Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par Kolay gelsin le Jeu 14 Jan 2016 - 14:38

Bonjour,

c'est un sujet que vous connaissez, mais l'originalité vient de ce que cette fois, c'est dans le monde des bibliothèques qu'on essaie de relayer l'info. [édité] N'hésitez pas commenter l'article : le débat est ouvert sur cette page et un peu de dialogue entre enseignants et bibliothécaires ne peut pas faire de mal.

http://daccgtculture.over-blog.com/2015/10/la-bibliotheque-un-espace-de-deconnexion-pour-la-jeunesse-oui-nous-dit-steve-job-et-ses-collegues-de-la-silicon-valley.html

Extrait :

Quel doit être le futur des bibliothèques ? Avoir toujours des livres (et des BD, des revues, de la presse quotidienne, des CD…) ?  Ou bien, ceux-ci étant amenés à disparaître, les remplacer par des espaces numériques. Un débat qui anime la profession depuis plusieurs années.

De fait, à la question de savoir comment il verrait l’avenir de sa bibliothèque, un collègue parisien a mis les pieds dans le plat en confiant par écrit son désarroi à ses camarades bibliothécaires : « Mon premier souhait, totalement utopiste ou bien rétrograde, selon la sensibilité de chacun, serait que notre bibliothèque devienne un espace de déconnexion pour les enfants. Par là, je veux dire tout d’abord que j’aimerais qu’on expédie à la benne tous les postes Internet de la section jeunesse, quitte à installer une cellule psychologique d’urgence pour les dix années à venir ».

Kolay gelsin
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par the educator le Jeu 14 Jan 2016 - 16:29

Et allez, y'avait longtemps.Cette historie de Silicon Valley déconnectée n'a pas de source sérieuse. Elle se base sur UN article du times, qui parle d'écoles steiner waldorf implantée dans la silicon valley, et donc fréquentée par les enfants des cadres de la silicon valley. Il n'y a aucune source statistique, aucune étude sociologique, rien qui démontre quoi que ce soit. Par ailleurs, dans les deux cas (steiner waldorf et Jobs) on oublie de parler du coté spirituel extrêmement développé dans les steiner waldorf, ou dans la fin de vie de Jobs. Bref, une pure légende urbaine, reprise a toutes les sauces depuis, que Luigi pourrait "debunker" dans un article de son blog Wink


Dernière édition par the educator le Jeu 14 Jan 2016 - 16:33, édité 1 fois

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par the educator le Jeu 14 Jan 2016 - 16:33

ça n’empêche pas que je suis globalement d'accord avec l'approche, mais l'argument d'autorité ne tient pas du tout.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par the educator le Jeu 14 Jan 2016 - 16:35

Alors même que le livre est sans doute le plus numérique de tous les médias....

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par Kolay gelsin le Jeu 14 Jan 2016 - 21:12

Bonjour,

Il y a aussi, cité dans le forum, cet article de l'étudiant de décembre 2013 qui décrit un peu plus précisément ce qu'est la pédagogie Steiner.

http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/aux-etats-unis-une-pedagogie-slow-tech-pour-former-les-leaders-de-demain.html

Et j'ai pu lire aussi, toujours sur le forum, cet article sur la création d'une école par deux éditeurs travaillant à Actes Sud.

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20151231.OBS2127/a-arles-deux-editeurs-ouvrent-une-ecole-qui-ne-harcele-pas-les-enfants.html

Cela étant dit, je ne connais pas la pédagogie Steiner, et je ne prétends pas que c'est l'exemple à suivre mais ce que laisse suggérer l'article de l'étudiant, et surtout son titre ("une pédagogie slow-tech pour former les élites de demain"), c'est que si la déconnexion est ce qu'il faut pour les enfants, alors elle pourrait devenir un nouveau privilège des classes aisées dans l'hypothèse où l'exemple de ces écoles déconnectées serait contagieux.

Kolay gelsin
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par the educator le Ven 15 Jan 2016 - 7:23

La création du domaine du possible, c'est pas seulement en réaction a la technologie. Steiner Waldorf non plus, d'ailleurs. Dans ces deux cas, il n'y a pas que la deconnexion qui soit un privilège de riches.
Ce que je denonçais simplement, c'est cet argument lassant de la silicon valley, qui n'est qu'une legende.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par barèges le Ven 15 Jan 2016 - 9:12

La question est intéressante. Sans connaître plus que cela le monde des bibliothèques, j'observe que même dans une BU de lettres de second cycle, les gens présents, à part trois chercheurs égarés, viennent pour le calme de l'endroit et y révisent des cours, ou sont sur les PC, ou sont sur un pc portable. Il y a très peu de demandes de consultation d'ouvrages et d'emprunts proportionnellement à la fréquentation qui a aussi beaucoup diminué.
Et même pour un chercheur... A moyen terme, tout ce qui est ancien sera numérisé (et tant mieux pour la conservation des livres), tout ce qui est récent paraîtra directement en édition numérique. La nécessité d'entretenir et de développer un fonds matériel doit commencer à perdre de son évidence.

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par Le grincheux le Ven 15 Jan 2016 - 10:45

@barèges a écrit:La question est intéressante. Sans connaître plus que cela le monde des bibliothèques, j'observe que même dans une BU de lettres de second cycle, les gens présents, à part trois chercheurs égarés, viennent pour le calme de l'endroit et y révisent des cours, ou sont sur les PC, ou sont sur un pc portable. Il y a très peu de demandes de consultation d'ouvrages et d'emprunts proportionnellement à la fréquentation qui a aussi beaucoup diminué.
Et même pour un chercheur... A moyen terme, tout ce qui est ancien sera numérisé (et tant mieux pour la conservation des livres), tout ce qui est récent paraîtra directement en édition numérique. La nécessité d'entretenir et de développer un fonds matériel doit commencer à perdre de son évidence.
Un bémol toutefois. Il suffit de ses yeux pour lire un incunable ou regarder une photographie. Lorsque tu as dans tes mains un disque 78 tours de 1950, il est déjà plus difficile de le lire. Et avec un fichier à la noix dans un format propriétaire avec des DRM, c'est encore bien plus compliqué. Dans 50 ans, ce sera pire. Bref, les gens qui font de l'archivage de données se font des noeuds au cerveau lorsqu'il s'agit d'archiver des fichiers numériques, et même avec cela, ils ne garantissent aucunement qu'on puisse relire ces données dans dix ans parce qu'il faudra à la fois que le support existe encore et soit lisible et que la machine pour les lire existe encore. Pour information, la fumeuse norme iso9001 impose de conserver des fichiers durant vingt ans. On en est à conserver les fichiers et les ordinateurs d'il y a ving ans pour relire lesdits fichiers parce que les logiciels d'il y a vingt ans ne fonctionnent plus sur les machines récentes.

Quant à repiquer régulièrement les supports numériques vers des nouveaux, c'est juste impossible eu égard à la masse d'information qu'il faudrait traiter tous les jours et à la vitesse de dégradation des supports numériques.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Réapprendre à lire sans écran ? La Silicon Valley approuve

Message par barèges le Ven 15 Jan 2016 - 12:33

@Le grincheux a écrit:
@barèges a écrit:La question est intéressante. Sans connaître plus que cela le monde des bibliothèques, j'observe que même dans une BU de lettres de second cycle, les gens présents, à part trois chercheurs égarés, viennent pour le calme de l'endroit et y révisent des cours, ou sont sur les PC, ou sont sur un pc portable. Il y a très peu de demandes de consultation d'ouvrages et d'emprunts proportionnellement à la fréquentation qui a aussi beaucoup diminué.
Et même pour un chercheur... A moyen terme, tout ce qui est ancien sera numérisé (et tant mieux pour la conservation des livres), tout ce qui est récent paraîtra directement en édition numérique. La nécessité d'entretenir et de développer un fonds matériel doit commencer à perdre de son évidence.
Un bémol toutefois. Il suffit de ses yeux pour lire un incunable ou regarder une photographie. Lorsque tu as dans tes mains un disque 78 tours de 1950, il est déjà plus difficile de le lire. Et avec un fichier à la noix dans un format propriétaire avec des DRM, c'est encore bien plus compliqué. Dans 50 ans, ce sera pire. Bref, les gens qui font de l'archivage de données se font des noeuds au cerveau lorsqu'il s'agit d'archiver des fichiers numériques, et même avec cela, ils ne garantissent aucunement qu'on puisse relire ces données dans dix ans parce qu'il faudra à la fois que le support existe encore et soit lisible et que la machine pour les lire existe encore. Pour information, la fumeuse norme iso9001 impose de conserver des fichiers durant vingt ans. On en est à conserver les fichiers et les ordinateurs d'il y a ving ans pour relire lesdits fichiers parce que les logiciels d'il y a vingt ans ne fonctionnent plus sur les machines récentes.

Quant à repiquer régulièrement les supports numériques vers des nouveaux, c'est juste impossible eu égard à la masse d'information qu'il faudrait traiter tous les jours et à la vitesse de dégradation des supports numériques.

Merci d'avoir écrit cela, vous prêchez une convertie Very Happy
C'est une conversation que j'ai eue à de nombreuses reprises avec des "technicistes", et je me suis toujours sentie bien seule.
Cependant, en se plaçant du côté du conservateur ou du bibliothécaire qui ne voit plus ses livres sortir, il y a de quoi se poser des questions. Conserver ou mettre à disposition ? Mettre à disposition des livres en pure perte ? Conserver des livres qui ne sortent plus ou presque et "fournir de l'accès" à des données numériques dans la partie publique du lieu ?

J'ai eu le bonheur ( Razz ) de recevoir une version de ma thèse en microfiches. Il reste un lecteur (UN) dans l'ensemble des BU de la ville. Avec une lampe épuisée. Le jour où elle grillera...

barèges
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum