Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Bardy
Je viens de m'inscrire !

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty L'omerta sur la souffrance au travail dans l'éducation nationale

par Bardy le Jeu 23 Jan 2020 - 17:36
Bonjour,
Un grand merci pour ce travail permettant de découvrir que les chiffres officiels cités en 2019 ne sont pas exceptionnels, qu'ils se répètent dans le plus grand silence depuis des dizinaes d'années dans la terrible indifférence de l'administration et du ministère. La violence institutionnelle qui s'exerce sur des personnels meurtris par l'indifférence qu'ils rencontrent ne pourra être combattue et abandonnée que si, comme à FranceTélécom, les personnels s'unissent pour la dénoncer. Lors des premiers suicides chez France Télécom, les collègues des victimes ont quitté leur bureau et se sont regroupés devant l'entrée du bâtiment.
Il faudrait d'urgence dégager les facteurs et les responsabilités afin que ce chiffre fatidique de plus de 60 décès dramatiques par an se voit réduit à néant.
Dans le procès en cours du patron de France télécom, les rédactions répètent en boucle, comme si c'était exceptionnel qu'il y a eu 35 suicides en 2 ans plus 6 en 5 semaines liés au travail.
Si le nombre donné par le ministre pour les enseignants est un nombre récurrent, depuis 1998, on pourrait recenser 1200 décès parmi les personnels de l'éducation nationale en 20 ans (60 x 20).
D'une part, un certain nombre d'entre eux sont dissimulés par la hiérarchie à la presse. Dans un cas connu, le chef risquait de voir sa prime diminuée si l'effectif de l'établissement continuait de baisser. Il jouait des petits jeux pervers en démolissant injustement les enseignants lorsqu'il recevait les parents pour masquer son incompétence à gérer des adolescents et des adultes. Lorsqu'il a été finalement sanctionné après 3 tentatives de suicides dont 2 décès non-médiatisés, ses successeurs ont mis 10 ans à redresser la situation.
Je tiens aussi à rappeler ce qui est arrivé à une jeune enseignante, mère de famille, qui avait alerté la chef sur des menaces de mort proférées par un de ses élèves. Cette dernière avait ri, en se moquant ouvertement d'elle, comme si elle affabulait. La professeure avait été attaquée au couteau le lendemain par l'élève, se retrouvant de longues semaines en réanimation. Le ministre ne s'était pas déplacé, alors qu'ils le font dans les autres administrations, la chef n'a pas été sanctionnée. A la fin de sa convalescence, la professeure avait été reçue par le ministre. Elle ne remettra plus jamais les pieds dans l'enseignement.

Dans les conditions favorisant l'omerta et le manque d'humanité des cadres administratifs, il y a l'éparpillement des établissements, ces petites unités où l'on souffre en silence mais aussi le manque de compétence des syndicats en matière de souffrance au travail.
J'ai entendu une élue évoquer le cas d'un prof d'atelier qui était martyrisé, frappé par les élèves. Nous étions en réunion. A aucun moment elle n'a interpellé l'assistance pour demander ce qu'on pouvait faire ou ce qu'on en pensait. Un signalement à la police pour violence, une enquête pour identifier les barbares, souvent des jeunes avec déjà un dossier bien chargé...
Dans un autre établissement, une prof sans problème récurrent de disicpline avait discuté d'une classe particulièrement ingérable avec ses collègue. Le principal lui avait proposé d'intervenir. Ses collègues l'avaient mise en garde en lui disant que c'était risqué, que cela pouvait se retourner contre elle. A qui se fier? A qui faire confiance?
Un troisième facteur jouant dans l'isolement des personnels, dans le risque de suicide, c'est du fait que dans le secondaire, les établissments sont classés. S'ils perdent des élèves du fait du vieillissement de la population ou de la présence de caïds signalés au procureur, ils sont rétrogradés dans la grille de classement. En conséquence, la prime du chef qui est liée au classement sera diminuée. Cela entraine pour un certain nombre de chefs une dissimulation des problèmes graves, un refus de faire les signalements pour trafics, violences, violences sexuelles, leurs auteurs pouvant contrôler la cour, les autres élèves par la violence toute l'année, n'étant renvoyé qu'à la mi-juin car ils n'entrent plus dans les statistiques de l'adadémie à cette date.
Voilà comment la moitié des chefs d'établissement ont laissé la violence s'installer dans des collèges, où il y a 25 ans, on pouvait encore travailler et être respecté, que l'on soit élève, surveillant, personnel de cantine ou professeur. Tout cela pour un prime et certains se disant "de gauche!!!".
Celadon
Celadon
Demi-dieu

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Celadon le Jeu 23 Jan 2020 - 17:44
Il y a 25 ans les primes jouaient un tel rôle chez le personnel administratif ?
Bardy
Bardy
Je viens de m'inscrire !

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Bardy le Jeu 23 Jan 2020 - 18:01
Bonjour,
J.M. BLanquer avait annoncé qu'il allait les supprimer, j'ignore si c'est effectif mais elles existent peut-être encore à cause du problème du recrutement. La prime, c'est la carotte...le doublement du salaire.
Suite à plusieurs tentatives de suicide dans un collège, la hiérarchie avait diligenté une inspection puis laissé le chef terminer sa période malgré une autre tentative. Par contre, ils l'ont muté dans un petit établissement en bas du classement, donc prime minimale, connu pour récupérer ceux qui ont été sanctionnés. Le chemin normal, c'est d'un établissment à un autre avec plus d'effectif.
henriette
henriette
Médiateur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par henriette le Sam 23 Mai 2020 - 14:22

Le directeur d'une école primaire de Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes) s'est suicidé dans son établissement. Il a été retrouvé samedi matin par les secours mort, pendu, a indiqué une source proche du dossier. Il était âgé de 64 ans et devait partir prochainement à la retraite, a déclaré à l'AFP le maire Joseph Segura, qui s'est déplacé sur les lieux.
Alpes-Maritimes : un directeur d'école se suicide dans son établissement
https://amp.lefigaro.fr/flash-actu/alpes-maritimes-un-directeur-d-ecole-se-suicide-dans-son-etablissement-20200523
Il laisse une épouse et deux enfants.
Like a Star @ heaven

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
trompettemarine
trompettemarine
Vénérable

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par trompettemarine le Sam 23 Mai 2020 - 14:28
Like a Star @ heaven
Toutes mes pensées à sa famille et ses proches.

Ça continue, et rien ne dit que cela va s'arrêter.
Rendash
Rendash
Enchanteur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Rendash le Sam 23 Mai 2020 - 14:53
«Il faisait l'unanimité, parmi ses collègues et les parents d'élèves, notamment pour son implication», a déclaré de son côté l'inspecteur d'académie de Nice, Michel-Jean Floc'h, également présent sur les lieux. «Il n'a jamais eu aucun arrêt maladie de sa carrière».

affraid

... là, on passe les bornes de l'indécence pour arriver dans l'innommable furieux



_________________
Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
Celadon
Celadon
Demi-dieu

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Celadon le Sam 23 Mai 2020 - 14:57
Ce n'est pas possible. Si près de la délivrance.
Enorme pensée à sa famille.
Like a Star @ heaven
piesco
piesco
Doyen

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par piesco le Sam 23 Mai 2020 - 15:01
En effet, ce cher inspecteur a perdu l'occasion de se taire.

64 ans, aux portes de la retraite...
Pauvre famille.
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Verdurette le Sam 23 Mai 2020 - 15:44
Like a Star @ heaven
Cicyle
Cicyle
Vénérable

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Cicyle le Sam 23 Mai 2020 - 15:48
C'était prévisible, qu'il y aurait d'autres Christine Renon, par les temps qui courent…
Pensées à ses proches.
Like a Star @ heaven
Jenny
Jenny
Modérateur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Jenny le Sam 23 Mai 2020 - 16:09
Des pensées à ses proches. fleurs2
J’ai un pincement au cœur à chaque fois que je vois remonter ce fil...
EdithW
EdithW
Habitué du forum

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par EdithW le Sam 23 Mai 2020 - 17:18
@Bardy a écrit:Bonjour,
Un grand merci pour ce travail permettant de découvrir que les chiffres officiels cités en 2019 ne sont pas exceptionnels, qu'ils se répètent dans le plus grand silence depuis des dizinaes d'années dans la terrible indifférence de l'administration et du ministère. La violence institutionnelle qui s'exerce sur des personnels meurtris par l'indifférence qu'ils rencontrent ne pourra être combattue et abandonnée que si, comme à FranceTélécom, les personnels s'unissent pour la dénoncer. Lors des premiers suicides chez France Télécom, les collègues des victimes ont quitté leur bureau et se sont regroupés devant l'entrée du bâtiment.
Il faudrait d'urgence dégager les facteurs et les responsabilités afin que ce chiffre fatidique de plus de 60 décès dramatiques par an se voit réduit à néant.
Dans le procès en cours du patron de France télécom, les rédactions répètent en boucle, comme si c'était exceptionnel qu'il y a eu 35 suicides en 2 ans plus 6 en 5 semaines liés au travail.
Si le nombre donné par le ministre pour les enseignants est un nombre récurrent, depuis 1998, on pourrait recenser 1200 décès parmi les personnels de l'éducation nationale en 20 ans (60 x 20).
D'une part, un certain nombre d'entre eux sont dissimulés par la hiérarchie à la presse. Dans un cas connu, le chef risquait de voir sa prime diminuée si l'effectif de l'établissement continuait de baisser. Il jouait des petits jeux pervers en démolissant injustement les enseignants lorsqu'il recevait les parents pour masquer son incompétence à gérer des adolescents et des adultes. Lorsqu'il a été finalement sanctionné après 3 tentatives de suicides dont 2 décès non-médiatisés, ses successeurs ont mis 10 ans à redresser la situation.
Je tiens aussi à rappeler ce qui est arrivé à une jeune enseignante, mère de famille, qui avait alerté la chef sur des menaces de mort proférées par un de ses élèves. Cette dernière avait ri, en se moquant ouvertement d'elle, comme si elle affabulait. La professeure avait été attaquée au couteau le lendemain par l'élève, se retrouvant de longues semaines en réanimation. Le ministre ne s'était pas déplacé, alors qu'ils le font dans les autres administrations, la chef n'a pas été sanctionnée. A la fin de sa convalescence, la professeure avait été reçue par le ministre. Elle ne remettra plus jamais les pieds dans l'enseignement.

Dans les conditions favorisant l'omerta et le manque d'humanité des cadres administratifs, il y a l'éparpillement des établissements, ces petites unités où l'on souffre en silence mais aussi le manque de compétence des syndicats en matière de souffrance au travail.
J'ai entendu une élue évoquer le cas d'un prof d'atelier qui était martyrisé, frappé par les élèves. Nous étions en réunion. A aucun moment elle n'a interpellé l'assistance pour demander ce qu'on pouvait faire ou ce qu'on en pensait. Un signalement à la police pour violence, une enquête pour identifier les barbares, souvent des jeunes avec déjà un dossier bien chargé...
Dans un autre établissement, une prof sans problème récurrent de disicpline avait discuté d'une classe particulièrement ingérable avec ses collègue. Le principal lui avait proposé d'intervenir. Ses collègues l'avaient mise en garde en lui disant que c'était risqué, que cela pouvait se retourner contre elle. A qui se fier? A qui faire confiance?
Un troisième facteur jouant dans l'isolement des personnels, dans le risque de suicide, c'est du fait que dans le secondaire, les établissments sont classés. S'ils perdent des élèves du fait du vieillissement de la population ou de la présence de caïds signalés au procureur, ils sont rétrogradés dans la grille de classement. En conséquence, la prime du chef qui est liée au classement sera diminuée. Cela entraine pour un certain nombre de chefs une dissimulation des problèmes graves, un refus de faire les signalements pour trafics, violences, violences sexuelles, leurs auteurs pouvant contrôler la cour, les autres élèves par la violence toute l'année, n'étant renvoyé qu'à la mi-juin car ils n'entrent plus dans les statistiques de l'académie à cette date.
Voilà comment la moitié des chefs d'établissement ont laissé la violence s'installer dans des collèges, où il y a 25 ans, on pouvait encore travailler et être respecté, que l'on soit élève, surveillant, personnel de cantine ou professeur. Tout cela pour un prime et certains se disant "de gauche!!!".

Collègue chevronné mais fragilisé par un déménagement et un nouvel établissement, dans un coin choisi mais totalement inconnu (ruralité très pauvre et renfermée sur soi...). Il a eu le plus grand mal à se faire à ses nouvelles conditions, on lui a collé les pires classes  (on vous a mis les 4è, vous verrez, ils sont sympa, les collègues se battaient presque pour les avoir...), sans préciser qu'il aurait des filles qui mettent des photos porno d'elles sur FB, des garçons qui arrivent bourrés au pastis, et que le chef leur tapoterait sur l'épaule en disant "c'est pas bien", sans jamais prendre une vraie sanction contre quiconque. Il était seul à enseigner sa matière dans le niveau, donc aucun moyen d'échanger avec ses collègues, tous locaux et bien implantés (tutoyant les parents d'élèves avec qui ils étaient en classe). Il a frôlé le burn out et la dépression, s'en est ouvert à son CE... qui lui a dit le soutenir et l'a ensuite mis "à consolider" dans son avis (après 17 ans de carrière impeccable, passage du 9è au 10è échelon je crois). Il a survécu, ça va mieux, mais sa famille a craint tous les jours pendant six mois qu'il ne fasse une embardée (volontaire) et se flanque dans le décor sur son long trajet. Et il se sait encore très fragile... Le coup des primes est bien connu, moi qui siège en CA des collège et lycée de mes enfants, je vois bien les CE qui sont encore soumis à cette pression là... et ceux qui mettent leur conscience pro au dessus. C'est très rapide à voir! Une commission éducative ou un conseil de discipline suffisent, parfois juste un ou deux conseils de classe de même que les refontes de règlement intérieur. Un CE qui est "en partance" se laisse souvent "acheter" pour obtenir le poste convoité (dans mon expérience, je ne généralise pas...).
Lédissé
Lédissé
Empereur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Lédissé le Sam 23 Mai 2020 - 18:51
@Jenny a écrit:J’ai un pincement au cœur à chaque fois que je vois remonter ce fil...
Idem. Encore...
Quelle tristesse, et si près de la retraite... Like a Star @ heaven

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer...Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Vieille etc._  Smile
Condorcet
Condorcet
Oracle

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Condorcet le Sam 23 Mai 2020 - 19:09
De grosses pensées à la famille et à ses collègues Sad

_________________
"L'esprit même du château fort, c'est le pont-levis" (René Char).
Lisak40
Lisak40
Niveau 8

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Lisak40 le Dim 24 Mai 2020 - 11:06
Une de mes amies l'a eu comme maître de stage, quand elle voulait elle-même devenir PE (enfin je crois), elle est hyper choquée, moi aussi... Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 2950807625
avatar
Mallia
Niveau 1

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Mallia le Dim 24 Mai 2020 - 12:48
Like a Star @ heaven
avatar
Agrippina furiosa
Fidèle du forum

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Agrippina furiosa le Dim 24 Mai 2020 - 14:26
Et encore un ... pauvre homme !
Sikelia
Sikelia
Niveau 10

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Sikelia le Dim 24 Mai 2020 - 16:06
@Rendash a écrit:
«Il faisait l'unanimité, parmi ses collègues et les parents d'élèves, notamment pour son implication», a déclaré de son côté l'inspecteur d'académie de Nice, Michel-Jean Floc'h, également présent sur les lieux. «Il n'a jamais eu aucun arrêt maladie de sa carrière».

affraid

... là, on passe les bornes de l'indécence pour arriver dans l'innommable  furieux



Comment peut-on écrire une horreur pareille ? furieux furieux furieux  Pour cet inspecteur les personnels qui auraient eu le malheur d'être malades seraient-ils donc de moins bons travailleurs ? De plus, cette remarque déplacée fait penser que le type n'est pas gêné d'aller ou d'envoyer quelqu'un fouiller dans les dossiers administratifs pour tirer des informations sur l'assiduité d'Untel... Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 1767332709 Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 1767332709 Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 1767332709

_________________
sunny Sikelia

Numquam est tam male Siculis, quin aliquid facete et commode dicant

(Marco Tullio Cicerone, Verrine, Actio Secundae - Liber Quartus - De praetura siciliensi)
VinZT
VinZT
Grand sage

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par VinZT le Lun 25 Mai 2020 - 19:17
Marie-Estelle Pech, spécialiste éducation & humanisme, au Figaro :

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Captur24

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
menerve
menerve
Prophète

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par menerve le Mar 26 Mai 2020 - 7:56
Ben voyons... C'est une honte. A chaque fois qu'un enseignant met fin à ses jours c'est à cause de problèmes externes.... Et mal vécu son départ à la retraite sachant qu'on peut continuer jusque 65 ou 66 ans si on veut... C'est du foutage de gueule.
henriette
henriette
Médiateur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par henriette le Ven 12 Juin 2020 - 23:48
Un suicide qui remonte à août 2015 : Mario Guerinoni, CPE, s'est pendu.
Le procès de la CDE, pour harcèlement moral, se tient en ce moment.


Le jour de son suicide, le 10 août 2015, Mario Guerinoni avait confié à son fils Geoffroy qu'il ne voulait pas retourner travailler au collège, pour ne pas revoir « ce monstre ». Le procureur dénonce « des faits d'une extrême gravité qui ont eu une issue dramatique. Les dégradations des conditions de travail de Monsieur Guerinoni sont directement en lien avec son geste. Les propos dénigrants répétés sont établis et les faits de harcèlement moral démontrés », martèle le magistrat qui requiert 8 mois de prison avec sursis contre l'ex-principale.

Pour l'avocat d'Isabelle Maisonneuve, Maître Erick Zenou, « les faits ne sont pas constitués. Il n'y a pas de harcèlement. Madame Maisonneuve n'a fait que son travail. Avec peut-être des maladresses de forme. Mais rien de plus. Je demande donc la relaxe de ma cliente. » Le jugement sera rendu le 10 juillet prochain.
L'article est ici : https://www.leparisien.fr/amp/faits-divers/je-ne-suis-pas-un-tyran-se-defend-l-ex-principale-d-un-college-jugee-apres-le-suicide-d-un-cpe-12-06-2020-8334636.php

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
Rendash
Rendash
Enchanteur

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Rendash le Sam 13 Juin 2020 - 6:57
Sans vouloir préjuger de la culpabilité des uns ou des autres, déjà, quand je lis ça :

Il fallait recadrer ces gens, faire évoluer les pratiques, changer les choses

... un voyant rouge clignote sous mes bois.

_________________
Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
roxanne
roxanne
Prophète

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par roxanne le Sam 13 Juin 2020 - 7:02
Et elle est en poste quelque part encore cette dame?
Celadon
Celadon
Demi-dieu

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Celadon le Sam 13 Juin 2020 - 7:02
On nage en plein France Télécom, là. Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 4161987430
Et 8 mois avec sursis... elle peut tranquillou continuer dans cette ligne. Ecoeurant.
roxanne
roxanne
Prophète

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par roxanne le Sam 13 Juin 2020 - 7:06
C’est une condamnation pénale quand même. Je ne sais pas si on peut continuer à travailler dans la fonction publique derrière.
Charlyne
Charlyne
Niveau 3

Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007 - Page 15 Empty Re: Suicides dans l'Éducation Nationale -- une recension depuis 2007

par Charlyne le Sam 13 Juin 2020 - 7:08
La présidente revient à la charge : « Plusieurs témoins ont dit que vous vous en êtes pris directement à Monsieur Guerinoni en lui criant dessus, notamment devant sa propre fille qui était élève au collège. » 

Très bon management et un sens exceptionnel de la pédagogie....une petite caporale à bouts de nerfs plutôt.

J'espère au moins qu'elle est plombée dans sa carrière.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum