Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
doctor who
Vénérable

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par doctor who le Jeu 31 Déc 2015, 17:17
@coqenstock a écrit:
@doctor who a écrit:
@coqenstock a écrit:
@Anaxagore a écrit:

Voilà pourquoi il faut recruter les professeur à un haut niveau et respecter leur liberté pédagogique. On en vient au cœur du problème, pour lequel les bonnes questions ne sont toujours pas posées: les contenus. Débandade à la maternelle et au primaire. Débandade au collège.

Un bon contenu sans une didactique solide et une bonne pédagogie ne sert à rien.
Et inversement !

Après qu'appelle-t-on un "bon contenu" ? Un truc bien chargé, très beau sur le papier mais inaccessible aux élèves ? Quelque chose de totalement figé qui laisserait penser que tous les élèves apprennent tous de la même manière et au même rythme ?


Excuse-moi, coqenstock, mais ce post montre clairement que tu n'as pas suffisamment réfléchi au rôle du choix du contenu des programmes dans l'efficacité pédagogique.

Je peux avoir une note sur 20 ?

Je suis contre les notes, et particulièrement contre le monopole de la note sur 20, désolé.
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Presse-purée le Jeu 31 Déc 2015, 17:36
@coqenstock a écrit:
@Presse-purée a écrit:
@coqenstock a écrit:
Lisez donc le récent livre de Sylvie Jouan... instructif.

Je l'ai lu. C'est du rousseauisme. L'adulte est un monstre qui corrompt l'enfant en lui apportant des connaissances et la culture.

Tu as mal lu... c'est un rappel historique ce livre. Ca ne te plait peut être pas mais c'est assez factuel.

Mes excuses, j'ai mal formulé ma remarque. L'implicite qui se dégage de ce livre est du rousseauisme. On en revient donc au fond du débat: la volonté d'abattre le disciplinaire (et ce qui va avec, notamment la formation initiale); le syndicat le plus représentatif, qui tient à cette spécificité disciplinaire; et la volonté d'avoir le pouvoir sur les méthodes des collègues.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Presse-purée le Jeu 31 Déc 2015, 17:39
@doctor who a écrit:
@Presse-purée a écrit:
@coqenstock a écrit:
Lisez donc le récent livre de Sylvie Jouan... instructif.

Je l'ai lu. C'est du rousseauisme. L'adulte est un monstre qui corrompt l'enfant en lui apportant des connaissances et la culture.

T'es gentil, tu laisses Rousseau en dehors de tout ça ! ^^


Il ya une différence entre Rousseau et la lecture anti-intellectualiste qu'on en fait, qui est la plus répandue, et que j'appelle rousseauisme.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Jeu 31 Déc 2015, 17:45
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:
@coqenstock a écrit:Tant que le cours sera pensé de manière uniforme, le problème persistera. L'AP, s'il est bien pensé (tout à fait dans l'esprit de ce que décrit Elyas ou avec des approches types Freinet) alors ce sera une vraie chance.
L'AP décrit par Elyas est disciplinaire et en classe entière : il est faisable aujourd'hui. J'ai demandé ce que la réforme changeait sur ce point, je n'ai pas eu de réponses. Les enseignants qui veulent le mettre en place le font déjà. Ceux qui ne veulent pas ne le feront pas.


La réponse est simple : c'est très peu fait sur le terrain. Il y a donc une volonté de répandre ces méthodes.
Il n'y a qu'à lire ce que le ministère présente comme AP pour se rendre compte que l'objectif n'est pas de répandre ces méthodes, mais de se servir de l'étiquette pour faire passer la disparition des aides éducatives et du soutien. Si le ministère souhaitait répandre ces méthodes, il l'afficherait clairement dans les documents de formation. Ce n'est pas le cas.


_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
lisette83
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par lisette83 le Jeu 31 Déc 2015, 17:48
+1.
avatar
Olympias
Prophète

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Olympias le Jeu 31 Déc 2015, 17:51
Je vois difficilement un AP autre que disciplinaire. Au lycée tout ce qui n'est pas disciplinaire ne marche pas vraiment.
Mes collègues constatent que les enseignements d'exploration ne sont pas pris au sérieux par les élèves s'ils n'y a pas de note (alors qu'il ne faudrait pas mettre de notes !).
Pour un co-enseignement (littérature et société par exemple), il faut vraiment très bien s'entendre avec le/la collègue et vouloir œuvrer dans le même sens pour que cela fonctionne.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Jeu 31 Déc 2015, 18:18
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.
avatar
ycombe
Modérateur

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par ycombe le Jeu 31 Déc 2015, 18:25
@coqenstock a écrit:
@VanGogh59 a écrit:
@coqenstock a écrit:

Donc on fait le choix de sacrifier des élèves... Très bien.

.
Enfin une analyse pertinente de la réforme. Tu progresses ! Very Happy

Le sacrifice il est fait actuellement avec nos 20% d'élèves à la dérive.
47% en mathématiques. Et la réforme n'est pas de mature à y changer quoi que ce soit, puisqu'elle diminue les contenus des programmes (on a évalué à pratiquement un an les allègements sur la scolarité obligatoire lors des premiers projets de programme).


_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Jeu 31 Déc 2015, 18:29
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
BrindIf
Habitué du forum

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par BrindIf le Jeu 31 Déc 2015, 18:36
(En réponse à Elyas ci-dessus) La liberté pédagogique ne doit pas être une excuse pour ne pas se former ou se remettre en question ! Je suis bien d'accord là dessus. Ce que je pense (et il me semble que les études le confirment, mais c'est tu en as lues plus que moi), c'est qu'un enseignant qui utilise volontairement des méthodes moyennes est en général plus efficace qu'un enseignant qui utilise à contre-cœur des méthodes théoriquement meilleures.
Suis-je idéaliste si je pense qu'un PAF et des ressources bien faites, mettant en avant des arguments rationnels et non idéologiques, associé à une plus grande confiance laissée aux professeurs, permettrait bien plus ce travail en profondeur que tu évoques, qu'une réforme confuse et imposée ? (et ça aurait coûté moins cher).

La plupart de mes collègues sont curieux des pratiques autres que les leurs, et apprécient quand leurs élèves progressent ! Si des méthodes sont vraiment meilleures, ça doit pouvoir se montrer (pour les méthodes de lecture c'est le cas), et alors ces collègues s'y mettront, pas forcément très vite, mais mieux que si ces méthodes leur sont imposées. Si la différence entre différentes méthodes n'est pas si nette, alors je pense qu'on gagne à laisser plus de liberté, pour favoriser un climat de confiance : tant pis si on y perd un peu en théorie, parce qu'en pratique ce climat devrait être bénéfique aux élèves également.

Et bien d'accord avec Anaxagore ci-dessus, probablement parce qu'en mathématiques c'est criant, que les efforts des penseurs de l'Éduc Nat se concentrent sur les programmes !


Dernière édition par BrindIf le Jeu 31 Déc 2015, 18:38, édité 1 fois
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Jeu 31 Déc 2015, 18:37
Il faut faire attention lorsqu'on parle "méthodes" de lecture. Parce que précisément le problème est davantage une question de contenu. Les méthodes du GRIP de Catherine Huby et de Muriel Strupiechonski ne sont pas identiques dans leur approche.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Jeu 31 Déc 2015, 18:42
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

Tu re trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.
lisette83
Expert

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par lisette83 le Jeu 31 Déc 2015, 18:52
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.
C'est tout à votre honneur d'y croire. Rendez-vous dans 2 ans, je pense que le soufflé sera retombé.
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Jeu 31 Déc 2015, 19:04
Doublon.


Dernière édition par Anaxagore le Jeu 31 Déc 2015, 19:06, édité 1 fois

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Jeu 31 Déc 2015, 19:05
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

Tu te trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.

Non mais là sur ce coup mon message ne venait pas en opposition. Very Happy

Bon, allez bon apéro Elyas. santeverre

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Olympias
Prophète

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Olympias le Jeu 31 Déc 2015, 19:30
Je crois que nous voulons tous que nos élèves progressent.
Une trêve AP
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Ven 01 Jan 2016, 10:13
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@BrindIf a écrit:Hmmm le réveillon chez toi, Elyas nutella
Merci pour ta réponse.
Si j'ai bien compris ton discours, l'intérêt de la réforme est double : permettre de parler de pratiques différentes, et d'y former les professeurs. Même si c'est contreproductif en beaucoup d'endroits, à cause de la confusion chez certains formateurs, et de la force d'inertie (d'autant plus forte que l'on touche à la liberté pédagogique en incitant à changer les pratiques).

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

Tu te trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.

Par contre lorsque tu vas jusqu'à blâmer certains enseignants à propos de leurs "pratiques" je pense que tu mêles ce qui relève des savoir-faire et des connaissances faisant partie d'un cours et qui doit être enseigné impérativement, d'une manière ou d'une autre, et la manière de s'y prendre qui doit rester du domaine du professeur qui jugera ce qu'il estime bon à un moment donné.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Ruthven
Monarque

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Ruthven le Ven 01 Jan 2016, 10:26
Que l'AP soit sur le monde pour 2016...





pingouin pingouin pingouin
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Ven 01 Jan 2016, 10:46
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:

Soyons clairs ! Je ne pense pas qu'aucune réforme structurelle ne fonctionnera tant que les questions des pratiques, de la formation et des programmes ne seront réellement affrontées. De plus, nous sommes dans une époque rêvant d'autorité tout en voulant s'en affranchir. Enfin, notre temps ne pense qu'économie(s).

En conséquence, seul un travail en profondeur, lent mais affirmé, mais pas nécessairement visible, par petites touches en gros mais en continu, peut changer les choses. Pour la liberté pédagogique, si c'est une excuse pour continuer à pratiquer des méthodes qui conduisent des dizaines de milliers d'élèves dans le mur, ce n'est pas de la liberté, c'est autre chose (mettez le mot que vous voulez). Nous avons la liberté pédagogique mais nous avons aussi la mission d'enseigner et si dans notre liberté pédagogique, nous adoptons des modèles qui nuisent au but premier, transmettre, nous sommes en tort. Si au nom de la liberté pédagogique, un professeur de CP utilise une méthode qui aboutit à 20% de lecteurs, on est d'accord pour dire qu'il y a un problème.

Après, je pense que la richesse des pratiques efficaces et leur variété est un plus. La plus grande erreur serait la même pédagogie dans chaque discipline, à chaque heure de cours.

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

Tu te trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.

Par contre lorsque tu vas jusqu'à blâmer certains enseignants à propos de leurs "pratiques" je pense que tu mêles ce qui relève des savoir-faire et des connaissances faisant partie d'un cours et qui doit être enseigné impérativement, d'une manière ou d'une autre, et la manière de s'y prendre qui doit rester du domaine du professeur qui jugera ce qu'il estime bon à un moment donné.

Merci de penser pour moi mais non Wink

Bonne année 2016 !
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Ven 01 Jan 2016, 10:53
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:

Un champion des pratiques sans contenus bien pensés au cœur même des ses pratiques et en articulation avec ses choix de pratiques est un vendeur qui n'a rien à vendre, un Docteur Dulcamara, un amuseur public.

Tu te trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.

Par contre lorsque tu vas jusqu'à blâmer certains enseignants à propos de leurs "pratiques" je pense que tu mêles ce qui relève des savoir-faire et des connaissances faisant partie d'un cours et qui doit être enseigné impérativement, d'une manière ou d'une autre, et la manière de s'y prendre qui doit rester du domaine du professeur qui jugera ce qu'il estime bon à un moment donné.

Merci de penser pour moi mais non Wink

Bonne année 2016 !

Si tu estimes qu'en ce qui concerne les méthodes de lecture il faut bannir toute méthode analytique-synthétique au profit des méthodes purement synthétiques tu viens de passer plus "réac" que le GRIP. fleurs2 Excellente année à toi Elyas.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Elyas le Ven 01 Jan 2016, 11:04
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:

Tu te trompes d'adversaire si tu crois que le contenu n'a pas d'importance pour moi.

Par contre lorsque tu vas jusqu'à blâmer certains enseignants à propos de leurs "pratiques" je pense que tu mêles ce qui relève des savoir-faire et des connaissances faisant partie d'un cours et qui doit être enseigné impérativement, d'une manière ou d'une autre, et la manière de s'y prendre qui doit rester du domaine du professeur qui jugera ce qu'il estime bon à un moment donné.

Merci de penser pour moi mais non Wink

Bonne année 2016 !

Si tu estimes qu'en ce qui concerne les méthodes de lecture il faut bannir toute méthode analytique-synthétique au profit des méthodes purement synthétiques tu viens de passer plus "réac" que le GRIP.  fleurs2  Excellente année à toi Elyas.

Au risque d'étonner, pour moi, réac-tionnaire n'est pas nécessairement un défaut. On est tous un mélange de réaction et de progression. Ensuite, je ne trouve pas le GRIP réac et, pour avoir découvert les deux en même temps, je trouve que le GRIP et le CRAP ont de nombreux points de concordance et une base commune mais que ce qui les divise est curieux, parfois. Après tout, avec mon encouragement et ceux d'autres qui l'estiment fortement, Doctor Who a osé répondre à un appel à contributions des Cahiers pédagogiques et il a même été publié Wink
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Ven 01 Jan 2016, 11:05
@coqenstock a écrit:Qu'appelle-t-on un "bon contenu" ? Un truc bien chargé, très beau sur le papier mais inaccessible aux élèves ? Quelque chose de totalement figé qui laisserait penser que tous les élèves apprennent tous de la même manière et au même rythme ?
Nous attendons votre oracle Razz
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par User5899 le Ven 01 Jan 2016, 11:08
@coqenstock a écrit:On fait le choix de sacrifier des élèves... Très bien.
Oh non, ce n'est jamais aussi cynique, voyons. Certains élèves sont bien assez grands pour se sacrifier tout seuls, et à dire vrai, je ne vois pas en quoi je serais concerné (ni en quoi, d'ailleurs, la réforme en cours, ou la précédente, ou la suivante, changera la donne).

Elyas et Anax, j'ai déjà fait remarquer que les avions avancent, et vite, grâce à la réaction Razz
avatar
Anaxagore
Guide spirituel

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Anaxagore le Ven 01 Jan 2016, 11:31
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:
@Elyas a écrit:
@Anaxagore a écrit:

Par contre lorsque tu vas jusqu'à blâmer certains enseignants à propos de leurs "pratiques" je pense que tu mêles ce qui relève des savoir-faire et des connaissances faisant partie d'un cours et qui doit être enseigné impérativement, d'une manière ou d'une autre, et la manière de s'y prendre qui doit rester du domaine du professeur qui jugera ce qu'il estime bon à un moment donné.

Merci de penser pour moi mais non Wink

Bonne année 2016 !

Si tu estimes qu'en ce qui concerne les méthodes de lecture il faut bannir toute méthode analytique-synthétique au profit des méthodes purement synthétiques tu viens de passer plus "réac" que le GRIP.  fleurs2  Excellente année à toi Elyas.

Au risque d'étonner, pour moi, réac-tionnaire n'est pas nécessairement un défaut. On est tous un mélange de réaction et de progression. Ensuite, je ne trouve pas le GRIP réac et, pour avoir découvert les deux en même temps, je trouve que le GRIP et le CRAP ont de nombreux points de concordance et une base commune mais que ce qui les divise est curieux, parfois. Après tout, avec mon encouragement et ceux d'autres qui l'estiment fortement, Doctor Who a osé répondre à un appel à contributions des Cahiers pédagogiques et il a même été publié Wink

Si c'est pour finir par soutenir des "programmes" de français façon Zak' les points de concordance ne doivent pas se trouver sur des questions cruciales. Quel homme ce Doctor Who, c'est un commando para à lui tout seul.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"Woland fit un signe de la main, et Jérusalem s'éteignit."
avatar
Presse-purée
Grand sage

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Presse-purée le Ven 01 Jan 2016, 12:45
Quels programmes de français?

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
avatar
nesssnousss
Niveau 5

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par nesssnousss le Mer 06 Jan 2016, 06:18
Bonjour à tous,

Voici la réponse à tous ceux qui pensent que l'AP est disciplinaire.

Compte-rendu de l'atelier sur l'AP :

Présence d'une IPR Eco-Gestion, (elle nous avait déjà présenté la réforme avant les vacances)

Elle est spécialiste du Lycée et du post-bac. Elle est même chargée de remettre en ordre l'AP Lycée !

Clairement, selon "l'esprit de la réforme" l'AP n'est pas disciplinaire.

Exemple d'organisation pratique : (exemple pour 3 classes notées C1, C2, C3)

- 1h en barrette pour les 3 classes étiquetée AP sur l'edt (par exemple lundi de 10h à 11h)

- utilisation de 1h de marge

-Les profs qui ont ces classes lundi de 10h à 11h (exemple EPS, Maths, Fra et SVT en renfort) identifient les besoins des élèves et créent des groupes de besoin.
Par exemple :
   => "gestion du corps dans l'espace " animé par le prof d'EPS
   => "comprehension" par le prof de français
   => "resolution de problème" par les maths
   =>  " demarche experimentale" par le prof de svt

- repartir les élèves dans les 4 groupes :
Le prof de maths repère un élève qui a du mal en géometrie, avec l'utilisation du matériel (compas equerre..) qui ne différencie pas vertical horizontal... bref il a un problème avec l'espace=>on la place dans le groupe 1 en EPS où il va travailler une compétence utile au maths

Le prof d'EPS repere un élève qui n'arrive pas à calculer ses temps de passage, ses pulsations/min etc => on le place dans le groupe 3 avec le prof de maths

etc

- possibilité de changer la répartition an cours d'année suivant l'évolution des besoins

Voilà, la seule différence avec l'AP Lycée c'est qu'au Lycée il y a un horaire plancher disciplinaire alors qu'au collège, tous les choix se font au niveau local donc aucun horaire disciplinaire minimum n'est garanti

Heureusement que notre PA ne veut pas appliquer ce délire de pédagogisme et prévoit de dédoubler certaines heures par quinzaine. Ouf !

Elle s'en est pris plein la tête, elle continue d’affirmer que la reforme se fait "à moyens constants "parce que c'est écrit dans son diaporama ! j'ai repris le calcul avec elle et oh miracle ! 0.5h en moins (elle n'est pas venue pour rien, elle a appris quelque chose!) elle a reconnu ne pas savoir ce qui va se passera pour les segpa (et même ne pas savoir ce que c'est !) on sent bien que les formateurs sont de plus en plus fatigués et qu'ils se contentent de fonctionner...

Il faut continuer la lutte chevalier on va gagner !!! yesyes
Contenu sponsorisé

Re: L'AP, pour travailler nos programmes, ou pas ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum