Le SNALC abroge la réforme du collège

Page 5 sur 27 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 27  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Sowana le Sam 21 Nov 2015 - 8:32

@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:Concrètement, le machin du SNALC vise à faire exploser la contrainte des 26h, c'est ça ?

Il s'agit surtout de pouvoir maintenir les classes euro, DP3, bilangues, latin, grec... Bon, probablement pas tout, il ne faut pas rêver, mais au moins une partie, tout dépend de ce qui existe dans chaque établissement et de la taille (et donc de la marge) de celui-ci. Et pour cela, effectivement, on se détache légalement de la contrainte des 26h/semaine.

Pour le latin et le grec, la réforme permet déjà cette dérogation en puisant dans la marge. Je ne vois pas ce que cette décision change, surtout que les bilangues dépendent aussi de la carte des langues. Quant aux classes euro, pourquoi les limiter en prenant de la marge alors que la réforme permet de donner à tous les élèves cette forme exigeante de cours à travers l'EPI Langues et cultures étrangères, un collègue ayant la certification DNL peut proposer avec un collègue de langue un EPI maths-anglais par exemple où 1H de cours de maths se fait en anglais. Là, on ne vise pas une minorité mais la totalité des élèves. Et si on veut, on fait un dispositif de co-enseignement où le prof d'anglais vient en renfort dans la classe en maths. Le projet peut être un échange linguistique autour des maths avec une classe d'Angleterre ou une correspondance mathématiques avec des Néo-Zélandais pour faire in the mood !

Et si on ne veut pas ? Et si le prof de LV avait une section euro qui marchait très bien pourquoi l'obliger à la modifier ? Pour faire plaisir au MEN . Non mais sans blague, on n'a que ça a faire ? Se plier en quatre et faire risette ? De plus, mais ça j'ai bien compris que cela pose un méchant problème aux pro-réforme qui refusent de l'entendre, il y a des dispositifs qui fonctionnaient très bien parce que basés sur le volontariat. Donc, encore une fois, non un EPI euro obligatoire pour tout un niveau ne revient absolument pas à une section euro basée sur le volontariat des élèves et qui s'étale sur deux ans. Quant à une correspondance mathématiques avec des Néo-Zélandais, ça vend du rêve...
Pour les classes bilangues, va voir le document du SNALC et tu verras qu'il y a moyen, justement, de maintenir une option qui aurait le goût, la saveur et l'odeur des bilangues avec un nom différent.
Pour le latin et le grec, il est clair que tout va bien, il suffit de voir la tête des collègues de LCA en sdp et les témoignages sur les forums pour voir qu'il n'y a aucun problème.

Sowana
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Celeborn le Sam 21 Nov 2015 - 8:34

@Sowana a écrit:

La solution proposée par le SNALC n'est pas une panacée, l'abrogations seule le serait. Mais elle a le mérite d'être nouvelle et puissante (désolée mais les cartes de vœux, perso, je trouve ça ridicule). Elle a le mérite de pouvoir permettre aux collègues d'éviter la casse. Elle a aussi un autre mérite, de taille me semble-t-il, qui est que plus des collèges envisageront cette solution, plus le ministère et les médias ne pourront que constater que cette réforme aura avorté dans l'œuf, plus les formations feront un flop (compliqué de passer une journée à expliquer l'AP en barrette et l'EPI liane lorsque vous êtes face à des profs qui ont décidé de ne rien mettre en place), et plus les parents pourront constater à quel point cette réforme avait été faite n'importe comment, et qu'une réforme aussi mal pensée et ficelée ne pouvait être que mauvaise pour leurs enfants.

Je crois que Sowana a tout dit Smile.

@Elyas a écrit:
Pour le latin et le grec, la réforme permet déjà cette dérogation en puisant dans la marge. Je ne vois pas ce que cette décision change,
L'horaire. Elle change l'horaire.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Sowana le Sam 21 Nov 2015 - 8:35

@Pat B a écrit:- cela transfère la lutte au niveau local, au niveau de chaque collège où les profs doivent se bouger pour convaincre de ne pas appliquer la réforme... Or le rapport de force n'est pas toujours dans le bon sens ; personnellement j'attends beaucoup d'une résistance nationale, en local je ne peux rien...

Le problème c'est que la lutte ne semble déjà n'être qu'au niveau local. Nous sommes très nombreux à nous agiter, seuls, dans notre coin, et ça ce n'est ni acceptable ni tenable.

Sowana
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 8:38

@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:Concrètement, le machin du SNALC vise à faire exploser la contrainte des 26h, c'est ça ?

Il s'agit surtout de pouvoir maintenir les classes euro, DP3, bilangues, latin, grec... Bon, probablement pas tout, il ne faut pas rêver, mais au moins une partie, tout dépend de ce qui existe dans chaque établissement et de la taille (et donc de la marge) de celui-ci. Et pour cela, effectivement, on se détache légalement de la contrainte des 26h/semaine.

Pour le latin et le grec, la réforme permet déjà cette dérogation en puisant dans la marge. Je ne vois pas ce que cette décision change, surtout que les bilangues dépendent aussi de la carte des langues. Quant aux classes euro, pourquoi les limiter en prenant de la marge alors que la réforme permet de donner à tous les élèves cette forme exigeante de cours à travers l'EPI Langues et cultures étrangères, un collègue ayant la certification DNL peut proposer avec un collègue de langue un EPI maths-anglais par exemple où 1H de cours de maths se fait en anglais. Là, on ne vise pas une minorité mais la totalité des élèves. Et si on veut, on fait un dispositif de co-enseignement où le prof d'anglais vient en renfort dans la classe en maths. Le projet peut être un échange linguistique autour des maths avec une classe d'Angleterre ou une correspondance mathématiques avec des Néo-Zélandais pour faire in the mood !

Et si on ne veut pas ? Et si le prof de LV avait une section euro qui marchait très bien pourquoi l'obliger à la modifier ? Pour faire plaisir au MEN . Non mais sans blague, on n'a que ça a faire ? Se plier en quatre et faire risette ? De plus, mais ça j'ai bien compris que cela pose un méchant problème aux pro-réforme qui refusent de l'entendre, il y a des dispositifs qui fonctionnaient très bien parce que basés sur le volontariat. Donc, encore une fois, non un EPI euro obligatoire pour tout un niveau ne revient absolument pas à une section euro basée sur le volontariat des élèves et qui s'étale sur deux ans. Quant à une correspondance mathématiques avec des Néo-Zélandais, ça vend du rêve...
Pour les classes bilangues, va voir le document du SNALC et tu verras qu'il y a moyen, justement, de maintenir une option qui aurait le goût, la saveur et l'odeur des bilangues avec un nom différent.
Pour le latin et le grec, il est clair que tout va bien, il suffit de voir la tête des collègues de LCA en sdp et les témoignages sur les forums pour voir qu'il n'y a aucun problème.

C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Sowana le Sam 21 Nov 2015 - 8:44

@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Sowana
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 8:47

@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Hermiony le Sam 21 Nov 2015 - 8:54

@Elyas a écrit:

C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Rolling Eyes  Et si le bahut en question n'a pas de professeur capable de faire une DNL, comme dans ton exemple ? J'aimerais bien voir la tête des parents ouvriers ou agriculteurs dont les enfants ont choisi (oui, choisi, sur la base du VOLONTARIAT, avec une lettre de motivation écrite par les élèves en cours, donc eux-mêmes...) l'option euro, si on leur disait que ce sont de sales élitistes...Vouloir faire progresser des élèves à la hauteur de leurs moyens (parce qu'Elyas, tu ne vas pas me faire croire que TOUS les élèves sont capables de suivre des maths faites en anglais, hein...), c'est donc ne pas prendre en compte ceux qui ont du mal.

Ben tu sais quoi ? Avec la réforme qui baisse les horaires en français, j'aurais encore moins le temps de prendre en compte ceux qui ont du mal, a fortiori quand on me collera en plus des élèves qui devraient être en 6e SEGPA dans des classes à 28.

Tu sais ce que j'aurais voulu, moi, comme réforme ? 6h de français en 6e, avec une heure en groupes + un dispositif qui permettent de sortir les plus faibles en lecture pour qu'ils soient pris en charge par les PE qui officient en SEGPA, sur des heures en plus (déjà testé, et je peux te dire que c'est très efficace).

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Sowana le Sam 21 Nov 2015 - 8:58

@Elyas a écrit:Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

Je ne constate pas la même chose que toi. Même si, et je l'ai déjà dit (ici ? je ne sais plus) en début d'année, les profs qui jusqu'à maintenant étaient prêts à laisser passer la réforme mais qui petit à petit se réveillent parce qu'ils réalisent que cela va bouleverser leurs habitudes m'énervent. C'est d'ailleurs pour cela que sur un autre fil j'avais dit ne pas vouloir attendre que tombent les DHG pour mettre en place une action d'envergure. Cela fausse, pour moi, le message : je ne me bats pas parce que j'ai peur pour mon poste (même si cela peut être une raison valable), mais parce que TOUT, dans cette réforme, me débecte (et là on ne va pas refaire l'éternel débat). Je ne me bats pas pour ma pomme, mais pour les élèves. Et c'est avant tout pour eux que cette réforme m'inquiète. Mais dans mon collège ceux qui s'opposent sont comme moi, les autres n'ont pas encore réalisé pour leur poste et se réveilleront dans deux mois.
Après, j'aimerais bien que tu me dises quels arguments trouvent grâce à tes yeux. Laughing

Sowana
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Pat B le Sam 21 Nov 2015 - 9:02

@Hermiony a écrit:
Tu sais ce que j'aurais voulu, moi, comme réforme ? 6h de français en 6e, avec une heure en groupes + un dispositif qui permettent de sortir les plus faibles en lecture pour qu'ils soient pris en charge par les PE qui officient en SEGPA, sur des heures en plus (déjà testé, et je peux te dire que c'est très efficace).
+1

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 9:03

@Hermiony a écrit:
@Elyas a écrit:

C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Rolling Eyes  Et si le bahut en question n'a pas de professeur capable de faire une DNL, comme dans ton exemple ? J'aimerais bien voir la tête des parents ouvriers ou agriculteurs dont les enfants ont choisi (oui, choisi, sur la base du VOLONTARIAT, avec une lettre de motivation écrite par les élèves en cours, donc eux-mêmes...) l'option euro, si on leur disait que ce sont de sales élitistes...Vouloir faire progresser des élèves à la hauteur de leurs moyens (parce qu'Elyas, tu ne vas pas me faire croire que TOUS les élèves sont capables de suivre des maths faites en anglais, hein...), c'est donc ne pas prendre en compte ceux qui ont du mal.

Si, tous les élèves en sont capables mais cela demande du travail et de la méticulosité. Maintenant, je comprends bien certaines permanences dures à changer.

Ben tu sais quoi ? Avec la réforme qui baisse les horaires en français, j'aurais encore moins le temps de prendre en compte ceux qui ont du mal, a fortiori quand on me collera en plus des élèves qui devraient être en 6e SEGPA dans des classes à 28.

Tu sais ce que j'aurais voulu, moi, comme réforme ? 6h de français en 6e, avec une heure en groupes + un dispositif qui permettent de sortir les plus faibles en lecture pour qu'ils soient pris en charge par les PE qui officient en SEGPA, sur des heures en plus (déjà testé, et je peux te dire que c'est très efficace).

Pour les horaires de français, c'est un vrai problème selon moi.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Osmie le Sam 21 Nov 2015 - 9:07

Sur ce forum, il y des militants syndicaux, pas seulement des adhérents ; je pense notamment à Tangleding, évidemment, qui n'a pas compté son énergie depuis avril. Militer prend du temps ; les syndicats manquent de bras pour tout ce travail, vraiment.
Je suis militante SNES, et j'aimerais savoir pourquoi la proposition du SNALC n'est pas intersyndicale. Celeborn, quand tu auras le temps, explique-le. Faire avec les DHG que l'on donne aux établissements n'est pas abroger le décret et l'arrêté ; on s’accommode de la réforme.
Par ailleurs, je suis malheureusement d'accord avec de nombreux collègues intervenant sur ce fil : chez moi, le SNES dort sur la question de la réforme du collège, et pense même que la "lutte" est perdue. Sauf qu'il n'y a pas eu de lutte, et cela m'atterre. Je passe dans les collèges faire des heures syndicales, mais j'y vais en mon nom propre, et je parle aux collègues de la ligne nationale, surtout pas de la départementale que je trouve consternante. A mon niveau, je lutte pour informer, mobiliser les collègues, etc., mais sans soutien syndical fort, je doute de la mobilisation générale dans les établissements. C'est ainsi, je le constate sans cesse : pas mal de professeurs sont timorés, et lorsqu'il y a très peu, voire pas de syndiqués dans un établissement, il est difficile pour les collègues de s'organiser. Je l'écris, parce que je le constate sur le terrain. Il existe un vrai problème de syndicalisation, de mobilisation, mais aussi, hélas, de réflexion. J'ai beau militer, je me demande souvent dans quel monde vivent les collègues qui n'ont pas encore compris ce qui allait leur tomber dessus au collège. Mais le pire est que j'étends cette interrogation à la tête de mon syndicat local.
Quant au SNES national, il serait très inspiré de tenir au courant les professeurs du recours en Conseil d'état contre la réforme du collège : cela éviterait l'impression de sieste évoquée par Cripure, cela éviterait aussi que les militants se tournent vers d'autres solutions afin d'éviter la mise en place de l'horreur.
C'est pourquoi, en voyant que mon SNES local ne se bat pas, n'informe pas, ne mobilise pas, est désespérant, j'ai trouvé l'idée du Snalc vraiment intéressante. En fait, nous avions déjà cette idée dans mon collège (+l'EPI asynchrone d'Henriette !), mais nous nous heurtons à la légalité. C'est toujours ma question d'ailleurs, la légalité de la chose.
Mais je ne me voile pas la face : à mes yeux, Celeborn porte les initiatives du SNALC, et je ne crois pas qu'il y ait de nombreux militants comme lui, du moins pas chez moi ; si la section départementale de mon SNES est problématique, celle du SNALC est pire, vraiment. Le SNES donne l'impression de dormir ? Le SNALC, incarné par Celeborn, donne une impression de vitalité, de mobilisation, mais je pense que c'est un leurre également, la base n'étant pas là. Je l'écris avec d'autant plus de regret que je souhaite des syndicats forts, et une véritable intersyndicale.
J'attends de mon syndicat qu'il explique nettement à ses syndiqués la façon de résister à la mise en place de la réforme. Le "démerdez-vous" de Ronin ne peut être une réponse, car c'est oublier qu'il n'y a aucune résistance dans certains collèges.
Les CDE demandent massivement en ce moment de travailler sur les EPI : que faire ? Refuser d'y réfléchir, reporter la chose à plus tard ? Mais c'est oublier que les collègues subissent des pressions, qu'ils ont l'élan d'obéir comme de bons soldats qu'ils sont ! C'est méconnaître la réalité du terrain.
Je trouve l'initiative du SNALC intéressante, mais problématique car hors de l’intersyndicale. Cela m'agace vraiment que les syndicats ne parviennent pas à se mettre d'accord sur une ligne, et à le faire savoir. Au niveau de mon établissement, je ferai tout pour éviter la destruction de l'instruction publique, car on en est là. Mais ce que nous ferons chez nous ne sera pas fait partout ailleurs, j'en suis convaincue ; on entre dans l'inégalité de traitement pour les élèves. D'un côté, le maintien de quelque chose de correct, de l'autre, les EPI Bovary, les projets d'éoliennes activées par les sèche-cheveux, etc.
C'est pourquoi il est indispensable d'avoir une position syndicale commune, et forte. Ce n'est pas gagné.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Edgar le Sam 21 Nov 2015 - 9:09

Au sujet de cette réforme, et du temps que va prendre sa mise en place et la formation qui va avec dans les établissement pour doucement nous amener, après mai 2017 (soit dans un an et demi seulement), à tout laisser en friches suite à son abrogation par le nouveau parti en place. Bref, il est urgent d'attendre et de ne pas se lancer à corps perdu peut-être.

Edgar
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par MUTIS le Sam 21 Nov 2015 - 9:10

@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

C'est amusant, car moi c'est plutôt l'indigence des arguments pro réforme, la faiblesse de l' analyse, et l'indifférence totale au sort des élèves qui me frappent. Et je trouve que les analyses de Terrail, de Marcel Gauchet et de Nathalie Bulle valent 100 fois mieux que le discours officiel méprisant de la Degesco... Je crois qu'Alain Morvan a bien résumé ce mépris et cette indigence intellectuelle qui sont l'arrière plan des discours actuels "réformistes"...
https://txtmv.files.wordpress.com/2015/10/am_le-caporalisme-c3a9pinglc3a9.pdf

Quant à dire que les profs s'opposeraient à la réforme pour leur confort personnel... Il est beaucoup plus confortable d'être bien docile et bien obéissant. Et ceux qui critiquent ont souvent étudié les textes et passé du temps à analyser. Beaucoup de "réformistes" se contentent de suivre et ne connaissent même pas le contenu de la réforme... Je l'ai constaté dans le collège de mon fils par exemple !

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Pierre-Henri le Sam 21 Nov 2015 - 9:14

@Edgar a écrit:Au sujet de cette réforme, et du temps que va prendre sa mise en place et la formation qui va avec dans les établissement pour doucement nous amener, après mai 2017 (soit dans un an et demi seulement), à tout laisser en friches suite à son abrogation par le nouveau parti en place. Bref, il est urgent d'attendre et de ne pas se lancer à corps perdu peut-être.

C'est l'opinion largement majoritaire, me semble-t-il, d'après ce que j'observe autour de moi : service minimum en attendant 2017. Pourquoi s'épuiser à appliquer une réforme lancée par un parti politique voué à la disparition ?

Pierre-Henri
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Osmie le Sam 21 Nov 2015 - 9:35

@Elyas a écrit:
@Hermiony a écrit:
@Elyas a écrit:

C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Rolling Eyes  Et si le bahut en question n'a pas de professeur capable de faire une DNL, comme dans ton exemple ? J'aimerais bien voir la tête des parents ouvriers ou agriculteurs dont les enfants ont choisi (oui, choisi, sur la base du VOLONTARIAT, avec une lettre de motivation écrite par les élèves en cours, donc eux-mêmes...) l'option euro, si on leur disait que ce sont de sales élitistes...Vouloir faire progresser des élèves à la hauteur de leurs moyens (parce qu'Elyas, tu ne vas pas me faire croire que TOUS les élèves sont capables de suivre des maths faites en anglais, hein...), c'est donc ne pas prendre en compte ceux qui ont du mal.

Si, tous les élèves en sont capables mais cela demande du travail et de la méticulosité. Maintenant, je comprends bien certaines permanences dures à changer.

Ben tu sais quoi ? Avec la réforme qui baisse les horaires en français, j'aurais encore moins le temps de prendre en compte ceux qui ont du mal, a fortiori quand on me collera en plus des élèves qui devraient être en 6e SEGPA dans des classes à 28.

Tu sais ce que j'aurais voulu, moi, comme réforme ? 6h de français en 6e, avec une heure en groupes + un dispositif qui permettent de sortir les plus faibles en lecture pour qu'ils soient pris en charge par les PE qui officient en SEGPA, sur des heures en plus (déjà testé, et je peux te dire que c'est très efficace).

Pour les horaires de français, c'est un vrai problème selon moi.

Contente que tu l'écrives ; la réforme les fait encore baisser.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Osmie le Sam 21 Nov 2015 - 9:42

@Pierre-Henri a écrit:
@Edgar a écrit:Au sujet de cette réforme, et du temps que va prendre sa mise en place et la formation qui va avec dans les établissement pour doucement nous amener, après mai 2017 (soit dans un an et demi seulement), à tout laisser en friches suite à son abrogation par le nouveau parti en place. Bref, il est urgent d'attendre et de ne pas se lancer à corps perdu peut-être.

C'est l'opinion largement majoritaire, me semble-t-il, d'après ce que j'observe autour de moi : service minimum en attendant 2017. Pourquoi s'épuiser à appliquer une réforme lancée par un parti politique voué à la disparition ?

Qui nous dit que la réforme sera abandonnée en 2017 ? Pour ma part, je n'y crois pas une seconde : le PS aura fait le sale boulot, donné plus de pouvoir à l'école privée, convaincu des gens conscients des dangers d'organiser l'école à la maison, persuadé la population qu'il faut cracher au bassinet pour instruire ses enfants et que les impôts ne suffisent pas, etc. Aucun parti (j'excepte la vraie gauche) ne reviendra là-dessus, quelle que soit aujourd'hui sa déclaration d'intention.


Dernière édition par Osmie le Sam 21 Nov 2015 - 9:49, édité 2 fois (Raison : "e" omis ; pronom...)

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Celeborn le Sam 21 Nov 2015 - 9:47

Je ne peux pas développer en ce moment, mais promis, lundi, j'aurai le temps de répondre quant aux questions sur l'intersyndicale.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

le snalc abroge la réforme des collèges

Message par Mallet le Sam 21 Nov 2015 - 10:02

La discussion sur la proposition du snalc finit par devenir contre-productive. En effet l'heure est à l'information et à la résistance passive dans les établissements. Dès janvier, il n'y aura plus d'autre chose à envisager que l'action nationale d'un cran supérieur à la grève de 24 h, déjà utilisée plusieurs fois. Plutôt qu'une grève par trimestre, ne vaudrait-il pas mieux mettre le paquet? ça ne coûterait finalement sans doute pas plus cher de faire plusieurs jours à la suite que de faire des grèves trimestrielles! C'est une discussion! non ?

Mallet
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Pat B le Sam 21 Nov 2015 - 10:15

@Osmie a écrit:
@Pierre-Henri a écrit:
@Edgar a écrit:Au sujet de cette réforme, et du temps que va prendre sa mise en place et la formation qui va avec dans les établissement pour doucement nous amener, après mai 2017 (soit dans un an et demi seulement), à tout laisser en friches suite à son abrogation par le nouveau parti en place. Bref, il est urgent d'attendre et de ne pas se lancer à corps perdu peut-être.

C'est l'opinion largement majoritaire, me semble-t-il, d'après ce que j'observe autour de moi : service minimum en attendant 2017. Pourquoi s'épuiser à appliquer une réforme lancée par un parti politique voué à la disparition ?

Qui nous dit que la réforme sera abandonnée en 2017 ? Pour ma part, je n'y crois pas une seconde : le PS aura fait le sale boulot, donné plus de pouvoir à l'école privée, convaincu des gens conscients des dangers d'organiser l'école à la maison, persuadé la population qu'il faut cracher au bassinet pour instruire ses enfants et que les impôts ne suffisent pas, etc. Aucun parti (j'excepte la vraie gauche) ne reviendra là-dessus, quelle que soit aujourd'hui sa déclaration d'intention.
Je suis, hélas, du même avis. Cette réforme est dans la droite lignée de ce que voulait la droite, ils ne vont pas l'abroger, au contraire ils se frottent les mains ! Attendre 2017 serait une énorme erreur.

Pat B
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Sowana le Sam 21 Nov 2015 - 10:19

@Pat B a écrit:Je suis, hélas, du même avis. Cette réforme est dans la droite lignée de ce que voulait la droite, ils ne vont pas l'abroger, au contraire ils se frottent les mains ! Attendre 2017 serait une énorme erreur.

Exactement, ce serait ne pas comprendre, oublier ?, que cette réforme est avant tout économique. La droite ne crachera pas sur les économiques que la gauche aura réussi à imposer.

Sowana
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 10:49

@Osmie a écrit:
@Elyas a écrit:
@Hermiony a écrit:
@Elyas a écrit:

C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Rolling Eyes  Et si le bahut en question n'a pas de professeur capable de faire une DNL, comme dans ton exemple ? J'aimerais bien voir la tête des parents ouvriers ou agriculteurs dont les enfants ont choisi (oui, choisi, sur la base du VOLONTARIAT, avec une lettre de motivation écrite par les élèves en cours, donc eux-mêmes...) l'option euro, si on leur disait que ce sont de sales élitistes...Vouloir faire progresser des élèves à la hauteur de leurs moyens (parce qu'Elyas, tu ne vas pas me faire croire que TOUS les élèves sont capables de suivre des maths faites en anglais, hein...), c'est donc ne pas prendre en compte ceux qui ont du mal.

Si, tous les élèves en sont capables mais cela demande du travail et de la méticulosité. Maintenant, je comprends bien certaines permanences dures à changer.

Ben tu sais quoi ? Avec la réforme qui baisse les horaires en français, j'aurais encore moins le temps de prendre en compte ceux qui ont du mal, a fortiori quand on me collera en plus des élèves qui devraient être en 6e SEGPA dans des classes à 28.

Tu sais ce que j'aurais voulu, moi, comme réforme ? 6h de français en 6e, avec une heure en groupes + un dispositif qui permettent de sortir les plus faibles en lecture pour qu'ils soient pris en charge par les PE qui officient en SEGPA, sur des heures en plus (déjà testé, et je peux te dire que c'est très efficace).

Pour les horaires de français, c'est un vrai problème selon moi.

Contente que tu l'écrives ; la réforme les fait encore baisser.

Je l'ai toujours écrit, je ne vois pas en quoi cela surprend.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Marie Laetitia le Sam 21 Nov 2015 - 10:49

@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

Donc, je résume, tu retrouves dans cette discussion les arguments honteux ("refus d'ouvrir à tous un enseignement élitiste") mais cela ne reflète pas l'opinion de tous les opposants à la réforme (Sowana, Celeborn, je pense que vous êtes habillés pour l'hiver). Remarque, je préfère quand tu es trash, ça me donne moins l'impression de discuter avec quelqu'un qui veut ménager la chèvre et le chou tout en n'en pensant pas moins.

Bon, sur le fond de ton message, tu te gourres complètement sur un point essentiel: l'argument essentiel qui amène les opposants à la réforme à condamner l'enseignement d'une LV2 dès la 5e tout en supprimant les sections bilangues, par exemple, c'est qu'enseigner une LV2 à des gamins qui ne maîtrisent pas les bases de la grammaire française et qui sont déjà en difficulté avec la LV1 est contre-productif, inefficace et pas dans l'intérêt de ces élèves.

Une collègue de FLE m'a dit récemment que, contrairement à ce dont elle était convaincu depuis des années, elle se rendait compte qu'enseigner le FLE à des élèves qui ne maîtrisait pas leur langue maternelle était très difficile car il faut que les structures de la langue maternelle soit bien maîtrisées pour pouvoir apprendre efficacement une autre langue. Cela avait le mérite de l'honnêteté et, je pense, c'était assez réaliste.
Quand un gamin se noie en Français et peine en anglais (parce qu'il n'arrive pas à apprendre bien les bases), est-il utile de lui faire apprendre l'espagnol dès la 5e avec un horaire insuffisant ou bien faut-il l'aider à renforcer son apprentissage du Français en lui utilisant les marges, comme cela se fait actuellement, pour lui offrir un atelier de Français en petit groupe?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Osmie le Sam 21 Nov 2015 - 10:53

@Marie Laetitia a écrit:
@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

Donc, je résume, tu retrouves dans cette discussion les arguments honteux ("refus d'ouvrir à tous un enseignement élitiste") mais cela ne reflète pas l'opinion de tous les opposants à la réforme (Sowana, Celeborn, je pense que vous êtes habillés pour l'hiver). Remarque, je préfère quand tu es trash, ça me donne moins l'impression de discuter avec quelqu'un qui veut ménager la chèvre et le chou tout en n'en pensant pas moins.

Bon, sur le fond de ton message, tu te gourres complètement sur un point essentiel: l'argument essentiel qui amène les opposants à la réforme à condamner l'enseignement d'une LV2 dès la 5e tout en supprimant les sections bilangues, par exemple, c'est qu'enseigner une LV2 à des gamins qui ne maîtrisent pas les bases de la grammaire française et qui sont déjà en difficulté avec la LV1 est contre-productif, inefficace et pas dans l'intérêt de ces élèves.

Une collègue de FLE m'a dit récemment que, contrairement à ce dont elle était convaincu depuis des années, elle se rendait compte qu'enseigner le FLE à des élèves qui ne maîtrisait pas leur langue maternelle était très difficile car il faut que les structures de la langue maternelle soit bien maîtrisées pour pouvoir apprendre efficacement une autre langue. Cela avait le mérite de l'honnêteté et, je pense, c'était assez réaliste.
Quand un gamin se noie en Français et peine en anglais (parce qu'il n'arrive pas à apprendre bien les bases), est-il utile de lui faire apprendre l'espagnol dès la 5e avec un horaire insuffisant ou bien faut-il l'aider à renforcer son apprentissage du Français en lui utilisant les marges, comme cela se fait actuellement, pour lui offrir un atelier de Français en petit groupe?


topela

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par MUTIS le Sam 21 Nov 2015 - 10:54

@Elyas a écrit:
@Osmie a écrit:
@Elyas a écrit:

Pour les horaires de français, c'est un vrai problème selon moi.

Contente que tu l'écrives ; la réforme les fait encore baisser.

Je l'ai toujours écrit, je ne vois pas en quoi cela surprend.

Non, tu as souvent écrit que les horaires disciplinaires ne baissaient nullement avec la réforme.

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 10:55

@Marie Laetitia a écrit:
@Elyas a écrit:
@Sowana a écrit:
@Elyas a écrit:
C'est bien ce que je pensais. Dès qu'on propose d'étendre un dispositif élitiste à tous les élèves, ça freine des quatre fers. Amusante contradiction de certains anti-réformes. Quand je propose d'ouvrir une section de grec ancien dans mon bahut, j'ai la majorité des anti-réformes qui y sont opposés. Bref, je vois très bien pourquoi certains s'opposent à la réforme et c'est dommage pour les autres qui ont des motivations plus nobles de s'y opposer.

Je ne suis pas certaine qu'il y ait un rapport avec la réforme. Ces mêmes profs s'y seraient peut être tout autant opposés il y a deux ans, alors qu'il n'était pas question de réforme. Là je crois que tu mélanges tout. Que tes collègues refusent l'ouverture d'une section grec ancien je trouve cela très dommage (et je suis sincère), mais cela dépend de ce qu'il y a en face comme propositions ou dispositifs déjà en place et, je le répète, je ne vois pas de lien direct avec la réforme. Sous entendre que c'est parce qu'ils sont anti-réformes me semble être à la limite de l'amalgame.

Non, ça suit une logique que je constate pour une partie des anti-réforme. Désolé d'être trash mais pour moi, une partie des anti-réformes ne s'opposent à la réforme que pour leur propre confort personnel et aucunement pour la réussite de leurs élèves. Après, je respecte énormément d'anti-réforme qui ont d'autres arguments plus intelligents et plus intéressants.

Donc, je résume, tu retrouves dans cette discussion les arguments honteux ("refus d'ouvrir à tous un enseignement élitiste") mais cela ne reflète pas l'opinion de tous les opposants à la réforme (Sowana, Celeborn, je pense que vous êtes habillés pour l'hiver). Remarque, je préfère quand tu es trash, ça me donne moins l'impression de discuter avec quelqu'un qui veut ménager la chèvre et le chou tout en n'en pensant pas moins.

Bon, sur le fond de ton message, tu te gourres complètement sur un point essentiel: l'argument essentiel qui amène les opposants à la réforme à condamner l'enseignement d'une LV2 dès la 5e tout en supprimant les sections bilangues, par exemple, c'est qu'enseigner une LV2 à des gamins qui ne maîtrisent pas les bases de la grammaire française et qui sont déjà en difficulté avec la LV1 est contre-productif, inefficace et pas dans l'intérêt de ces élèves.

Une collègue de FLE m'a dit récemment que, contrairement à ce dont elle était convaincu depuis des années, elle se rendait compte qu'enseigner le FLE à des élèves qui ne maîtrisait pas leur langue maternelle était très difficile car il faut que les structures de la langue maternelle soit bien maîtrisées pour pouvoir apprendre efficacement une autre langue. Cela avait le mérite de l'honnêteté et, je pense, c'était assez réaliste.
Quand un gamin se noie en Français et peine en anglais (parce qu'il n'arrive pas à apprendre bien les bases), est-il utile de lui faire apprendre l'espagnol dès la 5e avec un horaire insuffisant ou bien faut-il l'aider à renforcer son apprentissage du Français en lui utilisant les marges, comme cela se fait actuellement, pour lui offrir un atelier de Français en petit groupe?

Bah si je me gourre complètement, je ne peux pas continuer à débattre. Tu as tellement raison.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le SNALC abroge la réforme du collège

Message par Elyas le Sam 21 Nov 2015 - 10:56

@MUTIS a écrit:
@Elyas a écrit:
@Osmie a écrit:
@Elyas a écrit:

Pour les horaires de français, c'est un vrai problème selon moi.

Contente que tu l'écrives ; la réforme les fait encore baisser.

Je l'ai toujours écrit, je ne vois pas en quoi cela surprend.

Non, tu as souvent écrit que les horaires disciplinaires ne baissaient nullement avec la réforme.

Non, j'ai dit que les EPI et l'AP ne faisaient pas baisser les horaires, c'est différent. En revanche, j'ai écrit que les arbitrages entre disciplines dans les 26h étaient complétement ahurissantes.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 27 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 16 ... 27  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum