Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Cléopatra2
Esprit éclairé

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Cléopatra2 le Jeu 31 Oct - 6:08
Je comprends bien ce que tu dis de l'intelligence collective. Néanmoins je me demande s'il est possible de mettre en place collectivement des process qui permettent au prof de faire progresser des élèves dans son cours. Si ce sont des façons de faire cours, j'ai des doutes. Après, si ce sont des mesures de bon sens du style : donner des devoirs de telle et telle façon (ou ne pas en donner), relever le matériel oublié etc. pourquoi pas.
Mais l'expérience me dit que :
- même des décisions prises volontairement ne sont pas appliquées
- mêmes les processus "exigées" par le RI du style : chewing-gum, portable, casquette et manteaux ne sont pas respectés par la majorité des enseignants. Il doit y avoir une raison à cela, que je ne connais pas (mais que ça m'énerve).
Dadoo33
Dadoo33
Esprit éclairé

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Dadoo33 le Jeu 31 Oct - 7:12
@Cléopatra2 a écrit:Je comprends bien ce que tu dis de l'intelligence collective. Néanmoins je me demande s'il est possible de mettre en place collectivement des process qui permettent au prof de faire progresser des élèves dans son cours. Si ce sont des façons de faire cours, j'ai des doutes. Après, si ce sont des mesures de bon sens du style : donner des devoirs de telle et telle façon (ou ne pas en donner), relever le matériel oublié etc. pourquoi pas.
Mais l'expérience me dit que :
- même des décisions prises volontairement ne sont pas appliquées
- mêmes les processus "exigées" par le RI du style : chewing-gum, portable, casquette et manteaux ne sont pas respectés par la majorité des enseignants. Il doit y avoir une raison à cela, que je ne connais pas (mais que ça m'énerve).


Bien que certaines règles soient intangibles,  la gestion de classe est aussi qlq chose de personnelle. Chacun a son seuil de tolérance.

Les élèves jouent le jeu pour les casquettes.
Personnellement, les chewing-gums je m’en moque tant que l’élève ne le mâchouille pas ostensiblement  comme une vache au salon de l’agriculture.
Idem pour les manteaux: je ne suis pas du tout frileuse mais je peux comprendre que certains aient froid et même si ce n’est pas le cas cela m’est égal.  Bon sauf s’il fait chaud.
Certains jugeront que je suis trop cool sur ces deux points.

En revanche, je suis intraitable sur les portables: les élèves ne posent pas un orteil ds ma salle avec leur téléphone et leurs écouteurs. Quand le cours est fini, ils doivent attendre d’être dehors pour les sortir à nouveau sauf que certains collègues ne fonctionnent pas ainsi.
Les élèves doivent demander pour se lever, ouvrir une fenêtre, changer de chaises, demander un truc à son camarade etc...
Pour certains collègues, je suis trop stricte.

Les élèves sont capables de s’adapter en fonction des profs aussi.


Le cde et les cpe sont au courant. Je gère mes classes et c’est l’essentiel pour eux.
Je refuserais que l’on vienne m’imposer quoi que ce soit à ce niveau là.
beaverforever
beaverforever
Niveau 7

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par beaverforever le Jeu 31 Oct - 11:37
Le travail collectif peut porter sur des règles de vie de classe, il peut aussi porter sur des objectifs pédagogiques : Qu'est-ce qu'un développement construit qui vaut 20/20, 16/20, 12/20 (en 3e, en 4e...) ? Quels sont les modèles de développements construits que nous allons photocopier et donner aux élèves pour qu'ils s'alignent sur les exigences de l'équipe disciplinaire ? Quels critères de réussite allons-nous communiquer aux élèves ? Quel niveau est attendu en fin de 6e, 5e, 4e et 3e ? Quelles sont les connaissances que les élèves devront retenir à la fin de l'année ? etc.

La difficulté est de choisir des objectifs pédagogiques pertinents. Par exemple, si l'équipe décide qu'une copie niveau agrégation en 3e mérite un 8/20 ou que trois mots sur une feuille mérite un 20/20, cela va aller à l'encontre de la progression des élèves. Par contre échanger pertinemment sur le niveau des attentes permet de mieux voir la progression des élèves, de la mesurer collectivement, et de mieux s'ajuster aux besoins.

Alors, je suis d'accord sur le fait que c'est très difficile et que l'institution telle qu'elle fonctionne empêche pour l'essentiel ce genre de démarche, qui restent souvent de l'ordre de l'impensé ou de l'impensable. Pour qu'un tel travail d'équipe, il faut du temps, de la tolérance, de l'écoute et une organisation qui structure la mise en oeuvre de cette intelligence collective. Helen Timperley qui a mis en place ce type de fonctionnement en Nouvelle Zélande souligne bien qu'au début les décideurs politiques et administratifs pensent que tels changements vont être rapides et bons marchés (quelques heures de formation en gros), puis se rendent compte que s'ils veulent un vrai résultat, cela prend du temps et coûte de l'argent.
http://www.ibe.unesco.org/fileadmin/user_upload/Publications/Educational_Practices/EdPractices_18.pdf
Lagomorphe
Lagomorphe
Niveau 8

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Lagomorphe le Jeu 31 Oct - 14:39
@beaverforever a écrit:Le travail collectif peut porter sur des règles de vie de classe, il peut aussi porter sur des objectifs pédagogiques : Qu'est-ce qu'un développement construit qui vaut 20/20, 16/20, 12/20 (en 3e, en 4e...) ? Quels sont les modèles de développements construits que nous allons photocopier et donner aux élèves pour qu'ils s'alignent sur les exigences de l'équipe disciplinaire ? Quels critères de réussite allons-nous communiquer aux élèves ? Quel niveau est attendu en fin de 6e, 5e, 4e et 3e ? Quelles sont les connaissances que les élèves devront retenir à la fin de l'année ? etc.

J'aurais plutôt tendance à penser qu'il appartient à l'institution de définir clairement les attendus d'un programme - et pas en vague termes extrêmement flous comme c'est le cas actuellement. Surtout si c'est pour ne pas les respecter, en exigeant par exemple un mot-clé absent du programme dans un barème de bac - situation vécue plusieurs fois.

Le simple fait, puisque j'en parle, qu'un barème de bac nécessite une commission d'harmonisation préalable à son utilisation, commission à l'échelle seulement académique voire départementale, prouve l'absence de réelle volonté de l'EN de définir des attendus clairs. Dès lors, quelle est la légitimité d'un travail collectif pour définir des exigences locales ? Puisque l'EN s'en lave les mains, mes exigences dans ma classe vaudront bien celle de mes collègues. Puisqu'in fine il nous est impossible de prévoir quelles exigences vont être pondues pour l'examen auquel nous préparons, rester dans l'aléatoire unipersonnel n'est pas pire qu'un aléatoire collectif
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Marie Laetitia le Jeu 31 Oct - 14:44
@beaverforever a écrit:Le travail collectif peut porter sur des règles de vie de classe, il peut aussi porter sur des objectifs pédagogiques : Qu'est-ce qu'un développement construit qui vaut 20/20, 16/20, 12/20 (en 3e, en 4e...) ? Quels sont les modèles de développements construits que nous allons photocopier et donner aux élèves pour qu'ils s'alignent sur les exigences de l'équipe disciplinaire ? Quels critères de réussite allons-nous communiquer aux élèves ? Quel niveau est attendu en fin de 6e, 5e, 4e et 3e ? Quelles sont les connaissances que les élèves devront retenir à la fin de l'année ? etc.

La difficulté est de choisir des objectifs pédagogiques pertinents. Par exemple, si l'équipe décide qu'une copie niveau agrégation en 3e mérite un 8/20 ou que trois mots sur une feuille mérite un 20/20, cela va aller à l'encontre de la progression des élèves. Par contre échanger pertinemment sur le niveau des attentes permet de mieux voir la progression des élèves, de la mesurer collectivement, et de mieux s'ajuster aux besoins.

Définir cela au niveau local n'a aucun sens. C'est au niveau national que ce doit être fait et clairement.

_________________
 De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Elyas
Elyas
Empereur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Elyas le Jeu 31 Oct - 14:49
@Marie Laetitia a écrit:
@beaverforever a écrit:Le travail collectif peut porter sur des règles de vie de classe, il peut aussi porter sur des objectifs pédagogiques : Qu'est-ce qu'un développement construit qui vaut 20/20, 16/20, 12/20 (en 3e, en 4e...) ? Quels sont les modèles de développements construits que nous allons photocopier et donner aux élèves pour qu'ils s'alignent sur les exigences de l'équipe disciplinaire ? Quels critères de réussite allons-nous communiquer aux élèves ? Quel niveau est attendu en fin de 6e, 5e, 4e et 3e ? Quelles sont les connaissances que les élèves devront retenir à la fin de l'année ? etc.

La difficulté est de choisir des objectifs pédagogiques pertinents. Par exemple, si l'équipe décide qu'une copie niveau agrégation en 3e mérite un 8/20 ou que trois mots sur une feuille mérite un 20/20, cela va aller à l'encontre de la progression des élèves. Par contre échanger pertinemment sur le niveau des attentes permet de mieux voir la progression des élèves, de la mesurer collectivement, et de mieux s'ajuster aux besoins.

Définir cela au niveau local n'a aucun sens. C'est au niveau national que ce doit être fait et clairement.

Effectivement mais cela n'est pas possible pour deux raisons :
- il y a une tension sur la grille d'évaluation dans l'institution entre ceux pour aller vers l'élitisme et ceux qui veulent que tous réussissent. Ils ne s'entendent pas (au sens de la compréhension) et ils sont trop dogmatiques.
- La même tension existe dans la base.

La seule solution est une émergence d'un consensus depuis la base qui monte petit à petit jusqu'au national. Cela appellerait un mode organisationnel et décisionnel nouveau où la base est considérée et respectée . On n'y est pas.
Fesseur Pro
Fesseur Pro
Grand Maître

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Fesseur Pro le Jeu 31 Oct - 15:03
@Dadoo33 a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:Je comprends bien ce que tu dis de l'intelligence collective. Néanmoins je me demande s'il est possible de mettre en place collectivement des process qui permettent au prof de faire progresser des élèves dans son cours. Si ce sont des façons de faire cours, j'ai des doutes. Après, si ce sont des mesures de bon sens du style : donner des devoirs de telle et telle façon (ou ne pas en donner), relever le matériel oublié etc. pourquoi pas.
Mais l'expérience me dit que :
- même des décisions prises volontairement ne sont pas appliquées
- mêmes les processus "exigées" par le RI du style : chewing-gum, portable, casquette et manteaux ne sont pas respectés par la majorité des enseignants. Il doit y avoir une raison à cela, que je ne connais pas (mais que ça m'énerve).


Bien que certaines règles soient intangibles,  la gestion de classe est aussi qlq chose de personnelle. Chacun a son seuil de tolérance.

Les élèves jouent le jeu pour les casquettes.
Personnellement, les chewing-gums je m’en moque tant que l’élève ne le mâchouille pas ostensiblement  comme une vache au salon de l’agriculture.
Idem pour les manteaux: je ne suis pas du tout frileuse mais je peux comprendre que certains aient froid et même si ce n’est pas le cas cela m’est égal.  Bon sauf s’il fait chaud.
Certains jugeront que je suis trop cool sur ces deux points.

En revanche, je suis intraitable sur les portables: les élèves ne posent pas un orteil ds ma salle avec leur téléphone et leurs écouteurs. Quand le cours est fini, ils doivent attendre d’être dehors pour les sortir à nouveau sauf que certains collègues ne fonctionnent pas ainsi.
Les élèves doivent demander pour se lever, ouvrir une fenêtre, changer de chaises, demander un truc à son camarade etc...
Pour certains collègues, je suis trop stricte.

Les élèves sont capables de s’adapter en fonction des profs aussi.


Le cde et les cpe sont au courant. Je gère mes classes et c’est l’essentiel pour eux.
Je refuserais que l’on vienne m’imposer quoi que ce soit à ce niveau là.
Mouais...
Dans certains établissements, le respect par tous les collègues du RI permet une cohésion d'ensemble et un cadre pour tenir les élèves.
C'est également utile pour des collègues "en difficulté" d'avoir un cadre bien établi.
C'est aussi valeur d'exemplarité pour les élèves de savoir que tous les enseignants suivent eux aussi des règles et qu'on ne fait pas ce qu'on veut.
Et enfin, c'est un peu se mettre en avant par rapport aux autres collègues, genre avec moi ça va, pas besoin de suivre les règles générales.
Et leur faire cracher les chewing-gum et enlever les manteaux me semble être la moindre des choses dans un établissement scolaire.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
mathmax
mathmax
Érudit

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par mathmax le Jeu 31 Oct - 15:17
Les chewing-gum je comprends, c'est une question de politesse, encore que le combat me semble perdu depuis plusieurs années étant donné le nombre de professionnels qui reçoivent des clients en machouillant. Mais les manteaux  De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 3795679266

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
ysabel
ysabel
Devin

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par ysabel le Jeu 31 Oct - 15:19
Mouais… les manteaux… j'exigerai que les élèves retirent leurs manteaux quand moi-même je pourrai enlever le mien sans être frigorifiée, sachant que moi je bouge alors que les élèves restent immobiles.
Evidemment, le gamin qui me demande d'ouvrir la fenêtre alors qu'il a sa veste se fait allumer.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Monsieur_Tesla
Monsieur_Tesla
Niveau 9

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Monsieur_Tesla le Jeu 31 Oct - 15:23
@ysabel a écrit:Mouais… les manteaux… j'exigerai que les élèves retirent leurs manteaux quand moi-même je pourrai enlever le mien sans être frigorifiée, sachant que moi je bouge alors que les élèves restent immobiles.
Evidemment, le gamin qui me demande d'ouvrir la fenêtre alors qu'il a sa veste se fait allumer.

Idem, la semaine avant les vacances, il faisait 13°C dans le laboratoire !

_________________
Ce que j'entends je l'oublie.
Ce que le lis je le retiens.
Ce que je fais, je le comprends !

Tchuang Tseu
Elyas
Elyas
Empereur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Elyas le Jeu 31 Oct - 15:37
Hors température glaciale (événement connu qu'une fois lors d'une panne de chauffage), je suis intraitable sur les manteaux. C'est à la fois symbolique et pratique. Symbolique parce que cela témoigne du fait que les élèves distinguent le hors la classe de la salle de classe dédiée au travail. Pratique parce que les manteaux gênent souvent la psychomotricité fine des élèves.
beaverforever
beaverforever
Niveau 7

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par beaverforever le Jeu 31 Oct - 15:51
@Marie Laetitia a écrit:Définir cela au niveau local n'a aucun sens. C'est au niveau national que ce doit être fait et clairement.
Je ne serai pas aussi affirmatif.

Il est possible de définir précisément les niveaux de réussite à l'échelle nationale. Aux Etats-Unis, les niveaux attendus à l'examen SAT sont très transparents. Par exemple, l'organisme de certification a produit huit réponses d'élèves à un même sujet, chacune représentant huit niveaux de réussite avec des justifications d'évaluation. Ceci dit, cela n'empêcherait pas qu'au niveau local, une discussion approfondie existe pour trouver les meilleurs moyens pour emmener les élèves à ce niveau. (Le niveau initial des élèves peut varier d'un établissement à l'autre par exemple).
https://collegereadiness.collegeboard.org/sample-questions/essay/1

En France, le niveau attendu à l'examen semble caché, tabou ou impensé. Ce qui, je suis d'accord, désorganise fortement le travail des élèves et des enseignants. Cependant une discussion sérieuse, à l'échelle locale sur le niveau attendu, permettrait de clarifier les attentes des membres de l'équipe pédagogique, de formuler ces attentes aux élèves et d'organiser ses attentes dans une progression. Cela devrait améliorer les conditions de travail des enseignants et des élèves, qui sauront alors dans quelle direction aller, notamment dans le cadre d'une progression sur plusieurs années. De plus, en faisant une synthèse (qui ne serait ni un moyenne, ni le moins disant) des attentes des collègues, on devrait minimiser les erreurs de critères de réussite.

Ce type de discussion locale peut avoir du sens, à mon humble avis.

Ceci dit, je pense aussi que les conditions pour que ces discussions aient du sens et de la valeur professionnelle sont très rarement réunies. Les collègues doivent faire preuve d'écoute et de tolérance, doivent avoir du temps, la direction doit soutenir la réflexion sans la fermer tout en la faisant aboutir, il faut maintenir un flux de réunion régulier, et surtout il ne faut pas que ces efforts soient mis à mal par l'institution (avec des consignes de correction officielle du type "s'il y a un mot, on met tous les points" pour évaluer un paragraphe).


Dernière édition par beaverforever le Jeu 31 Oct - 16:07, édité 1 fois
Malaga
Malaga
Modérateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Malaga le Jeu 31 Oct - 15:52
Les manteaux me gênent peu en classe surtout que certains élèves portent des vestes dont j'ai parfois du mal à voir si elles appartiennent à la catégorie vêtements d'intérieur ou d'extérieur. Évidemment, un élève qui garde une grosse doudoune, je vais lui demander de l'enlever. Une veste légère, je m'en moque.

_________________
De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Banana244   De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Banana244     De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Banana244

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
Fesseur Pro
Fesseur Pro
Grand Maître

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Fesseur Pro le Jeu 31 Oct - 15:57
@Elyas a écrit:Hors température glaciale (événement connu qu'une fois lors d'une panne de chauffage), je suis intraitable sur les manteaux. C'est à la fois symbolique et pratique. Symbolique parce que cela témoigne du fait que les élèves distinguent le hors la classe de la salle de classe dédiée au travail. Pratique parce que les manteaux gênent souvent la psychomotricité fine des élèves.
+ 1
Et il me semble aussi que c'est une question de savoir-vivre.
C'est un tout.
Et ça évite les élèves qui les gardent uniquement par provocation.
Hors températures glaciales bien entendu.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
ysabel
ysabel
Devin

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par ysabel le Jeu 31 Oct - 17:19
@Elyas a écrit:Hors température glaciale (événement connu qu'une fois lors d'une panne de chauffage), je suis intraitable sur les manteaux. C'est à la fois symbolique et pratique. Symbolique parce que cela témoigne du fait que les élèves distinguent le hors la classe de la salle de classe dédiée au travail. Pratique parce que les manteaux gênent souvent la psychomotricité fine des élèves.

Le problème c'est que la sensation de froid n'est pas la même pour tout le monde. Moi, à 19 ou 20°c, assise si je n'ai qu'une polaire sur moi je suis frigorifiée et rapidement je ne peux plus écrire, plus écouter, plus penser. Le matin, en hiver au lycée, je suis contrainte de garder mon manteau en classe le temps que la salle se réchauffe (si elle le veut bien) et la température n'est pas glaciale pourtant…

La semaine qui précédait les vacances, des filles de seconde m'ont remercié de ne pas les obliger à enlever leur veste.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Marie Laetitia
Marie Laetitia
Bon génie

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Marie Laetitia le Jeu 31 Oct - 17:39
@Elyas a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@beaverforever a écrit:Le travail collectif peut porter sur des règles de vie de classe, il peut aussi porter sur des objectifs pédagogiques : Qu'est-ce qu'un développement construit qui vaut 20/20, 16/20, 12/20 (en 3e, en 4e...) ? Quels sont les modèles de développements construits que nous allons photocopier et donner aux élèves pour qu'ils s'alignent sur les exigences de l'équipe disciplinaire ? Quels critères de réussite allons-nous communiquer aux élèves ? Quel niveau est attendu en fin de 6e, 5e, 4e et 3e ? Quelles sont les connaissances que les élèves devront retenir à la fin de l'année ? etc.

La difficulté est de choisir des objectifs pédagogiques pertinents. Par exemple, si l'équipe décide qu'une copie niveau agrégation en 3e mérite un 8/20 ou que trois mots sur une feuille mérite un 20/20, cela va aller à l'encontre de la progression des élèves. Par contre échanger pertinemment sur le niveau des attentes permet de mieux voir la progression des élèves, de la mesurer collectivement, et de mieux s'ajuster aux besoins.

Définir cela au niveau local n'a aucun sens. C'est au niveau national que ce doit être fait et clairement.

Effectivement mais cela n'est pas possible pour deux raisons :
- il y a une tension sur la grille d'évaluation dans l'institution entre ceux pour aller vers l'élitisme et ceux qui veulent que tous réussissent. Ils ne s'entendent pas (au sens de la compréhension) et ils sont trop dogmatiques.
- La même tension existe dans la base.

La seule solution est une émergence d'un consensus depuis la base qui monte petit à petit jusqu'au national. Cela appellerait un mode organisationnel et décisionnel nouveau où la base est considérée et respectée . On n'y est pas.

Il y a plus qu'une opposition binaire entre les partisans de l'élitisme et ceux qui sont favorables à une réussite "de tous". Sur le terrain, il y a aussi ceux qui sont convaincus que "nos élèves ne sont pas capables de ça". Bah si. Mais à force de baisser les exigences, on ne peut pas y arriver.
Et "ça", c'est par exemple amener les élèves à rédiger une page ou deux sur un sujet au lieu de leur demander de réciter leur leçon.
Avec mon collègue, la discussion est bloquée sur ce point depuis le début (le fait qu'il complexe, aussi idiot que cela soit, n'aide absolument pas). Donc, on pourra nous mettre autour d'une table, le résultat sera connu d'avance, hélas.

En revanche, les programmes seraient plus clairement formulés avec, par exemple, des attendus nets en matière de vocabulaire, fixés nationalement, ou encore une vraie cohérence entre les ambitions des programmes (plutôt considérables en HG) et les consignes de correction au brevet, au niveau du collège, ça aiderait pas mal.

_________________
 De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Dlb10
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. [...] Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Dadoo33
Dadoo33
Esprit éclairé

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Dadoo33 le Jeu 31 Oct - 17:46
@Fesseur Pro a écrit:
@Dadoo33 a écrit:
@Cléopatra2 a écrit:Je comprends bien ce que tu dis de l'intelligence collective. Néanmoins je me demande s'il est possible de mettre en place collectivement des process qui permettent au prof de faire progresser des élèves dans son cours. Si ce sont des façons de faire cours, j'ai des doutes. Après, si ce sont des mesures de bon sens du style : donner des devoirs de telle et telle façon (ou ne pas en donner), relever le matériel oublié etc. pourquoi pas.
Mais l'expérience me dit que :
- même des décisions prises volontairement ne sont pas appliquées
- mêmes les processus "exigées" par le RI du style : chewing-gum, portable, casquette et manteaux ne sont pas respectés par la majorité des enseignants. Il doit y avoir une raison à cela, que je ne connais pas (mais que ça m'énerve).


Bien que certaines règles soient intangibles,  la gestion de classe est aussi qlq chose de personnelle. Chacun a son seuil de tolérance.

Les élèves jouent le jeu pour les casquettes.
Personnellement, les chewing-gums je m’en moque tant que l’élève ne le mâchouille pas ostensiblement  comme une vache au salon de l’agriculture.
Idem pour les manteaux: je ne suis pas du tout frileuse mais je peux comprendre que certains aient froid et même si ce n’est pas le cas cela m’est égal.  Bon sauf s’il fait chaud.
Certains jugeront que je suis trop cool sur ces deux points.

En revanche, je suis intraitable sur les portables: les élèves ne posent pas un orteil ds ma salle avec leur téléphone et leurs écouteurs. Quand le cours est fini, ils doivent attendre d’être dehors pour les sortir à nouveau sauf que certains collègues ne fonctionnent pas ainsi.
Les élèves doivent demander pour se lever, ouvrir une fenêtre, changer de chaises, demander un truc à son camarade etc...
Pour certains collègues, je suis trop stricte.

Les élèves sont capables de s’adapter en fonction des profs aussi.


Le cde et les cpe sont au courant. Je gère mes classes et c’est l’essentiel pour eux.
Je refuserais que l’on vienne m’imposer quoi que ce soit à ce niveau là.
Mouais...
Dans certains établissements, le respect par tous les collègues du RI permet une cohésion d'ensemble et un cadre pour tenir les élèves.
C'est également utile pour des collègues "en difficulté" d'avoir un cadre bien établi.
C'est aussi valeur d'exemplarité pour les élèves de savoir que tous les enseignants suivent eux aussi des règles et qu'on ne fait pas ce qu'on veut.
Et enfin, c'est un peu se mettre en avant par rapport aux autres collègues, genre avec moi ça va, pas besoin de suivre les règles générales.
Et leur faire cracher les chewing-gum et enlever les manteaux me semble être la moindre des choses dans un établissement scolaire.


Mouais comme vous dites « dans certains établissements ».

Et je ne me mets nullement en avant. Merci de ne pas me prêter des intentions que je n’ai pas.
Vous voulez  parler de cohésion et de collectif.  Les téléphones sont interdits en cours dans mon lycée et tout élève doit être sanctionné si pris avec. Cependant, certains collègues en difficulté ou pas n’appliquent pas ces deux points : « oui mais tu comprends ».
On parle aussi des retards ?
Comme quoi...
Donc, évitez d’employer un temps péremptoire  et d’être dans le jugement pour me donner votre point de vue.

Les élèves connaissent déjà les règles RI ou pas. Ils sont à l’école depuis des années. S’ils les transgressent les règles, il s’agit de leur responsabilité.


+1 Ysabel pour les manteaux.
Rendash
Rendash
Enchanteur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Rendash le Jeu 31 Oct - 18:27
@Fesseur Pro a écrit:
@Elyas a écrit:Hors température glaciale (événement connu qu'une fois lors d'une panne de chauffage), je suis intraitable sur les manteaux. C'est à la fois symbolique et pratique. Symbolique parce que cela témoigne du fait que les élèves distinguent le hors la classe de la salle de classe dédiée au travail. Pratique parce que les manteaux gênent souvent la psychomotricité fine des élèves.
+ 1
Et il me semble aussi que c'est une question de savoir-vivre.
C'est un tout.
Et ça évite les élèves qui les gardent uniquement par provocation.
Hors températures glaciales bien entendu.

Mouais. Je me fiche pas mal des manteaux, d'autant que j'ouvre systématiquement les fenêtres pour aérer et que je fais cours porte ouverte : il fait donc assez frais dans ma salle. J'ai chaud au-delà de 15°C, d'autres ont froid en-deçà de 25°C ; qu'ils les gardent, donc. Si ça gêne leur motricité fine, c'est leur gamelle, pas la mienne.
(autrement dit, ça ne me fait ni chaud ni froid De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 437980826 ). Les élèves n'étant pas plus débiles que les adultes, ils savent très bien qu'UnTel est intraitable sur les manteaux et qu'UnAutre s'en troubidonne le goudaillou, et n'en sont pas perturbés pour autant. Il me semble qu'il y a deux ou trois règles élémentaires à mettre en place avant de se préoccuper de ce genre de choses, y compris dans l'aide à apporter aux collègues en difficulté.


_________________
De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
TFS
TFS
Niveau 9

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par TFS le Jeu 31 Oct - 20:24
@Une passante a écrit:
Mais j'ai envie de hurler "mais put**** qu'on nous laisse faire notre boulot tranquillement !!!"
Notre boulot, c'est enseigner,
- pas élaborer des projets qui n'ont d'autres buts qu'eux-mêmes,
- pas devenir des CO-psys,
- pas être des CPE (ce à quoi m'a fait penser notamment la réunion sur les violences sur un certain parvis),
- pas gérer l'établissement à la place du CDE (qui peut proposer sans imposer, être ouvert aux remarques, mais auquel revient la responsabilité du choix, ce n'est pas compliqué quand même de diffuser un mail donnant par exemple les dates des devoirs blancs, de demander s'il y a des remarques puis de proposer des modifications- pas besoin de se réunir pour cela, surtout que c'est rarement sur l'instant qu'on voit les soucis éventuels),
- pas remédier aux problématiques sociétales via diverses actions imposées en dehors de toute considération pour nos cours, nos progressions (que c'est humiliant de voir que notre DS prévu de longue date ne pèse rien face à la sortie "lycéens au cinéma" dont on ne nous parle qu'une semaine avant)

On a l'impression que faire cours est devenu une activité accessoire, perdue au milieu des réunions / sorties / voyages / projets... alors que c'est le cœur même de notre métier. Et pour recentrer sur la question initiale : tout ce qui éloigne du cœur de notre métier, surtout si c'est imposé, ne peut être perçu que comme une perte de temps...

+ 1000

Avant-hier, conseil pédagogique... de 3 h 40 ! Pour au final très peu de informations, des heures de discussions sans fin et inutiles et encore moins de décisions tangibles. J'ai repris lundi et suis déjà épuisé...
avatar
pseudo-intello
Expert

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par pseudo-intello le Dim 3 Nov - 11:52
@Rendash a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:
@Elyas a écrit:Hors température glaciale (événement connu qu'une fois lors d'une panne de chauffage), je suis intraitable sur les manteaux. C'est à la fois symbolique et pratique. Symbolique parce que cela témoigne du fait que les élèves distinguent le hors la classe de la salle de classe dédiée au travail. Pratique parce que les manteaux gênent souvent la psychomotricité fine des élèves.
+ 1
Et il me semble aussi que c'est une question de savoir-vivre.
C'est un tout.
Et ça évite les élèves qui les gardent uniquement par provocation.
Hors températures glaciales bien entendu.

Mouais. Je me fiche pas mal des manteaux, d'autant que j'ouvre systématiquement les fenêtres pour aérer et que je fais cours porte ouverte : il fait donc assez frais dans ma salle. J'ai chaud au-delà de 15°C, d'autres ont froid en-deçà de 25°C ; qu'ils les gardent, donc. Si ça gêne leur motricité fine, c'est leur gamelle, pas la mienne.
(autrement dit, ça ne me fait ni chaud ni froid  De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 437980826 ). Les élèves n'étant pas plus débiles que les adultes, ils savent très bien qu'UnTel est intraitable sur les manteaux et qu'UnAutre s'en troubidonne le goudaillou, et n'en sont pas perturbés pour autant. Il me semble qu'il y a deux ou trois règles élémentaires à mettre en place avant de se préoccuper de ce genre de choses, y compris dans l'aide à apporter aux collègues en difficulté.  


Loi, je suis frileuse ; s'il fait frais, j'autorise les élèves à garder leur manteau, sinon, ils doivent l'enlever. Si je n'ai pas froid, personne n'a froid.
De ce fait, c'est plutôt le contraire qui se produit ; certains demandent à ouvrir les fenêtres, je refuse parce que j'ai froid ou que je suis malade (ou que j'entends des élèves tousser), et il y a toujours un péquin ou une péronnelle pour râler mais qui ne veut pas pour autant enlever son pull, allez comprendre).
Fesseur Pro
Fesseur Pro
Grand Maître

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Fesseur Pro le Dim 3 Nov - 11:55
Si ça tousse/crache/mouche dans les classes, il vaut mieux aérer un peu pour "tuer les microbes" qui se régalent dans le chaud.
Et enlever les manteaux/écharpes/couvertures...

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
Lefteris
Lefteris
Empereur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Lefteris le Dim 3 Nov - 14:13
@Orlanda a écrit:Je ne dis pas l'accueil que je ferais à quelqu'un qui voudrait nous enrichir, moi et mes pratiques, malgré moi. En fait, là est le noeud du problème: c'est toujours malgré nous.

Je cherche toujours à rendre mes cours meilleurs - quand je ne suis accablée par des tas de tâches chronophages, car il faut se sentir libre et dégagé pour réfléchir et apprendre -, et cela passe par des lectures, des échanges informels avec des collègues, mais la maturation de tout cela est un travail nécessairement solitaire.

Evidemment : vouloir nous "enrichir" part d'un principe de défiance, quoi qu'on dise, et d'un autre principe : nous faire faire autre chose qu'enseigner. Un professeur ne cesse de lire, de se documenter, et il va de soi qu'il fait tout pour que le contenu soit bon, et que ses choix soient les plus adaptés aux contraintes,notamment horaires, qui sont de plus en plus dures. Pas un jour où je ne me demande si je sacrifie tel point de grammaire ou tel texte, et je prends la décision en mon âme et conscience. Je ne vois pas ce qu'une réunion avec des gens qui ne sont pas de ma discipline, ou qui n'enseignent plus, ou qui enseignent et ne sont pas face à la même situation peuvent apporter. Une "pratique" (je finis par détester ce terme qui s'est imposé dans les éléments de langage) ne peut qu'être liée au contenu de ce qu'on enseigne. Je préfère avoir des "méthodes", de chemins pensés et réfléchis. C'est d'ailleurs ce qu'on devrait comprendre quand on nous bassine avec le terme "didactique", qui veut tout simplement dire "enseignement". Mais voilà, le grec pas maîtrisé aux mains des pédants et des managers, ça donne un autre concept, un peu comme "pédagogie".

Après, la seule "équipe" avec laquelle il faut composer est celle de tell ou telle classe, pour régler les problèmes de discipline, d'absentéisme, etc. Mais ça ne demande pas des réunions à l'infini, qui soit nous bouffent notre temps de cours, soit notre temps libre, et qui dans les deux cas sont détestables.  Qu'on nous foute la paix, du moment que nous faisons les programmes, ou que nous essayons.



@*Ombre* a écrit:Mais il y a à rebours quelque chose d'assez étonnant à vouloir à toute force faire travailler de concert des personnes qui ne se sont pas choisies, arrivées là par le hasard des mutations, et ayant parfois des conceptions pédagogiques diamétralement opposées. Une grosse équipe, c'est, au mieux, en collège, une dizaine collègues de la même matière. Il est assez naïf de penser que ces personnes rassemblées par le hasard sont les mieux placées pour s'enrichir mutuellement.
Exactement, en lettres c'est plutôt l'inverse : nous n'étudions pas les mêmes oeuvres, nous ne voyons pas les choses pareilles, nous ne faisons pas la même part entre grammaire et littérature.Toute réunion ne peut conduire qu'à une succession de monologues,  ou alors de disputes, si l'un cherche à imposer ses vues aux autres. La seule mise en commun peut être le partage des examens blancs.

@Fires of Pompeii a écrit:
Maintenant, sur le fait que "la conception du métier a changé", comme tu dis, non : on peut avoir la conception du métier que l'on veut. Personne ne m'en imposera une. Je persiste à penser que mon travail c'est celui que je fais seule dans ma salle avec mes élèves, et que je prépare en grande partie seule, et en partie en discutant avec des collègues de manière informelle, en m'informant ici, etc.
Le métier n'a pas changé en effet, et ne changera sans doute jamais.  Il faudra toujours transmettre le savoir, créer es cours pour cela, et de l'autre côté apprendre. Ce qui a changé, c'est le management, lui-même aux ordres des objectifs politico-économiques,  qui cherche à transformer les attributions des enseignants (leur faire faire de la présence, des projets, de la garderie avec sorties, du soutien à la place d'étudiants rémunérés, etc.) . La plupart des réunions n'ont d'ailleurs rien à voir avec les savoirs, tu remarqueras.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, utilisée pour toutes les démolitions, expliquée sans fard par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
trompettemarine
trompettemarine
Doyen

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par trompettemarine le Mer 6 Nov - 11:44
J'avoue ne pas savoir où poster mon désarroi devant les nouvelles réunions.
Voici ce qu'a décidé notre lycée pour les prochains conseils de classe.

Les enseignants de spécialité se réunissent pour désigner qui représentera la spécialité dans les conseils de première : il y a près de 16 premières ! (Chaque professeur de spécialité a des élèves d'au moins 10 classes).
Pour chaque élève, on établit une fiche synthèse avec des recommandations pour la poursuite en terminale ou pas de telle ou telle spécialité en terminale.
Cette fiche de synthèse sera transmise aux P.P. de chaque classe.

Donc, il faudra se partager 16 conseils en première !!!!
Et en plus il faudra se coltiner les "conseils de spécialité" !
C'est de la folie pure.

Spoiler:
Je demande ma mutation en collège dès cette année pour ne plus vivre dans cet enfer qu'est devenu le lycée.
Gryphe
Gryphe
Médiateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Gryphe le Mer 6 Nov - 12:24
@trompettemarine a écrit:J'avoue ne pas savoir où poster mon désarroi devant les nouvelles réunions.

Ici : https://www.neoprofs.org/t125666-vers-la-suppression-des-conseils-de-classe-avec-la-reforme-du-lycee ?

Bon courage à tous et toutes... fleurs2

_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;
VinZT
VinZT
Grand sage

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par VinZT le Mer 6 Nov - 14:38
@trompettemarine a écrit:J'avoue ne pas savoir où poster mon désarroi devant les nouvelles réunions.
Voici ce qu'a décidé notre lycée pour les prochains conseils de classe.

Les enseignants de spécialité se réunissent pour désigner qui représentera la spécialité dans les conseils de première : il y a près de 16 premières ! (Chaque professeur de spécialité a des élèves d'au moins 10 classes).
Pour chaque élève, on établit une fiche synthèse avec des recommandations pour la poursuite en terminale ou pas de telle ou telle spécialité en terminale.
Cette fiche de synthèse sera transmise aux P.P. de chaque classe.

Donc, il faudra se partager 16 conseils en première !!!!
Et en plus il faudra se coltiner les "conseils de spécialité" !
C'est de la folie pure.

Spoiler:
Je demande ma mutation en collège dès cette année pour ne plus vivre dans cet enfer qu'est devenu le lycée.

Qui a décidé ça ? Quelle est la valeur réglementaire et contraignante de cette décision ?
Et si vous refusez en bloc d'accomplir tout ça, que fera le CDE ?

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
trompettemarine
trompettemarine
Doyen

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 9 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par trompettemarine le Mer 6 Nov - 15:09
Je ne sais pas encore. Je crains que cela ne vienne du CP. Je pense que nous allons nous mobiliser pour ne pas subir cette surenchère de travail inutile.

EDIT : J'ai reposté ma réponse dans le fil sur les nouveaux conseils de classe (voir le lien de Gryphe). Je répondrai désormais sur ce sujet sur l'autre fil, pour ne pas mener deux fois la même discussion.


Dernière édition par trompettemarine le Mer 6 Nov - 15:15, édité 1 fois
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum