Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
doctor who
Vénérable

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par doctor who le Dim 20 Déc 2015 - 10:20
Ou alors tu vas faire de la méthodo, comme c'est demandé dans la circulaire.
Soit tu la faisais déjà, en lien avec les connaissances de ta matière, tous les jours, et ça ne change rien.
Soit tu n'en faisais pas beaucoup, et tu vas la concentrer sur l'heure d'AP, sans la lier aux connaissances, parce que ce n'est pas possible en une heure.
Soit ton collège organise un AP avec pleins de groupes tournants, et ta méthodo sera redondante et hors-sol.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Dim 20 Déc 2015 - 10:24
Dites, Elyas, comme modérateur, vous devriez parler autrement. On a un métier, et donc autre chose à foutre qu'à démêler les écheveaux débiles de la DGESCO et de ses inventions stupides. Ce n'est pas notre faute si quand Robine a le cul qui lui gratte, elle en fait un dispositif idiot, tout ça parce qu'elle a besoin qu'on l'accompagne de façon personnalisée aux gogues, hein. Quand on traite sa discipline, il y a un point de départ et un point d'arrivée, comme pour une rivière. On appelle donc ça un C O U R S, que la DGESCO le veuille ou non. Parce que les désirs de la DGESCO, en fait, on s'en branle un peu.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 10:29
Cripure a écrit:Dites, Elyas, comme modérateur, vous devriez parler autrement. On a un métier, et donc autre chose à foutre qu'à démêler les écheveaux débiles de la DGESCO et de ses inventions stupides. Ce n'est pas notre faute si quand Robine a le cul qui lui gratte, elle en fait un dispositif idiot, tout ça parce qu'elle a besoin qu'on l'accompagne de façon personnalisée aux gogues, hein. Quand on traite sa discipline, il y a un point de départ et un point d'arrivée, comme pour une rivière. On appelle donc ça un C O U R S, que la DGESCO le veuille ou non. Parce que les désirs de la DGESCO, en fait, on s'en branle un peu.

Quand des textes disent explicitement qu'on doit enseigner son programme disciplinaire, quand des tas de gens tant anti que pro réforme disent qu'on doit enseigner son programme dans le dispositif de l'AP, constater qu'un professeur de lettres continue à écrire que c'est comme l'AP lycée qui est non-disciplinaire et qui s'inscrit explicitement hors des programmes, on ne peut s'empêcher de se poser des questions.

Et l'AP, c'est un cours mais qui doit entrer dans des démarches de différenciation/personnalisation/explicitation pédagogiques. Cela ne concerne que 3h de cours en 6e et 1 à 2h en 5e-4e-3e, une peau de chagrin. De plus, ce n'est pas une révolution, des tas de gens travaillent ainsi (et travaillaient ainsi autrefois dans les écoles de la IIIe République). Si on ne veut pas travailler ainsi, on ne prend pas l'AP. Point. Mais on ne commence pas à délirer en invoquant l'AP lycée qui est hors de propos en la matière.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 10:31
@doctor who a écrit:Ou alors tu vas faire de la méthodo, comme c'est demandé dans la circulaire.
Soit tu la faisais déjà, en lien avec les connaissances de ta matière, tous les jours, et ça ne change rien.
Soit tu n'en faisais pas beaucoup, et tu vas la concentrer sur l'heure d'AP, sans la lier aux connaissances, parce que ce n'est pas possible en une heure.
Soit ton collège organise un AP avec pleins de groupes tournants, et ta méthodo sera redondante et hors-sol.

Faire de la méthodologie pour de la méthodologie hors sol est une erreur. On peut lier connaissances et progression des compétences/appétences des élèves dans l'AP 2016, c'est très facile en HG, en sciences, en français et en arts principalement.
avatar
Norman Bates
Habitué du forum

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Norman Bates le Dim 20 Déc 2015 - 10:36
@Elyas a écrit:écrire que c'est comme l'AP lycée qui est non-disciplinaire et qui s'inscrit explicitement hors des programmes

Vous pourriez être indulgente : vous savez très bien d'où vient l'incompréhension (i.e. du détournement des heures d'A.P. lycée pour travailler la discipline afin de perdre moins d'heures disciplinaires).

@Elyas a écrit:Si on ne veut pas travailler ainsi, on ne prend pas l'AP. Point.

Sur ce point, je me permets de vous trouver bien simpliste. Je crains que beaucoup de collègues finissent par n'avoir pas le choix, ou alors un choix très orienté.

_________________
Why do I give valuable time to people who don't care if I live or die?
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:39
@Elyas a écrit:
Si tu penses que l'AP collège 2016 = AP lycée, c'est que tu es incompétente ou de mauvaise foi. A un moment, il faut dire les choses comme elles sont. L'AP collège 2016 est disciplinaire, contrairement à l'AP lycée.

Comme on l'a évoqué page 1, le Ministère se contredit. C'est le Ministère qui est incompétent sur ce coup-là.
Il faut se rappeler que les exemples mis en ligne sur le site du Ministère ne vont pas dans ce sens, ce qui n'empêche pas de défendre un AP disciplinaire en s'appuyant sur le décret, c'est plus sensé je crois.

Je crois que tu te trompes. Les textes ne sont pas explicites, ils sont contradictoires.

Je te trouve totalement injuste avec les collègues qui se posent des questions, et une fois de plus bien loin d'être un modérateur, dans ta façon de t'adresser à eux.

Détail des contradictions, paragraphe 2 (plus lisible avec le gras, à partir de" "L'Accompagnement Personnalisé nouvelle formule : qu'est-ce que c'est ?"
http://www.reformeducollege.fr/cours-et-options/ap

"L'Accompagnement Personnalisé nouvelle formule : qu'est-ce que c'est ?  L'enseignant doit-il y faire travailler sa discipline (sa matière) ou proposer de la méthodologie pour plusieurs matières ?

a) D'après le décret et l'arrêté  du 19 mai 2015, textes prescriptifs, c'est à l'établissement d'en décider.

Le cadre donné par l'arrêté reste vague : "L'accompagnement personnalisé s'adresse à tous les élèves selon leurs besoins ; il est destiné à soutenir leur capacité d'apprendre et de progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle" [4]. Le décret précise que "le contenu (des enseignements complémentaires) est défini par chaque établissement." [14]

b) D'après les programmes, l'Accompagnement Personnalisé ne semble pas mettre en œuvre une seule discipline : "Le travail en français, dans les différents cadres possibles (cours de français, accompagnement personnalisé, enseignements pratiques interdisciplinaires…), permet de nombreux et féconds croisements entre les disciplines." [16], classe de 6e.

c) La circulaire du 30 juin 2015, qui n'est pas un texte prescriptif, se contredit. Elle présente d'abord l'Accompagnement Personnalisé comme étant un travail interdisciplinaire et renvoie aux programmes disciplinaires (au pluriel, et non à chacun d'entre eux séparément) : "Toutes les disciplines d'enseignement peuvent contribuer à l'accompagnement personnalisé. Il est destiné à soutenir la capacité des élèves à apprendre et à progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle. Les professeurs documentalistes et les conseillers principaux d'éducation, dans leurs champs de compétences respectifs, ont vocation à apporter leur expertise dans sa conception et à participer à sa mise en œuvre. L'accompagnement personnalisé prend des formes variées : approfondissement ou renforcement, développement des méthodes et outils pour apprendre, soutien, entraînement, remise à niveau. Quelles que soient les formes retenues, il repose sur les programmes d'enseignement, dans l'objectif de la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, notamment le domaine 2 « les méthodes et outils pour apprendre ». En classe de sixième, les 3 heures d'accompagnement personnalisé ont pour objectif de faciliter la transition entre l'école et le collège, en rendant explicites les attendus du travail scolaire dans les différentes disciplines enseignées au collège et en conduisant tous les élèves à les maîtriser. On cherchera notamment à faire acquérir plus explicitement les méthodes nécessaires aux apprentissages : en lien avec les attendus des différentes disciplines, apprendre une leçon, faire des révisions, comprendre et rédiger un texte écrit, effectuer une recherche documentaire, organiser son travail personnel, etc. Au cycle 4, les élèves bénéficient d'une heure à deux heures hebdomadaires d'accompagnement personnalisé. Il favorise, en classe de troisième, la construction de l'autonomie, dans la perspective de la poursuite d'études au lycée. Les élèves peuvent être regroupés en fonction de leurs besoins, au sein de groupes dont la composition peut varier durant l'année. "[17]

Cependant, la circulaire indique aussi que "Le conseil d'enseignement, qui réunit les professeurs d'une même discipline, réfléchit à la mise en œuvre du programme de cycle, aux besoins de mise en œuvre de l'accompagnement personnalisé dans la discipline et à l'inscription de la discipline dans les huit thématiques des enseignements pratiques interdisciplinaires."

Finalement, elle laisse le champ libre aux propositions des équipes, soumises au vote en conseil d'administration (CA) : [le conseil pédagogique] formule des propositions quant aux modalités de l'accompagnement personnalisé - soutien, approfondissement, méthodes de travail - et de regroupement des élèves, que le chef d'établissement soumet ensuite au conseil d'administration", "l'offre d'accompagnement personnalisé : les modalités de la participation des disciplines à l'accompagnement personnalisé" sera présentée au conseil d'administration.
d) Le dossier de presse collège : mieux apprendre pour mieux réussir [18], qui n'est pas un texte prescriptif non plus, présente très clairement l'Accompagnement Personnalisé comme un temps de travail sur les méthodes des différentes disciplines (page 13, un exemple de travail sur la méthode dans plusieurs matièresL'Accompagnement Personnalisé nouvelle formule : qu'est-ce que c'est ?  L'enseignant doit-il y faire travailler sa discipline (sa matière) ou proposer de la méthodologie pour plusieurs matières ?

a) D'après le décret et l'arrêté  du 19 mai 2015, textes prescriptifs, c'est à l'établissement d'en décider.

Le cadre donné par l'arrêté reste vague : "L'accompagnement personnalisé s'adresse à tous les élèves selon leurs besoins ; il est destiné à soutenir leur capacité d'apprendre et de progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle" [4]. Le décret précise que "le contenu (des enseignements complémentaires) est défini par chaque établissement." [14]

b) D'après les programmes, l'Accompagnement Personnalisé ne semble pas mettre en œuvre une seule discipline : "Le travail en français, dans les différents cadres possibles (cours de français, accompagnement personnalisé, enseignements pratiques interdisciplinaires…), permet de nombreux et féconds croisements entre les disciplines." [16], classe de 6e.

c) La circulaire du 30 juin 2015, qui n'est pas un texte prescriptif, se contredit. Elle présente d'abord l'Accompagnement Personnalisé comme étant un travail interdisciplinaire et renvoie aux programmes disciplinaires (au pluriel, et non à chacun d'entre eux séparément) : "Toutes les disciplines d'enseignement peuvent contribuer à l'accompagnement personnalisé. Il est destiné à soutenir la capacité des élèves à apprendre et à progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle. Les professeurs documentalistes et les conseillers principaux d'éducation, dans leurs champs de compétences respectifs, ont vocation à apporter leur expertise dans sa conception et à participer à sa mise en œuvre. L'accompagnement personnalisé prend des formes variées : approfondissement ou renforcement, développement des méthodes et outils pour apprendre, soutien, entraînement, remise à niveau. Quelles que soient les formes retenues, il repose sur les programmes d'enseignement, dans l'objectif de la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, notamment le domaine 2 « les méthodes et outils pour apprendre ». En classe de sixième, les 3 heures d'accompagnement personnalisé ont pour objectif de faciliter la transition entre l'école et le collège, en rendant explicites les attendus du travail scolaire dans les différentes disciplines enseignées au collège et en conduisant tous les élèves à les maîtriser. On cherchera notamment à faire acquérir plus explicitement les méthodes nécessaires aux apprentissages : en lien avec les attendus des différentes disciplines, apprendre une leçon, faire des révisions, comprendre et rédiger un texte écrit, effectuer une recherche documentaire, organiser son travail personnel, etc. Au cycle 4, les élèves bénéficient d'une heure à deux heures hebdomadaires d'accompagnement personnalisé. Il favorise, en classe de troisième, la construction de l'autonomie, dans la perspective de la poursuite d'études au lycée. Les élèves peuvent être regroupés en fonction de leurs besoins, au sein de groupes dont la composition peut varier durant l'année. "[17]

Cependant, la circulaire indique aussi que "Le conseil d'enseignement, qui réunit les professeurs d'une même discipline, réfléchit à la mise en œuvre du programme de cycle, aux besoins de mise en œuvre de l'accompagnement personnalisé dans la discipline et à l'inscription de la discipline dans les huit thématiques des enseignements pratiques interdisciplinaires."

Finalement, elle laisse le champ libre aux propositions des équipes, soumises au vote en conseil d'administration (CA) : [le conseil pédagogique] formule des propositions quant aux modalités de l'accompagnement personnalisé - soutien, approfondissement, méthodes de travail - et de regroupement des élèves, que le chef d'établissement soumet ensuite au conseil d'administration", "l'offre d'accompagnement personnalisé : les modalités de la participation des disciplines à l'accompagnement personnalisé" sera présentée au conseil d'administration.
d) Le dossier de presse collège : mieux apprendre pour mieux réussir [18], qui n'est pas un texte prescriptif non plus, présente très clairement l'Accompagnement Personnalisé comme un temps de travail sur les méthodes des différentes disciplines (page 13, un exemple de travail sur la méthode dans plusieurs matières, mis en œuvre par l'enseignant d'histoire-géographie).

La question n'est donc pas clairement réglée, alors que l'Accompagnement Personnalisé a bien lieu à la place des heures de cours de certaines matières."


Dernière édition par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:43, édité 1 fois

_________________
Bonne route !
avatar
Puck
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Puck le Dim 20 Déc 2015 - 10:43
À la réu avec les IPR de LC à Marseille, il a été dit et redit que l'AP était disciplinaire et que les LC avaient intérêt à s'en emparer. Il a été aussi souligné qu'il ne fallait surtout pas multiplier les intervenants. Lettres ou Maths ou Anglais et profs de la classe de préférence. Les IPR ont aussi beaucoup utilisé le terme "hors sol", ce doit être à la mode. 
Mais les CE vont faire ce qu'ils veulent et mettre les profs qu'ils veulent. De toute façon, la réforme n'est pas encore en place ...

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Dim 20 Déc 2015 - 10:45
@Elyas a écrit:Si on ne veut pas travailler ainsi, on ne prend pas l'AP.
Comme si la réforme était optionnelle !

En fait, on n'aura pas le choix. Le CdE  (via le CP) décidera quelle discipline a de l'AP à quel niveau, et si on est dans cette discipline et dans ce niveau là, on aura l'AP. Prétendre qu'on pourra ne pas prendre l'AP, c'est mensonger. On pourra dire qu'on n'en veut pas, mais après…


Dernière édition par ycombe le Dim 20 Déc 2015 - 12:35, édité 1 fois

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:47
Par ailleurs, je redis ce que j'ai dit page 1. Cet automne nos CDE ont eu droit à deux lectures de la part des Inspecteurs : AP méthodo et AP disciplinaire. Ils sont arrivés devant nous sans savoir quoi nous dire.
Le problème vient du Ministère, et cela me semble assez clair à la lecture des divers textes mis en lignes qui partent dans tous les sens.


Dernière édition par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:51, édité 1 fois

_________________
Bonne route !
avatar
Celeborn
Esprit sacré

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Celeborn le Dim 20 Déc 2015 - 10:51
Le souci est dans la conception de départ. À partir du moment où l'on met un "enseignement complémentaire" à l'intérieur des "enseignements obligatoires" mais pas à l'intérieur des "enseignements communs" (!) tout en disant qu'il est quand même commun dans ce qu'il traite, on comprendra que personne n'ait la même analyse du bouzin. C'est l'architecture de la réforme qui est complètement tordue. Et ensuite chacun d'entre nous essaie d'y "donner du sens", et a bien du mal…


_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:53
Oui, et les textes qui sont sortis petit à petit ainsi que les documents divers avec exemples et explications se contredisent eux-mêmes.
Alors, parler d'incompétence et de mauvaise fois pour Rabelais, c'est n'importe quoi, c'est une attaque gratuite et totalement injustifiée.

_________________
Bonne route !
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Dim 20 Déc 2015 - 10:57
Cripure a écrit:
Alea_m a écrit:Toutes les possibilités semblent admises... à condition que ça n'engage pas de moyens supplémentaires. Le choix est donc... restreint, dirons-nous, concernant la mise en place...
Pour le reste, je n'ai toujours rien compris. Comment ça, je ne fais pas non plus l'effort de comprendre ?

pourvu que j'aie ENFIN un poste en lycée, pourvu que j'aie enfin un poste en lycée, pourvu que....
L'AP de lycée est clairement non disciplinaire, non appuyé sur le programme et non structuré sur les divisions.
Willkommen cheers
Il y a des lycées qui font une AP disciplinaire, qui reprend le programme et qui se fait en classe avec le professeur de la discipline.

Ils ont probablement raison. Il suffit de voir que dans les modules proposés par le ministère pour l'AP, il y a des mythes pédagogiques dont on sait qu'ils sont complètement faux depuis des années. Mieux vaut faire du disciplinaire dont on maîtrise le contenu que ce genre de truc:
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Accompagnement_personnalise/97/3/LyceeGT_Ressource_AP_Developper-memoire-technique-memorisation_sequence1_215973.pdf
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Accompagnement_personnalise/97/5/LyceeGT_Ressource_AP_Developper-memoire-technique-memorisation_sequence2_215975.pdf



_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 10:59
Mais je suis d'accord pour dire "mieux vaut faire du disciplinaire".
En revanche, pas d'accord pour dire qu'on est incompétent ou de mauvaise fois si on n'a pas compris ce que le Ministère écrit, vu que lui-même il a du mal à se mettre d'accord avec lui-même.

_________________
Bonne route !
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 11:01
@laMiss a écrit:Oui, et les textes qui sont sortis petit à petit ainsi que les documents divers avec exemples et explications se contredisent eux-mêmes.
Alors, parler d'incompétence et de mauvaise fois pour Rabelais, c'est n'importe quoi, c'est une attaque gratuite et totalement injustifiée.

C'est beau de se défendre entre partisans idéologiques Rolling Eyes
lisette83
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par lisette83 le Dim 20 Déc 2015 - 11:02
@Norman Bates a écrit:
@Elyas a écrit:écrire que c'est comme l'AP lycée qui est non-disciplinaire et qui s'inscrit explicitement hors des programmes

Vous pourriez être indulgente : vous savez très bien d'où vient l'incompréhension (i.e. du détournement des heures d'A.P. lycée pour travailler la discipline afin de perdre moins d'heures disciplinaires).

@Elyas a écrit:Si on ne veut pas travailler ainsi, on ne prend pas l'AP. Point.

Sur ce point, je me permets de vous trouver bien simpliste. Je crains que beaucoup de collègues finissent par n'avoir pas le choix, ou alors un choix très orienté.
On prend l'AP et on fait ce qu'on veut et qui nous semble bon pour les élèves.
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 11:08
@Elyas a écrit:
@laMiss a écrit:Oui, et les textes qui sont sortis petit à petit ainsi que les documents divers avec exemples et explications se contredisent eux-mêmes.
Alors, parler d'incompétence et de mauvaise fois pour Rabelais, c'est n'importe quoi, c'est une attaque gratuite et totalement injustifiée.

C'est beau de se défendre entre partisans idéologiques Rolling Eyes

Alors
1) Tu ne me connais pas et si tu penses que je défends quelqu'un pour ce genre de raison, tu te trompes très lourdement.
Je défends Rabelais, car je crois que ton attaque est injuste, tant sur le fond que sur la forme.
J'ai bien lu tout ce qui concernait l'AP et te lire lui dire ceci me fait juste halluciner. J'aurais réagi de la même manière si quelqu'un d'autre avait mis ce que tu as mis, à ceci près que je trouve cela encore plus hallucinant sur la forme, de la part d'un modérateur, ça c'est certain.
2) Intéressant de noter que tu réagis en reprenant cette phrase et non en lisant attentivement les contradictions du Ministère. On est à la limite du troll. Mon point de vue est étayé, tout de même. Ton attaque est injustifiée, oui. J'ai expliqué pourquoi page 3.
3) Je vais donc te parler un langage que tu comprends : soit tu ne sais pas lire, soit tu es de mauvaise fois.
Ah, ça fait bien avancer les choses hein ?

Non mais sérieusement, Elyas :  le Ministère pédale, patauge et s'enlise dans la semoule avec l'AP. Je ne vois pas comment on peut ne pas le reconnaitre.
J'ai cité tout ce qu'il fallait citer à la page précédente, pour ceux que ça intéresse.

_________________
Bonne route !
avatar
leptiflo
Niveau 5

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par leptiflo le Dim 20 Déc 2015 - 11:13
Cela va être sympa de travailler les EPI avec des collègues incompétents ou ne sachant pas lire... cheers

_________________
:aaw:  "Tu es TZR, bah on t'as donné les pires classes"
lisette83
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par lisette83 le Dim 20 Déc 2015 - 11:16
Vous travaillerez votre EPI de votre côté et vos collègues de l'autre, c'est le mieux, je pense.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 11:19
@laMiss a écrit:
@Elyas a écrit:
@laMiss a écrit:Oui, et les textes qui sont sortis petit à petit ainsi que les documents divers avec exemples et explications se contredisent eux-mêmes.
Alors, parler d'incompétence et de mauvaise fois pour Rabelais, c'est n'importe quoi, c'est une attaque gratuite et totalement injustifiée.

C'est beau de se défendre entre partisans idéologiques Rolling Eyes

Alors
1) Tu ne me connais pas et si tu penses que je défends quelqu'un pour ce genre de raison, tu te trompes très lourdement.
Je défends Rabelais, car je crois que ton attaque est injuste, tant sur le fond que sur la forme.
J'ai bien lu tout ce qui concernait l'AP et te lire lui dire ceci me fait juste halluciner. J'aurais réagi de la même manière si quelqu'un d'autre avait mis ce que tu as mis, à ceci près que je trouve cela encore plus hallucinant sur la forme, de la part d'un modérateur, ça c'est certain.
2) Intéressant de noter que tu réagis en reprenant cette phrase et non en lisant attentivement les contradictions du Ministère. On est à la limite du troll. Mon point de vue est étayé, tout de même. Ton attaque est injustifiée, oui. J'ai expliqué pourquoi page 3.
3) Je vais donc te parler un langage que tu comprends : soit tu ne sais pas lire, soit tu es de mauvaise fois.
Ah, ça fait bien avancer les choses hein ?

Non mais sérieusement, Elyas :  le Ministère pédale, patauge et s'enlise dans la semoule avec l'AP. Je ne vois pas comment on peut ne pas le reconnaitre.
J'ai cité tout ce qu'il fallait citer à la page précédente, pour ceux que ça intéresse.

Je connais aussi bien les textes que toi et je rejoins Celeborn sur ce qu'il a écrit. Après, il est amusant de constater que sur néo, on peut démolir les propos des pro-réformes en les traitant de tous les noms mais dès qu'un anti-réforme fait preuve d'un cheminement de pensée abusif, on ne doit surtout pas le pointer du doigt.

Les textes offrent plusieurs interprétations et il se trouve, LaMiss, que dans notre Académie commune et dans pas mal d'autres, c'est l'interprétation que je donne qui est celle choisie et appliquée.
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par VanGogh59 le Dim 20 Déc 2015 - 11:20
Je crois que la pratique de l'AP du SNALC est la plus censée. Je refuse de me casser la tête pour un dispositif qui est appelé à disparaître... Si j'étudie un graphique avec les élèves, je noterais "AP" dans le cahier de textes. Point final. C'est comme ça qu'on tuera la réforme dans l'oeuf. Et puis ta remarque Elyas sur le fait qu'on puisse refuser de faire de l'AP est assez hallucinante surtout d'un point de vue d'un formateur : tu sais bien que si on nous impose des EPI ou de l'AP, on n'aura pas d'autre choix que de courber l'échine. C'est d'ailleurs en grande partie pour ça que cette réforme ne fonctionnera pas. Je fais partie de ceux (encore nombreux heureusement) qui refusent de se transformer en larbin de l'EN...

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
lisette83
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par lisette83 le Dim 20 Déc 2015 - 11:23
+1000.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 11:30
@VanGogh59 a écrit:Je crois que la pratique de l'AP du SNALC est la plus censée. Je refuse de me casser la tête pour un dispositif qui est appelé à disparaître... Si j'étudie un graphique avec les élèves, je noterais "AP" dans le cahier de textes. Point final. C'est comme ça qu'on tuera la réforme dans l'oeuf. Et puis ta remarque Elyas sur le fait qu'on puisse refuser de faire de l'AP est assez hallucinante surtout d'un point de vue d'un formateur : tu sais bien que si on nous impose des EPI ou de l'AP, on n'aura pas d'autre choix que de courber l'échine. C'est d'ailleurs en grande partie pour ça que cette réforme ne fonctionnera pas. Je fais partie de ceux (encore nombreux heureusement) qui refusent de se transformer en larbin de l'EN...

Merci de me lire correctement. Je n'ai jamais écrit le verbe refuser, j'ai écrit "on ne le prend pas" ce qui est tout de même différent mais j'aurais dû expliciter. Lors de la répartition de l'AP, on n'est pas obligé de se porter volontaire pour le prendre. C'était le sens de ma remarque et je suis certain que beaucoup de disciplines n'hésiteront pas à s'engager. En revanche, si personne ne veut de l'AP, le cde pourra l'imposer. De même, si la majorité des collègues d'une discipline veut prendre l'AP sur un niveau, le collègue s'il prend ce niveau sera obligé de facto de faire de l'AP. Cependant, libre au collègue de ne pas prendre les niveaux ou de tenter de ne pas les prendre lors de la répartition de service. C'était le sens de "on ne le prend pas". Je n'ai pas écrit "on le refuse".
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par laMiss le Dim 20 Déc 2015 - 11:32
@Elyas a écrit: Je connais aussi bien les textes que toi et je rejoins Celeborn sur ce qu'il a écrit.

Dans ce cas, tu pouvais reconnaitre, sur le fond, que le Ministère avait fait un Gloubi boulga pas possible et éviter de traiter d'incompétent la néo en question, non ?

@Elyas a écrit: Après, il est amusant de constater que sur néo, on peut démolir les propos des pro-réformes en les traitant de tous les noms mais dès qu'un anti-réforme fait preuve d'un cheminement de pensée abusif, on ne doit surtout pas le pointer du doigt.

Je n'ai jamais dit qu'on pouvait "démolir les propos des pro-réformes en les traitant de tous les noms mais dès qu'un anti-réforme fait preuve d'un cheminement de pensée abusif, on ne doit surtout pas le pointer du doigt".
Je te dis qu'en l’occurrence, sur le fond, ton attaque me semble injuste, et qu'en l'occurrence sur la forme, c'est nul aussi. Quand bien même tu aurais raison sur le fond (ce que je ne pense pas du tout, d'où ma réaction), cela ne justifie pas l'attaque en ces termes.
Par ailleurs, circonstance un peu aggravante et qui me fait bondir encore un peu plus : tu es modo !

@Elyas a écrit:  Les textes offrent plusieurs interprétations
Oui, les textes se contredisent.

@Elyas a écrit: et il se trouve, LaMiss, que dans notre Académie commune et dans pas mal d'autres, c'est l'interprétation que je donne qui est celle choisie et appliquée.

Dans la mienne, on a voulu nous faire appliquer l’interprétation méthodo générale et on est en train de revenir très timidement en arrière. Dans d'autres, on en est toujours à la méthodo générale. Connais-tu l'histoire de ces enseignants d'allemand à qui on a demandé de faire de l'AP allemand/espagnol en classe entière ?
Il faut arrêter de nier la réalité et de nier les problèmes qu'engendrent cette réforme. Et de grâce, ne viens pas m'avancer l'argument "ah ok tout va bien actuellement, sans réforme?" car je n'ai pas dit le contraire. Je dis simplement que cette réforme-là sur bien des points est plus que problématique, c'est même une hérésie.
Mais pour en revenir à ce point-là en particulier : l'AP a été mal défini et mal rédigé au fil des mois et il se passe n'importe quoi dans pas mal d'établissements. Malheureusement et contrairement à ce que tu as dit, on ne peut pas toujours choisir l'interprétation qui nous semble la plus judicieuse (AP disciplinaire en l'occurrence). Quand à ne pas prendre l'AP, tu dis bien toi même qu'au final, le CDE tranchera.

_________________
Bonne route !
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 11:40
@laMiss a écrit:

@Elyas a écrit: et il se trouve, LaMiss, que dans notre Académie commune et dans pas mal d'autres, c'est l'interprétation que je donne qui est celle choisie et appliquée.

Dans la mienne, on a voulu nous faire appliquer l’interprétation méthodo générale et on est en train de revenir très timidement en arrière. Dans d'autres, on en est toujours à la méthodo générale. Connais-tu l'histoire de ces enseignants d'allemand à qui on a demandé de faire de l'AP allemand/espagnol en classe entière ?
Il faut arrêter de nier la réalité et de nier les problèmes qu'engendrent cette réforme. Et de grâce, ne viens pas m'avancer l'argument "ah ok tout va bien actuellement, sans réforme?" car je n'ai pas dit le contraire. Je dis simplement que cette réforme-là sur bien des points est plus que problématique, c'est même une hérésie.
Mais pour en revenir à ce point-là en particulier : l'AP a été mal défini et mal rédigé au fil des mois et il se passe n'importe quoi dans pas mal d'établissements. Malheureusement et contrairement à ce que tu as dit, on ne peut pas toujours choisir l'interprétation qui nous semble la plus judicieuse (AP disciplinaire en l'occurrence). Quand à ne pas prendre l'AP, tu dis bien toi même qu'au final, le CDE tranchera.

Pour l'histoire de l'interprétation de l'AP dans notre Académie, je suis bien placé pour savoir ce qu'il s'est dit et se dit. En l'occurrence, tu as tort.
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par VanGogh59 le Dim 20 Déc 2015 - 11:42
@Elyas a écrit:
@VanGogh59 a écrit:Je crois que la pratique de l'AP du SNALC est la plus censée. Je refuse de me casser la tête pour un dispositif qui est appelé à disparaître... Si j'étudie un graphique avec les élèves, je noterais "AP" dans le cahier de textes. Point final. C'est comme ça qu'on tuera la réforme dans l'oeuf. Et puis ta remarque Elyas sur le fait qu'on puisse refuser de faire de l'AP est assez hallucinante surtout d'un point de vue d'un formateur : tu sais bien que si on nous impose des EPI ou de l'AP, on n'aura pas d'autre choix que de courber l'échine. C'est d'ailleurs en grande partie pour ça que cette réforme ne fonctionnera pas. Je fais partie de ceux (encore nombreux heureusement) qui refusent de se transformer en larbin de l'EN...

Merci de me lire correctement. Je n'ai jamais écrit  le verbe refuser, j'ai écrit "on ne le prend pas" ce qui est tout de même différent mais j'aurais dû expliciter. Lors de la répartition de l'AP, on n'est pas obligé de se porter volontaire pour le prendre. C'était le sens de ma remarque et je suis certain que beaucoup de disciplines n'hésiteront pas à s'engager. En revanche, si personne ne veut de l'AP, le cde pourra l'imposer. De même, si la majorité des collègues d'une discipline veut prendre l'AP sur un niveau, le collègue s'il prend ce niveau sera obligé de facto de faire de l'AP. Cependant, libre au collègue de ne pas prendre les niveaux ou de tenter de ne pas les prendre lors de la répartition de service. C'était le sens de "on ne le prend pas". Je n'ai pas écrit "on le refuse".

Ta nuance conduit de toute façon au même effet. Si on ne le prend pas ou si l'on refuse de le prendre. On peut nous imposer de le prendre. Et puis, cette vision de dire "on ne le prend pas", je la récuse. Car cela veut quand même sous entendre que nous avons le choix. Ce qui est faux. Sais-tu combien de collègues ont été menacés de CDS ou de fermeture de leur poste s'il refusait ne prenait pas de l'AP ou un EPI ?

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Dim 20 Déc 2015 - 11:45
@VanGogh59 a écrit:
@Elyas a écrit:
@VanGogh59 a écrit:Je crois que la pratique de l'AP du SNALC est la plus censée. Je refuse de me casser la tête pour un dispositif qui est appelé à disparaître... Si j'étudie un graphique avec les élèves, je noterais "AP" dans le cahier de textes. Point final. C'est comme ça qu'on tuera la réforme dans l'oeuf. Et puis ta remarque Elyas sur le fait qu'on puisse refuser de faire de l'AP est assez hallucinante surtout d'un point de vue d'un formateur : tu sais bien que si on nous impose des EPI ou de l'AP, on n'aura pas d'autre choix que de courber l'échine. C'est d'ailleurs en grande partie pour ça que cette réforme ne fonctionnera pas. Je fais partie de ceux (encore nombreux heureusement) qui refusent de se transformer en larbin de l'EN...

Merci de me lire correctement. Je n'ai jamais écrit  le verbe refuser, j'ai écrit "on ne le prend pas" ce qui est tout de même différent mais j'aurais dû expliciter. Lors de la répartition de l'AP, on n'est pas obligé de se porter volontaire pour le prendre. C'était le sens de ma remarque et je suis certain que beaucoup de disciplines n'hésiteront pas à s'engager. En revanche, si personne ne veut de l'AP, le cde pourra l'imposer. De même, si la majorité des collègues d'une discipline veut prendre l'AP sur un niveau, le collègue s'il prend ce niveau sera obligé de facto de faire de l'AP. Cependant, libre au collègue de ne pas prendre les niveaux ou de tenter de ne pas les prendre lors de la répartition de service. C'était le sens de "on ne le prend pas". Je n'ai pas écrit "on le refuse".

Ta nuance conduit de toute façon au même effet. Si on ne le prend pas ou si l'on refuse de le prendre. On peut nous imposer de le prendre. Et puis, cette vision de dire "on ne le prend pas", je la récuse. Car cela veut quand même sous entendre que nous avons le choix. Ce qui est faux. Sais-tu combien de collègues ont été menacés de CDS ou de fermeture de leur poste s'il refusait ne prenait pas de l'AP ou un EPI ?

Non, je ne le sais pas et je doute que toi aussi.
Contenu sponsorisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum