Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Tim
Tim
Niveau 5

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Tim Ven 12 Juil 2019 - 15:59
16:00:0416:00:04Bonjour,

En parcourant le forum, je crois remarquer que toutes les séquences autour du monstre sont axées sur le conte - en dehors de L'Odyssée et des Métamorphoses. Pourtant, les programmes indiquent que l'on peut étudier des contes ou bien des extraits de romans et de nouvelles. Ainsi, je m'interrogeais : est-ce par choix que vous vous dirigez vers le conte, ou par manque de textes proposés par les manuels, qui seraient issus de romans et de nouvelles ? J'aimerais bien plutôt aller voir de ce côté-là. Y en a-t-il parmi vous qui l'ont fait ?
polie2046
polie2046
Niveau 6

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par polie2046 Ven 12 Juil 2019 - 23:09
La Belle et la Bête
Le fantôme de Canterville

_________________
POLIE
Jacq
Jacq
Monarque

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Jacq Ven 12 Juil 2019 - 23:51
"Je suis d'ailleurs" d'HP Lovecraft. Après je ne connais pas votre programme.
Nadejda
Nadejda
Grand sage

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Nadejda Sam 13 Juil 2019 - 0:25
Jacq a écrit:"Je suis d'ailleurs" d'HP Lovecraft. Après  je ne connais pas  votre programme.

En 6e ! Le monstre : extraits de romans et nouvelles 437980826
avatar
Maryse
Niveau 5

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Maryse Sam 13 Juil 2019 - 0:35
La description de Gwynplaine? Je ne sais plus si ça pourrait être accessible..
PrCosinus
PrCosinus
Niveau 6

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par PrCosinus Sam 13 Juil 2019 - 5:31
Les travailleurs de la mer, Moby Dick ...

_________________
"Plus j'aime mon métier et moins je supporte ma profession." (J-L Godard).
Jacq
Jacq
Monarque

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Jacq Sam 13 Juil 2019 - 8:48
Nadejda a écrit:
Jacq a écrit:"Je suis d'ailleurs" d'HP Lovecraft. Après  je ne connais pas  votre programme.

En 6e ! Le monstre : extraits de romans et nouvelles 437980826

Je n'avais pas vu que c'était pour la 6e (c'est vrai qu'avec l’Odyssée...).
Tim
Tim
Niveau 5

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Tim Sam 13 Juil 2019 - 13:42
La Belle et la Bête, c'est un conte, non ?
Je pensais aussi à la nouvelle « La Mère aux monstres » de Maupassant, pour la monstruosité en tant que morphologie anormale. Pourquoi pas Frankenstein, également. Et, pour un éclairage sur la monstruosité en tant que cruauté, perversion, je pensais à Médée, un extrait de Vipère au poing, de Poil de Carotte, pour filer le tableau des mères monstrueuses. Qu'en pensez-vous ?
En fait, je crois que je n'aime pas l'idée de laisser le monstre aux contes, comme s'il naviguait dans un univers parallèle à notre réalité...

Et la description de Gwynplaine, pas mal ! Merci pour cette idée, Maryse ! Voici le passage que j'étudierais alors. Je le trouve très porteur.

Hugo a écrit:OÙ L’ON VOIT LE VISAGE DE CELUI DONT ON N’A ENCORE VU QUE LES ACTIONS


La nature avait été prodigue de ses bienfaits envers Gwynplaine. Elle lui avait donné une bouche s’ouvrant jusqu’aux oreilles, des oreilles se repliant jusque sur les yeux, un nez informe fait pour l’oscillation des lunettes de grimacier, et un visage qu’on ne pouvait regarder sans rire.

Nous venons de le dire, la nature avait comblé Gwynplaine de ses dons. Mais était-ce la nature ?

Ne l’avait-on pas aidée ?

Deux yeux pareils à des jours de souffrance, un hiatus pour bouche, une protubérance camuse avec deux trous qui étaient les narines, pour face un écrasement, et tout cela ayant pour résultante le rire, il est certain que la nature ne produit pas toute seule de tels chefs-d’œuvre.

Seulement, le rire est-il synonyme de la joie ?

Si, en présence de ce bateleur, — car c’était un bateleur, — on laissait se dissiper la première impression de gaieté, et si l’on observait cet homme avec attention, on y reconnaissait la trace de l’art. Un pareil visage n’est pas fortuit, mais voulu. Être à ce point complet n’est pas dans la nature. L’homme ne peut rien sur sa beauté, mais peut tout sur sa laideur. D’un profil hottentot vous ne ferez pas un profil romain, mais d’un nez grec vous pouvez faire un nez kalmouck. Il suffit d’oblitérer la racine du nez et d’épater les narines. Le bas latin du moyen âge n’a pas créé pour rien le verbe denasare. Gwynplaine enfant avait-il été assez digne d’attention pour qu’on s’occupât de lui au point de modifier son visage ? Pourquoi pas ? ne fût-ce que dans un but d’exhibition et de spéculation. Selon toute apparence, d’industrieux manieurs d’enfants avaient travaillé cette figure. Il semblait évident qu’une science mystérieuse, probablement occulte, qui était à la chirurgie ce que l’alchimie est à la chimie, avait ciselé cette chair, à coup sûr dans le très bas âge, et créé, avec préméditation, ce visage. Cette science, habile aux sections, aux obtusions et aux ligatures, avait fendu la bouche, débridé les lèvres, dénudé les gencives, distendu les oreilles, décloisonné les cartilages, désordonné les sourcils et les joues, élargi le muscle zygomatique, estompé les coutures et les cicatrices, ramené la peau sur les lésions, tout en maintenant la face à l’état béant, et de cette sculpture puissante et profonde était sorti ce masque, Gwynplaine.

On ne naît pas ainsi.

Quoi qu’il en fût, Gwynplaine était admirablement réussi. Gwynplaine était un don fait par la providence à la tristesse des hommes. Par quelle providence ? Y a-t-il une providence Démon comme il y a une providence Dieu ? Nous posons la question sans la résoudre.

Gwynplaine était saltimbanque. Il se faisait voir en public. Pas d’effet comparable au sien. Il guérissait les hypocondries rien qu’en se montrant. Il était à éviter pour des gens en deuil, confus et forcés, s’ils l’apercevaient, de rire indécemment. Un jour le bourreau vint, et Gwynplaine le fit rire. On voyait Gwynplaine, on se tenait les côtes ; il parlait, on se roulait à terre. Il était le pôle opposé du chagrin. Spleen était à un bout, et Gwynplaine à l’autre.

Aussi était-il parvenu rapidement, dans les champs de foire et dans les carrefours, à une fort satisfaisante renommée d’homme horrible.

C’est en riant que Gwynplaine faisait rire. Et pourtant il ne riait pas. Sa face riait, sa pensée non. L’espèce de visage inouï que le hasard ou une industrie bizarrement spéciale lui avait façonné, riait tout seul. Gwynplaine ne s’en mêlait pas. Le dehors ne dépendait pas du dedans. Ce rire qu’il n’avait point mis sur son front, sur ses joues, sur ses sourcils, sur sa bouche, il ne pouvait l’en ôter. On lui avait à jamais appliqué le rire sur le visage. C’était un rire automatique, et d’autant plus irrésistible qu’il était pétrifié. Personne ne se dérobait à ce rictus. Deux convulsions de la bouche sont communicatives, le rire et le bâillement. Par la vertu de la mystérieuse opération probablement subie par Gwynplaine enfant, toutes les parties de son visage contribuaient à ce rictus, toute sa physionomie y aboutissait, comme une roue se concentre sur le moyeu ; toutes ses émotions, quelles qu’elles fussent, augmentaient cette étrange figure de joie, disons mieux, l’aggravaient. Un étonnement qu’il aurait eu, une souffrance qu’il aurait ressentie, une colère qui lui serait survenue, une pitié qu’il aurait éprouvée, n’eussent fait qu’accroître cette hilarité des muscles ; s’il eût pleuré, il eût ri ; et, quoi que fît Gwynplaine, quoi qu’il voulût, quoi qu’il pensât, dès qu’il levait la tête, la foule, si la foule était là, avait devant les yeux cette apparition : l’éclat de rire foudroyant.

Qu’on se figure une tête de Méduse gaie."

ernya
ernya
Habitué du forum

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par ernya Sam 13 Juil 2019 - 13:45
Pour le coup, je trouve que c'est un thème qui se prête bien à une OI. Pour ma part, je compare deux contes : La Belle et la Bête et Barbe bleue. Je fais quand même un GT sur les monstres de la mythologie, ce qui me permet de travailler la description. 
La nouvelle de Maupassant n'est pas un peu hard pour des sixièmes ?
Tim
Tim
Niveau 5

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Tim Sam 13 Juil 2019 - 14:14
"La Barbe Bleue", j'adore, mais j'avoue que "La Belle et la Bête", bien moins. Je n'aime pas trop le côté crapaud qui devient prince - pardon pour la caricature, mais c'est un peu ça, tu ne trouves pas ?
Du coup, je cherche des monstres vraiment repoussants, qui restent monstres jusqu'au bout, et qui aient également une monstruosité intérieure, ou bien un sublime qui les anime... mais je veux éviter le "en fait ce n'était pas un monstre"...
ernya
ernya
Habitué du forum

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par ernya Sam 13 Juil 2019 - 15:19
Disons que dans  "la Belle et la Bête", on met en parallèle la monstruosité physique avec le comportement amoral des soeurs. Je ne me concentre pas juste sur la Bête. D'ailleurs la retransformation ne m'intéresse pas. 
Des monstres repoussants, il y en a dans toute la mythologie. Tu as aussi l'histoire de Lycaon.
Vautrin84
Vautrin84
Niveau 9

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Vautrin84 Sam 13 Juil 2019 - 15:41
ernya a écrit:Disons que dans  "la Belle et la Bête", on met en parallèle la monstruosité physique avec le comportement amoral des soeurs. Je ne me concentre pas juste sur la Bête. D'ailleurs la retransformation ne m'intéresse pas.

Oui, tout l'intérêt d'étudier ce conte avec les élèves repose sur la question "Qui est monstrueux dans ce conte ?" et les élèves apprécient beaucoup cette étude (en même temps, je ne l'ai fait qu'une seule fois pour le moment... abi )

_________________
14e année dans l'EN !
Spoiler:
avatar
Césarion
Niveau 6

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Césarion Sam 13 Juil 2019 - 17:01
En dehors de tout ce qui a été dit sur ce fil, je fais étudier un grand classique de la littérature de jeunesse que les élèves adorent généralement : la bibliothécaire de Gudule. Extraordinaire ! Une mine ! Je le fais découvrir après L’Odyssée et c’est une bonne transition, je trouve, pour les Métamorphoses d’Ovide. On y trouve la description d’une jeune fille transformée en monstre.
henriette
henriette
Médiateur

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par henriette Sam 13 Juil 2019 - 17:30
En portrait de monstre, il y a aussi le portrait de Quasimodo.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
Persephoneia
Persephoneia
Niveau 9

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Persephoneia Lun 1 Aoû 2022 - 19:59
Je voudrais débuter l'année par un GT sur les "monstrueuses figures", je n'ai pas encore tous les textes et surtout je suis preneuse de tout conseil !

Séance 1 - Les Monstres de conte : L'Ogre (Le Petit Poucet, Le Chat Botté, Jack & le haricot magique) et la Sorcière (Dame Trude, Dame Holle et Hansel & Gretel voire La Petite Sirène mais je dois le relire ou Sacrées Sorcières)
Séance 2 - Les Êtres monstrueux : Frankestien, Quasimodo , Gwyplaine, Barbe bleue (bien que sa difformité est loin derrière les autres) et les enfants de la nouvelle de Maupassant ... Pour Gwyplaine, les collègues de cette année m'ont dit que c'était trop pour des sixièmes ...
Séance 3 - Les Monstres invisibles : La Thénardier, le Docteur Frankestien (je dois retrouver l'extrait) et l'Oiseau d'or de Grimm, la nouvelle de Maupassant, la mère de Vipère au poing

  • Je ne mets pas la Belle et la Bête qui sera en lecture cursive (Librio propose un total de 9 contes que je trouve pas mal), les monstres de l'Odyssée qui sera une OI et les Métamorphoses qui seront en lecture suivie.
  • J'hésite à inclure des animaux monstreux qui regrouperaient un dragon, le poulpe ? des Travailleurs de la Mer, il y a un requin aussi mais j'avoue que j'ai plus les références en tête.

Je ne fais pas une analyse de tous les extraits, je pense plutôt travailler en îlot : chaque îlot travaille sur un groupe de texte et on tourne d'une heure à l'autre donc 3h + 1 pour la mise en commun.
Et si j'ai mes codes d'accès dès la rentrée, je mettrai tous les textes en ligne pour ceux qui veulent les lire chez eux. J'aurais deux exemplaires de chaque séance au cas où un groupe serait plus rapide que les autres.

Me reste à réfléchir à une évaluation abi

_________________
2011-2021 : Contractuelle
2022-2023 : Stagiaire - Collège : 6/6/5/4 + 1h15 aller abi
Tangleding
Tangleding
Grand Maître

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Tangleding Lun 1 Aoû 2022 - 20:23
Salut,
Il y a aussi Moby Dick... Et Achab !

C'est en traduction. Il faut alors privilégier celle de Jaworski (édition Quarto). Ou à défaut celle d'Armel Guerne (édition Phébus). Les autres traductions sont à éviter.

EDIT: sinon les Métamorphoses d'Ovide (je bosse dessus en ce moment pour mes 6e)

_________________
"Never complain, just fight." Le monstre : extraits de romans et nouvelles 2490015017
The Paper
The Paper
Niveau 10

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par The Paper Mar 2 Aoû 2022 - 15:37
Bonjour Tim,
si tu es amateur d'humour, je te propose le monstre de mon roman  Smile  :
Les Sept de Kassiop a écrit:Enfermé dans un laboratoire depuis sa naissance jusqu'à ses seize ans, il s'était longtemps appelé Expérience35. On lui disait parfois qu'il devait s'estimer heureux en lui montrant les expériences 1 à 34, plongées dans une léthargie sans fin. Mais chaque jour, il espérait lui aussi se retrouver dans cet état, pour ne plus sentir les perfusions, les injections, les amputations...
Pétrifié (au sens propre), allongé (au sens de « rendu plus long »), éclaté (dans tous les sens), pixelisé (oui...), il avait à peu près tout subi. Et puis, un jour, il y avait eu ce tremblement de terre qui avait désoclé sa cage en locustinium...
Errant au milieu de GameCity, il fut très rapidement recueilli par un directeur de cirque qui lui donna un nom : Servin, et une nouvelle cage. Totalement difforme, « l'humain qui n'a plus rien d'humain » fascinait les spectateurs, surtout lorsqu'il exhibait son bras en pierre, son pied joueur d'échecs, ou qu'un peu d'acide giclait d'un de ses nombreux pustules. Le spectacle était différent chaque jour car les effets secondaires de ses traitements continuaient à le métamorphoser : il lui poussait des griffes, des bosses, des tentacules, qui pouvaient disparaître comme ils étaient venus.
A part un garçonnet qui venait parfois, en cachette, lui apporter une friandise (« bien »), les gens étaient méchants avec lui : ils l'insultaient ou lui lançaient des objets pointus (« mal »), ou faisaient les deux (« maal »).
Un soir, quelques touristes crurent qu'ils pouvaient s'amuser à le rouer de coups, avec la bénédiction du directeur souriant comme quelqu'un de bien rémunéré (« maaal »). Mais la nouvelle cage n'était pas une cage de laboratoire, c'était une simple cage de cirque bonne pour les hyènes, autrement dit rien du tout...
A présent, Servin errait de nouveau dans la rue. Ce que ne pourrait plus jamais faire ni les touristes, ni le directeur du cirque.
Servin, l'humain qui n'était plus humain, manquait de neurones dans ce qu'il lui restait de cerveau, mais il y avait une chose qu'il savait encore : faire la différence entre un humain encore humain qui vous veut du bien et un humain encore humain qui vous veut du mal. Par exemple, les dix colosses encore humains qui avançaient vers lui avec des chapeaux en métal sur la tête, des gros bâtons piquants dans les mains et des grimaces sur leurs visages, c'était facile de deviner qu'ils ne lui apportaient pas des friandises comme le petit garçon.
Le bras rocailleux levé, Servin fondit sur eux :
« maaaal ! »

_________________
Etude de "Manon Lescaut" https://www.amazon.fr/dp/B0B8BM227F
trompettemarine
trompettemarine
Grand Maître

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par trompettemarine Mer 3 Aoû 2022 - 10:46
Attention pour des sixièmes certaines œuvres me semblent fort difficiles.
EDIT : Pour le contenu, j'étudierai plutôt les œuvres de ta troisième séance en quatrième ou en troisième.


Dernière édition par trompettemarine le Ven 5 Aoû 2022 - 10:41, édité 3 fois
Persephoneia
Persephoneia
Niveau 9

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Persephoneia Jeu 4 Aoû 2022 - 13:31
trompettemarine a écrit:Attention pour des sixièmes certaines œuvres me semblent fort difficiles.

Lesquelles ? Qu'entends-tu par difficile ? Dans leur contenu ou dans leur étude ?

_________________
2011-2021 : Contractuelle
2022-2023 : Stagiaire - Collège : 6/6/5/4 + 1h15 aller abi
cannelle21
cannelle21
Vénérable

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par cannelle21 Jeu 4 Aoû 2022 - 23:25
La question de la monstruosité est abordée dans la pièce de théâtre jeunesse L’ogrelet, de Lebeau. C’est un chouette texte.

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
trompettemarine
trompettemarine
Grand Maître

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par trompettemarine Ven 5 Aoû 2022 - 10:39
Persephoneia a écrit:
trompettemarine a écrit:Attention pour des sixièmes certaines œuvres me semblent fort difficiles.

Lesquelles ? Qu'entends-tu par difficile ? Dans leur contenu ou dans leur étude ?

Je viens de répondre en éditant mon post.
Pardon, je me suis trompée de manipulation entre répondre et éditer.

Lors des anciens programmes de lycée, il arrivait qu on étudiât le thème du monstre, on étudiait Hugo, Maupassant, ou des textes plus complexes (Montaigne, Diderot).
On associait souvent le film 'Freaks" qui fait partie de la liste des films proposés par lycéens au cinéma.

Persephoneia
Persephoneia
Niveau 9

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par Persephoneia Ven 5 Aoû 2022 - 18:44
Merci @cannelle21 je ne le connais pas.

@trompettemarine : j'aurais bien aimé voir la version lycée, tiens. En travaillant ma progression de quatrième, je me suis fait la réflexion du coup je vais partir sur les animaux monstrueux et je garderais mes textes pour mes quatrièmes.

Direction le bestiaire monstrueux !

_________________
2011-2021 : Contractuelle
2022-2023 : Stagiaire - Collège : 6/6/5/4 + 1h15 aller abi
trompettemarine
trompettemarine
Grand Maître

Le monstre : extraits de romans et nouvelles Empty Re: Le monstre : extraits de romans et nouvelles

par trompettemarine Sam 6 Aoû 2022 - 11:46
N'hésite pas à me relancer en mp dans une dizaine de jours lorsque j'aurai mes fichiers.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum