La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Tangleding le Mar 3 Nov 2015 - 20:11

Au risque de surprendre je suis d'accord avec Ashtrack, je pense que l'on met des choses différentes sous le terme "management" (anglicisme inepte, un de plus).

Personnellement je préfère le terme, un peu militaire, de "réflexion stratégique". Dans le cadre de mon action syndicale, ca me parait une nécessité et c'est encore plus vrai lorsqu'on y a des responsabilités.

Le problème est plutôt celui de la démocratie d'une part et de l'éthique d'autre part. Dans un syndicat le fonctionnement est censé être démocratique, et je trouve que ça l'est quand même pas mal, pour ce que je vois. En outre l'impératif éthique est globalement très présent.

Mais à l'EN c'est tout sauf démocratique et on le voit bien avec la réforme NVB. Et pour ce qui est de l'éthique, je préfère ne même pas en parler tellement les visées (réelles) et les moyens stratégiques sont à gerber.

Tangleding
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Pat B le Mar 3 Nov 2015 - 21:00

Le management, en tant qu'objet d'étude, n'est pas mauvais en soi. Il étudie des méthodes de fonctionnement des entreprises, des groupes, comment s'effectue un changement, les résistances, ce genre de chose, c'est intéressant à étudier, bien sûr. Là où est le souci, c'est qu'à partir de ces études, on en tire des méthodes, qui pour moi s'apparentent à de la manipulation, pour pousser un groupe à atteindre un objectif défini d'"en haut". Et c'est assez efficace, puisque ça s'appuie sur les faiblesses de l'être humain ou ses tendances naturelles... Mais pour moi il y a là-dedans un mépris du de l'être humain qui se trouve en position de "subordonné". Et ce mépris, je l'ai vraiment ressenti quand j'ai étudié le management, en école d'ingé, de façon quand même un peu moins poussée que le programme affiché par Ashtrak, mais l'essentiel y était. Certains exemples concrets m'ont mis carrément mal à l'aise (la façon dont pour booster les bénéfices on pouvait enfoncer des salariés, voire les mettre en souffrance, dans certains exemples, c'était vraiment gerbant, quand j'y repense...), mais à 20 ans on croit ce que les profs nous disent, on croit que c'est normal.
Je précise aussi qu'il existe des techniques de management beaucoup plus respectueuses de l'être humain (et heureusement ! Et elles valent le coup d'être étudiées, comprises, appliquées, il y en a qui m'avaient enthousiasmée).

Mais ce qui ne va pas, c'est qu'actuellement, les techniques de management choisies par le MEN, issues des entreprises privées, ne sont pas bonnes. Elles nuisent à la motivation, à la cohésion, à l'épanouissement personnel, à la notion de service public aussi. Il en existe d'autres, mais ils ont choisi celles-ci... pourquoi ? Parce que le but est de renforcer l'obéissance et de "casser" l'unité de la profession (qui est un frein à toute réforme) ? Parce que le but est de détruire la notion même de service public, pour aller vers le privé ? Il y a des textes qui m'inquiètent sérieusement, comme celui-ci, que quelqu'un a déjà cité : http://jeunes.npa2009.org/IMG/pdf/3_axes_open_of.pdf

Tout ça pour dire que je ne suis pas contre le "management" en tant que tel. Je suis contre celui qui est utilisé actuellement.

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par oloc le Mar 3 Nov 2015 - 21:27

@Ashtrak a écrit:
@ysabel a écrit:
@Ashtrak a écrit:
@ysabel a écrit:c'est-à-dire ?

C'est-à-dire que lorsque tu méprises ouvertement une discipline, il y a fort peu de chances que les profs de ladite discipline se déplacent pour défendre la tienne. Il faut être au-delà de ces petites mesquineries pour trouver la motivation à l'action réclamée par Lefteris. Cependant, parfois, le discours des collègues est pour le moins démotivant.

d'où le ballon

Pour moi, le management n'est pas une discipline. Je le rapprocherai d'une manière de penser sectaire.
Depuis que nos sociétés ont érigé le management en roi, c'est le merdier partout...
Management à France-Télécom, management chez Renault etc.

J'avais bien compris ton point de vue Very Happy

Je suis moi-même prof de management, donc spécialiste de la pensée sectaire ; je sais la reconnaître !

Ma position est assez nuancée sur la question. J'ai suivi un certain nombre de séminaires de management en tant que cadre de la FPT. J'ai toujours trouvé cela très faible théoriquement (je suis sociologue de formation). Ça finit très souvent en typologies grossières sur un plan divisé en quatre, avec des catégories ad hoc, sur la base de 10 questions. Bof.

Après, je suis bien conscient que les gens qui obtiennent les marchés pour ce type de prestation ne sont pas forcément au courant de l'état de l'art, et qu'il faut bien simplifier pour produire des recommandations opérationnelles. Pas forcément idiotes d'ailleurs, c'était souvent très raisonnable, selon mon expérience.


oloc
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Lefteris le Mar 3 Nov 2015 - 22:06

@ysabel a écrit:Il y a aussi des thèses en sciences de l'éducation...
Et en astrologie...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Lefteris le Mar 3 Nov 2015 - 22:19

@Pat B a écrit:on en tire des méthodes, qui pour moi s'apparentent à de la manipulation, pour pousser un groupe à atteindre un objectif défini d'"en haut".Et c'est assez efficace, puisque ça s'appuie sur les faiblesses de l'être humain ou ses tendances naturelles...


Manager vient de maneggiare, je l'ai rappelé plus haut ...


Mais ce qui ne va pas, c'est qu'actuellement, les techniques de management choisies par le MEN, issues des entreprises privées, ne sont pas bonnes. Elles nuisent à la motivation, à la cohésion, à l'épanouissement personnel, à la notion de service public aussi. Il en existe d'autres, mais ils ont choisi celles-ci... pourquoi ? Parce que le but est de renforcer l'obéissance et de "casser" l'unité de la profession (qui est un frein à toute réforme) ?
le MEN ne fait que décliner à sa manière les orientations prises par la DGA, puisque c'st la même musique dans toutes les administrations, et ça s'est amplifié avec la LOLF suivie de la RGPP .

Casser la cohésion, c'est ce qui est à l'oeuvre partout, à commencer par la Nation et ses  aspirations collectives  ( qui nuisent à l'européisme, d'inspiration très très libérale)  et ça se prolonge bien évidemment dans le monde du travail.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par nesssnousss le Mer 4 Nov 2015 - 3:57

Chaque jour qui passe confirme malheureusement toutes vos prédictions Crying or Very sad .

@Ashtrak a écrit:Je suis moi-même prof de management, donc spécialiste de la pensée sectaire ; je sais la reconnaître !

Mais comment faire prendre conscience aux collègues qui œuvrent en CP pour mettre en place cette reforme (même s'ils sont convaincu qu'elle est néfaste scratch ) qu'ils sont instrumentalisés, manipulés.

Ces collègues sont persuadés d'avoir le pouvoir, d'avoir une marge de manœuvre, de conserver leur liberté, puisque ce sont les principaux acteurs dans son élaboration.

et pour reprendre l'image, c'est comme faire reconnaitre à un adepte d'une secte qu'il en fait partie ? diable

nesssnousss
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Ashtrak le Mer 4 Nov 2015 - 7:39

@Tangleding a écrit:Au risque de surprendre je suis d'accord avec Ashtrack, je pense que l'on met des choses différentes sous le terme "management" (anglicisme inepte, un de plus).

Personnellement je préfère le terme, un peu militaire, de "réflexion stratégique". Dans le cadre de mon action syndicale, ca me parait une nécessité et c'est encore plus vrai lorsqu'on y a des responsabilités.

Le problème est plutôt celui de la démocratie d'une part et de l'éthique d'autre part. Dans un syndicat le fonctionnement est censé être démocratique, et je trouve que ça l'est quand même pas mal, pour ce que je vois. En outre l'impératif éthique est globalement très présent.

Mais à l'EN c'est tout sauf démocratique et on le voit bien avec la réforme NVB. Et pour ce qui est de l'éthique, je préfère ne même pas en parler tellement les visées (réelles) et les moyens stratégiques sont à gerber.

Merci ! Venant d'un syndicaliste, cela rassure. Very Happy

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Ashtrak le Mer 4 Nov 2015 - 7:50

@Pat B a écrit:Le management, en tant qu'objet d'étude, n'est pas mauvais en soi. Il étudie des méthodes de fonctionnement des entreprises, des groupes, comment s'effectue un changement, les résistances, ce genre de chose, c'est intéressant à étudier, bien sûr. Là où est le souci, c'est qu'à partir de ces études, on en tire des méthodes, qui pour moi s'apparentent à de la manipulation, pour pousser un groupe à atteindre un objectif défini d'"en haut". Et c'est assez efficace, puisque ça s'appuie sur les faiblesses de l'être humain ou ses tendances naturelles... Mais pour moi il y a là-dedans un mépris du de l'être humain qui se trouve en position de "subordonné". Et ce mépris, je l'ai vraiment ressenti quand j'ai étudié le management, en école d'ingé, de façon quand même un peu moins poussée que le programme affiché par Ashtrak, mais l'essentiel y était. Certains exemples concrets m'ont mis carrément mal à l'aise (la façon dont pour booster les bénéfices on pouvait enfoncer des salariés, voire les mettre en souffrance, dans certains exemples, c'était vraiment gerbant, quand j'y repense...), mais à 20 ans on croit ce que les profs nous disent, on croit que c'est normal.
Je précise aussi qu'il existe des techniques de management beaucoup plus respectueuses de l'être humain (et heureusement ! Et elles valent le coup d'être étudiées, comprises, appliquées, il y en a qui m'avaient enthousiasmée).

Mais ce qui ne va pas, c'est qu'actuellement, les techniques de management choisies par le MEN, issues des entreprises privées, ne sont pas bonnes. Elles nuisent à la motivation, à la cohésion, à l'épanouissement personnel, à la notion de service public aussi. Il en existe d'autres, mais ils ont choisi celles-ci... pourquoi ? Parce que le but est de renforcer l'obéissance et de "casser" l'unité de la profession (qui est un frein à toute réforme) ? Parce que le but est de détruire la notion même de service public, pour aller vers le privé ? Il y a des textes qui m'inquiètent sérieusement, comme celui-ci, que quelqu'un a déjà cité : http://jeunes.npa2009.org/IMG/pdf/3_axes_open_of.pdf

Tout ça pour dire que je ne suis pas contre le "management" en tant que tel. Je suis contre celui qui est utilisé actuellement.

Exactement. Les méthodes que tu évoques plus haut, résumées sous le terme "management par le stress", sont des méthodes où la "pression" est considérée comme féconde. Les exemples donnés systématiquement par les personnes de courte vue (France Telecom par exemple) en sont une bonne illustration. Ce n'est pas le Management en tant que discipline qui a façonné la méthode du management par le stress, ce sont certaines entreprises. Ensuite, la discipline a étudié cela et l'a modélisé. Mais il ne faut pas renverser l'ordre des choses : ce n'est pas le petit théoricien diabolique qui vient souffler à l'oreille du méchant patron, mais le patron qui a sans doute lu des auteurs étudiés en lettres (comme Machiavel) et qui se dit que les idées exprimées ne sont pas si mauvaises pour lui. Ensuite, il applique chez lui et les théoriciens viennent voir, non pas pour en faire la publicité (au sens commercial) mais pour en faire la publicité (au sens la faire connaître, pour le Savoir - special dédicace à ysabel).

Ces modélisations permettent ensuite de comprendre au lieu de se contenter d'incanter en jetant l'anathème. Mais cette compréhension passe par l'étude et non par la simple lecture superficielle. Il me semblait que cela était évident. Il me semble maintenant que je me trompe complètement.

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Ashtrak le Mer 4 Nov 2015 - 7:59

@oloc a écrit:

Ma position est assez nuancée sur la question. J'ai suivi un certain nombre de séminaires de management en tant que cadre de la FPT. J'ai toujours trouvé cela très faible théoriquement (je suis sociologue de formation). Ça finit très souvent en typologies grossières sur un plan divisé en quatre, avec des catégories ad hoc, sur la base de 10 questions. Bof.

Après, je suis bien conscient que les gens qui obtiennent les marchés pour ce type de prestation ne sont pas forcément au courant de l'état de l'art, et qu'il faut bien simplifier pour produire des recommandations opérationnelles. Pas forcément idiotes d'ailleurs, c'était souvent très raisonnable, selon mon expérience.


Malheureusement, lorsque de nombreuses institutions suivent la mode (et il fut un temps ou faire du "management" au lieu de l'habituelle gestion était à la mode), de nombreux intervenants se positionnent pour faire des "cours". Et comme en général, les périodes de formation sont très courtes (quelques heures ou demi-journées), on passe directement aux recommandations opérationnelles.
Le problème, c'est que si le management se veut l'étude de ce qui se passe réellement dans les entreprises, il doit nécessairement passer par la modélisation. Or, si cela ne gêne en aucune façon le chercheur, cela implique de réfléchir aux éléments de constitution desdits modèles, ce qui est en général totalement ignoré dans ces formations "clés en main". Et on obtient au final des personnes qui appliquent sans saisir sur quoi les recommandations sont fondées, quelles en sont les limites, etc. Ensuite, on les applique jusqu'au jour où cela ne "fonctionne" plus : le jour où les dysfonctionnements sont tels qu'on ne peut plus les ignorer (et que l'on aurait sans doute pu anticiper si...)

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Ashtrak le Mer 4 Nov 2015 - 8:07

@Lefteris a écrit:
@Pat B a écrit:on en tire des méthodes, qui pour moi s'apparentent à de la manipulation, pour pousser un groupe à atteindre un objectif défini d'"en haut".Et c'est assez efficace, puisque ça s'appuie sur les faiblesses de l'être humain ou ses tendances naturelles...


Manager vient de maneggiare, je l'ai rappelé plus haut ...

Tiens cela m'intéresse : pourrais-tu me rappeler le sens propre de maneggiare et l'interprétation que tu en donnes pour illustrer ton propos. Ma collègue d'italien est aussi intéressé d'ailleurs (je suis allé lui demander car ce qu'il me restait d'italien ne suffisait pas à te répondre)


@Lefteris a écrit:
@Pat B a écrit:Mais ce qui ne va pas, c'est qu'actuellement, les techniques de management choisies par le MEN, issues des entreprises privées, ne sont pas bonnes. Elles nuisent à la motivation, à la cohésion, à l'épanouissement personnel, à la notion de service public aussi. Il en existe d'autres, mais ils ont choisi celles-ci... pourquoi ? Parce que le but est de renforcer l'obéissance et de "casser" l'unité de la profession (qui est un frein à toute réforme) ?
le MEN ne fait que décliner à sa manière les orientations prises par la DGA, puisque c'st la même musique dans toutes les administrations, et ça s'est amplifié avec la LOLF suivie de la RGPP .

Casser la cohésion, c'est ce qui est à l'oeuvre partout, à commencer par la Nation et ses  aspirations collectives  ( qui nuisent à l'européisme, d'inspiration très très libérale)  et ça se prolonge bien évidemment dans le monde du travail.

Sur ce paragraphe, je ne trouve rien à redire : tu mets en évidence le choix politique, ce qui peut entrainer une discussion, notamment sur la volonté de casser la cohésion nationale.

Et concernant les techniques en question, j'ai déjà dit qu'elles n'étaient pas adaptées au MEN. Mais encore faut-il savoir comment elles sont constituées et dans quel but au sein des entreprises privées (la réponse : "faire du profit" est un élément de réponse mais reste insuffisant)

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Ashtrak le Mer 4 Nov 2015 - 8:44

@nesssnousss a écrit:Chaque jour qui passe confirme malheureusement toutes vos prédictions Crying or Very sad .

@Ashtrak a écrit:Je suis moi-même prof de management, donc spécialiste de la pensée sectaire ; je sais la reconnaître !

Mais comment faire prendre conscience aux collègues qui œuvrent en CP pour mettre en place cette reforme (même s'ils sont convaincu qu'elle est néfaste scratch ) qu'ils sont instrumentalisés, manipulés.

Pour ma part, je suis au lycée donc non concerné (pour le moment). Cependant, lorsque je discute avec des collègues concernés, qui m'interpellent sur le management (de manière plus sympathique que d'autres  Very Happy ) je rappelle que le premier problème est relatif aux motifs donnés par le ministère : l'argument social et l'incantation "il faut réformer" sont deux arguments qui seraient valables SI les moyens étaient à la hauteur des résultats envisagés.

Les différentes innovations requièrent de la part des enseignants un surplus de temps (pour préparer, envisager les progressions, réfléchir aux évaluations, poser des jalons, etc.), un surplus de formation (la variation des méthodes de travail ne peut se faire au bon plaisir de chacun puisqu'il faut garder une cohérence d'ensemble), et une véritable adaptation des effectifs. Or, tous ces moyens n'existent pas, ce qui délégitime l'argumentation. Dès lors, il semble évident que l'origine de la réforme est principalement à rechercher ailleurs, notamment sur le plan économique.

@nesssnousss a écrit:Ces collègues sont persuadés d'avoir le pouvoir, d'avoir une marge de manœuvre, de conserver leur liberté, puisque ce sont les principaux acteurs dans son élaboration.

On peut leur proposer un jeu de questions - réponses :
- les nouveautés sont-elles adaptées au nombre d'élèves dans la classe ?
- la marge de manoeuvre supposée est-elle soluble dans les directives de l'inspection ?
- la liberté supposée concerne quel domaine précis ? La conception du cours (sans rendre compte ?) L'évaluation (selon quels principes ?) Le choix des thèmes (pour les EPI) ? La délimitation de cette "liberté" devrait montrer assez vite qu'elle est/sera sinon factice, en tous cas pas plus grande que ce qui existe aujourd'hui.

Une dernière chose : tu peux aussi leur faire lire les deux textes suivants :

- Au bout du premier lien : Un article sur les "réactionnaires et les égalitaristes" qui nous caricaturent à l'excès. Mais l'essentiel n'est pas là. Cet article espère voir advenir  l'autonomie complète des chefs d'établissement. Car la "liberté" attachée à cette réforme est confrontée à une limite de taille : la cohésion (pour reprendre les termes d'un intervenant énervé plus haut) du système national. On ne pourra valider ce qui se fait à Menton si cela diffère trop de ce qui se fait à Brest. La seule solution sera de considérer l'éducation comme une problématique locale selon une logique de concurrence sensée permettre l'excellence. Or celle-ci imposera structurellement de construire des centres de décision locaux ; et pour ce qui nous concerne, cela pourrait se faire logiquement au niveau du CDE.

L'article en question : je vous recommande le paragraphe "Autonomie et concurrence : un sujet tabou "

- Au bout du deuxième lien, un texte dont je recommande vivement la lecture : Hélène Buisson-Fenet, L'administration de l'Education nationale, Presses universitaires de France, col. « Que sais-je ? », 2008, 127 p., @ean : 9782130561149.

LIEN vers une critique

Vous y trouverez toute la logique de l'ensemble et notamment la volonté politique d'aboutir à l'autonomie des établissements. C'est très instructif, notamment parce que cela veut montrer que jusqu'à présent, les choses ne sont pas allées assez loin dans cette direction.

@nesssnousss a écrit:et pour reprendre l'image, c'est comme faire reconnaitre à un adepte d'une secte qu'il en fait partie ? diable

Les textes précités, et notamment le Que sais-je (la critique au bout du lien suffit généralement) font généralement réfléchir mes collègues. Peut-être en sera-t-il de même pour les tiens ?

_________________
Un âne dit toujours ce qu'il pense : hi-han !

Ashtrak
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par barèges le Mer 4 Nov 2015 - 9:44

@Tangleding a écrit:Au risque de surprendre je suis d'accord avec Ashtrack, je pense que l'on met des choses différentes sous le terme "management" (anglicisme inepte, un de plus).

Personnellement je préfère le terme, un peu militaire, de "réflexion stratégique". Dans le cadre de mon action syndicale, ca me parait une nécessité et c'est encore plus vrai lorsqu'on y a des responsabilités.

Le problème est plutôt celui de la démocratie d'une part et de l'éthique d'autre part. Dans un syndicat le fonctionnement est censé être démocratique, et je trouve que ça l'est quand même pas mal, pour ce que je vois. En outre l'impératif éthique est globalement très présent.

Mais à l'EN c'est tout sauf démocratique et on le voit bien avec la réforme NVB. Et pour ce qui est de l'éthique, je préfère ne même pas en parler tellement les visées (réelles) et les moyens stratégiques sont à gerber.

Voilà. Et ça me fait un peu penser à un message affirmant que les linguistes avaient détruit l'apprentissage de la lecture. Les linguistes on fait de la linguistique, et quelque part il y a eu méprise : quelqu'un ou quelques-uns ont cru qu'on pouvait avec succès appliquer certains concepts en les introduisant dans la pédagogie à l'école puis dans les programmes.
Ceci ne remet pas en cause la discipline "linguistique", mais le bien-fondé de son application dans un autre domaine.

Je ne connais pas assez la discipline "management" pour avoir un avis bien tranché, mais effectivement, le programme pour étudiants avancés d'HEC me fait peur... Et le terme "management" court partout dans les médias, souvent dans des descriptions de fonctionnements d'entreprise humainement désastreux. Que ce soit une dérive d'application comme ce qui s'est passé pour la linguistique ou un élément intrinsèque de la discipline, je ne m'y connais pas assez pour le décider. Ce que je sais, c'est que l'application à l'éducation nationale ou au service public en général me révulse, sans nuance.

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Lefteris le Mer 4 Nov 2015 - 10:37

[quote="Ashtrak"]
@Lefteris a écrit:
@Pat B a écrit:on en tire des méthodes, qui pour moi s'apparentent à de la manipulation, pour pousser un groupe à atteindre un objectif défini d'"en haut".Et c'est assez efficace, puisque ça s'appuie sur les faiblesses de l'être humain ou ses tendances naturelles...


Manager vient de maneggiare, je l'ai rappelé plus haut ...



Tiens cela m'intéresse : pourrais-tu me rappeler le sens propre de maneggiare et l'interprétation que tu en donnes pour illustrer ton propos. Ma collègue d'italien est aussi intéressé d'ailleurs (je suis allé lui demander car ce qu'il me restait d'italien ne suffisait pas à te répondre)

CNRTL, Dictionnairee historique de la langue française, Signorelli pour l'italien, entre autres. Et dans tous les cas, le terme "manager" est lié au départ vocabulaire hippique puis sportif, avec l'idée de "manier" "manipuler", au sens propre comme au sens figuré, qui partagent la (même étymologie < lat. manus) . Et le maneggio est le lieu du dressage des chevaux , d'oû le nom de "manège", même origine.



Sur ce paragraphe, je ne trouve rien à redire : tu mets en évidence le choix politique, ce qui peut entrainer une discussion, notamment sur la volonté de casser la cohésion nationale.
Difficile de dire le contraire, puisque désormais ça se fait et ça se dit même ouvertement.

Et concernant les techniques en question, j'ai déjà dit qu'elles n'étaient pas adaptées au MEN.

Non, mais le MEN, lui, les adapte humhum

Mais encore faut-il savoir comment elles sont constituées et dans quel but au sein des entreprises privées (la réponse : "faire du profit" est un élément de réponse mais reste insuffisant)
.
On ne va pas entrer dans un débat HS sur le finalités de l'entreprise privée, mais ce qui est certain , c'est que la fonction publique ne devrait pas singer l'entreprise.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par nesssnousss le Mer 4 Nov 2015 - 13:31

Un grand merci @Ashtrak pour ta réponse fleurs2  

J'espère trouver dans ces lectures matière à raisonner mes collègues

nesssnousss
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La "conduite du changement", ou le management d'entreprise appliqué à l'école

Message par Pat B le Mer 4 Nov 2015 - 14:12

Ce qui me révulse le plus dans ces lectures, Ashtrak, c'est le présupposé disant qu'on serait plus efficace avec une autonomie complète des établissements... et donc qu'il faut tout faire pour aller dans ce sens... Présupposé idéologique, libéral, rien de plus.
Comment prouver qu'il est faux ?

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum