Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

27% 27% 
[ 90 ]
44% 44% 
[ 149 ]
29% 29% 
[ 100 ]
 
Total des votes : 339

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Mer 16 Déc 2015 - 14:53

Autre chose, rompre aussi avec une manie de prof de toujours vouloir être d'éternel étudiant.
Moi aussi, mais d'autres collègues en philo, s'ils s'écoutaient se réinscriraient à chaque rentrée pour un diplôme le plus souvent inutile pour trouver un travail ( une thèse, une prépa agrèg au nced alors qu'on n'a pas le temps, un autre master recherche, un diplôme de psycho etc) mais faire une formation utile avec stage pour de vrai...Se former pour un travail ne devrait pas être un vilain mot...

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Dalva le Mer 16 Déc 2015 - 17:39

@CarmenLR a écrit:
@Dalva a écrit:
@CarmenLR a écrit:
@Caspar Goodwood a écrit:Je pense qu'on oublie assez vite "la relation d'enseignement" (témoignage personnel suite à mon congé de formation, et témoignage de pas mal de retraités que je connais).

En retraite et en congé, on oublie beaucoup de choses ! Il paraît même qu'on apprécie les crioisères (love boat...)...

Je pense, en revanche, que quand on remplace la relation d'enseignement par la relation avec des collègues 39 ou au mieux 35 h par semaine, on ne gagne pas forcément au change...
Dans les histoires qu'on me raconte (on n'est  jamaisloin de "il m'a piqué ma gomme", mais c'est moins drôle que dans The Office...), je me dis : "Tiens, ces gens ont été élèves..."
Ah oui nan mais moi, ma reconversion est carrément plus mieux que ça !
Il est question d'ouvrir une librairie salon de thé écrivain public lieu de concert, avec des collègues amies.
Tu vois, un truc tout simple et tout à fait réaliste, loin des collègues qui voudraient me piquer ma gomme. (Et pis quoi encore ?)

(Comment ça, on cumule tout ce qui a le plus de chance de se casser la figure ?) (Vous ne savez pas que moins par moins ça fait plus ?)

Oh, un petit "mon concert a eu plus de succès que le tien, nananère" est toujours possible. L'avantage, c'est qu'à un certain âge, on en rigole !
Mais tu évites objectivement tous les problèmes de ce type : https://www.youtube.com/watch?v=yFjXJ10T90w

Beau projet, en tout cas.
S'il y a une vraie dimension sociale et populaire à tout ça, il peut être intéressant de déboboïser le concept pour développer le côté "écrivain public".
C'est à peu près le seul élément de la liste qui soit réel !
(Et c'est déjà commencé.)

Dalva
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Caspar Goodwood le Mer 16 Déc 2015 - 17:41

@jesus: L'agrégation n'est pas seulement "un but en soi, par pur prestige", c'est aussi l'assurance d'avoir un métier et un salaire, c'est tout de même du concret, du pratique.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Mer 16 Déc 2015 - 17:49

@Caspar Goodwood a écrit:@jesus: L'agrégation n'est pas seulement "un but en soi, par pur prestige", c'est aussi l'assurance d'avoir un métier et un salaire, c'est tout de même du concret, du pratique.

Certes, mais pour avoir vécu une prépa agrèg, jamais finalement les étudiants ne parlaient, ni les profs d'ailleurs de la finalité de la chose. Une agrégation pour faire quoi? pour être quel prof? Pour avoir quelle vie? Là, pour moi c'était un but en soi...
Je reconnais que cela apporte une bonne situation etc. Mais avoir un tel silence entre étudiants sur la question et voir les interrogations que je vois ici...ou sur un autre forum et dans la vraie vie.
Si c'est pour se rendre compte au bout de quelques temps qu'on aurait préféré travailler dans l'édition, la politique, etc...

Beaucoup passent les concours par culture, automatisme, conditionnement social, peur de manquer de boulot, sans se demander qui ils sont et dans quelle mesure le métier d'enseignant correspond à leur être ( question qui devrait être facile à poser à soi-même pour un prof de philo) et je pense ( et c'est que mon avis) cela ne se réduit pas à des problèmes administratifs. Et que ces questions ne viennent pas uniquement de la présence d'élèves agités etc...
Bref, une question de profil psychologique et de caractère...

Pour la sécurité de l'emploi qui est un principal frein, il faut se dire que d'autres métiers permettent de vivre correctement, d'acheter, de fonder une famille...car il n'y a pas que les profs qui le font ( une étude pour montrer que les profs ont plus d'enfants que les autres corps de métier parce qu'ils ont les vacances? Quid des rtt ? qui sont parfois plus commodes en cas d'imprévus car les profs ne peuvent pas en poser... ) ( une étude pour montrer que les profs divorcent plus que les autres? ) Bref, tout ça pour dire que d'autres métiers ne protègent pas plus ou moins des maux de la société qui dépassent le corps professoral.
Alors , rester lié à un métier pour se protéger de manière illusoire de tout ça me semble être une excuse bancale pour ne pas le quitter...
je dis ça, je dis rien.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par celitian le Ven 18 Déc 2015 - 9:16

@Lefteris a écrit: Tu ne perds pas en  traitement indiciaire, quelle que soit l'administration. On conserve à titre personnel son indice. Au début , tu as même des chances de gagner, le système indemnitaire étant meilleur quasiment  partout. Le problème, si tu es agrégée, c'est qu'hormis dans la catégorie A, tu vas être bloquée à cet indice jusqu' à ce que tu obtiennes un grade octroyant un indice supérieur. Si par exemple tu es à l'indice 650, eh bien si tu es en catégorie B, tu ne le dépasseras jamais, puisqu'il n'existe pas.

Merci pour ta réponse, c'est ce que je pensais avoir malheureusement compris, et les concours option A sont, logiquement, beaucoup plus difficiles.

celitian
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Ven 18 Déc 2015 - 9:24

Sinon, j'ai trouvé pour ma part un chouette travail dans un musée que je trouve extraordinaire, en cdd, perspective CDI...
Donc, les concours enseignant seront entre parenthèses ( à part l'interne où j'ai fait un "bon dossier") , je n'irai pas à l'agrégation car c'est le jour de ma prise de poste...et certainement pas au capes externe...
J'ai encore plus de 2 mois avant la prise de poste, ce qui me laisse le temps de regarder pour un autre poste mieux payé ou mieux situé...

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par CarmenLR le Ven 18 Déc 2015 - 10:02

Bravo. Peux-tu nous en dire plus sur les missions qui seront les tiennes, et, si c'est possible, sur ta rémunération ?

CarmenLR
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Ven 18 Déc 2015 - 10:29

ça reste un pur hasard ( heureusement ou malheureusement) , suite à une candidature spontanée. C'est un musée privé et non un poste FPT.
(Un ami a trouvé un travail par un biais aussi inattendu , au sens , où il avait passé un entretien cet été, et il a fini deuxième, la personne recrutée a décidé d'arrêter car le poste est trop éloigné de sa famille....)
Moi ça a été plus rocambolesque, appel fin novembre pour me demander de me rencontrer, rendez-vous confirmé une semaine avant...mais annulation deux jours plus tard. Ils avaient trouvé une candidate qui habite à côté, donc pas la peine que je vienne, que je déménage etc...
Moi, affolé, j'envoie un mail pour pouvoir discuter au téléphone, on s'explique, on convient d'un rendez-vous...
Et finalement, j'ai le poste...à l'année alors qu'à la base, ce n'était qu'un poste de saisonnier...J'ai formulé tout un tas de missions à faire durant la fermeture du musée, du développement etc...
Comme quoi, jamais rien n'est perdu.

Pendant ce temps-là, du côté des candidatures officielles, rien à l'horizon. 200 candidatures ou presque en moyenne, et un CV noyé dans la masse. Peu d'offres avec mon concours.

Et sur ce poste, la plus-value est l'encadrement de saisonniers soit 10 personnes, expérience en management qui me manquait et que personne ne veut me donner dans le secteur public. Chose importante pour se vendre en entretien dans la fonction publique. Ici, comme m'a donné comme ça, sans test, sans jury impressionnant, ou deux entretiens ou questions embarrassantes comme souvent , à la bonne franquette...
( bref, la FPT me paraît bien compliquée à côté)

C'est donc un coup de bol, bon CV au bon endroit, au bon moment...Mais sur le fond, quand je regarde mon CV, 75% de mes jobs, ils ont été trouvé par des candidatures spontanées, hasard...etc et rarement par des annonces...processus long et laborieux...
Des annonces sont publiées pour la forme pour des postes déjà pourvus, des recrutements sont repoussés aux calendes grecques, des entretiens sont bidons ( postes pourvus mais entretiens fait tout de même) , des contractuels toujours préférés aux lauréats de concours...
attendus opaques lors de concours ( comme animeteur du patrimoine, où ne connaît pas les attentes du jury car aucun rapport n'existe ni indications), tests imprévu lors des entretiens...jury qui s'étonne qu'on ne connaisse pas par coeur un musée ou le patrimoine à 4h de route de ses bases...et j'en passe...
Et l'impression de se faire massacrer très souvent en entretien car on n'est pas parfait...alors que des employeurs par retour de mail, me disent que mon CV est intéressant, que j'ai de belles expériences... Rolling Eyes . J'ai surtout le défaut de ne pas avoir le "bon" réseau, le bon profil etc. ( ras-le-bol)
Mais là, je suis obligé de déménager car c'est bouché là où je suis...tout le monde bloque dans les grandes villes et à force de postuler à des postes où j'ai le profil et jamais accès à un entretien, j'ai le sentiment d'être blacklisté.
Je me donne jusqu'à fin 2016 pour profiter de ma liste d'aptitude...mais je suis curieux de voir si je serais reçu-collé et le nombre d'entretiens que je pourrais ( même si je ne vais pas à tous)

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Lun 21 Déc 2015 - 13:49

j'ajouterais aussi qu'il est important d'avoir un projet positif, et non juste vouloir fuir les élèves ou se recaser suite à une longue dépression ( ce qui se comprend).
Au sens, partir de l'En, se reconvertir, c'est bien mais l'essentiel est d'avoir un but professionnel à atteindre que l'EN ne peut pas satisfaire. Etre passionné en somme...

Tout ceux qui pensent ou ont pensé que mon projet parallèle et expérience dans le domaine de la culture était une fuite des difficultés liées au métier d'enseignant n'ont pas compris...
Si j'avais eu l'agrégation, il y a quelques années, je serais encore devant les élèves...
Mon projet s'est décidé lorsque les places au concours étaient très peu nombreuses ( 45/50 places à l'agrégation et capes philo) et qu'il me restait une année de bourse et de logement étudiant pour pouvoir faire une formation professionnelle. ( l'inverse aurait été un risque de refaire une année de prépa agrégation avec un nombre de postes toujours aussi faible et donc un risque d'année blanche )
Quitte à revenir aux concours par la suite, chose que j'ai faite, quitte à se faire une expérience diversifiée.

Entre temps, j'ai été aspiré ailleurs, mais profitant des opportunités qui se présentaient à moi parce qu'il faut bien vivre.

Retourner encore à ma fac de philo aurait été une fausse bonne idée, et sincèrement la fac en soi, et les profs qui y restaient ne me faisaient pas ou plus envie. Et je ne me voyais pas refaire une thèse, prépa agrégation etc...

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par virtualJBgirl le Mer 30 Déc 2015 - 16:33

il est important d'avoir un projet positif, et non juste vouloir fuir les élèves ou se recaser.
Au sens, partir de l'En, se reconvertir, c'est bien mais l'essentiel est d'avoir un but professionnel à atteindre que l'EN ne peut pas satisfaire.
Amen, jesus. (ahah.) Je te rejoins parfaitement, même si c'est plus facile à dire qu'à faire. Une reconversion par défaut est une reconversion qui part déjà sur des bases fragiles et qui amène finalement beaucoup de frustrations et de pessimisme. Quelques collègues et amis en ont fait l'amère expérience, et les déconvenues du 'privé' leur font a posteriori regretter les avantages et petites satisfactions simples qu'ils n'arrivaient plus à voir lorsqu'ils étaient encore dans le métier. En bref, je suis d'accord sur le fait qu'il faille partir d'un "de quoi j'ai envie et qu'est-ce qui me permettrait de m'épanouir autrement" plutôt que de chercher une reconversion qui soit un palliatif à une souffrance actuelle, en se focalisant sur des critères qui seraient l'exact inverse de ceux qui provoquent notre mal-être d'enseignant.

Pour ma part, je ne me vois pas non plus enseignant encore devant élèves à l'approche de la retraite. Pourtant, je suis dans un milieu et un établissement privilégiés, et je vais tous les matins au boulot avec le sourire et l'envie de mériter ma journée. Ceci dit, ma fonction parallèle de responsable de cycle m'a fait découvrir certains aspects du métier auxquels on n'a souvent pas le temps de se consacrer en tant que prof, et les stages que j'ai suivis autour de la gestion mentale et de la discipline positive ont été de sacrés déclencheurs pour réfléchir à une future reconversion. Je n'en suis qu'aux balbutiements, mais je me verrais bien, dans quelques années, dans le rôle d'un conseiller d'orientation-psychologue ou dans ce que l'on appelle un peu communément aujourd'hui le coaching scolaire. En tout cas, je chercherai quelque chose en lien avec les ados et le milieu scolaire, parce que c'est là que je me sens utile et performante. Peut-être que mon emploi dans un établissement privé sous contrat peut faciliter une reconversion, je ne me suis pas renseignée - en mettant un pied dans les organismes de formation, par exemple?

Bref, ce n'est qu'une envie, pour le moment, rien ne dit que je trouverai de quoi satisfaire mes aspirations... Et surtout, l'idée de repasser un quelconque concours me rebute catégoriquement! C'est pas gagné... Rolling Eyes

virtualJBgirl
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Mathoune le Mer 30 Déc 2015 - 22:09

Question intéressante...
Je viens d'aller me présenter, je ne suis pas encore prof, et j'ai déjà 20 ans d'expérience dans le secteur privé, dans une grosse boîte. Pour l'instant j'ai envie d'être prof et je vais tout faire pour y arriver, mais j'envisage déjà si un jour ça ne me convient plus de passer le concours de chef d'établissement ou de partir dans une boîte de formation continue, faire de la formation professionnelle...
J'ai une collègue de mon ancienne entreprise qui l'a quittée après presque 15 ans qui m'a dit un jour qu'en fait "le plus dur c'est de changer la première fois", presque tous les gens qu'elle connaissait qui avait "sauté le pas" une fois, n'avait pas hésité de regarder de nouveau en externe 3 ou 4 ans plus tard.

Mathoune
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Sam 2 Jan 2016 - 10:44

Et sur le fond, il est important de ne plus être nostalgique de ses années d'études et de ne pas tout mélanger ( les à-côtés de la vie étudiante et le contenu des études) afin d'envisager avec lucidité une éventuelle reprise d'études.
Car, par exemple, avec ce recul, je n'ai plus aucune nostalgie de mes années d'études " classique" et maintenant la seule formation que je souhaiterais refaire est mon master pro ( avec stages collectifs, stage individuelle, sorties, ambiance sympa petit effectif, salle dédiée à la promo)  et certainement pas un master de recherche où on est beaucoup plus isolé comparativement, ou une préparation aux concours qui est beaucoup plus dans la compétition et l'hypocrisie...

Quand je vois beaucoup de profs nostalgiques et demandeurs de préparer les concours à la fac Rolling Eyes

Bref, n'ayez aucun scrupule à faire des formations qui n'ont rien à voir avec le fonctionnement de ce que vous avez fait jusque là, le salut se situe dans cette direction...

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Mathoune le Sam 2 Jan 2016 - 12:28

@jésus a écrit:Et sur le fond, il est important de ne plus être nostalgique de ses années d'études et de ne pas tout mélanger ( les à-côtés de la vie étudiante et le contenu des études) afin d'envisager avec lucidité une éventuelle reprise d'études.

Oui, en même temps, on ne peut pas savoir avant d'avoir tenté. Cette année je suis en prepa agreg à la fac, et je découvre que je me suis glissée avec une facilité déconcertante dans la peau d'une étudiante, à plus de 40 ans, alors qu'à la fin de mon école d'ingénieurs je n'avais qu'une envie : arrêter les études et entrer dans le monde du travail !

@jésus a écrit: une préparation aux concours qui est beaucoup plus dans la compétition et l'hypocrisie...

Ne généralisons pas. Je trouve qu'il y a une très bonne ambiance cette année dans ma prepa agreg ; nous avons organisé un goûter de Noël, quand l'un de nous est absent à un cours ou une leçon, il y a toujours un camarade pour lui passer les cours à photocopier... Ce sont les gens qui font l'ambiance d'une prepa, plus que l'objectif du concours.
(Je précise que je garde aussi un bon souvenir de mes années de math sup, math spé).

Mathoune
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par JPhMM le Sam 2 Jan 2016 - 12:36

Réponse : "Je ne sais pas".

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par florestan le Sam 2 Jan 2016 - 13:00

Je préfère ne pas y penser.

florestan
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par JPhMM le Sam 2 Jan 2016 - 13:16

Entendu que probablement je n'aurai droit à une pension décente qu'en partant à la retraite à 85 ans minimum — reculs cumulés des futures réformes sur la retraite, plus carrière mixte — disons que c'est pas gagné. Laughing

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Olympias le Sam 2 Jan 2016 - 15:06

Je ne sais pas non plus. Même si enseigner me plaît toujours.

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par sombra le Dim 3 Jan 2016 - 17:43

Non, d'ailleurs je suis déjà partie. Entrée dans l'EN à 27 ans, reconvertie à l'insee à 31.

sombra
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Nicolatsar le Dim 3 Jan 2016 - 17:51

Heureux de mon métier je ne souhaite pas en changer Smile

_________________
Quels enfants léguerons-nous à notre terre ?

Nicolatsar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par prof d'anglais97118 le Dim 3 Jan 2016 - 20:42

@Nicolatsar a écrit:Heureux de mon métier je ne souhaite pas en changer Smile
Lol. Dans quel établissement?Henri -IV? Very Happy

prof d'anglais97118
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Tatane78 le Lun 4 Jan 2016 - 14:21

Je suis actuellement en ZEP et il me paraît évident que je tiendrai encore 3 ans, peut-être 4 ans mais pas plus... Ensuite j'espère réussir l'agreg interne pour accéder rapidement au lycée. C'est la gestion de classe qui me mine et me fatigue le plus. Certains lycéens sont pénibles mais un premier écrémage a été fait. Je ne sais pas comment font les collègues en lycée pro... Franchement je ne sais pas... J'en ai plus que marre de la misère sociale et intellectuelle.

Je pense aussi passer les concours de direction dans 10 ou 15 ans... Ou bien faire autre chose. Mais quoi? Que fait-on avec un master de lettres modernes à 40 ans?

Tatane78
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Reine Margot le Lun 4 Jan 2016 - 14:24

@sombra a écrit:Non, d'ailleurs je suis déjà partie. Entrée dans l'EN à 27 ans, reconvertie à l'insee à 31.

+1 il faudrait le 4e choix "non, et d'ailleurs je suis déjà dehors"

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par jésus le Lun 4 Jan 2016 - 15:07

@Mathoune a écrit:
@jésus a écrit:Et sur le fond, il est important de ne plus être nostalgique de ses années d'études et de ne pas tout mélanger ( les à-côtés de la vie étudiante et le contenu des études) afin d'envisager avec lucidité une éventuelle reprise d'études.

Oui, en même temps, on ne peut pas savoir avant d'avoir tenté. Cette année je suis en prepa agreg à la fac, et je découvre que je me suis glissée avec une facilité déconcertante dans la peau d'une étudiante, à plus de 40 ans, alors qu'à la fin de mon école d'ingénieurs je n'avais qu'une envie : arrêter les études et entrer dans le monde du travail !

@jésus a écrit: une préparation aux concours qui est beaucoup plus dans la compétition et l'hypocrisie...

Ne généralisons pas. Je trouve qu'il y a une très bonne ambiance cette année dans ma prepa agreg ; nous avons organisé un goûter de Noël, quand l'un de nous est absent à un cours ou une leçon, il y a toujours un camarade pour lui passer les cours à photocopier... Ce sont les gens qui font l'ambiance d'une prepa, plus que l'objectif du concours.
(Je précise que je garde aussi un bon souvenir de mes années de math sup, math spé).
Le sens de mon message ( et des autres sur le topic) était de dire que prendre une année ( après difficulté pour avoir un congé formation) pour préparer un concours sélectif était un pari risqué.
Je connais deux bons amis qui sont retournés préparé l'agrég de philo mais qui ne l'ont pas eu ( ni le capes pour un autre). Vu pour certains concours, le faible taux de réussite, je conseillerais vivement aux professeurs qui veulent évoluer professionnellement d'y réflechir à deux fois et à s'intéresser à des formations professionnelles qui sont de meilleures garanties pour évoluer et changer de métier.

Cela dépend ce qu'on appelle une très bonne "ambiance". On n'était pas à s'écharper non plus, on prenait des verres après les cours etc, mais comparativement, l'ambiance que j'ai connu en master pro n'avait rien à voir, et c'était vraiment cool, on était vraiment sur autre chose...

Et pour aller dans ton sens, les adultes en reconversion font en général de bons étudiants, avec assez de maturité et de recul pour faire des formations sans pression.

Edit: le tout est que le projet de formation corresponde à une envie et à un besoin. Moi aussi, j'ai fini mes année d'études et de préparation aux concours avec une lassitude morale et psychique ( envie d'autres efforts intellectuels que de produire des dissertations) et la peur de me retrouver de nouveau élève. Mais, avec la motivation, et le besoin ( il faut que je me forme à tel domaine, que je fasse un stage) , une formation prend son sens. Et que faire une année d'étude " pour le plaisir" d'être de nouveau étudiant, pour se former gratuitement, on risque contrairement à ce que l'on peut croire de se lasser très vite et de se poser rapidement la question " qu'est-ce que je fais là?" et de faire grise mine dès que le "plaisir" s'absente pour laisser place au bachotage ou ne voir que les cours peu intéressant comme des obstacles à l'épanouissement qu'on cherchait. Une formation doit ou devrait rester uniquement pour monter en compétence et non être la redite de ses années d'études ou un bachotage dont le résultat est aléatoire.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Cisil le Lun 4 Jan 2016 - 16:08

@jésus a écrit:
@Mathoune a écrit:
@jésus a écrit:Et sur le fond, il est important de ne plus être nostalgique de ses années d'études et de ne pas tout mélanger ( les à-côtés de la vie étudiante et le contenu des études) afin d'envisager avec lucidité une éventuelle reprise d'études.

Oui, en même temps, on ne peut pas savoir avant d'avoir tenté. Cette année je suis en prepa agreg à la fac, et je découvre que je me suis glissée avec une facilité déconcertante dans la peau d'une étudiante, à plus de 40 ans, alors qu'à la fin de mon école d'ingénieurs je n'avais qu'une envie : arrêter les études et entrer dans le monde du travail !

@jésus a écrit:

le tout est que le projet de formation corresponde à une envie et à un besoin. Moi aussi, j'ai fini mes année d'études et de préparation aux concours avec une lassitude morale et psychique ( envie d'autres efforts intellectuels que de produire des dissertations) et la peur de me retrouver de nouveau élève. Mais, avec la motivation, et le besoin ( il faut que je me forme à tel domaine, que je fasse un stage) , une formation prend son sens. Et que faire une année d'étude " pour le plaisir" d'être de nouveau étudiant, pour se former gratuitement, on risque contrairement à ce que l'on peut croire de se lasser très vite et de se poser rapidement la question " qu'est-ce que je fais là?" et de faire grise mine dès que le "plaisir" s'absente pour laisser place au bachotage ou ne voir que les cours peu intéressant comme des obstacles à l'épanouissement qu'on cherchait. Une formation doit ou devrait rester uniquement pour monter en compétence et non être la redite de ses années d'études ou un bachotage dont le résultat est aléatoire.

On peut aussi avoir simplement envie de faire une pause, de se "nourrir" d'autres choses que celles rabâchées aux élèves à longueur d'année, découvrir des sujets auxquels on ne se serait pas forcément intéressé (honnêtement, l'esclavagisme de plantation à Cuba, je n'y serais pas allée de moi-même Wink) . Je suis en congé formation cette année pour préparer l'agreg interne, et franchement, je m'éclate ! Quel plaisir que celui de se retrouver de l'autre côté du bureau, sans aucune autre contrainte que celle de travailler pour soi,  de ressentir à nouveau ces sensations de l'étudiant qui découvre de nouvelles choses, qui doit se discipliner pour se mettre au boulot, qui va être évalué (par ses enseignants mais aussi par ses pairs). Ce n'est en aucun cas du bachotage, c'est un vrai plaisir. Et dans le cas de l'interne, n'oublions pas qu'il n'y a pas de véritable enjeu (on a déjà un boulot, un poste, notre avenir ne sera pas hypothéqué en cas d'échec, on ne peut qu'en tirer du mieux) , au moins on aura appris quelque chose, et on aura beaucoup appris sur soi aussi.
Quant à l'ambiance de la prépa, j'ai peut-être de la chance, mais comme Mathoune je ne ressens pas cet esprit concours, il y a dans notre groupe énormément d'échanges, de partages de docs, de travail en commun.
Bref, si c'était à refaire, je signerais sans hésiter !

_________________
"Si haut que l’on soit placé, on n’est jamais assis que sur son cul." Montaigne.

Cisil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par Caspar Goodwood le Lun 4 Jan 2016 - 16:48

@Tatane78 a écrit:Je suis actuellement en ZEP et il me paraît évident que je tiendrai encore 3 ans, peut-être 4 ans mais pas plus... Ensuite j'espère réussir  l'agreg interne pour accéder rapidement au lycée. C'est la gestion de classe qui me mine et me fatigue le plus. Certains lycéens sont pénibles mais un premier écrémage a été fait. Je ne sais pas comment font les collègues en lycée pro... Franchement je ne sais pas... J'en ai plus que marre de la misère sociale et intellectuelle.

Je pense aussi passer les concours de direction dans 10 ou 15 ans... Ou bien faire autre chose. Mais quoi? Que fait-on avec un master de lettres modernes à 40 ans?

Il faudrait dire accéder "plus rapidement au lycée". J'ai obtenu la même année l'agrég interne et un poste fixe, après avoir été huit ans TZR et en avoir passé cinq dans une académie déficitaire, et il m'a fallu six années supplémentaires pour obtenir un poste en lycée (je te confirme que c'est moins usant pour les nerfs que le collège, et je ne vaux pas te saper le moral, juste te prévenir).

Moi aussi j'ai beaucoup aimé mon année en "congé formation", ça fait une pause, sans élève et sans le train-train habituel. Après c'est un peu dur de s'y remettre (il m'a fallu un bon trimestre), mais on y arrive.

Caspar Goodwood
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pensez-vous exercer ce métier jusqu'à la retraite ?

Message par prof d'anglais97118 le Mar 5 Jan 2016 - 22:43

@Tatane78 a écrit:J'en ai plus que marre de la misère sociale et intellectuelle.
Et moi donc! Par exemple,je bosse dans 2 collèges.Dans le premier collège,j'ai une 6e avec 18 eĺèves sur 22 ayant un bon voire très bon niveau.Par contre,dans l'autre collège,j'ai deux 6e ,dans chacune , 5 élèves sur 23 ont un bon niveau.Les autres élèves sont looooooooongs à la détente,ne sont pas concentrés,ininteressants...
J'ai deux 3e dans le premier collège .Dans une 3e,sur 27 élèves,6 élèves en difficultés.Par contre ,dans l'autre 3e,7 élèves sur 25 ont un bon niveau.Les autres ont un niveau déplorable,font peu d'effort. HELP!!!

prof d'anglais97118
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 14 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum