Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Page 7 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Bouboule le Sam 27 Fév 2016 - 23:39

@ben2510 a écrit:Les dérivées ça a commencé en octobre, jusqu'en juin, toutes les semaines.
Et une fois les TPE finis, un DS de maths de 2h toutes les semaines sur ce créneau (la nature a horreur du vide).
Je ne sais pas si j'ai des bons élèves ; j'ai des élèves sérieux, scolaires, qui apprennent leur cours et refont les exercices (pour la plupart). Par contre lorsque tu leur demandes de réfléchir un peu, ça devient compliqué (du type "trouver les tangentes à la courbe de f(x)=x²ln(x) passant par l'origine" p.ex ; et encore ça on en a fait quelques uns, ça commence à venir).
Et il y en a pas mal qui vont en prépa, oui. En khâgne en particulier (du genre à avoir 20 au bac en Maths/SPC/SVT d'ailleurs). Pff.

Je te félicite pour ton travail (c'est au cas où il n'y ait pas d'IPR pour le faire).

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Sam 27 Fév 2016 - 23:41

Bof, j'en fais pas plus que mes collègues, hein.
Disons que dans mon lycée on a de la chance d'avoir une grosse majorité d'élèves travailleurs (à part les secondes de cette année Rolling Eyes ), ça aide à rester investi.

EDIT : tu parles des deux heures pas payées et des copies qui vont avec, ou bien tu me vannes ?
(En fait j'abuse, une semaine sur trois ou quatre je laisse le créneau aux collègues de SVT et SPC).
En tout cas un DS de deux heures par semaine permet aux élèves de progresser massivement (à chaque fois, suites, étude de fonction, produit scalaire et géo ana, bien sûr).

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Bouboule le Sam 27 Fév 2016 - 23:44

@ben2510 a écrit:Bof, j'en fais pas plus que mes collègues, hein.
Disons que dans mon lycée on a de la chance d'avoir une grosse majorité d'élèves travailleurs (à part les secondes de cette année Rolling Eyes ), ça aide à rester investi.

Bon, il faut régler le cas des secondes pour pas que ça dégénère.

Bouboule
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Sam 27 Fév 2016 - 23:50

Est-ce vraiment de leur faute ? Calculer une équation de droite ça va, mais il sont comme des poules devant un couteau quand il faut simplifier 0,5/0,25 ... La plupart n'ont pas un niveau acceptable de milieu de cinquième. A côté de ça, il y en a une dizaine de très bons.
Tiens un truc marrant qu'un de mes élèves a fait en DS de Physique : P=mg avec m=60 kg et g=10 N.kg^-1. Le gamin a écrit P=60.10^-1. Voila voila.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Sam 27 Fév 2016 - 23:50

@ben2510 a écrit:Les dérivées ça a commencé en octobre, jusqu'en juin, toutes les semaines.
Et une fois les TPE finis, un DS de maths de 2h toutes les semaines sur ce créneau (la nature a horreur du vide).
Je ne sais pas si j'ai des bons élèves ; j'ai des élèves sérieux, scolaires, qui apprennent leur cours et refont les exercices (pour la plupart). Par contre lorsque tu leur demandes de réfléchir un peu, ça devient compliqué (du type "trouver les tangentes à la courbe de f(x)=x²ln(x) passant par l'origine" p.ex ; et encore ça on en a fait quelques uns, ça commence à venir).
Et il y en a pas mal qui vont en prépa, oui. En khâgne en particulier (du genre à avoir 20 au bac en Maths/SPC/SVT d'ailleurs). Pff.

Tu vas faire rêver certains de mes collègues qui se battent pour que les (pas tous) TS prennent le cours!!!!

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Sam 27 Fév 2016 - 23:52

@ben2510 a écrit:Est-ce vraiment de leur faute ? Calculer une équation de droite ça va, mais il sont comme des poules devant un couteau quand il faut simplifier 0,5/0,25 ... La plupart n'ont pas un niveau acceptable de milieu de cinquième. A côté de ça, il y en a une dizaine de très bons.
Tiens un truc marrant qu'un de mes élèves a fait en DS de Physique : P=mg avec m=60 kg et g=10 N.kg^-1. Le gamin a écrit P=60.10^-1. Voila voila.

je vais finir par ne plus te croire...100% des 1eres S que j'ai eu depuis 3 ans sont incapables de calculer l'équation d'une droite sans rappels (voire plus pour certains)

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Sam 27 Fév 2016 - 23:53

En même temps tu veux faire quoi face à des élèves qui s'en fichent ?
Ca me rappelle un vieux dessin, avec un prof au berceau (on le reconnaît au collier de barbe) sur lequel se penchent trois fées, avec le texte "donnez-lui l'autorité, donnez-lui le rayonnement, ...
Spoiler:
donnez-lui un lycée de centre-ville"

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Sam 27 Fév 2016 - 23:57

@Balthazaard a écrit:
@ben2510 a écrit:Est-ce vraiment de leur faute ? Calculer une équation de droite ça va, mais il sont comme des poules devant un couteau quand il faut simplifier 0,5/0,25 ... La plupart n'ont pas un niveau acceptable de milieu de cinquième. A côté de ça, il y en a une dizaine de très bons.
Tiens un truc marrant qu'un de mes élèves a fait en DS de Physique : P=mg avec m=60 kg et g=10 N.kg^-1. Le gamin a écrit P=60.10^-1. Voila voila.

je vais finir par ne plus te croire...100% des 1eres S que j'ai eu depuis 3 ans sont incapables de calculer l'équation d'une droite sans rappels (voire plus pour certains)

Bah la Savoie doit être plus abrupte que la Normandie Laughing
Les équations de droites, je commence par ça, premier contrôle le 2 septembre, et pétage de genoux systématique. En décembre j'en avais encore la moitié qui n'avaient pas appris la formule du coefficient directeur, j'en ai éclaté deux contre le mur et ça a convaincu les autres.
Mais je comprends qu'on ne puisse pas avoir le même point de vue si tes 1S ne savent pas faire un truc aussi trivial.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Sam 27 Fév 2016 - 23:59

@ben2510 a écrit:En même temps tu veux faire quoi face à des élèves qui s'en fichent ?
Ca me rappelle un vieux dessin, avec un prof au berceau (on le reconnaît au collier de barbe) sur lequel se penchent trois fées, avec le texte "donnez-lui l'autorité, donnez-lui le rayonnement, ...
Spoiler:
donnez-lui un lycée de centre-ville"

Very Happy Very Happy Very Happy

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Dim 28 Fév 2016 - 0:02

j'exagère...j'ai un très bon élève cette année (je me demande d'où il sort...)

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Dim 28 Fév 2016 - 0:10

Il en reste, mais ils ne sont pas suffisamment nourris pour bien se développer.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Mrs Hobie le Dim 28 Fév 2016 - 0:25

@Balthazaard a écrit:100% des 1eres S que j'ai eu depuis 3 ans sont incapables de calculer l'équation d'une droite sans rappels (voire plus pour certains)
Mouais ... dans mes souvenirs de scolarité, j'ai celui du mois de septembre où j'avais l'impression que mes profs parlaient chinois ... pourtant j'étais excellente élève ... mais après 2 mois de vacances ... (voire après 3 mois en début de première ...). Qui disait que la nature a horreur du vide

_________________
    Plus tu pédales moins vite, moins t'avances plus vite.
Et même que la marmotte, elle met les stylos-plumes dans les jolis rouleaux

Mrs Hobie
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Dim 28 Fév 2016 - 1:20

Moi aussi (mais il faut dire que c'était pendant les cours de chinois).
C'est vrai qu'en début d'année j'avais 50% des secondes qui confondaient abscisse et ordonnée, ça allait beaucoup mieux deux semaines après.
Mais on peut quand même se poser des questions sur ce genre de constat !

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par dami1kd le Dim 28 Fév 2016 - 9:21

@ben2510 a écrit:Moi aussi (mais il faut dire que c'était pendant les cours de chinois).
C'est vrai qu'en début d'année j'avais 50% des secondes qui confondaient abscisse et ordonnée, ça allait beaucoup mieux deux semaines après.
Mais on peut quand même se poser des questions sur ce genre de constat !

Étant donné le peu d'utilisation qu'on en fait en collège, ça se comprend ! Mise à part la représentation graphique de fonctions, il ne reste plus de notions qui permettent de réactiver ces définitions tout au long du collège. Et j'ai quelques collègues qui n'en font même plus tracer, partant du principe qu'on n'a pas eu une seule représentation graphique à tracer au brevet depuis 2010 (dans un repère fourni !).
D'ailleurs, il faut remonter à 2006 (et encore, pas dans toutes les académies) pour trouver un sujet de DNB qui contienne les mots abscisse et ordonnée...

dami1kd
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par mistinguette le Dim 28 Fév 2016 - 9:38

Du coup la spc abandonne aussi la chose... la proportionnalite sur le graphique heu le coefficient directeur confused du coup...On passerait plus de temps à expliquer l outil qu' à s'en servir. Pas possible avec notre programme, trop chronophage pour quelque chose à la marge.

_________________
.'..Texte sur les l'oies' commentaires du prof hg que j’adorais sur ma copie de 6e : loi/ l'oie Vous en êtes une!. J'ai évolué depuis mais mon complexe orthographique m'accompagnera toujours. Il semble qu'aujourd’hui on parle de dyslexie pour l'étourdie éternelle que j'étais...alors si c'est la science des ânes, merci de pas charger la mule.

mistinguette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Spinoza1670 le Dim 28 Fév 2016 - 11:51

@Pat B a écrit:
@floflo1010 a écrit:Vraiment désolé pour ton grand père.

A l'époque où il travaillait, c'est ce qu' on demandait aux ingénieurs. Aujourd'hui il n' y a pas un seul ingénieur qui ne travaille pas sur un ordi, qui utilise des logiciels pour calculer la portance, qui ne se tient pas au courant sur Internet de ce qui se fait ailleurs dans le monde etc.
Si on veut construire avec les élèves une France compétitive pour demain , il faudra faire évoluer tout cela. Il nous faudra des élèves qui seront capable de travailler en groupe, de coopérer pour résoudre des problèmes.
C'est fini l'élève qui reste assis derrière sa table et qui recopie ce que le professeur écrit au tableau comme dans les années soixante. Il faut les accompagner.

Un EPI fondant au chocolat, c'est génial : tu travailles les proportions, tu peux faire des fonctions linéaires pour les maths, tu vois un aspect pratique de la chimie, tu fais de l'art plastique etc. Les élèves qui auront fait cet EPI  sauront moins bien calculer un coefficient directeur lorsque les 2 points auront leurs coordonnées en fraction, est-ce grave au final ? Non car ils se souviendront que lorsque c'est proportionnel , c'est linéaire car ils se diront "c'est comme ce que l'on a fait pour le fondant au chocolat" et ce souvenir sera ancré à vie dans leur mémoire. Est ce aussi efficace que de faire 5 exercices qui posent la question est ce qu'une fonction linéaire représente un cas de proportionnalité ?". Personnellement je pense que oui.

mdr.
Bon, je pense que c'est de l'humour...

Concernant la capacité à travailler en groupe, comment dire... Je suis ingénieur de formation, bac C, classe prépa, école des mines. Jusqu'à 20 ans, pas de travail en groupe, on bosse seul, on avance seul, on réfléchit et on progresse, seul, on acquiert les bases, assis à une table. Et là, en école d'ingé, il suffit de quelques mois pour que le travail en groupe devienne la norme et on s'y met tout naturellement, et on sait faire ! Parce qu'on a les bases théoriques bien acquises pour aborder les problèmes qu'on nous soumet, parce qu'on comprend vite qu'à plusieurs on a plus d'idées (et qu'on est tous capables d'avancer, y'en a pas un qui traîne en attendant que les autres fassent le boulot à sa place, c'est un vrai travail de groupe efficace!), et sans doute parce que l'être humain est un être naturellement sociable.
Non, travailler en groupe, ça ne s'apprend pas à l'école, c'est absurde. Ça s'apprend en fin de formation, sur des choses concrètes qui correspondent aux capacités théoriques qu'on a d'abord développé individuellement !

Pour le reste : il est désormais prouvé par les neurosciences qu'un gosse qui ne calcule qu'avec la calculatrice n'a pas développé dans son cerveau les connaissances numériques nécessaires à la compréhension des notions plus abstraites qu'il verra plus tard. Il est de même évident que quelqu'un qui n'a jamais effectué à la main des dérivations, intégrations ou calculs matriciels, ne peut pas comprendre véritablement comment ça marche, ne peut pas se l'approprier complètement : il restera spectateur de la machine et dépendant d'elle, et sera incapable de comprendre pourquoi on obtient tel ou tel résultat, et si celui-ci est normal ou s'il y a une erreur... Et définitivement incapable de faire des études en physique ou en maths.

Et non, les maths ne disparaîtront pas : trop indispensables à la physique / technologie / informatique. Mais à force d'alléger toute la partie raisonnement, on fragilise les esprits et on menace de saborder toute notre avancée technologique. Seuls des élèves vraiment "surdoués" parviendront à atteindre le niveau nécessaire à la recherche sans avoir eu les bases nécessaires dans le secondaire. Et il me semble que nos politiques, qui tiennent tant à ce qu'on continue à briller sur le plan technologique, peuvent être sensibles à ces arguments. De ce côté-là, notre matière est plus facile à défendre que le latin (tant mieux pour nous, condoléances pour eux). Encore faudrait-il que certains grands scientifiques ou ingénieurs soient conscients de ce que les maths leur ont apporté (en qualité de rigueur et de raisonnement), au lieu de prétendre qu'ils ne se servent plus de grand-chose au quotidien...

Pourrais-tu le titre du ou des études, s'il-te-plaît ?

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par jaybe le Dim 28 Fév 2016 - 12:28

Pour ma part, après quelques recherches (et je continue de chercher !), j'ai trouvé un texte en anglais de Frank Quinn "neuroscience experiments for mathematics education" où il cite l'un de ses travaux (K-12 Calculator woes, Notices of the Amer. Math. Soc. May 2009, p. 559) comme permettant de mettre en évidence le fait que les calculs réalisés à l'aide d'une calculatrice font perdre un apprentissage indirect "subliminal" par rapport aux calculs effectués "à la main" ([Diagnostic  work  with  students  suggests  that  there  is  quite  a  lot  of  subliminal learning  in  by-hand  elementary  mathematics  that  is  lost  in  calculator  curricula] pour ceux qui voudraient tenter une traduction plus fidèle  Wink ).

Edit : le lien en question me semble douteux puisque je tombe sur ce qui ressemble à un billet d'humeur. Si quelqu'un trouve les données expérimentales...


Dernière édition par jaybe le Dim 28 Fév 2016 - 13:42, édité 1 fois

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Anaxagore le Dim 28 Fév 2016 - 12:32

Il en faut des litres de café pour savoir que le feu ça brûle.

Sinon, je signale que le principe de notre écriture est alphabétique. De rien.

Comme disait Bkouche à un didacticien qui venait de réinventer la roue: "ah oui c'est ce que j'ai fait au primaire il y a 70 ans".

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Dim 28 Fév 2016 - 12:36

@mistinguette a écrit:Du coup la spc abandonne aussi la chose... la proportionnalite sur le graphique heu le coefficient directeur confused du coup...On passerait plus de temps à expliquer l outil qu' à s'en servir. Pas possible avec notre programme, trop chronophage pour quelque chose à la marge.

A la marge ? Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
La notion de vitesse, à la marge ? affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Le fait que pour obtenir des m/s on divise des m par des s, à la marge pale pale pale pale pale pale *

Mais si tu n'utilises pas la proportionnalité (et l'analyse dimensionnelle), à quoi sert/ comment et-il possible de faire de la Physique ?

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par JPhMM le Dim 28 Fév 2016 - 12:39

Ils font de la relativité restreinte professeur

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Anaxagore le Dim 28 Fév 2016 - 12:41

"addition de vitesses relativistes"


_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

Anaxagore
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par VinZT le Dim 28 Fév 2016 - 12:55

@ben2510 a écrit:
@mistinguette a écrit:Du coup la spc abandonne aussi la chose... la proportionnalite sur le graphique heu le coefficient directeur confused du coup...On passerait plus de temps à expliquer l outil qu' à s'en servir. Pas possible avec notre programme, trop chronophage pour quelque chose à la marge.

A la marge ? Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
La notion de vitesse, à la marge ? affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Le fait que pour obtenir des m/s on divise des m par des s, à la marge pale pale pale pale pale pale *

Mais si tu n'utilises pas la proportionnalité (et l'analyse dimensionnelle), à quoi sert/ comment et-il possible de faire de la Physique ?

Ben justement ...

VinZT
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Azoth le Dim 28 Fév 2016 - 13:00

@JPhMM a écrit:Ils font de la relativité restreinte professeur

Et de la mécanique quantique et de la spectroscopie RMN et la loi normale professeur

Azoth
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Azoth le Dim 28 Fév 2016 - 13:04

Et le père ingénieur demandant à son fils ce qu'il fait en ce moment à l'école : "Papa j'étudie la loi normale" et le père impressionné ce souvent qu'il n'a étudié ça qu'en école d'ingénieur et de se dire : "Wow le niveau a clairement augmenté depuis mon époque !"...

Azoth
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Dim 28 Fév 2016 - 13:09

Il n'est plus possible de faire de la physique je pense....je l' a ivu pendant 5 ans en encadrant des TPE...puisque sachant qu'ils auraient affaire à moi personne ne se lançait dans les maths, j'ai pu juger.

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Dim 28 Fév 2016 - 13:19

Je vois encore mon (excellent) prof de Physique de cinquième disant à la classe que la proportionnalité et l'analyse dimensionnelle permettaient d'être tranquille jusqu'en terminale, en ce qui concernait la Physique ; il me semble qu'il avait ajouté qu'à partir de la terminale on avait d'autres outils plus puissants.
Quand en terminale ma prof de maths et mon prof de Physique ont joué au ping-pong avec les ED (un qui commençait le cours, l'autre qui finissait), j'ai su immédiatement que c'était de ça que parlait mon prof de cinquième : facile, l'idée de base de la mise en ED est que toute fonction est localement affine ; retour à la proportionnalité.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum