Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Avatar des Abysses le Lun 29 Fév 2016 - 7:42

pailleauquebec a écrit:Je suis inquiet pour l'ENS en maths quand je vois que beaucoup d'élèves ENS ne se donnent plus la peine de passer l'agreg externe au cours de leur scolarité à l'école... L'approfondissement qui avant était la norme a tendance à devenir un choix personnel.

Pierre Colmez sur l'enseignement des mathématiques à l'X :
https://webusers.imj-prg.fr/~pierre.colmez/lettre.pdf

Si je ne m'abuse à ULM la formation pour l'aggreg n'existe plus ( déplacée à cachan ). D'un autre coté les élèves se rendent bien compte de leur niveau et de leur potentiel. Par conséquent, soit ils font du fric :p soit ils font une thèse avec plusieurs postdocs. Pourquoi s'embêter avec une aggreg ? Et oui, il y a encore ( de plus en plus ? ) des jeunes qui ont un instinct capitaliste ( même chez les matheux ).


Avatar des Abysses
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 8:46

En même temps si ils sont si bons ils peuvent passer l'agreg (et l'avoir) sans trop se fatiguer. Sans que ce soit particulièrement embêtant !

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par francois75 le Lun 29 Fév 2016 - 11:40

Merci beaucoup pour les liens vers les anciens manuels. Je vais pouvoir enrichir mes poly d'exercices  I love you .

Élève, j'ai connu les Transmath en 1S et TS. J'ai aimé ces livres que j'utilise d'ailleurs toujours pour mes 1S car celui que nous utilisons (math'x Didier) est d'une pauvreté en exercices ... La différence d'épaisseur est flagrante.



Moins d'exercices, moins de chapitres, moins de tout  Rolling Eyes .


J'ai regardé aussi les cours collège Lebossé-Hémery qui sont agréables à lire et bien rédigés. On ne prend pas l'élève pour un idiot. Tandis que les cours (enfin ... ce qui est appelé cours) des manuels de collège d'aujourd'hui traduisent une volonté d'infantilisation. C'est comme si on n'avait pas changé de niveau entre le CP et la 4e : il y a 2 lignes de textes, 3 tonnes de couleurs, des dessins humoristiques qui ne font sourire personne ... Je caricature à peine.


Dernière édition par Thalia de G le Lun 31 Oct 2016 - 3:34, édité 2 fois (Raison : Rétablissement d'un message blanchi)

francois75
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Sulfolobus le Lun 29 Fév 2016 - 13:22

ben2510 a écrit:En même temps si ils sont si bons ils peuvent passer l'agreg (et l'avoir) sans trop se fatiguer. Sans que ce soit particulièrement embêtant !
Tu perds un an : il peut être beaucoup plus intéressant de passer un an dans un labo de recherche à faire de la recherche ou à parfaire ses connaissances dans le domaine qui te passionne.

D'autant que des amis m'ont dit qu'avoir l'agreg de maths était même une tare pour une thèse si le classement n'est pas bon. Alors je comprends que ça ne donne pas envie.

Sulfolobus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Lorine le Lun 29 Fév 2016 - 14:07

pailleauquebec a écrit:
Feuchtwanger a écrit:Est-ce que vous savez où on pourrait en trouver (je pense aux manuels de section C notamment)?

http://manuelsanciens.blogspot.fr/p/maths-college-lycee-prepa.html

Tu as le Terracher 1ere S qui donne un exemple de manuel ambitieux des années 90.
Tu as le Lebossé Hemery qui te donne un manuel classique autour des années 65

LA référence pour les oraux du CAPES

Lorine
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Marounette le Lun 29 Fév 2016 - 16:14

francois75 a écrit:Merci beaucoup pour les liens vers les anciens manuels. Je vais pouvoir enrichir mes poly d'exercices  I love you .

Élève, j'ai connu les Transmath en 1S et TS. J'ai aimé ces livres que j'utilise d'ailleurs toujours pour mes 1S car celui que nous utilisons (math'x Didier) est d'une pauvreté en exercices ... La différence d'épaisseur est flagrante.



Moins d'exercices, moins de chapitres, moins de tout  Rolling Eyes .

Je n'avais jamais pensé à faire une petite comparaison d'épaisseur.
Je reconnais aussi mon livre de 1S (que j'avais racheté pour mes oraux du CAPES ainsi que celui de T.S.).

francois75 a écrit:
J'ai regardé aussi les cours collège Lebossé-Hémery qui sont agréables à lire et bien rédigés. On ne prend pas l'élève pour un idiot. Tandis que les cours (enfin ... ce qui est appelé cours) des manuels de collège d'aujourd'hui traduisent une volonté d'infantilisation. C'est comme si on n'avait pas changé de niveau entre le CP et la 4e : il y a 2 lignes de textes, 3 tonnes de couleurs, des dessins humoristiques qui ne font sourire personne ... Je caricature à peine.

Vous avez de la chance de pouvoir y jeter un coup d'œil.
Je m'y prends peu être comme un pied mais je n'arrive pas à y avoir accès.  Sad

Lorine a écrit:
pailleauquebec a écrit:
Feuchtwanger a écrit:Est-ce que vous savez où on pourrait en trouver (je pense aux manuels de section C notamment)?

http://manuelsanciens.blogspot.fr/p/maths-college-lycee-prepa.html

Tu as le Terracher 1ere S qui donne un exemple de manuel ambitieux des années 90.
Tu as le Lebossé Hemery qui te donne un manuel classique autour des années 65

LA référence pour les oraux du CAPES

Désolée d'être pessimiste, mais j'aurai plutôt écrit "c'était la référence pour les oraux du CAPES".

_________________
"Je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien." Socrate
La recherche est l'un des rares domaines où des personnes volontaires peuvent mesurer leur ignorance.  Laughing

Marounette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par pailleauquebec le Lun 29 Fév 2016 - 17:35

L'épaisseur ne veut pas dire grand chose, les lebossé hemery collège font la moitié de la surface d'un livre actuel et la moitié de l'épaisseur et pourtant ça dépote.

_________________
La réforme du collège en clair :
www.reformeducollege.fr

La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Labor omnia vincit improbus.

pailleauquebec
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par pailleauquebec le Lun 29 Fév 2016 - 17:42

Sulfolobus a écrit:Tu perds un an : il peut être beaucoup plus intéressant de passer un an dans un labo de recherche à faire de la recherche ou à parfaire ses connaissances dans le domaine qui te passionne.

Je n'en suis pas si sûr.

Avec de très bons profs comme ceux de l'ENS, la prépa agreg. permet d'approfondir largement les deux années de prépa. (même en sortant des grandes prépas, deux ans c'est court pour avoir une couverture large des concepts mathématiques).

Non c'est juste que passé la prépa., il n'y a plus guère d'élèves qui bossent dans les grandes écoles (ils décompressent des deux années de fous à bosser 10h par jour et font la fête).

Il en reste quand même une minorité de sérieux et/ou passionnés.

_________________
La réforme du collège en clair :
www.reformeducollege.fr

La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Labor omnia vincit improbus.

pailleauquebec
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 18:09

Sulfolobus a écrit:
ben2510 a écrit:En même temps si ils sont si bons ils peuvent passer l'agreg (et l'avoir) sans trop se fatiguer. Sans que ce soit particulièrement embêtant !
Tu perds un an : il peut être beaucoup plus intéressant de passer un an dans un labo de recherche à faire de la recherche ou à parfaire ses connaissances dans le domaine qui te passionne.

D'autant que des amis m'ont dit qu'avoir l'agreg de maths était même une tare pour une thèse si le classement n'est pas bon. Alors je comprends que ça ne donne pas envie.

Non, tu passe l'agreg en même temps que tu fais ton M2.
Personnellement, j'ai perdu 15 jours. Bon mon classement n'était pas terrible (20%), mais ça ne m'a aucunement empêché de commencer une thèse.
Mais je parle d'un temps que les moins de vingt ans etc.

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Sulfolobus le Lun 29 Fév 2016 - 18:22

pailleauquebec a écrit:
Sulfolobus a écrit:Tu perds un an : il peut être beaucoup plus intéressant de passer un an dans un labo de recherche à faire de la recherche ou à parfaire ses connaissances dans le domaine qui te passionne.

Je n'en suis pas si sûr.

Avec de très bons profs comme ceux de l'ENS, la prépa agreg. permet d'approfondir largement les deux années de prépa. (même en sortant des grandes prépas, deux ans c'est court pour avoir une couverture large des concepts mathématiques).

Non c'est juste que passé la prépa., il n'y a plus guère d'élèves qui bossent dans les grandes écoles (ils décompressent des deux années de fous à bosser 10h par jour et font la fête).

Il en reste quand même une minorité de sérieux et/ou passionnés.
Honnêtement de ce que j'ai vu, ça bossait pas mal au département de mathématiques. Alors certes ce n'était pas le rythme prépa (mais c'est bien normal) mais c'était un rythme de travail bien soutenu quand même (pour ceux ayant poursuivi à l'ENS).


Non, tu passe l'agreg en même temps que tu fais ton M2.
Personnellement, j'ai perdu 15 jours. Bon mon classement n'était pas terrible (20%), mais ça ne m'a aucunement empêché de commencer une thèse.
Mais je parle d'un temps que les moins de vingt ans etc.
Je pense que tu ne peux plus. Il te faut un M2 au moment de l'admissibilité ie fin mai. Les M2 Recherche sont souvent décernés après. Seuls les M2 agrégations sont décernés avant. Alors tu dois pouvoir faire ça en parallèle de ta thèse mais bon...

Sulfolobus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 18:40

ben2510 a écrit:
Balthazaard a écrit:Oui mais ce que je veux dire c'est qu'il était naturel d'étudier par exemple les variations d'une fonction pour éventuellement déduire son signe ou l'existence d'une éventuelle valeur où elle s'annule...sans que le sujet ne dise quoi que ce soit où même suggère une méthode. Quel élève de Ts est capable de cela sans mode d'emploi dans le sujet (et encore..)?

C 'est à dire que l'on avait des connaissances, de la technique que l'on pouvait mobiliser dans un cadre mathématique, aujourd'hui les IPR voudraient voir les élèves mettre en oeuvre des connaissances qu'ils n'ont pas, des techniques qu'il ne connaissent pas ou n'ont pas assimilées dans des situations originales...tu parles! en plus, et c'est le plus énervant (pour moi), en sous-entendant que de notre temps nous n'en étions pas capables.

M'enfin il reste des exos comme ça en pratique !
P.ex "résoudre (x-3)exp(-2x)+6=0".
D'abord il faut se rendre compte qu'algébriquement ça va être compliqué ; en déduire que variations extrema et limites nous aideraient à voir plus clair ; poser f(x)=le truc à gauche ; dériver, se réjouir d'avoir une factorisation triviale, faire l'étude complète (en levant la FI en +infini et en posant l'asymptote) ; rédiger proprement un TVI et approcher au millième.
Il y a quand même une grosse moitié des TS capables de faire ça, encore ; et un tiers en plus qui saura le faire une fois que leur voisin les aura vanné un peu.

Retour d'expérience.

Voici les conditions expérimentales : "bonjour, prenez une feuille ; je ramasse mais ce n'est pas noté. Voici une équation : (2x-3)exp(-2x)+6=0 ; je veux savoir ce que vous savez faire, vous avez dix minutes. Interdiction de parler avec votre voisin ; la calculatrice est autorisée pendant les 2 dernières minutes". 26 élèves présents

Déroulement : ils ont respecté la consigne, en étant silencieux et concentrés. Au bout de onze minutes, je leur ai demandé de tirer un trait horizontal, et de rédiger en-dessous quelques phrases pour expliquer leur démarche. Trois minutes après, j'ai ramassé. (Ensuite débriefing rapide, en demandant aux élèves si ils avaient trouvé une méthode qui semblait pouvoir déboucher sur quelque chose ; ce que j'attendais est sorti, boulot à finir pour demain).

Résultats (à partir des fiches ramassées avant le débriefing) :
* Tout d'abord, la description de la démarche est très intéressante : ça va de quelque chose de très descriptif à quelque chose d'abstrait (dans le sens où l'élève décrit parfaitement la démarche, sans emmerder le lecteur avec les détails, d'une façon qui s'appliquerait parfaitement à un autre exercice du même genre).
* 17 élèves ont nommé f(x) le membre gauche, et l'ont dérivé
* 15 dérivées correctes (mais certains ont développé avant de dériver)
* 9 dérivées correctement factorisées, avec l'étude du signe
* 4 élèves ont complété le tableau avec au moins une limite correcte (plus quelques autres qui se sont arrêtés à "FI en +infini")
* 3 élèves citent le TVI, dans les phrases de commentaire de la phase 2 (décrire la méthode)

* 8 élèves sont partis sur une résolution algébrique, en cherchant d'isoler l'inconnue (la plupart, dans le commentaire, écrivent que ça ne marche pas)
* 5 élèves ont commencé par développer
* un élève a lu (2x-3)(exp(-2x)+6)=0
* 4 élèves mentionnent explicitement la règle du produit nul dans la phase de recherche ou bien dans les commentaires ; bcp d'autres se contentent de s'en servir (en particulier pour f'(x), dans la phase de construction du tableau de signes de f'(x) )
* 4 élèves essaient de factoriser, dont deux en inventant des règles à la con
* 2 élèves ont construit un tableau de signes avec une somme (dont un avec une ligne pour (2x-3), une pour exp(-2x), ces deux lignes étant correctes, et une ligne qui donne le signe du produit mais avec comme titre (2x-3)exp(-2x)+6 !!!!)
* 7 élèves utilisent ln à un moment ou à un autre
* 3 élèves trouvent que le membre gauche de l'équation ressemble à un TSD !!!!
* 2 élèves proposent un chgt de variable, X=exp(-x) (et X²=exp(-2x) ) pour l'un, X=2x pour l'autre
* 1 élève se ramène à la résolution de ln(x)+x=k
* 1 élève est parti sur le calcul des limites du membre gauche en l'infini (avec une certaine réussite), mais n'a rien proposé de plus sur sa feuille
* un élève propose de trouver une primitive (mais n'a pas proposé d'ipp, déçu je suis) et d'étudier la position de la courbe de f par rapport à sa tangente en zéro (oui, je les dresse, j'avoue) ; tout ceci dans les commentaires, après avoir correctement décrit la démarche étude de fn + TVI

Beaucoup, dans les commentaires, se plaignent (gentiment) de ne pas avoir eu suffisamment de temps.

En tout cas j'ai trouvé l'expérience intéressante, en particulier ce qui ressort dans les commentaires : ils manifestent un certain esprit critique (ils me critiquent pour le manque de temps lorsqu'ils sont partis sur une méthode qui peut aboutir, ils critiquent la démarche qu'ils ont utilisée lorsqu'ils se rendent compte qu'elle n'aboutit pas).
Demain je vérifierai si ils ont fini correctement (bon la démarche a été explicitée après que j'ai ramassé les feuilles, c'est facile maintenant).


_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 18:42

Sulfolobus a écrit:
pailleauquebec a écrit:
Sulfolobus a écrit:Tu perds un an : il peut être beaucoup plus intéressant de passer un an dans un labo de recherche à faire de la recherche ou à parfaire ses connaissances dans le domaine qui te passionne.

Je n'en suis pas si sûr.

Avec de très bons profs comme ceux de l'ENS, la prépa agreg. permet d'approfondir largement les deux années de prépa. (même en sortant des grandes prépas, deux ans c'est court pour avoir une couverture large des concepts mathématiques).

Non c'est juste que passé la prépa., il n'y a plus guère d'élèves qui bossent dans les grandes écoles (ils décompressent des deux années de fous à bosser 10h par jour et font la fête).

Il en reste quand même une minorité de sérieux et/ou passionnés.
Honnêtement de ce que j'ai vu, ça bossait pas mal au département de mathématiques. Alors certes ce n'était pas le rythme prépa (mais c'est bien normal) mais c'était un rythme de travail bien soutenu quand même (pour ceux ayant poursuivi à l'ENS).


Non, tu passe l'agreg en même temps que tu fais ton M2.
Personnellement, j'ai perdu 15 jours. Bon mon classement n'était pas terrible (20%), mais ça ne m'a aucunement empêché de commencer une thèse.
Mais je parle d'un temps que les moins de vingt ans etc.
Je pense que tu ne peux plus. Il te faut un M2 au moment de l'admissibilité ie fin mai. Les M2 Recherche sont souvent décernés après. Seuls les M2 agrégations sont décernés avant. Alors tu dois pouvoir faire ça en parallèle de ta thèse mais bon...

Quand je suis parti de l'ENS il était question de mettre en place des "Magistère" qui regroupaient Licence, Maîtrise et DEA en deux ans.
Il faut un DEA pour passer l'agreg, maintenant ? Enfin un M2... Pas un M2 MEEF en tout cas

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Sulfolobus le Lun 29 Fév 2016 - 18:50

ben2510 a écrit:Il faut un DEA pour passer l'agreg, maintenant ? Enfin un M2... Pas un M2 MEEF en tout cas
Oui au moment de l'admissibilité, en gros fin mai. N'importe quel M2 fait l'affaire si tu réussis le concours bien sûr.

Sulfolobus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par jaybe le Lun 29 Fév 2016 - 18:58

ben2510 a écrit:

Retour d'expérience.

Voici les conditions expérimentales : "bonjour, prenez une feuille ; je ramasse mais ce n'est pas noté. Voici une équation : (2x-3)exp(-2x)+6=0 ; je veux savoir ce que vous savez faire, vous avez dix minutes. Interdiction de parler avec votre voisin ; la calculatrice est autorisée pendant les 2 dernières minutes".  26 élèves présents

Déroulement : ils ont respecté la consigne, en étant silencieux et concentrés. Au bout de onze minutes, je leur ai demandé de tirer un trait horizontal, et de rédiger en-dessous quelques phrases pour expliquer leur démarche. Trois minutes après, j'ai ramassé. (Ensuite débriefing rapide, en demandant aux élèves si ils avaient trouvé une méthode qui semblait pouvoir déboucher sur quelque chose ; ce que j'attendais est sorti, boulot à finir pour demain).

Résultats (à partir des fiches ramassées avant le débriefing) :
* Tout d'abord, la description de la démarche est très intéressante : ça va de quelque chose de très descriptif à quelque chose d'abstrait (dans le sens où l'élève décrit parfaitement la démarche, sans emmerder le lecteur avec les détails, d'une façon qui s'appliquerait parfaitement à un autre exercice du même genre).
* 17 élèves ont nommé f(x) le membre gauche, et l'ont dérivé
* 15 dérivées correctes (mais certains ont développé avant de dériver)
* 9 dérivées correctement factorisées, avec l'étude du signe
* 4 élèves ont complété le tableau avec au moins une limite correcte (plus quelques autres qui se sont arrêtés à "FI en +infini")
* 3 élèves citent le TVI, dans les phrases de commentaire de la phase 2 (décrire la méthode)

* 8 élèves sont partis sur une résolution algébrique, en cherchant d'isoler l'inconnue (la plupart, dans le commentaire, écrivent que ça ne marche pas)
* 5 élèves ont commencé par développer
* un élève a lu (2x-3)(exp(-2x)+6)=0
* 4 élèves mentionnent explicitement la règle du produit nul dans la phase de recherche ou bien dans les commentaires ; bcp d'autres se contentent de s'en servir (en particulier pour f'(x), dans la phase de construction du tableau de signes de f'(x) )
* 4 élèves essaient de factoriser, dont deux en inventant des règles à la con
* 2 élèves ont construit un tableau de signes avec une somme (dont un avec une ligne pour (2x-3), une pour exp(-2x), ces deux lignes étant correctes, et une ligne qui donne le signe du produit mais avec comme titre (2x-3)exp(-2x)+6 !!!!)
* 7 élèves utilisent ln à un moment ou à un autre
* 3 élèves trouvent que le membre gauche de l'équation ressemble à un TSD !!!!
* 2 élèves proposent un chgt de variable, X=exp(-x)  (et X²=exp(-2x) ) pour l'un, X=2x pour l'autre
* 1 élève se ramène à la résolution de ln(x)+x=k
* 1 élève est parti sur le calcul des limites du membre gauche en l'infini (avec une certaine réussite), mais n'a rien proposé de plus sur sa feuille
* un élève propose de trouver une primitive (mais n'a pas proposé d'ipp, déçu je suis) et d'étudier la position de la courbe de f par rapport à sa tangente en zéro (oui, je les dresse, j'avoue) ; tout ceci dans les commentaires, après avoir correctement décrit la démarche étude de fn + TVI

Beaucoup, dans les commentaires, se plaignent (gentiment) de ne pas avoir eu suffisamment de temps.

En tout cas j'ai trouvé l'expérience intéressante, en particulier ce qui ressort dans les commentaires : ils manifestent un certain esprit critique (ils me critiquent pour le manque de temps lorsqu'ils sont partis sur une méthode qui peut aboutir, ils critiquent la démarche qu'ils ont utilisée lorsqu'ils se rendent compte qu'elle n'aboutit pas).
Demain je vérifierai si ils ont fini correctement (bon la démarche a été explicitée après que j'ai ramassé les feuilles, c'est facile maintenant).


C'est intéressant, merci pour ce retour !

_________________
Wir müssen wissen, wir werden wissen

jaybe
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 19:01

jaybe a écrit:
ben2510 a écrit:

Retour d'expérience.

Voici les conditions expérimentales : "bonjour, prenez une feuille ; je ramasse mais ce n'est pas noté. Voici une équation : (2x-3)exp(-2x)+6=0 ; je veux savoir ce que vous savez faire, vous avez dix minutes. Interdiction de parler avec votre voisin ; la calculatrice est autorisée pendant les 2 dernières minutes".  26 élèves présents

Déroulement : ils ont respecté la consigne, en étant silencieux et concentrés. Au bout de onze minutes, je leur ai demandé de tirer un trait horizontal, et de rédiger en-dessous quelques phrases pour expliquer leur démarche. Trois minutes après, j'ai ramassé. (Ensuite débriefing rapide, en demandant aux élèves si ils avaient trouvé une méthode qui semblait pouvoir déboucher sur quelque chose ; ce que j'attendais est sorti, boulot à finir pour demain).

Résultats (à partir des fiches ramassées avant le débriefing) :
* Tout d'abord, la description de la démarche est très intéressante : ça va de quelque chose de très descriptif à quelque chose d'abstrait (dans le sens où l'élève décrit parfaitement la démarche, sans emmerder le lecteur avec les détails, d'une façon qui s'appliquerait parfaitement à un autre exercice du même genre).
* 17 élèves ont nommé f(x) le membre gauche, et l'ont dérivé
* 15 dérivées correctes (mais certains ont développé avant de dériver)
* 9 dérivées correctement factorisées, avec l'étude du signe
* 4 élèves ont complété le tableau avec au moins une limite correcte (plus quelques autres qui se sont arrêtés à "FI en +infini")
* 3 élèves citent le TVI, dans les phrases de commentaire de la phase 2 (décrire la méthode)

* 8 élèves sont partis sur une résolution algébrique, en cherchant d'isoler l'inconnue (la plupart, dans le commentaire, écrivent que ça ne marche pas)
* 5 élèves ont commencé par développer
* un élève a lu (2x-3)(exp(-2x)+6)=0
* 4 élèves mentionnent explicitement la règle du produit nul dans la phase de recherche ou bien dans les commentaires ; bcp d'autres se contentent de s'en servir (en particulier pour f'(x), dans la phase de construction du tableau de signes de f'(x) )
* 4 élèves essaient de factoriser, dont deux en inventant des règles à la con
* 2 élèves ont construit un tableau de signes avec une somme (dont un avec une ligne pour (2x-3), une pour exp(-2x), ces deux lignes étant correctes, et une ligne qui donne le signe du produit mais avec comme titre (2x-3)exp(-2x)+6 !!!!)
* 7 élèves utilisent ln à un moment ou à un autre
* 3 élèves trouvent que le membre gauche de l'équation ressemble à un TSD !!!!
* 2 élèves proposent un chgt de variable, X=exp(-x)  (et X²=exp(-2x) ) pour l'un, X=2x pour l'autre
* 1 élève se ramène à la résolution de ln(x)+x=k
* 1 élève est parti sur le calcul des limites du membre gauche en l'infini (avec une certaine réussite), mais n'a rien proposé de plus sur sa feuille
* un élève propose de trouver une primitive (mais n'a pas proposé d'ipp, déçu je suis) et d'étudier la position de la courbe de f par rapport à sa tangente en zéro (oui, je les dresse, j'avoue) ; tout ceci dans les commentaires, après avoir correctement décrit la démarche étude de fn + TVI

Beaucoup, dans les commentaires, se plaignent (gentiment) de ne pas avoir eu suffisamment de temps.

En tout cas j'ai trouvé l'expérience intéressante, en particulier ce qui ressort dans les commentaires : ils manifestent un certain esprit critique (ils me critiquent pour le manque de temps lorsqu'ils sont partis sur une méthode qui peut aboutir, ils critiquent la démarche qu'ils ont utilisée lorsqu'ils se rendent compte qu'elle n'aboutit pas).
Demain je vérifierai si ils ont fini correctement (bon la démarche a été explicitée après que j'ai ramassé les feuilles, c'est facile maintenant).


C'est intéressant, merci pour ce retour !

De rien Very Happy
J'attends vos retours à vous maintenant !

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Lun 29 Fév 2016 - 19:06

Super détaillé, merci, en plus ça a du te prendre du temps!

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Samuel DM le Lun 29 Fév 2016 - 19:07

D'après ce que j'ai lu à droite à gauche, les très bien classés font dans l'oral de modélisation des trucs avancés de type DEA+ donc ils ont obtenu les connaissances d'une manière ou d'une autre !

Samuel DM
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par ben2510 le Lun 29 Fév 2016 - 20:34

Balthazaard a écrit:Super détaillé, merci, en plus ça a du te prendre du temps!
Bah 11 minutes de recherche+ 3 minutes de commentaires écrits des élèves + 2 minutes de debriefing !
Et 15 minutes à lire ce soir + 5 minutes pour taper.
Vraiment, c'était agréable de lire leurs commentaires, pour une fois qu'ils font des phrases avec des mots I love you I love you I love you

_________________
On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison. Henri Poincaré  La notion d'équation différentielle est le pivot de la conception scientifique du monde. Vladimir Arnold

ben2510
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Spinoza1670 le Lun 29 Fév 2016 - 21:22

Marounette a écrit:
francois75 a écrit:
J'ai regardé aussi les cours collège Lebossé-Hémery qui sont agréables à lire et bien rédigés. On ne prend pas l'élève pour un idiot. Tandis que les cours (enfin ... ce qui est appelé cours) des manuels de collège d'aujourd'hui traduisent une volonté d'infantilisation. C'est comme si on n'avait pas changé de niveau entre le CP et la 4e : il y a 2 lignes de textes, 3 tonnes de couleurs, des dessins humoristiques qui ne font sourire personne ... Je caricature à peine.
Vous avez de la chance de pouvoir y jeter un coup d'œil.
Je m'y prends peu être comme un pied mais je n'arrive pas à y avoir accès.  Sad
Il faut que je modifie les adresses sur le blog manuels anciens. Mais j'avais fait quelques sauvegardes aussi sur google drive pour permettre le téléchargement en cas de changement d'adresse de libgen. Ca ne marche pas ?

Voici les Lebossé-Hémery présentés par FD
http://gen.lib.rus.ec/search.php?req=leboss%C3%A9&lg_topic=libgen&open=0&view=simple&phrase=1&column=def

Pour les autres manuels de maths présentés par FD, tape les noms dans la barre de recherche de http://gen.lib.rus.ec/




_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par William Foster le Lun 29 Fév 2016 - 22:13

Pffff... C'est pas cool... 3 jours en week-end, et d'un coup 13 pages à lire parce qu'un gars unsa-compatible est venu poster son lot de lieux communs et autres billevesées bien camouflées dans des éléments de langage récités comme dans une polésie.
13 pages, c'est long ! cafe
Vous pourriez penser un peu aux gens qui sont en vacances ! Bande d'égoïstes... Crying or Very sad

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.

William Foster
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Balthazaard le Lun 29 Fév 2016 - 23:28

Oui mais avoue comme dirait Jean Gabin c'est un calibre exceptionnel, " si l'unsa-compatibilité se mesurait, il servirait de mètre-étalon" ou quelque chose comme ça...je n'ose rappeler la citation originale.

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par francois75 le Lun 29 Fév 2016 - 23:30

*


Dernière édition par francois75 le Ven 16 Sep 2016 - 20:37, édité 1 fois

francois75
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par bullddoo le Lun 29 Fév 2016 - 23:34

Spinoza1670 a écrit:
Marounette a écrit:
francois75 a écrit:
J'ai regardé aussi les cours collège Lebossé-Hémery qui sont agréables à lire et bien rédigés. On ne prend pas l'élève pour un idiot. Tandis que les cours (enfin ... ce qui est appelé cours) des manuels de collège d'aujourd'hui traduisent une volonté d'infantilisation. C'est comme si on n'avait pas changé de niveau entre le CP et la 4e : il y a 2 lignes de textes, 3 tonnes de couleurs, des dessins humoristiques qui ne font sourire personne ... Je caricature à peine.
Vous avez de la chance de pouvoir y jeter un coup d'œil.
Je m'y prends peu être comme un pied mais je n'arrive pas à y avoir accès.  Sad
Il faut que je modifie les adresses sur le blog manuels anciens. Mais j'avais fait quelques sauvegardes aussi sur google drive pour permettre le téléchargement en cas de changement d'adresse de libgen. Ca ne marche pas ?

Voici les Lebossé-Hémery présentés par FD
http://gen.lib.rus.ec/search.php?req=leboss%C3%A9&lg_topic=libgen&open=0&view=simple&phrase=1&column=def

Pour les autres manuels de maths présentés par FD, tape les noms dans la barre de recherche de http://gen.lib.rus.ec/

Je n'avais jamais feuilleté les livres du collège. Donc d'abord merci...

Et ensuite, ça me rassure de savoir que mes premières leçons de géométries en 6ème commencent de la même manière que dans celles des Lebossé-Hémery. Je suis assez fier de moi sur ce coup là !!

bullddoo
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Niang973 le Mar 1 Mar 2016 - 1:30

génial! Merci pour le partage Wink

_________________
aba       Vin diou v'la les argousins!!                                                  sorciere2    sorcire    sorcire                                                    
mon CV:
Deug MIAS, Licence EEA, Maitrise EEA, Master Télécom, Licence Droit, Master MEEF
2008-2009: (28310) : Prof de techno : 6e , 5e , 4e , 3e
2009-2010: (97354) : Prof de techno : 6e , 3e -- Prof d'SVT: 4e -- Documentaliste
2010-2011: (97354) : Prof de techno : 6e , 5e , 4e , 3e -- Prof d'SVT: 4e  -- Prof de Maths: 4e
2011-2012: (97351) : Prof de techno : 3e -- Prof d'SVT: 4e , 3e
2012-2013: (97351) : Prof de Maths : 6e , 5e , 4e , 3e
2013-2014: (43400) : Prof de Maths : 3e , 2nde , 1eSTMG , 1eES
2014-2015: (63600) : Prof de Maths : 6e , 5e , 4e , 3e
2015-2016: (78100) : Prof de Maths : 5e
2016-2017: (97660) : Prof de Maths : 5e, 4e

Niang973
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par leskhal le Mar 1 Mar 2016 - 8:36

Je crois que c'est dans l'un de ces livres que l'on se permet d'effectuer une division de deux vecteurs lorsqu'ils sont colinéaires. Dire qu'on assassine (verbalement) les élèves pour cela aujourd'hui !

_________________
pingouin Dans consensus, la première syllabe prend trop de place. pingouin

leskhal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etat de l'enseignement des mathématiques en France

Message par Spinoza1670 le Mar 1 Mar 2016 - 17:34

jaybe a écrit:Pour ma part, après quelques recherches (et je continue de chercher !), j'ai trouvé un texte en anglais de Frank Quinn "neuroscience experiments for mathematics education" où il cite l'un de ses travaux (K-12 Calculator woes, Notices of the Amer. Math. Soc. May 2009, p. 559) comme permettant de mettre en évidence le fait que les calculs réalisés à l'aide d'une calculatrice font perdre un apprentissage indirect "subliminal" par rapport aux calculs effectués "à la main" ([Diagnostic  work  with  students  suggests  that  there  is  quite  a  lot  of  subliminal learning  in  by-hand  elementary  mathematics  that  is  lost  in  calculator  curricula] pour ceux qui voudraient tenter une traduction plus fidèle  Wink ).

Edit : le lien en question me semble douteux puisque je tombe sur ce qui ressemble à un billet d'humeur. Si quelqu'un trouve les données expérimentales...

Merci, jaybe. J'ai retrouvé le lien aussi. C'est effectivement une "opinion", un "point de vue", et non un compte-rendu de recherche.
http://www.ams.org/notices/200905/rtx090500559p.pdf



_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum