S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mar 3 Nov 2015 - 18:31

Hello à tous,


Je me suis rendue compte que l'apprentissage théorique "pour la théorie" m'ennuie et que je suis plus à l'aise quand je travaille dans un but concret.
Conséquemment, je songe à bosser d'emblée comme contractuelle dans le privé, avant de passer le concours pour être titularisée (en externe ou plus tard en interne).
J'ai de nombreux questionnements sur mon niveau ainsi que sur mes préferences, par rapport à mon but initial qui est d'enseigner l'anglais dans le secondaire (j'aime l'anglais, et je suis titulaire d'un Master 2 LLCE anglais avec 1 an passé en Angleterre).

D'un part, je ne me sens pas encore tout à fait prête à enseigner et j'aimerais me familiariser avec le milieu de la classe et de l'école. Ancienne grande timide, n'ayant pas un sens de la répartie très développé (voire aucun... Sad ) et étant à la fois excitée et tétanisée à l'idée de me retrouver devant une trentaine de gamins, sans qu'il n'y ait de blanc ... (même si je pense qu'une fois l'envie de partir en courant passée, je risque d'adorer ça...)je sens que j'ai besoin de fréquenter l'école avant de tenter ma chance comme prof...
J'envisage de faire des stages en primaire et dans le secondaire (j'hésite finalement entre les deux) et de travailler comme AED (en cours d'année, pas facile de trouver?!) à partir de début 2015...
J'ai 26 ans, un bon niveau d'anglais mais pas parfait, et évidemment j'aurais des révisions à faire avant de passer devant une vraie classe...

Merci de tous conseils!
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Eleven le Mar 3 Nov 2015 - 19:22

Bonsoir,

J'ai été dans ton cas l'année dernière, j'en avais vraiment marre de réviser pour le CAPES du coup, j'ai continué de réviser jusqu'en Novembre et j'ai trouvé un travail d'aide aux devoirs pour des adolescents.
Cette année, M2 en poche et toujours pas l'envie de repasser le CAPES (tenté deux fois), j'ai décidé de me lancer et je suis sur un long remplacement depuis début Septembre.

Pour moi, il faut te lancer, et avoir plus confiance en toi.

J'étais comme toi, mais la répartie devant les élèves vient toute seule, car au final tu n'as pas le choix, tu ne dois pas te faire marcher sur les pieds ! Et la confiance vient toute seule parce que, pour ma part, c'est le métier que j'ai toujours voulu faire et qu'au final, c'est toi le chef dans ta classe et même si au fond tu n'as pas trop confiance en toi, il faut paraître confiante et sûre de toi !

Pourquoi dire "sans qu'il y ait de blanc" ? Aujourd'hui, dans ma classe, il y a eu des blancs et mes élèves vont bien !

Pourquoi pas commencer par des stages ou devenir AED, tu auras un aperçu et tu auras du temps pour te perfectionner en anglais mais pourquoi pas se lancer tout de suite ?

Bon courage et j'espère t'avoir aidé !

_________________
2015-2016 : Première année contractuelle : sixièmes, cinquièmes.
2016-2017 : Deuxième année contractuelle : troisièmes, quatrièmes et cinquièmes.
2017-2018 : Troisième année contractuelle : sixièmes, cinquièmes.
avatar
Eleven
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Nita le Mar 3 Nov 2015 - 19:58

@sweetlittlemouse a écrit:Hello à tous,


Je me suis rendue compte que l'apprentissage théorique "pour la théorie" m'ennuie et que je suis plus à l'aise quand je travaille dans un but concret.
Conséquemment, je songe à bosser d'emblée comme contractuelle dans le privé, avant de passer le concours pour être titularisée (en externe ou plus tard en interne).
J'ai de nombreux questionnements sur mon niveau ainsi que sur mes préferences, par rapport à mon but initial qui est d'enseigner l'anglais dans le secondaire (j'aime l'anglais, et je suis titulaire d'un Master 2 LLCE anglais avec 1 an passé en Angleterre).

D'un part, je ne me sens pas encore tout à fait prête à enseigner et j'aimerais me familiariser avec le milieu de la classe et de l'école. Ancienne grande timide, n'ayant pas un sens de la répartie très développé (voire aucun...  Sad ) et étant à la fois excitée et tétanisée à l'idée de me retrouver devant une trentaine de gamins, sans qu'il n'y ait de blanc ...  (même si je pense qu'une fois l'envie de partir en courant passée, je risque d'adorer ça...)je sens que j'ai besoin de fréquenter l'école avant de tenter ma chance comme prof...
J'envisage de faire des stages en primaire et dans le secondaire (j'hésite finalement entre les deux) et de travailler comme AED (en cours d'année, pas facile de trouver?!) à partir de début 2015...
J'ai 26 ans, un bon niveau d'anglais mais pas parfait, et évidemment j'aurais des révisions à faire avant de passer devant une vraie classe...

Merci de tous conseils!

Je te suggère d'essayer plutôt début 2016... ^^

Tu devrais pouvoir trouver des remplacements pour te rendre compte de ce que le travail représente.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
Nita
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 10:51

jowie22, j'ai peur de me lancer de suite car je ne sais pas construire de cours, je n'ai pas d'autorité et de surcroît j'ai un anglais qui est loin d'être impeccable. Accent plutôt pas mal mais certainement pas celui d'un vrai british ou d'un vrai américain, je ne connais pas tout le voc (même si je lis un livre pas plus difficile que Gatsby de Fitzgerald, il y a un certain nombre de mots inconnus, je ne parle même pas d'un bouquin difficile comme Heart of Darkness de Conrad où là je lis avec le dico), je n'ai aucune notion de linguistique pour expliquer aux ados les règles de grammaire. Et j'ai peur que ça soit la cata, de ne pas avoir le niveau... Pourtant dans l'absolu j'ai toujours été une excellente élève en anglais mais là c'est un peu rouillé...
On m'a dit qu'il ne fallait pas qu'il y ait de creux car ils en profiteraient soit-disant pour chahuter comme des dingues... Voilà
Et puis j'ai peur de devoir bosser 50 heures par semaine au début car je n'ai pas une très grosse capacité de travail... Voilà, d'où mes craintes à postuler "direct"!
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Rendash le Mer 4 Nov 2015 - 12:30

@sweetlittlemouse a écrit:
Et puis j'ai peur de devoir bosser 50 heures par semaine au début !

Laughing

Run, you fool! Razz

Bosser comme contractuelle est effectivement une bonne idée dans ce cas, tu seras vite fixée. Mais pour la quantité de travail, elle peut être énorme, surtout si ta maîtrise disciplinaire relative te demande une mise à jour permanente. 50 heures hebdo, c'est une moyenne tout à fait raisonnable....que j'espère atteindre d'ici quelques années. Là je suis plutôt autour de 70h.

Donc si ça te paraît monstrueux...fuis.


_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
Rendash
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Eleven le Mer 4 Nov 2015 - 16:34

@sweetlittlemouse a écrit:jowie22, j'ai peur de me lancer de suite car je ne sais pas construire de cours, je n'ai pas d'autorité et de surcroît j'ai un anglais qui est loin d'être impeccable. Accent plutôt pas mal mais certainement pas celui d'un vrai british ou d'un vrai américain, je ne connais pas tout le voc (même si je lis un livre pas plus difficile que Gatsby de Fitzgerald, il y a un certain nombre de mots inconnus, je ne parle même pas d'un bouquin difficile comme Heart of Darkness de Conrad où là je lis avec le dico), je n'ai aucune notion de linguistique pour expliquer aux ados les règles de grammaire. Et j'ai peur que ça soit la cata, de ne pas avoir le niveau... Pourtant dans l'absolu j'ai toujours été une excellente élève en anglais mais là c'est un peu rouillé...
On m'a dit qu'il ne fallait pas qu'il y ait de creux car ils en profiteraient soit-disant pour chahuter comme des dingues... Voilà
Et puis j'ai peur de devoir bosser 50 heures par semaine au début car je n'ai pas une très grosse capacité de travail... Voilà, d'où mes craintes à postuler "direct"!

Tu dis ne pas savoir faire un cours mais quel est ton parcours exactement ? Master recherche ? Master MEEF ?
A ce moment là, oui je conseillerai de faire des stages et de demander au professeur comment faire un cours !
avatar
Eleven
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Naoo le Mer 4 Nov 2015 - 16:40

Un master 2 LLCE anglais et tu as du mal avec Heart of Darkness ? Mon conseil : lire, lire et encore lire. Sans dico. Lire jusqu'à avoir emmagasiné assez de structures et de vocabulaire pour pouvoir expliquer et transmettre une langue sans passer par de la linguistique.

avatar
Naoo
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 17:28

Alors j'ai un Master 2 LLCE recherche jowie22, et oui, j'ai du mal avec Heart of Darkness, Naoo. Une de mes profs, excellente par ailleurs, nous a d'ailleurs confirmé que le style et la langue de l'auteur sont particulièrement complexes, ce que j'ai également ressenti. Donc peut être que je suis une buse, ou que mon niveau est insuffisant mais en même temps, tiens, une petite recherche et je tombe là dessus: "Conrad intentionally made Heart of Darkness hard to read. He wanted the language of his novella to make the reader feel like they were fighting through the jungle, just like Marlow fought through the jungle in search of Kurtz." (source: Cliffsnote) Bon ça ne signifie pas que ça soit acceptable pour un futur professeur d'anglais, il y a surement du boulot, mais Conrad n'est peut être pas le meilleur exemple.
J'ai lu mettons... des contemporains tels que Siri Hustvedt ou J.M Coetzee sans souci, avec juste quelques mots qui m'échappaient. Mais bon c'est clair que je n'ai jamais 100% du vocabulaire...
Rendash, quand tu parles de bosser 70 heures par semaine, quel est ton contexte? Es-tu titulaire? Contractuel? Ton niveau t'oblige-t il à sans cesse réviser ? Car ça paraît énorme, pour 18 heures de cours celà ferait 52 heures de préparation ?! ça me laisse un peu perplexe quand même!
Oui, j'ai du mal à bosser autant car pour de bêtes raisons d'équilibre, je ne peux pas être dans l'intellect aussi longtemps. J'ai besoin de faire du sport, etc. car sinon je sens très vite que je sature, c'est lié à mon histoire perso.
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par BlackMail le Mer 4 Nov 2015 - 17:48

Je rejoins Rendash: quand on débute, on peut vraiment bosser énormément et 70 heures / semaine ça me semble loin d'être exagéré quand on est stagiaire ou néo-titulaire Smile.

_________________
Spoiler:

I'm watching you.
avatar
BlackMail
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 17:58

Sans rire, vous ne dites pas ça pour dégoûter les infâmes bizuts qui aimeraient être prof mais n'en sont pas encore?

ça paraît dingue... ça nous donnerait presque 4 heures de préparation (révisions, plan, trouver les docs, les assembler, réajuster aux élèves, puis corrections diverses) pour 1 heure de cours?!?!?!
franchement, je ne sais pas comment vous faites pour tenir le coup parce-que franchement, je n'ai jamais été paresseuse mais utiliser mon petit cerveau uniquement pour bosser à mon bureau tout autant, même sur 2 ou 3 ans seulement, je pense que je ne tiendrais pas le choc.
Quel est votre secret, là, à tous?

Déjà en prépa, pas de souci de niveau mais par contre difficultés à bosser assez (j'ai toujours été une rapide et c'est ce qui m'a sauvée entre guillemets mais en même temps je n'ai jamais appris à cravacher comme une malade alors que le dur labeur intellectuel est parfois indispensable pour avoir un poste exigeant) mais à la limite de la mort cérébrale ... Par contre, j'ai une force de travail sur la variété des tâches de la vie mais sur du pur intellect c'est pas énorme. (j'ai été traumatisée plus jeune par une sur exploitation de mes capacités de travail intellectuel et trop de pression et depuis, je n'arrive plus à excéder les 2 ou 3 heures de boulot, avec des jours off réguliers... (oui, insuffisant, je m'en rends compte...)

Je comprends pas, j'ai des potes profs titulaires (depuis presque 10 ans) qui me vendent du rêve, tu bosses "pas mal" au début et après c'est plus raisonnable. Mais ils ne m'ont jamais dit les choses en ces termes. Qui arrive à encaisser 70 heures de boulot par semaine?
sachant qu'après tu as l'entretien de ta maison, parfois des gosses, un conjoint, et éventuellement d'autres obligations (mamie, poisson rouge, autre) et (mais oublions les) des loisirs.
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Naoo le Mer 4 Nov 2015 - 18:09

Je ne bosse pas 70 heures par semaine. Je dirais une vingtaine, en plus de mes 19 heures de cours.
avatar
Naoo
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 18:12

Oui, Naoo, mais peut-être que tu es titulaire, ou bilingue, ou que ton niveau est excellent et que par conséquent tu as un niveau suffisamment solide du point de vue de la langue et de la construction des séances / séquences et que tu n'as pas besoin de fournir un labeur tragique.
D'autre part, qu'en était-il de ta première année en tant que prof?
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par leskhal le Mer 4 Nov 2015 - 18:20

C'est beau la vocation mais tout de même, regarde le nombre de profs qui ont envie de faire autre chose : ça devrait te faire réfléchir.
Je décourage toute personne ayant la vocation de devenir prof, c'est un métier catastrophique qui n'a aucun avenir dans le secondaire.

_________________
pingouin Dans consensus, la première syllabe prend trop de place. pingouin
avatar
leskhal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Naoo le Mer 4 Nov 2015 - 18:21

Peut-être que je suis tire-au-flanc, aussi...
L'an dernier, je n'avais que deux classes, et je passais des heures et des heures sur la préparation de chaque séance.
Là j'ai 7 classes et 5 niveaux, dont 4 nouveaux, donc je me prends nettement moins la tête sur chaque détail, car c'est matériellement impossible.

Je considère également que c'est un boulot, pas un sacerdoce, et même si j'admire et je respecte ceux qui passent des jours et des nuits à préparer, je n'en ai pas envie. Me tuer la santé pour un boulot où on est ni bien payé, ni respecté, non merci.
avatar
Naoo
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 18:29

Franchement Naoo, je te comprends. Moi je pète un plomb si je bosse 70 heures par semaine.
C'est plus que de la dévotion. ça me paraît normal de bosser suffisamment pour bien maîtriser son art et sa matière. Par contre se tuer à la tâche, impossible. J'ai bossé plusieurs années en entreprise et j'ai appris à mes dépens ce que c'est que de tout donner, et de ne rien avoir en retour... (frustrant...) donc je pense que je n'aurais ni le sérieux, ni l'idéalisme, ni la naïveté de vouloir y consacrer tout mon temps libre.
Par contre je pense que quand on débute et qu'on est stressé, on a tendance à vouloir que tout soit carré et bien construit, et donc... voilà qu'apparaît le risque d'y passer des heures.
Et puis franchement, 70 heures divisé par le salaire ça fait moins cher que les boulots les moins payés... (et je sais ce que c'est que de gagner le SMIC pour des boulots crevants et chiants à la fois).

Lekshal... ce qui me surprend c'est que j'ai pas mal de potes profs qui ont l'air plutôt heureux de faire ce métier, au bout de 10 ans. Eux, ils sont en province, comme moi, et tous dans le privé, alors peut être que ça change tout. En effet, ils n'ont pas eu à se farcir des mômes difficiles.
Franchement, j'ai assisté à 2 jours de cours d'un collège en ZEP et c'est vrai que ça faisait nettement moins rêver, et les profs avaient l'air nettement moins heureux de faire ce boulot mais davantage stressés, en mode "survie".
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par livie le Mer 4 Nov 2015 - 18:41

Je rejoins quasiment Rendash au niveau boulot.
Cette année je suis passée au collège et j'ai quatre niveaux d'un coup que je n'ai jamais eus! (enfin si mais c'était en hors contrat donc pas le même programme). En plus de mes 19h de cours, je dois consacrer entre 3 et 5h par jour pour bosser mes cours/corriger mes copies. Le weekend ça peut atteindre 8h par jour.
Je savais que ça serait difficile et ce qui me sauve c'est que j'adore la matière que j'enseigne et que les élèves sont vraiment reconnaissants au niveau du boulot. Si je passais mon temps à préparer des choses qui ne fonctionnent pas en classe, je crois que je serais au bord de la déprime. OU ALORS, je ne me casserais plus autant la tête, ce qui a certainement du bon parfois.
Concernant le reste, je ne peux rien apporter, je n'enseigne pas l'anglais, ni de langue vivante.
avatar
livie
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Caspar le Mer 4 Nov 2015 - 18:54

@sweetlittlemouse a écrit:Franchement Naoo, je te comprends. Moi je pète un plomb si je bosse 70 heures par semaine.
C'est plus que de la dévotion. ça me paraît normal de bosser suffisamment pour bien maîtriser son art et sa matière. Par contre se tuer à la tâche, impossible. J'ai bossé plusieurs années en entreprise et j'ai appris à mes dépens ce que c'est que de tout donner, et de ne rien avoir en retour... (frustrant...) donc je pense que je n'aurais ni le sérieux, ni l'idéalisme, ni la naïveté de vouloir y consacrer tout mon temps libre.
Par contre je pense que quand on débute et qu'on est stressé, on a tendance à vouloir que tout soit carré et bien construit, et donc... voilà qu'apparaît le risque d'y passer des heures.
Et puis franchement, 70 heures divisé par le salaire ça fait moins cher que les boulots les moins payés... (et je sais ce que c'est que de gagner le SMIC pour des boulots crevants et chiants à la fois).

Lekshal... ce qui me surprend c'est que j'ai pas mal de potes profs qui ont l'air plutôt heureux de faire ce métier, au bout de 10 ans. Eux, ils sont en province, comme moi, et tous dans le privé, alors peut être que ça change tout. En effet, ils n'ont pas eu à se farcir des mômes difficiles.
Franchement, j'ai assisté à 2 jours de cours d'un collège en ZEP et c'est vrai que ça faisait nettement moins rêver, et les profs avaient l'air nettement moins heureux de faire ce boulot mais davantage stressés, en mode "survie".

Je n'ai jamais travaillé 70 heures par semaine, j'en serais bien incapable. Au bout de trois ou quatre heures je sature et il faut que je fasse autre chose avant de m'y remettre éventuellement.

Attention quand même aux témoignages: un prof malheureux ou pas complètement heureux ne doit surtout pas l'avouer car ça passe très mal en société (nous faisons "le plus beau métier du monde", avons plein de vacances etc. ça n'est pas bien vu de se plaindre), ce qui ne veut pas dire que les profs heureux n'existent pas.

PS: Heart of Darkness m'est difficilement lisible, the longest short novel I've ever read. Mais je te conseille en effet de lire beaucoup en anglais si tu comptes passer le Capes.
avatar
Caspar
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par MelanieSLB le Mer 4 Nov 2015 - 19:09

@sweetlittlemouse a écrit:Sans rire, vous ne dites pas ça pour dégoûter les infâmes bizuts qui aimeraient être prof mais n'en sont pas encore?

ça paraît dingue... ça nous donnerait presque 4 heures de préparation (révisions, plan, trouver les docs, les assembler, réajuster aux élèves, puis corrections diverses) pour 1 heure de cours?!?!?!

Tu oublies les corrections de copies (oups, si en fait, tu les as mises), les photocopies (c'est con, mais ça te bouffe facilement une heure par semaine) les réunions en tout genre (qui prennent beauuuuucoup de temps) et, en particulier si tu es en collège, tout ce qui tourne autour de la discipline (rapports à rédiger, voir le PP, voir le/la CPE, tous ces trucs chronophages). 
Tu perds facilement des heures en langue pour trouver LE document qui correspond à ce que tu veux faire/faire faire aux élèves.
Et pour les stagiaires, tu ajoutes les formations et le diplôme à préparer (que ce soit un M2 ou un DU).Ça fait beaucoup de boulot en plus du travail de prof proprement dit.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .
La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
avatar
MelanieSLB
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Dorian Gray le Mer 4 Nov 2015 - 19:15

je suis une grosse flemme, mais 70 h/semaine, au début, ça ne me parait pas impossible.
et Heart of Darkness? pff! essaye Ulysses! (Je plaisante, je plaisante, Conrad c'est la galère - je m'étais fadé the Nigger of the Narcissus à la fac, et j'avais souffert)

_________________
"we're not scaremongering / this is really happening"
avatar
Dorian Gray
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 19:45

Quelqu'un pense qu'être prof des écoles est plus vivable ?
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par livie le Mer 4 Nov 2015 - 21:30

Mmmmmh honnêtement, j'ai fait quelques remplacements dans le 1er degré avant d'avoir mon CAPES et je n'ai jamais été aussi crevée de toute ma vie ! Alors certes, niveau préparation de cours, c'était beaucoup plus cool MAIS j'avais des maternels et des CP. Une copine a été PES 18H avec un double niveau et elle a fait un burn-out tant elle croulait sous le boulot. Donc, non, je ne crois pas que cela soit plus facile d'être PE. Et puis moi, ce qui me fatiguait c'était le niveau sonore, les pleurs à gérer, le contact avec les parents inquiets ou dans le jugement constant de ce que je faisais. Le monde de la très petite enfance n'était vraiment pas fait pour moi et cela a été plus que salutaire d'y mettre un pied et de constater que le second degré était MA vocation.
avatar
livie
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par sweetlittlemouse le Mer 4 Nov 2015 - 21:57

Ouah. Ok. Je me posais la question justement. C'est vrai que ce n'est pas facile, les tous-petitd / petits.
avatar
sweetlittlemouse
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Rabelais le Mer 4 Nov 2015 - 22:46

Bon, il ne faut pas te leurrer, franchement, si tu as envie de passer de bonnes heures de cours ( fleurs2 Livie) que tout le monde apprécie ( les élèves et toi)et sans difficulté de gestion parce que tu peux te concentrer sur eux , que tu as tout prévu ( copies, notes, punitions, solution B en cas de pépin, devoirs à donner,photocopies faites etc) alors ne compte pas moins de 50 heures par semaines les premières années, le temps de créer tes cours par niveau .
Ou alors tu fais comme moi, tu crames toutes tes vacances scolaires pour pouvoir souffler environ un mois et n'avoir que des corrections et de petites bidouilles à revoir ( deux semaines ouvrées de 7/8 heures par jour et environ ensuite une petite dizaine d'heures seulement par semaine ) ..Mais franchement, je sais que ce n'est pas assez, je trouve mes cours moins chouettes cette année , moins soignés, ça m'agace ( mais ce n'est pas moi qui ne veux pas, j'aime préparer, c'est mon entourage que je préserve).
Bref, 70 heures ne me paraissent pas du tout un mythe et je précise que nous sommes bien titulaires, certes jeunes dans le métier , certes formatés par l'espe qui nous a mis la pression sur la forme des cours et toutes les exigences d'une séance MAIS , à part faire du manuel et du questionnaire ( et là, ce sera bordel intégral en classe, enfin, pour moi), je ne vois pas encore comment s'en dispenser , de ces heures de préparations.
Bon courage!
avatar
Rabelais
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Dimka le Jeu 5 Nov 2015 - 0:23

@sweetlittlemouse a écrit:Et puis franchement, 70 heures divisé par le salaire ça fait moins cher que les boulots les moins payés... (et je sais ce que c'est que de gagner le SMIC pour des boulots crevants et chiants à la fois).
Je n’ai jamais compté le nombre d’heures que je faisais, quand j’étais à l’éducation nationale. Mais c’est clair qu’au début, c’était très prenant. Ce n’est pas une histoire de compter, et à plus de 35h je ne peux plus, mais simplement que tu dois assurer pendant une heure de cours, et que tant que ton heure n’est pas prête, tu continues. Si tu as un cours demain à huit heures du mat’, tu ne peux pas te dire que tu en as marre et que tu vas te coucher : pas le choix. Trouver l’idée du cours, puis le contenu (et il faut aller largement au-delà de ce que verront les élèves, pour prévenir les questions, et pour avoir une vue d’ensemble), l’organiser, trouver les activités, la cohérence, comment ça sera évalué… Et après, il y a les copies, tout ça. Si tu n’assures pas, les élèves ne te prennent pas au sérieux, et puis de toute façon, si tu n’as pas de cours, tu fais quoi, pendant ton heure ?

Par ailleurs, le défaut, selon moi, c’est que tu n’en sors jamais vraiment complètement : un job normal, tu fais tes heures, tu te casses et tu passes à autre chose, alors que là, tu penses sans cesse à ce que tu as fait, ce que tu vas faire, la réaction des élèves, le contenu des cours, la gestion de classe, etc. etc. même quand tu n’es pas à ton bureau.

Le primaire, tu as plus d’heures de cours et tu es moins payée.

Après, bon… tu ne perds rien à essayer, lance-toi sans a priori, ni sur le job, ni sur tes capacités, tu verras bien comment ça se passe. Perso, il y a des tas de trucs, dans ma vie, où je me suis dit que je ne pourrais jamais faire quelque chose, de la même manière que tu dis que tu ne pourrais pas bosser 70h, et puis dans telles ou telles circonstances, j’ai accroché et j’ai pu sans même m’en rendre compte.

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: S'affermir et être plus sûr de sa vocation dans l'enseignement

Message par Kalypso le Jeu 5 Nov 2015 - 0:33

une question : vous refaites vos cours chaque année ? moi non. Il y a déjà assez de boulot de correction, de nouveaux niveaux à gérer, d'à côtés, de cours refaits car pas assez bons les années passées, pour que je ne refasse pas l'essentiel de mes chapitres (j'en suis à ma 5e année). Cela dit les programmes changent de toute façon régulièrement, et même quand un cours tient la route on peut vouloir varier.

Mais franchement, tout refaire chaque année... quel sens ça a ?

je ne pense pas avoir jamais bossé 70h par semaine (mais comme une néo le disait, je faisais le choix d'y passer une grande partie des petites vacances et une bonne partie de l'été)... et depuis 2 ans j'ai l'impression que c'est plutôt cool... sans pour autant avoir le sentiment de faire de mauvais cours. Je recycle beaucoup beaucoup.

D'un autre côté, après 3 ans de prépa, 1 an de L3 où j'ai bossé comme une dingue de peur de ne pas avoir le niveau, le M1, 3 ans d'agrég, le M2 recherche en même temps que l'année de stage à temps plein + l'année de néotit, ben... oui, j'assume de "glander" relativement depuis.
avatar
Kalypso
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum