Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Rendash
Bon génie

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Rendash Jeu 14 Jan 2016 - 20:31
C'est peut-être dommage.
avatar
prof2maths
Niveau 5

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par prof2maths Jeu 14 Jan 2016 - 22:48
Bonjour à tous. J'y vais aussi de mon témoignage.

On a eu notre réunion avec les IPR de mathématiques sur la réforme. Nous étions plus d'une centaine, convoqués dans la grande salle de conférence du lycée Louis Le Grand (la classe!).

Voici un petit CR sur cette réunion :
Il en ressort que nous aurons d'autres réunions (sur les EPI, et l'informatique)
L'ensemble était soporifique et l'atmosphère lénifiante. Les IPR nous ont présenté la réforme et les nouveaux programmes via un power point chiant à mourir. Puis est venu le temps des questions.

Il y a eu quelques questions sur les aspects techniques du type "mais qu'en sera-t-il des manuels?", "et pour les élèves qui déménagent?", "comment fera-t-on pour les futurs 3èmes", "comment faire de l'informatique dans nos établissements?", etc. Les inspecteurs s'attendaient à ces questions, ils y étaient préparés et nous ont servi des réponses toutes prêtes. j'ai même eu l'impression qu'ils se délectaient de ces questions.
En revanche ce qui les a mis en difficulté, ce sont les questions sur le fond que je me suis permis de poser :

1) Ils ont raconté que les horaires de mathématiques restaient stables avec la réforme. Je suis intervenu pour dire que dans les textes c'est vrai, mais sur le terrain c'est faux, puisqu'ils comparent les horaires planchers et que dans les faits, aucun collège ne pratique les horaires plancher, il y a donc une perte significative des heures d'enseignement en maths. J'ai parlé concrètement de notre collège qui perdra 13,5h de maths à la rentrée prochaine et j'ai invité tous les collègues présents à faire les mêmes calculs pour leur collège. (c'est rigolo, parce que j'en ai vu qui ont aussitot commencé à griffonner des calculs). La réponse des inspecteurs a été d'abord vaseuse, puis carrément mensongère : "Paris est une exception, toutes les autres académies sont aux horaires plancher!" => Grosse réaction de la salle. Des collègues criaient au mensonge. Je crois que les inspecteurs ont oublié que les profs dans leur grande majorité ont vu du pays…

2) Les inspecteurs ont expliqué que les EPI permettaient de donner du sens aux mathématiques. Ma question (un peu taquine) a été la suivante : "Voulez-vous dire par là que nous enseignons notre discipline sans lui donner de sens?". => Réponse gênée des inspecteurs : "heu..., nous n'avons pas voulu dire cela"

3) Leur leitmotiv a été :" les recherches prouvent que...". En fait, par cette formule rhétorique, ils nous ont expliqué que tout est bon dans cette réforme : "les recherches prouvent que l’interdisciplinarité c'est super, les recherches prouvent que l'hétérogénéité c'est génial, les recherches prouvent que, par nos méthodes, nous ennuyons les élèves, etc." Ma question a été la suivante : "quelles sont ces recherches ? Pouvez-vous nous donner les références? Qui les a faites? quand? sur quelle population? selon quel protocole?"  => réponse gênée des inspecteurs : "Ah,oui? tiens, c'est une bonne question, ça... en fait on sait pas et on vous mettra les références sur le site éduscol". Puis, j'ai ajouté que cette réforme était la continuité de celle du lycée. Et que les gens de terrain ne se préoccupent pas de savoir si la recherche trucmuche dit que c'est formidable, les gens qui ont les élèves en charge, prennent très vite la mesure des effets d'une réforme. J'ai expliqué que la réforme du collège était calquée sur celle du Lycée, et que certains font déjà le bilan de la réforme Chatel. J'ai alors lu un texte de la Société de Mathématique de France * (Elle a été fondée en 1872, par le grand mathématicien Michel Chasles et c'est l'une des plus anciennes société savante de mathématiciens au monde, donc une sacrée référence pour tout matheux qui se respecte !). Je te retranscris ici le texte que j'ai lu :
« Depuis la grande réforme des programmes de lycée mise en place en 2011, nous avons reçu aux rentrées 2013 et 2014 les premières cohortes d’étudiants parvenus dans l’enseignement supérieur. Par une baisse importante des horaires de mathématiques, et surtout, par la suppression progressive de la géométrie au profit d’un enseignement de la statistique et de l'informatique, cette réforme a modifié de façon sensible les exigences réelles en mathématiques à la sortie du lycée. Il a paru important à la Commission Enseignement de la SMF de faire un premier point qui se résume en trois lignes : les étudiants qui arrivent à l’université ou en classe préparatoire, semblent, pour une majorité d’entre eux :
- ne plus maîtriser le calcul numérique ou littéral ;
- avoir perdu le goût et la capacité de travailler chez eux ou en classe ;
- ignorer ce que sont les mathématiques.
Il est tentant de répliquer que ce constat n’est pas nouveau, mais cette fois, il semble que cela concerne même les meilleurs et les plus déterminés de nos étudiants.
La diminution des horaires et des programmes a entraîné de facto une diminution des connaissances des élèves. Les techniques de base de calcul et de raisonnement ne sont pas acquises. La faillite est totale : règle des signes, distributivité, somme de nombres rationnels, formules trigonométriques, radicaux, dérivées des fonctions simples... Mais, bien plus grave, les bases du raisonnement déductif ne sont pas posées.
En reportant à l’enseignement supérieur la confrontation avec les difficultés, en choisissant des thématiques proches du quotidien des jeunes – ou du moins imaginées telles – les programmes scientifiques du lycée depuis la réforme Chatel 2010 essaient de plaire. Si on souhaite réhabiliter le raisonnement et la recherche de problèmes, il est curieux de supprimer la partie des mathématiques qui, à ce niveau, permet de présenter et mettre en œuvre des démonstrations significatives et instructives. »

J'ai conclu en ajoutant : « La réforme du collège qui se prépare va encore beaucoup plus loin dans cet état d’esprit et donc dans la destruction de l'enseignement des mathématiques. »

=> applaudissements nourris de la salle. Les inspecteurs étaient assez déstabilisés et ne s'attendaient pas à cela. L'inspecteur général s'est énervé : "mais pourquoi vous applaudissez-tous!! Arrêtez ça tout de suite !!!", puis il a répondu de manière totalement vaseuse : " Mais vous ne nous apprenez rien!", " On connait bien la SMF, et d'ailleurs on travaille avec eux...", "nous ne voulons pas entrer dans des débats idéologiques", etc. Bref, j'ai été tellement surpris de la réaction hyper positive de la salle, et de l'embarras très visible des inspecteurs, que j'en ai oublié d'ajouter une question supplémentaire que j'avais en tête à ce moment là.

J'avais d'autres questions par la suite, mais les inspecteurs ont refusé de me donner le micro, puis ont décidé d'écourter la réunion et sont partis fâchés.

L'angle d'attaque sur le fond, sur les diminutions horaires, avec comme appui la réforme Chatel et les conséquences déjà mesurables sur le terrain est, je crois, bien plus porteur que les petites questions du type "mais comment qu'on va faire sans les manuels qu'on aura pas à la rentrée ?".

* le texte que j'ai lu est en réalité un extrait tiré d'un rapport de 4 pages de la SMF et j'y ai aussi ajouté une phrase venant d'un compte rendu de l’académie des sciences
kamasolou
kamasolou
Habitué du forum

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par kamasolou Jeu 14 Jan 2016 - 22:55
prof2maths a écrit:Bonjour à tous. J'y vais aussi de mon témoignage.

On a eu notre réunion avec les IPR de mathématiques sur la réforme. Nous étions plus d'une centaine, convoqués dans la grande salle de conférence du lycée Louis Le Grand (la classe!).

Voici un petit CR sur cette réunion :
Il en ressort que nous aurons d'autres réunions (sur les EPI, et l'informatique)
L'ensemble était soporifique et l'atmosphère lénifiante. Les IPR nous ont présenté la réforme et les nouveaux programmes via un power point chiant à mourir. Puis est venu le temps des questions.

Il y a eu quelques questions sur les aspects techniques du type "mais qu'en sera-t-il des manuels?", "et pour les élèves qui déménagent?", "comment fera-t-on pour les futurs 3èmes", "comment faire de l'informatique dans nos établissements?", etc. Les inspecteurs s'attendaient à ces questions, ils y étaient préparés et nous ont servi des réponses toutes prêtes. j'ai même eu l'impression qu'ils se délectaient de ces questions.
En revanche ce qui les a mis en difficulté, ce sont les questions sur le fond que je me suis permis de poser :

1) Ils ont raconté que les horaires de mathématiques restaient stables avec la réforme. Je suis intervenu pour dire que dans les textes c'est vrai, mais sur le terrain c'est faux, puisqu'ils comparent les horaires planchers et que dans les faits, aucun collège ne pratique les horaires plancher, il y a donc une perte significative des heures d'enseignement en maths. J'ai parlé concrètement de notre collège qui perdra 13,5h de maths à la rentrée prochaine et j'ai invité tous les collègues présents à faire les mêmes calculs pour leur collège. (c'est rigolo, parce que j'en ai vu qui ont aussitot commencé à griffonner des calculs). La réponse des inspecteurs a été d'abord vaseuse, puis carrément mensongère : "Paris est une exception, toutes les autres académies sont aux horaires plancher!" => Grosse réaction de la salle. Des collègues criaient au mensonge. Je crois que les inspecteurs ont oublié que les profs dans leur grande majorité ont vu du pays…

2) Les inspecteurs ont expliqué que les EPI permettaient de donner du sens aux mathématiques. Ma question (un peu taquine) a été la suivante : "Voulez-vous dire par là que nous enseignons notre discipline sans lui donner de sens?". => Réponse gênée des inspecteurs : "heu..., nous n'avons pas voulu dire cela"

3) Leur leitmotiv a été :" les recherches prouvent que...". En fait, par cette formule rhétorique, ils nous ont expliqué que tout est bon dans cette réforme : "les recherches prouvent que l’interdisciplinarité c'est super, les recherches prouvent que l'hétérogénéité c'est génial, les recherches prouvent que, par nos méthodes, nous ennuyons les élèves, etc." Ma question a été la suivante : "quelles sont ces recherches ? Pouvez-vous nous donner les références? Qui les a faites? quand? sur quelle population? selon quel protocole?"  => réponse gênée des inspecteurs : "Ah,oui? tiens, c'est une bonne question, ça... en fait on sait pas et on vous mettra les références sur le site éduscol". Puis, j'ai ajouté que cette réforme était la continuité de celle du lycée. Et que les gens de terrain ne se préoccupent pas de savoir si la recherche trucmuche dit que c'est formidable, les gens qui ont les élèves en charge, prennent très vite la mesure des effets d'une réforme. J'ai expliqué que la réforme du collège était calquée sur celle du Lycée, et que certains font déjà le bilan de la réforme Chatel. J'ai alors lu un texte de la Société de Mathématique de France * (Elle a été fondée en 1872, par le grand mathématicien Michel Chasles et c'est l'une des plus anciennes société savante de mathématiciens au monde, donc une sacrée référence pour tout matheux qui se respecte !). Je te retranscris ici le texte que j'ai lu :
« Depuis la grande réforme des programmes de lycée mise en place en 2011, nous avons reçu aux rentrées 2013 et 2014 les premières cohortes d’étudiants parvenus dans l’enseignement supérieur. Par une baisse importante des horaires de mathématiques, et surtout, par la suppression progressive de la géométrie au profit d’un enseignement de la statistique et de l'informatique, cette réforme a modifié de façon sensible les exigences réelles en mathématiques à la sortie du lycée. Il a paru important à la Commission Enseignement de la SMF de faire un premier point qui se résume en trois lignes : les étudiants qui arrivent à l’université ou en classe préparatoire, semblent, pour une majorité d’entre eux :
- ne plus maîtriser le calcul numérique ou littéral ;
- avoir perdu le goût et la capacité de travailler chez eux ou en classe ;
- ignorer ce que sont les mathématiques.
Il est tentant de répliquer que ce constat n’est pas nouveau, mais cette fois, il semble que cela concerne même les meilleurs et les plus déterminés de nos étudiants.
La diminution des horaires et des programmes a entraîné de facto une diminution des connaissances des élèves. Les techniques de base de calcul et de raisonnement ne sont pas acquises. La faillite est totale : règle des signes, distributivité, somme de nombres rationnels, formules trigonométriques, radicaux, dérivées des fonctions simples... Mais, bien plus grave, les bases du raisonnement déductif ne sont pas posées.
En reportant à l’enseignement supérieur la confrontation avec les difficultés, en choisissant des thématiques proches du quotidien des jeunes – ou du moins imaginées telles – les programmes scientifiques du lycée depuis la réforme Chatel 2010 essaient de plaire. Si on souhaite réhabiliter le raisonnement et la recherche de problèmes, il est curieux de supprimer la partie des mathématiques qui, à ce niveau, permet de présenter et mettre en œuvre des démonstrations significatives et instructives. »

J'ai conclu en ajoutant : « La réforme du collège qui se prépare va encore beaucoup plus loin dans cet état d’esprit et donc dans la destruction de l'enseignement des mathématiques. »

=> applaudissements nourris de la salle. Les inspecteurs étaient assez déstabilisés et ne s'attendaient pas à cela. L'inspecteur général s'est énervé : "mais pourquoi vous applaudissez-tous!! Arrêtez ça tout de suite !!!", puis il a répondu de manière totalement vaseuse : " Mais vous ne nous apprenez rien!", " On connait bien la SMF, et d'ailleurs on travaille avec eux...", "nous ne voulons pas entrer dans des débats idéologiques", etc. Bref, j'ai été tellement surpris de la réaction hyper positive de la salle, et de l'embarras très visible des inspecteurs, que j'en ai oublié d'ajouter une question supplémentaire que j'avais en tête à ce moment là.

J'avais d'autres questions par la suite, mais les inspecteurs ont refusé de me donner le micro, puis ont décidé d'écourter la réunion et sont partis fâchés.

L'angle d'attaque sur le fond, sur les diminutions horaires, avec comme appui la réforme Chatel et les conséquences déjà mesurables sur le terrain est, je crois, bien plus porteur que les petites questions du type "mais comment qu'on va faire sans les manuels qu'on aura pas à la rentrée ?".

* le texte que j'ai lu est en réalité un extrait tiré d'un rapport de 4 pages de la SMF et j'y ai aussi ajouté une phrase venant d'un compte rendu de l’académie des sciences

veneration
Bravo et oui, en effet, les arguments de fond sont les plus percutants !
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Luigi_B Jeu 14 Jan 2016 - 23:18
Very Happy

_________________
LVM Dernier billet : "Une École si distante"
gauvain31
gauvain31
Empereur

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par gauvain31 Ven 15 Jan 2016 - 13:34
Bravo Prof2maths !! cheers
avatar
InvitéeS3
Niveau 7

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par InvitéeS3 Ven 15 Jan 2016 - 19:24
Osmie a écrit:
Saoirse a écrit:Je sais que ça n'a rien à voir, mais je viens d'avoir une formation destinée aux doctorants qui enseignent à l'université.

L'objectif était de nous aider, en tant que futurs ou jeunes professeurs, à enseigner. J'ai appris que j'étais, avant tout, un "facilitateur d'enseignement, un animateur, un artisan, un technicien..." et qu'il fallait "donner du plaisir à nos élèves" tout en privilégiant des techniques innovantes et si possibles numériques (classes inversées, réseaux sociaux...)

Impossible pour moi de ne pas penser à ce qu'il se passe dans le secondaire! Evil or Very Mad

Wahouuu ! C'est autrement plus fun que pauvre ringard de professeur !

cafe

Mais attention, on est fun à condition de remplacer cahiers, tableau et stylos par tablettes, tableau interactif et stylets. On est fun si on demande à nos étudiants d'utiliser leurs Iphones dans l'amphi pour faire les exos qu'on leur donne. Sinon, on reste un pauvre ringard de prof!

Je crois bien que j'étais la seule déçue et en colère par rapport au contenu de la formation. pale
MUTIS
MUTIS
Expert

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par MUTIS Ven 15 Jan 2016 - 20:26
prof2maths a écrit:Bonjour à tous. J'y vais aussi de mon témoignage.

On a eu notre réunion avec les IPR de mathématiques sur la réforme. Nous étions plus d'une centaine, convoqués dans la grande salle de conférence du lycée Louis Le Grand (la classe!).

Voici un petit CR sur cette réunion :
Il en ressort que nous aurons d'autres réunions (sur les EPI, et l'informatique)
L'ensemble était soporifique et l'atmosphère lénifiante. Les IPR nous ont présenté la réforme et les nouveaux programmes via un power point chiant à mourir. Puis est venu le temps des questions.

Il y a eu quelques questions sur les aspects techniques du type "mais qu'en sera-t-il des manuels?", "et pour les élèves qui déménagent?", "comment fera-t-on pour les futurs 3èmes", "comment faire de l'informatique dans nos établissements?", etc. Les inspecteurs s'attendaient à ces questions, ils y étaient préparés et nous ont servi des réponses toutes prêtes. j'ai même eu l'impression qu'ils se délectaient de ces questions.
En revanche ce qui les a mis en difficulté, ce sont les questions sur le fond que je me suis permis de poser :

1) Ils ont raconté que les horaires de mathématiques restaient stables avec la réforme. Je suis intervenu pour dire que dans les textes c'est vrai, mais sur le terrain c'est faux, puisqu'ils comparent les horaires planchers et que dans les faits, aucun collège ne pratique les horaires plancher, il y a donc une perte significative des heures d'enseignement en maths. J'ai parlé concrètement de notre collège qui perdra 13,5h de maths à la rentrée prochaine et j'ai invité tous les collègues présents à faire les mêmes calculs pour leur collège. (c'est rigolo, parce que j'en ai vu qui ont aussitot commencé à griffonner des calculs). La réponse des inspecteurs a été d'abord vaseuse, puis carrément mensongère : "Paris est une exception, toutes les autres académies sont aux horaires plancher!" => Grosse réaction de la salle. Des collègues criaient au mensonge. Je crois que les inspecteurs ont oublié que les profs dans leur grande majorité ont vu du pays…

2) Les inspecteurs ont expliqué que les EPI permettaient de donner du sens aux mathématiques. Ma question (un peu taquine) a été la suivante : "Voulez-vous dire par là que nous enseignons notre discipline sans lui donner de sens?". => Réponse gênée des inspecteurs : "heu..., nous n'avons pas voulu dire cela"

3) Leur leitmotiv a été :" les recherches prouvent que...". En fait, par cette formule rhétorique, ils nous ont expliqué que tout est bon dans cette réforme : "les recherches prouvent que l’interdisciplinarité c'est super, les recherches prouvent que l'hétérogénéité c'est génial, les recherches prouvent que, par nos méthodes, nous ennuyons les élèves, etc." Ma question a été la suivante : "quelles sont ces recherches ? Pouvez-vous nous donner les références? Qui les a faites? quand? sur quelle population? selon quel protocole?"  => réponse gênée des inspecteurs : "Ah,oui? tiens, c'est une bonne question, ça... en fait on sait pas et on vous mettra les références sur le site éduscol". Puis, j'ai ajouté que cette réforme était la continuité de celle du lycée. Et que les gens de terrain ne se préoccupent pas de savoir si la recherche trucmuche dit que c'est formidable, les gens qui ont les élèves en charge, prennent très vite la mesure des effets d'une réforme. J'ai expliqué que la réforme du collège était calquée sur celle du Lycée, et que certains font déjà le bilan de la réforme Chatel. J'ai alors lu un texte de la Société de Mathématique de France * (Elle a été fondée en 1872, par le grand mathématicien Michel Chasles et c'est l'une des plus anciennes société savante de mathématiciens au monde, donc une sacrée référence pour tout matheux qui se respecte !). Je te retranscris ici le texte que j'ai lu :
« Depuis la grande réforme des programmes de lycée mise en place en 2011, nous avons reçu aux rentrées 2013 et 2014 les premières cohortes d’étudiants parvenus dans l’enseignement supérieur. Par une baisse importante des horaires de mathématiques, et surtout, par la suppression progressive de la géométrie au profit d’un enseignement de la statistique et de l'informatique, cette réforme a modifié de façon sensible les exigences réelles en mathématiques à la sortie du lycée. Il a paru important à la Commission Enseignement de la SMF de faire un premier point qui se résume en trois lignes : les étudiants qui arrivent à l’université ou en classe préparatoire, semblent, pour une majorité d’entre eux :
- ne plus maîtriser le calcul numérique ou littéral ;
- avoir perdu le goût et la capacité de travailler chez eux ou en classe ;
- ignorer ce que sont les mathématiques.
Il est tentant de répliquer que ce constat n’est pas nouveau, mais cette fois, il semble que cela concerne même les meilleurs et les plus déterminés de nos étudiants.
La diminution des horaires et des programmes a entraîné de facto une diminution des connaissances des élèves. Les techniques de base de calcul et de raisonnement ne sont pas acquises. La faillite est totale : règle des signes, distributivité, somme de nombres rationnels, formules trigonométriques, radicaux, dérivées des fonctions simples... Mais, bien plus grave, les bases du raisonnement déductif ne sont pas posées.
En reportant à l’enseignement supérieur la confrontation avec les difficultés, en choisissant des thématiques proches du quotidien des jeunes – ou du moins imaginées telles – les programmes scientifiques du lycée depuis la réforme Chatel 2010 essaient de plaire. Si on souhaite réhabiliter le raisonnement et la recherche de problèmes, il est curieux de supprimer la partie des mathématiques qui, à ce niveau, permet de présenter et mettre en œuvre des démonstrations significatives et instructives. »

J'ai conclu en ajoutant : « La réforme du collège qui se prépare va encore beaucoup plus loin dans cet état d’esprit et donc dans la destruction de l'enseignement des mathématiques. »

=> applaudissements nourris de la salle. Les inspecteurs étaient assez déstabilisés et ne s'attendaient pas à cela. L'inspecteur général s'est énervé : "mais pourquoi vous applaudissez-tous!! Arrêtez ça tout de suite !!!", puis il a répondu de manière totalement vaseuse : " Mais vous ne nous apprenez rien!", " On connait bien la SMF, et d'ailleurs on travaille avec eux...", "nous ne voulons pas entrer dans des débats idéologiques", etc. Bref, j'ai été tellement surpris de la réaction hyper positive de la salle, et de l'embarras très visible des inspecteurs, que j'en ai oublié d'ajouter une question supplémentaire que j'avais en tête à ce moment là.

J'avais d'autres questions par la suite, mais les inspecteurs ont refusé de me donner le micro, puis ont décidé d'écourter la réunion et sont partis fâchés.

L'angle d'attaque sur le fond, sur les diminutions horaires, avec comme appui la réforme Chatel et les conséquences déjà mesurables sur le terrain est, je crois, bien plus porteur que les petites questions du type "mais comment qu'on va faire sans les manuels qu'on aura pas à la rentrée ?".

* le texte que j'ai lu est en réalité un extrait tiré d'un rapport de 4 pages de la SMF et j'y ai aussi ajouté une phrase venant d'un compte rendu de l’académie des sciences

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 2252222100 Laughing yesyes

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)
" Que les dissemblables soient réunis et de leurs différences jaillira la plus belle harmonie ; rien ne se fait sans lutte." Héraclite
blanche
blanche
Érudit

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par blanche Ven 15 Jan 2016 - 20:35
Merci pour ce témoignage que j'ai affiché dans la salle des profs de mon établissement.
Forster
Forster
Neoprof expérimenté

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Forster Ven 15 Jan 2016 - 20:44
Osmie a écrit:
Saoirse a écrit:Je sais que ça n'a rien à voir, mais je viens d'avoir une formation destinée aux doctorants qui enseignent à l'université.

L'objectif était de nous aider, en tant que futurs ou jeunes professeurs, à enseigner. J'ai appris que j'étais, avant tout, un "facilitateur d'enseignement, un animateur, un artisan, un technicien..." et qu'il fallait "donner du plaisir à nos élèves" tout en privilégiant des techniques innovantes et si possibles numériques (classes inversées, réseaux sociaux...)

Impossible pour moi de ne pas penser à ce qu'il se passe dans le secondaire! Evil or Very Mad

Wahouuu ! C'est autrement plus fun que pauvre ringard de professeur !

cafe

Ah tiens moi j'avais eu 'vous êtes un chef d'orchestre qui ne doit pas intervenir' (et qui devait aussi mettre en marche la machine molle du texte... je la cherche encore cette machine molle). Et le coup des téléphones, ça devient de plus en plus récurrent... surtout que certains collègues commencent à autoriser la prise du tableau en photo.
pamplemousses4
pamplemousses4
Expert

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par pamplemousses4 Ven 15 Jan 2016 - 21:00
Prof2maths, félicitations à toi !
avatar
InvitéeS3
Niveau 7

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par InvitéeS3 Ven 15 Jan 2016 - 22:31
RooMcfly a écrit:
Osmie a écrit:
Saoirse a écrit:Je sais que ça n'a rien à voir, mais je viens d'avoir une formation destinée aux doctorants qui enseignent à l'université.

L'objectif était de nous aider, en tant que futurs ou jeunes professeurs, à enseigner. J'ai appris que j'étais, avant tout, un "facilitateur d'enseignement, un animateur, un artisan, un technicien..." et qu'il fallait "donner du plaisir à nos élèves" tout en privilégiant des techniques innovantes et si possibles numériques (classes inversées, réseaux sociaux...)

Impossible pour moi de ne pas penser à ce qu'il se passe dans le secondaire! Evil or Very Mad

Wahouuu ! C'est autrement plus fun que pauvre ringard de professeur !

cafe

Ah tiens moi j'avais eu 'vous êtes un chef d'orchestre qui ne doit pas intervenir' (et qui devait aussi mettre en marche la machine molle du texte... je la cherche encore cette machine molle). Et le coup des téléphones, ça devient de plus en plus récurrent... surtout que certains collègues commencent à autoriser la prise du tableau en photo.

Un chef d'orchestre qui n'intervient pas ! :mdr3:
En gros, on ne sert à rien !

Par contre la machine molle, qu'est-ce qu'ils ont bien voulu dire par là ??
avatar
InvitéeS3
Niveau 7

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par InvitéeS3 Ven 15 Jan 2016 - 22:34
J'aurai adoré avoir le courage de Prof2maths ... et être aussi suivie par le reste de la salle. Une anecdote qui fait plaisir à entendre ! cheers
Ombredeloup
Ombredeloup
Niveau 7

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Ombredeloup Ven 15 Jan 2016 - 22:42
bravo !
Fesseur Pro
Fesseur Pro
Monarque

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Fesseur Pro Ven 15 Jan 2016 - 22:43
Mail du rectorat : En histoire-géographie, langues et arts, nous reporterons cette formation inter-degrés d'une demi-journée à la période septembre-octobre
Il faudrait songer à informer les recteurs de la date de la rentrée, en général début septembre.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
Wilde
Wilde
Niveau 8

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Wilde Ven 15 Jan 2016 - 22:46
Prof2maths, bravo veneration
ZeSandman
ZeSandman
Fidèle du forum

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par ZeSandman Ven 15 Jan 2016 - 22:59
Aujourd’hui dernière heure de formation à la réforme avant d’attaquer (beaucoup) plus tard les formations disciplinaires (trois journées tout de même, dont la dernière aura lieu après le brevet).

La matinée est consacrée à l’évaluation, l’après-midi à l’AP.
La bonne surprise est l’annonce de la venue d’un/une IPR au cours de la journée ; nos formateurs ne savent pas à quel moment son excellence viendra répondre à nos questions, ni dans quelle matière il/elle officie.

En fait le suspens sera de courte durée puisqu’à peine 30 minutes après le début du powerpoint (encore un) la personne en question débarque, se présentant comme un InspecteurAcadémiqueInspecteurPédagogiqueRégional d’allemand (je suis toujours sidéré par ce besoin de donner son titre de noblesse en entier, alors que SAR IPR suffirait, surtout entre initiés).

Je me dis qu’on va pouvoir entendre un discours certes officiel mais emprunt d’une certaine compassion étant donné le sort réservé à sa matière, même si l’Alsace est préservée grâce à la continuité entre primaire et secondaire.
La suite prouvera que je suis vraiment d’une naïveté atterrante.

Avant qu’il n’intervienne j’ai le temps d’apprendre qu’il existe pas moins de cinq types d’évaluation ; j’ai encore du mal à faire la différence entre évaluation formative et évaluation formatrice. Ça m’inquiète moi qui vais devoir différencier mon enseignement à longueur de temps devant des classes de 30 élèves. Comme Mara Goyet je me sens nul, mais nul !

Enfin il se propose de répondre à nos inquiétudes (sic) ; les profs de LV passent à la charge, dénonçant les pertes d’heures et donnant l’exemple d’un élève en cinquième cette année, bilangue depuis la sixième, et qui va se retrouver en quatrième avec des élèves qui commenceront seulement l’apprentissage de la langue. Il acquiesce mais ne répond rien à ce sujet.
En revanche sur les pertes d’heures, il affirme qu’il n’y en aura pas puisque la LV2 commence dès la cinquième maintenant, ce qui renforcera l’allemand notamment.
Tiens, j’ai déjà entendu ça… ah oui je me rends compte que cet inspecteur est un fidèle lecteur de Néo et qu’il a recopié mot à mot les éléments de langage fournis par laMiss (voir ici).

Beaucoup de collègues expriment leur désaccord, et quand enfin la parole m’est donnée (j’ai failli attraper une crampe à force de lever la main), je lui demande si dans ses calculs il n’a pas occulté la suppression des heures d’allemand suite aux conditions de continuité de la langue (autre que l’anglais) étudiée au primaire. Je rajoute que si effectivement aucune heure n’est perdue, je ne comprends pas la démarche de certains recteurs ou IPR qui depuis Novembre demandent par anticipation aux collègues d’allemand de se recycler vers d’autres matières ou encore d’aller compléter leur service en école primaire.

Il me répond qu’aller voir ce qui se passe en primaire n’est pas une mauvaise chose, non seulement pour l’allemand, mais aussi pour n’importe quel enseignant, puisque nos emplois du temps et notre présence dans les établissements nous permettent largement d’aller passer une heure de temps en temps dans les écoles.

Je lui fais un topo sur le fait que le temps n’est pas extensible, qu’une journée ne dure que 24 heures, que j’ai non seulement une vie de famille mais aussi des élèves dont je dois m’occuper cette année. Je lui fais remarquer qu’on nous demande d’investir beaucoup de temps avec cette réforme qui s’applique d’un coup d’un seul du CP à la troisième, sans pour autant revaloriser nos salaires à hauteur, bien au contraire.
Il me répond que le salaire n’est pas la question ici, d’autant plus que « vous n’êtes pas si mal lotis »…
Tout est dit dans cette phrase, qui suscite bien sûr l’indignation d’une grande partie des collègues présents et qui à mon sens résume bien tout le mépris de l’Institution à l’égard des enseignants.
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

Etant donnée sa réaction, j’ai bien peur que Léonardo DiCaprio, qui pensait que l’Oscar du meilleur acteur était déjà en poche après les Golden Globes, ait un peu de soucis à se faire car je lui ai trouvé un concurrent de dernière minute : « Ah bon, vous me l’apprenez ! » avec les yeux qui fuient en haut à gauche (si nous avions été en plein milieu d’une main de poker j’aurais fait tapis sans hésiter).
Il a eu un peu de mal à se dépêtrer de ses mots malheureux et nous ne l’entendrons plus par la suite ; pour tout dire je ne pourrais pas dire à quel moment il est ensuite parti.

L’après-midi n’apportera rien d’intéressant puisque nous avons été mis en groupes de travail autour de l’AP (décidément la caricature hilarante des formations donnée par Cripure en était-elle vraiment une ?).

Un point intriguant sur l’évaluation a été toutefois donné par cet IPR, en réponse à l’étonnement d’un collègue qui signalait qu’avec la réforme un même élève pourrait être évalué sur 20 dans une matière et par des compétences dans une autre. L’IPR a répondu que la réforme ne se mettrait pas complètement en place en une seule fois et que ce genre de situation ne serait que transitoire. L’utilisation de ce mot est pour moi franchement éloquente.

_________________
Ce sont les rêves qui donnent au monde sa forme.
pamplemousses4
pamplemousses4
Expert

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par pamplemousses4 Ven 15 Jan 2016 - 23:05
ZeSandman, merci de ce compte-rendu. Tu n'as pas manqué de courage ! veneration
avatar
InvitéeS3
Niveau 7

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par InvitéeS3 Ven 15 Jan 2016 - 23:12
ZeSandman veneration

Dans ces conditions là, je veux bien suivre ce genre de divertissement formation! Plus besoin d'aller voir un spectacle d'humoristes! Merci à l'EN de s'assurer que ni les élèves, ni les profs ne s'ennuient.


Dernière édition par Saoirse le Ven 15 Jan 2016 - 23:45, édité 1 fois
fanette
fanette
Fidèle du forum

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par fanette Ven 15 Jan 2016 - 23:15
ZeSandman a écrit:
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

yesyes yesyes yesyes

Un seul mot à dire : veneration
avatar
Bouboule
Doyen

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Bouboule Ven 15 Jan 2016 - 23:40
@prof2maths : quel était l'IG qui s'est dépacé ?
Lizdarcy
Lizdarcy
Fidèle du forum

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Lizdarcy Sam 16 Jan 2016 - 0:34
ZeSandman, chapeau bas! 💋
avatar
amalricu
Neoprof expérimenté

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par amalricu Sam 16 Jan 2016 - 6:28
fanette a écrit:
ZeSandman a écrit:
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

yesyes yesyes yesyes

Un seul mot à dire : veneration

Merci.

Des années au pain sec : une charge accrue de travail, un pouvoir d'achat déclinant. Et puis gober la réforme sous peine d'être traite de vieux debris magistral et le discours de la culpabilité...
ysabel
ysabel
Enchanteur

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par ysabel Sam 16 Jan 2016 - 9:12
fanette a écrit:
ZeSandman a écrit:
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

yesyes yesyes yesyes

Un seul mot à dire : veneration

Quel sens de la répartie !!
mille bravos. veneration

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Osmie
Osmie
Sage

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Osmie Sam 16 Jan 2016 - 9:18
ysabel a écrit:
fanette a écrit:
ZeSandman a écrit:
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

yesyes yesyes yesyes

Un seul mot à dire : veneration

Quel sens de la répartie !!
mille bravos. veneration

Very Happy

Ah, le passage sur nos EDT si légers qu'ils nous permettent d'aller voir ce qui se passe en primaire... Rolling Eyes
Adri
Adri
Grand Maître

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Adri Sam 16 Jan 2016 - 9:38
Peux-tu faire en sorte que ce compte-rendu circule largement (sites syndicaux, twitter, facebook, etc.) ? Il renferme tant de déclarations savoureuses, et quand on sait que ça vient d'un IPR d'allemand, c'est encore plus remarquable...

Daphné
Daphné
Demi-dieu

Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1 - Page 10 Empty Re: Témoignages sur la formation à la réforme du collège (recension) sujet 1

par Daphné Sam 16 Jan 2016 - 10:00
Osmie a écrit:
ysabel a écrit:
fanette a écrit:
ZeSandman a écrit:
Je lui rappelle que comme tout travailleur la question du salaire d’un prof, même si elle n’est souvent pas sa première motivation, reste essentielle en ces temps de crise, et que depuis six ans que mon point d’indice est gelé j’ai perdu 10% de pouvoir d’achat. Je me suis par contre réjoui pour lui que ses émoluments et diverses primes aient été revalorisés au BO du 1er Janvier.

yesyes yesyes yesyes

Un seul mot à dire : veneration

Quel sens de la répartie !!
mille bravos. veneration

Very Happy

Ah, le passage sur nos EDT si légers qu'ils nous permettent d'aller voir ce qui se passe en primaire... Rolling Eyes

Sans compter les PE qui ne seraient probablement pas ravis de nous avoir dans les pattes en permanence   Rolling Eyes
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum