Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Thalia de G
Médiateur

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Thalia de G Sam 11 Mai 2019 - 8:11
Topic renommé.
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Iphigénie Sam 11 Mai 2019 - 9:24
Pour les OI je serais plutôt pour 5 ou 6 explications de textes. Ce qui me contraint à me limiter à 4 ou 5, c'est surtout le fait que je sois généralement incapable de faire étudier sérieusement un texte littéraire en une heure de cours, mais ça relève plutôt de ma méthode de travail.
une heure de cours pour étudier un texte c'est en effet beaucoup trop court pour faire un bon travail et tout le monde à peu près en fait l'expérience (seuls quelques IPR peut-être y croient...)

Pour ce qui est des études d’œuvres, je crois que tout dépend du but que l'on se fixe.

Mais je pense que de façon générale, on est trop ambitieux sur les objectifs (étudier une oeuvre, vaste programme dirait mon général) et finalement pas assez sur le minimum à retenir par les élèves: depuis que l'on essaie de projeter dès la sixième des notions universitaires dans tous les domaines y compris l'étude des textes, on a des élèves entrant en seconde en sachant à peine lire.
Etudier une oeuvre au lycée, c'est surtout, à mon avis, faire lire les élèves, et leur donner les grandes clés de l'écriture d'un auteur. Et cela me semble possible à travers trois extraits et quelques parcours à travers l'ouvrage, et notamment sa construction.

C'est à mon avis, (qui ne vaut que pour ce qu'il vaut), ce qu'explique l'expérience: à mes débuts de stagiaire, à l'époque où on regardait faire les collègues plus expérimentés, je trouvais que les études de texte de ces collègues étaient beaucoup trop limitées: je sortais du formatage de trois ans de prépas, de la préparation capes et agreg, bref, j'étais encore dans la posture de l'étudiant.
J'ai compris plus tard que bien enseigner, c'est-à-dire en laissant une trace chez les élèves (je ne parle pas du plaisir personnel, encore que) c'était accepter de se frustrer soi-même pour aller vers le possible pour les élèves. Et par contre, ne rien lâcher sur ce possible.
(j'explique tout ça pour ne pas qu'on croie que je suis juste une mère d'élèves qui ne veut pas que ses fistonschérismoncoeur en fassent trop en classe, ou une adepte mystique de la bienveillance: je serais plutôt pour la voie du milieu de Montaigne, s'il faut une référence...).
Je crois qu'un regard trop pointilliste (ou pointilleux) écarte les élèves de la lecture au lieu des les en approcher: pour en revenir au début, ils arrivent en seconde écœurés de techniques, relevés, tableaux, schémas narratifs et traces écrites mais ne savent pas lire... Encore une remarque d'expérience: à partir du moment où les programmes sont devenus génériques (années 2000) les élèves ont été capables de confondre "roman" et théâtre", théâtre" et poésie, etc: curieusement avant, avec des programmes chronologiques, ils savaient cela intuitivement et beaucoup mieux. Je crois que l'on veut trop, aujourd'hui, tout dire, tout expliquer, parce qu'on ne fait aucune confiance aux élèves, et ce faisant on les déresponsabilise totalement: il faut leur laisser la marge personnelle de travail et de découverte (et non comme lorsqu'au lieu de les laisser se débrouiller avec leur prise de notes, on leur fait de la méthodologie de la prise de notes mais on distribue l'étude des textes sur photocopie pour qu'ils aient la meilleure note possible au bac...).

Enfin, c'était ma minute prise de recul, à toute fin utile (ou pas).
Vivivava
Vivivava
Niveau 9

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Vivivava Sam 11 Mai 2019 - 10:44
@NLM76 a écrit:Ouais. "Situer dans son contexte historique" et étudier des textes de la même époque, cela me semble deux choses carrément différentes. Pour situer un texte dans son contexte historique, il faut faire de l'histoire générale, et non de l'histoire. Mais ça, les lettreux ont du mal à le voir.  Après s'il s'agit d'histoire littéraire, je ne vois pas pourquoi on ne peut pas aller voir ce qui précède le texte étudié... Mais ces discussions byzantines pourront cesser quand nous saurons vu des exemples de sujets de bac. Peut-être en juin 2020...
La conférence donnée par Alain Vaillant lors du "Rendez-vous des lettres" de mars 2019 va dans ton sens :
https://lettres.ac-versailles.fr/spip.php?article1456
Des représentants de tous les lycées de l'académie de Versailles devaient relayer ses propositions auprès des collègues.
Pour résumer son intervention :
- l'histoire littéraire n'est pas une suite de biographies d'auteurs, ni une histoire des genres, et bien entendu elle ne coïncide pas avec les siècles ;
- il faudrait faire une histoire des idées, une histoire entrelaçant l'histoire politique, culturelle, religieuse, économique, et une histoire des modes de communication littéraire.
Difficultés : le temps, bien sûr ; également, vu que les programmes de français et d'histoire ne sont plus plus en relation, il revient au professeur de lettres de raconter cette histoire qui va manquer aux élèves, ce qui implique une culture historique importante afin de sélectionner pour chaque œuvre les éléments de contexte à privilégier, d'autant que de nombreux nouveaux manuels proposent une histoire littéraire correspondant à ce que Vaillant récuse.
Oxford
Oxford
Fidèle du forum

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Oxford Sam 11 Mai 2019 - 11:13
@Vivivava : merci pour le lien

_________________
Tutti i ghjorna si n'impara.
ysabel
ysabel
Enchanteur

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par ysabel Sam 11 Mai 2019 - 11:26
@NLM76 a écrit:
@ysabel a écrit:
@NLM76 a écrit:
@ysabel a écrit:Il suffit de lire les IO qui sont très claires à ce sujet: " Chacun des quatre objets d’étude – la poésie, le roman et le récit, le théâtre et la littérature d’idées – associe une œuvre (ou une section substantielle et cohérente d’une œuvre) et un parcours permettant de la situer dans son contexte historique et générique. "
Le parcours est lié à l'OI.
Si par exemple tu étudies Les Contemplations , le parcours est "les mémoires d'une âme" donc ton parcours est composé de poèmes au lyrisme personnel du XIXe au XXIe
Ouais. Il me semble que tu aurais bien le droit de parler de Chénier, par exemple.

il est évident, que si on le juge nécessaire, on peut sortir des bornes temporelles du programme mais on ne fera pas une ET sur Chénier, par exemple.
Ouais. "Situer dans son contexte historique" et étudier des textes de la même époque, cela me semble deux choses carrément différentes. Pour situer un texte dans son contexte historique, il faut faire de l'histoire générale, et non de l'histoire. Mais ça, les lettreux ont du mal à le voir.  Après s'il s'agit d'histoire littéraire, je ne vois pas pourquoi on ne peut pas aller voir ce qui précède le texte étudié... Mais ces discussions byzantines pourront cesser quand nous saurons vu des exemples de sujets de bac. Peut-être en juin 2020...

Ce que tu dis est une évidence… J'ai toujours fait cours (si seulement, un rappel pouvait suffire) d'histoire, de culture etc. avant de commencer un chapitre. il faut que l'élève sache comment on pensait, comment on vivait à une époque donnée pour comprendre un texte de cette époque.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Isidoria
Isidoria
Doyen

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Isidoria Sam 11 Mai 2019 - 12:13
@NLM76 a écrit:
@Aphrodissia a écrit:Je pense qu'on peut, bien sûr
La question qu'on se posera forcément, c'est "Est-ce que ça les aidera pour la dissertation ou le commentaire le jour du bac ?"

Je ne comprends pas. Qu'est-ce qui les aiderait ou pas?
Lire un roman en cursive ne te paraît pas pertinent?
NLM76
NLM76
Grand sage

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par NLM76 Sam 11 Mai 2019 - 12:52
L'affaire, c'est que, en sachant pas quel type de sujet peut tomber, je ne sais pas quels romans pourront être utiles.

_________________
Sites du grip :

  • http://instruire.fr
  • https://grip-editions.fr

Mon site : www.lettresclassiques.fr

«Boas ne renonça jamais à la question-clé : quelle est, du point de vue de l'information, la différence entre les procédés grammaticaux observés ? Il n'entendait pas accepter une théorie non sémantique de la structure grammaticale et toute allusion défaitiste à la prétendue obscurité de la notion de sens lui paraissait elle-même obscure et dépourvue de sens.» [Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, "La notion de signification grammaticale selon Boas" (1959)]
Tangleding
Tangleding
Esprit éclairé

[Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 Empty Re: [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme

par Tangleding Sam 11 Mai 2019 - 13:15
@Iphigénie : ma foi je suis plutôt d'accord. La dérive techniciste à base de relevé, tableaux etc en collège, c'est une réalité.

S'agissant des genres, les nouveaux programmes de collège ont donné lieu à un gloubi-goulba totalement imbitable, je n'imagine pas les parents d'élèves non experts qui auraient l'outrecuidance de prendre connaissance des programmes d'enseignement de leur enfant en français en collège. Quand on pense que l'un des objectifs était de rendre ces programmes lisibles par tous...

Cela étant croire que les problèmes viennent des entrées génériques des programmes me semble excessif.

Accepter de se frustrer pour transmettre, ma foi, c'est inévitable. Je vais t'avouer que mon ambition quand on démarre une étude d'oeuvre intégrale est assez limitée : que les élèves comprennent l'oeuvre, dans ses grandes lignes, qu'ils rencontrent son auteur (au sens figuré) et qu'ils jugent l'oeuvre plus intéressante à la fin de l'étude qu'elle ne leur était apparue au début.

Ca n'empêche pas d'avoir un objectif littéraire de haut niveau, évidemment. Pour le colonel Chabert en seconde l'an dernier j'avais "axé" ma "séquence" (mot repoussoir, j'utilise le terme "étude" parce que plus simple et plus esthétique) sur la constitution d'une nouvelle mythologie (à la hache : d'une mythologie napoléonienne guerrière à une mythologie bourgeoise, à travers le personnage de Chabert et son destin...) Non seulement ça ne me semble pas exclusif, mais je dirais que c'est une condition nécessaire pour atteindre les objectifs que j'assigne à une étude d'oeuvre intégrale.

La difficulté c'est de ne pas passer trop de temps sur une oeuvre, surtout pour moi, mais la rencontre entre une classe de lycéens et une oeuvre littéraire ne me semble pas un idéal impossible, dans l'ensemble.

En tout cas, j'ai trouvé la conférence d'Alain Vaillant très stimulante, merci @Vivivava . Ces réformes des programmes ont au moins l'intérêt de vivifier le questionnement didactique, si on veut voir le bon côté des choses.

_________________
"Never complain, just fight." [Lettres lycée] les parcours associés dans la réforme - Page 2 2490015017
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum