Crise de recrutement - suite et pas fin

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Sullien le Mer 17 Fév 2016 - 20:34

@Balthamos a écrit:La fameuse phobie administrative !
Si la réponse m'est adressée, j'ai parlé de phobie des concours. Vous ne connaissez peut-être pas (et tant mieux pour vous) mais d'autres que vous doivent composer avec les crises de panique et diverses maladies psychosomatiques.

Le plus gros problème dans ce statut de contractuel, c'est l'absence de formation initiale et la difficulté d'accès à la formation continue et l'isolement qui n'aident pas les contractuels motivés et les mauvais contractuels.
Parmi les conditions de recrutement des contractuels : "être titulaire d'un diplôme de niveau Bac + 3 en concordance avec la discipline d'enseignement" (Ac Orléans-Tours).

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par zouz le Mer 17 Fév 2016 - 20:44

@Karine B. a écrit:
@Provence a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Carnyx a écrit:
Ils savent que le XVIe siècle ce sont les années 1500 ?

Quand on sait placer la Réforme, tout est OK pour moi. Very Happy
Non, mais sans rire, ils n'ont évidemment pas le niveau extraordinaire de nous autres anciens, mais quand même...

Mais quand même... Quand un professeur de français ne maîtrise pas l'accord du participe passé ou qu'il commet des fautes grossières (un receuil pour recueil, par exemple, et de façon répétée), c'est un peu gênant.

on est d'accord, sauf qu'on est dans un système hypocrite qui refuse la titularisation, mais pas l'emploi !

+ 1000

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par zouz le Mer 17 Fév 2016 - 20:45

On peut aussi parler du niveau de certains néotitulaires...

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par zouz le Mer 17 Fév 2016 - 20:48

@Carnyx a écrit:Un contractuel qui est venu pour l’hist-géo il y a quelques années n’a fait que « l’eau » toute l’année en 2de !
Dont plusieurs fois les mêmes chapitres, il devait être bègue.

Ca existe chez les titulaires aussi. On les remplace, on voit et on sait.

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Rabelais le Mer 17 Fév 2016 - 20:57

@Sullien a écrit:
@Balthamos a écrit:
@moonie a écrit:C'est clair qu'il y a un minimum à connaître. Sinon la profession n'aurait plus aucune crédibilité si on autorisait n'importe qui à enseigner (il faut au minimum une licence).

On autorise déjà n'importe qui à enseigner. On appelle ça des contractuels.
Merci, c'est sympathique. En théorie, un contractuel doit avoir une licence (et bientôt un master) dans la discipline qu'il prétend à enseigner.
@Carnyx a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Balthamos a écrit:

On autorise déjà n'importe qui à enseigner. On appelle ça des contractuels.

On pourra (légitimement) discuter la valeur des diplômes, mais on ne laisse quand même pas "n'importe qui" enseigner. Je suis le premier étonné (pour être poli) en voyant le recrutement comme contractuels d'anciens étudiants que je ne voyais pas enseignants, mais ils ont quand même suivi une formation disciplinaire minimale.
Ils savent que le XVIe siècle ce sont les années 1500 ?
Je trouve l'ironie un peu déplacée, quand on sait d'une part la précarité de la situation de contractuel, et d'autre part la diversité des situations qui exigerait un peu de nuance et de prudence. Certains échouent aux épreuves du CAPES non faute de connaissances mais pour des raisons aussi incontrôlables que la phobie des concours par exemple. Ceux-là supportent d'autant plus mal de lire un rapport déplorant le niveau des derniers candidats admis.
Les rapports de jury ont toujours déploré le niveau des candidats et c'est bien normal.
Néanmoins, il reste un concours et pour information, la barre d'admissibilité du capes de LM l'an passé a été la plus haute depuis près de 10 ans  .
Quant à la phobie des concours, ne nous voilons pas la face, elle touche tous les candidats, il n'est jamais agréable d'affronter un jury de Capes.
C'est aussi cette capacité à se dépasser et à affronter ses peurs, fussent-elles les plus profondes, qui est évaluée.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Lefteris le Mer 17 Fév 2016 - 20:57

Il n 'y a pas lieu de s'étonner. Et certaines filières sont en train de se vider pour ne pas "finir" enseignant. L'onde de choc dans les années à venir risque d'être dure, avec les nouvelles dégradations du métier promises.
Le débat sur les contractuels est stérile, on ne peut leur reprocher de boucher les trous qui vont devenir béants.
Etre enseignant n'a plus de sens aujourd'hui, que ce soit pour le traitement, l'intérêt pour sa matière, les conditions de travail de plus en plus dures. Les jeune s le savent, et pour connaître un peu le monde des préparations aux concours, ils se renseignent de plus en plus sur les déroulements indiciaires, les débouchés de carrière, etc. A la limite, avec un bon niveau, il vaut mieux rentrer en catégorie B jeune, sans perte de temps, et tabler sur les concours internes.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Olympias le Mer 17 Fév 2016 - 21:00

@choup78 a écrit:
@Carnyx a écrit:
@Balthamos a écrit:Voila.

salaire, réformes non réfléchies et non reconnaissance.

j'en avais entendu parler mais jamais vue, mais qu'elle est méprisante et méprisable... et ce petit rire hautain...

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Rabelais le Mer 17 Fév 2016 - 21:08

@Lefteris a écrit:Il n 'y a pas lieu de s'étonner. Et certaines filières sont en train de se vider pour ne pas  "finir" enseignant. L'onde de choc dans les années à venir risque d'être dure, avec les nouvelles dégradations  du métier promises.
Le  débat sur les contractuels est stérile, on ne peut leur reprocher de  boucher les trous qui vont devenir béants.
Etre enseignant n'a plus de sens aujourd'hui, que ce soit pour le traitement, l'intérêt pour sa matière, les conditions de travail de plus en plus dures. Les jeune s le savent, et pour connaître un peu le monde des préparations aux concours, ils se renseignent de plus en plus sur les déroulements indiciaires, les débouchés de carrière, etc. A la limite, avec un bon niveau, il vaut mieux rentrer en catégorie B jeune, sans perte de temps,  et tabler sur les concours internes.
Tout à fait. Comment enseigner , pourquoi enseigner? Pour l'argent, non? Pour l'amour de sa discipline? Plus maintenant car elle disparaît peu à peu. Pour transmettre un savoir avec passion? Pas le droit, c'est mal et puis y' a Google, c'est ça? 
Par altruisme, vocation, implication? La réforme peut leur faire plus de mal que de bien et leur rendre définitivement inintelligible le monde qui les entoure.
heu

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par JPhMM le Mer 17 Fév 2016 - 21:11

J'aime tellement son ricanement que je me le passe en boucle... "et ça fait peur aux chiens."


_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Provence le Mer 17 Fév 2016 - 21:18

@Sullien a écrit:
@Balthamos a écrit:La fameuse phobie administrative !
Si la réponse m'est adressée, j'ai parlé de phobie des concours. Vous ne connaissez peut-être pas (et tant mieux pour vous) mais d'autres que vous doivent composer avec les crises de panique et diverses maladies psychosomatiques.

Ce n'est guère engageant pour un futur enseignant.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Lefteris le Mer 17 Fév 2016 - 21:20

@Rabelais a écrit:
@Lefteris a écrit:Il n 'y a pas lieu de s'étonner. Et certaines filières sont en train de se vider pour ne pas  "finir" enseignant. L'onde de choc dans les années à venir risque d'être dure, avec les nouvelles dégradations  du métier promises.
Le  débat sur les contractuels est stérile, on ne peut leur reprocher de  boucher les trous qui vont devenir béants.
Etre enseignant n'a plus de sens aujourd'hui, que ce soit pour le traitement, l'intérêt pour sa matière, les conditions de travail de plus en plus dures. Les jeune s le savent, et pour connaître un peu le monde des préparations aux concours, ils se renseignent de plus en plus sur les déroulements indiciaires, les débouchés de carrière, etc. A la limite, avec un bon niveau, il vaut mieux rentrer en catégorie B jeune, sans perte de temps,  et tabler sur les concours internes.
Tout à fait. Comment enseigner , pourquoi enseigner? Pour l'argent, non? Pour l'amour de sa discipline? Plus maintenant car elle disparaît peu à peu. Pour transmettre un savoir avec passion? Pas le droit, c'est mal et puis y' a Google, c'est ça? 
Par altruisme, vocation, implication? La réforme peut leur faire plus de mal que de bien et leur rendre définitivement inintelligible le monde qui les entoure.
heu
Je ne suis pas enseignant depuis si longtemps, et je vois le système, déjà hallucinant il y a une petite décennie pour qui comme moi l'avait quitté longtemps, se déliter totalement, avec une accélération. Je vois de jeunes agrégés vouloir partir, même en démissionnant. Ca, c'est un signe, je doute qu'il en fût ainsi à une certaine époque. Moi-même, qui suis mieux loti du fait de ma situation matérielle ( habitant à deux pas, hors-classe) je vois mon métier comme le degré zéro de l'intérêt, surtout avec la réforme, un truc alimentaire d'où on est pressé de partir avant d'avoir mis les pieds dans l'établissement. Alors un jeune qui vient se faire insulter de tous côtés (élèves, parents, institution, formation initiale) sans être prévenu, loin de chez lui et pour pas cher, je comprends . Si en plus il aime sa discipline, il est vraiment cuit...

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Sullien le Mer 17 Fév 2016 - 21:21

@Rabelais a écrit:Les rapports de jury ont toujours déploré le niveau des candidats et c'est bien normal.
Néanmoins, il reste un concours et pour information, la barre d'admissibilité du capes de LM l'an passé a été la plus haute depuis près de 10 ans  .
Quant à la phobie des concours, ne nous voilons pas la face, elle touche tous les candidats, il n'est jamais agréable d'affronter un jury de Capes.
C'est aussi cette capacité à se dépasser et à affronter ses peurs, fussent-elles les plus profondes, qui est évaluée.
A des degrés divers : je n'employais pas "phobie" en place de "peur".
Quoi qu'il en soit, je ne conteste pas le principe de la sélection par concours : j'expliquais tout bêtement qu'un professeur contractuel peut exceller dans sa discipline autant qu'un titulaire (et visiblement plus que certains néo-certifiés, d'où ma remarque sur niveau des derniers admis).

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Sullien le Mer 17 Fév 2016 - 21:24

@Provence a écrit:
@Sullien a écrit:
@Balthamos a écrit:La fameuse phobie administrative !
Si la réponse m'est adressée, j'ai parlé de phobie des concours. Vous ne connaissez peut-être pas (et tant mieux pour vous) mais d'autres que vous doivent composer avec les crises de panique et diverses maladies psychosomatiques.

Ce n'est guère engageant pour un futur enseignant.
Pas futur puisque contractuel. Wink

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Rabelais le Mer 17 Fév 2016 - 21:27

N
@Sullien a écrit:
@Rabelais a écrit:Les rapports de jury ont toujours déploré le niveau des candidats et c'est bien normal.
Néanmoins, il reste un concours et pour information, la barre d'admissibilité du capes de LM l'an passé a été la plus haute depuis près de 10 ans  .
Quant à la phobie des concours, ne nous voilons pas la face, elle touche tous les candidats, il n'est jamais agréable d'affronter un jury de Capes.
C'est aussi cette capacité à se dépasser et à affronter ses peurs, fussent-elles les plus profondes, qui est évaluée.
A des degrés divers : je n'employais pas "phobie" en place de "peur".
Quoi qu'il en soit, je ne conteste pas le principe de la sélection par concours : j'expliquais tout bêtement qu'un professeur contractuel peut exceller dans sa discipline autant qu'un titulaire (et visiblement plus que certains néo-certifiés, d'où ma remarque sur niveau des derniers admis).
Bien sûr qu'un contractuel peut être excellent, évidemment aussi peut-il avoir choisi de refuser d'être envoyé hors academie pour des raisons diverses et honorables.
En revanche, votre critique des neo-titulaires me chagrine.
Vous ne pouvez demander que nous ne généralisions pas le cas de certains contractuels problématiques en généralisant vous-même .

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Sullien le Mer 17 Fév 2016 - 21:31

@Rabelais a écrit:N
@Sullien a écrit:
@Rabelais a écrit:Les rapports de jury ont toujours déploré le niveau des candidats et c'est bien normal.
Néanmoins, il reste un concours et pour information, la barre d'admissibilité du capes de LM l'an passé a été la plus haute depuis près de 10 ans  .
Quant à la phobie des concours, ne nous voilons pas la face, elle touche tous les candidats, il n'est jamais agréable d'affronter un jury de Capes.
C'est aussi cette capacité à se dépasser et à affronter ses peurs, fussent-elles les plus profondes, qui est évaluée.
A des degrés divers : je n'employais pas "phobie" en place de "peur".
Quoi qu'il en soit, je ne conteste pas le principe de la sélection par concours : j'expliquais tout bêtement qu'un professeur contractuel peut exceller dans sa discipline autant qu'un titulaire (et visiblement plus que certains néo-certifiés, d'où ma remarque sur niveau des derniers admis).
Bien sûr qu'un contractuel peut être excellent, évidemment aussi peut-il avoir choisi de refuser d'être envoyé hors academie pour des raisons diverses et honorables.
Ce n'est pas une évidence pour tout le monde, malheureusement : d'où ma réaction...

En revanche, votre critique des neo-titulaires me chagrine.
Vous ne pouvez demander que nous ne généralisions pas le cas de certains contractuels problématiques en généralisant vous-même .
J'ai écrit "certains néo-certifiés", ça ne me paraissait pas une généralisation. Il y a bien sûr d'excellents candidats.

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par dandelion le Mer 17 Fév 2016 - 21:33

@Provence a écrit:
@Sullien a écrit:
@Balthamos a écrit:La fameuse phobie administrative !
Si la réponse m'est adressée, j'ai parlé de phobie des concours. Vous ne connaissez peut-être pas (et tant mieux pour vous) mais d'autres que vous doivent composer avec les crises de panique et diverses maladies psychosomatiques.

Ce n'est guère engageant pour un futur enseignant.
Le trac intense et invalidant ressenti lors des concours a beaucoup moins lieu d'être dans le quotidien d'un enseignant. On peut souffrir de timidité maladive et réussir à devenir enseignant. Il vaut mieux cependant avoir eu de très bonnes notes à l'écrit... Je suppose également que le format même du concours, notamment les exigences concernant la dissertation, peuvent mettre en échec certains candidats sans que ceux-ci soient dépourvus de connaissances. Si l'on devient contractuel, c'est bien souvent parce qu'on n'a financièrement pas d'autre choix. Mais une fois que l'on est contractuel, le maigre salaire, la précarité, la lourdeur du travail demandé, rendent très difficile la préparation des concours.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Provence le Mer 17 Fév 2016 - 21:38

@dandelion a écrit:
Le trac intense et invalidant ressenti lors des concours a beaucoup moins lieu d'être dans le quotidien d'un enseignant.
Les débuts dans l'enseignement sont très souvent extrêmement éprouvants et stressants.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Osmie le Mer 17 Fév 2016 - 21:43

Tellement éprouvants qu'on se suicide parfois, comme notre collègue stagiaire de mathématiques la semaine dernière...

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Rabelais le Mer 17 Fév 2016 - 21:48

@Osmie a écrit:Tellement éprouvants qu'on se suicide parfois, comme notre collègue stagiaire de mathématiques la semaine dernière...
Plus mon expérience s'accroît,plus je constate qu'il faut etre extremement solide psychologiquement...ou tres, tres détaché,de tout.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Lorine le Mer 17 Fév 2016 - 22:00

Je suis dans le Privé et les profs ne maths n'ont pas intérêt à être en arrêt maladie car il n'y a aucun remplaçant. Pendant 3 semaines , mon collègue de maths a remplacé , en plus de ses cours, ma collègue.Cette même collègue a un bras en écharpe actuellement et ne veut pas se mettre en arrêt pour ne pas donner le boulot à mon collègue.

Lorine
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Karine B. le Mer 17 Fév 2016 - 22:04

@Sullien a écrit:
@Rabelais a écrit:Les rapports de jury ont toujours déploré le niveau des candidats et c'est bien normal.
Néanmoins, il reste un concours et pour information, la barre d'admissibilité du capes de LM l'an passé a été la plus haute depuis près de 10 ans  .
Quant à la phobie des concours, ne nous voilons pas la face, elle touche tous les candidats, il n'est jamais agréable d'affronter un jury de Capes.
C'est aussi cette capacité à se dépasser et à affronter ses peurs, fussent-elles les plus profondes, qui est évaluée.
A des degrés divers : je n'employais pas "phobie" en place de "peur".
Quoi qu'il en soit, je ne conteste pas le principe de la sélection par concours : j'expliquais tout bêtement qu'un professeur contractuel peut exceller dans sa discipline autant qu'un titulaire (et visiblement plus que certains néo-certifiés, d'où ma remarque sur niveau des derniers admis).

avec la difficulté que le contractuel change de poste tous les ans, de niveaux, parfois passe de collège à lycée, donc a toujours un ou plusieurs nouveaux programmes à préparer, en plus du programme du concours

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par dandelion le Mer 17 Fév 2016 - 22:24

@Provence a écrit:
@dandelion a écrit:
Le trac intense et invalidant ressenti lors des concours a beaucoup moins lieu d'être dans le quotidien d'un enseignant.
Les débuts dans l'enseignement sont très souvent extrêmement éprouvants et stressants.
Je suis bien d'accord, mais le trac et le stress ne sont pas la même chose. Je n'aime pas parler en public et pourtant je suis prof. En classe j'ai une personnalité très différente et, bizarrement, enseigner m'a permis de prendre pas mal d'assurance. Je pense très sincèrement qu'on peut perdre tous ses moyens face à un jury et être pourtant en mesure d'assurer ses cours très professionnellement.

dandelion
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Leclochard le Mer 17 Fév 2016 - 22:51

@Rabelais a écrit:
@Osmie a écrit:Tellement éprouvants qu'on se suicide parfois, comme notre collègue stagiaire de mathématiques la semaine dernière...
Plus mon expérience s'accroît,plus je constate qu'il faut etre extremement solide psychologiquement...ou tres, tres détaché,de tout.

J'ai l'impression que c'est le cas de beaucoup de métiers. J'en discutais avec ma femme qui n'est pas fonctionnaire et a eu l'occasion d'occuper des postes différents: c'est exceptionnel sur une carrière de ne pas éprouver des difficultés, de ne pas avoir des soucis à cause d'un supérieur pénible ou harceleur, d'un environnement difficile, d'objectifs inatteignables, d'un changement de poste ou de lieu de travail ou de le peur du chômage. C'est évident qu'on peut tous traverser une crise qui conduit au burn-out ou au désir de se suicider.

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par Leclochard le Mer 17 Fév 2016 - 23:04

@Carnyx a écrit:Un contractuel qui est venu pour l’hist-géo il y a quelques années n’a fait que « l’eau » toute l’année en 2de !
Dont plusieurs fois les mêmes chapitres, il devait être bègue.

Ignare! il a fait: Premier trimestre: l'eau liquide,  deuxième trimestre: l'eau solide,  troisième trimestre: la vapeur. A chaque fois, il a développé les usages, les risques et des exemples de l'influence du précieux liquide sur les grands événements de l'Histoire de l'humanité. Il a commencé avec le déluge et a terminé par l'exploration des comètes, ces formidables boules de glace, qui auraient apporté la vie sur terre. Il n'a pas négligé les petites anecdotes (l'eau comme instrument de torture par exemple), ni le recours aux supports qui font plaisir aux élèves (diffusions des multiples versions filmiques de l'histoire du Titanic; dégustation de grands crus quand il traite de la sécheresse de 1976 et de ses conséquences bienfaitrices sur le vin.).

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par JPhMM le Mer 17 Fév 2016 - 23:08




_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Crise de recrutement - suite et pas fin

Message par JPhMM le Mer 17 Fév 2016 - 23:09

Pardon...

Spoiler:


Spoiler:
C'est un fou rire nerveux...

Spoiler:

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum