harcèlement des intellos

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Alyki le Dim 8 Nov 2015 - 16:32

Félicitations pour ce texte !
"Intello" n'est plus qu'une insulte dans la bouche des élèves et aboutit régulièrement à faire pleurer certains sixièmes. Après ils se "blindent" ou s'éteignent en cours...
L'injure suprême étant "pseudo-intellectuels" mais ça c'est dans la bouche de notre ministre !!

Alyki
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Spartacus le Dim 8 Nov 2015 - 16:58

Un grand merci AntoineD. C'est ce contre quoi je lutte depuis plus de 25 ans.

Je souhaitais souligner la complicité idéologique de bien des collègues dans la généalogie et la généralisation de tels harcèlements. Ce que tu déconstruis fort bien dans ce paragraphe :  

Pas sociologiquement correct ? pas redevable d'une explication marxiste en terme de lutte des classes ? Non inscriptible dans la lutte "anti-raciste" ? Non rabattable dans les plis de la "pensée politique" préformée ? Ne s'inscrivant pas suffisamment dans l'opposition dominants vs dominés ? Stigmatisant (ce serait un comble, mais je m'attends toujours au pire avec notre "intelligentsia" !) les caïds des collèges, ratonneurs d'intellos, peut-être, mais qui sont eux-mêmes des "victimes du système" venant de couches défavorisées??

Et finalement même pas la peine de développer. La citation de Nitescence résume parfaitement cette idéologie :

@Nitescence a écrit:Je comprends ce que tu veux dire, mais je pense que c'est exactement l'inverse : les bons élèves arriveront toujours à s'en sortir. Ce qu'ils n'acquièrent plus à l'école, l'environnement familial s'en chargera (en regardant Arte par exemple). Les vrais sacrifiés de la réforme, ce sont précisément les autres : ceux qui n'ont que l'école pour suppléer à l'indigence de l'environnement familial. Ceux-là sont morts parce que seuls héritiers auront le savoir donc le pouvoir...

Je suis issu d'un milieu populaire et nous étions pauvres. J'étais de ces enfants atypiques et ce qui m'a sauvé, c'est une l'école qui m'a apporté le savoir, mais aussi les conditions nécessaires à un apprentissage serein. Y compris le fait d'intégrer des établissements avec une grande majorité d'enfants favorisés qui ne m'ont absolument jamais fait sentir leur supériorité. Cette mixité m'a été très favorable, et je n'ai jamais été jugé par ces gens pour ma basse extraction, mais sur mes qualité propres. Autre temps, autres mœurs.

Depuis, je suis sensibilisé à la question des enfants atypiques. Il est à la fois faux et totalement injuste de dire que les enfants curieux et intelligents s'en sortirons. Les bons ne sont pas forcément les enfants dont les parents regardent Arte. Ceux qui comme je l'étais sont peu favorisés n'auront pas de compensation chez eux, et ceux dont les parents sont des privilégiés (et je rappelle que pour plein de gens, les enfants de profs sont déjà des privilégiés...) n'ont pas à subir cette discrimination négative, à seule raison qu'en tant qu'"héritiers", ils ont à la naissance, une dette envers ceux qui par ailleurs ne semblent pas non plus vouloir partager cet héritage. Et qui parfois, en raison d'un héritage différent, ont à cœur de montrer à quel point ils conchient celui qu'on leur propose.  

Je rappelle également que nous devons le même service à tous les enfants et que nous n'avons pas à nous arroger le droit de dire qui peut ou ne doit pas être harcelé, sur des critères purement idéologiques dont les enfants n'ont même pas conscience.

Je souligne également que les enfants qui ont ce profil - bosseurs, curieux, vifs, sages, impliqués (des bolos, quoi!) - qui sont aussi dans l'immense majorité ce qu'on appelle des "précoces", se suicident trois fois plus, et que dans nombre de cas, on se rend compte qu'ils étaient devenus plus ou moins phobiques scolaires, à cause d'une mise à l'écart plus ou moins déclarée de la part de la classe et parfois de la complicité de ces enseignants, qui se croient investis de la mission de rétablir les inégalités, en ignorant les souffrance des enfants étiquetés "privilégiés". Parfois simplement pour ne pas faire de vague ou par peur de passer pour un sale réac. C'est vrai que pour prendre la défense des enfants curieux et travailleurs, il faut au moins être un vrai gros réac bien pourri de préjugés!

C'est feindre d'ignorer qu'on peut casser irrémédiablement un enfant, au point de le pousser à un échec irrémédiable. Voilà ce que vaut le fameux "les bons élèves arriveront toujours à s'en sortir". Je sais que c'est une injonction de notre grande maison, et que nous sommes "vivement invités" à le mettre en pratique. Est-ce que pour autant nous devons cesser de nous montrer humains et impartiaux, face au danger de cette politique.

Je rappelle encore une fois à ceux qui pensent ainsi participer à la lutte des classe en couvrant du manteau de Noé les comportements des "victimes essentielles", face aux enfants des bourgeois, qu'aujourd'hui, un fils de prof est déjà un héritier, et ses parents, au dessus de 2000€, déjà des bourgeois pour beaucoup...

L'institution devient folle. Devons nous nous faire ses complices?

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Tem-to le Dim 8 Nov 2015 - 18:00

- En CP, mon fils a connu une forme de discrimination parce qu'il était "intello" sans que ses agresseurs soient (normal vu leur âge), capables de formuler les raisons de leur harcèlement. Ils étaient quatre à l'attendre à la sortie pour lui piquer son cartable et éparpiller cahiers et contenu de sa trousse aux quatre coins de la colline à la fin de la journée. La "nounou" qui était toujours en retard pour le récupérer à la fin de l'école, ne nous en a jamais parlé, mon gamin non plus. C'est une autre petite camarade de sa classe qui est venue me le dire, énorme merci à elle. Combien de temps cela a duré ? Je n'en sais rien au juste. Dès que j'en ai été informé par la gamine-témoin, j'ai aussitôt donné l'alerte. Le directeur a, dès le surlendemain, réuni en urgence les parents des gamins agresseurs et moi-même : nous nous sommes expliqués, parfois sèchement. Certains parents, pas tous, se sont excusé. Mon fils a été l'objet de davantage d'attention de l'ensemble du personnel de l'école jusqu'en fin de CM2. Ma femme et moi avons fait subir un test à notre fils : il était intellectuellement précoce et plus mature que son âge.

- Au collège, en 6e, j'ai été appelé par la CPE juste avant les vacances de la Toussaint. Elle m'a alors dit au cours de notre rendez-vous que depuis la rentrée, il se fourrait toujours dans des mauvais coups mais qu'ils avaient enquêté et qu'en fait :
ou il était victime
ou des gamins lui faisaient porter le chapeau de leur propre bêtise alors qu'il n'y était pour rien.
Mon fils voulait à toute force être "populaire" et les autres le rejetaient. J'ai demandé à ce que mon fils quitte son cours pour assister à notre entrevue afin que l'on voit, ensemble, comment l'aider à s'en sortir. C'est ce que nous avons fait. La CPE lui a dit : "ou tu continues comme cela, tu as toujours un excellent comportement en classe et d'excellentes notes mais tu n'auras pas ou très très peu d'amis tout au long du collège et sera l'enfer, ou tu t'arranges pour être un peu moins sage, pour baisser un peu tes notes et tu auras davantage d'amis. C'est malheureux, mais c'est comme cela, a-t-elle dit avant d'ajouter, il y a peu, mes propres enfants on eu ce même souci".
Mon fils a choisi la seconde "solution" et n'a plus eu de problème (ou est passé par dessus sans nous en parler, se plaignant juste, dès la 5e, du nombre de "racailles" qu'il y a dans l'établissement). Les professeurs principaux de chacune de ses classes étaient au courant de l'incident du primaire et de son état de précocité. Il s'est mis à moins travailler et, depuis, pour avoir une chance d'être "populaire" ou, à tout le moins, ne pas être le bouc émissaire de je ne sais quelles frustrations de autres, il a gardé ce petit rythme de travail. Sur les bulletins de notes, toutes les appréciations tournaient autour de "Bon élève, mais peut mieux faire". Ben tiens...

Je veux juste témoigner ici de la baisse du niveau d'éducation et d'intolérance des gamins dès le primaire, face à une différence.
Je veux juste témoigner ici des bonnes réactions du responsable de l'école primaire et de la CPE du collège auxquels je suis reconnaissant.

- Seul point noir : au lycée où il est actuellement en seconde, il a gardé l'habitude de moins travailler et maintenant, cela se sent dans les résultats (-3 pts partout pour l'instant). Toujours pour être "populaire", autrement dit pour s'intégrer de façon convenable et se sentir bien dans son milieu lycéen. Certes, il a réussi même s'il est davantage avec des élèves de premières et terminales qu'avec ses pairs de secondes. Mais maintenant, au coeur de son adolescence, c'est devenu impossible de le faire travailler davantage pour qu'il hausse son niveau.
On verra ce que cela donnera mais comment dire... juste un goût amer dans la bouche.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Moonchild le Dim 8 Nov 2015 - 18:19

@Spartacus a écrit:C'est feindre d'ignorer qu'on peut casser irrémédiablement un enfant, au point de le pousser à un échec irrémédiable. Voilà ce que vaut le fameux "les bons élèves arriveront toujours à s'en sortir". Je sais que c'est une injonction de notre grande maison, et que nous sommes "vivement invités" à le mettre en pratique. Est-ce que pour autant nous devons cesser de nous montrer humains et impartiaux, face au danger de cette politique.
Dans le système actuel qui prône l'hétérogénéité complète des classes, les bons élèves sont avant tout considérés comme des leviers permettant de faire progresser les plus faibles qui doivent être au centre de toute notre attention.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par roxanne le Dim 8 Nov 2015 - 18:46

Je voudrais tout de même nuancer ce propos car j'ai connu un certain nombre de gamins très bons élèves et par ailleurs populaires. Soit parce que par ailleurs, ils étaient sportifs ou par réelle admiration de la part de leurs camarades. J'ai souvenir d'un élève en 3e, très bon élève, rugbyman, beau gosse, musicien, élu à l'unanimité délégué de classe sans s'être présenté , enfin le gamin idéal , par ailleurs poli, respectueux.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Tem-to le Dim 8 Nov 2015 - 18:54

C'est vrai Roxanne, mais je pense que ces enfants-là (et heureusement qu'il y en a) tendent de plus en plus à être des exceptions ce qui est bien dommage.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Spartacus le Dim 8 Nov 2015 - 18:56

@Moonchild a écrit:Dans le système actuel qui prône l'hétérogénéité complète des classes, les bons élèves sont avant tout considérés comme des leviers permettant de faire progresser les plus faibles qui doivent être au centre de toute notre attention.

Je pense que dans ton esprit, c'est positif. Mais au sens propre, "un levier" est un instrument, et dans le meilleur des cas, ces enfants sont instrumentalisés et mis au service des plus faibles, et on sait combien parfois les "faibles" des établissements "sensibles" peuvent se montrer impitoyables.

En soi ce n'est pas forcément un mal. Mais là où ça devient limite-limite, c'est quand on s'imagine avoir le droit de disposer de ces bons élèves pour les saupoudrer en milieu hostile, sans leur apporter en contrepartie, l'assistance dont il peuvent avoir besoin en cas de harcèlement.

A ce titre, je trouve que l'idée de réintroduire à toute force de la diversité des établissements d'où elle a fuit, au mépris de la volonté des parents et du sort de ces élèves qui seront de bons candidats au bolossage, est totalement condamnable.

Quand j'étais le bon élève timide et passionné, dans l'établissement populaire d'un quartier populaire, moi qui craignait déjà de me retrouver au lycée, si on m'avais lâché dans un collège défavorisé, avec mon envie de bien faire, mes lunettes et mes livres, j'aurais été cassé définitivement. Peut-être plus...

Il faut arrêter de se raccrocher à n'importe quel élément de langage, pour conserver une conscience acceptable. Il est peut-être temps de sortir de la matrice et examiner réellement les conséquences de ce qu'on nous demande de faire. Et surtout de taire.

@Roxanne a écrit:Je voudrais tout de même nuancer ce propos car j'ai connu un certain nombre de gamins très bons élèves et par ailleurs populaires. Soit parce que par ailleurs, ils étaient sportifs ou par réelle admiration de la part de leurs camarades. J'ai souvenir d'un élève en 3e, très bon élève, rugbyman, beau gosse, musicien, élu à l'unanimité délégué de classe sans s'être présenté , enfin le gamin idéal , par ailleurs poli, respectueux.

Tout à fait d'accord. Mais certains élèves ont du charisme. En dehors du charisme personnel qui ne s'achète pas, je n'ai connu ce type de cas que lorsque les élèves sont valorisés par l'équipe, dans un environnement où le travail et la culture reconnus.

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Ruthven le Dim 8 Nov 2015 - 18:58

En lycée, cela me semble beaucoup plus compliqué. Le statut du bon élève est très variable.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par ycombe le Dim 8 Nov 2015 - 19:01

@Moonchild a écrit:
@Spartacus a écrit:C'est feindre d'ignorer qu'on peut casser irrémédiablement un enfant, au point de le pousser à un échec irrémédiable. Voilà ce que vaut le fameux "les bons élèves arriveront toujours à s'en sortir". Je sais que c'est une injonction de notre grande maison, et que nous sommes "vivement invités" à le mettre en pratique. Est-ce que pour autant nous devons cesser de nous montrer humains et impartiaux, face au danger de cette politique.
Dans le système actuel qui prône l'hétérogénéité complète des classes, les bons élèves sont avant tout considérés comme des leviers permettant de faire progresser les plus faibles qui doivent être au centre de toute notre attention.
C'est très efficace: depuis que le système scolaire est organisé ainsi, il y a de plus en plus d'élèves faibles.



_________________
Ronin : "A un moment il faut dire stop au n'importe quoi".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".

ycombe
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Moonchild le Dim 8 Nov 2015 - 20:11

@Spartacus a écrit:
@Moonchild a écrit:Dans le système actuel qui prône l'hétérogénéité complète des classes, les bons élèves sont avant tout considérés comme des leviers permettant de faire progresser les plus faibles qui doivent être au centre de toute notre attention.

Je pense que dans ton esprit, c'est positif. Mais au sens propre, "un levier" est un instrument, et dans le meilleur des cas, ces enfants sont instrumentalisés et mis au service des plus faibles, et on sait combien parfois les "faibles" des établissements "sensibles" peuvent se montrer impitoyables.
Non, dans mon esprit, ce n'est pas du tout positif. Mon message laconique n'était qu'une description d'un système que je suis le premier à critiquer et qui, dans certains établissements, instrumentalise les bons élèves - enfin surtout ceux des classes populaires - que par ailleurs il néglige même lorsqu'ils ne subissent pas de harcèlement.

@Spartacus a écrit:
@Roxanne a écrit:Je voudrais tout de même nuancer ce propos car j'ai connu un certain nombre de gamins très bons élèves et par ailleurs populaires. Soit parce que par ailleurs, ils étaient sportifs ou par réelle admiration de la part de leurs camarades. J'ai souvenir d'un élève en 3e, très bon élève, rugbyman, beau gosse, musicien, élu à l'unanimité délégué de classe sans s'être présenté , enfin le gamin idéal , par ailleurs poli, respectueux.

Tout à fait d'accord. Mais certains élèves ont du charisme. En dehors du charisme personnel qui ne s'achète pas, je n'ai connu ce type de cas que lorsque les élèves sont valorisés par l'équipe, dans un environnement où le travail et la culture reconnus.
Effectivement, pour un gamin qui a par ailleurs tous les attributs qui lui permettent d'être admiré, être un intello ne sera pas réellement une source de problème ; en revanche l'intello moche et timide est plutôt mal barré au collège et au lycée... et même pour une bonne partie de sa vie personnelle.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par 79 airlines le Lun 9 Nov 2015 - 16:12

pour avoir suivi le dossier Harcèlement, je pense que le diagnostic initial est faux : les bons élèves sont cités en tant que victimes potentielles dans toutes les communications sur le sujet.

79 airlines
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par PabloPE le Lun 9 Nov 2015 - 16:54

@roxanne a écrit:Je voudrais tout de même nuancer ce propos car j'ai connu un certain nombre de gamins très bons élèves et par ailleurs populaires. Soit parce que par ailleurs, ils étaient sportifs ou par réelle admiration de la part de leurs camarades. J'ai souvenir d'un élève en 3e, très bon élève, rugbyman, beau gosse, musicien, élu à l'unanimité délégué de classe sans s'être présenté , enfin le gamin idéal , par ailleurs poli, respectueux.
Voilà.. beau gosse (donc les filles sont au taquet) et rugbyman (donc les mecs se sentent moins virils face à lui)...Tu changes le beau gosse par "physique atypique" et "rugbyman" par "champion d'échec" et on reparle de sa côte de popularité pale

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par PabloPE le Lun 9 Nov 2015 - 16:56

@ycombe a écrit:
@Moonchild a écrit:
@Spartacus a écrit:C'est feindre d'ignorer qu'on peut casser irrémédiablement un enfant, au point de le pousser à un échec irrémédiable. Voilà ce que vaut le fameux "les bons élèves arriveront toujours à s'en sortir". Je sais que c'est une injonction de notre grande maison, et que nous sommes "vivement invités" à le mettre en pratique. Est-ce que pour autant nous devons cesser de nous montrer humains et impartiaux, face au danger de cette politique.
Dans le système actuel qui prône l'hétérogénéité complète des classes, les bons élèves sont avant tout considérés comme des leviers permettant de faire progresser les plus faibles qui doivent être au centre de toute notre attention.
C'est très efficace: depuis que le système scolaire est organisé ainsi, il y a de plus en plus d'élèves faibles.


J'ai de la peine pour mes meilleurs élèves. Quand je vois toute l'énergie dépensée pour les élèves en grande difficulté, je me dis que souvent je passe à côté d'eux pale

_________________
http://www.villeseducatrices.fr/ressources/page/Appel_de_Bobigny_et_textes_complementaires.pdf




"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."

PabloPE
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Spartacus le Lun 9 Nov 2015 - 17:18

@ycombe a écrit:C'est très efficace: depuis que le système scolaire est organisé ainsi, il y a de plus en plus d'élèves faibles.

Bavoui! Les mauvais restent mauvais et les bons qui dépriment, le deviennent.


@PabloPE a écrit:J'ai de la peine pour mes meilleurs élèves. Quand je vois toute l'énergie dépensée pour les élèves en grande difficulté, je me dis que souvent je passe à côté d'eux pale

D'autant qu'ils devraient être notre cœur de métier.

Donner leur chance à tous est secondaire, et n'est possible que si chacun accepte de la saisir. On ne sauve pas les gens sans leur participation active, et encore moins contre leur gré. Et le nombre considérable de gamins qui refusent positivement et opiniâtrement de partager l'héritage culturel ne sont pas des victimes, mais des acteurs actifs de la chute de la maison EN. Ainsi du noyer qui, s'agrippant à son sauveur, entraîne ce dernier dans la mort.

Spartacus
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par roxanne le Lun 9 Nov 2015 - 17:40

@PabloPE a écrit:
@roxanne a écrit:Je voudrais tout de même nuancer ce propos car j'ai connu un certain nombre de gamins très bons élèves et par ailleurs populaires. Soit parce que par ailleurs, ils étaient sportifs ou par réelle admiration de la part de leurs camarades. J'ai souvenir d'un élève en 3e, très bon élève, rugbyman, beau gosse, musicien, élu à l'unanimité délégué de classe sans s'être présenté , enfin le gamin idéal , par ailleurs poli, respectueux.
Voilà.. beau gosse (donc les filles sont au taquet) et rugbyman (donc les mecs se sentent moins virils face à lui)...Tu changes le beau gosse par "physique atypique" et "rugbyman" par "champion d'échec" et on reparle de sa côte de popularité pale
Certes mais c'était l'exemple extrême. Sinon, c'est vrai que souvent les bons élèves avaient pas mal d'avantages et j'ai rarement connu "physique atypique" et "champion d'échecs".

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Nasopi le Lun 9 Nov 2015 - 17:48

@PabloPE a écrit:
Voilà.. beau gosse (donc les filles sont au taquet) et rugbyman (donc les mecs se sentent moins virils face à lui)...Tu changes le beau gosse par "physique atypique" et "rugbyman" par "champion d'échec" et on reparle de sa côte de popularité pale

Mon fils aîné n'est pas spécialement beau physiquement, joue très très bien aux échecs (son ELO Fide est de 2000 et quelques), a toujours été un élève extrêmement brillant, est d'un caractère plutôt doux et timide, mais il a toujours eu pas mal de copains et n'a jamais été harcelé.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Tem-to le Lun 9 Nov 2015 - 18:00

@Spartacus a écrit:
Bavoui! Les mauvais restent mauvais et les bons qui dépriment, le deviennent.
C'est tout à fait ce qui est en train d'arriver à mon fils. Et pour l'aider à passer par dessus ça, pour le remotiver, c'est pas évident, arrivé en seconde où une forme de lucidité le pousse à la déprime.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par MUTIS le Lun 9 Nov 2015 - 18:06

Petitfils a écrit:- En CP, mon fils a connu une forme de discrimination parce qu'il était "intello" sans que ses agresseurs soient (normal vu leur âge), capables de formuler les raisons de leur harcèlement. Ils étaient quatre à l'attendre à la sortie pour lui piquer son cartable et éparpiller cahiers et contenu de sa trousse aux quatre coins de la colline à la fin de la journée. La "nounou" qui était toujours en retard pour le récupérer à la fin de l'école, ne nous en a jamais parlé, mon gamin non plus. C'est une autre petite camarade de sa classe qui est venue me le dire, énorme merci à elle. Combien de temps cela a duré ? Je n'en sais rien au juste. Dès que j'en ai été informé par la gamine-témoin, j'ai aussitôt donné l'alerte. Le directeur a, dès le surlendemain, réuni en urgence les parents des gamins agresseurs et moi-même : nous nous sommes expliqués, parfois sèchement. Certains parents, pas tous, se sont excusé. Mon fils a été l'objet de davantage d'attention de l'ensemble du personnel de l'école jusqu'en fin de CM2. Ma femme et moi avons fait subir un test à notre fils : il était intellectuellement précoce et plus mature que son âge.

- Au collège, en 6e, j'ai été appelé par la CPE juste avant les vacances de la Toussaint. Elle m'a alors dit au cours de notre rendez-vous que depuis la rentrée, il se fourrait toujours dans des mauvais coups mais qu'ils avaient enquêté et qu'en fait :
ou il était victime
ou des gamins lui faisaient porter le chapeau de leur propre bêtise alors qu'il n'y était pour rien.
Mon fils voulait à toute force être "populaire" et les autres le rejetaient. J'ai demandé à ce que mon fils quitte son cours pour assister à notre entrevue afin que l'on voit, ensemble, comment l'aider à s'en sortir. C'est ce que nous avons fait. La CPE lui a dit : "ou tu continues comme cela, tu as toujours un excellent comportement en classe et d'excellentes notes mais tu n'auras pas ou très très peu d'amis tout au long du collège et sera l'enfer, ou tu t'arranges pour être un peu moins sage, pour baisser un peu tes notes et tu auras davantage d'amis. C'est malheureux, mais c'est comme cela, a-t-elle dit avant d'ajouter, il y a peu, mes propres enfants on eu ce même souci".
Mon fils a choisi la seconde "solution" et n'a plus eu de problème (ou est passé par dessus sans nous en parler, se plaignant juste, dès la 5e, du nombre de "racailles" qu'il y a dans l'établissement). Les professeurs principaux de chacune de ses classes étaient au courant de l'incident du primaire et de son état de précocité. Il s'est mis à moins travailler et, depuis, pour avoir une chance d'être "populaire" ou, à tout le moins, ne pas être le bouc émissaire de je ne sais quelles frustrations de autres, il a gardé ce petit rythme de travail. Sur les bulletins de notes, toutes les appréciations tournaient autour de "Bon élève, mais peut mieux faire". Ben tiens...

Mais ce discours est absolument SCANDALEUX !
Le fait qu'un bon élève soit harcelé est proprement intolérable. Dans les classes où j'enseigne (mais c'est un bon collège, je reconnais), je fais toujours une mise au point assez énergique en début d'année du genre... S'il y a un seul ab**** (car dire cela montrerait un état de crétinisme avancé dont je vous exonère a priori) qui se permet de traiter un camarade d'intello, il prend une heure de colle direct et accessoirement, il pourrait aussi prendre ma main sur la gueule. Car j'adore les intellos et je n'ai pas grande affection pour les jaloux ignares. Et il faut 100 X mieux être un intello qu'un *** inculte et jaloux du succès des autres.
Bon, en général, ça calme...
Je n'en entends plus parler de l'année...
C'est aux professeurs et au CPE de tenir ce discours aussi quand je vois le discours de ce CPE... furieux furieux furieux

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Tem-to le Lun 9 Nov 2015 - 19:18

Bien sûr, je comprends votre colère Mutis, elle est normale dans un monde qui le serait. J'ai eu affaire à une CPE qui avait un peu baissé les bras mais qui a tout de même réagi en m'appelant et en veillant de loin en loin sur lui tout au long du collège même s'il n'en avait plus besoin. Un de ses copains de toute la durée du collège, extrêmement brillant, était dans un cas plus grave que lui : il était suicidaire.
Concernant mon fils, j'ai appris moi-même à relativiser, ce qui ne veut pas dire à se résigner. De quoi sera faite la société où mon gamin va se retrouver adulte ? En très grosse majorité de ces gamins qui sont ses pairs et parmi lesquels, en un premier temps, il ne semblait pas se plaire. Il faut faire avec. Au 2e trimestre de sa 6e, il a appris à faire une sévère sélection parmi ses copains-copines ce qui, j'en suis persuadé, lui a évité bien des problèmes de comportements précocement déviants qu'il a très bien observés dès la 5e, comme la cigarette, la drogue, l'alcool, les filles... Son collège qui avait une bonne réputation est en train de la perdre année après année.
En fait, il a appris que tout le monde n'avait pas été élevé comme lui. Il a ouvert les yeux et s'est rendu compte qu'il y avait d'autres couches sociales que celle à laquelle il appartient. Je me méfiais d'un éventuel mépris de sa part sur ces gamins mais il n'a pas tiré de conclusions "clichesques" ou caricaturales, s'emportant juste de temps en temps sur les parents qui, s'était-il rendu compte, ne s'occupent pas du tout de leurs enfants.
En ce qui concerne son problème actuel de baisse de niveau (surtout en maths), on se bat actuellement pour y remédier.

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par chewing-huitre le Sam 14 Nov 2015 - 21:10

Le conseil du CPE me sidère, mais ne devrait pourtant pas...

Au cours de ma scolarité, j'ai cumulé les tares, en tant qu'élève sage, travailleur, curieux, ayant de bonnes notes, introverti, nul en sport, d'apparence efféminée...  La victime toute désignée de ces petits meneurs à l'insolence énergique, à la c*nnerie démonstrative. Je me souviens des AED qui les prenaient sous leur aile, et de la suspicion que j'ai conçue à leur égard: non, décidément, ils sont de leur côté, il est hors de question que je vienne les trouver en cas de besoin... Et d'ailleurs, à plusieurs reprises j'ai subi de leur part de gentilles brimades, de celles qui n'ont l'air de rien, avec la complicité de ces fameux caïds. Bref, tout au long de mes années de collège, j'ai été la cible du même groupe, et j'ai tout enduré sans dire mot à quiconque, pas même à mes parents, tant la honte était forte. Je n'ai jamais pleuré non plus; j'intériorisais tout, à tel point que j'en devenais impassible, le seul signe tangible de ma dépression était la chute lente mais progressive de mes résultats,  sermonnée sur mes bulletins trimestriels, mais sans alarmer personne. Mes parents me demandaient des comptes sur mes notes, mais ne se doutaient de rien. Il y a bien eu une enseignante d'espagnole, en quatrième, pour dire que mon comportement quasi-autistique en classe l'effrayait, mais cela n'a été suivi d'aucun effet. En seconde et en première, j'avais les moyennes les plus basses de la classe dans certaines matières (dans lesquelles je décrochais auparavant de bons résultats), ce qui m'a valu un cortège d'engueulades et de sermons de la part des mes parents, mais ce fut tout. Ma seule dignité, c'était de conserver de bonnes notes en anglais et en français, mes matières de prédilection, mais curieusement, les enseignants de ces disciplines m'avaient pris en grippe, et me semblaient jouer le jeu du beau gosse très populaire et très cancre dont j'étais la cible privilégiée. Je me souviens, en français, de ma professeur qui a esquissé un sourire, lorsque, étudiant un roman (où l'un des personnages est homosexuel et porte le même prénom que moi) ce fameux beau gosse s'est exclamé: "Décidément, tous les ... sont pédés!" Cette même professeur ne m'a jamais regardé dans les yeux lorsqu'elle me parlait, tant mon mal-être lui était désagréable. Il y a aussi eu, après un oral blanc dont je garde un mauvais souvenir (étant incapable d'articuler ou de formuler, à l'oral, une phrase normale, tant j'étais perclus de timidité), une appréciation d'un autre professeur de français: "tentation suicidaire à se faire laminer"...  Une petite formule amusante pour faire rigoler en salle des profs...

Bref, de toute ma scolarité, je n'ai rencontré qu'une seule fois le CPE, en terminale, après qu'un camarade découvrit que je me scarifiais. L'entretien, grotesque, n'a pas duré plus de cinq minutes. "Vos parents sont un peu stricts, non?"

En repensant à tout cela la tête froide, je reste étonné de la non-intervention de l'équipe pédagogique... Mes parents n'ont jamais été convoqués, rien. Il y a eu des tentatives sporadiques pour essayer de comprendre ce qui se passait, mais aucune intervention concertée.

_________________
Ils zont zété? Ils le sont-z-encore... Ils le seront-z-à jamais! Si ma haine ira-t-à eux, leur-z-amour ira-t-à-moi!

chewing-huitre
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Tem-to le Sam 14 Nov 2015 - 23:46

La réalité ou l'apparence d'une différence dans l'extraverti comme dans l'introverti font bêtement peur.
Ton avatar et ton pseudo... ne cachent pas ce que tu a mis en humeur. Moi, ça me plaît. topela

Tem-to
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: harcèlement des intellos

Message par Thalie le Dim 15 Nov 2015 - 9:08

Merci Antoine pour ce texte.
Mon compagnon était un enfant précoce, grand et costaud, il refusait de se battre à l'école primaire parce qu'il savait qu'il ferait mal. Les gamins s'y prenaient donc à plusieurs pour le frapper.
Au collège et au lycée il a su comment devenir populaire mais à quoi cela sert-il de donner des exemples de gamins surdoués qui ont compris comment naviguer au milieu des requins ? Enfin si, cela peut servir aux enfants harcelés pour leur donner de bonnes stratégies pour s'en sortir et non pas celles délétères de ce CPE.

Quand il m'a dit que certains profs jouaient le jeu des caïds, j'ai refusé de le croire. Pourtant, l'an dernier, j'ai vécu cela au sein de ma classe de 3e et j'en subis encore les conséquences aujourd'hui. Un seul exemple, les trois élèves harcelés l'étaient depuis la 6e, un d'entre eux était plutôt le doux rêveur qui fait tout  le temps tomber ses affaires. L'an dernier il lisait Lovecraft, dys repéré par ses parents CSP+, il a eu droit en 4e à l'ordinateur et tout a commencé à virer au cauchemar. Ordinateur cassé, volé, menace de lui voler sa souris, pris à partie au fond de la classe encerclé par les 3 caïds.
Réponses du PP : "ce ne sont que des enfantillages !" Une prof aimait à dire que cet enfant favorisé était méprisant envers ses camarades défavorisés (ce qui n'était pas vraiment le cas, disons que les parents n'étaient pas des...intellectuels mais qu'ils travaillaient tous). Aucune punition donc impunité, conséquence un des trois harceleurs s'est levé un jour et l'a frappé violemment dans mon cours et que se passa-t-il ?
Hé bien c'est simple renversement complet de la situation le harceleur est devenu le harcelé, cela a été sa défense au conseil de dis où la victime des coups non présente n'a jamais pu se défendre, lui. Elève non exclu, non changé de classe...
J'en suis encore écoeurée.

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum