Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 12:11

Bonjour à tous ,
vous aurez certainement deviné de par le titre de quoi il est question dans ce topic. N'entendant que parler de la réforme du collège,
nous avons discuté avec quelques collègues de la (grande) possibilité qu'une réforme du lycée émerge d'ici l'année prochaine (appliquée
en 2017-2018, donc).

Quelles seraient vos exigences pour cette réforme ? Je sais bien que nous avons peu de chances d'être écoutés, mais un tel débat me semble
intéressant, afin de savoir quelles sont les exigences de chaque collègue pour chaque discipline.

Pour ma part, en Langues, je trouve que 3h en Terminale ne seraient pas de cadeau : préparer des élèves à 4 compétences linguistiques (EE, CE, EO, CO)
en 2h/semaine, en étudiant des textes (minimum 3/notion) ... c'est compliqué. On se voit obligé de "bâcler" certains textes. J'ai une collègue d'Allemand qui
a commencé sa deuxième notion début janvier... Elle s'inquiète, et c'est justifié. S'ajoutent à ce manque de temps les réunions, le Bac blanc, les absences...
qui nous paralysent dans notre progression. Pour ma part je suis en train de traiter ma 3e notion, je ne m'inquiète donc pas trop. Mais quid des autres collègues?

Quelles sont donc vos attentes, collègues de Lettres modernes, classiques, d'Histoire-Géographie, de Langues vivantes, de Mathématiques, de Sciences ?

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Poppy le Mer 17 Fév 2016 - 12:19

Je suis d'accord avec toi, 3 heures en Terminale seraient vraiment bien ... et cela inciterait peut être davantage à prendre cette matière au sérieux ( pour certains élèves) . Je trouve hallucinant qu'en Term l'horaire soit le même que l'E.P.S. ... alors que bien souvent les élèves font du sport en dehors des cours .

Poppy
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par agc le Mer 17 Fév 2016 - 12:25

Poppy, je ne suis pas certaine que le sérieux des élèves dans une matière soit lié au volume horaire mais plus à l'intérêt de l'élève pour la matière et bien évidemment le coefficient au baccalauréat. Personnellement, je n'ai jamais considéré le français comme une matière fondamentale pour moi car je n'ai jamais trouvé de plaisir à travailler la matière et très franchement je ne comprenais pas vraiment les attentes que l'on avait. Par contre,  passer des heures sur un problème de mathématique, physique ou biologie ne me gênait nullement.

Édit : je tiens à préciser qu'à l'époque,  il y avait plus de deux heures de français en première.

agc
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 12:29

J'ai oublié d'ajouter : créer de vrais Baccalauréats. Un Baccalauréat - quel qu'il soit - ne réside pas en la valeur
exorbitante de certains coefficients.
Malheureusement, Poppy, je rejoins agc sur ce point : le volume horaire n'apporte malheureusement rien. L'intérêt des
élèves dépend tout simplement d'eux. Mais le souci est peut-être que dans le cas d'enseignements à 2h/semaine, voire
1h30/semaine (exemple de la littérature étrangère en série L) - et donc souvent à bas coefficient au Baccalauréat - les
élèves se disent (réflexion que j'ai déjà entendue) : "Mais Monsieur, la LELE ça sert à rien! C'est coefficient 1!"...

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Tecamac le Mer 17 Fév 2016 - 12:29

Les IPR d'histoire géo nous ont présenté la réforme du lycée comme certaine...

Tecamac
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Catalunya le Mer 17 Fév 2016 - 12:30

Surtout, que l'on ait autant d'heures en Terminale STI (où la LV2 est une option) qu'en TL me paraît être une aberration. Et je me demande également pourquoi il n'y a pas d'épreuve de compréhension orale en TL...

Catalunya
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par ben2510 le Mer 17 Fév 2016 - 12:33

C'est à la fois simple et compliqué :
* un horaire décent, avec des dédoublements. La suppression de l' "AP" est une source évidente pour récupérer des heures.
En seconde, 3h en classe entière et 1h dédoublée.
En 1ES, passer de 3h à 4h, avec éventuellement 2h en classe entière et une heure dédoublée.
En 1S, passer de 4h ( Rolling Eyes ) à 5h+1h dédoublée.
En TS, on pourrait avantageusement revenir à deux séries distinctes C/D (voire E pour la SI), car l'approche des Mathématiques n'est pas la même suivant qu'on l'a voie comme outil ou bien comme objet d'étude. Cela permettrait d'éviter de mettre certains élèves en difficulté inutilement.
En TES, 4h c'est correct, le problème est ailleurs. Mais revenir à 2h de spé maths plutôt qu'une heure 30 serait bien.
Pour les séries technologiques, je laisse le soin à d'autres d'en parler, cela fait plusieurs années que je n'en ai pas eu.
* des programmes décents !!!!! En particulier le programme de ES s'est aligné sur l'ancien programme de STMG ; c'est déraisonnable, et cela met les élèves de cette filière en difficulté lorsqu'ils arrivent dans l'enseignement supérieur (dans les filières avec Maths, bien sûr). De la Géométrie en seconde ! Des ED et des ipp en TC ! (Des ED en TD aussi, d'ailleurs).

Ce serait un bon début ; on peut ajouter l'obligation de créer un club maths, inclus dans la DHG, à destination des 10% d'élèves qui aiment vraiment les maths et ont envie/besoin d'aller plus loin.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par agc le Mer 17 Fév 2016 - 12:35

Effectivement, je pense qu'il faut des sections vraiment différenciées avec une orientation déjà clairement prédéfinie. Maintenant, il n'y a plus vraiment de différence entre un bac L, ES ou S. Il faut des volumes horaires spécifiques pour chaque série et un programme ambitieux dans chacune des orientations choisies.

agc
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Kilmeny le Mer 17 Fév 2016 - 12:39

Ne PAS toucher aux langues anciennes, ce serait bien, sauf si c'est pour permettre aux séries technologiques de pouvoir ENFIN rejoindre l'OPTION !

J'en ai assez de voir des élèves le cœur brisé en fin de seconde, car ils ne pourront pas continuer le latin ou le grec du fait de leur orientation en STMG ou en ST2S

Dans les séries techno, on peut faire Arts du cirque, mais ni latin, ni grec ni LV3. Pourquoi ? Pour qui prend-on les élèves qui choisissent ces séries ? Pour des clowns ? (sans mépris pour les arts du cirque, bien entendu, mais je trouve cela injuste !)

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1

Kilmeny
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par trompettemarine le Mer 17 Fév 2016 - 12:41

The doctor : nous avons déjà vécu une réforme du lycée, et celle du collège.
Cela se passera de la même façon.
1. Le projet de texte paraît.
2. Les professeurs sont consultés. (ah ! ah !)
3. Le texte n'est pas modifié.
4. Le projet devient décret.
5. Le décret est appliqué.
6. L'avis des professeurs ne compte pas : on vide de leur substance leur métier.
7. Les professeurs crèvent, le savoir aussi et les élèves disparaissent (eux, moins ils passent de temps à l'école, mieux c'est).
8. L'OCDE, la société individualiste et consumériste gagnent  ; le savoir, l'avenir, le progrès perdent.
9. Les ministres de l'EN gagnent 10 000 euros par mois dans d'autres fonctions (députés européens, etc.) bien au chaud. Ils ont vendu leur âme et peu se sont demandés ce que devait être l'école.
10. Fin de la Renaissance, début des âges obscurs pour des décennies.

Deux possibilités :
-survivre comme professeur et être vivant en se désinvestissant.
-résister et désobéir en silence à ces réformes qui s'appliquent pour continuer à inculquer des savoirs à nos jeunes, les élever, les empêcher de sombrer dans l'animalité (moutons, ou loups). Refuser le monde de la loi du plus fort ou du plus riche. Choisir l'humanité.
C'est cela qui se joue maintenant dans les réformes sur l'école. C'est le choix d'une civilisation, pas d'une pédagogie contre une autre (on n'en est même plus là)
Rester républicains, en n'obéissant pas aux ordres qui veulent détruire ce sur quoi la république s'est en partie construite : l'école.

Ne te fatigue pas à proposer quoi que ce soit, cela se retournera contre toi : "L'enfer est pavé de bonnes intentions."

à noter que nos Ministres de l'EN n'ont même pas de bonnes intentions.

Je suis un peu pessimiste aujourd'hui. Je crains de l'être demain encore.


Dernière édition par trompettemarine le Mer 17 Fév 2016 - 12:52, édité 4 fois

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 12:47

@Kilmeny a écrit:Ne PAS toucher aux langues anciennes, ce serait bien, sauf si c'est pour permettre aux séries technologiques de pouvoir ENFIN rejoindre l'OPTION !

J'en ai assez de voir des élèves le cœur brisé en fin de seconde, car ils ne pourront pas continuer le latin ou le grec du fait de leur orientation en STMG ou en ST2S

Dans les séries techno, on peut faire Arts du cirque, mais ni latin, ni grec ni LV3. Pourquoi ? Pour qui prend-on les élèves qui choisissent ces séries ? Pour des clowns ? (sans mépris pour les arts du cirque, bien entendu, mais je trouve cela injuste !)

Je suis tout à fait d'accord, Kilmeny ! Les STMG, ST2S, ou n'importe quelle série technologique, sont souvent considérées comme des "clowns" (pour reprendre votre terme), incapable de poursuivre l'enseignement d'une langue ancienne, d'une LV3... Ce que je trouve désolant. Et peut-être aussi, faudrait-il se mettre d'accord sur les horaires accordés aux langues anciennes?
Mon établissement actuel propose 3h/semaine de Latin, et 3h/semaine de Grec (voire 4 pour les Secondes, mais je ne suis plus sûr). Je connais un autre établissement qui ne
consacrait que 2h/semaine au Latin, et qui a décidé il y a 2 ans de supprimer le Grec, par "manque d'intérêt"...... Il faut dire que si l'administration elle-même cherche à enlever toute
crédibilité au Latin et au Grec, les élèves ne prendront pas la peine de choisir ces options...

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 12:53

@trompettemarine a écrit:The doctor : nous avons déjà vécu une réforme du lycée, et celle du collège.
Cela se passera de la même façon.
1. Le projet de texte paraît.
2. Les professeurs sont consultés. (ah ! ah !)
3. Le texte n'est pas modifié.
4. Le projet devient décret.
5. Le décret est appliqué.
6. L'avis des professeurs ne compte pas : on vide de leur substance leur métier.
7. Les professeurs crèvent, le savoir aussi et les élèves disparaissent (eux, moins ils passent de temps à l'école, mieux c'est).
8. L'OCDE, la société individualiste et consumériste gagnent  ; le savoir, l'avenir, le progrès perdent.
9. Fin de la Renaissance, début des âges obscurs pour des décennies.

deux possibilités :
-survivre comme professeur et être vivant en se désinvestissant.
-résister et désobéir en silence pour continuer à inculquer des savoirs à nos jeunes, les élever, les empêcher de sombrer dans l'animalité (moutons, ou loups). Choisir l'humanité.
C'est cela qui se joue maintenant dans les réformes sur l'école. C'est le choix d'une civilisation, pas d'une pédagogie contre une autre (on n'en est même plus là)
Rester républicains, en n'obéissant pas aux ordres qui veulent détruire ce sur quoi la république s'est en partie construite : l'école.

Ne te fatigue pas à proposer quoi que ce soit, cela se retournera contre toi : "L'enfer est pavé de bonnes intentions."

à noter que nos Ministres de l'EN n'ont même pas de bonnes intentions.

Je trouve qu'il est en effet décevant que de vouloir inculquer des savoirs aux élèves, sans les faire réfléchir. C'est ce vers quoi l'EN tend de plus en plus.
Les élèves doivent acquérir des savoirs, pas savoir les expliquer. On veut nous tirer - les professeurs et les élèves, j'entends - vers le bas. Or, un "nivellement"
vers le haut serait plus approprié. Les bons élèves s'ennuieront en classe, et on devra leur répondre "Désolé, mais c'est pas ma faute, on ne veut pas d'élite"...

De nombreux enseignants, je le vois bien, se découragent au vu de la "progression" actuelle des choses... J'ai toujours voulu être enseignant : quoiqu'il arrive,
cette passion continuera de m'animer, et je continuerai à transmettre les contenus que je juge utiles, intéressants à mes élèves. NON, AVOIR DE LA CULTURE G. N'EST
PAS UNE INSULTE. furieux furieux furieux

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par RooMcfly le Mer 17 Fév 2016 - 12:54

Je ne veux faire peur à personne mais voilà ce qu'il se passe chez nous (j'en avais parlé sur un autre sujet déjà). Lors d'un conseil pédagogique, on nous a parlé de réunions pour de "l'innovation pédagogique" l'année prochaine. En mars nous avons des réunions par discipline avec nos IPR sans qu'on sache pourquoi (d'une durée d'un ou deux jours!). Et le CDE a dit plusieurs fois en aparté qu'on allait être un établissement "novateur" prochainement. Je sens qu'on va nous faire tester un nouveau mode de fonctionnement. Neutral

Sachant que depuis qu'il est arrivé, il a instauré:
1- l'AP par pôle : en AP on est maintenant enseignant d'un "pôle". Il y en a trois: scientifique (avec des profs de maths, svt, physique), littéraire (profs de français et hist-géo) et linguistique (profs de langue). On fait des activités dans nos "pôles" ce qui fait que le prof d'allemand n'a aucune germaniste et le prof d'svt fait des maths. Les enseignants qui ne rentrent pas dans un pôle comme les profs d'EPS sont des "tuteurs volants", c'est-à-dire qu'ils prennent en charge 2 ou 3 élèves pendant l'heure d'AP pour les aider (à quoi? personne ne le sait...). Notre CDE adore ce nouveau concept qu'il nous a imposé mais tous les enseignants détestent. On fait des heures de vide.. sans but.. sans appréciations ni notes dans les bulletins... sans objectif. On change d'élève toutes les 3 semaines, on a le temps de rien faire, on n'a même pas le temps d'apprendre leurs noms. Les élèves sèchent en masse, ça n'intéresse personne. En plus ça aligne plein de professeurs en même temps et l'AP bloque les emplois du temps.

2- l'alignement des disciplines en TPE; toutes les premières ont TPE en même temps. Ils choisissent deux matières de leur choix, peu importe le professeur qui les supervise. Donc on a des TPE maths-anglais, bio-philo, éco-sport, etc... 10 classes alignées en même temps et les professeurs qui "supervisent" le travail. Un professeur de maths peut se retrouver à superviser le groupe avec le TPE éco-sport. On s'envoie les élèves parce que parfois ils ont besoin du professeur de la matière concernée évidemment et qu'on doit bien admettre qu'on a pas réponse à tout. Mais la direction n'aime pas car le but c'est de favoriser les croisements entre les matières et de la méthodologie n'importe quel professeur peut le faire. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression d'être en garderie.

3- la création d'heures co-enseignées. Ils nous a forcé la main encouragé à faire des heures de cours à 2... oui oui. Parfois, j'ai un collègue de philo qui vient faire cours avec moi. Sachant qu'on le faisait parfois pour un point particulier, par exemple je suis déjà allé intervenir en DNL avec l'enseignant d'histoire-géo sur un point que je maîtrisais. Mais imposer des heures chaque mois, c'est artificiel et un des deux professeurs se retrouve assis sans savoir quoi faire par moment. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression que ce n'est pas un vrai cours, surtout les terminales.

4- le développement de la visio-conférence pour faire des cours à distance. Pour l'instant, ce n'est que dans la partie supérieure (BTS, licence pro). Ils ont parfois cours face à un écran et le professeur est dans une autre ville.

Point commun entre toutes ses nouvelles "expérimentations": fini le 1 prof = 1 groupe d'élèves fixe + un taux d'absentéisme qui explose tous les records sur ces heures (les élèves réapparaissent miraculeusement aux autres cours). Je suis dans un bahut tranquille mais pas exceptionnel non plus. Nos élèves ont clairement l'impression de perdre leur temps dans ces heures et le disent (au lycée comme sur les réseaux sociaux).

Et nous on voudrait: faire cours normalement c'est-à-dire avec un groupe d'élèves fixe et avec notre matière.

RooMcfly
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 12:55

@Catalunya a écrit:Surtout, que l'on ait autant d'heures en Terminale STI (où la LV2 est une option) qu'en TL me paraît être une aberration. Et je me demande également pourquoi il n'y a pas d'épreuve de compréhension orale en TL...

Tout à fait d'accord !!! Et si j'ai bien compris, il n'y a pas de CO en TL, parce que les pauvres bouts de choux passent déjà une épreuve supplémentaire à l'oral (à savoir la LELE),donc il ne
faut pas leur compliquer la vie. Ridicule...... De toute façon nous sommes plusieurs collègues de LV à tout de même faire faire de la CO à nos élèves.

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par trompettemarine le Mer 17 Fév 2016 - 12:59

@TheDoctor a écrit:
@trompettemarine a écrit:The doctor : nous avons déjà vécu une réforme du lycée, et celle du collège.
Cela se passera de la même façon.
1. Le projet de texte paraît.
2. Les professeurs sont consultés. (ah ! ah !)
3. Le texte n'est pas modifié.
4. Le projet devient décret.
5. Le décret est appliqué.
6. L'avis des professeurs ne compte pas : on vide de leur substance leur métier.
7. Les professeurs crèvent, le savoir aussi et les élèves disparaissent (eux, moins ils passent de temps à l'école, mieux c'est).
8. L'OCDE, la société individualiste et consumériste gagnent  ; le savoir, l'avenir, le progrès perdent.
9. Fin de la Renaissance, début des âges obscurs pour des décennies.

deux possibilités :
-survivre comme professeur et être vivant en se désinvestissant.
-résister et désobéir en silence pour continuer à inculquer des savoirs à nos jeunes, les élever, les empêcher de sombrer dans l'animalité (moutons, ou loups). Choisir l'humanité.
C'est cela qui se joue maintenant dans les réformes sur l'école. C'est le choix d'une civilisation, pas d'une pédagogie contre une autre (on n'en est même plus là)
Rester républicains, en n'obéissant pas aux ordres qui veulent détruire ce sur quoi la république s'est en partie construite : l'école.

Ne te fatigue pas à proposer quoi que ce soit, cela se retournera contre toi : "L'enfer est pavé de bonnes intentions."

à noter que nos Ministres de l'EN n'ont même pas de bonnes intentions.

Je trouve qu'il est en effet décevant que de vouloir inculquer des savoirs aux élèves, sans les faire réfléchir. C'est ce vers quoi l'EN tend de plus en plus.
Les élèves doivent acquérir des savoirs, pas savoir les expliquer. On veut nous tirer - les professeurs et les élèves, j'entends - vers le bas. Or, un "nivellement"
vers le haut serait plus approprié. Les bons élèves s'ennuieront en classe, et on devra leur répondre "Désolé, mais c'est pas ma faute, on ne veut pas d'élite"...

De nombreux enseignants, je le vois bien, se découragent au vu de la "progression" actuelle des choses... J'ai toujours voulu être enseignant : quoiqu'il arrive,
cette passion continuera de m'animer, et je continuerai à transmettre les contenus que je juge utiles, intéressants à mes élèves. NON, AVOIR DE LA CULTURE G. N'EST
PAS UNE INSULTE. furieux furieux furieux

Si nous sommes nombreux à penser comme toi, plus notre force de résistance sera importante. La hiérarchie de l'EN ne se rend pas compte que notre force est là. topela

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 13:05

@RooMcfly a écrit:Je ne veux faire peur à personne mais voilà ce qu'il se passe chez nous (j'en avais parlé sur un autre sujet déjà). Lors d'un conseil pédagogique, on nous a parlé de réunions pour de "l'innovation pédagogique" l'année prochaine. En mars nous avons des réunions par discipline avec nos IPR sans qu'on sache pourquoi (d'une durée d'un ou deux jours!). Et le CDE a dit plusieurs fois en aparté qu'on allait être un établissement "novateur" prochainement. Je sens qu'on va nous faire tester un nouveau mode de fonctionnement. Neutral

Sachant que depuis qu'il est arrivé, il a instauré:
1- l'AP par pôle : en AP on est maintenant enseignant d'un "pôle". Il y en a trois: scientifique (avec des profs de maths, svt, physique), littéraire (profs de français et hist-géo) et linguistique (profs de langue). On fait des activités dans nos "pôles" ce qui fait que le prof d'allemand n'a aucune germaniste et le prof d'svt fait des maths. Les enseignants qui ne rentrent pas dans un pôle comme les profs d'EPS sont des "tuteurs volants", c'est-à-dire qu'ils prennent en charge 2 ou 3 élèves pendant l'heure d'AP pour les aider (à quoi? personne ne le sait...). Notre CDE adore ce nouveau concept qu'il nous a imposé mais tous les enseignants détestent. On fait des heures de vide.. sans but.. sans appréciations ni notes dans les bulletins... sans objectif. On change d'élève toutes les 3 semaines, on a le temps de rien faire, on n'a même pas le temps d'apprendre leurs noms. Les élèves sèchent en masse, ça n'intéresse personne. En plus ça aligne plein de professeurs en même temps et l'AP bloque les emplois du temps.

2- l'alignement des disciplines en TPE; toutes les premières ont TPE en même temps. Ils choisissent deux matières de leur choix, peu importe le professeur qui les supervise. Donc on a des TPE maths-anglais, bio-philo, éco-sport, etc... 10 classes alignées en même temps et les professeurs qui "supervisent" le travail. Un professeur de maths peut se retrouver à superviser le groupe avec le TPE éco-sport. On s'envoie les élèves parce que parfois ils ont besoin du professeur de la matière concernée évidemment et qu'on doit bien admettre qu'on a pas réponse à tout. Mais la direction n'aime pas car le but c'est de favoriser les croisements entre les matières et de la méthodologie n'importe quel professeur peut le faire. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression d'être en garderie.

3- la création d'heures co-enseignées. Ils nous a forcé la main encouragé à faire des heures de cours à 2... oui oui. Parfois, j'ai un collègue de philo qui vient faire cours avec moi. Sachant qu'on le faisait parfois pour un point particulier, par exemple je suis déjà allé intervenir en DNL avec l'enseignant d'histoire-géo sur un point que je maîtrisais. Mais imposer des heures chaque mois, c'est artificiel et un des deux professeurs se retrouve assis sans savoir quoi faire par moment. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression que ce n'est pas un vrai cours, surtout les terminales.

4- le développement de la visio-conférence pour faire des cours à distance. Pour l'instant, ce n'est que dans la partie supérieure (BTS, licence pro). Ils ont parfois cours face à un écran et le professeur est dans une autre ville.

Point commun entre toutes ses nouvelles "expérimentations": fini le 1 prof = 1 groupe d'élèves fixe + un taux d'absentéisme qui explose tous les records sur ces heures (les élèves réapparaissent miraculeusement aux autres cours). Je suis dans un bahut tranquille mais pas exceptionnel non plus. Nos élèves ont clairement l'impression de perdre leur temps dans ces heures et le disent (au lycée comme sur les réseaux sociaux).

Et nous on voudrait: faire cours normalement c'est-à-dire avec un groupe d'élèves fixe et avec notre matière.
Je vais répondre point par point.
1 - Qui prend l'AP au sérieux, honnêtement ? Les CE n'ont toujours pas compris que ni élèves ni profs ne prennent l'AP au sérieux... Tous les enseignants prennent l'AP pour rattraper des
heures perdues, organiser des DS, faire une heure de vie de classe avant le conseil... Les élèves ne prennent même plus ces heures comme obligatoires : pour eux, il s'agit de "trucs en
plus"...

2 - Pour les TPE : Si les enseignants d'une discipline y se retrouvent à superviser les élèves dans la discipline x, qui guidera les élèves dans leur travail ? Qui pourra leur dire si
leur travail est pertinent, et rentre bien dans les deux matières ? Désolé, mais un prof d'EPS ne peut pas aider des élèves en Lettres, en HG, en Maths, en Sciences, en Langues - et inversement.

3 - Ah, les co-enseignements... On en entend de plus en plus parler, j'ai remarqué. Bientôt, un enseignant devra pouvoir intervenir dans deux matières. On demandera bientôt aux
enseignants d'Histoire-Géographie d'aller aider leur collègue de Philosophie...

4 - J'en parlais avec une autre collègue, des cours à distance - mais sur le ton du rire. L'école tend à être de plus en plus dématérialisée.

Enfin bref, bien décevant tout ça.....


_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par ben2510 le Mer 17 Fév 2016 - 13:08

@RooMcfly a écrit:Je ne veux faire peur à personne mais voilà ce qu'il se passe chez nous (j'en avais parlé sur un autre sujet déjà). Lors d'un conseil pédagogique, on nous a parlé de réunions pour de "l'innovation pédagogique" l'année prochaine. En mars nous avons des réunions par discipline avec nos IPR sans qu'on sache pourquoi (d'une durée d'un ou deux jours!). Et le CDE a dit plusieurs fois en aparté qu'on allait être un établissement "novateur" prochainement. Je sens qu'on va nous faire tester un nouveau mode de fonctionnement. Neutral

Sachant que depuis qu'il est arrivé, il a instauré:
1- l'AP par pôle : en AP on est maintenant enseignant d'un "pôle". Il y en a trois: scientifique (avec des profs de maths, svt, physique), littéraire (profs de français et hist-géo) et linguistique (profs de langue). On fait des activités dans nos "pôles" ce qui fait que le prof d'allemand n'a aucune germaniste et le prof d'svt fait des maths. Les enseignants qui ne rentrent pas dans un pôle comme les profs d'EPS sont des "tuteurs volants", c'est-à-dire qu'ils prennent en charge 2 ou 3 élèves pendant l'heure d'AP pour les aider (à quoi? personne ne le sait...). Notre CDE adore ce nouveau concept qu'il nous a imposé mais tous les enseignants détestent. On fait des heures de vide.. sans but.. sans appréciations ni notes dans les bulletins... sans objectif. On change d'élève toutes les 3 semaines, on a le temps de rien faire, on n'a même pas le temps d'apprendre leurs noms. Les élèves sèchent en masse, ça n'intéresse personne. En plus ça aligne plein de professeurs en même temps et l'AP bloque les emplois du temps.

2- l'alignement des disciplines en TPE; toutes les premières ont TPE en même temps. Ils choisissent deux matières de leur choix, peu importe le professeur qui les supervise. Donc on a des TPE maths-anglais, bio-philo, éco-sport, etc... 10 classes alignées en même temps et les professeurs qui "supervisent" le travail. Un professeur de maths peut se retrouver à superviser le groupe avec le TPE éco-sport. On s'envoie les élèves parce que parfois ils ont besoin du professeur de la matière concernée évidemment et qu'on doit bien admettre qu'on a pas réponse à tout. Mais la direction n'aime pas car le but c'est de favoriser les croisements entre les matières et de la méthodologie n'importe quel professeur peut le faire. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression d'être en garderie.

3- la création d'heures co-enseignées. Ils nous a forcé la main encouragé à faire des heures de cours à 2... oui oui. Parfois, j'ai un collègue de philo qui vient faire cours avec moi. Sachant qu'on le faisait parfois pour un point particulier, par exemple je suis déjà allé intervenir en DNL avec l'enseignant d'histoire-géo sur un point que je maîtrisais. Mais imposer des heures chaque mois, c'est artificiel et un des deux professeurs se retrouve assis sans savoir quoi faire par moment. Les élèves sèchent parce qu'ils ont l'impression que ce n'est pas un vrai cours, surtout les terminales.

4- le développement de la visio-conférence pour faire des cours à distance. Pour l'instant, ce n'est que dans la partie supérieure (BTS, licence pro). Ils ont parfois cours face à un écran et le professeur est dans une autre ville.

Point commun entre toutes ses nouvelles "expérimentations": fini le 1 prof = 1 groupe d'élèves fixe + un taux d'absentéisme qui explose tous les records sur ces heures (les élèves réapparaissent miraculeusement aux autres cours). Je suis dans un bahut tranquille mais pas exceptionnel non plus. Nos élèves ont clairement l'impression de perdre leur temps dans ces heures et le disent (au lycée comme sur les réseaux sociaux).

Et nous on voudrait: faire cours normalement c'est-à-dire avec un groupe d'élèves fixe et avec notre matière.

Pinaise quel cauchemar !
Ton CDE fait exactement le contraire de ce qu'il faudrait faire.
Dans mon lycée, nous avons un CDE intelligent et une équipe de profs décente (personne du SGEN ou de l'UNSA), et ce que tu décris serait impossible. En AP, nous avons nos élèves, dans notre matière.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Olympias le Mer 17 Fév 2016 - 13:14

@Tecamac a écrit:Les IPR d'histoire géo nous ont présenté la réforme du lycée comme certaine...
Les conseillers de la ministre m'ont dit le contraire. Mais...vigilance maximale de rigueur

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Poppy le Mer 17 Fév 2016 - 13:17

@agc a écrit:Poppy, je ne suis pas certaine que le sérieux des élèves dans une matière soit lié au volume horaire mais plus à l'intérêt de l'élève pour la matière et bien évidemment le coefficient au baccalauréat. Personnellement, je n'ai jamais considéré le français comme une matière fondamentale pour moi car je n'ai jamais trouvé de plaisir à travailler la matière et très franchement je ne comprenais pas vraiment les attentes que l'on avait. Par contre,  passer des heures sur un problème de mathématique, physique ou biologie ne me gênait nullement.

Édit : je tiens à préciser qu'à l'époque,  il y avait plus de deux heures de français en première.
Je suis bien d'accord mais quel signal envoie-t-on à l'élève qui voit fondre au lycée les heures de LV ? On passe quand même de 3H ( en seconde) à 2H30 puis à 2H en Term ...

En ce qui concerne l'absence d'épreuve de CO pour les TL, je trouve cela aberrant.

Poppy
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par RooMcfly le Mer 17 Fév 2016 - 13:19

The Doctor:
Pour l'AP: ce que tu dis marche si tu as tes propres élèves. Alors que nous n'avons jamais nos propres élèves, ou alors un ou deux dans le groupe qu'on a pour 3 semaines. Les ressources Eduscol que le CDE nous a envoyé pour l'AP sont d'un vide abyssal.  

Pour les TPE: la réponse du CDE quand on râle c'est que tous les professeurs sont capables de faire de la méthodologie, peu importe leur matière (avec le couplet sur l'autonomie de l'élève blablabla).

Pour le co-enseignement: j'ai accepté car ils m'ont collé le stagiaire de philosophie qui était paniqué à l'idée de refuser mais honnêtement parfois je ne sais pas quoi faire de lui et lui ne sait pas quoi faire de moi quand je viens à son cours. Je ne sais même pas pourquoi on fait ça !

Je suis tout à fait d'accord avec toi, c'est très décevant de voir autant d'heures utilisées pour ça et le peu de considération qu'il y a pour les matières que nous enseignons...


ben2510: ici, il n'y a pas un seul syndicat à l'horizon et il y a des stagiaires dans pratiquement toutes les matières. L'effet pervers de l'arrivée de ce fonctionnement, c'est qu'il y a un ras-le-bol mollasson collectif. Les gens ne s'investissent pas, décident de faire le minimum syndical (une heure d'AP est payée 3/4 d'heure, c'est pas super motivant vu l'enfer administratif des changements de groupe toutes les 3 semaines...). Avant les vacances on a fait la première heure syndicale depuis des années: 20 présents sur plus d'une centaine de profs (dont des CPE et des agents de vie scolaire qui ont aussi leur lot 'd'innovations' à gérer).

Et puis le CDE martèle que tout va bien, qu'on est à la pointe de l'innovation, qu'on fait tout ce qu'il faut et que le rectorat est très fier de nous. Rolling Eyes

RooMcfly
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 13:21

@Poppy a écrit:
@agc a écrit:Poppy, je ne suis pas certaine que le sérieux des élèves dans une matière soit lié au volume horaire mais plus à l'intérêt de l'élève pour la matière et bien évidemment le coefficient au baccalauréat. Personnellement, je n'ai jamais considéré le français comme une matière fondamentale pour moi car je n'ai jamais trouvé de plaisir à travailler la matière et très franchement je ne comprenais pas vraiment les attentes que l'on avait. Par contre,  passer des heures sur un problème de mathématique, physique ou biologie ne me gênait nullement.

Édit : je tiens à préciser qu'à l'époque,  il y avait plus de deux heures de français en première.
Je suis bien d'accord mais quel signal envoie-t-on à l'élève qui voit fondre au lycée les heures de LV ? On passe quand même de 3H ( en seconde) à 2H30 puis à 2H en Term ...

En ce qui concerne l'absence d'épreuve de CO pour les TL, je trouve cela aberrant.

Pour en avoir discuté avec certains de mes élèves de TL , beaucoup sont étonnés qu'il n'y ait que 2h de LV en Terminale... quelle que soit la série.

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par Norman Bates le Mer 17 Fév 2016 - 13:44

@TheDoctor a écrit:

Pour ma part, en Langues, je trouve que 3h en Terminale ne seraient pas de cadeau : préparer des élèves à 4 compétences linguistiques (EE, CE, EO, CO)
en 2h/semaine, en étudiant des textes (minimum 3/notion) ... c'est compliqué.

Bonjour.

Je crois que nous allons plutôt vers une profonde modification de l'examen plutôt que vers l'obtention d'heures en plus. On peut raisonnablement penser que dans les disciplines linguistiques en général les ECA vont se généraliser.

_________________
Why do I give valuable time to people who don't care if I live or die?

Norman Bates
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 13:50

@Norman Bates a écrit:
@TheDoctor a écrit:

Pour ma part, en Langues, je trouve que 3h en Terminale ne seraient pas de cadeau : préparer des élèves à 4 compétences linguistiques (EE, CE, EO, CO)
en 2h/semaine, en étudiant des textes (minimum 3/notion) ... c'est compliqué.

Bonjour.

Je crois que nous allons plutôt vers une profonde modification de l'examen plutôt que vers l'obtention d'heures en plus. On peut raisonnablement penser que dans les disciplines linguistiques en général les ECA vont se généraliser.

Bonjour. En effet, j'ai aussi pour intime conviction que le Baccalauréat doit être revu...

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par frigo le Mer 17 Fév 2016 - 15:29

Une filière scientifique qui en soit vraiment une, avec 5 h de physique par semaine au minimum en première, plutôt que les pitoyables 3h d'aujourd'hui.
Des programmes rigoureux, comme pouvaient l'être ceux d'avant la funeste réforme Chatel ( ? ). Avec un retour des équation différentielles en Math et leur utilisation en physique.
Et puis qu'on se débarrasse de conneries type TPE, enseignement d'exploration, AP ...

_________________
"C’est un malheur pour la nature humaine, lorsque la religion est donnée par un conquérant. La religion mahométane, qui ne parle que de glaive, agit encore sur les hommes avec cet esprit destructeur qui l’a fondée." Montesquieu, De l’Esprit des lois, livre XXIV, chapitre 4.

frigo
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Après la réforme du collège: la réforme du lycée ?

Message par TheDoctor le Mer 17 Fév 2016 - 16:26

ENFIN. frigo, je te bénis. Enfin quelqu'un qui qualifie, comme moi, de "conneries" les TPE...
N'ayant pas fait un Baccalauréat S, je ne peux pas vraiment commenter tes idées ; j'ai juste regardé les horaires et
coefficients consacrés à cette série - et je suis d'accord. 3h de S/P, c'est... comment dire... faible!

_________________
"In spite of everything, I still believe that people are really good at heart."  coeurs
"Μηκέθ᾽ ὅλως περὶ τοῦ οἷόν τινα εἶναι τὸν ἀγαθὸν ἄνδρα διαλέγεσθαι, ἀλλὰ εἶναι τοιοῦτον"  professeur

Do you want to prepare your lessons for next year with other teachers? It's that way : http://www.neoprofs.org/t91466-anglais-qui-pour-preparer-ses-cours-ensemble-cet-ete

TheDoctor
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum