Lire et écrire : de l'école au collège

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Anarore le Dim 7 Fév 2016 - 18:45

Bonjour à tous,

J'enseigne au collège, et je sors tout juste de ma formation sur les nouveaux programmes en français pour le collège. Durant cette formation les inspecteurs nous ont expliqué la chose suivante : si en 6eme nous avons des élèves qui peinent à lire et écrire correctement, il faudra y remédier. L'annonce a été accueillie avec un silence de mort, jusqu'à ce que quelqu'un lève la main et demande quand est-ce que nous aurions les formations pour pouvoir faire cela. Nous étions tous d'accord pour dire que nous n'avions pas la pratique essentielle des PE !
Résultat : pas de formation...

Sur Amazon j'ai trouvé des cahier de remédiation et d'approfondissement à l'écriture qui ont l'air pas mal : le Graphilettres de chez Magnard, et les cahiers de chez Hatier.

Mais pour la lecture, nada....

Aussi je me tourne vers vous : comment aider un élève de 11 ans à mieux lire et écrire ? Qu'utilisez-vous ? lecteur

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Dim 7 Fév 2016 - 19:40

L'écriture, c'est mon rayon.
Il existe des formations, heureusement. 
Pour se les faire rembourser ou payer, c'est compliqué, mais ça existe!
J'en fais moi même, d'ailleurs.

Les cahiers pour l'écriture dont tu parles ont le mérite d'exister. Mais ils ne sont pas faits pour les collégiens, malheureusement.


Pour la lecture, je ne sais pas, par contre.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Anarore le Dim 7 Fév 2016 - 20:44

Bon c'est déjà une bonne nouvelle qu'il en existe pour l'écriture ! Comment est-ce que cela se passe pour les trouver : dans le PAF ?

C'est un peu ce que je redoutais pour les cahiers cités... il y en a quand même un qui est censé faire la liaison école/collège mais c'est tout le problème : il est "censé". Il faudra que j'aille le potasser éventuellement en librairie pour voir. ça peut peut-être me donner des idées.

Pour la lecture, ma question est bête mais : comment leur apprenez-vous à lire ?

Merci d'avance et toutes mes excuses pour cette ignorance ^^""

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Provence le Dim 7 Fév 2016 - 20:48

@Anarore a écrit:Bonjour à tous,

J'enseigne au collège, et je sors tout juste de ma formation sur les nouveaux programmes en français pour le collège. Durant cette formation les inspecteurs nous ont expliqué la chose suivante : si en 6eme nous avons des élèves qui peinent à lire et écrire correctement, il faudra y remédier.
Ce qui est grave, c'est d'accepter officiellement l'idée qu'il est normal, habituel, ordinaire, qu'on entre en 6e sans savoir lire. Et pendant ce temps, on supprime le redoublement...

L'annonce a été accueillie avec un silence de mort, jusqu'à ce que quelqu'un lève la main et demande quand est-ce que nous aurions les formations pour pouvoir faire cela. Nous étions tous d'accord pour dire que nous n'avions pas la pratique essentielle des PE !
Résultat : pas de formation...

Personne n'a protesté? Parce que je voudrais bien savoir ce qu'on fait de ceux qui savent bien lire pendant qu'on s'improvise magicien: si le gamin n'a pas appris à lire en cinq ans de primaire, je me demande bien par quel miracle il l'apprendra en 6e...

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Rabelais le Dim 7 Fév 2016 - 20:49

Je cauchemarde .

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ma'am le Dim 7 Fév 2016 - 20:55

Vous faisiez comment jusqu'à présent ?
Ce n'est pas parce que la 6e passe dans le cycle 3 que vous allez recevoir des hordes d'illettrés, enfin j'espère ! affraid

En revanche, s'ils suppriment la 6e SEGPA, là c'est sûr que vous allez voir arriver au collège un public un peu différent de vos clients habituels...

Sinon, pour répondre à ta question, il y a plusieurs cas de figure. Si ce sont des enfants allophones, on bricole, on prend une méthode de CP et on essaye de les alphabétiser tant bien que mal. Si ce sont des élèves en très grande difficulté scolaire, on bricole aussi, avec des bouquins de CE1 par exemple. Mais c'est plus facile pour nous qui les avons toute la journée et qui pouvons aller les voir quand les autres sont en autonomie que pour vous qui êtes coincés par vos 55 minutes. C'est sûr.

Ma'am
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Rabelais le Dim 7 Fév 2016 - 22:29

( juste pour rebondir : je ne me sens pas coincée ...grâce aux 55 mns:D)

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Anarore le Lun 8 Fév 2016 - 8:01

Si si, à l'annonce du "pas de formation" ça a gueulé : il suffit de ne pas les laisser passer en 6eme / il faut faire des parcours spécifiques / c'est qu'on n'a pas les bonnes méthodes pour apprendre à lire / nous ne sommes pas magiciens / d'accord si je n'ai que 15 élèves dans ma classe, et j'en passe.
Jusqu'à présent, j'ai vu que les élèves ciblés allaient en AP, mais dans le collège où je suis en stage, le public est favorisé. Honnêtement je pose la question pour moi, qui débarque et serai très certainement dans un coin difficile l'an prochain...
Certains collègues m'ont dit qu'il y avait des genres de stages pour "illettrés" (je cite) dans les zones très rurales où je pourrais aller. Mais est-ce tout ?

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac

Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Verdurette le Mer 9 Mar 2016 - 5:41

Ce n'est pas une consolation, mais d'après ce que j'ai entendu, les PE ne sont guère formés non plus à l'apprentissage de la lecture ...
Ils apprennent, pour beaucoup, sur le tas.

Ce qui risque d'aggraver la situation des futurs collégiens :
Cette année , pour la première fois, nous sommes réellement bloqués quant au redoublement des élèves en élémentaire, même pour les élèves non-lecteurs.  Il faut, préalablement à toute proposition de redoublement à une famille, envoyer une demande dûment motivée à l'IEN. Qui refusera très probablement,  à de rares exceptions près. Y compris quand c'est la famille qui demande (ce qui arrive, surtout quand nous proposons un passage en CLIS par exemple. La famille refuse la CLIS, demande un redoublement, qui est refusé, et hop ! l'élève passe à l'ancienneté et sédimente ses lacunes.

Nous avons par exemple deux élèves qui sont arrivés en cours d'année d'un pays africain en guerre, ils sont francophones mais n'ont jamais été à l'école, à 7 et 11 ans. Donc vous imaginez les lacunes (bien explicables,  au demeurant) qu'ils peuvent avoir, plus difficiles à rattraper pour l'aîné qui, selon l'âge, devrait passer en 6ème l'année prochaine.
Pour eux , nous avons une petite chance d'obtenir gain de cause.

Ce qui va peut-être améliorer la situation :
La seule disposition qui va peut-être nous aider à rééquilibrer un peu ce passage à l'ancienneté, c'est l'allègement du programme du nouveau cycle 2 (CP-CE2) qui va nous laisser davantage de temps pour la lecture en CP et  CE1. Mais à condition que les méthodes employées soient convenables, et qu'on arrête de saupoudrer des tonnes de notions inutiles, anglais, histoire des arts, et j'en passe, qui nous détournent de ce qui devrait être notre quasi unique préoccupation : "Objectif Lecture et compréhension des bases de la numération",  sinon ...

Il y a de bons outils pour la remédiation en lecture, sur le plan de la compréhension,  aux éditions de la Cigale, mais je n'ai pas eu le temps d'aller voir si certains convenaient aux collégiens. Mais si le code n'est pas convenablement acquis, je ne vois pas d'autre solution que de reprendre de zéro. Les manuels de CP sont un peu simplets pour des collégiens, mais finalement c'est peut-être le meilleur moyen ... Je ne connais pas ceux destinés à l'alphabétisation des adultes.

Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Presse-purée le Mer 9 Mar 2016 - 6:26

@Provence a écrit:
@Anarore a écrit:Bonjour à tous,

J'enseigne au collège, et je sors tout juste de ma formation sur les nouveaux programmes en français pour le collège. Durant cette formation les inspecteurs nous ont expliqué la chose suivante : si en 6eme nous avons des élèves qui peinent à lire et écrire correctement, il faudra y remédier.
Ce qui est grave, c'est d'accepter officiellement l'idée qu'il est normal, habituel, ordinaire, qu'on entre en 6e sans savoir lire. Et pendant ce temps, on supprime le redoublement...

L'annonce a été accueillie avec un silence de mort, jusqu'à ce que quelqu'un lève la main et demande quand est-ce que nous aurions les formations pour pouvoir faire cela. Nous étions tous d'accord pour dire que nous n'avions pas la pratique essentielle des PE !
Résultat : pas de formation...

Personne n'a protesté? Parce que je voudrais bien savoir ce qu'on fait de ceux qui savent bien lire pendant qu'on s'improvise magicien: si le gamin n'a pas appris à lire en cinq ans de primaire, je me demande bien par quel miracle il l'apprendra en 6e...

Si je ne me trompe pas, l'apprentissage du geste graphique (savoir écrire, donc) est potentiellement finalisable en fin de cycle trois, soit en sixième.
On a tellement peur d'apprendre des trucs aux pauvres qu'on accepte l'idée qu'ils apprendront à lire et à écrire en 6 ans...

Ou, version totalement cynique: mettre dans la merde les PLC qui enseignent en 6ème est le seul moyen qu'ils ont trouvé pour piquer ce niveau et le redistribuer aux PE, i.e. virer enfin ces salauds de PLC élitistes formés à une seule matière du collège pour enfin créer la grande école primaire jusque 16 ans qu'ils attendent de leurs voeux.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR

Presse-purée
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Mer 9 Mar 2016 - 7:16

@Presse-purée a écrit:
Si je ne me trompe pas, l'apprentissage du geste graphique (savoir écrire, donc) est potentiellement finalisable en fin de cycle trois, soit en sixième.
On a tellement peur d'apprendre des trucs aux pauvres qu'on accepte l'idée qu'ils apprendront à lire et à écrire en 6 ans...
Hum. Comment dire... titanic
En sixième, on n'en est normalement plus à l'apprentissage. J'en veux pour preuve que LE test officiel pour diagnostiquer une dysgraphie chez un collégien, nommé le BHK Ado, ne voit aucune différence de qualité entre l'écriture d'un élève de 6eme et celle d'un élève de 3ème. Selon eux, l'écriture est parfaitement fonctionnelle et automatisée dès la 6ème, seule la vitesse varie durant les années de collège.
Mais je peux vous dire une chose : tout n'est effectivement pas perdu car beaucoup d'ados on juste une écriture catastrophique car ils ont subi l'enseignement d'une personne non formée. Je rééduque les gamins en moyenne en 5/6 séances. Je vois deux options : soit je suis magicienne, soit ils n'ont pas de handicap, ces mômes là.
Quand un môme tient mal son crayon et forme ses lettres n'importe comment, oui, il y a un souci d'enseignement à la base, que l'enseignement ait été foireux, ou que le môme n'était pas du tout prêt à ce moment là. Souvent les deux, d'ailleurs.

Pour des formations de qualité, il faut regarder du côté du site de la 5E : http://www.association5e.fr

Vous pouvez demander à Laurence Pierson (  www.ecritureparis.fr  ) aussi, ou Célia Cheynel (  www.reeducation-ecriture.com  ).

C'est dingue d'etre obligé de chercher des solutions et de se former soi-même pour faire son boulot. furieux


Dernière édition par Hermione0908 le Mer 9 Mar 2016 - 11:00, édité 4 fois (Raison : Problème de lien, merci Thalia de me l'avoir signalé)

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Thalia de G le Mer 9 Mar 2016 - 7:20

Ajupouet, tes liens aboutissent à "Page Web inaccessible" parce qu'écrits entre parenthèses.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par doctor who le Mer 9 Mar 2016 - 9:44

Et comme d'hab on étale des apprentissages techniques qui sont immédiatement utiles pour les autres apprentissages du primaire, ce qui fait qu'en plus de mal lire et de mal écrire (ne parlons pas de mal calculer), les élèves auront moins bien appris à réfléchir, auront moins de connaissances, moins bien ancrées, etc.

Bientôt Lector et lectrix en seconde ! Ne rigolez pas, un bon quart de mes secondes auraient besoin d'une rééducation à la lecture.
La logique de l'EN actuelle : enseigner le plus tard possible, rééduquer le plus tôt possible.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Jeu 10 Mar 2016 - 8:23

Déjà que le problème de l'écriture est passé sous silence, le problème de l'écriture au collège est tout simplement ignoré. Les professeurs sont totalement démunis : ils refusent de corriger parfois, il s'arrachent les yeux le plus souvent. 
Qu'est-ce qu'une écriture à problème? Peut-on déceler dès la sixième les écritures qui vont coincer dans les années à venir? Et la dysgraphie, qu'est-ce donc exactement? Ne plus écrire, mais utiliser un ordinateur à la place : pour qui? quand? comment? Que faire pour aider les ados à rendre leur écriture plus fonctionnelle? Est-ce le rôle des professeurs du collège ou lycée? Si oui, alors dans quel cadre? Si non, alors qui s'en occupe?
Il y a tant à dire sur ce sujet. Et tant à faire.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Thalie le Jeu 10 Mar 2016 - 8:54

Puisque tu es une spécialiste, tu pourrais nous en dire un peu plus. J'avoue que j'ai un élève qui vient d'avoir l'autorisation d'utiliser l'ordi en 6e et je lui demande de me retaper les devoirs car vraiment pour moi c'est une torture de déchiffrer leur écriture.
J'ai essayé en début d'année de lui tracer des lignes et de lui montrer le geste. Il écrivait un peu mieux mais parce que la séance tournait autour de ce seul apprentissage. Comme j'ai été la seule à lui demander cela, il n'a pas poursuivi. Les parents et les accompagnateurs sont déjà dans de la médicalisation avec pilule miracle pour remédier à la maladie : l'ordi ! Alors qu'une rééducation me semble juste nécessaire. Mais peut-être que je me trompe.

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Jeu 10 Mar 2016 - 9:07

Je veux bien répondre à tes questions, peut être en MP? Je ne sais pas.
Le passage à l'ordi est un problème épineux.
Dans tous les cas, de mon point de vue, il faut avoir tenté une rééducation avant, évidemment. 
Il me semble de plus en plus que la dysgraphie isolée est un leurre. Soit l'enfant a d'autres problèmes ( problèmes moteurs, problèmes neurologiques , gros gros souci de lecture, problème de langage...), la dysgraphie n'est alors qu'une conséquence du problème principal, soit le problème n'apparait qu'exclusivement au niveau de l'écriture et le plus souvent c'est tout à fait rééducable.
Sauf que ça demande une prise en charge adaptée, du travail, et, surtout, de ne pas accepter d'être affublé d'un handicap.
Après, tu n'es que professeur, donc si l'enfant a décidé de passer à l'ordi, il passe à l'ordi épicétou. 
Première point à regarder : le môme tient-il correctement son crayon?
S'il n'a pas un problème moteur majeur ( ce qui se voit nécessairement en EPS ) et qu'il tient mal son crayon, on peut au moins savoir que tout n'a pas été fait pour l'aider. Maintenant, peu de professionnels savent rééduquer une tenue de crayon.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Verdurette le Jeu 10 Mar 2016 - 21:26

Si seulement on apprenait à tenir correctement son crayon au bon moment, c'est à dire en maternelle, en faisant du graphisme hautement surveillé pour la direction des tracés, et un peu moins de ces p de "traces écrites"  où on reproduit n'importe comment ces  p de mots-étiquettes , on aurait peut-être moins de problèmes ...

Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Thalie le Jeu 10 Mar 2016 - 21:40

Merci pour ces précisions.
Je me souviens avoir fait énormément de graphisme en maternelle.
Comment leur apprendre à bien tenir leur crayon ?

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Verdurette le Ven 11 Mar 2016 - 5:19

En limitant l'accès aux crayons et en ne faisant que des ateliers de dessin ou de graphisme dirigés par l'adulte, ou l'on corrige (gentiment, ils sont petits) les mauvaises préhensions dans un premier temps : le crayon doit être pris entre le pouce et l'index, les autres doigts repliés dessous
Il existe des crayons ergonomiques et des "guide-doigts" (il en existe même de toutes sortes, j'ai un élève dyspraxique (et dysgraphique) qui en a toute une collection donnée par sa psychomotricienne.
Deuxième élément non négligeable : la latéralisation. Il est clair qu'on n'attache plus la main gauche des gauchers pour les obliger à utiliser leur main droite, mais il faut aussi faire attention aux ambidextres pas encore bien latéralisés et aussi aux petits malins qui ont l'esprit de contradiction ... j'ai eu une élève "enfant-reine" et "fausse gauchère par opposition " , qu'on avait laissé écrire de la main gauche alors qu'elle était droitière, et c'était catastrophique.

N'étant pas de la profession, j'utilise un petit test "basique" : demander de prendre un objet , gros puis petit, et voir avec quelle main l'enfant le fait spontanément, donner une bobine de fil et faire enrouler le fil pour voir quelle main tient et quelle main enroule le fil, donner un petit carton avec une ouverture et regarder devant quel oeil l'enfant le place pour faire "coucou" , faire shooter dans un ballon pour voir avec quel pied il "tire". Et si je peux je passe à la cantine voir comment il mange ...
Parfois on voit apparaitre clairement une dominante, parfois non.

Quand j'ai trop d'incertitude, je demande aux parents de vérifier avec leur médecin ou une séance de psychomotricité, c'est aussi mauvais de faire écrire un gaucher à droite qu'un droitier à gauche.

Pour les tracés, on fait beaucoup de grands mouvements en motricité pour intégrer le sens de rotation (à l'inverse des aiguilles d'une montre), ensuite on peut tracer avec le doigt dans la semoule fine (outil pédagogique peu coûteux), utiliser le tableau avec la craie ou le velleda ou l'ardoise ... cela demande de faire écrire deux enfants à la fois au maximum pour voir réellement le sens de leur tracé. Actuellement en CE2, je vois des tracés de lettres sidérants, et pour revenir en arrière c'est compliqué.

Evidemment, on ne peut pas, à ce rythme, avoir des cahiers remplis, mais je préfère privilégier la qualité sur la quantité. Et dès qu'on a constaté qu'un enfant tenait bien son crayon et avait intégré les bons gestes, il peut être "lâché" si je puis dire.

Autre chose que j'ai apprise en stage (pas à l'EN évidemment qui prohibe l'oralisation), que ce soit pour le tracé, éviter les ratures et les erreurs orthographiques, pour le contenu de la phrase, pour les élèves en difficulté : "parler pour écrire", écrire en oralisant de façon parfaitement synchrone, cela peut consister à dire les mots, épeler ... selon le niveau et le rythme de l'enfant. (cf Elisabeth Vaillé-Nuyts).

Un élève qui copie/écrit en parlant, ou pas : le jour et la nuit.
Je n'y croyais pas, je l'ai constaté.



Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Thalie le Ven 11 Mar 2016 - 6:47

Merci pour toutes ces explications. Pour la dernière, l'oralisation, je n'en avais jamais entendu parler !

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Ven 11 Mar 2016 - 8:18

@Verdurette a écrit:En limitant l'accès aux crayons et en ne faisant que des ateliers de dessin ou de graphisme dirigés par l'adulte, ou l'on corrige (gentiment, ils sont petits) les mauvaises préhensions dans un premier temps : le crayon doit être pris entre le pouce et l'index, les autres doigts repliés dessous

Oui... Et non. Le crayon n'est pas tenu entre le pouce et l'index, mais entre le pouce et le majeur, l'index étant ainsi libéré pour donner toute la précision au geste.

Voici d'ailleurs l'exemple typique d'un enfant tenant son crayon entre le pouce et l'index. La pression se retrouve fortement dans l'index qui se crispe et ne permet plus de donner toute la précision au geste. 


Réciproquement, voici la photo d'une tenue de crayon "entre le pouce et le majeur", avec l'index reposant souplement sur le crayon, ce qui lui confère toutes ses capacités directionnelles.








Je recommande quelques lectures à celles et ceux que ce sujet intéresse :

http://www.ecritureparis.fr/ressources-utiles/

http://www.sos-ecriture.fr/2016/01/tenue-de-crayon-pourquoi-il-est-crucial.html

http://www.reeducation-ecriture.com/reeducation_en_ecriture/Documents_pedagogiques/Entrees/2013/10/17_Fiches_conseils_pour_les_cahiers_deleves.html

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Ven 11 Mar 2016 - 8:22

@Verdurette a écrit:
Il existe des crayons ergonomiques et des "guide-doigts" (il en existe même de toutes sortes, j'ai un élève dyspraxique (et dysgraphique) qui en a toute une collection donnée par sa psychomotricienne.
Deuxième élément non négligeable : la latéralisation. Il est clair qu'on n'attache plus la main gauche des gauchers pour les obliger à utiliser leur main droite, mais il faut aussi faire attention aux ambidextres pas encore bien latéralisés et aussi aux petits malins qui ont l'esprit de contradiction ... j'ai eu une élève "enfant-reine" et  "fausse gauchère par opposition " , qu'on avait laissé écrire de la main gauche alors qu'elle était droitière, et c'était catastrophique.
 Pour les crayons ergonomiques et guides doigts, ils n'enseignent malheureusement rien. Ils contraignent juste, et encore, pas forcément.
Dans certains cas de handicap ( hyper laxité importante, avec les doigts qui se retournent, hypotonie majeure, malformations) oui, cela peut faire une différence. Mais ces cas sont rares, et il vaut bien mieux enseigner la bonne tenue de crayon.

Pour ton deuxième élément, oui oui oui ouiiiiiii veneration

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Ven 11 Mar 2016 - 8:29

@Verdurette a écrit:N'étant pas de la profession, j'utilise un petit test "basique"  : demander de prendre un objet , gros puis petit, et voir avec quelle main l'enfant le fait spontanément, donner une bobine de fil et faire enrouler le fil pour voir quelle main tient et quelle main enroule le fil, donner un petit carton avec une ouverture et regarder devant quel oeil l'enfant le place pour faire "coucou" , faire shooter dans un ballon pour voir avec quel pied il "tire". Et si je peux je passe à la cantine voir comment il mange ...
Parfois on voit apparaitre clairement une dominante, parfois non.

Quand j'ai trop d'incertitude, je demande aux parents de vérifier avec leur médecin ou une séance de psychomotricité, c'est aussi mauvais de faire écrire un gaucher à droite qu'un droitier à gauche.
Ce que tu fais est génial, vraiment. C'est exactement ce qu'il faut faire.
Petite précision : on peut shooter du gauche et être droitier, regarder avec l'oeil droit et être gaucher.
Ce sont des latéralisés croisées. Pour l'écriture c'est surtout la main qui compte, évidemment. 
Les latéralisés croisées compliquent la vie (exemple du découpage), mais ne sont pas graves. Il y a toutefois intérêt à garder un œil sur l'enfant à latéralité croisée, pour être certain de sa latéralité manuelle.

En cas de doute, consulter. En sachant que les psychomotriciens refusent de relatéraliser passé le CP.

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Ajupouet le Ven 11 Mar 2016 - 8:34

I
@Verdurette a écrit:
Pour les tracés, on fait beaucoup de grands mouvements en motricité pour intégrer le sens de rotation (à l'inverse des aiguilles d'une montre), ensuite on peut tracer avec le doigt dans la semoule fine (outil pédagogique peu coûteux), utiliser le tableau avec la craie ou le velleda ou l'ardoise ... cela demande de faire écrire deux enfants à la fois au maximum pour voir réellement  le sens de leur tracé. Actuellement en CE2, je vois des tracés de lettres sidérants, et pour revenir en arrière c'est compliqué.

Evidemment, on ne peut pas, à ce rythme, avoir des cahiers remplis, mais je préfère privilégier la qualité sur la quantité. Et dès qu'on a constaté qu'un enfant tenait bien son crayon et avait intégré les bons gestes, il peut être "lâché" si je puis dire.

Autre chose que j'ai apprise en stage (pas à l'EN évidemment qui prohibe l'oralisation), que ce soit pour le tracé, éviter les ratures et les erreurs orthographiques, pour le contenu de la phrase, pour les élèves en difficulté : "parler pour écrire", écrire en oralisant de façon parfaitement synchrone, cela peut consister à dire les mots, épeler ... selon le niveau et le rythme de l'enfant. (cf Elisabeth Vaillé-Nuyts).

Un élève qui copie/écrit en parlant, ou pas : le jour et la nuit.
Je n'y croyais pas, je l'ai constaté.

Là encore, je te remercie de ton message, je confirme tout ce que tu as écrit, sans restriction.
C'est tout le drame de la lecture globale, ou même semi globale, technique avec laquelle les enfants lisent sans rien entendre dans leur tête. Rien de rien. Comment voulez-vous qu'ils comprennent, mémorisent ou orthographient correctement dans ces conditions? Imaginez-vous seulement de lire sans utiliser votre langage?
Pauvres gosses.
Et pauvres adultes plus tard.

Spoiler:
Moi aussi j'ai fait le stage chez Elisabeth topela 

_________________
Enfants, adolescents, adultes : il n'est jamais trop tard pour restaurer son geste d'écriture.
www.sos-ecriture.fr   - Facebook

Ajupouet
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lire et écrire : de l'école au collège

Message par Hermiony le Ven 11 Mar 2016 - 11:05

@Verdurette a écrit:En limitant l'accès aux crayons et en ne faisant que des ateliers de dessin ou de graphisme dirigés par l'adulte, ou l'on corrige (gentiment, ils sont petits) les mauvaises préhensions dans un premier temps : le crayon doit être pris entre le pouce et l'index, les autres doigts repliés dessous
Il existe des crayons ergonomiques et des "guide-doigts" (il en existe même de toutes sortes, j'ai un élève dyspraxique (et dysgraphique) qui en a toute une collection donnée par sa psychomotricienne.



Oui, et c'est très efficace quand c'est bien utilisé. Ma mère s'en servait en CP pour les élèves qui avaient du mal à tenir leurs stylos. L'essentiel étant toujours d'apprendre le bon geste (le guide-doigts ne pourra rien si le geste n'a pas été appris correctement à la base).
Autre chose qui me surprend beaucoup concernant les collégiens : ils écrivent quasiment tous au stylo bic (et le pire du pire, avec ces machins qui s'effacent et font des trous...)...On ne leur demande plus de stylo plume au primaire ? Je me souviens que c'était obligatoire à mon époque...

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être

Hermiony
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum