Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:08
Mais qui a dit que les littéraires n'aimaient pas les sciences ???

Aristote, Descartes, Pascal, Leibniz ou même Einstein étaient-ils scientifiques ou philosophes ?

Plus récemment, pour ne citer que des personnes connues pour éviter de nommer sur un forum public d'autres personnes moins connues que j'ai côtoyées par dizaines pendant mes études (je peux juste me citer moi : je ne suis pas un génie, je ne suis pas célèbre, je ne suis même pas normalienne et pourtant j'ai cette idée folle d'être une littéraire qui était malheureuse en S et qui aime les sciences et a fait un double cursus parce que les sciences dans le supérieur, ça n'a pas grand chose à voir avec ce qu'on fait au lycée) :

- Anne Fagot-Largeault : philosophe (d'abord), et psychiatre, (ensuite) https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Fagot-Largeault
- Hourya Sinaceur : philosophe et mathématicienne https://fr.wikipedia.org/wiki/Hourya_Sinaceur
- Claude Debru : agrégé de philosophie, docteur ès Lettres et... membre de l'Académie française des sciences https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Debru

Mon directeur de maîtrise, mathématicien, d'abord, puis philosophe, fait maintenant des sciences cognitives. Pour diriger mon mémoire, il s'est fait seconder par une ancienne khâgneuse (voie A/L, donc purement littéraire au départ), titulaire d'un master de physique quantique, qui travaille maintenant en philosophie de la biologie et de sa thésarde, voie A/L également, après un an de maths sup - personne n'est parfait - également titulaire du master de physique quantique. Dans mon groupe de travail, il y avait un autre thésard, voie A/L lui aussi, qui lui a fait de la bio et puis il y avait un physicien, qui s'est réorienté vers la philo (oui parce que ça marche dans les deux sens, hein). Mon directeur de DEA, philosophe de formation, a lui aussi fait des études de physique sur le tard. Quasiment tous mes profs en DEA avaient un double cursus, le plus souvent en bio, mais aussi en maths, en physique ou en médecine (et dans ce dernier cas ils exercent au moins un peu avec de vrais patients, et pas seulement en psychiatrie). À la fac, pour préparer l'agreg, j'étais encadrée par un ancien B/L, après un bac ES, qui depuis a fait de l'immunologie à l'hôpital St Louis.

Tous ces gens, quel que soit leur cursus, sont d'abord et avant tout des littéraires (des philosophes, en l'occurrence), ce qui ne les empêche pourtant pas d'aimer les sciences, voire d'avoir commencé par là pour certains d'entre eux. C'est bien pour ça qu'on peut reprocher à l'actuelle filière L d'éliminer totalement les sciences, et c'est probablement ça qui la tue en tarissant le vivier, en particulier pour la philo, qui demande un esprit logique assez poussé. Pour ma part, en L, je n'avais pas de sciences (on ne pouvait pas appeler sciences les 1h30 hebdo totalement indigentes de physique/SVT) mais j'avais 6h de maths par semaine (2h pour ceux qui ne faisaient pas la spécialité).

Et franchement, le bac qu'on a passé, ça joue pour peanuts quand on arrive à ce niveau : après une khâgne on peut rattraper les programmes de maths et de physique de 1re et terminale en un mois. Je l'ai fait, à raison de 3h par jour. C'est pas compliqué, il suffit de faire tous les exos du bouquin, ce que ne fait quasiment jamais un élève de terminale, mais ce qui n'est pas grand chose quand on a l'habitude de s'enquiller 1000 pages de lectures parfois ardues toutes les semaines depuis deux ans.

Sinon Cynthia Fleury (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cynthia_Fleury) vient d'ouvrir une chaire de philosophie à l'Hôtel-Dieu...


Dernière édition par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:15, édité 3 fois
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:11
@A Tuin a écrit:Enfin des L qui sont devenues aides-soignantes, j'en connais un paquet. Déjà de mon époque, il y en a un certain nombre qui étaient devenues infirmières sou aides-soignantes.

Par contre un L qui passe la première année de médecine, là heu ... je vous demanderai ce que vous avez fumé avant de produire une telle supposition, il faut ne pas bien se rendre compte des réalités pour penser que cela puisse être : pour passer la première année, il faut surtout avoir plus de 17 de moyenne .., ce qui n'est pas gagné même pour un S qui a eu 15 de moyenne toute l'année de terminale. Du moins il y a quelques années, depuis cela a peut-être changé.
Chaque année, il y a quelques très rares bacheliers non S en médecine mais ils ont sont nombreux à échouer. On évoquait la possibilité de faire médecine après un bac L ou ES et une année de remise à niveau (ce que proposent certaines universités)

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:16
PS : Il faut quand même arrêter avec la P1 de médecine. Mon frère a fait médecine et au lycée il était moyen sans plus, comme la plupart de ceux qui ont fait médecine plutôt que prépa... j'étais bien meilleure que lui en sciences, sauf que lui n'était pas du tout littéraire alors pour lui la question ne se posait pas ! Ça ne l'a pas empêché de réussir ses études de médecine.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
PabloPE
PabloPE
Expert

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par PabloPE le Sam 09 Avr 2016, 16:21
@Laverdure a écrit:
Chaque année, il y a quelques très rares bacheliers non S en médecine mais ils ont sont nombreux à échouer. On évoquait la possibilité de faire médecine après un bac L ou ES et une année de remise à niveau (ce que proposent certaines universités)
Je me demande d'ailleurs combien de titulaires d'un BAC L tentent leur chance. Parce que bon on dit qu'il n'y en a pas qui réussissent mais il y a beaucoup de S qui se tolent aussi. Du coup si 2 candidats de L se sont présentés et ont échoué ça ne veut pas dire grand chose. Par contre si 10000 ont tenté et se sont vautrés là on peut discuter de leurs lacunes. Laughing

_________________
"Et moi qui
me croyais tranquille pour un bout de temps avec mon chat brun."
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:23
@lene75 a écrit:PS : Il faut quand même arrêter avec la P1 de médecine. Mon frère a fait médecine et au lycée il était moyen sans plus, comme la plupart de ceux qui ont fait médecine plutôt que prépa... j'étais bien meilleure que lui en sciences, sauf que lui n'était pas du tout littéraire alors pour lui la question ne se posait pas ! Ça ne l'a pas empêché de réussir ses études de médecine.
Précisément : s'il n'est pas nécessaire d'avoir 18/20 au bac (S) pour réussir ses études de médecine, on a quand même plus de chances de réussir quand a un bac S qu'avec un bac L, ES ou technologique (quoique je m'interroge pour des bacheliers STL :gratte: )

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:25
@PabloPE a écrit:
@Laverdure a écrit:
Chaque année, il y a quelques très rares bacheliers non S en médecine mais ils ont sont nombreux à échouer. On évoquait la possibilité de faire médecine après un bac L ou ES et une année de remise à niveau (ce que proposent certaines universités)
Je me demande d'ailleurs combien de titulaires d'un BAC L tentent leur chance. Parce que bon on dit qu'il n'y en a pas qui réussissent mais il y a beaucoup de S qui se tolent aussi.  Du coup si 2 candidats de L se sont présentés et ont échoué ça ne veut pas dire grand chose. Par contre si 10000 ont tenté et se sont vautrés là on peut discuter de leurs lacunes. Laughing
J'ai trouvé un début de réponse (un peu daté toutefois) : http://med.univ-tours.fr/formations/taux-de-reussite-en-fonction-du-bac-des-trois-derniers-concours-pcem1--61823.kjsp

EDIT : ça répond aussi à la question que je me posais juste au-dessus Razz

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
Jane
Jane
Monarque

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Jane le Sam 09 Avr 2016, 16:28
@lene75 a écrit:Mais qui a dit que les littéraires n'aimaient pas les sciences ???

Aristote, Descartes, Pascal, Leibniz ou même Einstein étaient-ils scientifiques ou philosophes ?

Plus récemment, pour ne citer que des personnes connues pour éviter de nommer sur un forum public d'autres personnes moins connues que j'ai côtoyées par dizaines pendant mes études (je peux juste me citer moi : je ne suis pas un génie, je ne suis pas célèbre, je ne suis même pas normalienne et pourtant j'ai cette idée folle d'être une littéraire qui était malheureuse en S et qui aime les sciences et a fait un double cursus parce que les sciences dans le supérieur, ça n'a pas grand chose à voir avec ce qu'on fait au lycée) :

- Anne Fagot-Largeault : philosophe (d'abord), et psychiatre, (ensuite) https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Fagot-Largeault
- Hourya Sinaceur : philosophe et mathématicienne https://fr.wikipedia.org/wiki/Hourya_Sinaceur
- Claude Debru : agrégé de philosophie, docteur ès Lettres et... membre de l'Académie française des sciences https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Debru

Mon directeur de maîtrise, mathématicien, d'abord, puis philosophe, fait maintenant des sciences cognitives. Pour diriger mon mémoire, il s'est fait seconder par une ancienne khâgneuse (voie A/L, donc purement littéraire au départ), titulaire d'un master de physique quantique, qui travaille maintenant en philosophie de la biologie et de sa thésarde, voie A/L également, après un an de maths sup - personne n'est parfait - également titulaire du master de physique quantique. Dans mon groupe de travail, il y avait un autre thésard, voie A/L lui aussi, qui lui a fait de la bio et puis il y avait un physicien, qui s'est réorienté vers la philo (oui parce que ça marche dans les deux sens, hein). Mon directeur de DEA, philosophe de formation, a lui aussi fait des études de physique sur le tard. Quasiment tous mes profs en DEA avaient un double cursus, le plus souvent en bio, mais aussi en maths, en physique ou en médecine (et dans ce dernier cas ils exercent au moins un peu avec de vrais patients, et pas seulement en psychiatrie). À la fac, pour préparer l'agreg, j'étais encadrée par un ancien B/L, après un bac ES, qui depuis a fait de l'immunologie à l'hôpital St Louis.

Tous ces gens, quel que soit leur cursus, sont d'abord et avant tout des littéraires (des philosophes, en l'occurrence), ce qui ne les empêche pourtant pas d'aimer les sciences, voire d'avoir commencé par là pour certains d'entre eux. C'est bien pour ça qu'on peut reprocher à l'actuelle filière L d'éliminer totalement les sciences, et c'est probablement ça qui la tue en tarissant le vivier, en particulier pour la philo, qui demande un esprit logique assez poussé. Pour ma part, en L, je n'avais pas de sciences (on ne pouvait pas appeler sciences les 1h30 hebdo totalement indigentes de physique/SVT) mais j'avais 6h de maths par semaine (2h pour ceux qui ne faisaient pas la spécialité).

Et franchement, le bac qu'on a passé, ça joue pour peanuts quand on arrive à ce niveau : après une khâgne on peut rattraper les programmes de maths et de physique de 1re et terminale en un mois. Je l'ai fait, à raison de 3h par jour. C'est pas compliqué, il suffit de faire tous les exos du bouquin, ce que ne fait quasiment jamais un élève de terminale, mais ce qui n'est pas grand chose quand on a l'habitude de s'enquiller 1000 pages de lectures parfois ardues toutes les semaines depuis deux ans.

Sinon Cynthia Fleury (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cynthia_Fleury) vient d'ouvrir une chaire de philosophie à l'Hôtel-Dieu...

En même temps, quand on est brillant, on est brillant...
C'est aussi le problème évoqué plus haut, celui du non-sens de vider les filières littéraires actuelles des maths et/ou des sciences. A mon époque, mêmes les A2 (LV) et A3 (arts) conservaient des maths jusqu'en Tle (même si le contenu n'était pas celui des filières scientifiques, évidemment !). Les L aujourd'hui, hormis les spé maths, ne font plus du tout de maths en 1re. Et plus du tout de sciences en Tle. En revanche, si nous n'avions plus de sciences (SVT ou physique), nous avions la possibilité de faire, en option facultative, bio ou physique (ce fut bio pour mon cas perso).

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
Olympias
Olympias
Prophète

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Olympias le Sam 09 Avr 2016, 16:28
La L c'est ma spécialité. Chaque année, j'ai une 1ère L et une TL (généralement je suis mes L sur deux ans). Alors, il y a de tout.
- des vrais littéraires bien à leur place et qui sont bons partout, qui auraient pu choisir ES ou S mais que les sciences n'intéressent pas.
- des élèves dont le point fort est les langues
- des élèves qui n'ont pas pu aller en ES/S ni voulu aller en STMG ou ST2S (orientation par défaut donc ...et ce n'est pas une franche réussite )
- des élèves attirés par les options artistiques : nous avons théâtre, arts plastiques et CIAV + le droit en TL .
Les moyennes sont très contrastées. Ça va de 4 à 17 de moyenne générale dans ma TL.
Les problèmes : manque de travail personnel, absentéisme (la terre s'arrête de tourner au moindre bobo), grosse difficulté à se décentrer, à comprendre que "non, le monde ne tourne pas autour de l'axe de mon nombril ", œuvres non lues eu littérature, mauvaise maîtrise de la langue (oui, un comble !).
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:35
@Olympias a écrit:La L c'est ma spécialité. Chaque année, j'ai une 1ère L et une TL (généralement je suis mes L sur deux ans). Alors, il y a de tout.
- des vrais littéraires bien à leur place et qui sont bons partout, qui auraient pu choisir ES ou S mais que les sciences n'intéressent pas.
- des élèves dont le point fort est les langues
- des élèves qui n'ont pas pu aller en ES/S ni voulu aller en STMG ou ST2S (orientation par défaut donc ...et ce n'est pas une franche réussite )
- des élèves attirés par les options artistiques : nous avons théâtre, arts plastiques et CIAV + le droit en TL .
Les moyennes sont très contrastées. Ça va de 4 à 17 de moyenne générale dans ma TL.
Les problèmes : manque de travail personnel, absentéisme (la terre s'arrête de tourner au moindre bobo), grosse difficulté à se décentrer, à comprendre que "non, le monde ne tourne pas autour de l'axe de mon nombril ", œuvres non lues eu littérature, mauvaise maîtrise de la langue (oui, un comble !).
Quand j'ai commencé, il y a 5 ans, j'ai eu l'occasion d'avoir des L en ECJS (j'avais une 1ES/L et je faisais l'ECJS pour le groupe des ES et pour le groupe des L) et je me souviens avoir été assez dérouté par ce type de profils dont j'ai eu l'impression qu'il était très spécifique aux L. Avec le recul et l'expérience, je me suis aperçu que les ES ont aussi un profil assez particulier Very Happy

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:36
@Jane a écrit:En même temps, quand on est brillant, on est brillant...

Bah oui mais c'est le problème de cette discussion depuis le départ : si on présuppose que les élèves qui sont en L sont mauvais, bah forcément on en conclura qu'ils ne sont bons à rien.
Parce que les élèves de S qui peuvent faire une hypokhâgne après leur bac S, je peux vous assurer que c'est pas les plus mauvais, hein.

(et soit dit en passant il n'est quand même pas nécessaire d'être brillant, je ne le suis pas, moi, mais il faut quand même reconnaître que le niveau du bac n'est franchement plus très élevé, raison pour laquelle il n'est pas bien difficile à rattraper pour un élève bon à moyen... encore une fois il ne s'agit pas de réorienter des élèves nuls partout)

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:40
@lene75 a écrit:
@Jane a écrit:En même temps, quand on est brillant, on est brillant...

Bah oui mais c'est le problème de cette discussion depuis le départ : si on présuppose que les élèves qui sont en L sont mauvais, bah forcément on en conclura qu'ils ne sont bons à rien.
Parce que les élèves de S qui peuvent faire une hypokhâgne après leur bac S, je peux vous assurer que c'est pas les plus mauvais, hein.

C'est en effet ce qu'on disait plus haut. Le problème c'est que statistiquement, on a plus de chances de trouver en L (ou en ES), d'anciens élèves de 2de moyens voire moins bons encore parce que les meilleurs vont en S. On a donc, potentiellement, des classes de ES ou de L (très) hétérogènes.

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
Jane
Jane
Monarque

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Jane le Sam 09 Avr 2016, 16:42
@lene75 a écrit:
@Jane a écrit:En même temps, quand on est brillant, on est brillant...

Bah oui mais c'est le problème de cette discussion depuis le départ : si on présuppose que les élèves qui sont en L sont mauvais, bah forcément on en conclura qu'ils ne sont bons à rien.
Parce que les élèves de S qui peuvent faire une hypokhâgne après leur bac S, je peux vous assurer que c'est pas les plus mauvais, hein.

(et soit dit en passant il n'est quand même pas nécessaire d'être brillant, je ne le suis pas, moi, mais il faut quand même reconnaître que le niveau du bac n'est franchement plus très élevé, raison pour laquelle il n'est pas bien difficile à rattraper pour un élève bon à moyen... encore une fois il ne s'agit pas de réorienter des élèves nuls partout)

Il y a de bons, voire très bons élèves littéraires Very Happy dont on sait qu'ils feront des S ou des ES déplorables
Spoiler:
(Fille Grande, excellent lycée, 19 en anglais, 17 en LV2 et en français, 16 en HG, 20 en arts, mais 3 en maths  affraid  et 7 en SES rentre-t-elle dans ce profil Laughing Laughing ?)

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:47
@Jane a écrit:
@lene75 a écrit:
@Jane a écrit:En même temps, quand on est brillant, on est brillant...

Bah oui mais c'est le problème de cette discussion depuis le départ : si on présuppose que les élèves qui sont en L sont mauvais, bah forcément on en conclura qu'ils ne sont bons à rien.
Parce que les élèves de S qui peuvent faire une hypokhâgne après leur bac S, je peux vous assurer que c'est pas les plus mauvais, hein.

(et soit dit en passant il n'est quand même pas nécessaire d'être brillant, je ne le suis pas, moi, mais il faut quand même reconnaître que le niveau du bac n'est franchement plus très élevé, raison pour laquelle il n'est pas bien difficile à rattraper pour un élève bon à moyen... encore une fois il ne s'agit pas de réorienter des élèves nuls partout)

Il y a de bons, voire très bons élèves littéraires Very Happy dont on sait qu'ils feront des S ou des ES déplorables
Spoiler:
(Fille Grande, excellent lycée, 19 en anglais, 17 en LV2 et en français, 16 en HG, 20 en arts, mais 3 en maths  affraid  et 7 en SES rentre-t-elle dans ce profil  Laughing  Laughing ?)
Vu son profil, si j'avais été son prof de SES, je ne lui en aurais pas voulu Very Happy

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:49
Bah oui mais c'est circulaire : on dissuade les meilleurs élèves de 2nde d'aller en L et ensuite on dit que la L ne mène à rien...
C'est ce qui se passe dans mon lycée, en tout cas : quand un bon élève demande à faire L, il est travaillé au corps pour qu'il change d'avis (par les profs de sciences et la direction) et quand vraiment il persiste, on (les profs de Lettres) lui conseille de faire L dans un autre lycée... et après on vient nous dire que notre classe de L est pourrie Rolling Eyes

Après comme on l'a dit, il n'y a pas que ça, il y a aussi un gros problème dans la réforme de la filière L qui l'a coulée (pour la revaloriser, paraît-il). J'ai eu mon bac en 2000, nous étions 35 dans ma classe de L, avec une très bonne tête de classe. Nos profs nous ont expliqué que nous étions les derniers et que la promo suivante serait à 18 à cause de la réforme (à l'époque je n'ai pas compris de quoi il retournait). Depuis la classe de L du lycée où j'étais a disparu...


Dernière édition par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:50, édité 1 fois

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Jane
Jane
Monarque

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Jane le Sam 09 Avr 2016, 16:50
@Laverdure a écrit:
@Jane a écrit:
@lene75 a écrit:
@Jane a écrit:En même temps, quand on est brillant, on est brillant...

Bah oui mais c'est le problème de cette discussion depuis le départ : si on présuppose que les élèves qui sont en L sont mauvais, bah forcément on en conclura qu'ils ne sont bons à rien.
Parce que les élèves de S qui peuvent faire une hypokhâgne après leur bac S, je peux vous assurer que c'est pas les plus mauvais, hein.

(et soit dit en passant il n'est quand même pas nécessaire d'être brillant, je ne le suis pas, moi, mais il faut quand même reconnaître que le niveau du bac n'est franchement plus très élevé, raison pour laquelle il n'est pas bien difficile à rattraper pour un élève bon à moyen... encore une fois il ne s'agit pas de réorienter des élèves nuls partout)

Il y a de bons, voire très bons élèves littéraires Very Happy dont on sait qu'ils feront des S ou des ES déplorables
Spoiler:
(Fille Grande, excellent lycée, 19 en anglais, 17 en LV2 et en français, 16 en HG, 20 en arts, mais 3 en maths  affraid  et 7 en SES rentre-t-elle dans ce profil  Laughing  Laughing ?)
Vu son profil, si j'avais été son prof de SES, je ne lui en aurais pas voulu Very Happy

Le sien lui en veut; il lui a dit à plusieurs reprises devant la classe affraid qu'elle était débile, qu'elle n'avait pas de QI et était dépourvue de culture générale. Heureusement, ça l'a fait gentiment sourire et elle s'est contentée de ne rien dire, parce qu'en plus, elle est bien élevée (normal, c'est ma fille Laughing Laughing )

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
Jane
Jane
Monarque

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Jane le Sam 09 Avr 2016, 16:52
@lene75 a écrit:Bah oui mais c'est circulaire : on dissuade les meilleurs élèves de 2nde d'aller en L et ensuite on dit que la L ne mène à rien...
C'est ce qui se passe dans mon lycée, en tout cas : quand un bon élève demande à faire L, il est travaillé au corps pour qu'il change d'avis (par les profs de sciences et la direction) et quand vraiment il persiste, on (les profs de Lettres) lui conseille de faire L dans un autre lycée... et après on vient nous dire que notre classe de L est pourrie Rolling Eyes

Après comme on l'a dit, il n'y a pas que ça, il y a aussi un gros problème dans la réforme de la filière L qui l'a coulée (pour la revaloriser, paraît-il). J'ai eu mon bac en 2000, nous étions 35 dans ma classe de L, avec une très bonne tête de classe. Nos profs nous ont expliqué que nous étions les derniers et que la promo suivante serait à 18 à cause de la réforme (à l'époque je n'ai pas compris de quoi il retournait). Depuis la classe de L du lycée où j'étais a disparu...

Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage No

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 16:53
Je veux bien te la prendre en L, Jane, je lui pardonnerai de ne pas être bonne en sciences (même pas économiques et sociales) Laughing

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 16:53
@lene75 a écrit:Bah oui mais c'est circulaire : on dissuade les meilleurs élèves de 2nde d'aller en L et ensuite on dit que la L ne mène à rien...
C'est ce qui se passe dans mon lycée, en tout cas : quand un bon élève demande à faire L, il est travaillé au corps pour qu'il change d'avis (par les profs de sciences et la direction) et quand vraiment il persiste, on (les profs de Lettres) lui conseille de faire L dans un autre lycée... et après on vient nous dire que notre classe de L est pourrie Rolling Eyes

Après comme on l'a dit, il n'y a pas que ça, il y a aussi un gros problème dans la réforme de la filière L qui l'a coulée (pour la revaloriser, paraît-il). J'ai eu mon bac en 2000, nous étions 35 dans ma classe de L, avec une très bonne tête de classe. Nos profs nous ont expliqué que nous étions les derniers et que la promo suivante serait à 18 à cause de la réforme (à l'époque je n'ai pas compris de quoi il retournait). Depuis la classe de L du lycée où j'étais a disparu...
HS : En dehors des lycées scientifiques ou techniques qui ne proposent que S et STI2D, il y a des lycées généraux qui ne proposent pas ES (c'est le cas de Louis Le Grand, qui a ouvert une STI2D récemment, a des S, des L mais pas de ES...)

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
wanax
wanax
Fidèle du forum

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par wanax le Sam 09 Avr 2016, 16:55
@lene75 a écrit:Mais qui a dit que les littéraires n'aimaient pas les sciences ???

Aristote, Descartes, Pascal, Leibniz ou même Einstein étaient-ils scientifiques ou philosophes ?

Plus récemment, pour ne citer que des personnes connues pour éviter de nommer sur un forum public d'autres personnes moins connues que j'ai côtoyées par dizaines pendant mes études (je peux juste me citer moi : je ne suis pas un génie, je ne suis pas célèbre, je ne suis même pas normalienne et pourtant j'ai cette idée folle d'être une littéraire qui était malheureuse en S et qui aime les sciences et a fait un double cursus parce que les sciences dans le supérieur, ça n'a pas grand chose à voir avec ce qu'on fait au lycée) :

- Anne Fagot-Largeault : philosophe (d'abord), et psychiatre, (ensuite) https://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Fagot-Largeault
- Hourya Sinaceur : philosophe et mathématicienne https://fr.wikipedia.org/wiki/Hourya_Sinaceur
- Claude Debru : agrégé de philosophie, docteur ès Lettres et... membre de l'Académie française des sciences https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Debru

Mon directeur de maîtrise, mathématicien, d'abord, puis philosophe, fait maintenant des sciences cognitives. Pour diriger mon mémoire, il s'est fait seconder par une ancienne khâgneuse (voie A/L, donc purement littéraire au départ), titulaire d'un master de physique quantique, qui travaille maintenant en philosophie de la biologie et de sa thésarde, voie A/L également, après un an de maths sup - personne n'est parfait - également titulaire du master de physique quantique. Dans mon groupe de travail, il y avait un autre thésard, voie A/L lui aussi, qui lui a fait de la bio et puis il y avait un physicien, qui s'est réorienté vers la philo (oui parce que ça marche dans les deux sens, hein). Mon directeur de DEA, philosophe de formation, a lui aussi fait des études de physique sur le tard. Quasiment tous mes profs en DEA avaient un double cursus, le plus souvent en bio, mais aussi en maths, en physique ou en médecine (et dans ce dernier cas ils exercent au moins un peu avec de vrais patients, et pas seulement en psychiatrie). À la fac, pour préparer l'agreg, j'étais encadrée par un ancien B/L, après un bac ES, qui depuis a fait de l'immunologie à l'hôpital St Louis.

Tous ces gens, quel que soit leur cursus, sont d'abord et avant tout des littéraires (des philosophes, en l'occurrence), ce qui ne les empêche pourtant pas d'aimer les sciences, voire d'avoir commencé par là pour certains d'entre eux. C'est bien pour ça qu'on peut reprocher à l'actuelle filière L d'éliminer totalement les sciences, et c'est probablement ça qui la tue en tarissant le vivier, en particulier pour la philo, qui demande un esprit logique assez poussé. Pour ma part, en L, je n'avais pas de sciences (on ne pouvait pas appeler sciences les 1h30 hebdo totalement indigentes de physique/SVT) mais j'avais 6h de maths par semaine (2h pour ceux qui ne faisaient pas la spécialité).

Et franchement, le bac qu'on a passé, ça joue pour peanuts quand on arrive à ce niveau : après une khâgne on peut rattraper les programmes de maths et de physique de 1re et terminale en un mois. Je l'ai fait, à raison de 3h par jour. C'est pas compliqué, il suffit de faire tous les exos du bouquin, ce que ne fait quasiment jamais un élève de terminale, mais ce qui n'est pas grand chose quand on a l'habitude de s'enquiller 1000 pages de lectures parfois ardues toutes les semaines depuis deux ans.

Sinon Cynthia Fleury (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cynthia_Fleury) vient d'ouvrir une chaire de philosophie à l'Hôtel-Dieu...
Pas très clair : un historien des mathématiques n'est pas un mathématicien, on peut douter du caractère scientifique de la psychanalyse, etc...
Il me semble que parmi les exemples cités l'on ait les parcours ( maths => philo ), mais je n'en vois aucun ( mal lu ? ) qui soit réellement ( littéraire => sciences exactes. )
Aucun.
( Et je ne suis pas sûr que les philosophes se considèrent comme des littéraires. )
Jane
Jane
Monarque

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Jane le Sam 09 Avr 2016, 16:55
@lene75 a écrit:Je veux bien te la prendre en L, Jane, je lui pardonnerai de ne pas être bonne en sciences (même pas économiques et sociales) Laughing

Ca risque de faire un peu loin, à moins qu'elle ne se lève à 2h du mat' pour être à l'heure Laughing Laughing Ceci étant, elle serait ravie de partir habiter à Paris Rolling Eyes

_________________
"Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume." (A. Camus)
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 17:06
@wanax a écrit:mais je n'en vois aucun ( mal lu ? ) qui soit réellement ( littéraire => sciences exactes. )
Aucun.
( Et je ne suis pas sûr que les philosophes se considèrent comme des littéraires. )

Ah oui, tu as mal lu (tu dois être scientifique Razz ) : la majorité des parcours que j'ai présentés sont dans le sens littéraire => sciences exactes, notamment la première, qui n'est pas psychanalyste mais psychiatre, psychiatre, c'est une spécialité médicale, pour information. J'ai aussi mis des parcours inverses pour être honnête et pour montrer qu'il est totalement absurde de dire qu'on ne peut pas être littéraire ET scientifique à la fois.

Évidemment, si les philosophes ne sont pas littéraires et si les psychiatres ne sont pas médecins, c'est sûr que ça limite.... enfin bon, je n'ai encore vu personne faire son cursus de philo dans une fac de sciences.

On peut toujours proposer de supprimer la philo en L (environ 1/3 de leur emploi du temps en terminale... coef 7...).

Non, ce qui est vrai, c'est que la philo n'est pas une matière purement littéraire, pas plus que l'HG ou les SES, qui sont des sciences humaines, mais alors il ne reste plus grand chose.
Mais bon, la physique quantique n'est pas une science très exacte non plus, hein, il suffit de demander à Einstein ce qu'il en pense, donc c'est vrai que les parcours khâgne A/L (pour info, la khâgne A/L, c'est la khâgne littéraire de chez littéraire, celle avec les langues anciennes) --> master de physique quantique ne peuvent pas être considérés comme des parcours littéraire => sciences exactes.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 17:27
@lene75 a écrit:
@wanax a écrit:mais je n'en vois aucun ( mal lu ? ) qui soit réellement ( littéraire => sciences exactes. )
Aucun.
( Et je ne suis pas sûr que les philosophes se considèrent comme des littéraires. )

Ah oui, tu as mal lu (tu dois être scientifique Razz ) : la majorité des parcours que j'ai présentés sont dans le sens littéraire => sciences exactes, notamment la première, qui n'est pas psychanalyste mais psychiatre, psychiatre, c'est une spécialité médicale, pour information. J'ai aussi mis des parcours inverses pour être honnête et pour montrer qu'il est totalement absurde de dire qu'on ne peut pas être littéraire ET scientifique à la fois.

Évidemment, si les philosophes ne sont pas littéraires et si les psychiatres ne sont pas médecins, c'est sûr que ça limite.... enfin bon, je n'ai encore vu personne faire son cursus de philo dans une fac de sciences.

On peut toujours proposer de supprimer la philo en L (environ 1/3 de leur emploi du temps en terminale... coef 7...).

Non, ce qui est vrai, c'est que la philo n'est pas une matière purement littéraire, pas plus que l'HG ou les SES, qui sont des sciences humaines, mais alors il ne reste plus grand chose.
Mais bon, la physique quantique n'est pas une science très exacte non plus, hein, il suffit de demander à Einstein ce qu'il en pense, donc c'est vrai que les parcours khâgne A/L (pour info, la khâgne A/L, c'est la khâgne littéraire de chez littéraire, celle avec les langues anciennes) --> master de physique quantique ne peuvent pas être considérés comme des parcours littéraire => sciences exactes.
+1
Si on voulait provoquer un peu, on pourrait dire qu'il faudrait forcer tous les élèves de seconde à faire un vrai choix à la fin de la seconde (et pas seulement les futurs L qui sont les seuls à avoir ce choix à faire à l'heure actuelle) : entre un parcours lettres et sciences humaines et sociales (L/ES) mais sans sciences (sauf éventuellement des maths) et un parcours purement scientifique mais sans lettres ni SHS (avec éventuellement des langues) Very Happy

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 17:29
Tout ça me fait penser, d'ailleurs, parce qu'il faut bien que quelqu'un mette les pieds dans le plat, que les 8h de philo effraient un certain nombre d'élèves qui envisagent de faire L et les font fuir, surtout avec les notes qu'on met Laughing  Mais qu'on s'entende bien, la raison pour laquelle ça les fait fuir n'est pas que les 8h de philo seraient rébarbatives en soi (beaucoup d'élèves de L aiment bien le cours, d'ailleurs), c'est parce qu'ils arrivent mal préparés. Du coup ils ont du mal, en philo, parce qu'ils ne savent plus faire une démonstration, parce qu'ils n'ont pas les bases de logique, etc. Ça devient de plus en plus vrai des élèves de S, qui me disent qu'ils ne font de démonstrations qu'en spé maths (vous confirmez, les profs de maths, ou ils me racontent des bobards ? heu ) et qui dont de grosses erreurs de logique, mais ça l'est encore plus de ceux de L, qui, encore une fois, ont été orientés en L par défaut, et qui n'ont donc même pas l'avantage sur les S de savoir un peu écrire en français et lire un texte un peu complexe.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
wanax
wanax
Fidèle du forum

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par wanax le Sam 09 Avr 2016, 17:33
notamment la première, qui n'est pas psychanalyste mais psychiatre
J'en doute fortement. Le dernier exemple que tu proposes, celui de Cinthya Fleury, est celui d'une psychanalyste.

Quant au fameux master de physique quantique, sans connaître la réalité des modules étudiés, je reste très suspicieux.
( Un module de vulgarisation des concepts de la physique quantique à destination de non-spécialistes, c'est une chose, être capable de calculer les valeurs propres d'une observable, c'en est une autre. )
Laverdure
Laverdure
Modérateur

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par Laverdure le Sam 09 Avr 2016, 17:34
@lene75 a écrit:Tout ça me fait penser, d'ailleurs, parce qu'il faut bien que quelqu'un mette les pieds dans le plat, que les 8h de philo effraient un certain nombre d'élèves qui envisagent de faire L et les font fuir, surtout avec les notes qu'on met Laughing
Alors, autant que ça soit le fait d'un collègue de philo Razz

@lene75 a écrit:Mais qu'on s'entende bien, la raison pour laquelle ça les fait fuir n'est pas que les 8h de philo seraient rébarbatives en soi (beaucoup d'élèves de L aiment bien le cours, d'ailleurs), c'est parce qu'ils arrivent mal préparés. Du coup ils ont du mal, en philo, parce qu'ils ne savent plus faire une démonstration, parce qu'ils n'ont pas les bases de logique, etc. Ça devient de plus en plus vrai des élèves de S, qui me disent qu'ils ne font de démonstrations qu'en spé maths (vous confirmez, les profs de maths, ou ils me racontent des bobards ? heu ) et qui dont de grosses erreurs de logique, mais ça l'est encore plus de ceux de L, qui, encore une fois, ont été orientés en L par défaut, et qui n'ont donc même pas l'avantage sur les S de savoir un peu écrire en français et lire un texte un peu complexe.
On pourrait en effet imaginer un certain rééquilibrage entre la philo et la littérature, non ? Comme par exemple, 6h de philo et 4h de Littérature ?

Spoiler:
On pourrait presque ouvrir un fil dédié à ça : quelle filière L/ES idéale ? (J'ai déjà une ou deux idées pour la ES)

_________________
La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 2320853811
lene75
lene75
Esprit sacré

La L : la "poubelle" des filières générales ? - Page 10 Empty Re: La L : la "poubelle" des filières générales ?

par lene75 le Sam 09 Avr 2016, 17:35
Ça me paraît être une option très raisonnable, Laverdure. J'hésite franchement entre la 1re solution qu'on avait évoquée : un seul bac général avec un tronc commun et des spécialisations, et ton idée, des filières très spécialisées. Mon profil personnel me fait pencher pour la 1re solution, mais en toute objectivité je ne suis pas absolument certaine que ce soit la meilleure.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum