Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Condorcet le Mer 2 Mar 2016 - 8:52

Une doctrine économique très éloignée de son application concrète ne serait-elle qu'un mirage de l'esprit ?


Dernière édition par Condorcet le Mer 2 Mar 2016 - 8:56, édité 1 fois

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Condorcet le Mer 2 Mar 2016 - 8:55

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Celadon a écrit:Y a-t-il un pays au monde qui pratique le libéralisme pur et dur tel que le voit Le grincheux, puisque celui-ci n'a rien à voir ?

Mais c'est exactement pareil pour le communisme. On a eu cette discussion 1000 fois, Le Grincheux veut avoir le droit de définir le libéralisme selon Smith et ses héritiers, et je pense qu'il en a parfaitement le droit, mais il refuse que l'on définisse le communisme selon Marx.

Les certitudes que tu affiches, Le Grincheux, ne manquent pas de m'étonner : j'ai l'impression en te lisant qu'il existe selon toi des règles intangibles en économie qui mènent à la prospérité et d'autres qui mènent infailliblement à la catastrophe. Le lien que tu citais hier critique (à juste titre) la politique d'assouplissement quantitatif en se gardant bien de préciser que la Banque centrale européenne avait mené sous la présidence de Trichet (et consorts) une politique bien différente.

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Le grincheux le Ven 4 Mar 2016 - 9:00

@Condorcet a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Celadon a écrit:Y a-t-il un pays au monde qui pratique le libéralisme pur et dur tel que le voit Le grincheux, puisque celui-ci n'a rien à voir ?

Mais c'est exactement pareil pour le communisme. On a eu cette discussion 1000 fois, Le Grincheux veut avoir le droit de définir le libéralisme selon Smith et ses héritiers, et je pense qu'il en a parfaitement le droit, mais il refuse que l'on définisse le communisme selon Marx.

Les certitudes que tu affiches, Le Grincheux, ne manquent pas de m'étonner : j'ai l'impression en te lisant qu'il existe selon toi des règles intangibles en économie qui mènent à la prospérité et d'autres qui mènent infailliblement à la catastrophe. Le lien que tu citais hier critique (à juste titre) la politique d'assouplissement quantitatif en se gardant bien de préciser que la Banque centrale européenne avait mené sous la présidence de Trichet (et consorts) une politique bien différente.
Il existe des règles qui conduisent à la catastrophes et d'autres qui n'y conduisent pas. Ce qui ne veut pas dire que celles qui n'y conduisent pas mènent immanquablement à la prospérité. Il y a tout un entre deux entre la catastrophe et la prospérité. En France, au moins depuis 1981, on n'arrête pas des concetés économiques. Et comme rien ne marche, c'est qu'on n'a pas encore fait assez de concetés. Attention, le moment du bilan et du paiement de la facture approche à grands pas. L'homme malade de l'Europe n'est plus l'Espagne ou l'Italie (pas en grandes formes), mais la France. Et la situation peut se retourner du jour au lendemain car nous sommes sous perfusion financière pour payer les fins de mois malgré les différents QE et l'injection massive de monnaie de singe dans l'économie (en fait dans quelques bulles). L'an passé, les investisseurs (français à 40%) ont imposé à la France d'émettre 97% de sa dette sous droit anglais parce que l'état français ne garantit même plus la propriété des titres (et la propriété privée en général d'où un bel arrêt du conseil d'état sur les taxes foncières exceptionnelles). Si aujourd'hui, on n'arrive plus à refiler par la CADES notre dette (en yuans) à la Chine et qu'on ne trouve plus d'idiots pour investir sur des coupons en euros, on ne sera plus capable de payer fin mars la moitié des fonctionnaires.

Quant aux QE, ce sont des idioties keynésiennes qui n'arrivent pas à comprendre que les hypothèses de Keynes sont totalement dépassées et ne peuvent s'appliquer aujourd'hui. Mais comme ces règles sont quasiment les seules apprises, on fait comme les Shadoks. On pompe pour éviter qu'il se passe quelque chose de plus grave en ne pompant pas. Et même avec ça, on rate l'illusion monétaire et on est content d'avoir un euro de croissance pour quatre euros de dépensés.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Le grincheux le Ven 4 Mar 2016 - 9:02

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Le grincheux a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@Le grincheux a écrit:Les travailleurs seront beaucoup plus défendus lorsqu'ils seront au chômage diable

À force de reculer les réformes dans ce pays collectiviste

Pardon mais lol!
Je suis d'accord avec Marcel K, tu es très rigoureux sur la définition du libéralisme, beaucoup moins sur celle du collectivisme lol!
Parfait. Montre-moi ne quoi la France n'est pas collectiviste dans son fonctionnement.

Jolie méthode de mettre la charge de la preuve sur son contradicteur quand on dit n'importe quoi.
J'aime beaucoup te lire, mais là ta mauvaise foi me déçoit un peu. Tu dénonces à très juste titre les gens qui utilisent à tort et à travers le libéralisme comme épouvantail, alors que le libéralisme correspond à une définition précise, mais toi tu fais exactement la même chose, avec d'autres mots.
Tu n'as pas répondu. J'en prends acte. Je t'ai donné des exemples. Je t'ai même indiqué que je ne voyais pas un pan de l'économie française qui ne l'était pas dans les faits. J'attends un contre-exemple.

Il est vrai qu'on ne présente jamais les choses sous cet angle parce que ça ferait peur. Mais dans les faits, c'est bien comme cela que fonctionne malheureusement le pays.

_________________
Le carnet du grincheux
Chroniques de misanthropie ordinaire
http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr/
http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr/

Le grincheux
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Condorcet le Ven 4 Mar 2016 - 9:16

@Le grincheux a écrit:
@Condorcet a écrit:
@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Celadon a écrit:Y a-t-il un pays au monde qui pratique le libéralisme pur et dur tel que le voit Le grincheux, puisque celui-ci n'a rien à voir ?

Mais c'est exactement pareil pour le communisme. On a eu cette discussion 1000 fois, Le Grincheux veut avoir le droit de définir le libéralisme selon Smith et ses héritiers, et je pense qu'il en a parfaitement le droit, mais il refuse que l'on définisse le communisme selon Marx.

Les certitudes que tu affiches, Le Grincheux, ne manquent pas de m'étonner : j'ai l'impression en te lisant qu'il existe selon toi des règles intangibles en économie qui mènent à la prospérité et d'autres qui mènent infailliblement à la catastrophe. Le lien que tu citais hier critique (à juste titre) la politique d'assouplissement quantitatif en se gardant bien de préciser que la Banque centrale européenne avait mené sous la présidence de Trichet (et consorts) une politique bien différente.
Il existe des règles qui conduisent à la catastrophes et d'autres qui n'y conduisent pas. Ce qui ne veut pas dire que celles qui n'y conduisent pas mènent immanquablement à la prospérité. Il y a tout un entre deux entre la catastrophe et la prospérité. En France, au moins depuis 1981, on n'arrête pas des concetés économiques. Et comme rien ne marche, c'est qu'on n'a pas encore fait assez de concetés. Attention, le moment du bilan et du paiement de la facture approche à grands pas. L'homme malade de l'Europe n'est plus l'Espagne ou l'Italie (pas en grandes formes), mais la France. Et la situation peut se retourner du jour au lendemain car nous sommes sous perfusion financière pour payer les fins de mois malgré les différents QE et l'injection massive de monnaie de singe dans l'économie (en fait dans quelques bulles). L'an passé, les investisseurs (français à 40%) ont imposé à la France d'émettre 97% de sa dette sous droit anglais parce que l'état français ne garantit même plus la propriété des titres (et la propriété privée en général d'où un bel arrêt du conseil d'état sur les taxes foncières exceptionnelles). Si aujourd'hui, on n'arrive plus à refiler par la CADES notre dette (en yuans) à la Chine et qu'on ne trouve plus d'idiots pour investir sur des coupons en euros, on ne sera plus capable de payer fin mars la moitié des fonctionnaires.

Quant aux QE, ce sont des idioties keynésiennes qui n'arrivent pas à comprendre que les hypothèses de Keynes sont totalement dépassées et ne peuvent s'appliquer aujourd'hui. Mais comme ces règles sont quasiment les seules apprises, on fait comme les Shadoks. On pompe pour éviter qu'il se passe quelque chose de plus grave en ne pompant pas. Et même avec ça, on rate l'illusion monétaire et on est content d'avoir un euro de croissance pour quatre euros de dépensés.

Nous sommes au moins d'accord sur deux points : le QE n'a pas les effets significatifs sur la croissance dont ses auteurs le parent ; depuis 1979, les finances publiques ne bénéficient pas du traitement qu'elles mériteraient. Je ne connais pas le statut de la dette française sous droit anglais.mais je suis inquiet (contrairement aux économistes atterrés et à Jacques Généreux) du niveau de soutenabilité de la dette sachant que l'exemple argentin suggère qu'on ne se débarrasse pas comme cela d'elle.
En revanche, je connais (un peu) l'Italie et je pense que tu (et beaucoup avec toi) se trompent : l'Italie est un pays malade de ses inégalités, de son incurie bureaucratique, de la fraude massive qui y est vécue comme un ressort de la vie sociale et non sous le prisme des dommages considérables qu'elle inflige à l'ensemble du corps social. Que le Colisée doive fermer pour dératisation, que le pont du Rialto ne trouve les fonds nécessaires à sa restauration que grâce à un mécène du crû, que le chantier du Mose engloutisse des milliards d'euros sans résultats tangibles, tout cela apparaît aux yeux de nombreux observateurs comme des maux secondaires puisqu'ils ont les yeux rivés sur les sacro-saintes statistiques. Quand on regarde le pays à hauteur d'homme (ou de femme), on perçoit d'autres réalités bien plus inquiétantes : les rodomontades d'un Renzi (qui rencontre Hollande mardi à Venise : les deux font la paire) ne parviennent pas à occulter la corruption des affaires publiques (à tous les sens du terme) et les profondes inégalités nord/sud. La crise des migrants frappe durement l'Italie comme la Grèce même si, pour les deux pays, ses partenaires ont longtemps feint de regarder ailleurs. Une part de la population survit avec des revenus très faibles, quasiment au seuil de pauvreté (on la croise à la Poste lorsqu'elle vient retirer sa modeste pension, au détour d'un café lorsqu'elle arpente les lieux qu'elle a dû quitter face à la spéculation foncière). Tout cela passe inaperçu puisqu'il s'agit d'une mort silencieuse. Fort heureusement, le pays bénéficie de l'inventivité de ses compatriotes, de leur capacité à déjouer les embûches bureaucratiques et souvent, à ne pas s'avouer vaincus.


Dernière édition par Condorcet le Ven 4 Mar 2016 - 16:01, édité 1 fois

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).

Condorcet
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Marcel Khrouchtchev le Ven 4 Mar 2016 - 11:36

@Le grincheux a écrit:
Tu n'as pas répondu. J'en prends acte. Je t'ai donné des exemples. Je t'ai même indiqué que je ne voyais pas un pan de l'économie française qui ne l'était pas dans les faits. J'attends un contre-exemple.

Je te remercie sincèrement pour les messages que tu as pris le temps d'écrire, mais je n'y vois rien qui fasse de la France un pays collectiviste ou socialiste, de la même façon que toi, tu ne vois rien des exemples qui te sont souvent donnés faisant de la France et de l'UE des promoteurs du libéralisme.
De ce fait, tu as bien raison de considérer la discussion bloquée, puisqu'en réalité il n'y a ni débat ni discussion, mais une juxtaposition de positions de principe, d'un côté comme de l'autre.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Droit du travail : l’ex-conseiller de Myriam El Khomri explique pourquoi il claque la porte

Message par Reine Margot le Ven 4 Mar 2016 - 13:05

@Le grincheux a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@Le grincheux a écrit:Les travailleurs seront beaucoup plus défendus lorsqu'ils seront au chômage diable

À force de reculer les réformes dans ce pays collectiviste

Pardon mais lol!
Je suis d'accord avec Marcel K, tu es très rigoureux sur la définition du libéralisme, beaucoup moins sur celle du collectivisme lol!
Parfait. Montre-moi ne quoi la France n'est pas collectiviste dans son fonctionnement.

Je ne savais pas qu'en France les moyens de production appartenaient à la collectivité, et qu'il n'y avait pas du tout d'entreprises privées. Laughing Laughing Laughing
Bon, on a Hollande comme grand Timonier, cela dit. Razz

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum