Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Rabelais
Vénérable

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Rabelais le Dim 20 Déc 2015 - 14:31
Même pas: sur ce fil, il s'agissait de comparer les choix de modalités d'organisation de l'AP et de signifier que dans mon académie et les différents ETB, l'AP au College prendrait l'an prochain la même forme que dans mon précédent lycée , textes à l'appui.
Et Bing, me voilà taxée d'incompétence, ce qui, contrairement à la taxation de "jaune" , touche à mes compétences professionnelles, pas à un état d'esprit assumé sur un forum.
Tu peux le comprendre, je pense. Very Happy
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 14:35
@Elyas a écrit:
@laMiss a écrit:
@Elyas a écrit: Pour l'histoire de l'interprétation de l'AP dans notre Académie, je suis bien placé pour savoir ce qu'il s'est dit et se dit. En l'occurrence, tu as tort.

Intéressant. Je te parle depuis pas mal de messages de l'AP dans toute la France et des textes contradictoires du Ministère qui nous concernent tous, et tu réponds sur ton académie.

Concernant la France :
Comment se fait-il alors, si le Ministère bosse si bien, que l'AP ne soit pas interprétés par les IPR correctement partout ?
Je te dis que dans les textes (page 3) et dans les faits (nombreux exemples déjà donnés j'en ai redonné un ici). D'ailleurs, ce n'est pas moi qui le dis. Les textes parlent d'eux-mêmes, les témoignages aussi.

Sur l'AP dans chaque académie :
Comment se fait-il alors, si le Ministère bosse si bien, et en supposant que dans chaque académie le discours soit accordé (ce qui n'est pas le cas partout !!!), comment se fait-il donc que l'information sur l'AP ne redescende pas correctement ?

Par ailleurs, je réitère qu'outre le fond, sur la forme aussi je trouve que tes propos étaient d'une part déplacés et d'autre part indignes d'un modo.

Mais bon, là encore je dois avoir tort.


Tu as l'indignation sélective. De toute façon, j'ai bien compris que tu souhaites que tous les modos soient sur une ligne anti-réforme. C'est dommage, ce n'est pas le cas. Quant à l'AP, je crois que nous ne nous comprenons pas à cause d'un élément souvent omis, le socle. Pour moi, le socle, c'est le programme des programmes et comme les programmes disciplinaires déclinent le socle, il n'y a pas réellement de problème par rapport aux éléments que tu cites comme contradictoires. Evidemment, si on ne considère pas le socle comme le programme des programmes, ton raisonnement se tient.

Mais ça existe encore, le socle ? Je croyais que c'était balayé du revers de la main...
coqenstock
Niveau 6

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par coqenstock le Dim 20 Déc 2015 - 14:37
@Rabelais a écrit:Même pas: sur ce fil, il s'agissait de comparer les choix de modalités d'organisation de l'AP et de signifier que dans mon académie et les différents ETB, l'AP au College prendrait l'an prochain la même forme que dans mon précédent lycée , textes à l'appui.
Et Bing, me voilà taxée d'incompétence, ce qui, contrairement à la taxation de "jaune" , touche à mes compétences professionnelles, pas à un état d'esprit assumé sur un forum.
Tu peux le comprendre, je pense. Very Happy

Ah ok, donc l'état d'esprit assumé du forum est de taxer les autres de "jaunes". Merci de cet éclaircissement, ça explique beaucoup de choses alors.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 14:38
@Celeborn a écrit:Soyons sérieux deux secondes : le socle, c'est un long pensum illisible, et à peu près personne dans les établissements n'en aura à faire quoi que ce soit. Moi-même qui l'ai étudié sous toutes ses coutures, qui ai participé à X réunions sur le sujet, qui l'ai voté (enfin, on a voté contre) en CSE, je suis incapable de te dire ce qu'il y a dedans. Je dois pouvoir retrouver de mémoire les 8 domaines/sous-domaines, ce qui fait une belle jambe à tout le monde.

Je suis sûr que, majoritairement, on notera les domaines en 3e comme on remplissait les livrets de compétences : à la chaîne et sans réflexion didactico-pédagogique aucune.

Ah voilà, je savais bien que c'était quelque chose comme ça mdr
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 14:40
@coqenstock a écrit:
@Elyas a écrit:
Cripure a écrit:Dites, Elyas, comme modérateur, vous devriez parler autrement. On a un métier, et donc autre chose à foutre qu'à démêler les écheveaux débiles de la DGESCO et de ses inventions stupides. Ce n'est pas notre faute si quand Robine a le cul qui lui gratte, elle en fait un dispositif idiot, tout ça parce qu'elle a besoin qu'on l'accompagne de façon personnalisée aux gogues, hein. Quand on traite sa discipline, il y a un point de départ et un point d'arrivée, comme pour une rivière. On appelle donc ça un C O U R S, que la DGESCO le veuille ou non. Parce que les désirs de la DGESCO, en fait, on s'en branle un peu.

Quand des textes disent explicitement qu'on doit enseigner son programme disciplinaire, quand des tas de gens tant anti que pro réforme disent qu'on doit enseigner son programme dans le dispositif de l'AP, constater qu'un professeur de lettres continue à écrire que c'est comme l'AP lycée qui est non-disciplinaire et qui s'inscrit explicitement hors des programmes, on ne peut s'empêcher de se poser des questions.

Et l'AP, c'est un cours mais qui doit entrer dans des démarches de différenciation/personnalisation/explicitation pédagogiques. Cela ne concerne que 3h de cours en 6e et 1 à 2h en 5e-4e-3e, une peau de chagrin. De plus, ce n'est pas une révolution,  des tas de gens travaillent ainsi (et travaillaient ainsi autrefois dans les écoles de la IIIe République). Si on ne veut pas travailler ainsi, on ne prend pas l'AP. Point. Mais on ne commence pas à délirer en invoquant l'AP lycée qui est hors de propos en la matière.
Je suis tout à fait d'accord avec toi... Ca arrange beaucoup de monde ici d'être de mauvaise foi j'ai l'impression. Je l'ai déjà dit sur un autre sujet mais ça se confirme. Je crois que tu vas pouvoir l'expliquer 800 fois de la manière la plus limpide possible, l'argumentaire (sic) de certains va tourner en boucle...
Vous savez, Cockenbouche, si vous parlez de mauvaise foi au sujet de la réforme, je crains que Belkassinorobine ne le prenne pour elle Sad
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Presse-purée le Dim 20 Déc 2015 - 14:40
Message pour Twitter: pour moi, les incompétents sont ceux qui commettent des erreurs scientifiques dans les programmes.
Voir par exemple:
Les nouveaux programmes de français intègrent l'étude de L'Odyssée en 6e dans : "Les monstres, aux limites de l'humain".

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
coqenstock
Niveau 6

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par coqenstock le Dim 20 Déc 2015 - 14:42
Il me semble quand même que les domaines 1 et 2 du socle donnent quand même un cap qui n'a rien de quelque chose d'illisible.
Assumer le fait de travailler les langages d'une part et le "apprendre à apprendre" d'autre part est quand même plus qu'une vague idée jargonnante.
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par VanGogh59 le Dim 20 Déc 2015 - 14:43
Ah il n'est pas bon être pro-réforme sur ce forum ? Peut être que c'est du à la lutte déloyale des autorités contre les anti-réformes sur le terrain. Quand on se prend la méprisante attitude du gourvernement de créer le décret le jour même d'une grève massive, quand on se retrouve rabaissé par des IPR de passage qui font le sourd à nos interrogations et qui rétorquent qu'obéir est un devoir de fonctionnaire, quand on nous menace d'être fiché par notre opposition, quand on nous prive de notre liberté pédagogique, il ne faut pas s'étonner de se prendre des réactions violentes dans les dents. Encore n'est ce qu'un début...

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 14:44
@Rabelais a écrit:Même pas: sur ce fil, il s'agissait de comparer les choix de modalités d'organisation de l'AP et de signifier que dans mon académie et les différents ETB, l'AP au College prendrait l'an prochain la même forme que dans mon précédent lycée , textes à l'appui.
Et Bing, me voilà taxée d'incompétence, ce qui, contrairement à la taxation de "jaune" , touche à mes compétences professionnelles, pas à un état d'esprit assumé sur un forum.
Tu peux le comprendre, je pense. Very Happy

Les pro-réformes sont régulièrement taxés d'incompétence sur ce forum.
Ensuite, je n'ai pas écrit "Rabelais, tu es incompétente", j'ai écrit : "Si tu penses cela, c'est que tu incompétente ou de mauvaise foi". Il y a une nuance. Ensuite, tu as argumenté et montré que ta phrase lapidaire était remplie d'implicites, annulant donc les deux possibilités induites par ma condition.
Que dois-je penser en conséquence de ta demande de bannissement ? Surtout quand on lit ce que tu écris sur les collègues de ton collège en long et en large.
Je ne te cacherai pas que des gens m'avertissent car ils pensent que depuis un petit moment un petit groupe de néos tente de tout faire pour me faire quitter la modération voire me faire bannir. Je n'ose pas le croire, n'est-ce pas ?
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Celeborn le Dim 20 Déc 2015 - 14:44
@coqenstock a écrit:
Assumer le fait de travailler les langages d'une part et le "apprendre à apprendre" d'autre part est quand même plus qu'une vague idée jargonnante.

Ah bon ? Je demande un développement, là.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par VanGogh59 le Dim 20 Déc 2015 - 14:47
Ah il n'est pas bon être pro-réforme sur ce forum ? Peut être que c'est du à la lutte déloyale des autorités contre les anti-réformes sur le terrain. Quand on se prend la méprisante attitude du gourvernement de créer le décret le jour même d'une grève massive, quand on se retrouve rabaissé par des IPR de passage qui font le sourd à nos interrogations et qui rétorquent qu'obéir est un devoir de fonctionnaire, quand on nous menace d'être fiché par notre opposition, quand on nous prive de notre liberté pédagogique, il ne faut pas s'étonner de se prendre des réactions violentes dans les dents. Encore n'est ce qu'un début...

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 14:50
@Isis39 a écrit:Vous demandez le ban parce qu'Elyas vous taxe d'incompétence ? D'autres utilisent les termes de jaunes, de collabos, appellent à la tonte mais là, pas de ban. Alors permettez-moi de douter de la neutralité de ce forum.
Je pense que je ne vais plus y mettre les pieds. Car si l'on n'est pas d'accord avec la majorité ici, il faut juste accepter d'en prendre plein la tête, et il faudrait dire merci.
Les profs de latin sont dans la majorité, à savoir dans les opposants à la réforme, et eux s'en prennent vraiment plein la figure, comme les profs d'allemand et d'autres, d'ailleurs.
avatar
Olympias
Prophète

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Olympias le Dim 20 Déc 2015 - 15:09
Je ne suis pas modo. Je n'ai pas de légitimité particulière pour intervenir à propos du collège (même si j'y beaucoup enseigné...et dans tous les types de collège), parce que je suis dans un lycée. Mais ce qui se passe depuis un certain temps m'interpelle : je crois que nous voulons tous des modifications dont nos élèves pourraient tirer le meilleur parti, tout en nous permettant de faire correctement notre métier. Sauf que le ministère n'écoute pas ce que bien des enseignants ont à dire. Nous vivons mal la déconsidération de notre métier, d'être méprisés par un ministère qui nous abreuve de mails nous renouvelant sa confiance (!!!), le blocage des traitements, les propos tenus ça et là, expliquant que nous serions des sortes de fainéants bornés, arc-boutés sur des privilèges d'un autre temps, refusant toute innovation et tout changement alors que c'est faux !! Chacune de nos classes est un laboratoire artisanal pédagogique pour transmettre aussi bien des savoirs que des méthodes. L'uniformisation est mauvaise conseillère.
Cette réforme nous met à cran. Certains y voient des lendemains qui chantent. D'autres veulent y prendre du positif. D'autres craignent qu'elle ne soit pas profitable aux élèves, du moins pas autant qu'espéré. Ceux qui sont au lycée craignent que ce qui ne marche pas au lycée soit transposé au collège.
Nous devons pouvoir conserver notre liberté de critiquer. Nous avons le droit d'être en colère. Mais injurier autrui (et sur Twitter, des pro-réforme ne s'en privent pas, considérant avec morgue tout collègue ne pensant pas comme eux ; pendant qu'en face, il y a une colère qui fait déraper aussi...) ne fera jamais avancer les choses. Utiliser des références 2de guerre mondiale n'est pas vraiment adapté...
La ministre a réussi à nous diviser tous. Ce n'est pas une petite victoire. Et ça me met dans une énorme colère.
Parce que quand il y a eu la réforme du lycée, plein de collègues sont restés les bras ballants.Nous avons aussi eu des grand-messes avec des IPR incapables de répondre clairement aux questions !  Aller négocier face au cabinet de Chatel, pendant que la profession attendait tranquillement, furent des moments d'intense colère et d'intense solitude. Rien n'a changé : on parle à des murs. L'inertie est ce qui nous tue.
DES collègues scientifiques qui se réjouissaient qu'on supprimât l'histoire géo en S...se plaignent maintenant de la diminution de leurs heures !
DES profs d'histoire géo qui se réjouissaient qu'on supprimât l'histoire géo en S ...vont maintenant braire pour avoir des allègements !
Ceux qui n'ont jamais eu le temps  de signer une pétition, sont les premiers à bramer :  "Mais se fait l'Aphg ????", sans jamais se comporter autrement que comme ceux qui se croient au service après-vente de chez Darty !
Je pense à celles et ceux qui vont perdre leur poste. Au ministère qui ment pour nous diviser.
Bref, chacun peut et doit agir. Mais sans anathème et sans injurier autrui, sans penser que le collègue qui ne travaille pas comme soi est forcément un con à rééduquer.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Iphigénie le Dim 20 Déc 2015 - 15:12
Merci Olympias! fleurs
avatar
doctor who
Vénérable

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par doctor who le Dim 20 Déc 2015 - 15:13
@Olympias a écrit:Je ne suis pas modo. Je n'ai pas de légitimité particulière pour intervenir à propos du collège (même si j'y beaucoup enseigné...et dans tous les types de collège), parce que je suis dans un lycée. Mais ce qui se passe depuis un certain temps m'interpelle : je crois que nous voulons tous des modifications dont nos élèves pourraient tirer le meilleur parti, tout en nous permettant de faire correctement notre métier. Sauf que le ministère n'écoute pas ce que bien des enseignants ont à dire. Nous vivons mal la déconsidération de notre métier, d'être méprisés par un ministère qui nous abreuve de mails nous renouvelant sa confiance (!!!), le blocage des traitements, les propos tenus ça et là, expliquant que nous serions des sortes de fainéants bornés, arc-boutés sur des privilèges d'un autre temps, refusant toute innovation et tout changement alors que c'est faux !! Chacune de nos classes est un laboratoire artisanal pédagogique pour transmettre aussi bien des savoirs que des méthodes. L'uniformisation est mauvaise conseillère.
Cette réforme nous met à cran. Certains y voient des lendemains qui chantent. D'autres veulent y prendre du positif. D'autres craignent qu'elle ne soit pas profitable aux élèves, du moins pas autant qu'espéré. Ceux qui sont au lycée craignent que ce qui ne marche pas au lycée soit transposé au collège.
Nous devons pouvoir conserver notre liberté de critiquer. Nous avons le droit d'être en colère. Mais injurier autrui (et sur Twitter, des pro-réforme ne s'en privent pas, considérant avec morgue tout collègue ne pensant pas comme eux ; pendant qu'en face, il y a une colère qui fait déraper aussi...) ne fera jamais avancer les choses. Utiliser des références 2de guerre mondiale n'est pas vraiment adapté...
La ministre a réussi à nous diviser tous. Ce n'est pas une petite victoire. Et ça me met dans une énorme colère.
Parce que quand il y a eu la réforme du lycée, plein de collègues sont restés les bras ballants.Nous avons aussi eu des grand-messes avec des IPR incapables de répondre clairement aux questions !  Aller négocier face au cabinet de Chatel, pendant que la profession attendait tranquillement, furent des moments d'intense colère et d'intense solitude. Rien n'a changé : on parle à des murs. L'inertie est ce qui nous tue.
DES collègues scientifiques qui se réjouissaient qu'on supprimât l'histoire géo en S...se plaignent maintenant de la diminution de leurs heures !
DES profs d'histoire géo qui se réjouissaient qu'on supprimât l'histoire géo en S ...vont maintenant braire pour avoir des allègements !
Ceux qui n'ont jamais eu le temps  de signer une pétition, sont les premiers à bramer :  "Mais se fait l'Aphg ????", sans jamais se comporter autrement que comme ceux qui se croient au service après-vente de chez Darty !
Je pense à celles et ceux qui vont perdre leur poste. Au ministère qui ment pour nous diviser.
Bref, chacun peut et doit agir. Mais sans anathème et sans injurier autrui, sans penser que le collègue qui ne travaille pas comme soi est forcément un con à rééduquer.

+1
Bannir Elyas, faut pas d...
On peut ne pas être d'accord et s'agacer qu'il ne le soit pas.
Plus cyniquement, aller au-delà serait en plus un bel argument des pro-réformes sur les réseaux sociaux.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 15:21
Meuh non, on ne veut pas que le lutin soit banni ! En plus, il a souvent de bonnes idées.
barèges
Neoprof expérimenté

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par barèges le Dim 20 Déc 2015 - 15:31
@Elyas a écrit:
@Iphigénie a écrit:
Bon vous faites tous comme si l'AP était le produit d'une haute réflexion pédagogique: mais l'AP est surtout une variable d'ajustement dans les emplois du temps. C'est bien pour ça qu'on le détache parfois de la discipline, c'est plus pratique.  Wink
Alors, l'idéologie, le socle etc: IRL, tout le monde s'en tape, vous savez...

Pragmatiquement parlant, tu as raison.

Vu de loin, effectivement, tout se ramène in fine à la flexibilité permise par l'AP (et les EPI).
Chaque établissement au bout de quelques années fera comme ça l'arrange.
Si l'AP est variable d'ajustement, elle sera "détachée" et effectivement les disciplines auront perdu des heures.
Ce doit être amusant du point de vue de certains concepteurs "pragmatiques" de ce dispositif de voir les enseignants s'ingénier à lui donner du contenu, voire un contenu profitable aux élèves.
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Dim 20 Déc 2015 - 15:36
Cripure a écrit:
Mais ça existe encore, le socle ? Je croyais que c'était balayé du revers de la main...
Comme ça n'a pas marché, on l'a gardé, bien sûr.

La principale différence, c'est que maintenant les programmes sont officiellement la mise en application du socle. Ce qui fait que si on évalue nos programmes, en fait on valide (ou pas) le socle. Plus besoin de s'emmerder avec lui.

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 15:43
Cripure a écrit:Meuh non, on ne veut pas que le lutin soit banni ! En plus, il a souvent de bonnes idées.

C'est l'un des plus beaux compliments que j'ai reçus. J'en saisis la valeur, monsieur l'ursidé !

Pour rebondir sur Barèges, il faut comprendre que je suis écoeuré par ce qui se passe dans les deux camps. Dans l'un, on joue au pire du pire en imaginant les dispositifs et leur réalisation (barrettes, travail hors disciplines, professeurs différents des classes en AP...etc) et dans l'autre, les batailles pédagogiques entre disciplinaires et "c'est la pédagogie qui m'intéresse, j'aurais pu enseigner n'importe quoi !" sont feutrées mais terribles.

En réalité, je ne cache pas que je suis las de cette ambiance mortifère. Je me connais, j'aimerais ne plus intervenir sur les fils concernant la réforme mais je risque de ne pas respecter mon désir.
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Dim 20 Déc 2015 - 15:48
@Elyas a écrit:Dans l'un, on joue au pire du pire en imaginant les dispositifs et leur réalisation (barrettes, travail hors disciplines, professeurs différents des classes en AP...etc).
Malheureusement, ce sont souvent des retours d'établissement et pas un résultat de l'imagination. On a eu des mentions de PA qui annonçaient en CP que l'an prochain, les EdT seraient de 8h/17h pour tout le monde, avec mise en barrettes de l'EPI et de l'AP.

J'y vois clairement une forme de manipulation, genre j'annonce le pire pour faire accepter ce que je veux vraiment.

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
henriette
Médiateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par henriette le Dim 20 Déc 2015 - 15:56
Merci Olympias pour ces propos très justes.
Chacun a le droit d'avoir ses positions. Le débat est possible, c'est à nous tous de faire attention de le préserver.
Chacun a ses positions et ses convictions, et peut s'énerver de voir l'autre ne pas les partager : c'est humain. Mais n'oublions pas que l'autre a le droit de ne pas les partager, de ne pas être convaincu, de continuer à penser différemment - encore heureux ! et sans pour autant essuyer les sarcasmes et les insultes des autres.
Le forum, que ça plaise ou non, fait tout ce qu'il peut pour être un lieu où toutes les convictions sur cette réforme en particulier et sur l'éducation (voire même la déscolarisation ) en général puissent s'exprimer.
Que chacun regarde dans son jardin, et se demande pourquoi les débats se crispent autant. La faute n'est pas d'un seul côté, je pense, ni du côté des pro, ni du côté des antis.
Par contre, ce qui serait vraiment bien, c'est qu'on puisse continuer ces rares mais essentiels moments où l'on débat sereinement, car on a tous à y gagner.


Dernière édition par henriette le Dim 20 Déc 2015 - 15:58, édité 1 fois

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Celeborn le Dim 20 Déc 2015 - 15:57
@ycombe a écrit:
@Elyas a écrit:Dans l'un, on joue au pire du pire en imaginant les dispositifs et leur réalisation (barrettes, travail hors disciplines, professeurs différents des classes en AP...etc).
Malheureusement, ce sont souvent des retours d'établissement et pas un résultat de l'imagination. On a eu des mentions de PA qui annonçaient en CP que l'an prochain, les EdT seraient de 8h/17h pour tout le monde, avec mise en barrettes de l'EPI et de l'AP.

J'y vois clairement une forme de manipulation, genre j'annonce le pire pour faire accepter ce que je veux vraiment.

Effectivement, certains chefs d'établissement "jouent au pire", sur ces questions.
Il y a d'ailleurs, de ce que je perçois, une vraie ligne de fracture entre le groupe IPR/formateurs et le groupe CDE, dans ce qui est en train de se passer, avec des profs qui se retrouvent au milieu d'injonctions contradictoires.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
Honchamp
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Honchamp le Dim 20 Déc 2015 - 16:28
@henriette a écrit:Merci Olympias pour ces propos très justes.
Chacun a le droit d'avoir ses positions. Le débat est possible, c'est à nous tous de faire attention de le préserver.
Chacun a ses positions et ses convictions, et peut s'énerver de voir l'autre ne pas les partager : c'est humain. Mais n'oublions pas que l'autre a le droit de ne pas les partager, de ne pas être convaincu, de continuer à penser différemment - encore heureux ! et sans pour autant essuyer les sarcasmes et les insultes des autres.
Le forum, que ça plaise ou non, fait tout ce qu'il peut pour être un lieu où toutes les convictions sur cette réforme en particulier et sur l'éducation (voire même la déscolarisation ) en général puissent s'exprimer.
Que chacun regarde dans son jardin, et se demande pourquoi les débats se crispent autant. La faute n'est pas d'un seul côté, je pense, ni du côté des pro, ni du côté des antis.
Par contre, ce qui serait vraiment bien, c'est qu'on puisse continuer ces rares mais essentiels moments où l'on débat sereinement, car on a tous à y gagner.

OUI. Je répète (je crois que je l'ai déja dit) que j'apprécie de vous lire tous et toutes, même les plus excessifs, au moins , ça décape .

J'apprécie que sur Neos, on réponde aux interrogations des uns et des autres.

Mais je trouve que de temps en temps , cela manque d'humour. Non pas pour rouler par terre à se tenir les côtes. Mais parce que cela permet la distanciation, et d'établir une forme de complicité, même avec un contradicteur. L'humour en tant que calumet de la paix.  

J'en profite pour faire une annonce : venez sur les fils "Musique", franchement, ça vide la tête.
Il y en a plusieurs, pour tous les goûts.
Et répondre à une discussion en écoutant les morceaux proposés (en ouvrant une 2ème fenêtre)  sur les fils musique par F.Lemoine, Norman Bates, Lumeeka, Zarathoustra, Onésime le Slovène et d'autres, cela permet de voir les choses autrement.  
PS Le fil "Musique de fête" (comprendre : pour faire la fête) est enlisé. Au secours.

Merci à tous pour ces discussions riches  :aaz:

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Presse-purée le Dim 20 Déc 2015 - 16:32
Réforme creuse, absolument pas pédagogique. L'important est le cadre, pas le contenu.
Réforme préparée dans un coin par quelques initiés -syndicats et militants pédagogiques- avec des arrière-pensées en terme de
1) carrière (destruction de postes disciplinaires à l'université au profit des ESPE et des sciences éduc),
2) syndicales (décapiter le syndicat majoritaire du secondaire)
3) politiques - territorialisation, qui aboutira à un accroissement des inégalités, avec des études pour les villes [et plus encore pour Paris] et de l'adaptation aux désiderata des entreprises au niveau régional pour les campagnes - de type réformistes, c'est-à-dire ceux qui sont responsables de l'augmentation vertigineuse des inégalités économiques et sociales,
4) professionnelles, avec la fin assumée du diplôme, du statut et donc du cadre général de négociation au profit d'un accord soit-disant négocié à égalité (et on sait ce qu'il en est de l'égalité dans la négociation salariale ou statutaire) dont on voit les effets sociaux en Allemagne ou au RU,
5) philosophiques, avec ce vieux rousseauisme de merde qui dit que la culture corrompt la bonne nature et qu'elle crée le fascisme,
6) pédagogique, avec cette pensée débile qui prétend que la "pédagogie" permet l'apprentissage sans travail, sans entraînement, sans mémorisation, uniquement par une activité qui donne prétendument du sens, une pédagogie du slogan, du vide qui aboutit à ce qu'on analysé Rochex ("les uns écrivent et les autres collent le scotch") ou Gauchet (transmission culturelle rejetée à l'école et donc effectuée en famille, ce qui renforce les inégalités sociales).

Donc, je ferai des EPI, ce sera un truc creux, je m'amuserai comme un fou à caser tous les slogans des nuls qui commentent sur Twitter et mon chef sera content parce qu'il pourra se la péter au rectorat parce qu'il a des profs innovants, obtenir une prime avec mon travail etc. Mais je ferai ensuite ce que je juge bon dans ma classe.
Je ferai de l'AP, selon les modalités que je juge bonnes, tout en m'amusant de l'incapacité crasse du MEN à produire un texte explicatif clair et cohérent (vous avez vu par exemple que le décret sur les SEGPA était mal rédigé et qu'il a fallu sortir un nouveau décret pour modifier l'ancien?) sur ce point.

Bref, ils sont nuls; la vie est injuste, ils sont aux manettes - et pour longtemps- mais je me fous de ce qu'ils peuvent écrire et penser (pensent-ils vraiment?).

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
avatar
Olympias
Prophète

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Olympias le Dim 20 Déc 2015 - 16:43
@Presse-purée a écrit:Réforme creuse, absolument pas pédagogique. L'important est le cadre, pas le contenu.
Réforme préparée dans un coin par quelques initiés -syndicats et militants pédagogiques- avec des arrière-pensées en terme de
1) carrière (destruction de postes disciplinaires à l'université au profit des ESPE et des sciences éduc),
2) syndicales (décapiter le syndicat majoritaire du secondaire)
3) politiques - territorialisation, qui aboutira à un accroissement des inégalités, avec des études pour les villes [et plus encore pour Paris] et de l'adaptation aux désiderata des entreprises au niveau régional pour les campagnes - de type réformistes, c'est-à-dire ceux qui sont responsables de l'augmentation vertigineuse des inégalités économiques et sociales,
4) professionnelles, avec la fin assumée du diplôme, du statut et donc du cadre général de négociation au profit d'un accord soit-disant négocié à égalité (et on sait ce qu'il en est de l'égalité dans la négociation salariale ou statutaire) dont on voit les effets sociaux en Allemagne ou au RU,
5) philosophiques, avec ce vieux rousseauisme de merde qui dit que la culture corrompt la bonne nature et qu'elle crée le fascisme,
6) pédagogique, avec cette pensée débile qui prétend que la "pédagogie" permet l'apprentissage sans travail, sans entraînement, sans mémorisation, uniquement par une activité qui donne prétendument du sens, une pédagogie du slogan, du vide qui aboutit à ce qu'on analysé Rochex ("les uns écrivent et les autres collent le scotch") ou Gauchet (transmission culturelle rejetée à l'école et donc effectuée en famille, ce qui renforce les inégalités sociales).

Voilà bien ce qui m'inquiète le plus.
avatar
Honchamp
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Honchamp le Dim 20 Déc 2015 - 16:57
@Presse-purée a écrit:
2) syndicales (décapiter le syndicat majoritaire du secondaire)


D'accord avec toi sur tout ce que tu dis.

Mais que veux-tu dire à propos du syndicat majoritaire ? On comprend bien de quel syndicat tu veux parler.

Mais ne penses-tu pas que le mal est fait ?
Entre une base ou des militants intermédiaires, du style de Tang, sincères...

Et une direction dont on se demande si elle sait encore où elle habite. J'imagine que dans la direction et les organes "du haut", il y a pas mal de socialistes. Donc, on applique la vieille règle qui est qu'on n'embête pas trop les copains qui sont dans le parti ou qui sont arrivés dans les ministères.

Je me rappelle Monique R dans une émission de style "C'est dans l'air". Elle était sans puntch, n'importe quel Neo engagé contre la réforme aurait fait mieux.
Ou bien à propos de la manif parisienne d'octobre, je n'ai pas le sentiment qu'on ai poussé les S2 à lever des troupes et à relayer le dispositif aux S1...

Toi, tu crois encore dans les hautes sphères du syndicat majoritaire ?
Que veux-tu dire par le décapiter ?

_________________
"Tu verras bien qu'il n'y aura pas que moi, assise par terre comme ça.."
Contenu sponsorisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum