Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
A Tuin
Sage

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par A Tuin le Mer 20 Avr 2016 - 17:13
C'est un personnage ambigu car il évolue au fil de l'histoire. C'est pour ça que je trouve peu évident de le classer comme héros absurde. Il faut que les élèves puissent expliquer facilement ce que cette expression est sensée recouvrir : c'est un homme révolté ? Un homme qui fait prendre conscience de la vacuité/vanité de l'existence ? Un homme passif ? Un marginal ? Un héros parce qu'il accepte de mourir dignement ?

J'ai trouvé ce document sur internet, qui peut peut-être aider pour faire une synthèse : www.iasj.net/iasj?func=fulltext&aId=34005
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par Isidoria le Mer 20 Avr 2016 - 17:26
Peut-on dire que bel ami est un anti-héros?
La question revient souvent chez mes élèves. Et pour ma part je réponds que Georges Duroy accomplit l'objectif fixé. Les moyens qu'il utilise ne sont pas moraux mais dans un certain sens il est quand même héroïque. Je me plante en disant ça?

Pour l'anti-heros je cite généralement Bardamu, qui refuse d'endosser un rôle de héros.
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par NLM76 le Mer 20 Avr 2016 - 17:27
Petitfils a écrit:Je comprends la réaction d'elpénor et je serai heureux de retrouver le fil dont il parle. Les étiquettes sont simplistes, c'est bien évident. Mais elles sont simplistes pour les universitaires desquels on attend leur dépassement, pas pour le lycéen lambda. Il ne s'agit pas de mépriser les élèves mais tout dépend du niveau de la classe. Ces étiquettes simplettes ont au moins le mérite de donner des repères. Ce débat est aussi complexe qu'est la gageure de faire cours face aux élèves d'une classe dont le niveau est aussi hétérogène qu'il peut l'être aujourd'hui. Comment voulez-vous faire progresser le "bon" sans perdre totalement le "mauvais" en cours de route ? Comment voulez-vous faire progresser le "mauvais" sans que le "bon" ait la sensation de s'ennuyer ? Les deux cas de figure sont à prendre à compte.
Nonobstant les dispositions de l'examinateur à l'épreuve orale de français du bac où, là aussi d'ailleurs, l'hétérogénéité s'installe, je pose ces questions à tout le monde.
Pfff... Le lycéen lambda n'a pas besoin de ces étiquettes-là ; il a besoin de comprendre le sens des mots "blême, évêque, galant, défaillir..." il a besoin du vocabulaire qui importe : celui de la littérature, et non celui de l'analyse littéraire.
Quant à L'étranger, ce que je voudrais entrevoir, quand j'en parle avec un élève, c'est ce que ce roman dit sur l'homme, le bonheur, la justice, et pas si le héros entre dans telle ou telle catégorie. Idem pour Bel-Ami, pour le Voyage. Ces catégories sont d'excellents outils pour apprendre... à ne pas lire les textes.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par User5899 le Mer 20 Avr 2016 - 17:38
Meursault est un personnage qui sent que certains moments de la vie qu'il raconte sont reliés non par le raisonnement, mais par le soleil, la sensation du soleil. De ce point de vue, on peut, me semble-t-l, parler d'absurde. Dans la seconde partie, en revanche, la société lui montre ce qu'est la construction intellectuelle du sens.
Invité El
Expert spécialisé

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par Invité El le Mer 20 Avr 2016 - 17:48
@Iphigénie a écrit:
On ne peut pas isoler les toutes dernières lignes de l'ensemble du texte. L'Etranger, dit Camus, est un texte théorique: il se comprend dans sa totalité.
Oui mais si tu prends la totalité Étranger+ La peste?
Camus dit lui-même que l'Etranger se comprend dans la trilogie théorique (il insiste): Le Mythe de Sisyphe - L'Etranger - Caligula. Je comprends que l'on veuille faire des liens avec d'autres oeuvres (et c'est légitime), mais du point de vue de la compréhension du texte, dans une démarche critique, je m'en tiens à l'organisation voulue par Camus. 
@nlm76 a écrit:
Petitfils a écrit:Je comprends la réaction d'elpénor et je serai heureux de retrouver le fil dont il parle. Les étiquettes sont simplistes, c'est bien évident. Mais elles sont simplistes pour les universitaires desquels on attend leur dépassement, pas pour le lycéen lambda. Il ne s'agit pas de mépriser les élèves mais tout dépend du niveau de la classe. Ces étiquettes simplettes ont au moins le mérite de donner des repères. Ce débat est aussi complexe qu'est la gageure de faire cours face aux élèves d'une classe dont le niveau est aussi hétérogène qu'il peut l'être aujourd'hui. Comment voulez-vous faire progresser le "bon" sans perdre totalement le "mauvais" en cours de route ? Comment voulez-vous faire progresser le "mauvais" sans que le "bon" ait la sensation de s'ennuyer ? Les deux cas de figure sont à prendre à compte.
Nonobstant les dispositions de l'examinateur à l'épreuve orale de français du bac où, là aussi d'ailleurs, l'hétérogénéité s'installe, je pose ces questions à tout le monde.
Pfff... Le lycéen lambda n'a pas besoin de ces étiquettes-là ; il a besoin de comprendre le sens des mots "blême, évêque, galant, défaillir..." il a besoin du vocabulaire qui importe : celui de la littérature, et non celui de l'analyse littéraire.
Quant à L'étranger, ce que je voudrais entrevoir, quand j'en parle avec un élève, c'est ce que ce roman dit sur l'homme, le bonheur, la justice, et pas si le héros entre dans telle ou telle catégorie. Idem pour Bel-Ami, pour le Voyage. Ces catégories sont d'excellents outils pour apprendre... à ne pas lire les textes.
Je suis bien d'accord: en cours, mon souci est de montrer, sans cesse, l'intérêt existentiel du roman pour les élèves. 

Cependant, puisqu'ils passent un examen à la fin de l'année et que leurs correcteurs, dans l'ensemble, attendent qu'ils puissent caractériser le texte (idem pour l'écrit d'ailleurs), quoi que j'en pense, je les y prépare et la question de savoir si Meursault est absurde, et en quel sens on peut le dire, me paraît tout à fait légitime. Simplement, elle est secondaire.
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par Tem-to le Mer 20 Avr 2016 - 20:07
elpenor a écrit:
@Iphigénie a écrit:
On ne peut pas isoler les toutes dernières lignes de l'ensemble du texte. L'Etranger, dit Camus, est un texte théorique: il se comprend dans sa totalité.
Oui mais si tu prends la totalité Étranger+ La peste?
Camus dit lui-même que l'Etranger se comprend dans la trilogie théorique (il insiste): Le Mythe de Sisyphe - L'Etranger - Caligula. Je comprends que l'on veuille faire des liens avec d'autres oeuvres (et c'est légitime), mais du point de vue de la compréhension du texte, dans une démarche critique, je m'en tiens à l'organisation voulue par Camus. 
@nlm76 a écrit:
Petitfils a écrit:Je comprends la réaction d'elpénor et je serai heureux de retrouver le fil dont il parle. Les étiquettes sont simplistes, c'est bien évident. Mais elles sont simplistes pour les universitaires desquels on attend leur dépassement, pas pour le lycéen lambda. Il ne s'agit pas de mépriser les élèves mais tout dépend du niveau de la classe. Ces étiquettes simplettes ont au moins le mérite de donner des repères. Ce débat est aussi complexe qu'est la gageure de faire cours face aux élèves d'une classe dont le niveau est aussi hétérogène qu'il peut l'être aujourd'hui. Comment voulez-vous faire progresser le "bon" sans perdre totalement le "mauvais" en cours de route ? Comment voulez-vous faire progresser le "mauvais" sans que le "bon" ait la sensation de s'ennuyer ? Les deux cas de figure sont à prendre à compte.
Nonobstant les dispositions de l'examinateur à l'épreuve orale de français du bac où, là aussi d'ailleurs, l'hétérogénéité s'installe, je pose ces questions à tout le monde.
Pfff... Le lycéen lambda n'a pas besoin de ces étiquettes-là ; il a besoin de comprendre le sens des mots "blême, évêque, galant, défaillir..." il a besoin du vocabulaire qui importe : celui de la littérature, et non celui de l'analyse littéraire.
Quant à L'étranger, ce que je voudrais entrevoir, quand j'en parle avec un élève, c'est ce que ce roman dit sur l'homme, le bonheur, la justice, et pas si le héros entre dans telle ou telle catégorie. Idem pour Bel-Ami, pour le Voyage. Ces catégories sont d'excellents outils pour apprendre... à ne pas lire les textes.
Je suis bien d'accord: en cours, mon souci est de montrer, sans cesse, l'intérêt existentiel du roman pour les élèves. 

Cependant, puisqu'ils passent un examen à la fin de l'année et que leurs correcteurs, dans l'ensemble, attendent qu'ils puissent caractériser le texte (idem pour l'écrit d'ailleurs), quoi que j'en pense, je les y prépare et la question de savoir si Meursault est absurde, et en quel sens on peut le dire, me paraît tout à fait légitime. Simplement, elle est secondaire.

Bravo, je vous ai suivi et je crois que tous ensemble, nous (surtout vous) sommes arrivés à une conclusion intelligente.
Contenu sponsorisé

Re: Anti-héros vs. héros de l'absurde

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum