Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Cath
Bon génie

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Cath le Mer 25 Nov 2015 - 13:55
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Cath a écrit:Je fais partie d'une génération qui a étudié en commençant systématiquement par l'étude linéaire.
Depuis, j'ai rencontré la lecture méthodique et la lecture analytique et j'avoue que ça me parait particulièrement artificiel : comment proposer des entrées thématiques si on n'a pas d'abord décortiqué le texte ?
L'étude linéaire reste pour moi indispensable, et la meilleure préparation à ...tout le reste.

La lecture linéaire c'est la vie ! professeur

Dans les Mitterand, la lecture méthodique est celle qui suit le plan du texte. Quelle est la différence, alors, avec l'étude linéaire ?
Oui, c'est possible aussi (voir les anciens textes officiels qu'on doit peut-être encore trouver sur le net). Il faut commencer par une lecture linéaire pour déterminer un axe de lecture qu'on justifie en relevant dans la lecture linéaire tout ce qui s'y rapporte.

Edit : à défaut de texte officiel, je trouve vite fait ça : http://www.bergerault-univ-tours.fr/infos/03generalites2.htm
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par NLM76 le Mer 25 Nov 2015 - 14:33
@Iphigénie a écrit:Pour le 2): on ne peut pas (sauf à monologuer) ne pas partir d'un  ressenti : c'est bien le problème. J'ai l'habitude de leur dire qu'il y a toujours une part de vérité dans ce ressenti, quel qu'il soit: le problème c'est qu'ils trouvent rarement où est la part de vérité... Wink
Pour le 3) : je dis aux parents que c'est justement sur ce travail de synthétisation synthèse du cours que l'on attend leurs enfants: que c'est précisément la capacité qui est évaluée au bac; donc pas question que je passe le bac à leur place: forme en différence, on est d'accord Very Happy

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Iphigénie le Mer 25 Nov 2015 - 16:09
Lol!
C'est que je voulais mettre en avant le travail pour -et avant de- arriver à la synthèse...! En fait le mot exact eût été: la digestion.
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par NLM76 le Mer 25 Nov 2015 - 16:31
4°) Eh oui, les collègues en manque d'affectif préfèrent rédiger des polycops plutôt qu'aller consulter un psychiatre / psychologue. Nous n'y pouvons rien, mais c'est vrai qu'ils nous les brisent menues et qu'ils détruisent la discipline en la transformant en une sorte de vaste récitation. Quitte à apprendre par cœur, il vaudrait mieux que ce fussent les textes eux-mêmes, au moins ils apprendraient quelque chose d'intelligent.

C'est que je dis à mes 1re. Apprendre une quinzaine de textes en dix mois, ce n'est pas si difficile. Ils gagneraient un temps fou en termes de préparation, pourrait répondre très rapidement à toutes les questions, ils enrichiraient leur expression, mémoriseraient de plus en plus facilement... Je leur montre que c'est possible en le faisant moi-même. Mais non, ils ont décidé que c'était impossible.
Oui.Longue bataille. Qu'il faut mener longtemps après. La semaine dernière, en TD de littérature de L2 (en "Humanités et Monde Contemporain"), je n'avais presque personne. D'une parce que je ne flique pas, de deux parce que certainement le fait que je fisse travailler la mise en voix a paru à beaucoup d'étudiants secondaire, mais de trois parce que j'avais demandé d'apprendre par cœur Le Loup et le Chien... Bon, cette semaine, j'ai dû resserrer un peu les boulons, et annoncer qu'au moins la moitié de la note de l'examen final serait liée à la connaissance par cœur de sept fables imposées. Le partiel de contrôle continu m'a montré entre deux que près de la moitié des étudiants considérait qu'on pouvait parler de Boileau sans apprendre un vers par cœur. Même chose en Lettres Modernes, où j'ai un mal de chien à faire apprendre par cœur les textes en ancien français que nous étudions. Beaucoup préfèrent apprendre par cœur les traductions...
Cela dit, au lycée, il y a moyen de se battre efficacement : contrôle avec autodictée. Plus ça va, plus j'en fais. Parce que bon sang sans ça notre enseignement, c'est du vent... que dis-je du vent : c'est pire. Il vaudrait mieux ne rien faire qu'apprendre à ne pas lire les textes.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
fabienne7564
Niveau 9

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par fabienne7564 le Mer 25 Nov 2015 - 17:01
@sinan a écrit:Je suis toujours personnellement surprise sur cette opposition commentaire composé et analyse linéaire. Comment expliquer un texte précisément sans passer par de l'analyse linéaire ? 
En première, après une analyse globale du texte, du type genre littéraire, sous-genre, registre et surtout plan précis de l'extrait, je fais systématique une analyse linéaire où j'essaye de faire participer un max d'élèves (genre : "l'auteur écrit cela, comment l'auriez-vous dit, pourquoi complique-t-il les choses, pourquoi utilise-t-il tel mot, telle structure, etc.). Pour moi c'est le seul moyen d'étudier un texte vraiment. La recherche de plan vient après cette analyse.
En seconde, c'est différent. Je suis rarement exhaustive sur un texte long. Je pars davantage de leurs impressions et je les fais répondre à des questions générales du type "Pourquoi la scène est-elle comique ?" Par exemple, on lit Tartuffe en classe pour l'instant et pour moi l'objectif est de leur faire comprendre la progression de l'intrigue et les enjeux de la pièce, et non d'analyser très précisément une scène.  La micro analyse exhaustive, je la réserve à des temps précis du cours où on travaille la grammaire et la rédaction du paragraphe argumenté.
Je procède exactement de cette manière moi aussi (et la retrouver ici me rassure...) après avoir tâtonné dur en début d'année (première année au lycée...)
En Première, dans un premier temps, j'ai voulu, en début d'année partir de leurs impressions de lecture et de questions type axe de lecture pour construire les parties d'un commentaire composé avec eux mais le procédé était artificiel car toute la richesse du texte n'était pas abordée. Par contre, les élèves étaient contents : ils avaient un commentaire clefs en mains. Depuis un mois, je pratique systématiquement la lecture linéaire avec eux et ils bâtissent ensuite des plans de commentaire en fonction de quelques problématiques que je leur soumets. Ils ont été un peu perdus au début (trop de choses sur le texte, côté foutraque, etc...) mais ils ont progressivement réalisé qu'ils pouvaient ensuite travailler plus facilement sur les problématiques et qu'ils abordaient le texte avec plus de souplesse. Ils me suivent désormais sur la voie de la lecture linéaire (qui n'est pas interdite à l'oral d'ailleurs ! ). Et c'est avec ma Première STMG, la plus faible de mes classes, que cette méthode fonctionne le mieux car ils sont obligés de se coltiner le texte (cela les intimide au début : ils ont très peur des mots), ils ne peuvent lui échapper : ils ont moins peur ensuite de ne pas comprendre ce qu'ils lisent et ils participent plus en classe et me proposent de plus en plus de choses. Par contre, j'ai peur de trop guider leur lecture et j'ai parfois l'impression qu' à avoir trop débroussaillé les sens du texte avec eux, les élèves n'ont plus ensuite aucune marge de manoeuvre interprétative... Je suis peut-être trop dirigiste. Je tâtonne moi aussi... Je ne sais pas si les IPR recommandent cette méthode (mais comme dirait Cripure "on s'en fiche")
En Seconde, je les guide à travers des questions qui sont des axes de commentaire déguisés. Comme cela ils travaillent la conception et la rédaction du paragraphe argumentatif. Je galère côté question sur le corpus : les élèves n'ont aucun esprit de synthèse et me font des pages et des pages (ils veulent bien faire...).
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par NLM76 le Mer 25 Nov 2015 - 17:13
@fabienne7564 a écrit:Ils me suivent désormais sur la voie de la lecture linéaire (qui n'est pas interdite à l'oral d'ailleurs ! ). [...] Je galère côté question sur le corpus : les élèves n'ont aucun esprit de synthèse et me font des pages et des pages (ils veulent bien faire...).
Un commentaire organisé en suivant le plan du texte n'est pas interdit à l'écrit non plus Smile
Message subliminal aux IG qui passeraient par là : supprimez vite cette satanée question sur corpus !

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
chewing-huitre
Niveau 3

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par chewing-huitre le Mer 25 Nov 2015 - 17:46
Fabienne, Sylvain, je me retrouve dans vos questionnements éclairés, et cela me rassure.
Merci nlm pour ton site, il m'est d'une aide précieuse.

Je procède à l'analyse de manière linéaire avec mes secondes, sans viser l'exhaustivité non plus (de toute façon...), en tâchant de comparer les textes que nous avons étudiés (qui ne sont qu'au nombre de cinq depuis le début de l'année...) Je n'ai pas l'impression que ce soit fructueux pour l'instant, hormis pour les rares qui ont saisi la démarche et qui font d'ailleurs preuve d'une rigueur scientifique. Tout cela me semble parfois vain, sans les bases de la grammaire qui permettent l'accès au sens d'un texte...

_________________
Ils zont zété? Ils le sont-z-encore... Ils le seront-z-à jamais! Si ma haine ira-t-à eux, leur-z-amour ira-t-à-moi!
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par User5899 le Mer 25 Nov 2015 - 18:40
@Iphigénie a écrit:Si tu savais le nombre de formations pour expliquer que la lecture méthodique n'est pas une étude lineaire😀! Par contre on n'a jamais réussi à leur faire dire ce que c'était donc... Et puis on est passé à la lecture analytique qui n'est pas lineaire ni non plus méthodique: le premier qui trouve ce que c'est il prévient les autres et on s'organise un déjeuner... Laughing Laughing
Quand j'ai commencé en 88, la lecture méthodique commençait à peine, puis ce fut l'analytique. En fait, je suis un mauvais prof, parce que je ne me suis jamais pensé sur les subtiles, forcément subtiles différences qui pouvaient exister et, c'est vrai, j'avoue : je m'en contrefous. Le linéaire ne me gêne pas en soi, il me gêne s'il consiste en remarques éparpillées, sans liens les unes avec les autres. Une fois qu'on a accepté qu'un texte est un tout et que les mots qui le font se répondent dans une ténébreuse et profonde unité, on peut suivre n’importe quelle démarche, elle conviendra toujours. Se focaliser sur la démarche est un tort, à mon avis.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par User5899 le Mer 25 Nov 2015 - 18:42
@nlm76 a écrit:
@fabienne7564 a écrit:Ils me suivent désormais sur la voie de la lecture linéaire (qui n'est pas interdite à l'oral d'ailleurs ! ). [...] Je galère côté question sur le corpus : les élèves n'ont aucun esprit de synthèse et me font des pages et des pages (ils veulent bien faire...).
Un commentaire organisé en suivant le plan du texte n'est pas interdit à l'écrit non plus Smile
Message subliminal aux IG qui passeraient par là : supprimez vite cette satanée question sur corpus !
Ah oui, et vite ! Y en a marre de ce machin !
avatar
Sei
Monarque

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Sei le Mer 25 Nov 2015 - 21:13
@nlm76 a écrit:
@Sei : "choisir une entrée sur un texte", je n'y crois pas du tout. A interroger les élèves au bac ou au bac blanc, j'ai le sentiment que c'est une des méthodes qui fait qu'ils ne lisent pas le texte. Pourrais-tu donner un exemple qui te paraît pertinent ?

Je ne suis pas sûre que le mot "entrée" soit juste. Il s'agit plutôt de partir d'un phénomène observable dans le texte suffisamment riche pour lancer la réflexion et l'analyse. Le but est d'éviter de plaquer une explication toute faite sur le texte, présupposant son sens, ou de partir d'une impression subjective erronée. Je travaille pour moi-même souvent comme ça.

Avec les élèves, je ne pratique pas tout le temps cette méthode, et n'en fais pas une règle. D'ordinaire, je tiens plutôt à faire observer le texte de très, très près (plutôt de manière linéaire, du coup), parce que trouver un phénomène observable pertinent dans le texte demande une expérience de lecteur et je n'imagine pas que les élèves en soient capables. Je préfère donc leur enseigner comment se frotter au texte par une méthode rigoureuse (je ne suis plus au lycée, mais je suis une élève en cours particuliers).

Néanmoins, choisir de faire travailler à partir d'une entrée (qui peut très bien être la lecture à haute voix) peut dynamiser la lecture pour des lecteurs novices.

Voici ce qu'a donné le cours sur l'incipit de L'Étranger.

Découverte du texte en silence, chacun pour soi.
Explication du sens du texte. Les élèves repèrent bien que le narrateur vit en Algérie (franc succès chez mes élèves), que sa mère est morte, qu'il doit se rendre à son enterrement, et que sa mère vivait dans un asile (explication du terme). Personne ne s'étonne de la réaction du personnage.

Les élèves soulignent dans le texte les compléments circonstanciels de temps.
Ils classent les compléments dans un tableau, dans l'ordre des événements. Ça donne :

« Il y a quelques mois » : « [Emmanuel] a perdu son oncle »

« Peut-être hier » : « maman est morte »

« Aujourd’hui » : « maman est morte »
« pour le moment » : « c’est un peu comme si maman n’était pas morte »
« comme d’habitude » : « j’ai mangé chez Céleste »
« à deux heures » : « Je prendrai l’autobus »
« à deux heures » : « J’ai pris l’autobus »
« pendant presque tout le trajet » : « J’ai dormi »
« dans l’après-midi » : « J’arriverai »
« quand je me suis réveillé » : « j’étais tassé contre un militaire »

« demain »  : « enterrement »
« demain soir » : « je rentrerai »

« après-demain » « mon patron […] me verra en deuil » (et présentera ses condoléances)
« après l’enterrement » :  « ce sera une affaire classée »

Après ce travail, les remarques ont fusé, mélangées, et je pense qu'il y avait déjà matière à bâtir un plan de commentaire composé.
Voici les principales remarques des élèves.
- Les événements sont mélangés dans le texte (+ une remarque sur les temps employés, présent, passé composé, futur).
- Le narrateur est indifférent à la mort de sa mère.
- Il y a plusieurs journées racontées en une.
- L'événement apparemment tragique et fondateur du roman de la mort de sa mère est en fait incertain.

Dans le même temps, les élèves ont alors d'eux-mêmes fait deux hypothèses :
- le narrateur mélange les événements parce qu'il est perturbé par la mort de sa mère ;
- le narrateur est indifférent à la mort de sa mère parce qu'il ne l'aimait pas.

On a observé comment Camus s'y prenait pour mélanger les événements, puis on a vérifié les hypothèses. Ça a été l'occasion de comprendre que ce que l'on pensait devait toujours être prouvé par le texte pour être validé. Nous nous sommes donc intéressés à la place laissée aux sentiments par Camus. On a déroulé l'analyse, à un niveau 3e, certes, mais l'essentiel y était.

Voilà. Peut-être le même effet qu'un questionnaire, mais je me suis contentée d'organiser et d'aiguiller, en incitant à vérifier, à prouver par le texte, etc. Pour ma part, je vois une nette différence entre une lecture à partir d'un questionnaire et une lecture à partir d'un phénomène observable, et je ne me vois pas mener une analyse linéaire avec de jeunes élèves qui découvrent que les textes peuvent être réfléchis (je veux dire par-là qu'ils sont en train d'accéder à un niveau d'abstraction élevé pour eux). Il s'agit d'élèves de 3e, mon but n'était donc pas d'arriver à une explication de texte fouillée, mais plutôt de parvenir à une certaine abstraction du texte, à une capacité de réfléchir la matière au-delà du sens littéral. C'est nouveau pour eux, même s'ils prennent l'habitude d'analyser des détails du texte avec un type de question récurrent ("quel est l'effet produit ?").
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par NLM76 le Dim 29 Nov 2015 - 16:31
@ Sei : j'ai lu très rapidement votre réponse, et, dès l'abord, j'ai dit "Ah d'accord !". Tout à fait d'accord avec ce type d'approche.


@Sylvain : un article qui peut illustrer ce que je tente de faire pour des cours à la fois denses, structurés et progressifs en classe de seconde, où je pense qu'il faut être très très tortue :

  • http://lettresclassiques.fr/index.php/article/Qu-enseigner-en-une-heure-de-cours

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Isidoria le Dim 29 Nov 2015 - 17:32
Je copie mon message d'un autre fil, ça correspond plus à ici en effet:
@Isidoria a écrit:Merci nlm, cela me fait penser au cours de la semaine dernière avec les 1ES/L où nous étudiions "Zone" d'Apollinaire. Nous avons travaillé le lien entre la ponctuation, et son absence en l'occurrence et le sens. Cela a pris environ une heure mais j'ai l'impression que le cours a été très utile pour comprendre le texte, comprendre l'exercice de la lecture analytique et définir la poésie. Une pause nécessaire en somme.
avatar
dita
Habitué du forum

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par dita le Dim 29 Nov 2015 - 18:26
Quelle est la différence entre commentaire composé et commentaire littéraire. Paskil faut dire commentire littéraire, maintenant. C'est dans les textes.
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Isidoria le Dim 29 Nov 2015 - 18:30
Selon mon point de vue, le commentaire composé avait pour principal objectif le plan: trois parties, trois sous parties,...
Le commentaire littéraire axe plus la réflexion sur le texte et son fonctionnement, et la pensée qui en sort doit être organisée. L'exigence est moins forte, on n'attend pas forcément un 3X3.
Mais c'est difficile à expliquer je trouve.
Par ailleurs, j'essaie dans mes cours d'utiliser l'expression "lecture analytique", comme ça je feinte.
avatar
CotPouletCot
Niveau 9

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par CotPouletCot le Dim 29 Nov 2015 - 19:25
Cripure a écrit:
@Iphigénie a écrit:1°) Pour la psyché, en fait je me demande de plus en plus souvent s'il en ont une d'ailleurs!
Les élèves ne sentent quasiment plus rien par eux-mêmes: même les tonalités générales d'un texte! ils trouvent comique du tragique, et tragique le comique, par exemple. Et 2°) grâce aux nouvelles pédagogies qui partent du "ressenti" de l'apprenant, ils tiennent dur comme fer à leur interprétation au nom de malibertédepenser. A ce niveau là d'intuition j'avoue me sentir assez démunie dans les analyses même linéaires.
3°) Pour le prêt à apprendre par cœur pour le bac, on a de plus en plus à faire face à ce genre de demande, y compris des parents qui trouveraient normal qu'on fournisse aux élèves des fiches de révision toutes faites: ben oui quoi, c'est ça l'aide personnalisée de monnenfantmoncoeur, non? 4°) Quant à la mise en concurrence des offres aux usagers (puisque c'est la nouvelle façon de désigner le rapport aux élèves) certains collègues en effet participent bien à la mise en place du bousin, dans ce domaine comme dans bien d'autres....
1°) Quand on se sera décidé à leur apprendre à lire en primaire et à leur faire travailler régulièrement le vocabulaire du primaire à la 1re, et pas seulement en 2e/1re, ça s'améliorera. Mais les apprentissages de base, c'est vulgaire.
2°) Je ne suis pas d'accord. Partir du ressenti implique d'en vérifier la pertinence et donc d'en accepter le contresens ou la mauvaise foi. Tout lecteur a un "ressenti", je ne suis pas contre une démarche qui parte de lui. Mais il y a un ou des sens du texte, et pas question qu'ils viennent avec "jlesenkomsa". Qu'ils se douchent, ils sentiront moins...
3°) Les fiches sont partout sur le net, qu'ils fassent mumuse avec ça. A l'oral, si on m'affirme sans expliquer, je saque épicétou. Quant aux parents, je leur rappelle que je ne passe pas le bac à la place de leur chiard.
4°) Eh oui, les collègues en manque d'affectif préfèrent rédiger des polycops plutôt qu'aller consulter un psychiatre / psychologue. Nous n'y pouvons rien, mais c'est vrai qu'ils nous les brisent menues et qu'ils détruisent la discipline en la transformant en une sorte de vaste récitation. Quitte à apprendre par cœur, il vaudrait mieux que ce fussent les textes eux-mêmes, au moins ils apprendraient quelque chose d'intelligent.

veneration

Par ailleurs, je trouve que 4h sur un texte, c'est beaucoup. Mais je vois ici et là qu'on parle de commentaire composé, or ce n'est pas mon objectif quand je fais une lecture analytique.

Et je croise beaucoup d'enseignants stagiaires en lettres qui font des lectures linéaires systématiquement (voire qui disent qu'ils ne savent pas composer sans cela, que c'est la sacro-sainte base de toute analyse). Je ne sais pas comment ils ont fait lors des Commentaires en L3 où l'on avait 2h à réfléchir et rédiger sur nos tablettes miniatures d'amphithéâtre à propos d'un texte de Michaux ou de Camus. Si certains textes se prêtent à la lecture linéaire (presque tous les poèmes, notamment), un bon spécialiste, sûr de lui, repère à la lecture des éléments dignes d'intérêt (ceux pour lesquels il a choisi, d'ailleurs, d'étudier ce texte en classe), avant d'avoir commencé à souligner les figures de style de la ligne 1.

_________________
"Il était persuadé que s'il se risquait hà dormir la nuit, il se transformerait en poulet. Il se laissait de petites notes hà sa propre hintention qui lui répétaient : "Tu n'es pas un poulet", mais il se disait parfois qu'il mentait." Terry Pratchett, Jeu de nains
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Dim 29 Nov 2015 - 21:40
@nlm76 a écrit:
@Sylvain : un article qui peut illustrer ce que je tente de faire pour des cours à la fois denses, structurés et progressifs en classe de seconde, où je pense qu'il faut être très très tortue :

  • http://lettresclassiques.fr/index.php/article/Qu-enseigner-en-une-heure-de-cours


Merci !

_________________
Les moyens sont le contraire des procédés; se borner à obtenir une perfection formelle déjà créée, c’est se donner pour but le jeu de moyens déjà établis et connus. Ce n’est ni un noble effort à tenter ni un but élevé à atteindre. (Reverdy, "Certains avantages d'être seul")
Contenu sponsorisé

Re: Dois-je / comment « structurer » davantage mes cours ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum