Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Loreleii
Neoprof expérimenté

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Loreleii le Dim 31 Jan 2016 - 22:34
Cripure a écrit:
@Ronin a écrit:La dyslexie n'est pas un handicap mais un trouble des apprentissages et 90% de ceux qui en sont officiellement atteints n'ont pas été bilantes correctement faisant perdre du temps aux enseignants et aux vrais - dys.
Nous sommes d'accord.

+
avatar
henriette
Médiateur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par henriette le Dim 31 Jan 2016 - 22:35
Cripure a écrit:
@henriette a écrit:Un truc que j'ai découvert en formation, pour les textes à destination des élèves dys, c'est d'éviter absolument l'alignement justifié car l'uniformisation de la marge à droite contribue à les perdre dans le texte.
Pour certains d'ailleurs, faire surligner une ligne sur deux par l'AVS facilite vraiment la lecture, là aussi pour leur éviter de se perdre.
Ce sont des aménagements qui ne sont pas du tout lourds à mettre en place, mais changent vraiment les choses pour ces élèves.
C'est marrant, c'est exactement ce qu'on emploie pour pallier non la dyslexie, mais l'astigmatie...
Tu remarqueras d'ailleurs que j'ai écrit dys- et non dyslexiques, car cet aménagment peut être pertienent pour différents troubles.
Selon le type de dyslexie, les difficultés ne sont d'ailleurs pas du tout les mêmes. Or pour une dyslexie dite "de surface", ou lexicale, la perception même de la forme des lettres est altérées, certaines peuvent par moment sembler plus saillante, et mener l’œil vers une autre ligne du texte. Cet aménagement peut donc s'avérer utile.
Même chose pour des dyspraxiques ou des enfants souffrant de TDAH, mais pour d'autres raisons.

Ces aménagements ont pour but de permettre aux apprentissages de se faire dans les meilleures conditions possibles à l'instant T, et non de servir de béquilles éternellement.

Après, je suis 100% d'accord avec toi : si on commençait par apprendre au CP à lire avec des méthodes de lecture cohérentes, on n'en serait assurément pas là, et cela me met dans une colère noire.
Mais ces gamins, ce n'est pas de leur faute si l'incurie du MEN et de spécialistes auto-proclamés des sciencedeléduc a créé cette situation : ils en sont les victimes. Donc si je peux leur venir en aide, je le fais, c'est tout, qu'il s'agisse de "vrais" dyslexiques, ou de gamins mal alphabétisés.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
tannat
Habitué du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par tannat le Dim 31 Jan 2016 - 22:39
@henriette a écrit:
Ces aménagements ont pour but de permettre aux apprentissages de se faire dans les meilleures conditions possibles à l'instant T, et non de servir de béquilles éternellement.

Après, je suis 100% d'accord avec toi : si on commençait par apprendre au CP à lire avec des méthodes de lecture cohérentes, on n'en serait assurément pas là, et cela me met dans une colère noire.
Mais ces gamins, ce n'est pas de leur faute si l'incurie du MEN et de spécialistes auto-proclamés des sciencedeléduc a créé cette situation : ils en sont les victimes. Donc si je peux leur venir en aide, je le fais, c'est tout, qu'il s'agisse de "vrais" dyslexiques, ou de gamins mal alphabétisés.
+1

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues
avatar
Anarore
Niveau 9

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Anarore le Lun 1 Fév 2016 - 16:33
@tannat a écrit:
@henriette a écrit:
Ces aménagements ont pour but de permettre aux apprentissages de se faire dans les meilleures conditions possibles à l'instant T, et non de servir de béquilles éternellement.

Après, je suis 100% d'accord avec toi : si on commençait par apprendre au CP à lire avec des méthodes de lecture cohérentes, on n'en serait assurément pas là, et cela me met dans une colère noire.
Mais ces gamins, ce n'est pas de leur faute si l'incurie du MEN et de spécialistes auto-proclamés des sciencedeléduc a créé cette situation : ils en sont les victimes. Donc si je peux leur venir en aide, je le fais, c'est tout, qu'il s'agisse de "vrais" dyslexiques, ou de gamins mal alphabétisés.
+1

C'était l'objectif de mes questions Smile

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
henriette
Médiateur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par henriette le Lun 1 Fév 2016 - 18:37
Je l'avais bien compris - et pas que moi, d'ailleurs.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
Olympias
Prophète

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Olympias le Lun 1 Fév 2016 - 20:39
J'ai une élève dyspraxique, super gentille qui ne voulait même pas en parler pour ne pas gêner. Arial 16 et hop ! C'est plié.
Rien à voir avec des faux dys. Ou avec les capricieux de service
avatar
henriette
Médiateur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par henriette le Mar 2 Fév 2016 - 1:04
Après, tout dépend du "niveau" de dyspraxie. J'en ai un cette année, qui se débrouille bon an mal an, même si sa graphie est vraiment difficile (par exemple pour différencier c et e, u et a), et que les constructions géométriques lui sont quasiment impossibles à réaliser sauf avec geogébra.

Par contre, il y a trois ans, j'avais un élève dyspraxique pour qui le moindre geste nécessitant une "décoordination" (je ne sais pas comment dire ça) des bras ou des jambes était un effort littéralement épuisant, donc impossible de le mettre sur ordinateur par exemple.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par User5899 le Mar 2 Fév 2016 - 2:13
Non mais la dyspraxie, ça n'a rien à voir, non ?

Oh et puis crotte, j'ai pas fait médecine.
avatar
Cox
Niveau 9

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Cox le Mar 2 Fév 2016 - 6:36
En expression écrite, je ne les évalue pas en orthographe/syntaxe ; en dictée, ils ont un texte à trous. Evidemment, tous les dys n'ont pas les mêmes difficultés ni le même degré de difficultés, mais bon... Sinon, l'AVS et moi-même sommes là pour leur relire les consignes, les surligner.

L'AVS aide les plus lents à noter le cours, sinon, on fait des photocopies.

avatar
Anarore
Niveau 9

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Anarore le Mar 2 Fév 2016 - 8:05
Cripure a écrit:Non mais la dyspraxie, ça n'a rien à voir, non ?

Oh et puis crotte, j'ai pas fait médecine.

En fait tout est plus ou moins lié : un dyspraxique a des problèmes aussi bien avec les savoir-faire que la gestuelle. ça peut donc atteindre l'écriture...
De la même façon un dylsexique touche souvent la dysgraphie et la dysorthographie vu que les connexions de l'apprentissage dans le cerveau ne se font pas au même endroit et qu'on leur apprend avec nos connexions.

Après (et tout l'abus vient de là on est bien d'accord) il y a différents degrés. Donc pour faire la différence entre les vrais dys et les prétendus c'est le bordel. On ne sait pas encore tout sur ces problèmes...

Une collège en a deux dans sa classe : une qui a besoin de feuilles a3 et de temps pour s'y retrouver, un autre qui ne peut pas tracer un mot et qui travaille sur ordinateur. Les deux ont un PPS pourtant.

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
Violetsrblue
Niveau 6

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Violetsrblue le Mar 2 Fév 2016 - 12:14
@tannat a écrit:Demanderiez-vous à un aveugle de lire un texte qui ne serait pas en braille ? Considéreriez-vous qu'il s'agirait d'un syndrome compassionnel que de permettre à un sourd ou à un aveugle de passer les examens en bénéficiant d'outils adaptés ?
Je ne dis pas qu'il faut tout leur passer ; je dis qu'il faut mettre en place des outils adaptés et avoir les mêmes exigences lorsque ces outils leur sont proposés. Et ces outils ne sont pas ceux que des parents trop indulgents demandent mais ceux qui sont nécessaires à ces élèves pour que l'on puisse exiger d'eux ce que l'on demande aux autres.

Entièrement d'accord.
Il y a peut être "des abus" mais il y a aussi des élèves dont les particularités doivent être prises en compte au risque de ne pas leur assurer une réelle égalité des chances (bien qu'elle soit utopique, je le sais...).
J'ai mis en place ces évaluations (qui demandent surtout une remise en forme, une reformulation et pas tant de temps que ça non plus... Rolling Eyes ) pour les évaluations communes notamment et je ne pense pas que ce soit superflu. J'estime même que cela fait partie de mon travail...

Peut être que mes années passées auprès d'élèves DC & DA (déficients cognitifs, déficients auditifs) y sont aussi pour quelque chose.

_________________
"I give in to sin because you have to make this life liveable..."
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Aliceinwonderland le Ven 5 Fév 2016 - 10:10
En même temps en tant qu'orthophoniste je pense qu'il faudrait quand même se pencher sérieusement sur tous ces enfants effectivement "handicapés"  mais victimes de mauvaises méthodes. Certaines collègues disent un peu comme vous : même si ce ne sont pas des "vrais", le résultat est le même, donc ils ont droit à des aménagements etc.
Mais déjà au lieu de multiplier les PAI etc ne vaudrait-il pas mieux prévenir que guérir ? Et a-t-on bien pris la mesure de ce que cela va coûter à la société, tous ces enfants diagnostiqués ?
Je dirais aussi aux enseignants complaisants de se méfier ; du fait des abus les demandes de tiers temps exigent de plus en plus des tests précis, au final pas mal de dossiers sont rejetés si le bilan est trop light.
Je m'étonne aussi qu'un enfant uniquement dysorthographique ait droit à des aménagements (je n'oserais pas en demander pour ma part si seule la transcription était hors normes). Et à nouveau je m'interroge sur les enfants pathos n'ayant jamais redoublé, et qui se retrouveraient dans la norme faible au niveau inférieur. Les parents voient à court terme et se réjouissent de voir les difficultés prises en compte, mais est-ce si souhaitable? Par contre j'avoue que faire comprendre cela aux parents n'est pas évident, cela exige de la pédagogie, de la patience et parfois pas mal de sang-froid.
Ce qui me frappe aussi c'est qu'une des raisons pour lesquelles je sais que je n'enseignerai plus (en tout cas pas dans le public tel qu'il est), c'est que je me dis qu'on me demanderait en fait de faire un travail d'orthophoniste et non de prof de français. Donc tant qu'à faire je préfère être orthophoniste, en avoir un seul en face de moi et pouvoir vraiment m'adapter (même si la aussi je deviens un dinosaure car de plus en plus de collègues multiplient les actes et ne sont plus que des comptables qui vendent du vent).
Edit Et j'oublie le fait que cela crée un encombrement des cabinets, empêchant de prendre en charge les vrais cas. On n'a plus le temps de rééduquer, on bilante les faux dys pour répondre au consumérisme des parents qui veulent leur tiers temps et leurs aménagements.


Dernière édition par Aliceinwonderland le Sam 6 Fév 2016 - 19:22, édité 1 fois
avatar
ysabel
Devin

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par ysabel le Ven 5 Fév 2016 - 19:36
Tout à l'heure je discutais avec un de mes secondes qui est dyslexique. Il est arrivé en début d'année en me disant qu'il était dys et qu'il le fallait pas compter "l'orthographe". Je lui ai dit pas question, plu souple oui, mais cela comptera car au bac, sur ta copie ce ne sera pas écrit "dyslexique".
Bref, mercredi je rends une interrogation de cours où il a une note très mauvaise et peste à cause des points de langue. Je le remets à sa place car c'est la leçon qui n'est pas sue.
donc tout à l'heure, il m'avoue qu'il n'a jamais fait autant d'effort pour progresser - et il progresse - car je lui botte les fesses (virtuellement, bien sûr) et du coup, il travaille davantage avec son orthophoniste pour progresser.
Bref, aider les dys, oui, mais les materner et leur faire croire qu'ils peuvent être brillants en français, non...
et il en était que plus fier d'avoir réussi vraiment très bien à réciter la tirade de Phèdre devant toute la classe (il avait demandé à son orthophoniste comment apprendre le texte... C'est dingue quand même... comme s'il n'avait jamais eu besoin d'apprendre qqch avant la seconde !).

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
henriette
Médiateur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par henriette le Sam 6 Fév 2016 - 18:31
Pour ma part, je ne pense absolument pas "materner" les élèves dys, je ne suis pas du tout dans cette démarche. Je fais en sorte qu'ils puissent faire le même travail que les autres.
Ils ont donc les mêmes devoirs que les autres, mais j'adapte la présentation, la mise en page, et pour certains la longueur des réponses que j'attends, avec la possibilité par exemple de surligner dans le texte plutôt que de réécrire un relevé qui leur prendra un temps énorme et les empêchera de traiter les autres questions.
Ils sont en 5e, je préfère qu'ils fassent l'ensemble des questions en exigeant moins de rédaction, que moins de questions avec la même rédaction que les autres.

L'idée, c'est que ces aménagements sont là pour permettre la mise en place des apprentissages d'élèves qui sont tout à fait capables de procéder à l'analyse grammaticale d'un texte pour peu qu'on le leur fournisse avec une présentation adaptée à leur handicap.
L'objectif est de réduire progressivement ces aménagements, lorsque les apprentissages sont en place.
Par exemple, j'ai deux élèves pour lesquels je ne fais plus, depuis janvier, de sujet à présentation aménagée pour les contrôles de conjugaison ou pour les dictées, car ils ont progressé et s'en sortent à présent sans.

Tous ces aménagements produisent un effet bénéfique, ne serait-ce que sur l'image que ces élèves ont d'eux-mêmes, et je ne regrette pas de prendre le temps de les faire - et ce temps n'est vraiment pas très important, en fait, à présent que j'ai pris l'habitude et que j'ai des idées de ce que je peux faire.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Aliceinwonderland le Sam 6 Fév 2016 - 19:04
S'ils n'en ont plus besoin, le diagnostic était-il vraiment sérieux? Je me pose sincèrement la question.
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Ronin le Sam 6 Fév 2016 - 19:06
Je crois savoir...

_________________
avatar
henriette
Médiateur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par henriette le Sam 6 Fév 2016 - 19:17
Je ne parle pas nécessairement d'élèves dyslexiques. Wink

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
avatar
Eloah
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Eloah le Sam 6 Fév 2016 - 22:12
Alice et Ronin, vous semblez sous-entendre que si les élèves d'Henriette progressent et réussissent à se passer de certains aménagements, c'est que ce ne sont pas des "vrais" dys- ... S'il est impossible pour un dys- de progresser, à quoi donc sert le travail réalisé avec un orthophoniste, un psychomotricien, etc ??? 😕
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Aliceinwonderland le Sam 6 Fév 2016 - 22:51
Aujourd'hui le diagnostic est posé (de manière considérée comme fiable, c'est-à-dire via des tests reconnus par les centres référents et de plus en plus exigés pour les tiers-temps) quand il y a au moins 18 mois à 2 ans d'écart en âge développemental avec la classe d'âge. Certains tests ayant été réétalonnés comme l'Alouette-R (car le niveau a de fait baissé), je t'assure que quand un enfant a ses deux ans d'écart le décalage est tel qu'au niveau du collège on sait qu'il ne récupérera jamais.
J'ai suivi plus d'un an un ado qui a fait de gros progrès, certes et j'en suis contente mais les ados ça me déprime car on sait qu'on ne les ramènera jamais dans la norme. Celui-là est passé de -6ET à -4 -à la louche-,il ne fait plus de confusions sourdes sonores à l'écrit et écrit désormais phonétiquement, il lit mieux mais dans son collège privé ils n'en veulent pas en seconde générale. Au collège si le diag a été posé avec des tests fiables, le décalage est déjà tel que normalement ils restent toujours très lents et dysorthographiques dans le meilleur des cas, même moins atteints que cet ado.
Après j'avoue que cette définition me gêne car j'ai vu des enfants avec des profils très à risque (extrême lenteur, confusions visuelles et ou phonétiques au départ) récupérer de façon assez incroyable quand la PEC est précoce et intensive, mais on nous dit que dans ce cas ils ne l'étaient pas... Et on diagnostique des enfants car ils ont ce décalage mais quand on les rééduque on voit qu'ils n'ont tout simplement pas appris les sons, mais n'avaient pas de difficultés particulières. Simplement passé une certaine fenêtre il est trop tard : quand on envoie des enfants en CE2 ou CM1 qui confondent encore digraphes ou sons complexes, on les récupère plus ou moins mais ils gardent toujours des profils très proches de dys (parfois c'est très dur de savoir vraiment -pour ma part je considère la vitesse comme un critère déterminant - les enfants qui lisent mal mais vite, je suis toujours persuadée que ce ne sont pas des vrais, mais désormais certains centres les diagnostiquent comme tels). Et ces enfants sont de plus en plus nombreux. Avec un consumérisme accru des parents persuadés que les aménagements sont la panacée, et souvent aveugles (j'ai déjà raconté comment la mère de l'ado était persuadée que son fils était capable de faire médecine parce qu'elle avait dû lire sur des sites qu'Einstein - ou d'autres personnalités célèbres -étaient dys... Einstein ne serait plus diagnostiqué aujourd'hui dys à mon avis).
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par trompettemarine le Sam 6 Fév 2016 - 22:59
Ton post est très intéressant.
Il y a dans le livre Réapprendre à lire des passages très intéressants sur la dyslexie et sur ce qu'est devenu le travail des orthophonistes dans ce domaine, et ton post me rappelle l'étude des auteurs de ce livre sur les tests de vitesse de lecture.
Je conseille vivement à tous la lecture de cette étude.

_________________
"Il y a des oubliés au souvenir du monde. Il faut céder un peu d'eau pure, c'est-à-dire un peu de langue écrite, aux vieux noms qu'on ne prononce plus."(P. Quignard)
avatar
Aliceinwonderland
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Aliceinwonderland le Dim 7 Fév 2016 - 11:21
Ce qui me gêne aussi c'est qu'effectivement on peut faire faire énormément de progrès aux enfants mais il faut que la PEC soit régulière et de préférence précoce.
La PEC avec l'ado en question vient de s'arrêter (j'avais même pensé poster sur le topic sur le consumérisme des parents car la mère est PE et ce sont des parents space, le père s'est posé comme un "client"etc), comme quoi je pense que ce type d'attitudes se répand et pas seulement à l'égard des profs (et j'ai pu constater que parfois le pauvre généraliste du bureau près du mien s'en prend plein la tronche aussi, les gens se lâchent...)
Finalement ça m'arrange, il était souvent absent sans que j'aie jamais la moindre excuse, je pense que j'ai laissé passer plus de choses car la mère étant instit sur l'école en face j'évitais tout affrontement.
En ressortant le dossier pour laisser un message comme quoi je mets fin à la prise en charge, je retombe sur l'historique du suivi et je vois qu'il a été suivi deux ans en maternelle pour retard de parole et de langage et deux ans en primaire par deux orthophonistes différentes, ce qui est très étrange pour un enfant que j'ai récupéré avec un niveau aussi bas. Je m'interroge : consumérisme des parents qui a aussi conduit à un clash? ou collègues peu sérieuses qui ont fait du chiffre et ne s'en sont pas bien occupé? Ou un peu des deux? Je précise que si les parents se sont montrés odieux, l'ado est très mignon (d'où ma mansuétude aussi), quand il pensait à venir il faisait énormément d'efforts. Et par exemple question à Ronin, au premier bilan il était dans les chaussettes à l'épreuve des mots de la BALE/ODEDYS en précision comme en vitesse ; au second bilan il lit parfaitement TOUS les mots, même les mots irréguliers, par contre il est toujours patho en vitesse. Pour ma part, je n'ai jamais vu une récupération aussi fulgurante en lecture de mots à cette épreuve, surtout pour les mots irréguliers. Et indéniablement c'est un enfant handicapé qui fait des efforts réels. Mais je me demande s'il aurait été patho s'il avait été suivi par moi dès le début de la maternelle au CE2 sans interruption.
Je m'interroge aussi en voyant qu'un enfant que je suis depuis le CP, et qui n'avait quasiment aucun langage en français à l'époque se retrouve avec une récupération assez fulgurante en CM1 (et pourtant il y a un truc dans la famille, le petit frère a un trouble très grave - TED ou retard global ou les deux je ne sais pas à l'hôpital de dire- et je pense vraiment qu'il y a un truc dans cette famille) mais avec de l'assiduité et beaucoup de patience (chaque semaine je prépare et plastifie de nouvelles cartes, de nouveau jeux associant images, mots, phrases), on peut faire des miracles. Et cette année il a une enseignante très sévère, à l'ancienne, qu'ont eue mes enfants et qui est rétive à tout aménagement et ça se passe super bien, il n'a jamais autant progressé...
Mais pour les ados je suis perplexe, soit ils ont vraiment un trouble grave et relèvent de l'enseignement spé (et il faudrait ouvrir plus de classes dys etc), soit on fait une PEC sérieuse en maternelle primaire et au collège ils s'en sortent. Je pense revendre des livres ortho édition destinés aux ados que j'avais achetés qui sont en fait du BLED amélioré et qui je trouve ne relèvent pas de nos compétences mais du soutien scolaire.
Ne pas oublier non plus qu'un enfant va enrichir son vocabulaire à partir du CP essentiellement en lisant, donc un vrai dys va accumuler un retard à ce niveau inévitablement et la scolarité au collège normal sera forcément plus compliquée ...
J'ajoute, récemment je découvre que certains collègues montent à 95 RV/semaine. Je me demande comment ils font. Une collègue sur FB explique qu'elle tronçonne le bilan en 10 séances pour être correctement payée (donc pendant un trimestre on bilante, on ne rééduque pas). Elle fait tout en séance pour ne pas ramener de travail à la maison : appeler la mutuelle, rédiger la demande d'accord préalable etc. Et elle rédige le bilan au fur et à mesure avec le patient en face. J'ai du mal à comprendre qu'on ose étaler des pratiques aussi limites sur FB mais bon, je comprends pourquoi je ne gagne guère et ai l'impression d'être bouffée par les compte-rendus et l'administratif. Pour autant, je ne changerai pas ma pratique mais on est vraiment dans un système fou, et je le redis, méfiez-vous en tant qu'enseignants, je pense vraiment que dans beaucoup de cas ces demandes sont abusives et qu'il ne faut pas hésiter à creuser, en savoir plus.
Récemment j'ai reçu une demande d'équipe éducative pour un enfant que je n'ai en fait jamais suivi (simple prise de contact il y a un an et demi, puis la mère injoignable pendant deux mois car son tel avait changé m'a recontactée en exigeant un créneau horaire impossible). Elle avait sans vergogne donné mon nom. J'ai répondu que je ne le suivais pas, et comme il n'y a eu ni bilan ni suivi je pense être dans les clous (enfin j'espère) mais il paraît que du fait du secret médical nous n'aurions pas le droit de dire qu'un suivi a tourné court... Donc des parents peuvent mener en bateau le collège ou l'école en faisait croire qu'il y a toujours suivi, et légalement ce n'est que pour les tiers temps que l'EN est en droit de demander un bilan...
Au départ le bilan devait être envoyé avant tout au médecin prescripteur, comme je le dis aux parents le bilan n'est pas un gadget qu'on donne à l'école, je ne conseille de le transmettre au début que quand il y a quelque chose de grave impliquant une intervention de la psy scolaire en vue d'une orientation en CLIS ou autre. Sinon on part d'abord avec l'idée qu'on va récupérer l'enfant et seulement après si une dyslexie est avérée on se préoccupe des aménagements... en ayant bien conscience que dans certains établissements cela signifie que l'enfant n'ira pas en seconde générale.


Dernière édition par Aliceinwonderland le Dim 7 Fév 2016 - 13:46, édité 1 fois
avatar
Ronin
Guide spirituel

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Ronin le Dim 7 Fév 2016 - 11:33
Bon. Tu te doutes que je suis encore une fois sur la même longueur d'onde que toi. Je suis sur le téléphone je ne peux pas trop développer mais ça mériterait que je le fasse dans la semaine puisque j'ai les deux publics. Enfants non lecteurs ou très mauvais lecteurs parce que psychotiques ou états-limites. Adolescents mauvais lecteurs avec une minorité de vrais -dys et beaucoup de gamins ayant subi des méthodes débiles, des troubles sensoriels ou du retard mental. Et clairement beaucoup beaucoup d'abus et de faux diagnostiques.

Au détriment des gamins vraiment patho et des profs. Mais la culpabilisation et la démagogie de la hiérarchie ont de beaux jours devant eux.

_________________
avatar
Niht
Fidèle du forum

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Niht le Dim 7 Fév 2016 - 12:43
Aliceinwonderland et Ronin, vous confirmez mes craintes. L'épidémie de "dys-" touche maintenant le supérieur, nous voyons fleurir les tiers-temps pour les partiels, mais bizarrement, la MDPH ne demande aucun aménagement des cours/TD/TP.
J'ai du mal à comprendre comment un étudiant "dys" peut prendre en note un cours magistral, recopier des diapos à la même vitesse que ses camarades, etc. s'il a besoin de temps supplémentaire pour les examens. Et le pire dans l'histoire, c'est que ces étudiants y arrivent ! Je leur ai demandé s'ils étaient suivis en orthophonie ou autre, la réponse est invariablement la même : non.
avatar
Provence
Enchanteur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Provence le Dim 7 Fév 2016 - 13:00
@Aliceinwonderland a écrit: Et cette année il a une enseignante très sévère, à l'ancienne, qu'ont eue mes enfants et qui est rétive à tout aménagement et ça se passe super bien, il n'a jamais autant progressé...
Ça ne me surprend pas. Les exigences de cette maîtresse doivent tirer ce gamin vers le haut.

avatar
Anarore
Niveau 9

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Anarore le Lun 8 Fév 2016 - 7:56
Merci Aliceinwonderland pour ces témoignages !

Le but de ce topic est vraiment pour moi d'apprendre à proposer aux élèves qui ont les papiers officiels (et qui sont suivis par des orthos et ont un dossier de suivi épais comme mon poing ) une façon d'apprendre plus simplement (grâce à la mise en page). Je suis dans un endroit où on considère que la mise en place de remédiations peut attendre un an sans problème, et moi ça me gêne parce qu'il y a de vraies difficultés.
Pour le moment, en suivant les conseils glanés ici, j'ai donné exactement les mêmes devoirs, la présentation était simplement différente. Les élèves se donnent du mal, et de toute façon s'ils ne font pas leur travail, ils (attention gros mot) sont punis : j'avertis les parents, et je les envoie en heure de colle avec du boulot en plus de celui qu'ils avaient à faire. Je n'ai que très peu de réfractaires et les parents sont ravis : il/elle travaille en étude maintenant, il/elle a lu un livre en entier, il/elle range ses affaires.
Je suis loin d'être une violente pourtant, j'aime beaucoup discuter avec mes élèves, mais j'ai des exigences.

Sur le terrain des dys, je débute par contre... Je suis trop jeune dans le métier pour voir l'impact des mauvaises pratiques de lecture et d'écriture. Et je commence à m'apercevoir que je ne travaille pas assez l'orthographe donc j'y remédie et je cherche comment faire pour améliorer ça.
Le problème étant que je n'ai aucune idée de quelles sont ces mauvaises pratiques : auriez-vous des exemples ?

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
Provence
Enchanteur

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Provence le Lun 8 Fév 2016 - 12:03
@Anarore a écrit:

Sur le terrain des dys, je débute par contre... Je suis trop jeune dans le métier pour voir l'impact des mauvaises pratiques de lecture et d'écriture.

Quand tu fais lire à haute voix, tu découvres que certains gamins lisent approximativement: "le" pour "les" ou "de"; le début d'un mot pour un autre, pas de ponctuation, pas de ton, des pauses avant chaque mot un peu long pour avoir le temps de le deviner. Tu entends clairement qu'ils ne comprennent pas ce qu'ils lisent.
On pourrait objecter que ce sont des dys, mais ça en ferait beaucoup tout de même, avec un micro-climat sur certains villages. A titre d'exemple, longtemps, dans mon collège, nous avons recruté dans un petit village dont la maîtresse (classe unique) était une vraie Rolls. Les gamins qui nous arrivaient, quelles que soient leurs possibilités, se plaçaient clairement au-dessus des autres: ils savaient tous lire convenablement à haute voix, rédiger un texte qui se tenait, sans trop de fautes. Et puis la maîtresse est morte et nous voyons arriver, depuis cette année, des élèves intelligents avec quelques difficultés de lecture/écriture. Ils ne sont pas pires qu'ailleurs, mais on remarque clairement que quelque chose s'est perdu du point de vue des méthodes. Spontanément, les parents m’ont parlé du fait qu'on avait supprimé la lecture à haute voix. Je ne sais pas si cela provient de là, je me borne de noter la différence et de m'en attrister. Je précise que les méthodes de l'institutrice décédée n'étaient probablement pas très bien vues de l'inspection... Trop traditionnelles, sans doute... Sad

Pour l'écriture, envoie les élèves au tableau. Tu verras le nombre de ceux qui tiennent le stylo n'importe comment, qui font les ronds dans le mauvais sens, qui lèvent trois fois le stylo pour faire une lettre. Sur les cahiers, regarde le nombre de ceux qui n'écrivent pas entre les lignes, d'un tracé énorme ou minuscule, qui ne connaissent pas la taille des lettres comme le "l", le "t" ou le "g". Cela pose un problème de lisibilité mais aussi de rapidité pour l'élève. Et le temps qu'on passe à se concentrer sur le tracé des lettres, on ne le passe pas à réfléchir à l'orthographe du mot. Une amie graphothérapeute ajouterait que l'exercice même de copie, selon les élèves, est variable. Certains sont obligés de regarder le mot à plusieurs reprises pour le copier correctement. Tu imagines le temps que cela prend.


Et je commence à m'apercevoir que je ne travaille pas assez l'orthographe donc j'y remédie et je cherche comment faire pour améliorer ça.
Je crois qu'il faut travailler l'orthographe tout le temps: passer dans les rangs pour vérifier les cahiers pendant que les élèves copient; demander, au moment d'écrire une phrase, la terminaison de tel ou tel verbe en insistant bien sur la raison pour laquelle on choisit telle terminaison, sur le raisonnement grammatical; pratiquer régulièrement l'exercice de la dictée, en partant du principe que certaines choses sont acquises (on ne fait pas un cours sur tout tous les ans) mais en conservant une progressivité dans les apprentissages; retirer des points pour les fautes de copie dans les contrôles.
Contenu sponsorisé

Re: Evaluation pour dyslexique / dysothographique / dysgraphique

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum