Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Page 5 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Anarore le Sam 6 Fév 2016 - 9:10

Je n'ai pas rencontré de personnes aussi radicales heureusement. A l'ESPE pour le moment on nous a dit à propos de la lecture qu'il était capital de les faire lire, aussi bien des classiques que de la littérature jeunesse (en LC) et qu'il fallait varier la façon de contrôler les lectures histoire de ne pas toujours faire un questionnaire. Ex : un QCM, une réalisation plastique (4e de couverture), un résumé, une présentation à l'oral d'un objet lié à sa lecture en expliquant le lien, une comparaison avec un extrait d'une réécriture, une étude d'image etc.
De ce point de vue-là, je trouve ça intéressant. Vous le faites vous ou  est-ce systématiquement un questionnaire classique ?

Deux livres c'est un peu léger non ? A terme, je pense que mes élèves auront au moins 7 ou 8 livres à leur actifs tout confondu (livres classe et lecture cursive)

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Thalie le Sam 6 Fév 2016 - 9:27

@Presse-purée a écrit:C'est difficile à admettre, mais une partie de l'identité professionnelle des LM s'est construite dans le combat contre les LC et leur destruction. Point. Il n'y a pas de "responsable", juste des données historiques (Nouvelle critique, structuralisme, linguistique vue comme moyen de ne pas passer par les langues anciennes pour enseigner le français, influence de Bourdieu... des débats que l'on retrouve encore aujourd'hui; cela couplé à l'attitude LC de l'époque). Et quand on casse un truc, il y a toujours des dommages collatéraux.

Merci Presse-Purée, je ne savais pas cela. Cela éclaire beaucoup d'éléments qui me manquaient. Quel désastre ! Quel saccage ! Nous avons la chance d'être dans une académie où de nombreux IPR de LC ont pris la main et cela se voit en tout.

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par MUTIS le Sam 6 Fév 2016 - 9:32

Anarore: quelques réponses ici :

http://www.neoprofs.org/t82104-top-ten-des-lectures-pour-les-3

ou là :

http://www.neoprofs.org/t48283-lecture-cursive-5-demandez-le-programme

Je donne un questionnaire avec 4 questions sur le livre, à rédiger en une heure. Et ils doivent construire une réponse argumentée avec des exemples précis et des analyses du livre.
J'ai vu à l'oeuvre avec mon fils le plus jeune un certain nombre d'expériences que vous relatez... Amener un objet qui fait penser au livre et parler pendant une heure par exemple... C'est divertissant. Laughing

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Anarore le Sam 6 Fév 2016 - 9:38

@MUTIS a écrit:Anarore: quelques réponses ici :

http://www.neoprofs.org/t82104-top-ten-des-lectures-pour-les-3

ou là :

http://www.neoprofs.org/t48283-lecture-cursive-5-demandez-le-programme

Je donne un questionnaire avec 4 questions sur le livre, à rédiger en une heure. Et ils doivent construire une réponse argumentée avec des exemples précis et des analyses du livre.
J'ai vu à l'oeuvre avec mon fils le plus jeune un certain nombre d'expériences que vous relatez... Amener un objet qui fait penser au livre et parler pendant une heure par exemple... C'est divertissant. Laughing

Merci je vais aller lire ça !
Divertissant je n'en doute pas Razz
Efficace je ne sais pas, je n'ai jamais voulu tester, pensant qu'il y avait de quoi mettre le bazar très rapidement en classe !

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Presse-purée le Sam 6 Fév 2016 - 10:09

@Thalie a écrit:
@Presse-purée a écrit:C'est difficile à admettre, mais une partie de l'identité professionnelle des LM s'est construite dans le combat contre les LC et leur destruction. Point. Il n'y a pas de "responsable", juste des données historiques (Nouvelle critique, structuralisme, linguistique vue comme moyen de ne pas passer par les langues anciennes pour enseigner le français, influence de Bourdieu... des débats que l'on retrouve encore aujourd'hui; cela couplé à l'attitude LC de l'époque). Et quand on casse un truc, il y a toujours des dommages collatéraux.

Merci Presse-Purée, je ne savais pas cela. Cela éclaire beaucoup d'éléments qui me manquaient. Quel désastre ! Quel saccage ! Nous avons la chance d'être dans une académie où de nombreux IPR de LC ont pris la main et cela se voit en tout.

Attention, je le répète, il n'y a pas de "responsable" identifié et identifiable. C'est l'histoire de la discipline, point. Les efforts pour marginaliser et délégitimer l'enseignement des langues anciennes et ceux à qui il est confié ont été intenses depuis 40 ans. On a fait cela en pensant démocratiser le français et légitimer les LM. On a toujours besoin d'un ennemi, même fantasmé, pour se construire (lire René Girard).
Aujourd'hui, le fait qu'avoir pratiqué du latin (et du grec) peut être un avantage et une source supplémentaire pour le professeur et pour les élèves est toujours nié ou dévalorisé par certains (qui nous lisent, d'ailleurs).

Et plus largement, pour l'enseignement du français dans son ensemble, c'est ce discours sur ses finalités et ses méthodes qui permet de diminuer les horaires, qui permet qu'un DGESCO explique que le français prend trop de place dans la carte de formation, qu'aujourd'hui des formateurs en "maîtrise de la langue" ne soient pas des enseignants de français et soient payés à balancer des évidences (il y a de l'implicite dans tous les textes) ou des conneries (il ne faut pas corriger les erreurs des élèves, car ça ne sert à rien), qu'aujourd'hui enfin un certain nombre de gestes professionnels évidents pour des profs de lettres dans les années 1960 sont abandonnés en français mais repris -et considérés comme des innovations- en HG ou en maths...

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Provence le Sam 6 Fév 2016 - 10:39

@Anarore a écrit:A l'ESPE pour le moment on nous a dit à propos de la lecture qu'il était capital de les faire lire, aussi bien des classiques que de la littérature jeunesse (en LC) et qu'il fallait varier la façon de contrôler les lectures histoire de ne pas toujours faire un questionnaire. Ex : un QCM, une réalisation plastique (4e de couverture), un résumé, une présentation à l'oral d'un objet lié à sa lecture en expliquant le lien, une comparaison avec un extrait d'une réécriture, une étude d'image etc.
Et pourquoi faudrait-il absolument varier les contrôles? Qu'est-ce que j'en ai à faire qu'un élève me rende une réalisation plastique ou fasse l'analyse d'une image quand il s'agit de vérifier la lecture d'un roman?

Vous le faites vous ou  est-ce systématiquement un questionnaire classique ?
Questionnaire classique. Et classique, ça ne veut pas dire nul ou ringard (ce qu'on doit penser, je suppose, dans les ESPE).



Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Anarore le Sam 6 Fév 2016 - 10:54

Je suppose Provence que c'est pour plusieurs raisons :

1) capter leur attention
2) varier les fameux domaines de compétences
3) les pousser à lire avec plus d'attention l'ouvrage pour pouvoir le réinvestir au lieu de "simplement" répondre à des questions

(on est évidemment dans la théorie hein)

Bien sûr que ça ne veut pas dire ringard ! J'ai déjà essayé en classe un abcédaire et un questionnaire classique, il n'y a pas photo sur l'investissement des élèves et les résultats...

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par tannat le Sam 6 Fév 2016 - 10:56

@Provence a écrit:Et pourquoi faudrait-il absolument varier les contrôles? Qu'est-ce que j'en ai à faire qu'un élève me rende une réalisation plastique ou fasse l'analyse d'une image quand il s'agit de vérifier la lecture d'un roman?
Pour la réalisation plastique, notre collègue note "quatrième de couverture", ce qui signifie que l'on peut y trouver, enfin il me semble : un résumé succinct de l'oeuvre et une phrase/ un extrait permettant de se faire une idée de la forme... Je ne défends pas ses choix mais je parviens à me faire une idée de ce qu'ils peuvent permettre. Cela étant mes collégiens seraient, je crois, incapables de choisir une phrase ou un extrait qui permette au lecteur de se faire une idée de la forme ou du contenu... Heureusement, ils sont tout de même capables de choses intéressantes lorsqu'ils rédigent leur carnet de lecture (sur des lectures imposées et des lectures choisies). Ainsi ils choisissent une phrase, la situent dans le texte (quand, qui, pourquoi, conséquence-s) et justifient leur choix et cela me permet de lire de très jolies choses et de m'assurer, il me semble, une lecture attentive.

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Provence le Sam 6 Fév 2016 - 11:04

@Anarore a écrit:Je suppose Provence que c'est pour plusieurs raisons :

1) capter leur attention
2) varier les fameux domaines de compétences
3) les pousser à lire avec plus d'attention l'ouvrage pour pouvoir le réinvestir au lieu de "simplement" répondre à des questions

(on est évidemment dans la théorie hein)

Bien sûr que ça ne veut pas dire ringard ! J'ai déjà essayé en classe un abcédaire et un questionnaire classique, il n'y a pas photo sur l'investissement des élèves et les résultats...

Mais justement, je trouve que cela démontre un gros préjugé de la part des formateurs. Pour attirer l'attention des élèves sur leur lecture, le plus efficace est sans doute de leur parler de leur lecture et non de choisir mille et un chemins détournés. On dirait, dans l'Education nationale, qu'on a peur de faire les choses simplement et qu'on s'imagine toujours que la complication superflue amène de la motivation de façon quasiment magique.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Herrelis le Sam 6 Fév 2016 - 12:54

J'ai une question : il n'y a que chez nous que nous sommes convoqués deux jours? Ou c'est le cas de tout le monde?

Perso je varie les contrôles de lecture mais c'est pour moi. C'est juste que des fois, me payer X fois la correction d'un CL ça m'use Razz. Je fais simple avec les 6ème, plus axé sur la réflexion avec les 4ème.

Ce qui m'a hérissé lors de la formation établissement que nous avons eu, c'est cette instance sur le fait de "changer nos pratiques pour s'adapter"... a des profs de REP+. L'IPR a reconnu qu'en effet pour nous c'était superflus de nous le rappeler...


Dernière édition par Herrelis le Sam 6 Fév 2016 - 13:09, édité 1 fois

_________________
Han : "Comment on s'en sort?" Luke : "comme d'habitude." Han : "Si mal que ça?!!" Le Retour du Jedi
"Without you I feel... hollow." - "Such a lovely way to say that 'am a pain in the ass."

Herrelis
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par tannat le Sam 6 Fév 2016 - 13:03

@Herrelis a écrit:J'ai une question : il n'y que chez nous que nous sommes convoqués deux jours? Ou c'est le cas de tout le monde?
Incapable de dire si nous sommes dans la même académie, je ne peux que répondre : nous aussi !

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Herrelis le Sam 6 Fév 2016 - 13:10

Bon, j'en déduis que, sauf si tu es dans l'aca de Montpellier, les profs de lettres doivent être de gros crétins, comme ils sont convoqués deux jours...

_________________
Han : "Comment on s'en sort?" Luke : "comme d'habitude." Han : "Si mal que ça?!!" Le Retour du Jedi
"Without you I feel... hollow." - "Such a lovely way to say that 'am a pain in the ass."

Herrelis
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Sibylle le Sam 6 Fév 2016 - 13:17

Non, il y a tout plein de matières qui sont convoquées deux jours, voire toutes.

Sinon, sur l'ordre de mission pour ces formations, il y a marqué "formation nouveaux programmes LLA". Sur le moment, en regardant vite, j'ai cru qu'il s'agissait de LCA et là, j'étais vraiment très étonnée et sceptique qu'il y ait deux jours !
Ce LLA concerne donc le français.
Quel est le sens de ce nouveau sigle ???? Ca y est, on ne se ne s'appelle même plus français.
Je vais pouvoir annoncer à tout le monde que je suis professeur de LLA et de LCA. Ca en jette !!!

J'espère que ce n'est pas Littérature et Langue ACTUELLES !!

Sibylle
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par tannat le Sam 6 Fév 2016 - 13:17

@Herrelis a écrit:Bon, j'en déduis que, sauf si tu es dans l'aca de Montpellier, les profs de lettres doivent être de gros crétins, comme ils sont convoqués deux jours...
Je ne suis pas dans la même académie, et si je poursuis ton raisonnement mes collègues de maths qui ont droit à 3 jours peut-être 5 (je ne sais plus) mais étalés sur plusieurs mois doivent en tenir une sacrée couche... Wink

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Anarore le Sam 6 Fév 2016 - 15:22

Apparemment c'est la norme d'être convoqué sur 2 jours pour la discipline, et 3 pour les à côté (AP, EPI, Evaluation) Wink

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par F.Lemoine le Sam 6 Fév 2016 - 22:25

Non, ici c'est 2 pour la novorganisation (et les réunions tournent au bordel, voire à l'insurrection). Pas de date précise quant aux programmes.

_________________
"La vie est mêlée de traverses. Il est bon de s'y tenir sans cesse préparé." (Molière, Les Fourberies de Scapin).

F.Lemoine
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Emeraldia le Dim 7 Fév 2016 - 12:07

@Osmie a écrit:
@Anarore a écrit:Bon je sors de formation et c'était, étonamment, pas mal du tout ! Notre IPR avait lu les programmes, travaillé dessus etc. Il a répondu à pas mal de questions et donné beaucoup de documents utiles qui résument les cycles et les nouveautés. Il en ressort les choses suivantes :

- L'oral va être une préoccupation majeure
- La littérature de jeunesse doit entrer dans nos considérations

- Nous avons une grande liberté dans le choix de nos textes, il faut en profiter
- Effectivement les genres sont "comme" gommés. Il nous a traduit ça comme une volonté, d'après des études scientifiques, de laisser le temps aux élèves de s'épanouir. Apparemment, la Lecture Analytique arrive trop tôt. Donc la réforme met l'accent sur la compréhension du texte : il faut d'abord qu'ils en saisissent le sens à la lecture, qu'ils comprennent les tenants et aboutissants de l'action, des personnages. Ensuite on peut s'attaquer à la forme et au genre, mais ce ne doit plus être notre moyen d'entrée dans les textes et ce n'est donc pas capital de leur faire une Histoire Littéraire COMPLETE. Selon ses mots, on passe du lecteur expert au lecteur attentionné : celui qui aura le goût de la lecture, et avec qui on pourra ensuite décortiquer les textes à la fin du cycle 4 puis au lycée.
- Il faut être moderne et utiliser le multimédia (en fonction de nos moyens c'est évident)
- Il faut travailler avec les collègues. En ce qui concerne les PE ils est évident qu'on ne pourra pas tout savoir. Un livret unique va dorénavant suivre l'élève jusqu'à la fin du collège et sera accessible numériquement pour nous aider. Mais selon lui le seul point intelligent est de se consulter pour ne pas faire ressortir toujours les mêmes bouquins.
- Pour la langue, il nous a décrypté les programmes : en cycle 3 il est attendu que les élèves rédigent une page complète de texte maintenant, sachent faire tous les accords (sujet/verbe/complément et les morphologies verbales de base), et qu'ils aient une bonne base de vocabulaire. En cycle 4, on arrive à deux pages, et à un approfondissement de la langue de façon à enrichir la construction de la phrase, du texte et du vocabulaire. Mais il a bien insisté sur le fait que l'on parlait là de la FIN des cycles et qu'il n'y avait plus de recommandation par niveau. A nous donc de nous entendre, ou alors de réagir en fonction des élèves après une évaluation diagnostique en début d'année.
- Les "leçons" de grammaire peuvent exister, de la même façon qu'on peut aussi faire des séances moitié texte, moitié point de grammaire. Selon lui il faut faire comme nous on le sent par rapport à nos savoirs et à nos classes.
- Enfin il a conclu par le fait que tout ça, nous le faisions déjà en grande partie. Qu'il ne s'agissait en fait que de nuancer certaines pratiques et d'essayer de s'adapter au rythme des élèves du point de vue de l'apprentissage (et de la société - ça il ne l'a pas dit mais on l'a tous compris).

Une seconde formation aura lieu en Mars, et nous travaillerons sur du concret.


La pratique de l'oral sert à masquer l'indigence de l'écrit. Quant à la littérature jeunesse, qu'est-ce au juste ? Des textes simplifiés, sans un passé simple ? L’autobiographie d'une courgette ?
"Laisser le temps aux élèves de s'épanouir"...on rêve. En sapant ainsi leur instruction, on les prive d'avenir ; c'est vraiment un coup bas fait à une génération.
Je ne pense pas qu'il faille mépriser la littérature de jeunesse qui regorge de trésors. Beaucoup de livres pour la jeunesse valent mieux que certains livres pour les adultes. Voir par exemple les livres de J.C. Mourlevat, entre autres...

Elle permet de donner le plaisir de la lecture aux ados. En cursive, c'est faisable et bénéfique.

Emeraldia
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par V.Marchais le Dim 7 Fév 2016 - 12:49

En cursive, personne ne dit le contraire, Esmé.
D'ailleurs, c'est exactement ce que disent les programmes actuels.
Dès lors, on se demande ce que signifie la phrase "la littérature de jeunesse doit entrer dans nos considérations", comme si ce n'était pas déjà le cas. N'est-ce pas une façon insidieuse de dire sans dire qu'il faudrait recommencer à l'étudier en classe, comme cela s'est fait dans les années 90-2000 ? Si c'est ce qu'il faut comprendre, comme je le crains, par ce distinguo opéré l'air de rien, c'est une régression terrible et socialement discriminante.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Presse-purée le Dim 7 Fév 2016 - 12:53

@V.Marchais a écrit:En cursive, personne ne dit le contraire, Esmé.
D'ailleurs, c'est exactement ce que disent les programmes actuels.
Dès lors, on se demande ce que signifie la phrase "la  littérature de jeunesse doit entrer dans nos considérations", comme si ce n'était pas déjà le cas. N'est-ce pas une façon insidieuse de dire sans dire qu'il faudrait recommencer à l'étudier en classe, comme cela s'est fait dans les années 90-2000 ? Si c'est ce qu'il faut comprendre, comme je le crains, par ce distinguo opéré l'air de rien, c'est une régression terrible et socialement discriminante.

+1

Et puis, allons plus loin: si on ne fait lire que de la littérature jeunesse, à quoi bon former des profs à la littérature? De belles économies de postes dans le supérieur: à la poubelle tous ces cons spécialistes de Zola, de Théophile de Viau, ces auteurs morts donc inutiles!

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Provence le Dim 7 Fév 2016 - 12:57

@Emeraldia a écrit:
Je ne pense pas qu'il faille mépriser la littérature de jeunesse qui regorge de trésors. Beaucoup de livres pour la jeunesse valent mieux que certains livres pour les adultes. Voir par exemple les livres de J.C. Mourlevat, entre autres...

Elle permet de donner le plaisir de la lecture aux ados. En cursive, c'est faisable et bénéfique.
Personne, je crois, ne méprise la littérature jeunesse. En cursive, c'est très bien. Mais que pourrait-on y étudier?
Quant aux livres médiocres pour adultes, on ne les fait pas plus étudier (j'espère!).
Chapitre 1: Marc Levy
Chapitre 2: Barbara cartland. Razz

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Melyne5 le Dim 7 Fév 2016 - 12:58

@Herrelis a écrit:Bon, j'en déduis que, sauf si tu es dans l'aca de Montpellier, les profs de lettres doivent être de gros crétins, comme ils sont convoqués deux jours...
Nous sommes plus que crétins ici alors car là où les autres collègues sont convoqués sur 2ou3 jours, nous n'aurons qu'une unique journée de formation disciplinaire ...en mai!

Melyne5
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Presse-purée le Dim 7 Fév 2016 - 13:07

Bref, encore un crétin idéologue qui ne sait pas de quoi il parle, comme on en trouve parfois chez les IPR.

La littérature jeunesse, c'est très bien. Elle joue souvent sur les codes, sur les références. Donc, on en profite encore plus lorsqu'on est cultivé (hou, quel gros mot)...
J'ai toujours plaisir à discuter de Percy Jackson ou de Harry Potter ou de Marie-Aude Murail avec des élèves. Je les encourage à lire cela.

Mais en classe, on étudie ce qui a nourri ces auteurs, pour que les élèves puissent pleinement en saisir la saveur. Sinon, on condamne la littérature et la lecture à être des trucs de happy few. Un projet de droite, en somme.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Osmie le Dim 7 Fév 2016 - 13:10

@Presse-purée a écrit:Bref, encore un crétin idéologue qui ne sait pas de quoi il parle, comme on en trouve parfois chez les IPR.

La littérature jeunesse, c'est très bien. Elle joue souvent sur les codes, sur les références. Donc, on en profite encore plus lorsqu'on est cultivé (hou, quel gros mot)...
J'ai toujours plaisir à discuter de Percy Jackson ou de Harry Potter ou de Marie-Aude Murail avec des élèves. Je les encourage à lire cela.

Mais en classe, on étudie ce qui a nourri ces auteurs, pour que les élèves puissent pleinement en saisir la saveur. Sinon, on condamne la littérature et la lecture à être des trucs de happy few. Un projet de droite, en somme.

topela

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Cox le Dim 7 Fév 2016 - 14:35

Je ne sais pas encore quand aura lieu ma formation disciplinaire mais vraisemblablement elle ne sera que de 6h. Sur l'AP et les EPI, j'ai déjà eu une journée 1/2 de formation (complètement inutile d'ailleurs) et j'ai encore 9h à faire sur le numérique (intérêt ??). Ca m'agace !!

Cox
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par User5899 le Dim 7 Fév 2016 - 15:01

@Emeraldia a écrit:
@Osmie a écrit:
@Anarore a écrit:Bon je sors de formation et c'était, étonamment, pas mal du tout ! Notre IPR avait lu les programmes, travaillé dessus etc. Il a répondu à pas mal de questions et donné beaucoup de documents utiles qui résument les cycles et les nouveautés. Il en ressort les choses suivantes :

- L'oral va être une préoccupation majeure
- La littérature de jeunesse doit entrer dans nos considérations

- Nous avons une grande liberté dans le choix de nos textes, il faut en profiter
- Effectivement les genres sont "comme" gommés. Il nous a traduit ça comme une volonté, d'après des études scientifiques, de laisser le temps aux élèves de s'épanouir. Apparemment, la Lecture Analytique arrive trop tôt. Donc la réforme met l'accent sur la compréhension du texte : il faut d'abord qu'ils en saisissent le sens à la lecture, qu'ils comprennent les tenants et aboutissants de l'action, des personnages. Ensuite on peut s'attaquer à la forme et au genre, mais ce ne doit plus être notre moyen d'entrée dans les textes et ce n'est donc pas capital de leur faire une Histoire Littéraire COMPLETE. Selon ses mots, on passe du lecteur expert au lecteur attentionné : celui qui aura le goût de la lecture, et avec qui on pourra ensuite décortiquer les textes à la fin du cycle 4 puis au lycée.
- Il faut être moderne et utiliser le multimédia (en fonction de nos moyens c'est évident)
- Il faut travailler avec les collègues. En ce qui concerne les PE ils est évident qu'on ne pourra pas tout savoir. Un livret unique va dorénavant suivre l'élève jusqu'à la fin du collège et sera accessible numériquement pour nous aider. Mais selon lui le seul point intelligent est de se consulter pour ne pas faire ressortir toujours les mêmes bouquins.
- Pour la langue, il nous a décrypté les programmes : en cycle 3 il est attendu que les élèves rédigent une page complète de texte maintenant, sachent faire tous les accords (sujet/verbe/complément et les morphologies verbales de base), et qu'ils aient une bonne base de vocabulaire. En cycle 4, on arrive à deux pages, et à un approfondissement de la langue de façon à enrichir la construction de la phrase, du texte et du vocabulaire. Mais il a bien insisté sur le fait que l'on parlait là de la FIN des cycles et qu'il n'y avait plus de recommandation par niveau. A nous donc de nous entendre, ou alors de réagir en fonction des élèves après une évaluation diagnostique en début d'année.
- Les "leçons" de grammaire peuvent exister, de la même façon qu'on peut aussi faire des séances moitié texte, moitié point de grammaire. Selon lui il faut faire comme nous on le sent par rapport à nos savoirs et à nos classes.
- Enfin il a conclu par le fait que tout ça, nous le faisions déjà en grande partie. Qu'il ne s'agissait en fait que de nuancer certaines pratiques et d'essayer de s'adapter au rythme des élèves du point de vue de l'apprentissage (et de la société - ça il ne l'a pas dit mais on l'a tous compris).

Une seconde formation aura lieu en Mars, et nous travaillerons sur du concret.


La pratique de l'oral sert à masquer l'indigence de l'écrit. Quant à la littérature jeunesse, qu'est-ce au juste ? Des textes simplifiés, sans un passé simple ? L’autobiographie d'une courgette ?
"Laisser le temps aux élèves de s'épanouir"...on rêve. En sapant ainsi leur instruction, on les prive d'avenir ; c'est vraiment un coup bas fait à une génération.
Je ne pense pas qu'il faille mépriser la littérature de jeunesse qui regorge de trésors. Beaucoup de livres pour la jeunesse valent mieux que certains livres pour les adultes. Voir par exemple les livres de J.C. Mourlevat, entre autres...

Elle permet de donner le plaisir de la lecture aux ados. En cursive, c'est faisable et bénéfique.

Je n'ai rien contre des livres dont les histoires puissent plaire à la jeunesse, la faire réagir, vibrer, inventer, etc. Encore faut-il qu'elle ne soit pas écrite pour des gens perçus à l'avance comme des débiles.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Formations sur les nouveaux programmes en Lettres : témoignages

Message par Emeraldia le Dim 7 Fév 2016 - 19:42

@Presse-purée a écrit:
@V.Marchais a écrit:En cursive, personne ne dit le contraire, Esmé.
D'ailleurs, c'est exactement ce que disent les programmes actuels.
Dès lors, on se demande ce que signifie la phrase "la  littérature de jeunesse doit entrer dans nos considérations", comme si ce n'était pas déjà le cas. N'est-ce pas une façon insidieuse de dire sans dire qu'il faudrait recommencer à l'étudier en classe, comme cela s'est fait dans les années 90-2000 ? Si c'est ce qu'il faut comprendre, comme je le crains, par ce distinguo opéré l'air de rien, c'est une régression terrible et socialement discriminante.

+1

Et puis, allons plus loin: si on ne fait lire que de la littérature jeunesse, à quoi bon former des profs à la littérature? De belles économies de postes dans le supérieur: à la poubelle tous ces cons spécialistes de Zola, de Théophile de Viau, ces auteurs morts donc inutiles!
Bien évidemment... Je ne disais pas de ne faire que cela, je parlais juste de la lecture cursive, de la lecture plaisir pour donner envie de lire à des élèves qui ne lisent jamais.

Ensuite, je sais qu'il y a eu par le passé des dérives et je ne trouve pas normal non plus de construire ses séquences sur la littérature jeunesse.

Je postais cela aussi parce que, à contrario, des collègues refusent de donner le moindre livre jeunesse en cursive. Je trouve cela fort dommage.

Emeraldia
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum