Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Ven 29 Jan 2016 - 10:45
Je sais que la durée de validité d'un concours de la fonction publique territoriale est de 3 ans maximum, et qu'il faut chercher son poste par soi-même, contrairement à la fonction publique d'Etat.

Question : dans le cadre d'une reconversion (je suis enseignante et je réussis le concours, bibliothécaire par exemple), que se passe-t-il durant tout le temps où je ne trouve pas de poste ? Je reste en poste dans l'Education Nationale tout en ayant le bénéfice de mon nouveau concours jusqu'au jour où je trouve un poste et que je commence mon stage ? Ou bien je suis rayée des listes de l'Education Nationale dès que je suis inscrite sur la liste d'aptitude de mon nouveau concours ?

Merci d'avance !
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Ven 29 Jan 2016 - 11:03
@lapetitemu a écrit:Je sais que la durée de validité d'un concours de la fonction publique territoriale est de 3 ans maximum, et qu'il faut chercher son poste par soi-même, contrairement à la fonction publique d'Etat.

Question : dans le cadre d'une reconversion (je suis enseignante et je réussis le concours, bibliothécaire par exemple), que se passe-t-il durant tout le temps où je ne trouve pas de poste ? Je reste en poste dans l'Education Nationale tout en ayant le bénéfice de mon nouveau concours jusqu'au jour où je trouve un poste et que je commence mon stage ? Ou bien je suis rayée des listes de l'Education Nationale dès que je suis inscrite sur la liste d'aptitude de mon nouveau concours ?

Merci d'avance !
On n'est rayé des cadres que lorsqu'on est titularisé dans un nouvel emploi de la FP, qu'elle soit d'Etat ou territoriale. Pendant tout le temps de le recherche d'emploi, tu restes enseignant et en activité. Pendant le stage, tu es en détachement (et tu continues à concourir pour les avancements) et tu peux réintégrer quand tu veux. Dès que tu es titularisée et "installée" (PV d'installation) dans ton nouvel emploi, tu es rayée des cadres (définitivement cette fois, sans retour). Tu es alors  reclassée à l'échelon correspondant à l’indice détenu jusque-là, ou immédiatement supérieur s'il n'y a pas de correspondance exacte.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Ven 29 Jan 2016 - 11:15
Merci beaucoup pour cette réponse qui balaye mes doutes et m'ouvre des horizons plus positifs ! Very Happy

Question subsidiaire : le détachement pour intégrer son poste de stage peut-il s'effectuer à n'importe quel moment de l'année scolaire ? Ou bien mon administration (cde, rectorat) peut-elle me faire obstacle ?
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Ven 29 Jan 2016 - 11:37
@lapetitemu a écrit:Merci beaucoup pour cette réponse qui balaye mes doutes et m'ouvre des horizons plus positifs ! Very Happy

Question subsidiaire : le détachement pour intégrer son poste de stage peut-il s'effectuer à n'importe quel moment de l'année scolaire ? Ou bien mon administration (cde, rectorat) peut-elle me faire obstacle ?
Normalement, le détachement en cas de réussite à un concours est de plein droit, contrairement à un détachement sur demande, qui nécessite un accord bilatéral. J'ai vu et vécu moi-même le cas dans la FPE. A vérifier pour la FPT, mais je pense que c'est pareil.
Ceci dit , de nombreux stages , dans la plupart des administrations, commencent désormais à peu près à la rentrée, afin que les parents puissent s'organiser, surtout quand implique une mutation. il n'en a pas toujours été ainsi.
Si par la suite tu regrettes, la demande de réintégration doit être faite deux mois avant la date prévisionnelle.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Ven 29 Jan 2016 - 13:58
Eh bien merci encore pour ces précisions.
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Ven 29 Jan 2016 - 14:29
Les concours de la territoriale, pour ceux qui les passent et réussissent et se retrouvent sans poste, on les appelle les reçus-collés et il y en a beaucoup.
Les conservateurs du patrimoine, avec formation de 18 mois rémunérés, il en reste 5 qui n'ont pas d'emploi...
Moi-même, qui suis attaché de conservation du patrimoine, sur 52 lauréats, il en reste encore 30 qui n'ont rien trouvé. Et ajouté à cela, les deux sont finalement en concurrence sur certains postes.
Bref, pour les externes purs et durs, c'est un peu l'arnaque.
Sans formation, ni expérience, c'est mission impossible.

Avoir un concours, c'est bien. Avoir un poste, c'est mieux, quitte à passer le concours ensuite pour être titularisé ensuite.
lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Ven 29 Jan 2016 - 18:35
J'imagine bien. Pour ce qui est de mon propre projet, je ne conçois pas, de toute façon, de postuler, même si je suis titulaire du concours, sans avoir fait stages et bénévolat (au minimum, mais c'est la seule chose que je puisse faire pour le moment).
C'est juste que, pour des raisons financières, le processus décrit par Lefteris me convient évidemment beaucoup plus que de perdre mon salaire d'enseignante pour devenir contractuelle. Mais je suis très consciente du côté mission impossible.

(Question annexe : tu parles de la formation de 18 mois pour les conservateurs, je croyais qu'elle n'existait que pour les conservateurs d'Etat ?)
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Ven 29 Jan 2016 - 18:36
Non, c est aussi pour la territoriale après réussite du concours
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Ven 29 Jan 2016 - 18:52
@lapetitemu a écrit:J'imagine bien. Pour ce qui est de mon propre projet, je ne conçois pas, de toute façon, de postuler, même si je suis titulaire du concours, sans avoir fait stages et bénévolat (au minimum, mais c'est la seule chose que je puisse faire pour le moment).
C'est juste que, pour des raisons financières, le processus décrit par Lefteris me convient évidemment beaucoup plus que de perdre mon salaire d'enseignante pour devenir contractuelle. Mais je suis très consciente du côté mission impossible.

(Question annexe : tu parles de la formation de 18 mois pour les conservateurs, je croyais qu'elle n'existait que pour les conservateurs d'Etat ?)

Je viens de vérifier par acquit de conscience et pour ma culture perso sur le portail de la FP. Le départ vers la territoriale est considéré comme un des cas de détachement prévu.
De plus la loi de 2011 prévoit la clause suivante, donc l'esprit doit en être respecté quelle que soit la modalité du recrutement :

Le droit à la mobilité est reconnu : un agent qui souhaitera partir vers une autre administration ou fonction publique que la sienne, verra ses avantages acquis pris en compte ; sa mutation ne pourra plus lui être refusée (sauf pour nécessités de service). Le fait de vouloir changer d’administration ne sera plus pénalisant financièrement avec un dispositif d’accompagnement indemnitaire.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
oloc
oloc
Niveau 7

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par oloc le Ven 29 Jan 2016 - 19:42
@jésus a écrit:Non, c est aussi pour la territoriale après réussite du concours

C'est bien le cas pour les conservateurs, qui passent 18 mois à l'INET à Strasbourg (et non plus à l'ENSSIB de Villeurbane comme jusqu'il y a deux ans). Mais pas pour les bibliothécaires (je parle du cadre d'emploi des bibliothécaires territoriaux, catégorie A, grille équivalente aux certifiés, sans hors-classe possible). Ceux-là sont recrutés directement, et ont droit à 10 jours de formation post-recrutement très générale sur la fonction publique, et à rien sur le métier lui-même.

Autant dire qu'avec un CV de professeur et lauréat du concours A sans autre expérience en bibliothèque, il est très difficile de se faire recruter. Les postes proposés dans ce cadre d'emploi sont des postes de directeur des bibliothèques des villes de moins de 20 000 habitants, ou des postes transversaux, de responsable de secteur, ou responsable d'un établissement dans les gros réseaux.

Le bénévolat est une bonne idée, mais ça va quand même faire léger. Il faut penser aussi aux formations proposées par l'ABF :
http://www.abf.asso.fr/5/149/20/ABF/formation-d-auxiliaire-de-bibliotheque

Formation diplômante (niveau V...) : étalée sur un an, un jour par semaine, le lundi en général. Elle est assurée par des professionnels des bibliothèques (j'y interviens dans ma région). C'est prévu pour former des agents de catégorie C, mais chaque année, on a au moins deux ou trois enseignants en reconversion.

C'est pas miraculeux, mais les formations reconnues en bibliothèque et compatibles avec un emploi à temps plein ne sont pas légion.


Dernière édition par oloc le Ven 29 Jan 2016 - 19:54, édité 1 fois
oloc
oloc
Niveau 7

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par oloc le Ven 29 Jan 2016 - 19:49
@Lefteris a écrit:
Ceci dit ,  de nombreux stages , dans la plupart des administrations, commencent désormais à peu près à la rentrée, afin que les parents puissent s'organiser, surtout quand implique une mutation. il n'en a pas toujours été ainsi.

Dans la FPT, pour les cadres d'emploi qui n'impliquent pas de passage par une école de la fonction publique (soit tous, sauf les A+, conservateurs, administrateurs...), le début du stage commence au moment où le poste est vacant et qu'on peut recruter. A n'importe quel moment de l'année, donc.

Le détachement est de droit en cas de recrutement ("sauf nécessité de service" ai-je lu, mais je pense que celles-ci auraient intérêt à être bien motivées.)
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Dim 31 Jan 2016 - 9:53
A savoir que les CDG ont particulièrement ouvert les vannes des concours ces deux ou trois dernières années mais les postes n'ont pas suivi.
Exemple avec le concours d'attaché de conservation du patrimoine : 52 postes en 2013, mais à un an de la fin de validité du concours, il y a encore 30 personnes qui n'ont pas de poste. En 2016, il y aura seulement 20 postes.

2015 a été une très mauvaise année pour l'emploi, les réformes territoriales successives, la crise de 2008 qui n'en finit pas d'attaquer le secteur culturel par ricochet. D'ailleurs, l'enseignement subit la même crise ( Défiance vis-à-vis des valeurs, de la culture dans une période d'incertitude économique et d'emploi).

Et pour discuter avec des personnes en recherche de poste dans le secteur culturel, ils se demandent comment des enseignants avec la sécurité de l'emploi puissent avoir envie de se tourner vers ce secteur sinistré, et accusent à tort les enseignants de boucher encore plus ce secteur.

Un frein important pour trouver un poste en A suite à une expérience enseignante, c'est l'absence d'expérience d'encadrement et de management de salarié. ( j'ai essayé de vendre mes capacités à manager via ma compétence en gestion de classe mais cela les laisse de marbre car ce ne sont pas des salariés quand bien même ce n'est pas chose aisée).

Et plus généralement, l'emploi du temps de prof qui réduit les possibilités de se rendre en entretien d'embauche car on ne peut pas poser d'heures ou de jours et très rarement on a la possibilité de choisir le moment. ( à la marge, parfois on peut choisir l'heure de l'entretien en début de planning d'entretien)
micaschiste
micaschiste
Vénérable

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par micaschiste le Dim 31 Jan 2016 - 10:34
Un autre point à prendre en compte dans la recherche d'emploi dans la territoriale actuellement : la fusion des communes, des communautés de communes. Il y a des réorganisations importantes de services.

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Dim 31 Jan 2016 - 10:41
@oloc a écrit:
Le détachement est de droit en cas de recrutement ("sauf nécessité de service" ai-je lu, mais je pense que celles-ci auraient intérêt à être bien motivées.)
Merci, c'est ce que je pensais, transposition du droit de la FP aux autres fonctions publiques.

@jésus a écrit:
Et plus généralement, l'emploi du temps de prof qui réduit les possibilités de se rendre en entretien d'embauche car on ne peut pas poser d'heures ou de jours et très rarement on a la possibilité de choisir le moment. ( à la marge, parfois on peut choisir l'heure de l'entretien en début de planning d'entretien)
Je pense que pour les entretiens, il doit être possible d'y aller sur les heures de cours , comme les concours, s'il n'y a pas de possibilité de choix. Ca doit pouvoir être assimilé à ce cas, c'est dans l'esprit, la  loi de 2011 prévoyant explicitement que la mobilité doit être favorisée. La loi de 1983  et ses différents amendements stipulait déjà le changement de corps était un droit.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Dim 31 Jan 2016 - 10:44
Oui, dans l'ordre, je conseille donc de prendre un congé formation pour faire un master pro ou autre pour se former à son futur métier de la territoriale, puis à la reprise de poste dans l' EN, de se renseigner sur les concours, les passer, les réussir, puis commencer à chercher un poste avec le concours ou sans et ne quitter le navire que quand un poste sûr se dégage.

La dimension politique des postes de la FPT s'oublie parfois, et des amis non titulaires ont compris que ce genre de poste étaient soumis aux aléas des élections et des décisions politiques et qu'on saute facilement et on se retrouve sur le carreau. ( un ami vient de passer 13 mois au chômage et il a compris avec douleur son absence de concours) Un poste de la FPT en contractuel, c'est un siège éjectable.

Pour les absences pour entretien, j'avais compris que ce n'était pas de droit mais à discrétion du CDE....De plus, on peut multiplier les entretiens en vain. Un CDE va être d'accord pour une ou deux absences. Mais il n'est pas rare de passer 10 ou 15 entretiens pour trouver un poste.
( c'est le cas d'un ami dont je viens de parler)
avatar
loulou14
Niveau 1

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par loulou14 le Dim 31 Jan 2016 - 11:14
Bonjour,

Travaillant depuis 12 ans dans le milieu des bibliothèques territoriales je vous conseille très fortement de vous former dans ce domaine car les places deviennent de plus en plus chères et le niveau de technicité attendu sur les postes de cadre (A ou B) est très élevée.
De plus je ne vous cacherai pas qu'il y a une très grosse méfiance de la part des directeurs de service culturels (éventuels recruteurs) devant des candidatures d'enseignants.
Beaucoup se présentent sans formation préalable dans le domaine des bibliothèques persuadés que leur expérience d'enseignants devrait suffire à intégrer ce milieu.
Ils sont soupçonnés aussi de vouloir venir en bibliothèque par défaut parce qu'ils ne souhaitent plus enseigner. Et pour finir, malheureusement l'image des enseignants dans la FPT n'est pas très bonne.
Mais ça n'empêche pas des reconversions très réussies.
Salsepareille
Salsepareille
Neoprof expérimenté

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Salsepareille le Dim 31 Jan 2016 - 12:09
Je me demande bien auprès de qui on a une bonne image...
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Dim 31 Jan 2016 - 12:30
@Salsepareille a écrit:Je me demande bien auprès de qui on a une bonne image...
Comme je le dis ailleurs, il faut vraiment éviter ce métier, c'est un piège dont on ne peut s'extirper : trop spécialisé, méprisé par la société. Et c'est aussi le fait d'avoir des fonctionnaires captif qui permet aux gouvernements de cogner à bras raccourcis, de dégrader encore et encore le statut, les conditions de travail. La fuite ne peut se faire qu'en amont, en n'entrant pas, ou en démissionnant rapidement , comme le font les jeunes. Après, c'est foutu (voir le fil reconversion). Je plans sincèrement ceux qui sont au milieu du gué, qui commencent à être trop vieux pour partir, ou pris dans des obligations familiales et financières, mais qui ont encore plus de vingt ans devant eux. Ils vont vivre en plus le changement de statut, le ralentissement des carrières...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Dim 31 Jan 2016 - 13:21
Exact, c'est ce que j'ai fait, sortir du métier avant d'avoir le capes. Ne garder l'idée de l'EN que si les choses tournaient mal dans le secteur culturel, et non l'inverse ( je trouve ça plus équilibré pour moi) . Et ma faible envie d'y retourner, de peur de faire le remplacement de trop ( ça, je l'ai déjà fait, notamment celui où ça s'est mal passé) qui donne un pli trop marqué qui me ferait basculé dans la catégorie prof pas récupérable.

Sinon, j'étais rentré contractuel sans a priori sur le métier et les enseignants ( bien au contraire) et il faut l'avouer que beaucoup d'enseignants développent des travers qui font fuir à raison les futurs employeurs.
Par exemple, le fait de travailler seul et non en équipe ( la réforme du collège et les EPI refont ressortir ce refus de travailler en équipe) alors que c'est une question qui revient à tous les entretiens.
Et l'insubordination potentielle que ce genre d'attitude représente.
Une certaine image du refus du changement ou changement à contre-coeur ( alors que le secteur privé fonctionne là-dessus)
Le fait que beaucoup d'enseignants se repose sur leur laurier passée la titularisation et se réveillent uniquement pour les inspections. ( On se remet toujours en cause, on interroge ses pratiques tous les jours ailleurs)

Et je pense, que ce sont certes des clichés mais qui se basent sur des cas existants que vous devez reconnaître...

lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Dim 31 Jan 2016 - 14:37
Bon, je vais essayer de ne pas trop déprimer après lecture de vos interventions, qui me sont tout de même très utiles, et que je préfère lire maintenant plutôt que dans des mois ou des années.
L'ouverture de ce sujet avait une visée très matérielle et précise, je ne souhaite pas m'étendre sur ma vie. Juste en quelques mots : je suis malheureusement entrée dans l'EN, en ayant en plus été jusqu'à l'agrégation (vous imaginez donc bien que je suis totalement lucide sur les avantages matériels que je perdrais à une reconversion...), et, toujours aussi malheureusement, je n'y suis pas bien. J'ai découvert après un certain temps de thérapie et de réflexions que c'était tout simplement parce que ce n'était pas fait pour moi. Je comprends tout à fait que des bibliothécaires, ou d'ailleurs toute personne étrangère à l'EN, s'étonnent qu'on puisse vouloir quitter la sécurité de l'emploi pour des secteurs bouchés, mais c'est évidemment sans prendre en compte la nature de notre métier qui n'a de sécuritaire que son contrat. Bref, je n'en veux pas aux personnes qui s'étonnent, mais j'ai moi-même fait mon chemin dans ma tête.
Dans mes réflexions actuelles, la reconversion vers les métiers de bibliothèque n'est qu'une piste parmi d'autres. Elle me paraissait plus rassurante car "balisée" par des étapes, la préparation d'un concours, la recherche d'un emploi sans être obligée de quitter tout de suite l'enseignement... Mais vos différents commentaires me font bien prendre conscience que tout ce parcours peut être de la poudre aux yeux si c'est pour se rendre compte qu'on ne vaut rien sur le marché de l'emploi.

En ce qui concerne ce "piège" dont tu parles, Lefteris, la conseillère mobilité de mon académie m'a parlé sans langue de bois de "prison dorée". Voilà voilà.

Je prends note de vos conseils concernant les formations à associer à l'obtention du concours. Et de la liste de défauts que tu cites, jésus, et qui pourraient effrayer de futurs employeurs : utile pour préparer des entretiens Smile
Lefteris
Lefteris
Empereur

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par Lefteris le Dim 31 Jan 2016 - 15:00
@lapetitemu a écrit: Juste en quelques mots : je suis malheureusement entrée dans l'EN, en ayant en plus été jusqu'à l'agrégation (vous imaginez donc bien que je suis totalement lucide sur les avantages matériels que je perdrais à une reconversion...), et, toujours aussi malheureusement, je n'y suis pas bien. J'ai découvert après un certain temps de thérapie et de réflexions que c'était tout simplement parce que ce n'était pas fait pour moi. Je comprends tout à fait que des bibliothécaires, ou d'ailleurs toute personne étrangère à l'EN, s'étonnent qu'on puisse vouloir quitter la sécurité de l'emploi pour des secteurs bouchés, mais c'est évidemment sans prendre en compte la nature de notre métier qui n'a de sécuritaire que son contrat. Bref, je n'en veux pas aux personnes qui s'étonnent, mais j'ai moi-même fait mon chemin dans ma tête.
C'est surtout ce que les pseudo "zélites" ont fait de ce métier , pour satisfaire à des exigences extrinsèques (réduction des coûtrs, obéissance à l'UE et à l'OCDE) qui est totalement dénaturé,qui se dégrade à la vitesse V (outre le seau d'au glacée quand je suis rentré -plus de vingt ans après- et que j'ai vu ce foutoir , je vois d'année enn année la situation pourrir en accéléré) qui n'est pas fait pour toi, ni pour personne de qualifié cherchant à exercer un métier en rapport. Ceci dit, il ne faut pas quitter une agrégation pour rien à la place, dans un pays de 5 millions de chômeurs, il vaut mieux se lancer dans un processus de reconversion tous azimuts (stages, concours, demandes de détachement...) , ça finira par arriver,, mais pas forcément sur an ou deux.


En ce qui concerne ce "piège" dont tu parles, Lefteris, la conseillère mobilité de mon académie m'a parlé sans langue de bois de "prison dorée". Voilà voilà.
J'en ai eu vaguement conscience , et jusqu'à deux jours de ma titularisation , j'ai hésité. Et ça remonte aujourd'hui avec plus d'acuité , quand mon métier va disparaître, avec ce qui motivait son existence .
Ma situation administrative à l'époque ne s'étant pas débloquée, j'ai pris l'EN la mort dans l'âme (mais pourquoi les détachements ne sont-ils plus plus longs , le temps de se déterminer ? la vraie mobilité, celle qui est choisie, c'est pour l'instant un concept, des mots...) . Mais au moins, je savais où je tombais, où je serais nommé, comment je serais reclassé, et malgré l'inintérêt de mon métier, je vis au moins correctement. Si j'avais eu à faire tout le parcours, comme un jeune, jamais je n'aurais sauté le pas... je ne peux que conseiller à quelqu'un qui a devant lui plus de quarante ans dans ce truc de tout faire pour se barrer.


_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
avatar
jésus
Habitué du forum

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par jésus le Dim 31 Jan 2016 - 15:16
Sur le fond, de toute façon les entretiens d'embauche moderne sont faits pas des personnes qui sont très rarement des recruteurs. Ils ne savent ni recruter ni manager et ont peur des personnes qui pourraient leur désobéir. Ils n'aiment pas la créativité et l'esprit critique et demandent des compétences opérationnelles et des gens qui vont se fondre dans l'équipe pour ne surtout pas déparer. ( quid des différences et des individualités qui se complètent ?)  des clones des personnes qui étaient là avant et de ceux qui sont en place...

Au final, les entretiens ne sont plus que pour désamorcer les pseudo-peurs, clichés que pourraient générer votre candidature ( vous êtes loin, vous avez un enfant, vous n'avez pas la bonne formation, vous avez des expériences déviantes par rapport au poste recherchée) , ils ne cherchent que l'adaptation au poste et parfois ne posent pas de question sur le passé du candidat... Rolling Eyes

Donc, plus on part avec un dossier rempli de clichés plus il faut ramer à contre-courant...de sa propre vision de l'entretien, du poste, de son propre parcours...bref, c'est un peu n'importe quoi.
De plus, chaque recruteur décide d'un critère qui fera sélection du poste, et qui empêche de capitaliser sur ses expériences d'entretien afin de s'améliorer.

Un coup ça sera l'expérience qui va primer, une autre des compétences, une autre la disponibilité, la distance...et le jeu du chat et de la souris peut durer longtemps. ( et le chômage aussi) Et c'est le coup de chance qui met fin en général à cette situation...( alors qu'on nous fait croire que la réussite d'un entretien d'embauche est une science rationnelle...)
lapetitemu
lapetitemu
Expert spécialisé

Les 3 ans après la réussite à un concours territorial Empty Re: Les 3 ans après la réussite à un concours territorial

par lapetitemu le Dim 31 Jan 2016 - 15:47
@oloc a écrit:

Le bénévolat est une bonne idée, mais ça va quand même faire léger. Il faut penser aussi aux formations proposées par l'ABF :
http://www.abf.asso.fr/5/149/20/ABF/formation-d-auxiliaire-de-bibliotheque

Formation diplômante (niveau V...) : étalée sur un an, un jour par semaine, le lundi en général. Elle est assurée par des professionnels des bibliothèques (j'y interviens dans ma région). C'est prévu pour former des agents de catégorie C, mais chaque année, on a au moins deux ou trois enseignants en reconversion.

C'est pas miraculeux, mais les formations reconnues en bibliothèque et compatibles avec un emploi à temps plein ne sont pas légion.

Je viens de regarder et ça me paraît difficile pour mon cas : pas de formation dans ma région (cela dit le site n'est pas à jour pour les formations 2016-2017, avec la fusion des régions, ça peut apparaître), quand je regarde l'Auvergne, il y a 2 jours de formation par semaine. Impossible à négocier avec un cde.
Si je dois passer par une dispo ou un miraculeux CFP (la conseillère mobilité m'a bien fait comprendre aussi que, déjà, pour l'agreg, on ne les distribue pas à tour de bras, alors pour sortir de l'EN... Et comme elle l'a dit, je ne peux même pas "tricher" - c'est elle qui me l'a proposé, hein ! - en disant que je passe l'agreg puisque je l'ai déjà ! Ca risque de se voir Very Happy ), autant que j'opte pour une formation à temps complet.

Pour l'instant, la seule autre formation à distance que je connais c'est le master littérature de jeunesse (qui m'intéresse déjà depuis quelques temps pour d'autres raisons) du Mans, mais j'imagine que ce n'est pas le plus intéressant d'un point de vue professionnel, car très spécialisé ?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum