La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par lucil le Lun 21 Déc 2015 - 13:48

Pour revenir au sujet, je considère que c'est aux élèves de faire le ménage s'ils ont laissé trainer des papiers, cartons ou autre chose. C'est de leur responsabilité de nettoyer et ils le savent car ils ne sortent pas avant que la classe soit nickel. Je ne suis pas leur femme de ménage, ni leur mère, je le leur dis et ils comprennent. Il est arrivé qu'un élève me dise qu'ici, il a du personnel qui s'occupe du ménage, mais là, c'est aussi notre rôle de leur faire comprendre que les agents sont là juste pour faire un ménage rapide et donc, qu'ils n'ont pas à supporter un afflux du travail supplémentaire. Il est tout à fait possible de gérer ce problème. Le tout est de poser les règles dès le départ.

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Mar 22 Déc 2015 - 23:15

Il faut gérer ça tout le long de l'heure et ne pas se laisser piéger par la sonnerie!!! surtout si une autre classe arrive après.
C'est aussi le bruit en classe, la réalité du métier de prof d'apl.
Les élèves travaillent souvent en groupe et les tables sont en îlots, ce qui favorise les bavardages.

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par olive-in-oil le Mer 30 Déc 2015 - 15:39

Je ne fais jamais le ménage dans ma salle, je range simplement mon bureau et ce que j'ai déplacé.
Le rangement et le nettoyage sont faits par les élèves et le ménage par les agents. D'abord, oui, nous n'avons pas d'heures dites "de vaisselle" contrairement à d'autres disciplines, et je pousse le vice jusqu'à me plaindre si le ménage n'est pas fait assez souvent. Non loin de me plaindre des agents qui sont adorables et font de leur mieux mais du sous-effectif de ceux-ci : ils sont à bout !! Si l'on veut supprimer les postes des agents de service, on n'a qu'à faire le boulot à leur place et sans être payés en plus ! No No Notre discipline fait des salissures, c'est indéniable, mais on ne va pas non plus aller à l'encontre des programmes pour laisser les salles propres !
Pour les corrections, elles prennent un temps considérable compte tenu du nombre d'élèves à gérer. Oui, on ne passe pas autant de temps sur un travail plastique que sur une copie (on le sait, on a aussi des copies à corriger), mais ce temps multiplié par 500 élèves, c'est long ! Et quand on est obligé de rester au collège, jusqu'à 19h car on ne peut déplacer les 50 productions en volume des élèves (ça prend de la place tous ces "bricolaires"...) Je pense corriger 70% des productions sur place. Et on ne peut guère corriger durant un "contrôle" : on ne fait pas de "contrôles" !  Razz
Je passe sur la rédaction des bulletins trimestriels qui nous noit littéralement...  
Le prof d'arts plastiques est souvent l'unique représentant de sa discipline, il est donc de toutes les réunions, concernés par presque tous les cas difficiles, il est souvent sur deux ou trois établissements (j'en ai même eu quatre !) ce qui multiplie le nombre des réunions où notre présence est bien sûr indispensable.

Je peux comparer parce que j'ai 15 ans de métier, ma soeur est prof de français et elle n'a jamais osé me dire qu'elle avait plus de boulot que moi, mes collègues respectent ma matière, mon travail et je pense même qu'ils estiment les arts plastiques !

Oui, il vaut mieux éviter de comparer la masse de travail d'une discipline à l'autre car beaucoup de choses ne sont pas comparables... Et il vaut mieux éviter de fantasmer sur les avantages supposés d'enseigner une discipline dont l'image tarde encore à être valorisée, même au sein de la grande famille de l'Educ Nat ! Je parle bien sûr de l'EPS ! Wink

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par **chihiro** le Mer 30 Déc 2015 - 20:21

@olive-in-oil a écrit:
Oui, il vaut mieux éviter de comparer la masse de travail d'une discipline à l'autre car beaucoup de choses ne sont pas comparables... Et il vaut mieux éviter de fantasmer sur les avantages supposés d'enseigner une discipline dont l'image tarde encore à être valorisée, même au sein de la grande famille de l'Educ Nat ! Je parle bien sûr de l'EPS ! Wink

Effectivement, je pense que chaque discipline a ses avantages et ses inconvénients. Je ne pense pas qu'il y ait de disciplines mieux loties que d'autres concernant la charge de travail et la "pénibilité" : par exemple, certains avancent le fait que les profs d'EPS n'ont pas de copies à noter, mais franchement, je n'aimerais pas être à leur place quand ils ont 30 élèves qui galopent dans tous les sens dans un gymnase, avec tout le boucan que ça produit (car dans un gymnase, ça résonne!!!).

Pour mes propres cours, ce sont les élèves qui rangent et qui nettoient le matériel en fin d'heure. J'y consacre entre 5 et 10 min (ça dépend de la classe à laquelle j'ai affaire, ainsi que du type de matériel à ranger et nettoyer ; c'est un peu plus long pour le matériel de peinture, par exemple). J'ai toujours l' oeil sur la montre histoire de ne pas me faire piéger par la sonnerie. Les élèves ne rangent pas tous en même temps : le rangement se fait îlot après îlot (c'est moi qui désigne : "c'est au tour de la table de truc"). Ensuite quand tout le monde a terminé, je vérifie : les tables des élèves (dessus et dessous) et les zones où le matériel est stocké (ainsi que le lavabo si besoin). Je compte aussi certaines choses, le matériel "sensible" notamment: cutters par exemple(sur mon tableau, j'ai accroché un petit papier avec un magnet où j'ai inscrit la quantité exacte de cutters, scotchs, pinces, etc...ça me permet de savoir si il manque quelque chose). Tout le monde sort quand tout est nickel. Si du matériel est mal rangé ou si il y a encore du nettoyage à faire dans une zone "commune" (c'est à dire une zone de la salle où plusieurs élèves sont allés pour se servir en matos, ou pour nettoyer), je demande si il y a des élèves volontaires pour parfaire le rangement et le nettoyage (en 6ème, les trois-quart de la classe lèvent la main....en 3ème, personne Laughing ) : si personne n'est volontaire, je désigne au pif ; et dans mon cahier, je marque un petit R (comme "rangement") en face du nom des élèves ayant rangé, pour m'en rappeler (faut pas que ça soit tout le temps les mêmes qui rangent).

**chihiro**
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Mer 30 Déc 2015 - 20:50

idem,
avec des variantes selon le niveau
si un élève a fini avant les autres, je lui demande si il veut bien passer de table en table avec la poubelle à papier.
Je compte aussi le matériel prêté.
Et puis, j'essaie de plus en plus de terminer le rangement avant la sonnerie. Les élèves se calment et là, je passe quelques images.Mais ce n'est pas toujours possible.

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par **chihiro** le Jeu 31 Déc 2015 - 1:23

@titrit a écrit:idem,
avec des variantes selon le niveau
si un élève a fini avant les autres, je lui demande si il veut bien passer de table en table avec la poubelle à papier.
Je compte aussi le matériel prêté.
Et puis, j'essaie de plus en plus de terminer le rangement avant la sonnerie. Les élèves se calment et là, je passe quelques images.Mais ce n'est pas toujours possible.

Je pratique quelque chose d'un peu similaire : si je vois qu'un ou plusieurs élèves ont terminé de ranger bien avant les autres, et qu'ils sont assis sur leur chaise à ne rien faire, je les sollicite pour le rangement, et ils rechignent rarement à la tâche ; en fait, ils préfèrent être occupés de cette manière-là, plutôt que d'attendre bêtement la sonnerie. Plus particulièrement, mes élèves adooooorent ce qu'ils appellent le "pchit-pchit", c'est-à-dire le produit pour nettoyer les tables, mais c'est toujours moi qui le vaporise sur les tables (car si ce sont les élèves qui vaporisent, ils en usent et en abusent) ; les élèves, eux, passent le chiffon. En fait, ils aiment bien ce produit tout bêtement parce qu'il est très efficace et nettoie vraiment toutes les taches (même les grosses traces de colle bien dégueu)...et ça, ça les fascine Rolling Eyes.

**chihiro**
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Jeu 31 Déc 2015 - 11:20

Very Happy il y a un plaisir esthétique à ranger...il y a sûrement un sujet à trouver, là, qui va révolutionner nos vie.

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par olive-in-oil le Jeu 31 Déc 2015 - 13:57

@titrit a écrit:Very Happy il y a un plaisir esthétique à ranger...il y a sûrement un sujet à trouver, là, qui va révolutionner nos vie.

Je te conseille le livre "7, reece Mews, l'atelier de Bacon" : un recueil de photos de l'atelier de l'artiste prises par Perry Ogden. C'est un vrai bordel incommensurable !! J'avais fait un sujet à partir de quelques photos sur l'incitation "range ta chambre". Il était question de classement, de tri, d'ordonner selon des critères de formes, couleurs, nature, matières... et un travail de recomposition ensuite ! Oui ranger c'est esthétique ! Very Happy

olive-in-oil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Nicolatsar le Jeu 31 Déc 2015 - 14:17

@ylm a écrit:
@Dimka a écrit:Pour le reste, je crains que les arts plastiques soient assez déconsidérés (comme la musique et le sport)
Je n'ai jamais compris cette remarque concernant l'EPS: c'est la discipline qui coûte le plus cher au collège (et de loin), c'est une des disciplines que les élèves ont le plus à leur emploi du temps, j'ai toujours vu en conseil de classe que le point de vue du professeur d'EPS était très important (parce qu'il voit l'élève différemment) et les professeurs d'EPS, dans tous les collèges où je suis passé, avaient les meilleurs emplois du temps vu qu'ils les font eux-mêmes pour des questions de disponibilité des équipements. Discipline déconsidérée par les parents peut-être, mais pas par l'institution.

Fin du HS.

+1

_________________
Quels enfants léguerons-nous à notre terre ?

Nicolatsar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Ven 1 Jan 2016 - 23:15

@olive-in-oil a écrit:
@titrit a écrit:Very Happy il y a un plaisir esthétique à ranger...il y a sûrement un sujet à trouver, là, qui va révolutionner nos vie.

Je te conseille le livre "7, reece Mews, l'atelier de Bacon" : un recueil de photos de l'atelier de l'artiste prises par Perry Ogden. C'est un vrai bordel incommensurable !! J'avais fait un sujet à partir de quelques photos sur l'incitation "range ta chambre". Il était question de classement, de tri, d'ordonner selon des critères de formes, couleurs, nature, matières... et un travail de recomposition ensuite ! Oui ranger c'est esthétique ! Very Happy

Excellent! Le livre est un peu cher mais on trouve les images de l'atelier en cherchant un peu sur le net...
Elles sont très belles.
Les photos d'atelier sont révélatrices, ce sont des portraits chinois... et il y a de quoi faire là aussi.

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par Potatowl le Ven 1 Jan 2016 - 23:36

novabulma a écrit:

1) J'ai du mal à accepter que le boulot de prof soit devenu à 70 % celui d'éduquer et seulement 30 % celui d'instruire. Je ne suis pas du tout passionnée par l'éducation. Mais par contre, je suis passionnée par ma matière.

2) L'autre truc embêtant, c'est que je trouve déjà que faire de la gestion de classe c'est chronophage, mais en plus il faut dans ma matière gérer tout l'aspect "logistique" (vérifier que les tables soient propres, vérifier les lavabos, enjoindre les élèves à respecter le matériel, etc...). Au final, plus que prof, j'ai l'impression d'être simplement une pourvoyeuse de matériaux et d'être un petit flic qui cherche à obtenir le silence et des tables propres (que je n'obtiens pas totalement).

3) On m'a fait comprendre que ce n'était pas bien et que les agents en ont marre de nettoyer les salles du collèges...

Bonjour,

1/ Je te comprend tout à fait, malheureusement... Indépendamment de la matière que nous enseignons, la réalité de l'école fait que nous sommes face à des enfants et des adolescents. On ne peut pas s'attendre à ce que, face à nous, se tiennent 27 gosses suintant le respect, la précaution et le silence. C'est sûr qu'une horde de jeunes loups hurlants et remuants est difficile à canaliser ("Si, si, les élèves, barbouiller de la peinture et patauger dans la glaise, c'est une vraie matière !") et je ne dis pas qu'apprendre à un ado de 14 ans qu'on dit "bonjour, merci, au revoir" est un épanouissement professionnel intense, mais bon. C'est comme ça. A moins d'un revirement complet de la société, éduquer est la base de notre métier : on éduque à apprendre. Si tu ne t'épanouis pas là-dedans (et c'est ton droit, on est pas forcément supposés adorer élever les enfants des autres), c'est plutôt mauvais signe pour toi.

2/ Le silence, tu peux l'oublier, je pense. Fixe un volume sonore maximum à ne pas dépasser, et voilà. Le silence absolu est un mythe (ou alors c'est que le professeur a vraiment une personnalité écrasante voir flippante). En arts plastiques, c'est intéressant de laisser les élèves échanger entre eux. Cette bataille est perdue d'avance (essaye de rester 7h assis sur une chaise entourés de tes ami(e)s en silence, pour voir), alors tourne-là à ton avantage. Chuchotage, oui, braillements, non.
L'aspect logistique viendra avec l'expérience, l'agencement de ta salle quand (si) tu auras un poste fixe, etc. De la même façon, tu pourras "formater" (non je n'ai pas peur de ce mot) tes élèves réguliers au principe de la propreté; quand ils connaitront ton mode de fonctionnement, ça se passera mieux.

3/ Le principe de l'agent d'entretien est qu'il est là pour... entretenir. Nettoyer, donc. Nettoyer ta salle, le lieu où tu enseignes. Gare. J'ai rarement vu des agents d'entretiens parfaitement ravis de leurs conditions de travail. Mon conseil : taper l'amitié. Pour peu que tu arrives en avance ou que tu partes plus tard, tu risques de croiser régulièrement l'agent d'entretien de ta salle. Prends la peine de savoir qui c'est. De parler un peu, de prévenir quand tu vas faire un truc vraiment cracra, de cracher un peu avec lui ou elle sur les élèves ("Ah mais qu'est-ce qu'ils sont insupportables! Vous avez vu tous ces papiers par terre ?! Mais que font les parents.") et de lui glisser une boîte de ferrero à Noël. Quand à ton "nettoyage", un coup de balai, un rangement rapide des matériaux, et c'est tout.
Le reste, c'est aux élèves de le faire : nettoyer les tables, balayer rapidement si le sol est vraiment sale, ranger correctement les travaux ou les mettre à sécher. J'applique personnellement la technique de la SLPDSL (soudain-la-prof-devient-sous-lieutenant), je tiens mon temps de rangement d'une main de fer (toi-tu-fais-ci-toi-tu-fais-ça-rapidos), je préviens calmement et froidement que personne, j'ai bien dis personne, ne sortira de cette classe si elle n'est pas rangée, c'est un travail d'équipe bon sang. Et je fais une inspection générale en fin d'heure (seulement celles où le rangement est important) pendant que les élèves attendent mon aval (très formelle, l'inspection, il faut que ça impressionne !). Après deux ou trois rangements, les élèves ont captés le truc et je n'ai plus de problème.

Voilà pour mes réponses, bon courage.

_________________
"J'ai jamais été précoce dans la vie, sauf quand il s'est agi de devenir un vieux con."
"Le dessinateur étant en termes de look ce que le ragondin mort est au paon multicolore."
Boulet - Notes 10 Le pixel quantique

Potatowl
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par GerryCannet le Sam 13 Fév 2016 - 20:31

Bonjour,
Je réponds un peu tard mais je suis tombée un peu par hasard sur ce post et il est vrai que ton message d'entrée ressemble à une désillusion fort tristounette.
C'est vrai, comme dit plus haut, les gamins sont chiants, c'est des collégiens (je dis pas que c'est mieux au lycée, mais bon, globalement ils sont un peu plus matures en théorie). Ça tu leur enlèveras pas.
Selon moi c'est pas "70% d'éducation et 30% d'instruction", c'est un mélange permanent des deux. J'étais stagiaire l'an dernier, et j'avoue que même avec une toute petite expérience, j'ai vu des changements s'opérer en moi, une manière de faire / préparer les cours qui leur permet d'apprendre tout en pratiquant. Oui, des fois ils écoutent rien, oui des fois ils bougent et ils font pas ce qu'on dit, oui des fois ils comprennent rien même s'ils ont écouté !
Mais crois moi, même si tu as l'impression de parler dans le bruit, y aura toujours je pense une grande partie de ce que tu veux transmettre qui restera (pas longtemps, jusqu'à l'évaluation seulement !!!! Very Happy), et certains élèves garderont des choses en tête toute leur vie, c'est ça qui est chouette.
Cherche l'originalité pour les surprendre un peu, peut-être qu'ils seront déroutés et un peu plus attentifs (?), je sais pas.
Perso en musique quand je cherche des idées sur internet je retrouve toujours un peu la même chose, "musique africaine", "musique médiévale", "l'opéra" ... effectivement, j'y passe forcément à un moment donné, mais ça me gonfle assez vite, j'essaye au maximum de créer des thématiques qui pourraient les surprendre et qui surtout me passionnent moi. Si ton cours te passionne pas, tu seras pas captivante pour les élèves puisque toi-même pas captivée par ce que tu dis (je sais pas si je suis claire).
Bref, je divague.
Concernant le nettoyage de la salle, dis toi que chez moi c'est de la moquette et pas de table, donc c'est sympa de se baisser sous les chaises à toutes les récrés pour ramasser les papiers et autres bouchons de stylos tombés par terre. Le gros du boulot je le laisse quand même à l'agent qui passe l'aspi le soir. Mais concernant le rangement c'est impérativement les élèves : on ne sort pas de la salle si les instruments ne sont pas rangés, si on a rangé son instrument on en fera pas la prochaine fois, etc...
Enfin bon, je répète un peu ce qui a été dit avant.
Pour finir juste une petite remarque concernant les copies, et ça m'a un peu fait sursauter j'avoue quand j'ai lu un des premiers messages qui disait en gros "ouais en français y a pas de ménage à faire mais en art plastique on passe pas des heures à corriger". Je veux bien admettre qu'on mette plus de temps à corriger 25 copies de français que 25 copies de musique / art pla, mais... on a plus de 500 élèves hein Very Happy
Personnellement en 3e j'aime bien les faire analyser des musiques par un petit paragraphe argumenté autour de ce qu'on a étudié en classe, histoire de juger leur capacité à réinvestir le vocabulaire. Mes éval écrites ne se limite pas à "donne la définition de l'orchestre" ! Surtout que j'estime que c'est pas parce que je suis prof de musique que je m'occupe pas de l'écriture donc je corrige toutes les fautes. Du coup, je passe facilement 1h / 1h30 par classe (selon mon état de fatigue Very Happy) et quand tu as 20 classes...
Je dis pas que ça revient au même qu'une autre matière, mais après faut aussi compter le temps passés à reporter les notes, les 550 appréciations à mettre dans les bulletins ... les 9 ou 10 conseils de classe à se taper chaque trimestre Very Happy
En période de conseils je fais tous mes apéros de la semaine au collège moi Very Happy
Enfin bon. Comme dit précédemment, chaque matière a ses avantages et inconvénients.

GerryCannet
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par titrit le Dim 14 Fév 2016 - 0:02

oui pour tout ce qui est dit précédemment.

Et cela me fait penser qu'il est difficile de se rappeler du nom de ses élèves lorsqu'on a 18 classes. Surtout si l'on change de collège dans l'année. Et de jongler aussi avec toutes ces classes lorsqu'on a 5 minutes pour remettre la classe en ordre, sortir les travaux, le matériel... et des élèves qui rentrent nous dire un truc urgent. Difficile du coup de gérer les punitions, je trouve car j'oublie d'une semaine sur l'autre.
Bref, tout ceci demande une organisation et un sang froid héroïque!

titrit
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par lucil le Lun 29 Fév 2016 - 14:41

Etrange, étrange, quand on observe ces vidéos. Elles m'ont bien fait rire. Au delà du fait que le professeur applique ce qui est attendu, je me pose la question si les élèves, eux, comprennent ce qu'ils font.... Qu'en pensez-vous? Vous vous retrouvez dans ce mode pédagogique?

https://youtu.be/bsqDLNA9QM4?list=UU7DsNLvbcbtuW9RhuKZDU0g


Dernière édition par lucil le Lun 29 Fév 2016 - 16:43, édité 4 fois

_________________

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: La réalité du métier de professeur d'arts plastiques

Message par lucil le Lun 29 Fév 2016 - 14:44

La suite....


_________________

lucil
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum