Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 11:27
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.

Oui actuellement, il n'est pas possible de rentrer dans le mouvement après mi-février pour l'inter. Après il y a les demandes d'affectation provisoire mais cela ne marche pas toujours.
En général dans le cas de conjoint soumis à mobilité obligatoire ça marche, c'est d'ailleurs prévu pour ça.
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 11:28
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.

Honnêtement, je ne trouve pas que c'est si évident de le savoir quand on n'a pas de la famille ou des gens très proches concernés. Dans mon cas, je n e pensais pas que la situation était aussi difficile. Dans le même genre d'idées, je ne pensais pas qu'il y avait autant d'agrégés mutés en collège. Il faut dire qu'entre le moment où j'ai passé le concours et mon intégration, les règles du jeu ont un peu changé et les mutations se sont bien grippées pendant 2-3 ans notamment avec les stagiaires à plein temps. J'ai l'impression que les barres, dans ma matière du moins, ont globalement baissées depuis.
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 11:29
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.

Oui actuellement, il n'est pas possible de rentrer dans le mouvement après mi-février pour l'inter. Après il y a les demandes d'affectation provisoire mais cela ne marche pas toujours.
En général dans le cas de conjoint soumis à mobilité obligatoire ça marche, c'est d'ailleurs prévu pour ça.

Dans mon cas cela n'a pas marché (à la grande surprise de mon syndicat) et j'ai entendu pas mal de témoignages qui disent la même chose.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mar 23 Fév 2016 - 11:33
@Daphné a écrit:
@lisette83 a écrit:
@mblonde a écrit:
@lisette83 a écrit:Pour les valorisations, cela a déjà été essayé et, à ce que j'en vois, les collègues expérimentés préfèrent augmenter leur salaire avec des HS plutôt que d'aller dans des établissements difficiles.
Bouger tous les 5 ans peut être envisageable dans les agglomérations importantes. En campagne, cela voudrait dire ajouter plusieurs dizaines de kilomètres à chaque changement avec les frais et l'organisation inhérents.
Les débutants ont toujours été dans des académies déficitaires et encore davantage qu'aujourd'hui. D'ailleurs dans de nombreuses matières les barres du sud-est n'ont jamais été aussi basses surtout comparées aux décennies antérieures.

Je ne crois pas que la valorisation salariale était si importante que ça (de l'ordre de 100€ par mois). Il faut une vraie revalorisation très forte. Surtout en region parisienne et dans le contexte actuel des salaires bas, à mon avis ça aiderait.

Pour la mobilité obligée c'est sur qu'à la campagne c'est plus difficile. Après sans l'obliger cela peut être plus indirect avec un forg bonus de points au bout de 5 pu 10 ans. C'est une piste.

Pour le mouvement à un tour ça existait jusque dans les années 90 ( temps que je n'ai pas connu). Le mouvement en 2 temps a été mis en place par Allègre. C'est l'un des nombreux griefs qu'ont les enseignants contre cet ancien ministre.

Pour avoir connu le mouvement en un seul temps, cela ne changeait pas grand chose pour les stagiaires et l'éloignement. En revanche cela donnait davantage de fluidité car les professeurs avec un certain nombre de points hésitaient moins à bouger car ce n'était pas à l'aveugle comme aujourd'hui.
Même avec peu de points on pouvait essayer de bouger puisqu'il n'y avait pas de risque : les jeunes collègues du Midi arrivés en extension dans le Nord, les Ardennes ou les Vosges demandaient dès la première année à descendre ne serait-ce que par palier, en faisant des voeux sur les académies de Lyon, Limoges, Clermont ou Poitiers, ce qui diminuait déjà leur temps de trajet, et souvent l'obtenaient puisque ça bougeait beaucoup. Et recommençaient les années suivantes.
Le problème aujourd'hui vient des risques qui bloquent tout !

500 euros de salaire en plus pour les établissements difficile soit 1/3 du salaire me semble inconcevable vu la logique de dévalorisation salariale du métier.
En lettres par exemple avec des barres sur le Sud-est à plus de 200 points pour la moindre zone de remplacement, personne à ma connaissance ne prenait le risque de descendre par paliers en perdant chaque fois les points d'ancienneté.
Maintenant je n'ai pas une vision globale...
avatar
matit
Niveau 4

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par matit le Mar 23 Fév 2016 - 11:34
@Daphné a écrit:
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.

Le mouvement en un temps ne changeait rien pour les stagiaires qui le plus souvent partaient de toute façon en extension et quittaient leur académie d'origine.
Etudiante à Toulouse, je voyais les célibataires partir dans le Nord au sens large et la RP.
Mes copines mariées donc avec des points de RC se retrouvaient dans les académies de Limoges Poitiers Clermont.
Je les plaignais, c'était quand même plus facile pour les célibataires de partir loin que de devoir partir et laisser le conjoint à Toulouse ou Pamiers !
Oui, bien sûr. J'ai aussi connu des gens dans des situations ubuesques, l'un à Montpellier, l'autre en RP, mariés avec un bébé et mettant des années à enfin pouvoir se retrouver. On a certainement tous des exemples comme cela. Je disais simplement que le système permettait de savoir plus rapidement et plus précisément où on allait mettre les pieds. Ceci dit, je pense que dans tout système de mutation, il y a toujours un stress et des déconvenues.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par User5899 le Mar 23 Fév 2016 - 11:35
@mblonde a écrit:je ne pensais pas qu'il y avait autant d'agrégés mutés en collège.
Bien sûr, vous avez raison. Le ministère édicte des règles qu'il méprise ensuite. Faut dire aussi qu'il y a peu de recours au TA. La notion d'"exception" est trop élastique.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mar 23 Fév 2016 - 11:37
Et le salaire proportionnellement bien plus élevé permettait au moins de l'envisager financièrement.
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mar 23 Fév 2016 - 11:42
@matit a écrit:
@Daphné a écrit:
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.

Le mouvement en un temps ne changeait rien pour les stagiaires qui le plus souvent partaient de toute façon en extension et quittaient leur académie d'origine.
Etudiante à Toulouse, je voyais les célibataires partir dans le Nord au sens large et la RP.
Mes copines mariées donc avec des points de RC se retrouvaient dans les académies de Limoges Poitiers Clermont.
Je les plaignais, c'était quand même plus facile pour les célibataires de partir loin que de devoir partir et laisser le conjoint à Toulouse ou Pamiers !
Oui, bien sûr. J'ai aussi connu des gens dans des situations ubuesques, l'un à Montpellier, l'autre en RP, mariés avec un bébé et mettant des années à enfin pouvoir se retrouver. On a certainement tous des exemples comme cela. Je disais simplement que le système permettait de savoir plus rapidement et plus précisément où on allait mettre les pieds. Ceci dit, je pense que dans tout système de mutation, il y a toujours un stress et des déconvenues.

Après d'un autre côté pour les couples avec l'un en province et l'autre en région parisienne, il faut peut être aussi à un moment envisager le déplacement du conjoint qui est en province pour qu'il aille en région parisienne. Ce n'est pas comme si la région parisienne n'offrait pas des possibilités professionnelles. Je sais que ce n'est pas toujours facile de changer d'emploi surtout si le conjoint est lui même fonctionnaire et/ou dans le contexte économique actuel mais parfois il faut aussi savoir s'adapter même si la vie en région parisienne avec une famille n'est pas l'idéal.
21th Century Boy
Niveau 6

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par 21th Century Boy le Mar 23 Fév 2016 - 11:53
@Balthamos a écrit:
@matit a écrit:
@pitchounette a écrit:
On passe un concours national qui nous amènent tous à un moment donné à partir de notre académie d'origine. Les conditions sont connues par tout le monde.  
Oui. Je comprends le désarroi de certains mais on ne découvre pas cette réalité: on le sait dès que l'on passe le concours. Nous avons une responsabilité dans le choix de métier que nous avons fait et qui implique une mutation. Cela ne signifie pas que je trouve le système correct, je suis comme beaucoup favorable à un mouvement en un temps comme c'était le cas autrefois: c'était beaucoup plus clair et rapide. Ceci dit, je m'étonne que certains s'étonnent de risquer d'être mutés là où ils ne souhaitent pas aller: c'est le jeu, nous le savons dès le départ.


Nous ne savons et c'est d'ailleurs globalement accepté dès le départ par tous (sauf des exceptions et des naïfs), mais quand je vois dans mon établissement par exemple que le collège ne peut pas muter alors qu'il est en région parisienne depuis 10 ans (les barres en techno sont de la folie) et qu'il ne va pas muter encore parce que on dévalorise les points rep (il a de fortes chances, si les règles n'évoluent pas dans le bon sens mais dans le sens actuel,  pour qu'il y ait moins de points à partir des mouvements 2018).

En technologie, c'est un peu spécial car lors de la réforme du SII, des professeurs de lycée ont vu leurs postes supprimés et ont été reconvertis en professeurs de Technologie. Logiquement, ces professeurs ont eu une carte scolaire pour occuper un poste le plus proche de celui qu'il avait précédemment.
Depuis 2012, avec le concours réservé, le nombre d'anciens contractuels à être titularisés, a fortement augmenté (bien plus en nombre que l'ancien concours du Capet Technologie interne qui n'existe plus) et ces gens étant déjà installés sur place depuis plusieurs années, cherchent à tout prix à revenir le plus vite possible.
Tout ça a gonflé les barres dans certaines académies.

Ce qui est le plus dingue, c'est qu'un candidat qui obtient le même Capet SII doit choisir, lors des mutations, s'il veut participer au mouvement en tant que L1400 (prof de Technologie en collège) et entre les L14XX (pour être prof en lycée) : les barres à l'inter ne sont pas du tout les mêmes pour le L1400 que pour les 14XX...
avatar
Madame_Prof
Guide spirituel

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Madame_Prof le Mar 23 Fév 2016 - 11:58
Tout à fait mblonde !!!
Dans bien des cas, le conjoint pourrait suivre en RP, mais le couple préfère la vie en province. On peut pas tout avoir !!! Choix difficile peut-être, car après faut rester plusieurs années en RP, voire y construire sa vie et que financièrement, c'est pas évident, mais ça ne l'est pour personne.

_________________
2017-2018 - Waouh, 10ème établissement, en POSTE FIXE Smile ! Et, militante plus que jamais I love you
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 12:06
Si on régionalisait un peu les concours de l'enseignement on en serait pas là ( du type découper la France en Quart ou par nouvelle grande région). Parce que sur le fond, j'aimerais qu'on m'explique l'intérêt de la nationalisation de ce concours.

A ce titre, la FPT est plus libre dans son recrutement, et on ne postule pas là où on ne souhaite pas aller par exemple ( je n'ai jamais envoyé de candidatures au nord de Paris ou Paris).

Parce que dans l'état, à un concours égalitaire et parfois difficile à obtenir, qui fait suite à de longues études exigeantes, on met en ligne de compte des facteurs extra-scolaires ( familiaux ou médicaux) dans l'obtention d'un poste. Poste dont la qualité ne dépend plus au final de la qualité disciplinaire du candidat ou si peu.
Bref, ça reste du pile ou face ( pile: super poste , face: poste difficile). Et on ne fait pas le "même" métier selon sur quoi on tombe.
avatar
Marcel Khrouchtchev
Enchanteur

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Marcel Khrouchtchev le Mar 23 Fév 2016 - 12:25
@jésus a écrit:Si on régionalisait un peu les concours de l'enseignement on en serait pas là ( du type découper la France en Quart ou par nouvelle grande région). Parce que sur le fond, j'aimerais qu'on m'explique l'intérêt de la nationalisation de ce concours.

Avoir des profs partout.
Ne me remercie pas, ça me fait plaisir.

La régionalisation serait une catastrophe, il y aurait, comme pour les PE, des concours très faciles à obtenir et dont la qualité des candidats pâtirait, et des concours plus difficiles dans les régions cotées.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 12:30
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@jésus a écrit:Si on régionalisait un peu les concours de l'enseignement on en serait pas là ( du type découper la France en Quart ou par nouvelle grande région). Parce que sur le fond, j'aimerais qu'on m'explique l'intérêt de la nationalisation de ce concours.

Avoir des profs partout.
Ne me remercie pas, ça me fait plaisir.

La régionalisation serait une catastrophe, il y aurait, comme pour les PE, des concours très faciles à obtenir et dont la qualité des candidats pâtirait, et des concours plus difficiles dans les régions cotées.

Exactement.
avatar
matit
Niveau 4

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par matit le Mar 23 Fév 2016 - 12:42
J'ai une question, qui a certainement déjà été posée... Comme les barres de l'inter bougent tous les ans, est-ce que les barres de l'intra suivent le même mouvement au sein de chaque académie? Ma question est peut-être mal posée, je ne suis pas sûre d'être claire... Smile
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 13:17
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@jésus a écrit:Si on régionalisait un peu les concours de l'enseignement on en serait pas là ( du type découper la France en Quart ou par nouvelle grande région). Parce que sur le fond, j'aimerais qu'on m'explique l'intérêt de la nationalisation de ce concours.

Avoir des profs partout.
Ne me remercie pas, ça me fait plaisir.

La régionalisation serait une catastrophe, il y aurait, comme pour les PE, des concours très faciles à obtenir et dont la qualité des candidats pâtirait, et des concours plus difficiles dans les régions cotées.

faudrait m'expliquer comment les postes FPT même dans les régions qui craignent sont pourvus... Rolling Eyes
Parce que des gens qui veulent travailler , il y en a dans chaque région...( toutes les offres reçoivent plus de 100 candidatures environ ( et c'est la fourchette basse, c'est 200 dans les coins sympas)  même dans des coins que personne n'aime...j'ai plein d'exemples) Je crois que vous ne réalisez pas l'état de délabrement du marché de l'emploi et ce à quoi ressemble les recrutements actuellement.

Parce que des régions que l'on croit en déficit de compétence, ne le serait plus si par exemple, on donnerait 25 postes à l'agrégation dans le sud-est de la France à concours égal, au pif il y aurait à l'arrivé 25 agrégés dans le sud-est. 25 agrégés en RP etc. Aux candidats de se répartir suivant leur souhaits géographiques et on aurait les profs qu'il faut partout.

Autant dire plus franchement qu'on recrute n'importe qui via le CRPE...sous prétexte que c'est régionalisé, et en ajoutant que le CRPE serait inégalitaire.

Les gens " mobiles"  recherchent en 1) la sécurité de l'emploi, 2) le salaire 3) Des missions intéressantes en rapport avec leur cursus 4) des collègues vivables 5) des avantages sociaux 6) ( sans exagérer) un lieu de vie pas trop pénible ni trop éloigné de leur base. Et avant tout des gens qui les embauchent.

Parce que pour être cash, de nos jours, on trouve plus facilement un copain ou une copine qu'un CDI valorisant remplissant les conditions  que je viens de dire...

Les gens veulent survivre, vivre si possible et pour ça avoir un travail, le reste vient ensuite.


.
slylan
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par slylan le Mar 23 Fév 2016 - 13:41
@jésus a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@jésus a écrit:Si on régionalisait un peu les concours de l'enseignement on en serait pas là ( du type découper la France en Quart ou par nouvelle grande région). Parce que sur le fond, j'aimerais qu'on m'explique l'intérêt de la nationalisation de ce concours.

Avoir des profs partout.
Ne me remercie pas, ça me fait plaisir.

La régionalisation serait une catastrophe, il y aurait, comme pour les PE, des concours très faciles à obtenir et dont la qualité des candidats pâtirait, et des concours plus difficiles dans les régions cotées.

faudrait m'expliquer comment les postes FPT même dans les régions qui craignent sont pourvus... Rolling Eyes
Parce que des gens qui veulent travailler , il y en a dans chaque région...( toutes les offres reçoivent plus de 100 candidatures environ ( et c'est la fourchette basse, c'est 200 dans les coins sympas)  même dans des coins que personne n'aime...j'ai plein d'exemples) Je crois que vous ne réalisez pas l'état de délabrement du marché de l'emploi et ce à quoi ressemble les recrutements actuellement.

Parce que des régions que l'on croit en déficit de compétence, ne le serait plus si par exemple, on donnerait 25 postes à l'agrégation dans le sud-est de la France à concours égal, au pif il y aurait à l'arrivé 25 agrégés dans le sud-est. 25 agrégés en RP etc. Aux candidats de se répartir suivant leur souhaits géographiques et on aurait les profs qu'il faut partout.

Autant dire plus franchement qu'on recrute n'importe qui via le CRPE...sous prétexte que c'est régionalisé, et en ajoutant que le CRPE serait inégalitaire.

Les gens " mobiles"  recherchent en 1) la sécurité de l'emploi, 2) le salaire 3) Des missions intéressantes en rapport avec leur cursus 4) des collègues vivables 5) des avantages sociaux 6) ( sans exagérer) un lieu de vie pas trop pénible ni trop éloigné de leur base. Et avant tout des gens qui les embauchent.

Parce que pour être cash, de nos jours, on trouve plus facilement un copain ou une copine qu'un CDI valorisant remplissant les conditions  que je viens de dire...



.

Le métier de professeur n'a rien à voir avec un emploi administratif. Et dire que le CRPE dans l'académie de Créteil est très accessible n'est pas une vue de l'esprit (une amie de ma femme l'a passé trois fois en province sans même obtenir l'admissibilité et a obtenu l'admission dans l'académie de Créteil du premier coup ...)

Par ailleurs, lorsqu'on est titulaire d'un master dans certaines disciplines, il est plus facile de trouver les différents points que tu as cités dans l'industrie par exemple ou dans es secteurs rémunérateurs (cf l'exemple des matheux qui s'orientent vers les banques, les assurances ou l'informatique).
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 13:47
Mon raisonnement cherchait à démontrer que la régionalisation du concours d'enseignant dans le secondaire était possible ( comme dans le FPT) contrairement à ce que l'on peut croire.

Car, et c'était mon intention, j'ai cherché à démontrer que des personnes compétentes et  en demande d'emploi il y en a partout en France.

De plus, rater une année un concours, et le réussir l'année suivante ne prouve pas que le concours où l'on a réussi ne vaut rien. ( A moins de penser sans se l'avouer que votre femme est une instit au rabais, ce que je ne pense pas du tout) Et pour dire ce que j'ai dit ailleurs, un concours est un concours, à vous ensuite de montrer qu'on est bon enseignant qu'on soit premier ou dernier de celui-ci.

Je garantis aussi que ce que je viens de dire en 6 points s'appliquent à l'état et le FPT, associations tout secteur confondus.

Ce qui fixe les gens à un territoire c'est le travail. On vit là où on peut travailler. Les attaches géographiques "sentimentales" offrent une boussole de là où on veut être, le travail donne le nord ( si on me prête la comparaison)


Dernière édition par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 13:54, édité 1 fois
slylan
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par slylan le Mar 23 Fév 2016 - 13:53
@jésus a écrit:Mon raisonnement cherchait à démontrer que la régionalisation du concours d'enseignant dans le secondaire était possible ( comme dans le FPT) contrairement à ce que l'on peut croire.

Car, et c'était mon intention, j'ai cherché à démontrer que des personnes compétentes et demande d'emploi il y en a partout en France.

De plus, rater une année un concours, et le réussir l'année suivant ne prouve pas que le concours où l'on a réussi ne vaut rien. ( A moins de penser sans se l'avouer que votre femme est une instit au rabais, ce que je ne pense pas du tout) Et pour dire ce que j'ai dit ailleurs, un concours est un concours, à vous ensuite de montrer qu'on est bon enseignant qu'on soit premier ou dernier de celui-ci.

Ce n'est pas rater un concours et le réussir l'année suivante, c'est ne pas obtenir l'admissibilité trois fois de suite dans une région et obtenir du premier coup l'admission dans une autre (il ne s'agit pas de ma femme mais de son amie).

Oui la régionalisation est possible dans le second degré (d'ailleurs un rapport parlementaire récent le préconise) mais cela serait terrible pour beaucoup d'établissements de la région parisienne qui, soit manqueraient de candidats (je sais, c'est déjà le cas... Rolling Eyes ), soit auraient des professeurs dont la maîtrise disciplinaire serait incertaine.
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 13:58
C'est un problème pris à l'envers, pour Créteil, par exemple.

Les postes ne sont pas pourvus parce que les personnes qui y ont installe n'ont pas voulu y être et ce géographiquement. Il y a, je pense, dans l'ensemble de l'ile de France, assez de personnes pour pourvoir ces postes, et en plus des gens pour X ou Y raisons envie de s'installer en RP.

Ce sont les conséquences des mutations forcées qui créent de l'absentéîsme ( en partie)
les conditions salariales y sont aussi pour quelque chose.

slylan
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par slylan le Mar 23 Fév 2016 - 14:02
Oui, mais la régionalisation du CAPES ne résoudra pas ces problèmes mais ne ferait que les aggraver. Je le dis d'autant plus que je suis "bloqué" en région parisienne depuis quelques années et que je souhaite retourner dans ma région.
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 14:08
Non, ça ne l'aggraverait pas. Une personne qui souhaite plus que vous être en RP passerait le CAPES pour être en RP et vous dans votre région.

Ca reste de la fiction, parce que tout ce système à réformer serait effroyable.

Mais à l'heure où les jeunes ont soif d'indépendance, de liberté géographique, de bouger quand ils veulent. Le principe a priori de mutation imposée pour faire un travail de prof qu'on peut faire n'importe où n'attire plus. ( Ce n'est pas comme une usine qui existe à tel ou tel endroit ou tel musée spécifique ou tel siège social qui n'existe qu'à Paris) Et rend les mutations peut supportables.

Enaeco
Fidèle du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Enaeco le Mar 23 Fév 2016 - 14:16
Jésus, tu proposes un système de recrutement type CRPE.
Ce système ne fonctionne absolument pas pour certaines académies.

En quoi ce système serait plus viable pour les CAPES?
(Et je ne parle pas des soucis en plus liés à la disparité de la formation dans les matières à faible recrutement)
slylan
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par slylan le Mar 23 Fév 2016 - 14:19
@Enaeco a écrit:Jésus, tu proposes un système de recrutement type CRPE.
Ce système ne fonctionne absolument pas pour certaines académies.

En quoi ce système serait plus viable pour les CAPES?

Ce système "fonctionne" plutôt bien pour la plupart des régions, mais pas pour l'Ile de France, là est le problème. Et la régionalisation du CAPES provoquerait le même problème dans le second degré.
avatar
Madame_Prof
Guide spirituel

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Madame_Prof le Mar 23 Fév 2016 - 14:21
Peut-être que Jésus a une vision très déformée de la réalité parce qu'il est en philo...

Seule discipline où les profs se battent pour être en RP.

_________________
2017-2018 - Waouh, 10ème établissement, en POSTE FIXE Smile ! Et, militante plus que jamais I love you
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mar 23 Fév 2016 - 14:29
Non, je n'ai pas envie d'être en RP et je ne connais pas ou très peu de philosophes qui veulent être en RP.
Ma vision n'est pas déformée...j'essaye juste de parler du marché du travail à la sauce 2016...

Il faudrait essayer le système du CAPES régionalisé avant de dire qu'il ne marche pas.

L'avantage est qu'on passe le concours dans les régions où il y a priori des postes ouverts, points. Si on a fait des études de telle matière mais qu'aucun poste n'est ouvert au concours dans cette région, on passe le concours là où il y a un poste. L'étudiant lambda ne pourra pas se leurrer à penser qu'il pourra rester dans sa région ou à proximité si il n'y a pas de poste. On évite les désillusions...c'est ça l'avantage.
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Balthamos le Mar 23 Fév 2016 - 15:03
@jésus a écrit:C'est un problème pris à l'envers, pour Créteil, par exemple.

Les postes ne sont pas pourvus parce que les personnes qui  y ont installe n'ont pas voulu y être et ce géographiquement. Il y a, je pense, dans l'ensemble de l'ile de France, assez de personnes pour pourvoir ces postes, et en plus des gens pour X ou Y raisons envie de s'installer en RP.

Ce sont les conséquences des mutations forcées qui créent de l'absentéîsme ( en partie)
les conditions salariales y sont aussi pour quelque chose.


Plusieurs corrections : 
vu les barres et hors Paris, un collègue voulant vraiment s'installer en région parisienne y arrive sans problème.
Il n'y a pas assez de personnes pour pourvoir aux postes en IDF. Cf. le mouvement et le nombre de postes vacants à son issu. Cf. la difficulté à recruter des contractuels dans certaines disciplines et certains lieux de l'IDF. 

Sinon je ne pense pas qu'une partie de l'explication de l'absentéisme réside dans les mutations forcées.
Contenu sponsorisé

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum