Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Marguerite V
Niveau 6

Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Marguerite V le Sam 27 Fév 2016, 15:10
Bonjour,

Essentiellement consacrées à la correction, mes vacances ont été déprimantes. J'ai beau souffrir depuis longtemps de l'absence quasi généralisée de maîtrise de la langue française de nos lycéens, j'ai l'impression que nous avons franchi un nouveau pas cette année. Peut-être est-ce simplement dû à la malchance... Serais-je tombée sur des classes particulièrement mauvaises  ?

Rapide florilège :

-Conclusion à une question de synthèse  (DS d'un élève de Seconde) :
"Pour conclure, oui, il est possible de comique est sérieux avec gravitude."

-Extrait d'un commentaire (Bac blanc 1ère S) :
"Briller sa pioche peut faire référence à la brillance des objets lors d'une fête comme un cadeau."
"La Fontaine critique ici les mesquineries des animaux pour tuer des êtres vivants."
"Ce qui montre la mort."
"En premier temps, cette partie qui critique la mort."

-Extrait d'un article de TPE sur la  ségrégation raciale aux USA (élève de 1ère L) :
"Avant la guerre de Sécession, les noirs étairent présents aux ventes aux enchères."
(Que des esthètes, ces noirs-américains...)

Bref. Je pourrais continuer longtemps. Et je m'en tiens aux incohérences de phrases, sachant que la plupart des élèves se révèle aussi incapable d'organiser un texte (les TPE de 1ère L que je suis en train de lire sont éloquents, le simple récit d'un événement historique est pour certains élèves impossible : ils donnent la date, avancent une information, présentent le lieu, commencent à raconter, reviennent sur la date pour préciser le jour etc.) Phrase simple non maîtrisée, ponctuation inexistante ou fautive, subordonnées qui ne dépendent d'aucune principale, multiplication de pronoms qui ne renvoient à rien ou qui sont au contraire surnuméraires, majuscules distribuées au petit bonheur, présence de mots sans aucune fonction dans la phrase, néologisme, tournures familières... Vous connaissez tous ces tristes lambeaux de phrase. Je sollicite votre avis dans deux directions :

1- Pensez-vous que la mise en place en Seconde de séances d'AP destinées à faire de l'analyse logique de phrases serait de nature à aider les élèves ne maîtrisant pas la langue française ? Je travaille dans un lycée qui nous offre pas mal de possibilités via l'AP et je crois que je pourrais obtenir par exemple, qu'après détection lors du 1er DS des élèves de Seconde qui en ont le plus besoin, nous puissions organiser 3 à 5 séances réservées à l'analyse logique. Le problème, c'est que je ne suis pas du tout sûre qu'un nombre si minime de séance soit de nature modifier la manière d'écrire de nos élèves. Quelqu'un a-t-il tenté ce genre d'activité au lycée ou en 3e ? Pensez-vous que cela puisse être efficace ?

2- Cette année, je passe un temps fou à corriger (souvent 30 minutes par copie ! Elles sont pourtant rarement bien longues... ) et à expliquer en fin de copie pourquoi les phrases des élèves sont incorrectes. Par exemple, pour un élève écrivant la phrase suivante (je n'en ai pas en tête et je me permets de vous proposer un exemple avec ce qui me vient à l'esprit) : "L'auteur critique et proteste contre les enterrements", je peux noter quelque-chose qui ressemble à cela : "les verbes protester et critiquer ne se construisent pas de la même manière. Critiquer exige en COD tandis que protester se construit avec la préposition "contre". On critique quelque-chose et on proteste contre quelque-chose. C'est pourquoi vous ne pouvez pas coordonner ces deux verbes à l'aide de la conjonction "et". Vous devez faire deux phrases distinctes." Je doute fortement de l'utilité de ces précisions, que les élèves, s'il leur prenait l'envie de les lire, auraient de grande chances de ne pas comprendre. Pensez-vous que ce type de remarque soit utile ?

Cela commence pourtant à faire un certain nombre d'année que j'enseigne en lycée, mais cette année, je doute. J'ai l'impression de me battre contre des moulins à vent. Sans doute cette réforme des collèges participe-t-elle à ce sentiment d'impuissance et de découragement. je me laisse parfois tenter par l' "À quoi bon..."

Un grand merci à tous ceux qui voudront bien me faire part de leur avis sur ce sujet et de leurs pratiques.
avatar
Beniamino Massimo
Habitué du forum

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Beniamino Massimo le Sam 27 Fév 2016, 16:32
Je n'enseigne ni les lettres modernes, ni en lycée mais je compatis. Il me semble que le problème est bien plus vaste. C'est la façon de penser et de s'exprimer des jeunes générations qui est en jeu.

Vous imaginez ce qu'on peut lire en anglais au collège quand le rapport des 16-18 ans à la langue française est aussi problématique.

Quoi qu'il en soit, il me semble qu'il convient de ne pas se décourager et de continuer à donner des conseils techniques sur les copies, pour sauver ceux qui peuvent encore l'être, aussi peu nombreux soient-ils.

_________________
Et de ce peu de jours si longtemps attendus,
Ah ! malheureux ! Combien j'en ai déjà perdus !
avatar
Provence
Bon génie

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Provence le Sam 27 Fév 2016, 17:00
@Marguerite V a écrit:

Rapide florilège :

-Conclusion à une question de synthèse  (DS d'un élève de Seconde) :
"Pour conclure, oui, il est possible de comique est sérieux avec gravitude."
Une première piste peut être de demander aux élèves de lire à haute voix la phrase (ou de le faire soi-même) et de leur demander s'ils se comprennent eux-mêmes. Demande-leur s'ils s'entendent écrire, s'ils ont une voix dans la tête lorsqu'ils forment leurs phrases. A mon avis, non. Encourage-les à s'exercer très régulièrement à la lecture à haute voix en mettant le ton, en marquant la ponctuation, en faisant les liaisons et en se demandant s'ils comprennent bien ce qu'ils lisent.

1- Pensez-vous que la mise en place en Seconde de séances d'AP destinées à faire de l'analyse logique de phrases serait de nature à aider les élèves ne maîtrisant pas la langue française ?

C'est efficace dans la durée, lorsque l'élève s'y est exercé depuis l'enfance. Je partirais plutôt de l'analyse à l'oral des phrases fautives pour mettre en évidence ce qui ne va pas et aider les élèves à comprendre comment corriger.
Je te conseillerais bien les cahiers 6e/5e "Apprendre à rédiger pas à pas" pour trouver des idées d'exercices à proposer.

Je te conseillerais bien aussi l'exercice régulier de la dictée qui sollicite divers degrés d'analyse grammaticale et qui est extrêmement formateur sur le plan de la rigueur et de la réflexion sur la langue tout en pouvant être mené de façon décrochée.

2- Cette année, je passe un temps fou à corriger (souvent 30 minutes par copie ! Elles sont pourtant rarement bien longues... ) et à expliquer en fin de copie pourquoi les phrases des élèves sont incorrectes. Par exemple, pour un élève écrivant la phrase suivante (je n'en ai pas en tête et je me permets de vous proposer un exemple avec ce qui me vient à l'esprit) : "L'auteur critique et proteste contre les enterrements", je peux noter quelque-chose qui ressemble à cela : "les verbes protester et critiquer ne se construisent pas de la même manière. Critiquer exige en COD tandis que protester se construit avec la préposition "contre". On critique quelque-chose et on proteste contre quelque-chose. C'est pourquoi vous ne pouvez pas coordonner ces deux verbes à l'aide de la conjonction "et". Vous devez faire deux phrases distinctes." Je doute fortement de l'utilité de ces précisions, que les élèves, s'il leur prenait l'envie de les lire, auraient de grande chances de ne pas comprendre. Pensez-vous que ce type de remarque soit utile ?
Tu vas t'épuiser à écrire des explications qui seront survolées. Ménage-toi.

Cela commence pourtant à faire un certain nombre d'année que j'enseigne en lycée, mais cette année, je doute. J'ai l'impression de me battre contre des moulins à vent. Sans doute cette réforme des collèges participe-t-elle à ce sentiment d'impuissance et de découragement. je me laisse parfois tenter par l' "À quoi bon..."
Je comprends...
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par User5899 le Sam 27 Fév 2016, 17:14
Même constat. De très bonnes réponses d'analyse à l'oral, une soupe ignoble à l'écrit. N'oubliez pas que certains élèves n'écrivent que des narrations avant d'entrer en seconde... Je ne multiplie pas les devoirs, car je n'en peux plus, je multiplie les petits exercices en classe avec lecture orale des phrases et correction collective + explications de ma part. Personne ne semble s'en inquiéter, alors je ne vais pas me pourrir la vie davantage. Un entraînement nécessite plusieurs années. En six mois, je n'ai que peu d'impact.
avatar
Ilona
Niveau 9

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Ilona le Sam 27 Fév 2016, 17:14
Le fait que les élèves ne lisent plus ou presque plus,me semble être à la racine du mal.
Je ne suis pas une spécialiste,cependant je pense que la lecture régulière permet d'intégrer des tournures de phrase sans s'en rendre compte.
Pourquoi ne lisent-ils plus ? A cause des écrans. La contemplation d'écran en permanence rend leur cerveau paresseux et incapable de se concentrer plus que quelques minutes.
Seul le jeu et autres petits plaisirs comptent,l'effort sous toutes ses formes est banni.
Internet,les téléphones portables,les consoles de jeux,le niveau zéro d'exigence du systéme éducatif,auront ravagé cette jeunesse et détruit le futur de ce pays.
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par User5899 le Sam 27 Fév 2016, 17:15
@Ilona a écrit:Le fait que les élèves ne lisent plus ou presque plus,me semble être à la racine du mal.
Je ne suis pas une spécialiste,cependant je pense que la lecture régulière permet d'intégrer des tournures de phrase sans s'en rendre compte.
Pourquoi ne lisent-ils plus ? A cause des écrans. La contemplation d'écran en permanence rend leur cerveau paresseux et incapable de se concentrer plus que quelques minutes.
Seul le jeu et autres petits plaisirs comptent,l'effort sous toutes ses formes est banni.
Internet,les téléphones portables,les consoles de jeux,le niveau zéro d'exigence du systéme éducatif,auront ravagé cette jeunesse et détruit le futur de ce pays.
Je dois reconnaître que ce constat me semble de moins en moins contestable. Plutôt que de gémir, choisissons d'en rire...
avatar
Ilona
Niveau 9

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Ilona le Sam 27 Fév 2016, 17:25
Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour le pays,qui donc le fera "fonctionner" ?
Quel sera l'état de la recherche fondamentale dans quinze ou vingt ans ?
avatar
ysabel
Devin

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par ysabel le Sam 27 Fév 2016, 17:41
Depuis 2 à 3 ans je vois de plus en plus des erreurs de construction qui se généralisent sur des verbes courants : "il lui aide", "il le pardonne" etc.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Catalunya
Expert

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Catalunya le Sam 27 Fév 2016, 17:44
Je comprends mieux les bouillies infâmes qu'ils me rendent en expression écrite dans une autre langue. Au début, je ne comprenais pas pourquoi ils utilisaient tels mots, telles tournures, qui n'avaient aucune logique par rapport au français. Maintenant j'ai compris.
avatar
ysabel
Devin

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par ysabel le Sam 27 Fév 2016, 17:49
@Catalunya a écrit:Je comprends mieux les bouillies infâmes qu'ils me rendent en expression écrite dans une autre langue. Au début, je ne comprenais pas pourquoi ils utilisaient tels mots, telles tournures, qui n'avaient aucune logique par rapport au français. Maintenant j'ai compris.

Des collègues d'anglais ne comprenaient pas pourquoi elles trouvaient régulièrement "and" à la place de "is". Je leur ai dit que bcp de gamins (au lycée, quand même) ne faisait pas la différence entre "est" et "et"...

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Hermiony
Esprit sacré

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Hermiony le Sam 27 Fév 2016, 18:15
@ysabel a écrit:
@Catalunya a écrit:Je comprends mieux les bouillies infâmes qu'ils me rendent en expression écrite dans une autre langue. Au début, je ne comprenais pas pourquoi ils utilisaient tels mots, telles tournures, qui n'avaient aucune logique par rapport au français. Maintenant j'ai compris.

Des collègues d'anglais ne comprenaient pas pourquoi elles trouvaient régulièrement "and" à la place de "is". Je leur ai dit que bcp de gamins (au lycée,  quand même) ne faisait pas la différence entre "est" et "et"...

+1

Mon conjoint enseigne l'anglais et depuis qu'il lit certaines de mes copies, il comprend mieux pourquoi les écrits de beaucoup d'élèves ne sont qu'une bouillie infâme. Si on passait moins de temps à insister sur le fameux "oral" (en français, j'entends, en langue, c'est bien différent), on pourrait certainement les aider à structurer davantage leurs écrits.
Hier, j'ai passé 1h avec 3 de mes 6e pour leur refaire faire leur rédaction (qui n'avait ni queue ni tête). Avec l'un deux, j'ai dû décortiquer le récit phrase par phrase, parce que s'imaginer une suite d'actions simples lui est impossible... 😢

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être
avatar
Marguerite V
Niveau 6

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Marguerite V le Sam 27 Fév 2016, 18:23
Merci pour toutes ces pistes.

L'analyse à l'oral des fautes ne fonctionne malheureusement pas vraiment. Je le fais à chaque correction de DS et je retrouve les mêmes erreurs au devoir suivant... Exemple : l'interrogative indirecte. Je l'explique au moins trois fois par an, nous faisons des exercices et les erreurs continuent : "nous demanderons comment l'auteur met-il en avant la mélancolie ?"

J'ai essayé aussi de multiplier des petits travaux de rédaction : écrire quelques phrases de commentaire sur une phrase analysée en classe. Mais là aussi, je ne vois pas vraiment les élèves progresser.

Vos analyses sont en tout cas précieuse, elles me permettent de ne pas envisager de monter une "usine à gaz" pour réaliser de l'analyse logique en AP, si comme je le pressentais, cela s'avère inutile...
avatar
ysabel
Devin

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par ysabel le Sam 27 Fév 2016, 18:34
La seule solution que j'ai trouvée, c'est d'être impitoyable en notant la langue (faute, syntaxe etc.). Je mets 6/20 pout la langue et en début d'année, beaucoup d'élèves se retrouve avec 0/6 ou 0.5/6.
Miraculeusement, la situation s'améliore rapidement pour presque tous les élèves.

La semaine dernière, une copie sans accent... donc en plus de la note de langue, j'ai retiré 2 points sur la copie : "Ouais ! ça se fait pas ! Ben si... mais je suis certaine que j'aurai les accents sur la prochaine copie.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Marguerite V
Niveau 6

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Marguerite V le Sam 27 Fév 2016, 18:36
@ysabel a écrit:La seule solution que j'ai trouvée, c'est d'être impitoyable en notant la langue (faute, syntaxe etc.). Je mets 6/20 pout la langue et en début d'année, beaucoup d'élèves se retrouve avec 0/6 ou 0.5/6.
Miraculeusement, la situation s'améliore rapidement pour presque tous les élèves.

La semaine dernière, une copie sans accent... donc en plus de la note de langue, j'ai retiré 2 points sur la copie : "Ouais ! ça se fait pas ! Ben si... mais je suis certaine que j'aurai les accents sur la prochaine copie.

Bonne idée ! Et ces 6 points se perdent selon un barème de type dictée ?
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par trompettemarine le Sam 27 Fév 2016, 18:42
A force de réduire le nombre d'heures d'enseignement réel depuis l'école élémentaire, on sacrifie beaucoup d'élèves.
La réforme des collèges aura comme conséquence, comme celle des rythmes scolaires et comme celles des lycées, que les enfants seront plus chez eux qu'en classe.
La politique aveugle de l'EN rend nos élèves fainéants.
Se cacher comme le disent certains politiques derrière la phrase : "Les enfants ont changé" pour ne rien faire, ou faire n'importe quoi engage la responsabilité de l'école. Nous sommes responsables de la jeunesse que nous avons.
S'ils étaient plus longtemps à l'école, et s'ils avaient des travaux à faire de façon systématique, (quelle que soit la pédagogie) sans que cela soit remis en cause par la hiérarchie ou les parents, si la légitimité de l'enseignant était à nouveau reconnue, et si on laissait ce dernier redevenir celui qui détient l'auctoritas parce qu'il transmet le savoir, beaucoup d'élèves écriraient mieux.
Deux heures de lecture et d'écriture par jour loin de tout ordinateur ou écran avant de rentrer à la maison, voilà ce qui devrait être obligatoire plutôt que l'AP, l'EE ou TPE.

Bon, c'est un vœu pieux. Mais c'est pourtant, il me semble, frappé au coin du bon sens.
Dire que chez nous, une collègue est ennuyée par un parent parce qu'elle a demandé à son fils d'écrire et de lire davantage.

"Fit faber fabricando" devrait être affiché dans toutes les classes.


Dernière édition par trompettemarine le Sam 27 Fév 2016, 18:49, édité 2 fois
avatar
ysabel
Devin

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par ysabel le Sam 27 Fév 2016, 18:44
non, en fonction de ce que je considère comme acceptable ou pas... il est évident que si je trouve 10 fautes d'accord sur le 5 premières lignes, ce sera 0/6.
Les élèves tirent une tête quand ils voient combien ils auraient pu avoir en se relisant, tout simplement.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Ruthven
Monarque

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Ruthven le Sam 27 Fév 2016, 18:56
Je passe par l'oralisation ; comme Cripure, j'ai des élèves qui, à l'oral, peuvent répondre de manière complexe, voire même avec une certaine rhétorique, mais qui s'effondrent à l'écrit dans des phrases incompréhensibles ; j'essaie de les contraindre à passer par l'oral avant de rédiger et je surveille un peu pendant les devoirs pour souligner ce qui ne va pas. Il n'y a pas de changements miraculeux, mais dans les copies, je distingue les passages où ils ont formulé oralement leur propos et les autres.

Et pour ceux qui n'écrivent que trois phrases par paragraphe, vous avez la recette ?
avatar
InvitéeC9
Niveau 9

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par InvitéeC9 le Sam 27 Fév 2016, 19:08
@ysabel a écrit:Depuis 2 à 3 ans je vois de plus en plus des erreurs de construction qui se généralisent sur des verbes courants : "il lui aide", "il le pardonne" etc.

Ça se dit par chez moi, pas en ville ceci dit.

_________________
Contre la réforme 2016 !
avatar
Provence
Bon génie

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Provence le Sam 27 Fév 2016, 19:08
@Marguerite V a écrit: L'analyse à l'oral des fautes ne fonctionne malheureusement pas vraiment. Je le fais à chaque correction de DS et je retrouve les mêmes erreurs au devoir suivant... Exemple : l'interrogative indirecte. Je l'explique au moins trois fois par an, nous faisons des exercices et les erreurs continuent : "nous demanderons comment l'auteur met-il en avant la mélancolie ?"

Je crois que dans un cas pareil, j'engueulerais vertement les élèves qui persistent à se tromper et je leur donnerais des exos supplémentaires en punition.


Dernière édition par Provence le Sam 27 Fév 2016, 19:09, édité 1 fois
avatar
Provence
Bon génie

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Provence le Sam 27 Fév 2016, 19:09
@Ruthven a écrit:

Et pour ceux qui n'écrivent que trois phrases par paragraphe, vous avez la recette ?

C'est toujours mieux que d'aller à la ligne après chaque phrase... vache
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Tem-to le Sam 27 Fév 2016, 19:58
Impossible gageure ? A coeur vaillant d'élève non, mais il y a très peu d'élève vaillant.

Les problèmes viennent d'avant le lycée. Il est vrai que je suis en collège REP +, là où un livre quel qu'il soit est, s'il y en a à la maison, un objet tout à fait incongru pour les élèves mais aussi pour le(s) parent(s), s'ils ont encore les deux ensemble - très très rares -, s'il y en a pas un en prison - très fréquent...

Ajoutez à cela, la montée des hormones en 4e (l'addiction aux sites pornographiques libres d'accès sur internet...), les vies totalement désorganisées et sans repère fixe : coucher à des heures totalement indues, pas de petit déjeuner le matin avant de venir au collège pour pouvoir se lever le plus tard possible - ils grignotent en classe -, la promiscuité à trois ou quatre frères et soeurs dans un logement très réduit au coeur d'un environnement urbain désolant, argent facile à gagner en participant aux divers trafics des cités -trois de mes élèves (deux en 6e, une en 4e) font partie d'une famille qui compte un mort tué lors d'un règlement de compte en novembre. Et bien sûr cette famille est devenue la bête noire des nouveaux parrains de la cité qui a changé de mains. Elle cherche à déménager (mais il faut trouver de nouveaux logements sociaux) parce que là où ils sont encore, c'est devenu invivable pour elle.

En 4e, malgré tous mes efforts, je n'arrive pas à entrer en contact avec l'écrasante majorité des élèves, alors la matière que j'essaie de leur enseigner... Ils n'ont pas leur manuel, pas de feuilles, pas de crayon ou de stylo mais ils ont bel et bien le dernier téléphone portable sorti... Toute la partie "observation" dans le livret de correspondance est pleine dès décembre. Ils ne comptent plus leurs heures de colle, les exclusions temporaires de classe, les passages en dispositif passerelle...

En 3e, ceux qu'on arrive à raccrocher deviennent tristes parce qu'ils se rendent compte qu'ils n'ont pas les mots pour exprimer leurs idées dans un français correct. Les plus matures d'entre eux prennent conscience de beaucoup de choses sur eux-mêmes, leur famille, leur environnement et commencent à se projeter dans un futur où rien ne leur permet d'imaginer échapper à leur condition d'origine. Il faut les porter à bout de bras pour qu'ils ne se découragent pas.

Heureusement, j'ai Ahmed, paralysé sur son fauteuil roulant, le seul qui lit vraiment ce que l'on travaille, qui prend soigneusement les traces écrites, qui a un classeur bien organisé où il ne manque aucun cours. Il a compris et été impressionné par Roméo et Juliette, Des Souris et des hommes. Heureusement qu'il est là, doux et discret, qui aide beaucoup Zinédine, moins capable mais qui progresse grâce à lui, en échange d'une aide logistique les jours où Ahmed n'a pas d'AVS. Souvent l'ascenceur de la barre où habite Ahmed est en panne alors Zinédine le porte jusqu'à son 6e étage.
Il y a les Enaf aussi qui arrivent mieux que les natifs parce qu'ils savent que l'institution scolaire est une chance pour eux. Je suis souvent admiratif devant leur volonté, leur effort, leur comportement, la maturité que leur a apporté leur "exil", pour se sortir de leurs difficultés. Les natifs eux, n'ont pas conscience de cela et sont complètement résignés. Ils préfèrent bordéliser les cours pour ne pas s'y ennuyer. Dans ma 3e DRA, je sais que j'ai deux élèves, au minimum, qui fument deux joints par jour dont un dès le lever, au matin...

Pardon, ça fait un peu L'Assomoir (et il y a de cela), mais ça m'a fait du bien d'en parler. J'en avais besoin. Mes excuses s'il y a des fautes, je n'ai pas trop envie de me relire.

_________________
Il nous faut donner des gages de vanité : la société n'accepte pas qu'on en soit dénué.
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par trompettemarine le Sam 27 Fév 2016, 20:10
Quel témoignage ! 😢
avatar
Thalie
Grand sage

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Thalie le Sam 27 Fév 2016, 20:15
C'est terrible ! Mais je te remercie de ton témoignage, j'ai l'impression, peut-être fausse, qu'il y a un tabou à parler des conditions d'enseignement dans les REP+.
avatar
Tem-to
Vénérable

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Tem-to le Sam 27 Fév 2016, 21:18
Je suis français issue d'un milieu bourgeois et élevé dans cette tradition et cet environnement. Jusqu'à présent, jamais rien ne m'a manqué. J'ai l'habitude de dire que mon actuelle expérience en REP + m'a fait redécouvrir mon pays  affraid. Bien sûr, comme tout le monde, j'avais la connaissance théorique de ces situations mais je n'y avais jamais été quotidiennement confronté  . Je sors à peine de ma période sidération.

trompettemarine, je comprends tout à fait ta réaction, cela a été la mienne au début. Mais il faut coûte que coûte (à l'issue de la période "sidération" - si on arrive à la dépasser) remplacer 😢 par bisous

Thalie, ce n'est pas qu'une impression, personne ne veut voir cela et ceux qui y sont confrontés s'ils acceptent d'en parler, ne veulent jamais l'écrire. Il est vrai que cette sidération va au-delà des mots Enlevementalien.
 
Grand merci en tout cas à toutes les deux d'avoir réagi. Cela m'a fait du bien :aaj:.  J'avais tellement peur que personne ne réponde. :aat:
avatar
ysabel
Devin

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par ysabel le Sam 27 Fév 2016, 21:32
Cactus29 a écrit:
@ysabel a écrit:Depuis 2 à 3 ans je vois de plus en plus des erreurs de construction qui se généralisent sur des verbes courants : "il lui aide", "il le pardonne" etc.

Ça se dit par chez moi, pas en ville ceci dit.

Pas par chez moi... Cela ne fait que qq années que je le vois.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Contenu sponsorisé

Re: Améliorer l'écrit des lycéens, une impossible gageure ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum