Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ethiquette le Sam 7 Nov 2015 - 21:06

Bonjour à tous, profs aguerris et jeunes profs.
Je sais, je sais ce qu'on dit, la première année est la plus dure, après ça ira mieux. Mais voilà, à ce rythme, je ne me vois pas tenir l'année.
D'aussi loin qu'il m'en souvienne, j'étais sûre qu'un jour je serai prof, j'ai attendu un peu, de grandir, de mûrir, avant de passer le concours car je ne voulais pas arriver toute jeunette dans ce métier que je savais éprouvant.
Mais voilà, le désillusion est grande, la chute est rude. Entre une formation à l'ESPE parfaitement inutile, scandaleuse de vacuité, chronophage, le temps passé à y aller, pour rien, l'argent déboursé ; et les cours à préparer, où je ne prends aucun plaisir, où je m'ennuie ; les crises de larmes et d'angoisse dès le samedi en pensant au lundi ; l'impression continuelle de me forcer à y aller, de ne pas savoir ce que je fais là, à quoi je sers, la boule au ventre, la perte de poids vertigineuse, les cauchemars à répétition...je ne me sens pas épanouie, c'est le cas de le dire.
Je pense sérieusement à démissionner tant je suis épuisée psychologiquement et physiquement par ce qui ressemble drôlement à une dépression, alors que cet été j'étais pleine d'entrain, d'envie, de fierté. Je ne me reconnais plus, je suis complètement perdue, et je ne sais pas comment sortir de ce que je vis désormais comme une prison.
J'ai été affectée loin de ma région d'origine, j'ai dépensé toutes mes économies pour déménager, je ne connais personne ici, la petite ville où je suis traverse la crise elle aussi (les possibilités de trouver un "job" en cas de démission sont bien minces).
Ce message est un peu une bouteille à la mer. Que faire ?
et merci d'avoir pris le temps de me lire !

ethiquette
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par thebestchicken le Sam 7 Nov 2015 - 21:18

Etant donné le degré d'épuisement que tu décris, je pense qu'il serait bon que tu vois un médecin, qui t'arrêtera sans doute pour que tu te reposes un peu.

L'année de stage est particulièrement difficile, avec les formations (que tu décris si bien) et la pression de la titularisation. C'est mieux après (je crois que j'aurais moi aussi pensé à la démission si je n'avais pas enseigné avant l'année de stage, si je n'avais connu que ça...). La mutation dans une nouvelle région n'est pas facile non plus, tu dois te sentir déracinée, ce qui n'aide pas... Tu te sentiras peut-être mieux quand tu auras "fait ton nid" ?

Bon courage fleurs
avatar
thebestchicken
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Rabelais le Sam 7 Nov 2015 - 21:19

Ah, le mois de novembre de l'année de stage, le pire!!!! On a tous voulu démissionner en novembre l'an dernier, TOUS, en lettres modernes, collège ou lycée.
Alors on a tenu difficilement ,les larmes aux yeux, les vitamines à la main, du café dans le casier , on a un peu ralenti la progression et Noel est arrivé, c'est passé.
Pour l'ennui....si tu es en collège, fais comme moi cette année, accorde toi un vrai détour par un classique que tu aimes en OI , en douce et fais un peu de littérature de temps en temps entre deux conner... Ludiques et la grammaire, ça t'aidera sûrement.
Si tu es stagiaire en lycée, c'est pas normal, monte le niveau.
Pour l'espe, mets toi "Off", sèche une journée ( tu peux, t'inquiète, même sans certif) et reste au lit ou dans ton bain.
Bon courage, c'est une sale période, en mars tu seras déjà beaucoup mieux, tu verras .

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Rabelais
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ethiquette le Sam 7 Nov 2015 - 21:31

@thebestchicken a écrit:Etant donné le degré d'épuisement que tu décris, je pense qu'il serait bon que tu vois un médecin, qui t'arrêtera sans doute pour que tu te reposes un peu.

J'ai vu un médecin dans la ville où je suis...(un mois d'attente pour le rdv). Il m'a prescrit des antidépresseurs et m'a dit de retourner faire mon travail, parce que je l'avais voulu.
J'ai déjà manqué souvent l'ESPE (devoir se lever à 4H30 du matin pour y aller n'aide pas à se motiver). Je ne pouvais juste pas.
J'ai eu envie de démissionner dès la première semaine.
Je suis en collège. Je leur fais le Horla, que j'adore. Je crois que je commence à ne plus aimer ce bouquin. J'étais en thèse l'an dernier, alors l'écart entre ce que je faisais et le collège est violent.
Je n'arrête pas de penser "7 semaines" avant les vacances (qui vont me servir à dormir, pleurer et travailler comme une folle pour avoir...2 cours d'avance. (vacances de la Toussaint de cauchemar)). Je suis désolée, je vois tout en noir.

ethiquette
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Thalia de G le Sam 7 Nov 2015 - 21:34

Je ne sais que te dire pour te consoler, t'encourager, je n'ai pas connu cette situation. Je ne puis qu'exprimer ma compassion pour ce que vivent trop de stagiaires.
D'autres te fourniront des conseils plus concrets pour tenir le coup. fleurs2

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par thebestchicken le Sam 7 Nov 2015 - 21:35

Tu ne voudrais pas essayer d'aller voir un autre médecin ? Un généraliste aura peut-être moins d'attente ?

Tu me sembles effectivement à bout, ça ne sert à rien de t'épuiser à continuer comme ça. Je ne sais pas si tu prends les anti dépresseurs, mais si c'est le cas, il faut plusieurs semaines pour que tu ressentes un mieux.

Tu en as discuté un peu avec tes collègues ? les autres stagiaires ?
avatar
thebestchicken
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Lizdarcy le Sam 7 Nov 2015 - 21:36

Bon, change de médecin! On ne "plante" pas un patient avec des anti-dépresseurs comme ça, sans suivi sérieux, et surtout pas avec une telle désinvolture! Ce n'est pas normal, attente ou pas!
avatar
Lizdarcy
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Rabelais le Sam 7 Nov 2015 - 21:36

@ethiquette a écrit:
@thebestchicken a écrit:Etant donné le degré d'épuisement que tu décris, je pense qu'il serait bon que tu vois un médecin, qui t'arrêtera sans doute pour que tu te reposes un peu.

J'ai vu un médecin dans la ville où je suis...(un mois d'attente pour le rdv). Il m'a prescrit des antidépresseurs et m'a dit de retourner faire mon travail, parce que je l'avais voulu.
J'ai déjà manqué souvent l'ESPE (devoir se lever à 4H30 du matin pour y aller n'aide pas à se motiver). Je ne pouvais juste pas.
J'ai eu envie de démissionner dès la première semaine.
Je suis en collège. Je leur fais le Horla, que j'adore. Je crois que je commence à ne plus aimer ce bouquin. J'étais en thèse l'an dernier, alors l'écart entre ce que je faisais et le collège est violent.
Je n'arrête pas de penser "7 semaines" avant les vacances (qui vont me servir à dormir, pleurer et travailler comme une folle pour avoir...2 cours d'avance. (vacances de la Toussaint de cauchemar)). Je suis désolée, je vois tout en noir.
Oui, je sais , c'est le grand écart...et ton medecin est une pomme, il aurait dû t'arreter, change.
Ceci dit, tu te doutes bien qu'en collège ( et même en lycée) , le niveau est parfois peu épanouissant, mais tu es là pour eux, pas pour toi.
Et si tu faisais autre chose à côté? La première année te mets la tete sous l'eau mais ça ne va pas durer, ne t'inquiète pas! Et puis dis toi qu'au pire, tu passeras un autre concours dans quelques années .

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Rabelais
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ethiquette le Sam 7 Nov 2015 - 21:44

Ce n'est pas mon médecin que j'ai vu, mais un médecin pris au pif dans les pages jaunes (le mien est à 300km d'ici). Il va s'en dire que je n'ai pas suivi les conseils de ce bon monsieur.
Les anti dépresseurs sans suivi, non. Ce ne sont pas des bonbons. J'ai vu un autre médecin (pas mieux) (un peu pervers sexuel sur les bords) : ça m'a dégoûté des toubibs de la ville où je suis.
(attendre un mois à chaque fois c'est rude).
Je sais bien que c'est "normal" d'avoir la tête sous l'eau quand on commence ce métier, avec aucune cours de préparé, aucune idée de comment faire, mais je m'attendais quand même à y prendre un peu de plaisir, que la balance s'équilibre, que ce ne soit pas qu'un calvaire jusque juillet. Je ne sais pas quoi faire à côté, parce qu'honnêtement, je suis trop occupée à déprimer (aujourd'hui j'ai passé 3heures au lit à pleurer). Je sais que je suis là pour eux, les élèves, c'est pour ça que je voulais faire ce métier, et puis voilà, une fois dedans, j'ai l'impression de me noyer littéralement, d'étouffer, de manquer d'air.
Je voudrais bien me bouger, sortir, faire des trucs, mais je n'ai aucune énergie, plus rien...
Ah c'est gai !

ethiquette
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Nadejda le Sam 7 Nov 2015 - 21:48

Peux-tu trouver un peu de soutien auprès de ton tuteur et/ou de tes collègues ? Ne serait-ce que pour alléger ta charge de travail.
avatar
Nadejda
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Mlle_Andromede le Sam 7 Nov 2015 - 21:54

Je me reconnais exactement dans ce que tu décris, ethiquette. Tout comme toi, je me pose de plus en plus de questions relatives à ce métier alors que cet été (et même les premiers jours du mois de septembre), j'étais pleine d'entrain et impatiente de commencer.
Tout comme toi, je connais les crises de larmes, la boule au ventre, l'angoisse perpétuelle, et tout comme toi dès le samedi je pense déjà au lundi. Je n'ai plus envie de préparer mes cours, plus envie de faire des efforts.
Tout comme toi, je pense déjà aux vacances de Noel.

Je te conseille donc d'aller consulter un (bon!) médecin généraliste afin qu'il t'arrête quelque temps. Tu peux voir que j'ai également ouvert un sujet, sur le forum, concernant mes propres difficultés qui rejoignent les tiennes, et je pense que tu pourras y trouver quelques bons conseils (notamment l'urgence d'aller consulter un médecin).

En tout cas, bon courage à toi. flower

Mlle_Andromede
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ethiquette le Sam 7 Nov 2015 - 21:56

J'ai essayé d'en parler avec mon tuteur, qui est plutôt gentil, mais qui semble avoir complètement paniqué quand je lui ai dit que "j'étais mal". Il vient plus souvent, on se voit une fois par semaine pour travailler ensemble, ça m'aide plutôt sur le moment. Mais ça ne résout pas le problème de fond. Les autres collègues, passons. Je suis la seule stagiaire du collège, l'équipe de français n'est pas soudée pour un sou, mes collègues ne me parlent pas. Avec ceux des autres matières, c'est plus sympa, mais j'évite de dire que je me noie, j'ai appris dans mes boulots d'avant que les confidences au travail n'étaient pas une bonne idée.

En fait, je me demandais surtout quelle voie s'offre à moi pour partir sans me retrouver sans un sou ? L'EN peut-elle me proposer un autre poste, dans un autre domaine (secrétariat, ou autre, que sais-je !) ? (bon j'imagine que je rêve).
Est-ce que ça sert à quelque chose de contacter les ressources humaines du rectorat ? et la médecin préventive ?

ethiquette
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par nanou le Sam 7 Nov 2015 - 21:56

Ethiquette, rassure-toi, tu n'es pas la seule, je suis stagiaire aussi mais en renouvellement de stage et je te comprends à 150% !!! Je viens d'avoir une semaine d'arrêt-maladie pour des douleurs musculaires mais je suis convaincue que c'est lié au travail, je traîne les pieds pour aller en cours, quant à la formation, je m'angoisee quand j'y suis car je me suis dit que je pourrai passer ce temps à préparer des séquences, mais je me demande parfois pourquoi je persévère à vouloir enseigner car je m'ennuie rapidement, ça me lasse de répéter tout le temps la même chose etc....

peut-être qu'on former un club ? le club des deçus de l'enseignement ??? titanic
avatar
nanou
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par nanou le Sam 7 Nov 2015 - 22:03

Si tu quittes l'enseignement alors que tu es stagiaire je ne pense pas que l'EN te propose un poste dans un autre domaine, car il me semble qu'il faut être déjà titulaire pour ça...en revanche tu peux préparer un autre concours (mais pour 2016 les inscriptions sont déjà passées, je crois) ou contacter une personne à l'Espé chargé des stagiaires, c'est peut-être même plus facile d'en parler à un de tes formateurs qu'à des collègues (je suis d'accord avec toi, il faut se méfier), surtout pas le Rectorat tant que tu n'es pas sûre de toi....
avatar
nanou
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par cavatine le Sam 7 Nov 2015 - 22:04

fleurs2

Nouveau travail, nouvelle ville/région... c'est bien normal d'être déstabilisée...

Cependant, (je pose seulement la question, hein :-) ) est-ce que tu n'idéalisais aussi pas ce métier, avant d'être effectivement devant les élèves ? La réalité du terrain peut amener à une forte désillusion (surtout que le(s) concours ne nous préparent pas à cette réalité, justement), ou tout du moins à une remise en question : ah, c'est donc ça, ce pour quoi j'ai signé ?
J'imagine que le fait que tu aies été avant en thèse participe aussi à ce sentiment... (après, je ne fais que supposer, tu me dis si je me trompe, hein Very Happy - c'est juste que moi aussi j'ai connu une forme de désillusion, et de grosse déprime en entrant dans le métier... mais j'y suis toujours, et avec au final, au compteur, plus d'éléments positifs que négatifs, même si ce fut rude, et que ça l'est parfois encore -)

Je ne sais trop quoi te dire, si ce n'est que ce que tu ressens a été le lot, il me semble, d'un bon nombre de personnes entrant dans le métier. Et c'est bien triste, hélas...

Est-ce que tu prends le temps de lire ce qui te fait plaisir, d'aller éventuellement au cinéma ? Si cela te fait culpabiliser (sur le mode "faut que je prépare mes cours au lieu de faire ça"), dis-toi qu'être détendue permet d'être plus efficace, généralement. J'ai d'ailleurs constaté personnellement - ainsi que des collègues - que mieux valait ne pas avoir préparé le cours au cordeau mais être en forme, que d'avoir passé des heures à se miner sur une préparation, et en ressortir lessivé...

Dans tous les cas, courage
avatar
cavatine
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par VicomteDeValmont le Sam 7 Nov 2015 - 23:05

En définitive, as-tu des problèmes avec les élèves? Tu n'en parles pas.
Pourquoi cette boule au ventre, ces cauchemars? Qu'est-ce qui te dérange réellement?

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
avatar
VicomteDeValmont
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Celeborn le Sam 7 Nov 2015 - 23:20

J'allais écrire la même chose que le vicomte : tu ne parles pas du tout de la façon dont ça se passe avec les élèves (juste que tu en viens à détester Le Horla, ce qui serait effectivement dommage…). Est-ce que tes cours sont chahutés ? Un peu ? Beaucoup ? Comment t'occupes-tu de la partie "gestion de classe" ? De quelle façon enseignes-tu/prépares-tu tes cours ? Est-ce que tu te sens plutôt libre dans ta manière d'enseigner ou au contraire extrêmement contrainte (éventuellement dans des façons de faire qui ne te plaisent pas ?) ? Combien de temps passes-tu pour préparer une heure de cours ?

Il ne faut pas hésiter à te confier ici : tu ne seras pas jugée.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ProvençalLeGaulois le Sam 7 Nov 2015 - 23:22

@nanou a écrit:Si tu quittes l'enseignement alors que tu es stagiaire je ne pense pas que l'EN te propose un poste dans un autre domaine, car il me semble qu'il faut être déjà titulaire pour ça...en revanche tu peux préparer un autre concours (mais pour 2016 les inscriptions sont déjà passées, je crois) ou contacter une personne à l'Espé chargé des stagiaires, c'est peut-être même plus facile d'en parler à un de tes formateurs qu'à des collègues (je suis d'accord avec toi, il faut se méfier), surtout pas le Rectorat tant que tu n'es pas sûre de toi....

Pour les concours administratifs de l'Education nationale C et B, les inscriptions ne sont pas passées, elles se feront entre janvier et février. De plus, ces concours sont académiques, cela permet de rester plus près de chez soi. Cela peut être une alternative mais qui ne résoudra pas le problème dans l'immédiat.
avatar
ProvençalLeGaulois
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par moonie le Dim 8 Nov 2015 - 0:31


L'année de stage est clairement une mise sous pression de tout ordre .En plus des cours, on doit penser à des choses administratives, se mettre au diapason d'un établissement pas toujours accueillant et parfois d'une tutrice qui te fait suer. Fort heureusement tu n' as pas cette contrainte. Le déracinement géographique et les réalités du métier portent un coup au moral. L'EN ne prépare pas à cette désillusion. Le nombre en hausse des démissions lors de l'année de stage devrait faire réfléchir en haut lieu.Pense à prendre un arrêt et à te laisser du temps. Courage!

moonie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par ajb le Dim 8 Nov 2015 - 1:16

Je compatis sincèrement, je ne comprends que trop bien ce sentiment de désillusion, cette culpabilité quand on ne prend pas de l'avance sur ses cours. Je rejoins les autres : pourquoi as-tu une boule au ventre ? Les élèves sont-ils difficiles ?

Pour ce qui est de l'ennui, je peux comprendre aussi, mais l'avantage est que tu es la reine du cours : à toi de choisir des sujets à traiter stimulants, qui t'intéressent un minimum afin de pouvoir transmettre ton enthousiasme aux élèves. Après, je ne connais pas le programme, je ne sais pas si vous avez beaucoup de liberté.

Pour ton médecin, c'est une honte, cette histoire d'anti-dépresseurs prescrits comme des tic-tac. Il vaudrait mieux effectivement en voir un autre (pourquoi pas celui de ta région ? Un passage le week end pour le voir + voir tes proches te ferait sûrement beaucoup de bien).
Une amie à moi est stagiaire en philo et s'est carrément évanouie l'autre jour en allant en cours pour les mêmes raisons que toi. Elle est arrêtée pour la semaine, ça lui fait du bien.

L'année de stage est extrêmement stressante, on se sent jugé de PARTOUT (tuteur, ESPE, PFA, inspecteurs, élèves...), mais ça va mieux par la suite. Je ne suis que néotit mais je me sens déjà moins observée par tout le monde, on se sent plus légitime une fois que cette période de validation est terminée.

Si, à la rentrée prochaine, et donc dans un autre établissement, le mal-être persiste, songe à te réorienter. Se forcer ne rendrait service à personne. Mais attends au moins d'être titulaire et d'avoir essayé un autre établissement. Notre expérience du métier peut être radicalement différente d'un établissement à un autre, en bien ou en mal. Dans mon cas, ça a été en bien.

Enfin, je compatis pour le déracinement. J'ai beaucoup pleuré en début d'année, car je suis à 800km de chez moi. Mais je t'assure, on s'y fait. Bon, je dis pas que je pète la joie et que je veux faire ma vie ici, mais on prend des marques, et ça va mieux après. Et rentrer chez soi quasi tous les mois, c'est sympa aussi.
avatar
ajb
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par C'est pas faux le Dim 8 Nov 2015 - 2:31

Moi, j'ai vécu l'enfer en tant que stagiaire. Ma hargne maintes fois témoignée ici envers l'IUFM en témoigne. Si j'ai tenu, c'est parce que, dans la situation où j'étais, laisser tomber signifiait la fin du monde. Je jouais gros, sur un plan personnel.
Tout ça pour dire que le seul mot d'ordre doit être de tenir, contre vents et marées, afin de pouvoir se demander, a posteriori, si c'est une bonne idée de continuer. Question qu'il est impossible d'examiner sereinement le nez dans le guidon.
PS : TOUT ce qui me faisait me sentir en dessous de tout à l'époque est précisément ce sur quoi je m'appuie aujourd'hui pour faire face au jour le jour. Comme quoi ... Mais bon, ce n'est pas une raison pour s'en vanter auprès de son inspecteur. Pour comprendre, il faut être en face d'une classe.
avatar
C'est pas faux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par yranoh le Dim 8 Nov 2015 - 3:21

Voilà mon premier conseil, hésitant : il est certes difficile de trouver du travail aujourd'hui, mais... pas dans l'éducation nationale. Et même quand on a démissionné du stage. On a besoin de contractuels, je pense, dans toutes les régions, et certainement aussi dans ta région d'origine. Tu as toujours voulu être enseignante. Quand on est stagiaire, on peut en arriver à croire qu'on s'était trompé, qu'on est pas fait pour ce métier. C'est parfois vrai, sans doute. J'ai été stagiaire, j'ai démissionné. Je pensais ne plus jamais être enseignant. Je le suis redevenu d'abord parce que je ne trouvais pas de travail. Et je me suis aperçu que je ne me voyais vraiment pas faire autre chose. Il m'a fallu trois ans sous ce statut pour m'inscrire de nouveau au concours. Et encore, j'ai longuement hésité, à cause de la réforme. (Et à cause de la réforme, j'ai décidé de passer le concours du privé.)

Enfin, ce que je voulais dire surtout, c'est qu'il faut, non seulement se rappeler, mais aussi enrichir sa réponse à cette question : pourquoi suis-je enseignant, professeur de lettres en ce qui te concerne? Il me semble que la question pourquoi j'enseigne ? doit précéder, au moins un peu, la question comment j'enseigne ? même si les deux s'entremêlent, s'enrichissent mutuellement. Lis et relis Aristote, Alain, Fumaroli, Simone Weil, qui tu veux qui te le rappellera, enrichira ta vocation. Et, dans la mesure du possible, n'enseigne rien qui ne réponde à cette question. C'est ton pseudo, surtout, qui m'inspire ce conseil.
Ne fais pas étudier ce qui te plait, fais étudier ce qui te semble important d'étudier. Généralement, cela revient au même, mais, dans l'exercice de ses fonctions, c'est bien plus gratifiant. Et, pour la littérature, il me semble que c'est un enrichissement de sa sensibilité littéraire : réfléchir à ce qu'il est bon d'étudier à tel âge, et pourquoi ceci plutôt que cela, ce n'est pas anodin pour soi non plus.
Je discutais cette semaine avec un collègue de mon établissement, où les élèves sont très bons et n'ont pas besoin de nous pour découvrir, peut-être pas tous Homère, mais beaucoup Maupassant ou Perrault. On peut aller loin avec ces élèves. Eh bien, mon collègue ne le vit pas bien. Il se demande à quoi il sert. Lui a le temps et la tranquillité nécessaires pour trouver des réponses à ses questionnements. Il est quand même triste que notre formation ne nous permette pas de les connaître au moins un peu, ces réponses.

Je crois aussi q'il est bon, en pédagogie, de choisir ses maîtres. La difficulté aujourd'hui est de les trouver. J'ai trouvé les miens sur ce forum et à Emmaus, principalement.

Si tu choisis de continuer, prends le temps d'analyser attentivement les manuels, anciens et nouveaux. Tâche de comprendre leur démarche générale. Et n'hésite pas à faire tourner la photocopieuse.

Une conférence de Marc Fumaroli qui fait du bien : https://www.youtube.com/watch?v=YYtIzI-Ta1U
avatar
yranoh
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Thermo le Dim 8 Nov 2015 - 5:14

Par rapport aux élèves il faut que tu demandes aux collègues qui savent faire, normalement tu dois savoir qui tient bien ses classes, qui peut travailler correctement avec les élèves ( fais attention ce n'est pas forcément ceux qui prétendent que ca va dans la salle des profs..). Au pire tu demandes aux élèves : "et dans telle matière ca se passe comment? il est comment avec vous le prof? c'est quoi votre matière préférée, pourquoi?"..
Concernant les "formations" de l'éducation nationale : c'est en gros du n'importe quoi. N'attends pas grand chose de ce coté en tout cas aucun salut, aucun graal pédagogique.
Prends soin de toi : pas la peine de travailler sans cesse et jusqu'à épuisement, fait des activités qui te changent l'esprit, confie toi à qq'un dans ton entourage, un collègue ce serait bien car il peut mieux comprendre. Le sport aussi c'est bien.
Dans tout les cas accroche toi, tu es dans la mauvaise passe et faut tenir, à moins d'avoir une opportunité professionnelle interessante ailleurs.
C'est un métier usant, même quand les choses se passent bien, ca le deviendra bien plus avec la réforme du collège et le niveau des élèves va encore baisser. L'école et les enfants ne sont pas ce qu'on s'imagine de l'extérieur.
Il y a des bons cotés à tout ca mais tu n'es pas encore , à priori, dans la situation pour en profiter.

_________________
Loi du Management de Weiler : Rien n'est impossible pour celui qui n'a pas à le faire lui-même.
avatar
Thermo
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par jilucorg le Dim 8 Nov 2015 - 7:29

@Thermo a écrit:Au pire tu demandes aux élèves : "et dans telle matière ca se passe comment? il est comment avec vous le prof? [...]"..
avatar
jilucorg
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stagiaire - je n'y arrive pas du tout.

Message par Pierre-Henri le Dim 8 Nov 2015 - 7:32

La survie dans le métier nécessite une certaine dose de rouerie. Il faut savoir faire le tri entre ce qui est utile aux élèves et ce qui doit être ignoré. On apprend à se jouer du système, pour se ménager un espace de liberté. La première chose à faire est de réaliser que l'éducation nationale est une vaste illusion bureaucratique, et que la seule vérité qui compte commence et s'arrête sur le seuil de votre classe.

Le premier réflexe est de ne rien attendre de la formation. Ignorez-la totalement. Quand un formateur pédagol vous dit quelque chose, répondez "oui, oui" en hochant la tête d'un air niais, puis oubliez ses paroles la seconde d'après. Prenez les formations pédagogiques pour une occasion de rêvasser, rien de plus. Dites-vous, à ce propos, que vous êtes payée pour servir d'alibi et fournir un poste à des planqués incompétents. Inutile de faire du zèle pour ça.

Rien à attendre du rectorat non plus, surtout pas pour une reconversion. On manque de professeurs de français, les rectorats ne vous aideront pas à partir. Le rectorat, moins on le voit, mieux on se porte.

Pour ces raisons, que vous soyez dans un petite ville isolée est une chance. Profitez de la distance. Plus on est loin des chefs, mieux c'est. Au lieu de vous disperser, recentrez-vous sur l'endroit où vous êtes. Intéressez-vous à la vie locale, intéressez-vous au quotidien de vos élèves (hé oui, ça aide). Témoignez de l'empathie. Mettez-vous au niveau d'adolescents, sans les juger, sans les prendre de haut. Acceptez-les, eux et leurs familles, pour ce qu'ils sont. Ne donnez pas l'image d'un professeur snob qui se sent paumé chez les ploucs. Vos élèves se vengeraient sur vous pour ça, et ils n'auraient pas tort.

Pour les cours, laissez tomber les fariboles pédagogistes, et faites du magistral, du frontal, de l'explicite, adapté au niveau des élèves. Choisissez des textes qui vous plaisent, et tentez de partager votre bonheur de lecture. Ca prend du temps, il faut lutter contre la résistance naturelle des adolescents, il y a beaucoup de revers et de désillusions, mais quand un petit quelque chose passe, la satisfaction est réelle.

Ne vous prenez pas le chou avec les objectifs, les problématiques, les compétences, les procédures, les tâches... Tout ça, on peut le pipeauter a posteriori, en quelques minutes, pour faire plaisir le temps d'une visite.

Suivez un cadre de cours strict, simple, rituel, dans lequel les élèves apprendront peu à peu à se retrouver. Évitez le travail de groupe, ainsi que les "activités" dispersées qui finissent par virer au capharnaüm. N'ayez pas peur de diriger les cours, de guider la pensée des élèves, de transmettre un savoir de façon verticale, de distinguer le vrai du faux, la règle juste de la faute. Les élèves n'attendent pas autre chose d'un professeur.

Je vous conseille de vous inspirer des manuels "Terre des Lettres" pour mettre en place des cours simples et précis. Si vous êtes épuisée, n'hésitez pas à sortir des chapitres et des cours tels quels de ce manuel et à les jouer comme s'ils étaient les vôtres.

Pierre-Henri
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum