tu évoques cette gigantesque tromperie. J'ai aussi ce sentiment-là. Pareil, j'ai décidé de ne plus passer un temps fou dans les préparations, ni à la correction, car quand je vois les résultats par rapport à ce que je donne en cours comme éléments pouvant éclairer les esprits, cela est complètement déconcertant. Alors, tout comme toi, je fais de sorte à me donner personnellement plus de temps pour réaliser ce que j'aime. Pour le reste "Amen"

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Tem-to le Mar 27 Oct 2015 - 18:53

D'accord pour la "gigantesque tromperie".
Elle a déguisé sa réforme sous l'habit de la com parce qu'elle n'a pas le courage d'afficher ses vraies motivations : faire des économies sans oser dire qu'elle change de paradigme d'enseignement.
Tant qu'on ne trompe pas les élèves, trompons les trompeurs.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par JPhMM le Mar 27 Oct 2015 - 19:10

@Raoul Volfoni a écrit:J'ignore si cela va durer, mais je suis très désabusée en ce moment.
Je suis professeur d'histoire-géographie (et EMC Rolling Eyes) ; cela signifie que je suis censée transmettre les valeurs de la République et de la citoyenneté... et justement, je n'y crois plus. La démocratie française m'apparaît comme une sorte de mascarade. La volonté du peuple n'a guère d'importance ; une très grande partie de notre destin nous échappe, parce que nous n'avons pas le choix de nos dirigeants et de la politique mise en œuvre (ou parce que nous nous satisfaisons du simulacre de choix offert). Faire société me semble de plus en plus improbable. J'ai l'impression de vivre dans un pays formé de communautés, où chacun tire la couverture à soi, où l'intérêt général n'a plus de sens face aux particularismes. Je ne dis pas que j'ai raison, c'est seulement l'impression que j'ai. Je n'aurais jamais cru dire cela, mais je pense que je vais m'abstenir de voter désormais. Cela n'a plus de sens à mes yeux.
Lorsque je suis en cours, j'ai l'impression de raconter des fables. Je crois de moins en moins à ce que je dis (l'importance du vote, être un citoyen actif, les valeurs qui fondent notre pays...) : tout cela me fait l'effet d'un vernis en train de se craqueler.
Je vais bosser parce qu'il faut, j'essaie de m'acquitter au mieux de ma tâche, mais je suis mal à l'aise : j'ai l'impression de mentir lorsque j'en viens à aborder certains points. Mon rôle de fonctionnaire m'oblige à traiter les notions demandées, je le fais, mais un peu en "pilote automatique" ; j'ai presque autant mauvaise conscience que si je vendais de mauvais produits...
Je réfléchis à une reconversion, mais j'ignore encore dans quel domaine. Ce n'est pas seulement à cause de ce sentiment de malaise, mais je pense que ça compte dans mon peu de motivation à aller travailler (ça, plus les copies, plus le salaire bof, plus le mépris de notre hiérarchie, plus, plus...)
Bref, voilà. J'avais besoin de le dire. Je n'en ai parlé à personne pour le moment.
fleurs2 fleurs2 fleurs2 fleurs2

Le monde a plongé avec fierté dans sa propre médiocrité, portée au flambeau, brandie comme un étendard.
Je reste coi, parfois hagard.
Pour éviter de sombrer dans la désespérance, je lis Sénèque. Et cultive mon (notre) jardin.
Le reste me semble d'une totale futilité. A se battre contre le vent, on n'y gagne que des douleurs.

Sur cette route
Derrière moi personne
Crépuscule d’automne

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je n'y crois plus

Message par Marillion le Mar 27 Oct 2015 - 19:20

Miss, je me reconnais dans tes propos et je ne peux que te conseiller de prendre du recul.
Tu as une famille formidable et c'est à cela qu'il faut que tu te raccroches.

Je fais ce métier depuis 18 ans et demi, je suis désabusée par la politique menée depuis quelques mois contre les enseignants, le mépris affiché de notre ministre mais aussi du Premier Ministre. Je sais que la mise en place de la Réforme va faire des couacs, j'ai perdu plus de 350€ en mai et juin derniers, mais je me raccroche à mes valeurs.
On veut supprimer mon poste, m'imposer une autre manière d'enseigner, supprimer les matières chères à mon cœur (latin et grec) ? Ok, je n'ai pas le choix, c'est la loi. Je ne proposerai rien l'an prochain, tant pis.
Mais je me dis que ça ne durera pas et que d'autres ministres mettront à mal cette réforme. Et qu'on renaîtra, reconnus, soutenus... Je l'espère, du moins.

Marillion
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum