La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Invité le Dim 20 Déc 2015 - 22:15

Bonsoir,

Je vois très peu de topic sur la matière arts plastiques. Je suis stagiaire cette année et j'aimerais obtenir quelques conseils de celles et ceux qui ont eu un jour les mêmes interrogations que moi.

1) Pour commencer, j'ai passé le capes en arts plastiques mais je commence parfois à regretter mon choix. Je suis dans un collège relativement calme, mais certaines classes sont parfois vraiment chiantes. Je me dis que si j'avais passé le concours dans une autre matière comme j'en avais la possibilité (lettre ou langue vivante) j'aurais sans doute des élèves plus calmes puisque les enjeux seraient plus grands à leurs yeux.
J'ai du mal à accepter que le boulot de prof soit devenu à 70 % celui d'éduquer et seulement 30 % celui d'instruire. Je ne suis pas du tout passionnée par l'éducation. Mais par contre, je suis passionnée par ma matière. Mais cela fait-il de nous un mauvais prof quand on ne se voit pas comme un "animateur" ou un "éducateur" ?

2) L'autre truc embêtant, c'est que je trouve déjà que faire de la gestion de classe c'est chronophage, mais en plus il faut dans ma matière gérer tout l'aspect "logistique" (vérifier que les tables soient propres, vérifier les lavabos, enjoindre les élèves à respecter le matériel, etc...). Au final, plus que prof, j'ai l'impression d'être simplement une pourvoyeuse de matériaux et d'être un petit flic qui cherche à obtenir le silence et des tables propres (que je n'obtiens pas totalement).

3) Encore au niveau du ménage, il est devenu presque normal (je l'ai bien intégré) que le prof donne un petit coup de propre dans sa salle après une journée de travail. Or, personnellement je le fais par devoir et obligation, mais ça m'embête vraiment car je n'ai pas fait des études et mon maximum pour me sortir de ma condition sociale pour devoir passer la serpillière chaque soir. Il y a des gens payés pour ça dont c'est le métier. Récemment, je me suis laissée déborder car j'avais deux conseils de classe à la suite (de 17h à 20h) et je n'ai pas pu nettoyer ma salle. On m'a fait comprendre que ce n'était pas bien et que les agents en ont marre de nettoyer les salles du collèges...
Du coup, quand je vois les profs de français partir de leur salle dès le tintement de la sonnerie et que moi je reste chaque soir entre 30 min et 1 heure pour ranger ma salle, j'enrage un peu...


Dernière édition par novabulma le Dim 20 Déc 2015 - 23:05, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par moonie le Dim 20 Déc 2015 - 22:23


C'est le fait d'être stagiaire qui complique les choses. Nous sommes en probation et donc en butte à toutes les remarques.On nous assomme d'injonctions tonitruantes. Je m'en suis plaint dans un poste déjà. La gestion de classe est devenue le crédo de titularisation. Si on l'âme d'un flic et de l'autorité naturelle, il va de soi que la classe se tient à carreau. Dans le cas contraire, on est assis sur une branche et on risque d'être renouvelé ou viré.

moonie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Lou-Anne le Dim 20 Déc 2015 - 22:30

Je ne comprends pas bien l'utilité de ton topic.
Il me semble que le rangement de la salle fait partie du métier de professeur d'arts plastiques.
Par ailleurs, le professeur de français n'aura certes pas ce problème mais passera des heures sur la correction de copies. Chaque discipline a ses avantages et ses inconvénients et il faut les accepter.

Lou-Anne
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Invité le Dim 20 Déc 2015 - 22:42

@Lou-Anne a écrit:Je ne comprends pas bien l'utilité de ton topic.
Il me semble que le rangement de la salle fait partie du métier de professeur d'arts plastiques.

Ah bon ? Il y a des textes qui le stipulent ?

@Lou-Anne a écrit:Par ailleurs, le professeur de français n'aura certes pas ce problème mais passera des heures sur la correction de copies. Chaque discipline a ses avantages et ses inconvénients et il faut les accepter.
Et nous, on ne corrige rien ? Ah oui, c'est vrai, on fait juste mumuse mais on ne corrige pas des vraies copies.

@moonie a écrit:
C'est le fait d'être stagiaire qui complique les choses. Nous sommes en probation et donc en butte à toutes les remarques.On nous assomme d'injonctions tonitruantes. Je m'en suis plaint dans un poste déjà. La gestion de classe est devenue le crédo de titularisation. Si on  l'âme d'un flic et de l'autorité naturelle, il va de soi que la classe se tient à carreau. Dans le cas contraire, on est assis sur une branche et on risque d'être renouvelé ou viré.

Je pense tout à faire comme toi. Je vais devoir prendre mon mal en patience.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Lou-Anne le Dim 20 Déc 2015 - 22:52

Alors, je t'arrête tout de suite. Je n'ai jamais dit que les professeurs d'arts plastiques n'avaient pas de "vraies copies" à corriger. J'ai dit que les professeurs de français avaient beaucoup plus de travail en terme de correction de copies et cela personne ne pourra le nier.
C'est la vérité et inutile de te vexer.

Tu sais les professeurs de physique-chimie doivent s'occuper du labo, les professeurs d'EPS s'occuper du gymnase ... et le professeur de musique de sa salle / de ses instruments.

Lou-Anne
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Invité le Dim 20 Déc 2015 - 23:03

Tu sembles très agressive et pétrie de certitudes avec ton argument d'autorité ("cela personne ne pourra le nier. C'est la vérité et inutile de te vexer.").
Pour ma gouverne, quelle matière enseignes-tu ?
Je corrige des interrogations écrites en histoire des arts et je vais bien plus vite car il y a moins de subjectivité dans mon barème. Du coup, je me permets même le luxe de corriger les fautes de grammaire, d'orthographe et de syntaxe des élèves. Il faut apprendre à revoir tes certitudes...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Lou-Anne le Dim 20 Déc 2015 - 23:14

Soit, tant mieux pour toi.
Je ne te demande de me rendre des comptes.
Passe autant de temps sur tes copies que tu veux, tu n'obtiendras pas plus de reconnaissance ou de légitimité.

Tu souhaites apparemment affirmer qu'un professeur d'arts plastiques a autant de travail de correction qu'un professeur de français, je laisse mes collègues concernés te répondre.

Bonne continuation.
+++



Lou-Anne
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Fesseur Pro le Dim 20 Déc 2015 - 23:19

Lou-Anne enseigne l'Allemand.
C'est écrit dans son profil contrairement à toi. Wink
Et je suis d'accord avec elle quand elle dit que chaque matière a ses avantages et inconvénients et que les collègues de Français ont davantage de travail de correction que les autres matières.
Et cela, personne ne pourra le nier. Razz

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par pasteque le Dim 20 Déc 2015 - 23:30

Je suis d'accord sur le fait que nous avons énormément de gestion matérielle, il y a des heures de labos dans certaines disciplines mais pas en arts plastiques...
Pour ce qui est du ménage, je pense que tu te fais avoir! Bien sur qu'il faut faire attention, mais tu fais nettoyer les élèves: Ils nettoient la table et passent un coup de balai, le reste c'est le boulot des agents!!! Dans tous les collèges que j'ai fait, les agents avaient plus de temps pour la salle d'arts.
Pour les corrections, le problème majeur est le nombre d'élèves, quand tu as 600 élèves que tu notes tous les 15 jours, c'est beaucoup, mais c'est le jeu!
On a quand même beaucoup d'avantages dans notre matière. Tu dis que tu passes ton temps à les faire taire, c'est pas forcément utile, qu'ils fassent du bruit pendant le boulot on s'en balance, déjà tu passeras des meilleurs moments

pasteque
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Dimka le Dim 20 Déc 2015 - 23:52

@Lou-Anne a écrit:Je ne comprends pas bien l'utilité de ton topic.
Je ne comprends pas bien l’utilité de ta réponse. Rolling Eyes
novabulma a écrit:Encore au niveau du ménage, il est devenu presque normal (je l'ai bien intégré) que le prof donne un petit coup de propre dans sa salle après une journée de travail. Or, personnellement je le fais par devoir et obligation, mais ça m'embête vraiment car je n'ai pas fait des études et mon maximum pour me sortir de ma condition sociale pour devoir passer la serpillière chaque soir.
Qu’entends-tu par « donner un petit coup de propre » ? À la limite, un petit coup de balai, pas à chaque fois, mais quand il y a des déchets par terre, pourquoi pas. Mais passer la serpillère ? Suspect Quand on te dit qu’on te fait des reproches… qui ça, « on » ? En tant que stagiaire, il y a ton tuteur, ton chef d’établissement, et basta. Si eux ne te disent rien, à mon avis tu peux lâcher l’affaire (pas forcément d’un coup, mais progressivement… fixe-toi un objectif : pas plus de trente minutes, puis pas plus de vingt, pas plus de dix…). Tant que ta salle, ce n’est pas Bagdad…

Pour le reste, je crains que les arts plastiques soient assez déconsidérés (comme la musique et le sport), autant s’y faire et le prendre avec humour, sinon c’est un coup à finir aigri (quand j’étais prof, il y avait un prof de sport très aigri qui passait son temps à mettre sa discipline en valeur… sur le fond, je pense qu’il avait raison, mais avoir raison ne rend pas nécessairement heureux, ni apprécié par les autres). L’avantage, c’est aussi que ça te donne une certaine marge de manœuvre et de tranquillité (pas comme en histoire où on attend de toi que tu sauves la France, la République et la moralité de la jeunesse, et où les programmes font l’objet de débats médiatiques et idéologiques réguliers, ce qui est aussi un peu lourd, à la longue).

_________________
Tentez de gagner des livresRazz

pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!

Dimka
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par eleonore69 le Dim 20 Déc 2015 - 23:54

novabulma a écrit:Bonsoir,

Je vois très peu de topic sur la matière arts plastiques. Je suis stagiaire cette année et j'aimerais obtenir quelques conseils de celles et ceux qui ont eu un jour les mêmes interrogations que moi.

1) Pour commencer, j'ai passé le capes en arts plastiques mais je commence parfois à regretter mon choix. Je suis dans un collège relativement calme, mais certaines classes sont parfois vraiment chiantes. Je me dis que si j'avais passé le concours dans une autre matière comme j'en avais la possibilité (lettre ou langue vivante) j'aurais sans doute des élèves plus calmes puisque les enjeux seraient plus grands à leurs yeux.
J'ai du mal à accepter que le boulot de prof soit devenu à 70 % celui d'éduquer et seulement 30 % celui d'instruire. Je ne suis pas du tout passionnée par l'éducation. Mais par contre, je suis passionnée par ma matière. Mais cela fait-il de nous un mauvais prof quand on ne se voit pas comme un "animateur" ou un "éducateur" ?

2) L'autre truc embêtant, c'est que je trouve déjà que faire de la gestion de classe c'est chronophage, mais en plus il faut dans ma matière gérer tout l'aspect "logistique" (vérifier que les tables soient propres, vérifier les lavabos, enjoindre les élèves à respecter le matériel, etc...). Au final, plus que prof, j'ai l'impression d'être simplement une pourvoyeuse de matériaux et d'être un petit flic qui cherche à obtenir le silence et des tables propres (que je n'obtiens pas totalement).

3) Encore au niveau du ménage, il est devenu presque normal (je l'ai bien intégré) que le prof donne un petit coup de propre dans sa salle après une journée de travail. Or, personnellement je le fais par devoir et obligation, mais ça m'embête vraiment car je n'ai pas fait des études et mon maximum pour me sortir de ma condition sociale pour devoir passer la serpillière chaque soir. Il y a des gens payés pour ça dont c'est le métier. Récemment, je me suis laissée déborder car j'avais deux conseils de classe à la suite (de 17h à 20h) et je n'ai pas pu nettoyer ma salle. On m'a fait comprendre que ce n'était pas bien et que les agents en ont marre de nettoyer les salles du collèges...
Du coup, quand je vois les profs de français partir de leur salle dès le tintement de la sonnerie et que moi je reste chaque soir entre 30 min et 1 heure pour ranger ma salle, j'enrage un peu...

Je ne suis pas prof d'arts plastique mais j'ai une amie dans cette matière. son expérience : après avoir connu le collège ZEp où les conditions de travail sont terribles (le cours sans doute le plus difficile avec la musique..) , elle est maintenant dans un collège rural et est assez contente... A propos du ménage : dans son 1ère établissement, elle se faisait (on peut le dire !) carrément harceler par certains femmes de ménage.. En gros il aurait fallu qu'elle fasse uniquement des travaux aux crayons pour ne pas salir.. mais surtout pas de peinture ou encre de chine !!

eleonore69
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par mistinguette le Lun 21 Déc 2015 - 0:01

En Spc les très rare fois ou je manipule pas, je suis tout ebahie de sortir à la sonnerie, d'etre entrée dans la salle sans autre préparation que celle de cours et pendant 30s je me dis ça doit etre cool d'etre prof de math ( oui, j'ai hésité avec les cousins) puis après je me reprends en disant que ce que j'aime, c'est ma discipline, que je m’ennuierai sans mes satanés manip, et que cette heure "sans expériences", c'était moins drôle que d'habitude. Bref, certains inconvénients viennent des avantages de la discipline
Pour le ménage, autant je m’efforce de laisser la salle propre ( je flique les papiers, je ramasse rapidos s'il y a de la casse) mais je laisse la saleté "normale" d'une journée de classe. Je fais mon métier, les agents le leur.

_________________
.'..Texte sur les l'oies' commentaires du prof hg que j’adorais sur ma copie de 6e : loi/ l'oie Vous en êtes une!. J'ai évolué depuis mais mon complexe orthographique m'accompagnera toujours. Il semble qu'aujourd’hui on parle de dyslexie pour l'étourdie éternelle que j'étais...alors si c'est la science des ânes, merci de pas charger la mule.

mistinguette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Lun 21 Déc 2015 - 0:58

Je ne trouve pas que cette matière soit si peu essentielle que ça...étant donné que nous sommes entourés d'images, il faut bien apprendre à les lire tout comme on apprend une langue.

Je trouve aussi qu'il est plus facile de corriger une copie d'hida qu'un dessin qu'il faut observer, analyser...mais bon, ce n'est pas le temps que l'on passe qui compte, c'est le plaisir de voir une bonne idée, le moment où l'on se rend compte que l'élève a avancé.
Ensuite, il faut comme dit plus haut faire attention au matériel: faire tout ranger, un élève passe avec la poubelle, un autre peut aussi passer le balai. L'idéal est de tout faire ranger avant la sonnerie et passer quelques images au projecteur quand tout est propre.
Pour les élèves qui veulent mettre le bazar, c'est très facile! et il faut donc être constamment vigilant.C'est aussi pour cela que nous avons peu d'heures: elles sont très denses.

J'ai fait d'autres boulots et franchement, je n'étais pas aussi lessivée qu'après quelques heures de cours.

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par KrilinXV3 le Lun 21 Déc 2015 - 1:09

Quand je partait avec ma cinquantaine de DNB blancs ou de devoirs communs de 4e à chaque vacances, je me disais que j'avais bien mal choisi ma matière. Et je maudissais les profs d'arts plastiques et de musique qui avaient proposé en réunion projet d'établissement que les élèves passent 1 devoir commun par trimestre dans les 3 matières du brevet, de la 6e à la 4e. Bon depuis on a fait annulé ça et on a plus que les DNB blancs (2 par an, c'est obligatoire dans l'éducation nationale prioritaire).

On devrait éviter de focaliser sur ce qu'on estime être les avantages des autres disciplines, c'est assez peu constructif, et c'est en train de causer notre perte à tous.

Ah, et je suis prof d'histoire, et je balaye ma salle au moins une fois par jour.


Dernière édition par arth75 le Lun 21 Déc 2015 - 11:36, édité 1 fois

_________________
Asinus asinum fricat

KrilinXV3
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par littleJulie le Lun 21 Déc 2015 - 9:51

@mistinguette a écrit:En Spc les très rare fois ou je manipule pas, je suis tout ebahie de sortir à la sonnerie, d'etre entrée dans la salle sans autre préparation que celle de cours et pendant 30s je me dis ça doit etre cool d'etre prof de math ( oui, j'ai hésité avec les cousins) puis après je me reprends en disant que ce que j'aime, c'est ma discipline, que je m’ennuierai sans mes satanés manip, et que cette heure "sans expériences", c'était moins drôle que d'habitude. Bref, certains inconvénients viennent des avantages de la discipline
Pour le ménage, autant je m’efforce de laisser la salle propre ( je flique les papiers, je ramasse rapidos s'il y a de la casse) mais je laisse la saleté "normale" d'une journée de classe. Je fais mon métier, les agents le leur.

Même chose pour moi : la sortie et le rangement du matériel en fonction des séances peuvent prendre un temps considérable, il est fréquent que je ne fasse pas de pause à la récré, et quand je sors du collège le soir, il n'y a souvent plus que les agents dans les couloirs.
Je surveille l'état des tables, pas question de laisser une table souillée par des produits chimiques.

Il m'arrive de passer un coup de balai, quand ce sont mes propres expériences qui sont à l'origine des saletés, mais la saleté "ordinaire", c'est aux agents de s'en occuper : chacun son travail.

littleJulie
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Invité le Lun 21 Déc 2015 - 10:20

Je voudrais dire merci aux personnes qui ont répondu gentiment et sans agressivité. Ça fait bizarre de commencer dans ce métier et de se prendre des phrases cinglantes dans le visage comme si c'était des vérités générales.

Pour ce qui est de la rapidité de correction des copies, je ne pense pas qu'on puisse dire que telle ou telle matière se corrige plus vite que d'autre. Ça dépend du prof, ça dépend de sa manière de faire, ça dépend de ce qu'il évalue. Personnellement, j'ai décidé de noter chaque travail rendu, de noter la participation orale à chaque cours, et de demander régulièrement des travaux écrits (des questionnaires, des analyses d’œuvres, etc...). Du coup, ça m'en fait des corrections. Et je persiste à dire que me concernant (mais peut-être est-ce différent pour les autres) je mets largement plus de temps à corriger un travail plastique qu'un travail écrit.

Pour ce qui est du ménage, c'est ma collègue d'arts plastiques qui m'a dit que les agents d'entretien en avaient ras le bol de nettoyer cette salle. Pourtant chaque soir, je passe le balai, j'aère la salle, je range ce qui traîne, mais je ne fais sans doute pas assez. Pourtant je reste au moins 30 min (voire 1h) à remettre tout en ordre. J'ai trouvé leur ras le bol choquant. C'est tout de même un endroit où on manipule de la peinture, de l'encre, du fusain, etc...
De plus, les agents veulent qu'on laisse la salle propre mais personne ne nous fournit de produits nettoyants et de chiffons. Je suis censée nettoyer avec mes habits ?

Au niveau "logistique", j'ai tellement à faire avec le rangement des travaux des élèves que depuis le début de l'année je n'ai jamais pu profiter des récréations.

Voilà, j'attends des petits conseils. Mais pas les jugements hâtifs d'une prof d'allemand !



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Himpy le Lun 21 Déc 2015 - 10:28

Néo-tit cette année, et en REP l'année dernière je comprend tout à fait tes questions !
Sans avoir de réponses, j'ai quelques pistes et expérimentations à mon actif ! Wink

Pour commencer, c'est une question d'habitudes, quand les élèves seront habitués à tes rituels cela se passera beaucoup mieux, mais c'est long à mettre en place.
Je pense que le mieux est de le faire ranger avant la sonnerie, bien avant, parce que dès que ça sonne ou 3 min avant, ils ont les yeux rivés sur l'heure et pas la peine de penser les faire laver quoi que ce soit.
Donc ils rangent, lavent 10 - 15 - 20 minutes avant la sonnerie, selon ce que tu veux faire par la suite. Le plus dur étant de leur faire intégrer que ranger n'est pas égal à : "ça va sonner" donc : "je range toutes mes affaires, je mets mon blouson et mon sac sur le dos...

Bref, après avoir rangé le matériel d'arts plastiques tu les fait s'assoir à leur place avec cahier et trousse et là, soit tu verbalises sur les travaux en cours, soit tu lances vidéoproj avec images (ou les deux, rien n'est impossible) comme ça tu as du calme avant de sortir.
Pour s'assurer que cela soit propre tu leur dis que tu ne les feras sortir que lorsque tout sera propre. Donc tu les fais sortir rangées par rangées ou ilots par ilots uniquement quand c'est propre (c'est à dire en passant à côté et vérifiant les tables et le sol), et ceux qui ont rangé vite et dans le calme en premier.
Pour le coup tu peux les responsabiliser et leur dire qu'ils sont solidaires de la rangée ou de l'ilot, donc peu importe que "c'est machin qui en a mis sur la table" etc etc....
Si vraiment tu es prise par le temps, tu les fait ranger, s'assoir, et sortir groupe par groupe en vérifiant tables et sols, sans verbaliser.
Une fois qu'ils auront intégré ce fonctionnement, ce sera un automatisme et ça ira bien mieux.

Le plus dur étant, pour moi, d'ajouter à cela la gestion du nettoyage du matériel de peinture, pour que cela ne soit pas la piscine aux lavabos, et surtout que cela soit bien fait. Dans la mesure du possible les envoyer par groupe mais c'est dur de tout gérer à la fois, je n'y arrive pas encore.
Je sais que certains collègues désignent (par semaine) des responsables vaisselle / cahier / matériel / poubelle... mais je trouve cela très contraignant, ce qui veut dire des listes par classe, des roulements... bref... et qu'au final les élèves ne sont pas responsables de leur propres déchets.

Et malgré tout cela, je passe encore le balais (et parfois à la vaisselle) le soir.
Parfois j'essaye de le faire pendant les moments où les élèves travaillent.

Je sais aussi que la peinture est LE truc qu'ils adorent faire, dans je m'en sers comme carotte : la semaine dernière vous avez été intenables, vous n'avez pas rangé correctement, donc plus de peinture jusqu'à ce que cela s'améliore.
Mais je ne fais de la peinture qu'avec les classes avec lesquelles c'est possible de le faire.
Parfois, quand il y a certains élèves "énergiques", qui ont du mal à s'appliquer et qui, évidemment, finissent tout très vite, je les fais passer avec la poubelle, balayer, distribuer / ranger le matos...

Évidemment tout ça c'est sur papier, dans le meilleur des mondes mais à force, ça finit par marcher ! topela

En tout cas cela fait plaisir un topic sur les Arts Plastiques ! cheers

Himpy
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Himpy le Lun 21 Déc 2015 - 10:33

Ah ! Et j'ajoute que lorsque les élèves disent : il y a des femmes de ménage pour ça, je réponds qu'elles sont là pour nettoyer les saletés normales d'une journée de classe mais en aucun cas leurs saletés, et moi non plus d'ailleurs !

Sinon je n'ai pas eu de problèmes avec les agents d'entretien l'année dernière donc.... heu
Mais mon collègue oui car les élèves avaient mis de la peinture partout (sur le sol, dans la poubelles, sur les murs....) ce qui confirme ce que je disais plus haut sur la peinture ! Wink
Par contre souvent je faisais balayer les élèves et mettre les saletés en tas dans un coin.
Et je m'excusais auprès des agents pour le bazar et ils m'ont toujours répondu : "c'est normal, c'est notre boulot, et puis l'art plastique on comprend que cela soit plus sale".

Himpy
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Celeborn le Lun 21 Déc 2015 - 10:34

arth75 a écrit:et on a plus que les DNB blancs (2 par an, c'est obligatoire dans l'éducation nationale).

Ça n'a strictement rien d'obligatoire. À moins que tu aies un texte à me montrer sur ce point.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Panta Rhei le Lun 21 Déc 2015 - 10:50

Chez nous, les agents sont de véritables perles. Très gentils et surtout terriblement consciencieux.

A titre personnel, j'aime bien arriver tôt au collège (8 heures pour un début à 8h30) donc quand j'arrive, ils sont encore à la tâche dans les couloirs et les salles.

Cela me fait de la peine (pour eux) de constater que 2 heures après les couloirs sont jonchés de papiers, boulettes etc!

En ce moment, c'est la mode des petits élastiques! Et puis les gamins jettent plein de choses dès que l'on a le dos tourné! (Et pourtant, je suis dans un "bon" collège). Aussi, à la fin de mon service, quand je constate que ma salle est sale, je prends 5 à 10 minutes pour balayer

(cela me détend! Alors que c'est une corvée chez moi!! J'aime bien ce moment devenu le rituel signifiant la fin de la journée. Je me concentre sur une tâche simple que je mène à bien et je vois tous ces détritus se collecter...)

et puis ensuite repositionner les tables comme je veux qu'elles soient.

J'ai aussi acheté du lave-vitre pour laver les tables qui seraient souillées.

Je le fais par respect pour leur travail et aussi parce que je n'ai pas la possibilité d'arrêter mon cours au minimum 5 minutes avant la sonnerie pour tout vérifier, le sol et les tables. Je le fais quelquefois mais c'est rare.

Je le fais parce que j'ai la chance d'avoir "MA" salle. Et c'est accessoire, mais quand j'arrive un matin et que je vois qu'un collègue l'a utilisée et que c'est Bagdad, j'ai des envie de Zorcharte!! (et indirectement, je me dis que les agents doivent ressentir la même chose)

Accessoirement, quand je discute avec eux, ils me disent qu'ils savent bien quelles salles sont Bagdad & co! Et que pour la direction, ce peut être un indicateur.

D'ailleurs quand j'ai commencé dans ce collège, la première année fut atroce; j'étais bordélisé dans presque toutes mes classes (bon, je n'avais que les C & les D, que LV2 ESP, pas de latin, pas d'ALD LV1, pas d'euro....). J'étais jeune et con, inconscient de tout ça et bien au moment de la note administrative, j'ai en pris plein la figure...

_________________
'Don't you find yourself getting bored?' she asked of her sister. 'Don't you find, that things fail to materialise? NOTHING MATERIALISES! Everything withers in the bud.'

'What withers in the bud?' asked Ursula.

'Oh, everything—oneself—things in general.'


First Page of Women in Love, D. H. Lawrence


Panta Rhei
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Panta Rhei le Lun 21 Déc 2015 - 10:53

* message envoyé en double, j'édite.


Dernière édition par Panta Rhei le Lun 21 Déc 2015 - 10:58, édité 1 fois

_________________
'Don't you find yourself getting bored?' she asked of her sister. 'Don't you find, that things fail to materialise? NOTHING MATERIALISES! Everything withers in the bud.'

'What withers in the bud?' asked Ursula.

'Oh, everything—oneself—things in general.'


First Page of Women in Love, D. H. Lawrence


Panta Rhei
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par ylm le Lun 21 Déc 2015 - 10:56

@Dimka a écrit:Pour le reste, je crains que les arts plastiques soient assez déconsidérés (comme la musique et le sport)
Je n'ai jamais compris cette remarque concernant l'EPS: c'est la discipline qui coûte le plus cher au collège (et de loin), c'est une des disciplines que les élèves ont le plus à leur emploi du temps, j'ai toujours vu en conseil de classe que le point de vue du professeur d'EPS était très important (parce qu'il voit l'élève différemment) et les professeurs d'EPS, dans tous les collèges où je suis passé, avaient les meilleurs emplois du temps vu qu'ils les font eux-mêmes pour des questions de disponibilité des équipements. Discipline déconsidérée par les parents peut-être, mais pas par l'institution.

Fin du HS.

ylm
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par KrilinXV3 le Lun 21 Déc 2015 - 11:35

@Celeborn a écrit:
arth75 a écrit:et on a plus que les DNB blancs (2 par an, c'est obligatoire dans l'éducation nationale).

Ça n'a strictement rien d'obligatoire. À moins que tu aies un texte à me montrer sur ce point.

J'ai dit nationale, pardon, je voulais dire "éducation prioritaire".

_________________
Asinus asinum fricat

KrilinXV3
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par So Vox le Lun 21 Déc 2015 - 12:15

@ylm a écrit:
@Dimka a écrit:Pour le reste, je crains que les arts plastiques soient assez déconsidérés (comme la musique et le sport)
Je n'ai jamais compris cette remarque concernant l'EPS: c'est la discipline qui coûte le plus cher au collège (et de loin), c'est une des disciplines que les élèves ont le plus à leur emploi du temps, j'ai toujours vu en conseil de classe que le point de vue du professeur d'EPS était très important (parce qu'il voit l'élève différemment) et les professeurs d'EPS, dans tous les collèges où je suis passé, avaient les meilleurs emplois du temps vu qu'ils les font eux-mêmes pour des questions de disponibilité des équipements. Discipline déconsidérée par les parents peut-être, mais pas par l'institution.

Fin du HS.

et pourtant...c'est aussi la seule discipline dont on peut se faire "dispenser"... avec parfois des demandes expresses des familles auprès de leur médecin (certificat de complaisance).
Si ça ce n'est pas de la déconsidération... qui se rajoute aux remarques des Gestionnaires dès qu'on vient leur demander un truc (pas du niveau d'un TBI ou projecteur hein... quant à l'ordi qui équipe notre petite salle, il est en option en EPS... ce qui n'empêche pas les salles des autres collègues d'être parfaitement équipées...)

Par contre, vous indiquez que c'est la discipline qui coûte le plus cher : vous avez des chiffres à avancer par exemple ? parce que je dois dire que je n'en suis pas aussi sûre, mais je peux me tromper.
Chez nous, il est vrai que nous tournons à 800 à 1000 euros / an de matos (en râlant) + transports pour la piscine pour 5 classes (ou à pieds si le temps de déplacement le permet), la voile pour 5 classes (CG)

Enfin, encore heureux que nous fassions nos EDT (attention, ce qui est le meilleur pour nous ne serait pas forcément le meilleur pour vous ^^), étant donné le bordel que c'est d'arriver à récupérer des installations quand on en a pas à l'intérieur du collège... (ce que vous indiquez fort justement)...genre comment ça y'a 6 créneaux de piscine pour 14 demandes ? ^^ et de les partager avec d'autres établissements vu la pénurie d'installations sportives... qu'il faut 48 h de délai entre 2 cours (24 h dans les textes... mais les IPR...), que les cde préfèrent qu'on place l'EPS plutôt l'après-midi... que parfois le temps de déplacement nous impose de ne pas programmer une activité qui devrait être au programme... que lorsqu'il pleut averse on doit se rabattre où on peut... qu'on a cours le mercredi après-midi...etc ....
...manquerait plus qu'on se tire une balle dans l'autre pied en se programmant des EDT à trous tiens... ^^ ce qui peut arriver tout de même...

et de rajouter que depuis de nombreuses années, il existe une restriction budgétaire dans les mairies (250 euros annuels pour l'AS), et les CG etc... l'EPS n'est donc plus considérée dans ces services...non plus...

Mais on fait comme les collègues des autres disciplines, on continue... et on se bat... chevalier

So Vox
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par lucil le Lun 21 Déc 2015 - 13:48

Pour revenir au sujet, je considère que c'est aux élèves de faire le ménage s'ils ont laissé trainer des papiers, cartons ou autre chose. C'est de leur responsabilité de nettoyer et ils le savent car ils ne sortent pas avant que la classe soit nickel. Je ne suis pas leur femme de ménage, ni leur mère, je le leur dis et ils comprennent. Il est arrivé qu'un élève me dise qu'ici, il a du personnel qui s'occupe du ménage, mais là, c'est aussi notre rôle de leur faire comprendre que les agents sont là juste pour faire un ménage rapide et donc, qu'ils n'ont pas à supporter un afflux du travail supplémentaire. Il est tout à fait possible de gérer ce problème. Le tout est de poser les règles dès le départ.

_________________

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum