Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
zouz
Fidèle du forum

Mouvement inter-académique 2016 : questions

par zouz le Lun 22 Fév 2016 - 16:08
@matit a écrit:
@zouz a écrit:
@matit a écrit:Désolée mais j'ai passé le concours réservé et nous passons à la moulinette de l'inter comme tout le monde, mariés avec enfants ou pas, ancienneté ou pas! J'ai un compagnon, un enfant et 21 ans d'ancienneté, reclassée échelon 8 bientôt 9, je suis vieille et je vais certainement partir dans une autre académie. Et le réservé existe depuis un bon moment donc ce n'est pas cela qui change les barres. Par ailleurs, il y a seulement un quart des postes proposés au réservé qui sont pourvus. Et beaucoup de contractuels ne veulent pas le passer pour cette raison-là!

:shock: (H.S.: Bonsoir, sais-tu si c'est pareil pour l'interne ?)
Pareil, oui... Le temps béni du concours interne te permettant de rester près de chez toi semble terminé... Si tu es mariée, avec des enfants, ça doit être possible mais rien n'est certain. Pour exemple, une collègue qui a passé le concours l'an dernier, la cinquantaine, mariée, deux grands enfants et hop, à 200kms de chez elle. Je pense que c'est moins le cas quand les enfants sont jeunes. Le mien est ado et je ne suis pas pacsée avec mon compagnon (il n'a pas voulu, le bougre!!). L'EN me considère donc comme très mobile puisque je peux l'inscrire au lycée n'importe où et qu'aux yeux de la loi, je suis célibataire.

Merci pour la réponse peu engageante mais qui a le mérite de poser les choses clairement...le PACS et vie maritale sont équivalents en termes de points ? désolée, j'imagine que la question a déjà été posée.
avatar
Occitane sur ciel
Niveau 3

Un exemple de points de célibataire après plus de 10 ans

par Occitane sur ciel le Lun 22 Fév 2016 - 16:36
Un exemple de points pour célibataire: je suis à 1000 km de l'ascendant qui me reste et a eu de gros soucis de santé il y a 3 ans (ça va mieux là), je n'ai pas bougé de mon établissement depuis 12 ans. J'ai du m'arrêter pendant 3 mois sans solde il y a quelques années pour une situation médicale grave également de mon autre ascendant (heureusement que cela est autorisé et prévu par la loi). Donc j'ai bien "profité de mon célibat".
Mon établissement est à ce jour classé "ZEP"¨sur I prof et l'a toujours été, il est en ZUS et en quartier prio pour la ville, mais pas pour le rectorat, qui le garde en ZEP, même si ça n'existe plus... La direction de l'établissement reconnait elle même qu'il y a un souci... Les personnels administratifs et de direction touche en effet une NBI, mais plus de points éducation prioritaire selon le nouveau régime pour nous, car oublié des nouvelles listes... comme beaucoup.
J'effectue le même voeu préférentiel depuis quelques années, l'année prochaine j'atteindrai le plafond maxi de 100 points (suite à la réforme), et donc aujourd'hui après 12 ans dans le même lieu pour cumuler un maximum de points d'ancienneté... J'ai à peine plus de 300 points (dans les 320). C'est ultra décourageant! Je ne suis pas en RP (ouf! à 2h de train de celle-ci), mais niveau points c'est idem pour eux je pense, à cas égal.

Système complexe et décourageant, car oui on ne connaît pas tous les enjeux à l'avance. Et sans vouloir être désagréable, je pense que tant que le recrutement sera national, on aura ces soucis... et aussi tant qu'il y aura un flux important de personnes recrutées chaque année (et oui ça joue aussi désolée! on ne peut pas gagner sur tous les fronts en fait), qui doivent forcément participer et se joignent au lot de tous les demandeurs déjà en attente et les devancent ou suivent selon leur situation personnelle. Collègues souvent recrutés dans les académies fortement productrices de prof, mais plus faiblement consommatrices aussi...
Tous en galère, et nous devrions tous avoir le droit de muter à moment donné, je pense.
avatar
mafalda16
Modérateur

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mafalda16 le Lun 22 Fév 2016 - 16:44
@Occitane sur ciel a écrit:
Système complexe et décourageant, car oui on ne connaît pas tous les enjeux à l'avance. Et sans vouloir être désagréable, je pense que tant que le recrutement sera national, on aura ces soucis... et aussi tant qu'il y aura un flux important de personnes recrutées chaque année (et oui ça joue aussi désolée! on ne peut pas gagner sur tous les fronts en fait), qui doivent forcément participer et se joignent au lot de tous les demandeurs déjà en attente et les devancent ou suivent selon leur situation personnelle. Collègues souvent recrutés dans les académies fortement productrices de prof, mais plus faiblement consommatrices aussi...
Tous en galère, et nous devrions tous avoir le droit de muter à moment donné, je pense.

+1
Enaeco
Fidèle du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Enaeco le Mar 23 Fév 2016 - 8:08
C est vrai mais on en revient au même problème insoluble.

Satisfaire les vœux géographiques, c est déshabiller complètement certaines académies
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 9:19
@Enaeco a écrit:C est vrai mais on en revient au même problème insoluble.

Satisfaire les vœux géographiques, c est déshabiller complètement certaines académies

Pas forcément. Les postes sont pourvus de toute façon même si les demandes géographiques des célibataires sont satisfaites au bout de disons 5 ans via une forte revalorisation des vœux. Après ça va faire bouger toutes les barres donc difficile de savoir ce qu'il va en sortir. Par contre c'est sur que les débutants (y compris en couple) vont de plus en plus être dans les académies les plus difficiles.

Deux solutions pourraient peut être améliorer la situation:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.

- valoriser fortement le salaire des enseignants dans les établissements difficiles (au moins 500 € voire plus par mois) avec un recrutement spécifique qui permettrair d'attirer des enseignants plus expérimentés

Après je vois bien aussi une 3e solution mais qui ne plaira pas à tout le monde qui est une mobilité imposée. Par ex obliger les enseignants à changer d'établissements tous les 5 à 10 ans tout en favorisant.le fait pour eux de rester dans leur region (pas tous les 3 ans comme l'armée non plus). L'avantage c'est que ca permet de voie d'autres choses, d'éviter de s'enkyster et ça fait un peu tourner les postes et ca penalise moins les jeunes. L'inconvénient c'est que c'est plus compliqué à gérer surtout en couple et ça demande d'être prêt à bouger. Je suis sûre que beaucoup d'enseignants aimeraient bien bouger un peu plus.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mar 23 Fév 2016 - 9:28
Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
Bouger tous les 5 ans peut être envisageable dans les agglomérations importantes. En campagne, cela voudrait dire ajouter plusieurs dizaines de kilomètres à chaque changement avec les frais et l'organisation inhérents.
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.
avatar
Vipère
Niveau 8

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Vipère le Mar 23 Fév 2016 - 9:32
@mblonde a écrit:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.


Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 9:39
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
Bouger tous les 5 ans peut être envisageable dans les agglomérations importantes. En campagne, cela voudrait dire ajouter plusieurs dizaines de kilomètres à chaque changement avec les frais et l'organisation inhérents.
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Je ne crois pas que la valorisation salariale était si importante que ça (de l'ordre de 100€ par mois). Il faut une vraie revalorisation très forte. Surtout en region parisienne et dans le contexte actuel des salaires bas, à mon avis ça aiderait.

Pour la mobilité obligée c'est sur qu'à la campagne c'est plus difficile. Après sans l'obliger cela peut être plus indirect avec un forg bonus de points au bout de 5 pu 10 ans. C'est une piste.

Pour le mouvement à un tour ça existait jusque dans les années 90 ( temps que je n'ai pas connu). Le mouvement en 2 temps a été mis en place par Allègre. C'est l'un des nombreux griefs qu'ont les enseignants contre cet ancien ministre.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 10:12
@Vipère a écrit:
@mblonde a écrit:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.


Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........d'autant plus que quand des postes intéressants se libèrent suite aux départs en retraite on en profite pour les supprimer ou les bloquer comme supports stagiaires.
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 10:19
@Daphné a écrit:
@Vipère a écrit:
@mblonde a écrit:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.


Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est problématique.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mar 23 Fév 2016 - 10:20
@mblonde a écrit:
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
Bouger tous les 5 ans peut être envisageable dans les agglomérations importantes. En campagne, cela voudrait dire ajouter plusieurs dizaines de kilomètres à chaque changement avec les frais et l'organisation inhérents.
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Je ne crois pas que la valorisation salariale était si importante que ça (de l'ordre de 100€ par mois). Il faut une vraie revalorisation très forte. Surtout en region parisienne et dans le contexte actuel des salaires bas, à mon avis ça aiderait.

Pour la mobilité obligée c'est sur qu'à la campagne c'est plus difficile. Après sans l'obliger cela peut être plus indirect avec un forg bonus de points au bout de 5 pu 10 ans. C'est une piste.

Pour le mouvement à un tour ça existait jusque dans les années 90 ( temps que je n'ai pas connu). Le mouvement en 2 temps a été mis en place par Allègre. C'est l'un des nombreux griefs qu'ont les enseignants contre cet ancien ministre.

Pour avoir connu le mouvement en un seul temps, cela ne changeait pas grand chose pour les stagiaires et l'éloignement. En revanche cela donnait davantage de fluidité car les professeurs avec un certain nombre de points hésitaient moins à bouger car ce n'était pas à l'aveugle comme aujourd'hui.
500 euros de salaire en plus pour les établissements difficile soit 1/3 du salaire me semble inconcevable vu la logique de dévalorisation salariale du métier.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Balthamos le Mar 23 Fév 2016 - 10:22
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
[...]
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Deux choses. 
- non, ça n'a pas été essayé. La revalorisation dans certains établissements pilotes s'accompagnaient d'heures de concertation, d'heures de présences, etc. bref d'une redéfinition des conditions d'enseignement non acceptable non acceptée d'où l'échec de ces tentatives.
- Oui, c'est un fait. Mais des célibataires sont obligés de rester une décennie parfois plus dans certains établissements, loin des attaches personnelles pour laisser passer d'autres. Il faudrait une revalorisation des établissements rep (actuellement on vit plutôt une dévalorisation), une revalorisation aussi de l'ancienneté (10 points, c'est ridicule) et une revalorisation du vœu prioritaire. 

Je suis pour le mouvement à un tour.
avatar
Vipère
Niveau 8

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Vipère le Mar 23 Fév 2016 - 10:22
Ok, je comprends mieux!
Effectivement, ce système avait l'air plus cohérent... pourquoi a-t-il été abandonné? heu
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 10:23
@Vipère a écrit:Ok, je comprends mieux!
Effectivement, ce système avait l'air plus cohérent... pourquoi a-t-il été abandonné? heu

Parce que M. Allègre a voulu dégraissé le mammouth comme il disait !
Et que la régionalisation se mettait en place......
avatar
matit
Niveau 4

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par matit le Mar 23 Fév 2016 - 10:27
@zouz a écrit:
Merci pour la réponse peu engageante mais qui a le mérite de poser les choses clairement...le PACS et vie maritale sont équivalents en termes de points ? désolée, j'imagine que la question a déjà été posée.
Je ne sais pas, je ne me souviens pas de ce qui a été dit à ce sujet lors d'une journée stage avec le SNES. Je n'ai pas retenu car n'étant ni PACSée ni mariée, j'ai fait l'impasse sur l'information.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 10:50
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@Vipère a écrit:
@mblonde a écrit:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.


Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mar 23 Fév 2016 - 10:51
@Balthamos a écrit:
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
[...]
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Deux choses. 
- non, ça n'a pas été essayé. La revalorisation dans certains établissements pilotes s'accompagnaient d'heures de concertation, d'heures de présences, etc. bref d'une redéfinition des conditions d'enseignement non acceptable non acceptée d'où l'échec de ces tentatives.
- Oui, c'est un fait. Mais des célibataires sont obligés de rester une décennie parfois plus dans certains établissements, loin des attaches personnelles pour laisser passer d'autres. Il faudrait une revalorisation des établissements rep (actuellement on vit plutôt une dévalorisation), une revalorisation aussi de l'ancienneté (10 points, c'est ridicule) et une revalorisation du vœu prioritaire. 

Je suis pour le mouvement à un tour.
Ce que je voulais dire c'est qu'ayant connu le mouvement à un tour, les points d'ancienneté étaient les mêmes ; les barres encore plus hautes dans certaine matières faisaient que quelques années voire une dizaine étaient tout autant nécessaires pour revenir dans son académie d'origine.
C'était donc mieux pour la fluidité générale mais cela ne changeait pas grand chose pour les 1res années, je suis bien placée pour le savoir malheureusement.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 10:56
@lisette83 a écrit:
@mblonde a écrit:
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
Bouger tous les 5 ans peut être envisageable dans les agglomérations importantes. En campagne, cela voudrait dire ajouter plusieurs dizaines de kilomètres à chaque changement avec les frais et l'organisation inhérents.
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Je ne crois pas que la valorisation salariale était si importante que ça (de l'ordre de 100€ par mois). Il faut une vraie revalorisation très forte. Surtout en region parisienne et dans le contexte actuel des salaires bas, à mon avis ça aiderait.

Pour la mobilité obligée c'est sur qu'à la campagne c'est plus difficile. Après sans l'obliger cela peut être plus indirect avec un forg bonus de points au bout de 5 pu 10 ans. C'est une piste.

Pour le mouvement à un tour ça existait jusque dans les années 90 ( temps que je n'ai pas connu). Le mouvement en 2 temps a été mis en place par Allègre. C'est l'un des nombreux griefs qu'ont les enseignants contre cet ancien ministre.

Pour avoir connu le mouvement en un seul temps, cela ne changeait pas grand chose pour les stagiaires et l'éloignement. En revanche cela donnait davantage de fluidité car les professeurs avec un certain nombre de points hésitaient moins à bouger car ce n'était pas à l'aveugle comme aujourd'hui.
Même avec peu de points on pouvait essayer de bouger puisqu'il n'y avait pas de risque : les jeunes collègues du Midi arrivés en extension dans le Nord, les Ardennes ou les Vosges demandaient dès la première année à descendre ne serait-ce que par palier, en faisant des voeux sur les académies de Lyon, Limoges, Clermont ou Poitiers, ce qui diminuait déjà leur temps de trajet, et souvent l'obtenaient puisque ça bougeait beaucoup. Et recommençaient les années suivantes.
Le problème aujourd'hui vient des risques qui bloquent tout !

500 euros de salaire en plus pour les établissements difficile soit 1/3 du salaire me semble inconcevable vu la logique de dévalorisation salariale du métier.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par User5899 le Mar 23 Fév 2016 - 11:02
@blanco a écrit:Il y a moyen de contrer les faux pacs : imposer un minimum d'années pacsées avant et après la mutation! Demander aux instances officielles de vérifier l'adresse déclarée du logement commun! Le point faible de ces faux pacs est l'adresse et l'absence de biens de l'un des deux dans le logement déclaré. Quand on veut vérifier, on peut toujours le faire. Après l'administration ferme beaucoup les yeux et use aussi de ce stratagème! De plus, je peux vous dire que les gens n'hésiteront pas de faire un mariage blanc avec divorce en "rupture conventionnelle" ou alors de faire une fausse déclaration de concubinage (qui existe déjà)
En même temps, si c'était si évident, tout le monde conclurait un faux PACS, ce qui annulerait la priorité donnée aux couples. Dans la mesure où ce n'est pas le cas, je dirais que ce n'est pas à l'EN de fliquer la vie privée des gens. Surtout pour une histoire de poste. Tu veux muter ? Tu veux profiter d'un avantage ? Remplis-en les conditions. Le PACS blanc est plus facile que la réussite à l'agreg.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 11:13

@blanco a écrit: ............ou alors de faire une fausse déclaration de concubinage (qui existe déjà)
L'EN reconnaît le mariage et le PACS.
Elle reconnaît aussi le concubinage à condition qu'il y ait un enfant né ou à naître reconnu des deux parents !

Ça limite déjà les fausses déclarations..........
avatar
matit
Niveau 4

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par matit le Mar 23 Fév 2016 - 11:17
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 11:22
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@Vipère a écrit:

Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.

Oui actuellement, il n'est pas possible de rentrer dans le mouvement après mi-février pour l'inter. Après il y a les demandes d'affectation provisoire mais cela ne marche pas toujours.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Balthamos le Mar 23 Fév 2016 - 11:23
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.


Nous ne savons et c'est d'ailleurs globalement accepté dès le départ par tous (sauf des exceptions et des naïfs), mais quand je vois dans mon établissement par exemple que le collège ne peut pas muter alors qu'il est en région parisienne depuis 10 ans (les barres en techno sont de la folie) et qu'il ne va pas muter encore parce que on dévalorise les points rep (il a de fortes chances, si les règles n'évoluent pas dans le bon sens mais dans le sens actuel,  pour qu'il y ait moins de points à partir des mouvements 2018).
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 11:25
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.

Le mouvement en un temps ne changeait rien pour les stagiaires qui le plus souvent partaient de toute façon en extension et quittaient leur académie d'origine.
Etudiante à Toulouse, je voyais les célibataires partir dans le Nord au sens large et la RP.
Mes copines mariées donc avec des points de RC se retrouvaient dans les académies de Limoges Poitiers Clermont.
Je les plaignais, c'était quand même plus facile pour les célibataires de partir loin que de devoir partir et laisser le conjoint à Toulouse ou Pamiers !
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 11:27
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.

Oui actuellement, il n'est pas possible de rentrer dans le mouvement après mi-février pour l'inter. Après il y a les demandes d'affectation provisoire mais cela ne marche pas toujours.
En général dans le cas de conjoint soumis à mobilité obligatoire ça marche, c'est d'ailleurs prévu pour ça.
Contenu sponsorisé

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum