Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Daphné le Mar 23 Fév 2016 - 20:00
@Ascagne a écrit:
Néanmoins laisser le célibataire sans aucune possibilité d'atteindre un nombre de points suffisant pour prétendre à une académie, à moins qu'il ne se conforme à la norme du couple, je trouve cela injuste et limite moraliste !
Certes. Enfin, pour se conformer à la norme du couple, il faut déjà trouver quelqu'un.
Pourquoi voulez-vous éviter la RP ? Et le coût de la vie arrivera en 1ère position !
Hum, est-ce vraiment le cas ?
Vous êtes nombreux à évoquer le fait que l'on connaît les règles à l'avance : c'est vrai, pour la plupart d'entre elles. Cependant, dans l'autre sens, ces règles sont-elles appliquées ? Un agrégé devrait être nommé au collège exceptionnellement, indiquent les textes, mais la réalité est différente.

Vous seriez surpris de voir que pas mal d'agrégés demandent des collèges - ben oui 15h en collège il y a moins de boulot qu'en lycée - et que quand ils arrivent sur des vœux COM avec plusieurs entrants sur la COM il est parfois difficile de les faire mettre sur le lycée quand ils ont formulé le vœu collège en amont !
Sans compter le nombre de collègues en collège qui ne demandent par leur mut.......on en fait quoi ? Ben ils restent sur le collège.
avatar
clap
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par clap le Mar 23 Fév 2016 - 20:27
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@mblonde a écrit:

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Il y avait la possibilité de postuler très tardivement dans ce cas, je suis rentrée dans le mouvement en mai pour suivre mon conjoint, ma mère également a pu postuler en avril.

Oui actuellement, il n'est pas possible de rentrer dans le mouvement après mi-février pour l'inter. Après il y a les demandes d'affectation provisoire mais cela ne marche pas toujours.
En général dans le cas de conjoint soumis à mobilité obligatoire ça marche, c'est d'ailleurs prévu pour ça.
Ça n'est pas toujours respecté. J'ai déjà demandé une affectation à titre provisoire avec un conjoint fonctionnaire soumis à mutation obligatoire, on m'a gentiment faire comprendre que je ne l'aurais pas...
avatar
Cicyle
Grand sage

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Cicyle le Mar 23 Fév 2016 - 20:41
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@Vipère a écrit:
@mblonde a écrit:

- revenir a un mouvement en un temps. Cela permettrait de fluidifier le mouvement.


Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Je confirme… 😢
21th Century Boy
Niveau 6

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par 21th Century Boy le Mar 23 Fév 2016 - 20:54
@Cicyle a écrit:
@mblonde a écrit:
@Daphné a écrit:
@Vipère a écrit:

Petite question pour ma culture générale de jeune prof, cela se passait comme ça avant? C'est-à-dire qu'on demandait non pas une académie, mais une commune précise par exemple? Ce type de mouvement était satisfaisant?
Tu pouvais même ne demander qu'un établissement, une commune, tu l'obtenais ou tu restais sur ton poste.
Certains demandaient tout un DPT voire toute une académie s'ils voulaient vraiment partir, mais à part la première affectation où on partait en extension dans le Nord ou la RP comme maintenant, il n'y avait aucun risque donc les collègues demandaient leur mut et ça bougeait, les postes se libéraient  et ça tournait !
Tandis que maintenant tu dois entrer dans une académie qui a parfois pas mal de départements sans garantie de là où tu vas atterrir et tu as perdu ton poste. Alors les collègues qui ont un poste ne souhaitent pas forcément à 50 ans prendre le risque de se retrouver TZR dans une zone qui ne leur convient pas, ne demandent donc plus leur mutation, restent sur place et le mouvement ne se fait plus que sur les postes que personne ne veut........

Sans compter le fait que parfois certains collègues veulent aller dans des zones très peu demandées car très isolées (ex des zones rurales bien perdues) mais n'arrivent pas à y aller car les académies sont inaccessibles en terme de points (cas classique l'académie de Toulouse). Sans compter les gens du sud mutés dans le nord qui serait prêts à accepter n'importe quel poste pour descendre dans leur région et qui n'arrivent pas à entrer dans les académies concernées.

En plus un mouvement à un tour ça réduirait les délais parce qu'entre les premières demandes et la fin des mut', il y a quasiment neuf mois. Or dans certains cas (typiquement le cas du conjoint fonctionnaire à mobilité obligatoire dont la mutation n'est connue au mieux qu'en mars), c'est  problématique.
Je confirme… 😢

La même (version Pays de Loire). Neutral

J'ai bossé comme contractuel dans des coins perdus avant d'être titularisé et mis en RP. Je n'ai aucune aspiration à rejoindre la mer mais bien la campagne. Laughing
avatar
Ascagne
Fidèle du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Ascagne le Mar 23 Fév 2016 - 21:06
@Daphné : Je pensais plutôt à la situation d'être en collège sans l'avoir voulu (étant donné que c'est ce qui me trouble, comme éventualité dans mon propre cas). Qu'un agrégé veuille exercer au collège par choix, cela ne me dérange pas dans l'absolu (évidemment, si c'est pour le motif que tu évoques, ça pose question).
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 9:19
)


Dernière édition par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 9:45, édité 1 fois
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mer 24 Fév 2016 - 9:26
Une heure de RER, ce n'est pas le cas pour les lignes A,B,C quelle que soit la gare de départ. La Seine et Marne est un peu un cas à part malgré tout et, par le fait, les prix sont bien plus modérés pour les villages de Seine-et-Marne en pleine campagne !
avatar
mafalda16
Modérateur

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mafalda16 le Mer 24 Fév 2016 - 9:35
@lisette83 a écrit:Une heure de RER, ce n'est pas le cas pour les lignes A,B,C quelle que soit la gare de départ. La Seine et Marne est un peu un cas à part malgré tout et, par le fait, les prix sont bien plus modérés pour les villages de Seine-et-Marne en pleine campagne !

Certes, mais, pour vivre dans un village de Seine et Marne depuis septembre et alors même que je suis provinciale, je commence déjà à saturer de la campagne. Tout est au minimum à 30 min de voiture. Je dois faire une heure de route entre mes deux établissements, et les transports en commun (bus ou train) sont très mal répartis. La seine et Marne, c'est un monde à part en RP.
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 9:42
Hello,

J'ai un contre-exemple de l'aspect repoussoir de l'EN. Une collègue de lettres de l' académie de Lyon muté en RP . Elle n'était pas satisfaite de sa mutation car elle se retrouvait dans un collège de campagne en Seine et Marne. Elle voulait, quitte à monter sur Paris être dans un lycée difficile avec une équipe jeune et soudée et faire des projets etc.

Le problème de la RP, c'est que c'est grand. On se retrouve vite à une heure de RER de Paris, ( pour voir des amis, une expo, librairie etc) avec les inconvénients de l'urbanisation et sans les avantages de la ville...On dépense des loyers importants au nom de la proximité de Paris qui est relative et sans qualité de vie. On se met en difficulté pour acheter et fonder une famille plus tard. ( Sachant que beaucoup sont profs ou PE pour avoir a minima du temps pour les enfants)
Je connais beaucoup de personnes dans ma tranche d'âge qui quittent les grandes villes ou villes moyennes pour pouvoir acheter...je n'imagine pas ce genre de personnes monter en RP.

Sans compensation financière, les gens ne viendront pas plus en RP. ( Ce qui n'empêche pas de régionaliser les concours)

avatar
Vipère
Niveau 8

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Vipère le Mer 24 Fév 2016 - 9:43
Personnellement je suis à Provins, c'est-à-dire au bout du bout du 77, soit 1h20 de train pour rallier Paris... mais avec le pass Navigo c'est assez intéressant je trouve (avant j'habitais Auxerre et faisais de fréquents A/R à Paris, c'était plus contraignant et plus cher...) Je crois qu'encore une fois tout dépend de nos préférences et des choix de vie que l'on fait, moi j'aime la campagne et le calme, mais pour beaucoup de parisiens que je connais il est inimaginable d'habiter aussi loin (à quoi je réponds que c'est Paris qui est loin de Provins, et non Provins qui est loin de Paris Wink ). Niveau loyer c'est accessible, mais je pense que le calcul campagne= loyer bas est tronqué, on avait été surpris du prix de certains logements récents paumés dans la Brie mais proches de Disney Land par exemple...
avatar
mafalda16
Modérateur

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mafalda16 le Mer 24 Fév 2016 - 9:46
@Vipère a écrit:Personnellement je suis à Provins, c'est-à-dire au bout du bout du 77, soit 1h20 de train pour rallier Paris... mais avec le pass Navigo c'est assez intéressant je trouve (avant j'habitais Auxerre et faisais de fréquents A/R à Paris, c'était plus contraignant et plus cher...) Je crois qu'encore une fois tout dépend de nos préférences et des choix de vie que l'on fait, moi j'aime la campagne et le calme, mais pour beaucoup de parisiens que je connais il est inimaginable d'habiter aussi loin (à quoi je réponds que c'est Paris qui est loin de Provins, et non Provins qui est loin de Paris Wink ). Niveau loyer c'est accessible, mais je pense que le calcul campagne= loyer bas est tronqué, on avait été surpris du prix de certains logements récents paumés dans la Brie mais proches de Disney Land par exemple...

Oui tu as raison, les loyers dans la brie sont très hétérogènes. Au lycée je ne suis pas très loin de Provins, mais j'ai un peu l'impression d'être au bout du monde, même si l'ambiance du lycée est très sympa. Wink
avatar
Vipère
Niveau 8

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Vipère le Mer 24 Fév 2016 - 9:50
Pareil, je suis dans un lycée très agréable, ça aide pour débuter Smile et la ville elle-même a à peu près le même rythme et le même dynamisme qu'Auxerre, ce qui fait que je ne suis pas trop dépaysée.
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 9:51
Provins, c'est pas la banlieue parisienne telle que je l'entends...La Seine et Marne ou le sud de l'Essonne ou encore vers le Vexin, c'est différent, c'est la campagne en Ile de France en comparaison du 93 par exemple. C'est sûr qu'à 1h de train de banlieue ou de RER ou loin d'une gare, les prix baissent.


Mais les 1H de transport pour aller de l'Essonne à un autre point de Paris, on y arrive vite avec une correspondance etc.
avatar
Litterateur
Niveau 3

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Litterateur le Mer 24 Fév 2016 - 13:18
Je reconnais qu'ayant vécu à Agen et Bordeaux je ne me serais jamais fait à la vie parisienne, de près ou de loin... Faire 30mn de voiture me convient beaucoup plus pour aller quelque part que le casse-tête des transports un peu labyrinthiques. Enfin, le problème ne se pose pas puisqu'on m'a affecté à la frontière belge en pleine cambrousse (mais c'est super, on a une bonne équipe, les élèves sont sympas et j'ai du mal à y croire en RP désolé, et j'ai 100m2 et du vert tout autour. Et pour sortir il y a plein de villes à 1h, c'est pas la mort !)
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 13:26
L'espace de vie est aussi important. Monter en RP, c'est une forte chance de se retrouver à une surface habitable inférieure à ce qu'on avait en étudiant...pour une somme exorbitante...Puis on plafonne dans les surfaces habitables, on peut acheter mais très loin...

Les cadres du privé partent quand ils le souhaitent, surtout quand ils se rendent compte qu'ils plafonnent dans leur vie. Ils ne peuvent plus avoir de compromis intéressant entre la distance avec le travail et la surface habitable avec l'arrivée d'un enfant ou du deuxième. A moins d'avoir un super salaire, ça arrive à tous les coups.

http://rue89.nouvelobs.com/2011/05/26/se-loger-a-paris-chronique-banale-dune-quete-impossible-205922

L'enseignant peut bloquer plusieurs années après ce constat et vivre une situation peu confortable pour la seule raison de la lenteur de changements d'académie...
Alors qu'ailleurs en province, on peut plus facilement trouver un pavillon abordable à proximité d'une ville...

Bon, en clair, pour beaucoup monter sur Paris, c'est la gloire, la fête alors que j'ai toujours vu cela comme un possibilité de régression ( perte de m² de logements, perte de pouvoir d'achat, vie qui stagne et ressemble ad vitam à une vie d'étudiant)
avatar
GreenCpe
Niveau 6

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par GreenCpe le Mer 24 Fév 2016 - 14:15
entièrement d'accord avec Jésus Neutral Neutral
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mer 24 Fév 2016 - 18:00
@jésus a écrit:L'espace de vie est aussi important. Monter en RP, c'est une forte chance de se retrouver à une surface habitable inférieure à ce qu'on avait en étudiant...pour une somme exorbitante...Puis on plafonne dans les surfaces habitables, on peut acheter mais très loin...

Les cadres du privé partent quand ils le souhaitent, surtout quand ils se rendent compte qu'ils plafonnent dans leur vie. Ils ne peuvent plus avoir de compromis intéressant entre la distance avec le travail et la surface habitable avec l'arrivée d'un enfant ou du deuxième. A moins d'avoir un super salaire, ça arrive à tous les coups.

http://rue89.nouvelobs.com/2011/05/26/se-loger-a-paris-chronique-banale-dune-quete-impossible-205922

L'enseignant peut bloquer plusieurs années après ce constat et vivre une situation peu confortable pour la seule raison de la lenteur de changements d'académie...
Alors qu'ailleurs en province, on peut plus facilement trouver un pavillon abordable à proximité d'une ville...

Bon, en clair, pour beaucoup monter sur Paris, c'est la gloire, la fête alors que j'ai toujours vu cela comme un possibilité de régression ( perte de m² de logements, perte de pouvoir d'achat, vie qui stagne et ressemble ad vitam à une vie d'étudiant)

Alors je suis un peu l'extra-terrestre de la conversation parce qu'on a fait le choix d'aller en RP cet été pour notre prochaine mut alors qu'on vient de province et qu'on a vécu en province puis à l'étranger. Et je précise qu'on a deux enfants et qu'on sait qu'on aura un Appart qui nous coûtera au moins deux fois plus cher. Plusieurs raisons à cela:
- j'ai fait mes études à Paris, j'adorais ma vie la bas que je regrette depuis 7 ans. J'ai hâte de retrouver la vie culturelle et les avantages du pass education
- plus d'opportunités professionnelles pour mon conjoint
- les possibilités de reconversion/ evolution de carriere sont plus importantes
- à Paris intramuros certitude d'être dans un périmètre restreint par rapport à la province (ça c'était le plan à la base mais il a changé)
- dans l'Académie de Versailles possibilité de cumuler rapprochement de conjoint et vœux restreint lycée pour les agrégés ce qui fait que je suis quasi certaine d'avoir un poste fixe en lycée ). Dans mes précédentes académies, les rc et les points d'agrégé étaient trop déséquilibrés et non cumulables/ compatibles.

Bref il n'y a pas que des inconvénients à la région parisienne non plus (mais je ne suis plus une prof débutante avec un barème et un salaire ridicule, je le reconnais)
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mer 24 Fév 2016 - 18:08
@jésus a écrit:L'espace de vie est aussi important. Monter en RP, c'est une forte chance de se retrouver à une surface habitable inférieure à ce qu'on avait en étudiant...pour une somme exorbitante...Puis on plafonne dans les surfaces habitables, on peut acheter mais très loin...

Les cadres du privé partent quand ils le souhaitent, surtout quand ils se rendent compte qu'ils plafonnent dans leur vie. Ils ne peuvent plus avoir de compromis intéressant entre la distance avec le travail et la surface habitable avec l'arrivée d'un enfant ou du deuxième. A moins d'avoir un super salaire, ça arrive à tous les coups.

http://rue89.nouvelobs.com/2011/05/26/se-loger-a-paris-chronique-banale-dune-quete-impossible-205922

L'enseignant peut bloquer plusieurs années après ce constat et vivre une situation peu confortable pour la seule raison de la lenteur de changements d'académie...
Alors qu'ailleurs en province, on peut plus facilement trouver un pavillon abordable à proximité d'une ville...

Bon, en clair, pour beaucoup monter sur Paris, c'est la gloire, la fête alors que j'ai toujours vu cela comme un possibilité de régression ( perte de m² de logements, perte de pouvoir d'achat, vie qui stagne et ressemble ad vitam à une vie d'étudiant)

Concernant l'article de l'obs il est pas inintéressant mais un oint quand meme'
- les personnes qui témoignent habitaient à berlin avant. C'est quand même une capitale européenne très particulière du point de vue de l'immobilier. Les loyers sont particulierement faibles et le parc de logements vides est important car il y a beaucoup de place (libération de l'espace occupée par le mur). Le développement n'est pas non plus contraint. Et de toute manière comparer Berlin à Paris intramuros n'a pas beaucoup de sens car la ville est beaucoup plus étendue (il faudrait au moins comparer à Paris + petite couronne et la les loyers ne sont plus les memes). Dans la plupart des capitales européennes la situation du logement est difficile. Croyez moi Paris c'est rien comparé à Londres niveau loyer. Et même en Allemagne, Munich est très chère par ex.

Je peux fournir un témoignage inverse dans lequel je peux raconter comment on a trouvé un super Appart en deux jour en plein Paris en 2008...
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mer 24 Fév 2016 - 18:14
@mblonde a écrit:
@jésus a écrit:L'espace de vie est aussi important. Monter en RP, c'est une forte chance de se retrouver à une surface habitable inférieure à ce qu'on avait en étudiant...pour une somme exorbitante...Puis on plafonne dans les surfaces habitables, on peut acheter mais très loin...

Les cadres du privé partent quand ils le souhaitent, surtout quand ils se rendent compte qu'ils plafonnent dans leur vie. Ils ne peuvent plus avoir de compromis intéressant entre la distance avec le travail et la surface habitable avec l'arrivée d'un enfant ou du deuxième. A moins d'avoir un super salaire, ça arrive à tous les coups.

http://rue89.nouvelobs.com/2011/05/26/se-loger-a-paris-chronique-banale-dune-quete-impossible-205922

L'enseignant peut bloquer plusieurs années après ce constat et vivre une situation peu confortable pour la seule raison de la lenteur de changements d'académie...
Alors qu'ailleurs en province, on peut plus facilement trouver un pavillon abordable à proximité d'une ville...

Bon, en clair, pour beaucoup monter sur Paris, c'est la gloire, la fête alors que j'ai toujours vu cela comme un possibilité de régression ( perte de m² de logements, perte de pouvoir d'achat, vie qui stagne et ressemble ad vitam à une vie d'étudiant)

Alors je suis un peu l'extra-terrestre de la conversation parce qu'on a fait le choix d'aller en RP cet été pour notre prochaine mut alors qu'on vient de province et qu'on a vécu en province puis à l'étranger. Et je précise qu'on a deux enfants et qu'on sait qu'on aura un Appart qui nous coûtera au moins deux fois plus cher. Plusieurs raisons à cela:
- j'ai fait mes études à Paris, j'adorais ma vie la bas que je regrette depuis 7 ans. J'ai hâte de retrouver la vie culturelle et les avantages du pass education
- plus d'opportunités professionnelles pour mon conjoint
- les possibilités de reconversion/ evolution de carriere sont plus importantes
- à Paris intramuros certitude d'être dans un périmètre restreint par rapport à la province (ça c'était le plan à la base mais il a changé)
- dans l'Académie de Versailles possibilité de cumuler rapprochement de conjoint et vœux restreint lycée pour les agrégés ce qui fait que je suis quasi certaine d'avoir un poste fixe en lycée ). Dans mes précédentes académies, les rc et les points d'agrégé étaient trop déséquilibrés et non cumulables/ compatibles.

Bref il n'y a pas que des inconvénients à la région parisienne non plus (mais je ne suis plus une prof débutante avec un barème  et un salaire ridicule, je le reconnais)
Je suis à 100% d'accord avec vous et pour moi habiter un pavillon en périphérie d'une ville de Province n'est pas du tout un rêve ! Mais nous allons relancer le débat Paris/province !
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 18:16
Bon, si on a déjà connu la RP avant une mutation et qu'on a aimé, c'est différent d'une personne qui ne connaît pas du tout la vie là-bas...ou qui est trop loin de ses points de repère.

Et c'est vrai, que mon propos s'appliquent surtout aux stagiaires ou aux néo-tit qu'aux profs plus aguerris.

Après les goûts et les couleurs...

La recherche de logements est super aléatoire. On peut trouver rapidement une perle et un proprio cool ou pas. Ou tomber que sur des gourbis.
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mer 24 Fév 2016 - 18:18
Les professeurs plus aguerris ont été stagiaires puis néo-titulaires et "l'effet Paris" a joué à plein pour certains !
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Mer 24 Fév 2016 - 18:21
quel effet Paris? vouloir y rester ?
lisette83
Expert

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par lisette83 le Mer 24 Fév 2016 - 18:32
Ne pas considérer la mutation en région parisienne comme un purgatoire mais comme une possibilité de voir autre chose avec une offre culturelle sans pareille.
Pour y rester, c'est une autre étape avec d'autres paramètres : conjoint ou pas, opportunités...
avatar
mblonde
Niveau 9

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par mblonde le Mer 24 Fév 2016 - 18:39
@lisette83 a écrit:Les professeurs plus aguerris ont été stagiaires puis néo-titulaires et "l'effet Paris" a joué à plein pour certains !

Un ex. J'ai été titularisée en 2011, une année particulièrement pourrie du point de vue des mutations. Dans mon académie de stage en province, personne n'a peu rester et on a été trois seulement à être muté dans l'Académie d'à côté. Tous les autres malgré des rapprochements de conjoints ce sont retrouvé à Créteil ou versaille. Même le barème pour Paris était trop élevé cet année la. Les trois qui sommes restés en province, nous avons tous eu des postes de TZR sur des départements entiers. J'étais la seule à rentrer chez moi tous les soirs avec 200km par jour et une affectation en collège alors que je suis agrégée.

Les autres qui sont partis en region parisienne ne s'en sont pas trop mal tirés et ont parfois eu des vrais surprises niveau poste en obtenant finalement des postes fixes pas trop pourris avec les points de rapprochement de conjoint ou d'agreges + les points iufm. Pour les gens en couple, au bout de deux ans de séparation, le nombre de points accumulés était suffisamment important pour revenir dans l'Académie d'origine sur des postes pas trop pourris.

Tout ça pour dire qu'ils n'ont pas été complètement perdant non plus...
avatar
Occitane sur ciel
Niveau 3

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Occitane sur ciel le Mer 24 Fév 2016 - 23:01
Faut déjà être en couple...
jésus
Habitué du forum

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par jésus le Jeu 25 Fév 2016 - 9:59
Oui, vaste débat , où les "couples" installés sont favorisés par rapport aux autres. Le rapprochement de conjoint est quand même un gros avantage. Même si ça ne marche pas toujours.
Cela favorise nettement la normalisation de la vie conjugale et à l'heure où la société voit naître beaucoup d'enfants hors mariage ou pacs ( j'en connais plein aussi). Bref, l'EN fait bien à cheval sur ses principes dans une société plus " cool" qu'autrefois.

Je connais pas mal de couples séparés depuis des années , ou encore ayant sacrifiés pour l'un une carrière pour ne pas trop loin ou ensemble. ( Mon frère ne vit pas toute l'année avec sa conjointe depuis presque 8 ans, faute d'emploi pour lui dans la région de sa compagne).
Contenu sponsorisé

Re: Mouvement inter-académique 2016 : questions

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum