Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mar 19 Fév 2019 - 22:04
Bonjour tout le monde,

Il y a deux ans, j'ai démissionné de l'Education Nationale. J'étais prof d'EPS TZR , titulaire depuis un an. Je souhaites partager avec tout les membres de NeoProf mon expérience dans l'éducation nationale, ma démission et ma reconversion. C'est grâce aux récits d'autre prof démissionnaires que j'ai pu prendre mon courage à deux mains et changer de métier. J'espère que mon histoire aidera celles et ceux qui hésitent à sortir de l'Ecole.

Pour qui?
- ceux qui souffrent au travail à cause des élèves
- ceux qui soufrent au travail à cause de la direction
- ceux qui souffrent au travail à cause du système global de l'éducation nationale
- ceux qui souffrent de la représentation de leur travail
- ceux qui ne souffrent pas mais qui rêvent d'autres choses

Je vais essayer de décrire le plus neutrement mon histoire. Ce récit n'a pas pour but de pousser les gens à la démission mais de raconter pourquoi et comment j'ai démissionné et qu'est ce que j'ai fait après. A chacun d'y trouver du réconfort, de la force ou de l'incompréhension.

WARNING: Certaines fautes d'ortographes peuvent être choquante pour lé profs de français Smile

J’ai passé ma licence, mon Master et mon concours sans briller mais sans trop me prendre la tête. J’ai vécu mes études comme une opportunité de quitter le domicile familiale et ma petite ville. Etre indépendant, avoir son petit appart, expérimenter la vie étudiante en FAC qui fait rêver quand on a le cul visé sur les chaises du lycée. Mes parents m’ont accompagné dans cette émancipation, je n’avais pas à travailler à côté, j’étais tranquille, dans de bonnes conditions. Je n’ai jamais vraiment réfléchi à ce que je voulais faire comme métier dans ma vie..Prof c’était un voix classique en STAPS et en plus bien vue par mes parents et ma famille. Un prof dans la famille c’est la promesse d’un enfant successful, avec une bonne image sociale. En plus tout mes potes de FAC s’orientaient dans ça, donc j’ai suivi sans trop me poser de question.

Mon année de stage se passe bien, les gens sont cool, les élèves sont cool. J’ai simplement l’étrange sensation de pas savoir vraiment ce que j’ai à transmettre aux élèves. Je suis les programmes qu’y m’aident à structurer le contenu de mes cours mais je n’ai jamais vraiment saisi ce que le savoir que je transmets apportent aux élèves.

J’aime bien dire avec le reculs que je m’étais trompé de verbe d’action: Moi j’aime Aider /Soigner et non Enseigner. Vous le verrais par la suite.

Néanmoins, je suis appliqué et rigoureux, je me mets un peu la pression avant chaque séquence et chaque cours, normal pour un jeune qui débute.
Parcours classique de jeune prof qui n’est pas marié et qui n’a pas d’enfant, je suis muté à Lille en tant que TZR. Je suis très content de cette mutation, Lille m’attire et être TZR c’est le meilleur moyen de faire de l’expérience sans être bloqué dans un établissement que j’aime pas. Auberge de jeunesse, petit appart et cuite du 29 Aout pour évacuer le stress de la rentrer qui arrive, tout roule. En plus les gens du Nord font vraiment bien la fête Smile
J’ai mon premier remplacement dans un établissement hors de ma zones de TZR. Ce premier jour se passe mal, le prof que je remplace vis sa vie, le lycée est immense, je me débrouille tant bien que mal pour récupérer les clefs du gymnase et du matos 3 minutes avant le premier cours. Au programme, cours d’orientation dans une forêt que je connais pas, avec des élèves que je connais pas. Après quelques essaies infructueux de dessin Paint de la forêt, j’imprime des cartes de course d’orientation que j’ai trouvé dans un casier. Miracle, les élèves ne viennent pas à mon cours car ils pensaient que le prof titulaire n’était pas encore remplacé. J’anticipe et j’annule le transport scolaire, bien décidé à rentrer chez moi et préparer un cours digne de ce nom. Cependant la direction a la bonne idée de punir les élèves qui pensaient rentrer chez eux à 14h et les obliger à venir à mon cours d’EPS improvisé. Le tout sans affaires de sport et sans aucune envie. J’ai du mal à cacher ma déception mais j’improvise quand même une séance de tennis de table. Fin de journée, je décide de reposer le trousseau de clefs qui n’ouvrent que la salle de tennis de table dans le casier du prof remplacé et je file me faire faire un arrêt maladie pour le lendemain.

Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça.. Certes c’était pas le premier jour qu’on souhaites mais il s’est rien passé de traumatisant. S’en suit 10 jours de réflexion dans les rue de Lille, où je commence à comprendre que je n’ai jamais voulu faire ce métier. En fait je le sais depuis longtemps ! Quand je préparais mon concours, j’imaginais, au détour d’une pause café, comment je pouvais saboter mon concours et éviter d’être prof. J’étais prêt à échouer consciencieusement plutôt que d’assumer de pas vouloir être prof, d’autant plus qu’être prof d’EPS, c’est le panacé de la planque. Sur un malentendu doublé de l’esprit de compétition qui m’habite j’ai finalement eu ce concours.
Au bout de deux semaines je prends enfin la décision de démissionner. Je n’avais pas de projet de réorientation professionnel clair, je m’en foutais de pas toucher le chômage à cause de ma démission, mais je voulais stopper cette mascarade professionnelle. Peut-être que tous jeunes profs connait cette sensation et qu’avec le temps on trouve sa place dans l’enseignement. J’ai personnellement décidé d’aller voir ailleurs et de me construire autre part qu’à l’Ecole. Surement que d’être muté loin de ma famille et de mes repères m’a permis de passer ce cap et d’accepter de m’écouter un peu .

On trouve toujours des excuses quand on arrêtent; élèves difficiles, éloignements géographiques, direction etc. C’est toujours plus simple à expliquer à ses proches. Remettre en cause 5 ans de formation, tout frais payé, c’est quand même compliqué à assumer. Peu importe ce que les gens ont besoin d’entendre, il faut penser à soi dans ces moments là. J’ai personnellement opté pour ma situation de TZR qui m’empêche de construire des projets à long terme. Ça marche bien, notamment lors des entretiens d’embauche (on vous demandera pourquoi vous avez arrêté, ça fait toujours bizarre un prof qui quitte sa prison d’orée).

La démission concrètement :
Etant TZR c’était plus facile pour moi de démissionner. Je n’avais pas de compte à rendre à des collègues régulier et à une direction. J’ai envoyé ma lettre de démission au rectorat tout en continuant à honorer mes remplacements. Ironie du sort, ces derniers remplacements ont été les meilleurs moments que j’ai passé en tant que prof. Peut être fallait-il que je sois sur le départ pour m’épanouir totalement..Ce constat m’a longtemps questionné mais être sur le départ peut être une manière de vivre épanouissante à certain moment de sa vie.
J’ai ensuite été reçu dans les locaux du rectorat pour faire entendre que je souhaitais réellement quitter mes fonctions malgré la chance que j’avais. En 2 mois j’étais démi de mes fonctions de prof. Ce fût une sensation incroyablement vivifiante, que je ressens encore deux ans après. S’offrait à moi tout le reste du monde et tout les possibles.

J’enchainais des petits boulots dans la restautation en tant que plongeur. Un boulot avec des horaires invivables, surtout pour un ancien prof avec ces heures de semaines, avec une paye divisé par deux par rapport à ce que je touché avant, mais j’étais heureux. Un boulot où on réfléchi pas ou on fait son taf et on se casse la tête vide. Puis des CDD dans le social, à des postes bas. Un salaires correctes et des collègues en or.
Au final, l’expérience de prof c’est de la bombe niveau compétences. Mener des projets culturels, gérer des handicapés, accompagner des familles en réinsertions, c’est ludique par rapport à gérer seul des classes d’élèves. Ensuite, il faut accepter d’avoir moins d’avantages, mais au final je me suis senti très libre. J’ai actuellement passer une formation pour travailler en tant qu’éducateur sportif avec des personnes handicapées psychiquement. Ça ferait longtemps que je rêvais de me frotter à la psychologie et à ce milieu. Après quelques périodes de chômages, plus ou moins bien exploitée, j’ai enfin pu trouver un poste dans un centre d’handicapées mentaux, où mon expérience de prof d’eps est valorisée, ainsi que mon niveau d’étude (je suis payé au même niveau que les éducateurs spécialisés, du fait de mon statue d’éducateur sportif, par contre je ne suis payé qu’au niveau licence, ce qui est pas mal dans ce milieu).


Quand on arrête prof, je crois qu’on ne règle pas ses problèmes mais on en évitent de nouveaux. J’avais la sensation de l’urgence d’arrêter avant d’être définitivement les deux pieds dans l’éducation nationale et de devenir un prof blasé et blasant, qui n’aime pas son boulot. Faire un taf sans y croire c’est possible mais j’ai rapidement senti que j’avais besoin d’un boulot épanouissant pour être bien dans ma vie et me construire un peu plus.
Si certains et certaines d’entre vous ont pu s’identifier à mon histoire et que vous êtes en doutes avec votre boulot de prof, je n’aurais pas de conseil spécifique à vous donner.. mais si vous êtes sûr de pas vouloir continuer, donner vous la liberté d’arrêter, c’est possible. Je vous conseil de penser à votre projet de réorientation professionnel, c’est important pour garder le CAP et assumer pleinement sa décision. Même si vous changer par la suite de projet, c’est bien d’avoir une idée en tête.
Quel boulot vous pouvez trouver avec votre niveau d’étude et votre discipline? car il faut bien savoir que le concours de CAPES ou CAPEPS ne sert à rien sur le marché du travail. A part pour l’expérience et le sérieux qu’un ancien prof peut avoir au prêt d’employeurs. Personnellement, mon projet de réorientation c’est construit au fil des rencontres et des petit boulots que j’ai fait après prof. Laisser du temps au temps pour trouver sa voie mais réfléchir à comment valoriser son Master, ça me paraît important, valorisant. Mon parcours perso en STAPS me permettait de trouver du boulot en tant qu’éducateur sportif dans beaucoup de différentes branches, ca a était une grande chance en y réfléchissant. Je ne sais pas pour les autres disciplines et formations mais je pense que c’est toujours possible, en reprenant des courtes études en alternance ou avec les validations d’acquis de l’expérience.

Voila, bravo à tout ceux qui sont arrivé jusqu’au bout de cette longue histoire Smile, et je vous souhaites une bonne continuation dans tout ce que vous entreprendrez.

Louis , ex prof d’EPS
Paleoprof
Paleoprof
Fidèle du forum

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Paleoprof le Mar 19 Fév 2019 - 22:17
Je suis arrivée au bout de ta narration et je suis contente pour toi que tu aies pris la bonne décision et sois bien plus épanoui aujourd’hui.
Merci de ton partage d’expérience qui peut aider certains d’entre nous, de plus en plus nombreux il me semble, à envisager de prendre leur courage à deux mains comme toi et tourner la page.
Bonne continuation, Louis, et bravo pour ton parcours et ta capacité de prise de recul, nous n’en sommes pas tous capables !

_________________
Je construis ma suite...... pingouin     Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  3201648960   pingouin
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mar 19 Fév 2019 - 22:21
Merci Paleoprof Smile C'est vrai que j'ai trouvé beaucoup d'ex prof dans les différents boulots que j'ai fais, notamment dans le social. Bonne continuation à toi !
corailc
corailc
Fidèle du forum

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par corailc le Mar 19 Fév 2019 - 22:24
Je suis toujours étonnée des gens qui «se mettent» en arrêt maladie... Félicitations pour votre reconversion. Effectivement, vous n'arriviez pas à envisager que la fonction première du métier de professeur est de transmettre des connaissances, c'est bien de s'en rendre compte le plus vite possible. Bonne continuation.

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/
avatar
Ramanujan974
Fidèle du forum

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Ramanujan974 le Mer 20 Fév 2019 - 3:03
Mouais..
J'ai un peu de mal à appeler "reconversion" la situation où la personne à moins de 25 ans et a enseigné 2 mois.
Quand tu as 45 ans, plus de 20 ans d'EN et que tu te demandes chaque jour pourquoi tu vas en cours, là on peut parler de volonté de reconversion.

Après, tant mieux pour toi d'avoir pris conscience très tôt que ce n'était pas fait pour toi !
seila69
seila69
Niveau 3

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par seila69 le Mer 20 Fév 2019 - 4:09
Bonjour Louis,
Bravo pour ton parcours. C'est super le recul et la maturité que tu as eus! Bonne chance pour la suite!
avatar
pasbien
Niveau 5

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par pasbien le Mer 20 Fév 2019 - 7:27
Effectivement, une très bonne chose de se rendre compte suffisamment tôt, et par soi-même, que l'on ne correspond pas aux exigences du métier
egolios
egolios
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par egolios le Mer 20 Fév 2019 - 7:51
Merci pour ce témoignage et bonne route ! Smile
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mer 20 Fév 2019 - 9:22
@Ramanujan974 a écrit:Mouais..
J'ai un peu de mal à appeler "reconversion" la situation où la personne à moins de 25 ans et a enseigné 2 mois.
Quand tu as 45 ans, plus de 20 ans d'EN et que tu te demandes chaque jour pourquoi tu vas en cours, là on peut parler de volonté de reconversion.

Après, tant mieux pour toi d'avoir pris conscience très tôt que ce n'était pas fait pour toi !

Bonjour Ramanujan974, je suis d'accords avec toi, mon parcours s'apparente plus à une Conversion finalement. Par contre ce n'est pas seulement deux mois d'enseignements, c'est, je pense, tout un système dérrière, avec des années de formations et de stages qui font qu'un prof, même débutant, se retrouve avec des compétences trés spécifique à l'EN.
En tout cas merci pour ton poste, bon courage et bonne continuation !
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mer 20 Fév 2019 - 9:35
@pasbien a écrit:Effectivement, une très bonne chose de se rendre compte suffisamment tôt, et par soi-même, que l'on ne correspond pas aux exigences du métier

Bonjour "Pasbien" , petite incompréhension, je ne parle pas d'exigences du métier mais de compréhension du métier.
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mer 20 Fév 2019 - 9:44
@corailc a écrit:Je suis toujours étonnée des gens qui «se mettent» en arrêt maladie... Félicitations pour votre reconversion. Effectivement, vous n'arriviez pas à envisager que la fonction première du métier de professeur est de transmettre des connaissances, c'est bien de s'en rendre compte le plus vite possible. Bonne continuation.

Bonjour Corail , c'est ça , je crois que j'ai toujours eu du mal à croire aux connaissances que je transmettais. Finalement, j'ai trouvé le sens de l'EPS dans son enjeu de soin et de force thérapeutique.
Une belle journée à vous.
Louis Vidal
Louis Vidal
Niveau 1

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Louis Vidal le Mer 20 Fév 2019 - 9:49
@seila69 a écrit:Bonjour Louis,
Bravo pour ton parcours. C'est super le recul et la maturité que tu as eus! Bonne chance pour la suite!

Merci Seila69 ! Je crois que c'est plutôt une certaine immaturité de ma part qui m'a permis de foncer sans trop m'en faire Smile En tout cas aucun regret, bonne journée à toi Smile
avatar
Intabberna
Je viens de m'inscrire !

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Intabberna le Ven 15 Mar 2019 - 17:13
Bravo tu as bien fait. Et rien ne vaut d'être heureux dans son boulot. Perso j'admire ta liberté d'esprit et comme tu ne t'interdis rien. Continue comme ça
Stanislas R
Stanislas R
Niveau 5

Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.  Empty Re: Démission et reconversion : mon histoire d'ex prof, deux ans après.

par Stanislas R le Sam 16 Mar 2019 - 9:43
@Intabberna a écrit:Bravo tu as bien fait. Et rien ne vaut d'être heureux dans son boulot. Perso j'admire ta liberté d'esprit et comme tu ne t'interdis rien. Continue comme ça
Tout à fait continue à ignorer le malveillant et l'inutile. Wink
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum