Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User23080
Niveau 3

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par User23080 Dim 6 Jan - 20:54
Madame_Prof a écrit:Oui, effectivement, le RC est possible si le conjoint est au chômage.
Rien que cette phrase montre l'aspect abusif des RC dans l'éducation Nationale...
Je précise "dans l'éducation nationale" parce que dans une autre administration que j'ai bien connue le RC n'était qu'un bonus : en gros à ancienneté et compétence plus ou moins équivalente, celui avec RC est préféré mais jamais on ne verrait un gars avec 10 ans d'ancienneté (et qui postule sur le poste depuis 10 ans) se faire griller par un stagiaire comme dans l'EN.

Certains couples profitent du système pour obtenir la région qu'ils souhaitent et non pas (seulement) un RC. Le RC serait légitime si les couples étaient sincères mais ils ne le sont pas et eux aussi ont le droit à élaborer la stratégie qui est la meilleure pour eux, méprisant totalement l'exil forcé des célibataires potentiellement difficile à supporter (déracinement, éloignement et solitude des parents âgés, etc.).
Dans le système de mutation, les profs sont en concurrence et c'est la dictature de l'égoïsme. C'est humain et peu critiquable puisque l'administration pousse à ce genre de comportement.
Ce qui est plutôt choquant c'est que les couples trouvent légitimes d'être autant favorisés et que les célibataires n'ont qu'un seul droit : celui de la fermer. Et bien non tous les arguments sont recevables et chacun voit son intérêt. Pourquoi le fait qu'une collègue ait épousée un (sous-)préfet devrait avoir un impact sur MA vie? Parce qu'au final, c'est bien ça : la vie privé des collègues a un impact sur la vie d'autres profs.

Je pense qu'à court terme, les couples se gavent en points de mut' mais à long terme j'en suis moins sûr.
1) Ce différentiel de points très élevé couples/célib' pousse les jeunes à ne plus passer le concours (je pense que le salaire n'ait pas le seul repoussoir, l'assurance d'être dans un coin où personne ne veut aller pendant plusieurs années voir dans certaines matières l'assurance de ne jamais pouvoir revenir dans son académie pousse de jeunes étudiants à choisir une autre voie professionnelle).
2) Que les célibataires, n'ayant plus rien à perdre, seront sûrement favorables à ce que ce soit les CDE qui embauchent les profs. Quand tu es sûr à 100% de passer derrière les couples et bien même si l'embauche à la tronche du client est un système qui te sort par les yeux, tu finis par te dire pourquoi pas? La situation ne peut pas être pire! (quand tu crèves de faim en démocratie, tu finis par te dire que la dictature ....).
3) Quand il n'y aura plus de célibataires dans l'EN et donc plus personne pour aller dans les coins pourris, ce sera les couples sans enfants, puis les couples avec 1 enfant, 2 enfants, .... qui seront envoyés à 600 km de leur famille pendant 5-10 ans parce qu'ils passeront derrière les couples avec 3, 4, 5 enfants....

Il faut parfois un peu partager ses privilèges pour laisser aux miséreux des points de mut' l'espoir qu'un jour la vie sera meilleure. S'ils n'ont plus d'espoir, les pauvres trahiront en négociant avec l'administration un système bien pire où tout le monde perdra (cf dilemme du prisonnier).
scot69
scot69
Modérateur

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par scot69 Dim 6 Jan - 21:10
Une amie PE m'avait raconté qu'une année, tous ceux qui avaient demandé leur mutation étaient conviés à une sorte de réunion dans une grande salle. Les gens étaient appelés un par un, par ordre de priorité, puis énonçaient leur choix de poste dans la liste qui était donnée. Chacun barrait alors au fur et à mesure, avec les gros soupirs qui s'en suivaient. (si j'ai bien compris). Cela donnait lieu à des altercations parfois poétiques entre les collègues...!

Sinon, quand j'étais MA, donc recruté directement par les CDE, le fait de ne pas avoir d'enfants a souvent joué en ma faveur pour l'obtention d'un poste...
avatar
User23080
Niveau 3

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par User23080 Dim 6 Jan - 21:17
Elaïna a écrit:Bonjour le cliché.
Je vous assure, y'a des gens heureux dans les académies franciliennes. Et pas seulement des REP.
C'est une région où peu de personnes veulent aller. Sinon les barres de créteil serait au niveau de celle de Rennes. C'est peut-être un cliché, peut-être pas. J'ai bossé en région parisienne dont je ne suis pas originaire et j'exècre cette région de chacun des pores de ma peau. Donc certains aiment la RP, d'autres n'aiment pas. Il y a plein d'avantages que je reconnais à la RP, pleins d'inconvénients aussi. Pour moi l'un des critères objectif contre la RP, c'est le coût de la vie et notamment celui du loyer.

Untitled a écrit:Bref, comme je l'ai dit plus haut, c'est une hypothèse que je n'exclue pas, mais la perspective ne m'enchante pas spécialement. Parce que, tout simplement, ce n'est pas dans cette région que j'ai envie de poser mes valises. Et qu'à 31 ans, je commence vraiment à avoir envie de les poser, pour plein de raisons.
Je ne sais pas si j'ai tout suivi mais s'il y a plusieurs académies qui te tentent, lorgne aussi les barres de l'intra. Exemple si tu vises l'académie de Bordeaux pour vivre à Bordeaux mais que tu ne veux pas du tout être en Dordogne, tu risques d'avoir une surprise. Il faut que tu saches si tu préfère les grandes villes ou le rural.

Untitled a écrit:Bref, ce qui est intéressant, c'est de voir qu'au final, à moins d'être dans une configuration "prof + conjoint salarié", peu d'entre nous sont réellement satisfaits de ce système. Merci à tous pour vos retours en tous cas.
Je pense qu'il est insatisfaisant pour tout le monde sauf les mariés avec 10 gosses. Le couple sans enfant est éloigné de 100 km. Celui avec un ou deux enfants de 60 km, celui avec 3 de 30-40 km. Je caricature légèrement.
Mais dans certaines académies et certaines matières, les couples avec enfants sont en concurrence entre eux ce qui entrainent des drames. Donc je pense que le système est toujours plus ou moins frustrant pour tout le monde à un moment donné.
avatar
User23080
Niveau 3

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par User23080 Dim 6 Jan - 21:21
scot69 a écrit:Sinon, quand j'étais MA, donc recruté directement par les CDE, le fait de ne pas avoir d'enfants a souvent joué en ma faveur pour l'obtention d'un poste...
D'où l'intérêt des celib pour le recrutement par les CDE. Le problème c'est qu'on brise l'unité (toute relative) des profs et que les celib y gagnerait à court terme mais à long terme ils seraient surement perdants.
Je pense que les célib' accepteraient de galérer 2-3 ans de plus que les couples mais la différence de points est telle que je pense que pas mal de célib' militeraient pour un recrutement par les CDE pour éviter de galérer 10 ans.
avatar
Enaeco
Grand sage

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Enaeco Dim 6 Jan - 21:29
Randoschtroumf a écrit:
Inverser les rôles ?
Est-ce de la mauvaise foi, ou juste de l'incapacité à comprendre que certaines professions imposent des mutations régulières, de l'incapacité à admettre que sa vie n'est pas représentative de celle des autres?

Cette situation ne concerne pas le néo titulaire mais bien des couples dont l'un des membres est muté un certain nombre de fois dans sa carrière. La palme revient, je pense, à la préfectorale.
Le conjoint n'a donc, tous les 2,3,4,5 ans, que le choix entre célibat géographique, disponibilité ou rapprochement de conjoint.

Certainement, certains profitent des points de rapprochement de conjoint pour rejoindre la région désirée. Cela ne signifie pas que ce cas soit systématique.

C'est justement de ça que je parle !

Je veux bien concevoir que certaines professions sont sujettes à une mobilité forcée et régulière (et franchement, je souhaite bien du courage à ceux qui subissent cette situation) mais ce n'est certainement pas la majorité des professions.
Très franchement, ça représente quelle part de la population ?

On peut aussi rajouter que notre métier nous donne aussi la chance de pouvoir bouger même si c'est parfois compliqué. Pour les autres, c'est la case chômage en espérant trouver un poste ailleurs.

Bref, on ne se mettra pas d'accord (sans stats).
Tu continueras de penser que la majorité des mutations pour RC se font suite à des mutations forcées du conjoint aux 4 coins de la France et je continuerai de penser que la majorité des mutations pour RC se font vers l'académie où le conjoint travaille.
Untitled
Untitled
Niveau 6

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled Dim 6 Jan - 21:52
Bolas a écrit:les célibataires, n'ayant plus rien à perdre, seront sûrement favorables à ce que ce soit les CDE qui embauchent les profs. Quand tu es sûr à 100% de passer derrière les couples et bien même si l'embauche à la tronche du client est un système qui te sort par les yeux, tu finis par te dire pourquoi pas? La situation ne peut pas être pire! (quand tu crèves de faim en démocratie, tu finis par te dire que la dictature ....)

Totalement d'accord. J'en arrive à me dire que ça serait pas si mal, d'autant plus que j'ai toujours eu de la chance avec les recrutements dans le privé ! Et honnêtement, je n'aurais jamais pensé dire une chose pareille il y a 4 ans...

Bolas a écrit:Je pense que les célib' accepteraient de galérer 2-3 ans de plus que les couples mais la différence de points est telle que je pense que pas mal de célib' militeraient pour un recrutement par les CDE pour éviter de galérer 10 ans.

Merci infiniment de recentrer le débat. L'objet de mon post était effectivement de pointer l'énormité de la disproportion qui existe entre profs célibataires et profs en couples ! Me faire passer devant par un couple pendant 4-5 ans ? Logique. Mais imaginer devoir attendre 30 ans avant de vivre là où j'ai envie de vivre, c'est une autre affaire...
aurejujualex
aurejujualex
Niveau 5

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par aurejujualex Dim 6 Jan - 22:03
Madame_Prof a écrit:

Tu dis qu'il a autant de points qu'un célibataire "malgré vos enfants", je demande donc pourquoi il devrait en être autrement.

Je fais juste remarquer que, comme dans de nombreux cas, tu souhaites à la fois être avec ton conjoint et être dans ta région d'origine, ce qui est tout à fait naturel, mais ce qui ne laisse aucune chance aux "vrais" célibataires de rejoindre leur région d'origine. Là, vous allez être séparés un an, et tu auras ton RC avec séparation pour le rejoindre. Par ailleurs, du point de vue de ton conjoint, 2015-2019, ça fait 4 ans d'exil. Dans certaines matières, et pour certaines académies d'origine, c'est plutôt 15 ans (ou plus) qu'il faut attendre. Je ne vois le mal nulle part, j'essaye juste de voir le positif dans ta situation, dans le fait que tu aies une certaine marge de manoeuvre quand même.

De la même façon, certains, en situation de séparation depuis plusieurs années (car bonifications familiales insuffisantes dans leur matière), auront du mal à comprendre que vous vous imposiez une séparation, pour ensuite bénéficier des bonifications familiales. Alors, qu'au départ, vous n'êtes pas séparés.

Ton conjoint a passé 4 ans en exil car il a les points d'un célibataire sans bonifications familiales, mais toi tu reviendras chez toi à la fin de ton année de néo-titulaire grâce aux bonifications familiales. Alors, pour ou contre le RC ?

Je ne dis pas que tu ne souffres pas de ton exil, ni que tu n'as pas le droit de râler ou d'être désespérée. Je commente ton cas, car il est croncrêt, et que c'est l'objet du fil.

Et, parce qu'on mélange trop "rapprochement de conjoint" et "rapprochement de la région d'origine". Le premier n'est pas censé être au service du 2nd. Mais, il l'est devenu...

Quant aux messages du ministère, il ne faut pas espérer mieux quand on voit comment nous sommes traités...

Ah non je précisais simplement qu'il a autant de points qu'un célibataire mais qu'il ne l'est pas. Juste pour ne pas faire le raccourci célibataire = seul sans enfant.

Pour faire valoir le RC sur ma première année de néo titulaire encore faut-il qu'il obtienne sa mutation cette année..
Dans tous les cas je ne crache pas sur le RC, j'insiste. Je trouve juste, de mon point de vue purement personnel, qu'il est regrettable de voir qu'il faille tout ce temps pour passer devant les stagiaires faisant un RC sans enfant et qui ne quittent pas l'académie que l'on convoite, alors qu'un "célibataire" est bloqué loin. Je veux dire par là qu'il faut aussi savoir récompenser le fait d'être mobile et d'aller loin en ayant en retour des points récompensant cela. D'où l'incompréhension de plafonner le voeu préférentiel.  Je ne sais pas si je suis claire dans mes propos. Désolée si ça ne l'est pas. Et je parle qu'en pensant à la discipline de mon mari, en maths.
Je ne vois pas de problème à faire 1, 2 ou 3 ans de sacrifices si seulement ça "tournait". De la même manière que dans ma petite discipline aux barres si fluctuantes, je trouve normal de ne pas obtenir satisfaction de mon voeu 1 si une personne éloignée de ses enfants demande aussi cette académie.
aurejujualex
aurejujualex
Niveau 5

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par aurejujualex Dim 6 Jan - 22:12
Enaeco a écrit:
aurejujualex a écrit:
Je te comprends à 100%.
Quand mon mari a obtenu son concours, nous avons du déménager (n'étant pas salariée mais seulement étudiante) dans une région loin de chez nous. On s'est installé dans le pire coin de celle-ci, dans la campagne profonde où il n'y a rien (mais quand je dis rien... vraiment rien.., même pas d'amis). Depuis 2015 on serre les dents pour partir, il a autant de points qu'un célibataire malgré nos enfants à cause de ma situation.
Chaque année c'est la même histoire, le stress, les nerfs, les journées à en parler, les résultats du projet, où je m'écroule mentalement et physiquement. Des pleurs, encore des pleurs, toujours des pleurs, une à plusieurs fois par semaine, selon la période. J'y ai laissé ma santé.
Néanmoins on peut quand même souligner qu'il y a du mieux cette année avec la revalorisation de l'ancienneté dans le poste. Il va ENFIN pouvoir passer devant les stagiaires faisant un RC à l'inter pour l'académie qu'on veut !
Je viens d'avoir mon concours, je suis FSTG, et je regrette déjà de l'avoir car je participe aussi à l'inter... avec 24 malheureux points pour tenter d'aller moi aussi dans cette fameuse académie (qui n'a pas la prétention d'être Toulouse ou Bordeaux). La séparation s'annonce imminente pour l'année prochaine, et je me sens déjà tellement usée de ce système de par l'expérience que l'on vit via mon mari.

Ton cas est le parfait exemple de la problématique.

Ton conjoint souffre (et te fait souffrir) de son (votre) déracinement à votre région d'origine car il ne bénéficie pas des points de bonif familiale (à juste titre) vers sa région d'origine, sa conjointe ayant la possibilité de le suivre.

Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi tu n'utilises pas cette bonif familiale pour rester avec ton conjoint l'année prochaine puis bénéficier d'une mutation simultanée par la suite et éviter une année de séparation (peut-être justement pour "abuser" de cette bonif familiale, non pas pour te rapprocher de ton conjoint mais de ton académie d'origine lorsqu'il aura obtenu sa mutation).

Non ce n'est pas mon conjoint qui souffre, heureusement. Lui part du principe que l'on y peut rien, que c'est comme ça, et que c'est inutile de se rendre malade pour ça. (comme si ça se décidait d'ailleurs, euhm euhm euhm).

Je n'ai pas utilisé la bonification familiale pour deux raisons : grâce au nouveau système de points il a 218 points à l'inter, ce qui lui donne une chance de muter (on y croit... pourvu que...), il est hors de question pour moi de rester dans cette région et encore plus toute seule si lui a sa mutation. De plus, hors de question de laisser passer tous les voeux préférentiels qu'il a cumulés tout au long de ces dernières années.
Puis je suis surement trop naïve (à en croire mon indignation sur la formulation du message des mutations), mais pourquoi en plus demander l'académie où nous sommes sachant que je déteste cette région et donc passer devant mes camarades de l'ESPE, qui pour beaucoup auraient moins de points que moi à l'inter alors que eux sont originaires d'ici et ne veulent pas partir ? Je n'ai rien contre les sacrifices pour l'EN. Je suis juste chagrinée de voir que ça s'éternise.
neotitcreteil
neotitcreteil
Habitué du forum

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par neotitcreteil Lun 7 Jan - 2:27
Le rc n'est pas non plus accordé facilement, une collègue dans une situation délicate n'a pas eu les points malgré la promesse d'embauche pourtant autorisée. Elle est un peu sous le choc. Chez nous en plus 0 bonification rep.... Et toutes les régions sont chères .. Même le Nord.. Donc c'est rp ou rp. Et visiblement pour la techno c'est encore pire..
Madame_Prof
Madame_Prof
Empereur

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Madame_Prof Lun 7 Jan - 4:17
neotitcreteil a écrit:Le rc n'est pas non plus accordé facilement, une collègue dans une situation délicate n'a pas eu les points malgré la promesse d'embauche pourtant autorisée. Elle est un peu sous le choc. Chez nous en plus 0 bonification rep.... Et toutes les régions sont chères .. Même le Nord.. Donc c'est rp ou rp. Et visiblement pour la techno c'est encore pire..

Les commissions de vérification des barèmes n'ont pas eu lieu. Tu ne peux donc pas dire ce qu'elle a réellement obtenu ou pas. Et si elle ne l'obtient pas, c'est que la situation ne le permet pas. Qu'elle fasse bien suivre par son syndicat.

aurejujualex, merci pour ces précisions. En effet, récompenser la mobilité, ce serait juste. Mais ce n'est pas dans l'air du temps. Le plafonnement du voeu préférentiel est scandaleux (et le barème associé est déjà très bas à la base...) Bref, bonne chance pour la mut' de ton conjoint !

_________________
2017-2023 - 10ème établissement, en poste fixe ! Et, militante (encore, malgré tout...) ! 
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
neotitcreteil
neotitcreteil
Habitué du forum

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par neotitcreteil Lun 7 Jan - 4:24
Oui c'est juste ! Elle a pris contact avec son syndicat et le rectorat.
gnafron2004
gnafron2004
Grand sage

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par gnafron2004 Lun 7 Jan - 6:38
J'ai l'impression que c'était quand même moins désespérant pour les célibataires du temps des mutations à un tour... et pour les autres aussi. Est-ce qu'on a des chiffres qui montrent la différence avant/après? (moi, en tout cas, c'est certain que ma carrière aurait été bien différente...)
Rabelais
Rabelais
Vénérable

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Rabelais Lun 7 Jan - 8:00
Pour moi, il devrait exister un mega bonus «  département/région » d’origine, que tu pourrais choisir de jouer, ou pas, si tu as envie de voir du pays ( cumulable avec le RC et jouable une fois dans la carrière, quand tu veux).
Je sais que la mixité sociale est un argument mais franchement, je pense que 1) le métier est assez difficile comme ça pour éviter de se retrouver parachuté loin de toute aide matérielle ou morale 2) les élèves ont des particularités qu’un natif comprend mieux.

Se focaliser sur le RC est une fausse bonne idée , je comprends la douleur derrière ces critiques, mais elles ne me semblent pas justes.
Il est quand même une chose qu’on ne peut reprocher à l’EN et qui n.existe pas dans le privé, c’est le droit à l’amour et le droit à la famille. Où voyez-vous dans le privé que l’employeur du conjoint envoyé à Tataouine se débrouille pour trouver un job par trop loin à l’autre conjoint ? Nulle part, tu te débrouilles...

Un petit exemple ( attention, infos exclusives sur la vie de votre dévouée ):
Mon conjoint est militaire, muté n’importe où tous les 3/4/5 ans maxi ( 50 points dans le meilleur des cas , chouette ).
J’ai donc attendu une vingtaine d’années avant de passer le concours ( :, entre boulots n’ayant rien à voir avec le professorat et périodes de contractuelle, précarité de l’emploi donc, ne voulant pas imposer à mes enfants une vie sans leur père. Sincèrement, vous pensez vraiment qu’avec un seul enfant ou deux, vous rentrez dans les régions que vous voulez ? Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 3284587592
L'idée de faire vivre aux enfants une vie d’enfants du divorce ( géographiquement) sans l’être me semblait trop paradoxale.
Ça, c’est un peu pour vous dire que , sans aucune méchanceté, le système des mutations étant ce qu’il est, nul ne nous force à y entrer s’il est trop difficile à vivre.

Puis, un jour, les enfants étant un peu plus grands (CP), j’en ai eu assez de ne pas toujours exercer la profession que j.avais choisie à 17 ans (#féministe) et de me sacrifier, moi, mais je ne voulais toujours pas sacrifier ma famille.
Alors oui, j’ai fait «  peter «  le RC, parce que j’ai le droit d.être professeur ET mère de famille.
Ce n’est pas une tare, ma.place n.est pas forcément à la maison ou ma carrière pro n’a pas à être conditionnée à celle de mon époux.

Si le RC n’existait pas, je n’aurais pu même envisager d'arrêter la précarité .
J’ai donc passé le concours et ai fait jouer le RC : si je n’avais pas obtenu le département de résidence de la famille, j’aurais démissionné dans la foulée. Point.

4 ans plus tard, mutation forcée de M., inter, puis intra : un an de séparation, 3 enfants.
Vous savez où est mon poste fixe ? ( quelle chance direz-vous ): à 1h30 du domicile , en pleine montagne ( je dis ça à cause de l’hiver, où tu vas mettre à peu près le double ).

Alors bon, il faut un peu arrêter de fantasmer sur le RC et de nous reprocher de vouloir vivre avec nos gosses ( enfin, on est un peu obligés de nous en occuper. Hein): c’est comme si je critiquais ces screugneugneu de bonifs médicales qui sont passées avant moi dans tous les mouvements auxquels j’ai participé !
Oui, les bonifs médicales permettent d’avoir des postes convoités, ce n.est pas nouveau.
Vous me trouvez horrible de dire ça ? Super, je voulais vous faire réagir !
Et bien, moi, je trouve horrible qu’on remette en question le RC’

Édit : au cas où : je suis pour les bonifs médicales aussi- hein, pas de contre sens.


Dernière édition par Rabelais le Lun 7 Jan - 8:22, édité 1 fois

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
Iphigénie
Iphigénie
Devin

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Iphigénie Lun 7 Jan - 8:19
En fait on vit une période où chacun à l'aveugle sauf sur lui-même remet en question des règles certes complexes, mais c'est justement leur intérêt, en risquant de faire sauter tout le systeme pour bien pire....
Untitled
Untitled
Niveau 6

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled Lun 7 Jan - 8:55
Rabelais a écrit:Se focaliser sur le RC est une fausse bonne idée , je comprends la douleur derrière ces critiques, mais elles ne me semblent pas justes.

Ok alors je crois qu'un rappel s'impose.

Situation d'un prof célibataire : 20 points par année d'ancienneté + 50 points par tranche de 4 ans (sachant que l'an dernier c'était encore 10 points par an et 25 points par tranche de 4 ans).

Situation d'un prof en couple : idem + 150 points sur l'académie du conjoint + 100 points par enfant + 190 points après 1 année de séparation / 325 points après 2 années de séparation / 475 points après 3 années de séparation etc.

Sérieusement, y a rien qui vous choque ? Encore une fois, c'est l'énormité de la disproportion qui est pointée du doigt, par le RC en tant que tel !

Rabelais a écrit:Il est quand même une chose qu’on ne peut reprocher à l’EN et qui n'existe pas dans le privé, c’est le droit à l’amour et le droit à la famille.
Ahah ! Perso, le droit à l'amour, je ne le ressens pas du tout. Je suis coincée dans une région où je désespère de réussir à rencontrer quelqu'un un jour. Et pourtant c'est pas faute de chercher. Mais quand on a vécu dans la richesse du brassage culturel d'une grande ville du sud de la France pendant des années et qu'on se retrouve au beau milieu de culs terreux qui n'ont que l'homosexualité supposée de notre président et leurs parties de chasse comme sujets de conversation, c'est compliqué (et franchement j'en rajoute à peine).


Dernière édition par Untitled le Lun 7 Jan - 9:08, édité 1 fois
Rabelais
Rabelais
Vénérable

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Rabelais Lun 7 Jan - 9:07
Untitled a écrit:
Rabelais a écrit:Se focaliser sur le RC est une fausse bonne idée , je comprends la douleur derrière ces critiques, mais elles ne me semblent pas justes.

Ok alors je crois qu'un rappel s'impose.

Situation d'un prof célibataire : 20 points par année d'ancienneté + 50 points par tranche de 4 ans (sachant que l'an dernier c'était encore 10 points par an et 25 points par tranche de 4 ans).

Situation d'un prof en couple : idem + 150 points sur l'académie du conjoint + 100 points par enfant + 190 points après 1 année de séparation / 325 points après 2 années de séparation / 475 points après 3 années de séparation etc.

Sérieusement, y a rien qui vous choque ? Encore une fois, c'est l'énormité de la disproportion qui est pointée du doigt, par le RC en tant que tel !

Rabelais a écrit:Il est quand même une chose qu’on ne peut reprocher à l’EN et qui n'existe pas dans le privé, c’est le droit à l’amour et le droit à la famille.
Ahah ! Perso, le droit à l'amour, je ne le ressens pas du tout. Je suis coincée dans une région où je désespère de réussir à rencontrer quelqu'un un jour. Et pourtant c'est pas faute de chercher. Mais quand on a vécu dans la richesse du brassage culturel d'une grande ville du sud du pays pendant des années et qu'on se retrouve au beau milieu de culs terreux qui n'ont que l'homosexualité supposée de notre président et la chasse comme sujets de conversation, c'est compliqué (et franchement j'en rajoute à peine).

Je comprends vraiment ta peine et je trouve aussi que le système de mutation secondaire à ce concours national ( connu) , comme de tout concours national, est pénible .

Relis l’ensemble de mon post.
Imagine-toi bloquée là où tu es avec deux bébés à gérer seule en prime, sans espoir de rejoindre ton conjoint parce que le système de RC a sauté ou que le RC est tellement ridicule que les gamins ne vivront avec leur père que dans 4/5 ans mini.

Il faut voir plus loin que le bout de son nez, quand même !


_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
Untitled
Untitled
Niveau 6

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled Lun 7 Jan - 9:10
Rabelais a écrit:Il faut voir plus loin que le bout de son nez, quand même !

Oui. Ben moi j'ai une amie qui est en grave dépression depuis 1 an et demi parce qu'elle crève de solitude là où elle est. Tout ce que je demande, c'est un peu plus de considération pour les gens qui n'ont même pas la chance d'avoir quelqu'un à qui téléphoner le soir après leur journée de merde.
Untitled
Untitled
Niveau 6

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled Lun 7 Jan - 9:19
Rabelais a écrit:Imagine-toi bloquée là où tu es avec deux bébés à gérer seule en prime, sans espoir de rejoindre ton conjoint parce que le système de RC a sauté ou que le RC est tellement ridicule que les gamins ne vivront avec leur père que dans 4/5 ans mini.

Je peux difficilement imaginer, parce qu'à vrai dire je commence à renoncer à l'idée d'avoir des enfants un jour, étant donné que je n'ai même pas le père. Pour le reste, comme je l'ai dit dès le début, je trouve normal que les familles soient favorisées, je trouve juste anormal qu'elles le soient autant. 4/5 ans, c'est long, mais pour un célibataire, c'est toute une vie qu'il faudra patienter pour rejoindre certaines académies. Par ailleurs, ta situation familiale personnelle est particulièrement compliquée du fait de la profession de ton conjoint. J'ai de nombreux exemples sous le coude de gens qui ont effectivement réussi à retourner dans leur région d'origine en étant néotitulaires et en faisant marcher le RC (à juste titre d'ailleurs et tant mieux pour eux). Bref, je crois que le problème est insoluble en fait.
Provence
Provence
Bon génie

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Provence Lun 7 Jan - 9:29
Untitled a écrit:
Rabelais a écrit:Il faut voir plus loin que le bout de son nez, quand même !

Oui. Ben moi j'ai une amie qui est en grave dépression depuis 1 an et demi parce qu'elle crève de solitude là où elle est. Tout ce que je demande, c'est un peu plus de considération pour les gens qui n'ont même pas la chance d'avoir quelqu'un à qui téléphoner le soir après leur journée de merde.

Avec le téléphone, on doit pouvoir appeler des amis dans une autre académie, j'imagine. J'aimerais que l'Etat ait davantage de considération ppour nos conditions de travail, mais je ne lui demande pas de jouer le rôle de nourrice, de confidente ou d'entremetteuse...

Untitled a écrit:

Je peux difficilement imaginer, parce qu'à vrai dire je commence à renoncer à l'idée d'avoir des enfants un jour,
Il y a une différence entre une situation réelle et une projection dans l'avenir.

4/5 ans, c'est long, mais pour un célibataire, c'est toute une vie qu'il faudra patienter pour rejoindre certaines académies.
Tu mets sur le même plan des éléments qui n'ont rien à voir: la nécessité de permettre à des famille de vivre ensemble et ton propre désir de vivre où tu veux (tout en embrassant une carrière de fonctionnaire...).


Untitled
Untitled
Niveau 6

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Untitled Lun 7 Jan - 9:38
Provence a écrit:Tu mets sur le même plan des éléments qui n'ont rien à voir : la nécessité de permettre à des famille de vivre ensemble et ton propre désir de vivre où tu veux (tout en embrassant une carrière de fonctionnaire...).

Oui parce qu'en fait, comme cela a été évoqué à maintes reprises dans ce fil (!), le conjoint est généralement "utilisé" par l'enseignant pour rentrer dans son académie d'origine. On voit peu de cas où c'est le conjoint qui a rejoint l'enseignant dans l'académie merdique où ce dernier a été envoyé. Du coup, les gens en couple remportent la totale : la vie de famille et l'académie de leur choix. Bref. Je crois que je vais en rester là. Je ne souligne même pas le reste, qui relève juste de la méchanceté gratuite. Vous ne devez pas être très heureuse non plus pour être aussi cruelle. Bonne continuation à tous !
Hélips
Hélips
Prophète

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Hélips Lun 7 Jan - 10:01
Untitled a écrit:
Provence a écrit:Tu mets sur le même plan des éléments qui n'ont rien à voir : la nécessité de permettre à des famille de vivre ensemble et ton propre désir de vivre où tu veux (tout en embrassant une carrière de fonctionnaire...).

Oui parce qu'en fait, comme cela a été évoqué à maintes reprises dans ce fil (!), le conjoint est généralement "utilisé" par l'enseignant pour rentrer dans son académie d'origine. On voit peu de cas où c'est le conjoint qui a rejoint l'enseignant dans l'académie merdique où ce dernier a été envoyé. Du coup, les gens en couple remportent la totale : la vie de famille et l'académie de leur choix. Bref. Je crois que je vais en rester là. Je ne souligne même pas le reste, qui relève juste de la méchanceté gratuite. Vous ne devez pas être très heureuse non plus pour être aussi cruelle. Bonne continuation à tous !
Pour habiter en région parisienne et avoir des copains dans les départements nordistes, je n'aurais pas dit "peu" Rolling Eyes
Certains couples "remportent la totale", mais je serais étonnée d'apprendre que cela représente plus la moitié.

_________________
Un jour, je serai prof, comme ça je serai toujours en vacances.
tchanq'
tchanq'
Neoprof expérimenté

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par tchanq' Lun 7 Jan - 10:21
Untitled a écrit: On voit peu de cas où c'est le conjoint qui a rejoint l'enseignant dans l'académie merdique où ce dernier a été envoyé. Du coup, les gens en couple remportent la totale : la vie de famille et l'académie de leur choix.

Cela a été dit et répété mais ce que tu dis n'est pas valable pour ceux / celles dont le conjoint n'est pas enseignant (enfin même pour les PE ça ne marche pas car ils sont soumis à exeat et c'est parfois hyper compliqué). Il y a des profs qui se marient avec des non profs tu sais Razz
La situation de Rabelais est assez courante avec un conjoint soit militaire soit dans le privé.
Alors le fait de pouvoir faire en sorte que les enfants vivent avec leurs parents ne devrait pas apparaitre comme une situation absurde mais normale.
Et puisqu'on en est aux aveux: j'ai les points pour retourner chez moi mais un mari avec un job assez typé dans le privé qui ne trouverait pas de boulot dans mon coin et qui de toute façon vient d'une autre région. (Enfin si, lâcher la proie pour l'ombre surement).

_________________
Failure is not an option
JEMS
JEMS
Grand Maître

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par JEMS Lun 7 Jan - 10:42
Ah oui, c'est vrai qu'il est très agréable d'être à 500 km de sa famille... sentimentalement, financièrement....
Mathador
Mathador
Grand Maître

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Mathador Lun 7 Jan - 11:41
Rabelais a écrit:Pour moi, il devrait exister un mega bonus «  département/région » d’origine, que tu pourrais choisir de jouer, ou pas, si tu as envie de voir du pays ( cumulable avec le RC et jouable une fois dans la carrière, quand tu veux).
Je sais que la mixité sociale est un argument mais franchement, je pense que 1) le métier est assez difficile comme ça pour éviter de se retrouver parachuté loin de toute aide matérielle ou morale 2) les élèves ont des particularités qu’un natif comprend mieux.

Je serais curieux de savoir quel est mon département d'origine. Est-ce celui où je suis né, celui où j'ai grandi, celui où mes parents sont nés et ont grandi, celui où mes parents habitent actuellement ? On en est déjà à 4 départements dans 4 académies différentes (et je n'ai jamais mis l'une des ces académies comme premier vœu à l'inter).

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Patience et raison
Patience et raison
Habitué du forum

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Patience et raison Lun 7 Jan - 11:57
Spoiler:


Dernière édition par Patience et raison le Lun 7 Jan - 14:23, édité 1 fois

_________________
Scio me nihil scire

« Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » — Henri Lacordaire
« Quand le droit bavarde, le citoyen ne lui prête plus qu'une oreille distraite » — Rapport du Conseil d'État de 1991, De la sécurité juridique.

"Alors n’oubliez pas : si vous voulez vraiment être productifs, apprenez à travailler avec des outils qui font gagner du temps au lieu de tout refaire à la main. Mais si votre passion, c’est de ne surtout pas utiliser de livres déjà complets, et de réécrire votre propre truc à chaque fois parce que « Je préfère utiliser mes propres outils et je n’arrive pas à utiliser ceux des autres« , alors félicitations :
Vous êtes bons pour rejoindre l’Éducation Nationale française."  Odieux ***.
Mathador
Mathador
Grand Maître

Inégalité entre profs célibataires et profs en couple - Page 4 Empty Re: Inégalité entre profs célibataires et profs en couple

par Mathador Lun 7 Jan - 12:03
tchanq' a écrit:
Untitled a écrit: On voit peu de cas où c'est le conjoint qui a rejoint l'enseignant dans l'académie merdique où ce dernier a été envoyé. Du coup, les gens en couple remportent la totale : la vie de famille et l'académie de leur choix.

Cela a été dit et répété mais ce que tu dis n'est pas valable pour ceux / celles dont le conjoint n'est pas enseignant (enfin même pour les PE ça ne marche pas car ils sont soumis à exeat et c'est parfois hyper compliqué). Il y a des profs qui se marient avec des non profs tu sais Razz

Et encore, pour les PE il y a des postes partout, même si le mouvement n'est pas fluide. Certains emplois de la fonction publique (même d'État) ne sont pas présents dans toutes les régions.

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum