Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Rendash
Enchanteur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Rendash le Ven 25 Oct 2019 - 4:47
@Sphinx a écrit:Moi ça me va tout à fait de participer aux prises de décision mais seulement si je participe aux prises de décision. Je veux dire, les réunions où on me fait venir pour me demander mon avis pour ensuite n'en tenir aucun compte, le tout dans le but de me faire croire que j'ai participé à la prise de décision, merci mais je ne suis pas neuneu. (Cela dit je ne sais pas si on peut généraliser mon expérience dans le sens où j'ai une chef qui a bien compris qu'elle est censée demander leur avis aux gens mais qui n'arrive absolument pas à en tenir compte ensuite.)

On appelle ça le management : on laisse aux gens choisir le modèle des chaînes et la couleur du fouet, et on prétend ensuite qu'ils ont participé au processus de décision Laughing

Ce n'est pas limité à ta seule CDE, c'est un mode de fonctionnement général de l'institution : il suffit de regarder les "consultations" dont on nous rebat les oreilles depuis plusieurs années.
gluche
gluche
Niveau 8

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par gluche le Ven 25 Oct 2019 - 4:50
@pogonophile a écrit:
@Matheod a écrit:Et puis il y a la question du thème ... trop souvent ces réunions portent sur des trucs qui intéressent les chefs mais pas les profs ... j'ai envie de dire, les réunions les plus utiles sont souvent celles organisés entre profs.
Quels sont les sujets qui peuvent intéresser les CdE et moins les enseignants ?
Le projet d'établissement Razz

@pogonophile a écrit:La volonté de participer aux prises de décision : plusieurs ont fait remarquer que ce n'était pas la peine de demander leur avis aux enseignants, si la décision est déjà prise - j'ai lu à ce propos "assumer ses choix." Peut-on imaginer un bon équilibre entre les décisions partagées et concertées (on appelle ça du "management participatif") et les décisions assumées par le CdE parce que c'est son rôle ?
Que peuvent vraiment décider les enseignants? Même certaines demandes raisonnables reçoivent une fin de non-recevoir au motif que... non, pas de motif, c'est comme ça, c'est de l'organisation et nous, pauvres enseignants, ne pouvons pas comprendre.
Voltigeur
Voltigeur
Niveau 10

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Voltigeur le Ven 25 Oct 2019 - 4:50
@Sphinx a écrit:Moi ça me va tout à fait de participer aux prises de décision mais seulement si je participe aux prises de décision. Je veux dire, les réunions où on me fait venir pour me demander mon avis pour ensuite n'en tenir aucun compte, le tout dans le but de me faire croire que j'ai participé à la prise de décision

Mais c'est toute l'histoire de l'EN depuis le ministère Jospin, ça... Avec pour petite musique d'ambiance la fameuse formule (que je croyais de Clemenceau, mais ce n'est apparemment pas le cas) selon laquelle "il vaut mieux être cocu que député, au moins on n'est pas obligé d'assister aux séances"...

_________________
«Quand tout le monde pense la même chose, c'est que plus personne ne pense» (Walter Lippman)
Fesseur Pro
Fesseur Pro
Grand Maître

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Fesseur Pro le Ven 25 Oct 2019 - 5:04
Pogonophile, vous êtes "obligés" de programmer des réunions ?
Obligation d'un quota ?
Peut-on imaginer une année sans aucune réunion ? ( hors CA, conseils de classe bien sûr )
Avez-vous des comptes à rendre quant à l'organisation de ces réunions ou êtes-vous libres d'en faire autant que vous voulez ou pas du tout ?

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
Zagara
Zagara
Guide spirituel

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Zagara le Ven 25 Oct 2019 - 5:21
Un point qui me semble important est le fait de fixer avec les concernés la date et l'heure de la réunion. Ça a l'air bête, mais entre le mail-injonction qui tombe en beuglant "Vous Serez Là Le Samedi à 19h Ou Je Vous Frappe" et une discussion entre adultes des disponibilités de chacun qui permette de dégager un compromis, c'est pas la même ambiance de travail.
Sphinx
Sphinx
Enchanteur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Sphinx le Ven 25 Oct 2019 - 5:45
@Rendash a écrit:
@Sphinx a écrit:Moi ça me va tout à fait de participer aux prises de décision mais seulement si je participe aux prises de décision. Je veux dire, les réunions où on me fait venir pour me demander mon avis pour ensuite n'en tenir aucun compte, le tout dans le but de me faire croire que j'ai participé à la prise de décision, merci mais je ne suis pas neuneu. (Cela dit je ne sais pas si on peut généraliser mon expérience dans le sens où j'ai une chef qui a bien compris qu'elle est censée demander leur avis aux gens mais qui n'arrive absolument pas à en tenir compte ensuite.)

On appelle ça le management : on laisse aux gens choisir le modèle des chaînes et la couleur du fouet, et on prétend ensuite qu'ils ont participé au processus de décision Laughing

Ce n'est pas limité à ta seule CDE, c'est un mode de fonctionnement général de l'institution : il suffit de regarder les "consultations" dont on nous rebat les oreilles depuis plusieurs années.

@Voltigeur a écrit:
Mais c'est toute l'histoire de l'EN depuis le ministère Jospin, ça... Avec pour petite musique d'ambiance la fameuse formule (que je croyais de Clemenceau, mais ce n'est apparemment pas le cas) selon laquelle "il vaut mieux être cocu que député, au moins on n'est pas obligé d'assister aux séances"...

Je sais bien, mais j'ai la faiblesse de croire que certains s'y prennent avec plus de subtilité que d'autres. Disons que chez moi c'est particulièrement voyant, quoi.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Livre11
avatar
Praline
Niveau 3

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Praline le Ven 25 Oct 2019 - 5:48
L’ancien chef parti à la retraite ne nous demandait pas notre avis. Les quelques réunions étaient très longues et sans intérêt pour plusieurs raisons : hors sujet, propos peu concis, réunion non participative et de toute façon on ferait ce que le chef voulait donc on aurait pu se contenter d’un mail ou de 15 minutes de réunion (information).

Nouveau chef, le ton est plus agréable car moins directif, il semble ne rien imposer, nous demander notre avis sur tout mais en fait ce n’est qu’une façade. Quand on va dans son sens ok, tout le monde est content et quand on ne va pas dans son sens, il décide « après concertation » qu’on ferait ce qu’il veut.
Donc au final tout paraît négociable mais en fait rien ne l’est.

Personnellement, je préfère l’ancien chef, on savait d'emblée qu’on aurait pas notre mot à dire.
Un chef reste un chef. Généralement tout est décidé avant la réunion donc maintenant je ne donne plus mon avis.
trompettemarine
trompettemarine
Doyen

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par trompettemarine le Ven 25 Oct 2019 - 5:49
@pogonophile a écrit:
La volonté de participer aux prises de décision : plusieurs ont fait remarquer que ce n'était pas la peine de demander leur avis aux enseignants, si la décision est déjà prise - j'ai lu à ce propos "assumer ses choix." Peut-on imaginer un bon équilibre entre les décisions partagées et concertées (on appelle ça du "management participatif") et les décisions assumées par le CdE parce que c'est son rôle ? Consulter tout le monde tout le temps fait passer sa vie en réunions, consulter par moments mais pas sur tout peut donner l'impression qu'on laisse le menu fretin aux enseignants et qu'on se garde les décisions importantes...

Pour moi, cette expression ne veut rien dire, si ce n'est donner plus de travail à tout le monde, en mélangeant les genres et en rendant tout le monde insatisfait.
Ce mot de "management", peut-être est-ce parce que je suis professeur, je ne le comprends pas. Je ne veux pas être mangé, managé.
Le CDE gère et dirige ce qui doit l'être dans son domaine défini (parfois mal) par la loi. Moi, je m'occupe du mien. Les problèmes viennent quand les deux se croisent, souvent inutilement, le chef obéissant à une directive ou répondant à sa fonction.
Les réunions du Conseil pédagogique ont doublé depuis la venue d'un nouveau CDE : pourquoi ??? Il parle seul. Les collègues, s'ils parlaient, ne seraient pas écoutés, la décision est prise, les conditions d'enseignement ne sont pas prises en compte. Pour le prochain conseil, le programme est le même. Beaucoup de collègues ne s'y rendront pas. C'est inutile.

Le conseil pédagogique est l'essence même de la réunion inutile qui ne pose que des problèmes parce qu'elle vient mêler la gestion de l'établissement et la pédagogie. Je pense que ni le Cde, ni les collègues n'apprécient ce moment d'une vacuité terrible, très anxiogène (qui va avoir droit à quoi ? quelles miettes pour qui ? quel nouveau truc (informatique, paperasse, injonctions inutiles, cours supprimés, examens communs que la moitié des collègues ne veut pas, quelles nouvelles procédures ? etc.) va nous tomber dessus (sans que ce qui ne fonctionne pas soit réglé, parce que, même si c'est important, l'urgence n'est pas là.)

Cette année, mon projet, c'est essayer de faire le programme. Je fuis toutes les réunions possibles qui ne sont source que d'un stress extrême pour moi. Ces réunions me rendent littéralement malade. Elles devraient être rares et ne sont pas mon métier. Je fais tout pour y échapper, et c'est une des raisons qui me donnent envie de quitter ce métier.

Je ne suis pas CDE, je les respecte en tant que supérieurs hiérarchiques. Mais je ne veux pas l'être. Certains sont très bons, d'autres moins. Les pires sont ceux qui disent connaître notre métier, s'y immiscent et nous gênent (notamment pas l'inflation de réunions, ou d'appels au provisorat, des mails dans la nuit, comme j'ai pu le connaître). D'autres, surchargés de travail, délèguent sur nous une partie de leur travail. Les meilleurs gèrent, on les rencontre pendant les crises et on sait qu'on peut compter sur eux. En général, ceux-là ne multiplient pas les réunions et quand ils ont besoin d'un renseignement (que leur hiérarchie leur demande), ils utilisent les "sondages" de "google form" et en font ce qu'ils veulent ou doivent.

Bref, les réunions ne sont pas le problème des professeurs. Si le CDE veut que les professeurs viennent à ses réunions, il les utilisent à bon escient mais ne leur demandent pas comment il doit les mener pour que les professeurs se mettent la corde au cou puisqu'ils n'ont pas de pouvoir décisionnaire (c'est ainsi que je le vis, sans vouloir polémiquer).

Le management participatif, ça n'existe pas. C'est pour faire accroire.

Enfin, j'observe avec l'inflation des mails une inflation des réunions. Pourquoi ? C'est l'inverse qui aurait dû se produire ?


Dernière édition par trompettemarine le Ven 25 Oct 2019 - 6:08, édité 3 fois
avatar
Flo44
Niveau 8

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Flo44 le Ven 25 Oct 2019 - 5:50
@pogonophile a écrit:Donc si je récapitule ce qui marche :
- un temps clair avec un début et une fin, des temps cadrés, annoncés à l'avance, et une trace écrite
- la nécessité de s'exprimer et de prendre position, VS un truc descendant, récitation et commentaire de BO*
- ne faire venir que ceux qui sont effectivement concernés (effectivement, on n'est pas obligé de travailler en plénière tout le temps, au contraire ça inhibe la prise de parole)
- aboutir à quelque chose, une décision ou un programme, VS un simple brainstorm
- curieusement, je lis peu de volonté de participer aux prises de décision

C'est un bon résumé. Je m'étonne que les chefs d'établissements ne soient pas formés à cela (ce sont les premières choses que j'ai apprises en gestion de projet à l'école, notions réaffirmées à ma première formation en entreprise.

J'ajouterai qu'il faut que les personnes sachent clairement si leur présence est obligatoire, souhaitée (si on pense avoir besoin d'elles, ou que des décisions les concernent), ou facultative (viennent ceux qui veulent donner leur avis). Dans les messages de mon CDE, rien n'est clair, et je me suis retrouvée à des "pleinières" à 4 personnes, sur un sujet qui n'était pas celui annoncé (du moins tel que je l'avais compris), ou bien à ne pas aller à des réunions, pensant qu'elles étaient facultatives, alors que tous les collègues y étaient. C'est une des choses qui m'ont grandement surprise, dans le privé j'ai toujours vu cela annoncé très clairement.

@pogonophile a écrit:
J'aurais voulu mieux comprendre certains aspects, comme :

@Matheod a écrit:Et puis il y a la question du thème ... trop souvent ces réunions portent sur des trucs qui intéressent les chefs mais pas les profs ... j'ai envie de dire, les réunions les plus utiles sont souvent celles organisés entre profs.

Quels sont les sujets qui peuvent intéresser les CdE et moins les enseignants ?

La volonté de participer aux prises de décision : plusieurs ont fait remarquer que ce n'était pas la peine de demander leur avis aux enseignants, si la décision est déjà prise - j'ai lu à ce propos "assumer ses choix." Peut-on imaginer un bon équilibre entre les décisions partagées et concertées (on appelle ça du "management participatif") et les décisions assumées par le CdE parce que c'est son rôle ? Consulter tout le monde tout le temps fait passer sa vie en réunions, consulter par moments mais pas sur tout peut donner l'impression qu'on laisse le menu fretin aux enseignants et qu'on se garde les décisions importantes...
On peut aussi vouloir donner son avis et souhaiter que le chef tranche. Nous sommes des experts de notre travail, mais pas de la gestion d'établissement, donc assez mûrs pour comprendre que la décision ne sera pas forcément dans le sens que nous souhaitons, ou bien que le CDE a d'autres éléments que les notres pour trancher.

Pour les réunions entre professeurs, elles sont efficaces car elles sont en général à petit effectif (j'avais appris qu'une réunion de plus de 8-9 personnes était inefficace), et sur un sujet précis. De plus, nous avons le même objectif en général (par exemple, définir la progression commune) et pas envie de perdre du temps.
Thalia de G
Thalia de G
Médiateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Thalia de G le Ven 25 Oct 2019 - 5:52
@Cath a écrit:Quand j'ai commencé il y a plus de 25 ans, il n'y avait jamais de réunion. Jamais. Nada. Seulement les conseils de classe (et bien sûr le CA pour les élus).
Curieusement, comme l'a dit une autre Néo, tout fonctionnait quand même.
Je ne cite que Cath, parce que je suis désormais à la retraite et que nous sommes, finalement peu ou prou de la même génération.

En fin de carrière, j'ai connu, et subi une inflation de réunions. Et même à temps partiel puis à mi-temps j'ai été convoquée, invitée à plus de réunions que lorsque j'étais à temps plein quelques années auparavant. À tel point que mon mari à la retraite m'a demandé si je ne pouvais pas le pied alors même que sa profession exigeait de nombreuses réunions. Il a perçu un des malaises de l'Éducation nationale, le trop-plein de réunions, parfois ou souvent stériles.
De mon côté, je l'ai mal vécu : j'ai eu souvent, les dernières années, je le reprécise, l'impression que seuls 5 ou 10 % de chaque réunion m'apportait une information utile que je pouvais appliquer à mon enseignement ou à laquelle je pouvais apporter une réponse constructive.
Et pourtant, dès que mes enfants ont été autonomes, je n'ai pas été avare de mon temps et je me sentais utile (pas taper, c'était un autre temps) : CA, conseil de disc (peu de cas, j'en conviens), présidente du foyer, pp de 3e à une époque où cela avait un sens, animatrice d'un atelier sur le temps méridien.

Avec le recul, je me dis que je ne serais plus capable d'assumer tout ça, parce que que beaucoup de réunions m'ont paru inutiles. Entre autres parce que placées entre midi-deux, cela m'obligeait à manger vite, alors que j'ai besoin d'un temps de décompression avant que mon neurone soit efficient. Et surtout parce que que cela ne me concernait pas vraiment. Je sais que ce ne sont que de basses considérations matérielles, mais l'impression d'être sous pression permanente peut aussi jouer.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
Cassius
Cassius
Niveau 7

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Cassius le Ven 25 Oct 2019 - 6:11
Management participatif? Des mesures proposées et refusées par la majorité des enseignants sont appliquées sous prétexte de l'intérêt du service.
scot69
scot69
Modérateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par scot69 le Ven 25 Oct 2019 - 6:19
Je ne sais pas si on peut appeler ça de la réunionite mais chaque fin d'année (en décembre), notre CDE nous convoque tous un par un pour nous présenter ses vœux et nous offrir une boite de chocolat. C'est un VRAI moment d'échange sur pas mal de chose et elle prend note de ce que l'on dit. Si plusieurs personnes formulent les mêmes idées, elle creuse de ce côté là. C'est plutôt efficace.
Thalia de G
Thalia de G
Médiateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Thalia de G le Ven 25 Oct 2019 - 6:29
@Cassius a écrit:Management participatif? Des mesures proposées et refusées par la majorité des enseignants sont appliquées sous prétexte de l'intérêt du service.
À qui réponds-tu ? Parce que les messages à l'emporte-pièce non argumentés, comment dire ?

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
HORA
HORA
Niveau 10

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par HORA le Ven 25 Oct 2019 - 6:32
@scot69 a écrit:Je ne sais pas si on peut appeler ça de la réunionite mais chaque fin d'année (en décembre), notre CDE nous convoque tous un par un pour nous présenter ses vœux et nous offrir une boite de chocolat. C'est un VRAI moment d'échange sur pas mal de chose et elle prend note de ce que l'on dit. Si plusieurs personnes formulent les mêmes idées, elle creuse de ce côté là. C'est plutôt efficace.

C'est vrai ?!
(Mais si je fais du mauvais esprit, ça me rappelle Blanquer, sa "confiance" et ses 300 euros en brut par an. La différence, c'est que ta CDE, elle, semble se souvenir que vous existez et que ce n'est pas un simple coup de comm'.)
scot69
scot69
Modérateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par scot69 le Ven 25 Oct 2019 - 6:35
Oui, c'est vrai! Notre CDE a énormément de qualités, on revit depuis qu'elle est là!
VinZT
VinZT
Grand sage

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par VinZT le Ven 25 Oct 2019 - 6:46
@Fesseur Pro a écrit:Oui, étonnant.

Ce qui me désole dans certaines réunions, c'est qu'on ne nous estime pas capable de lire tranquillement à la maison.

C'est vrai, mais il faut dire qu'avec l'accumoncellement de mails « pro » parlant de tout, de rien, et surtout de ce qui ne te concerne pas, la boîte à spam se remplit plutôt vite, et parfois automatiquement De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 248604097

@Fesseur Pro a écrit:
Documents qu'on nous a distribués et que le chef projette et lit.

Affreux.

Ah oui, surtout les Powerpoint à police blanche sur fond jaune avec une densité de texte qui découragerait un moine copiste. Va souvent de pair avec les fameux « ah, ça marche pas » ou la joli musique de notification Windows.

On peut aussi citer le micro mal réglé, soit trop bas (hein ? il a dit quoi ?) soit trop haut (façon mégaphone), qui larsenne ou crachote, que ton premier réflexe c'est de filer faire un bilan chez Audika…

Et puis, le pire, mais alors le pire du pire de l'insoutenable, c'est le collègue qui prend la parole en fin de réunion alors que tout le monde est ravagé, au bord de l'évanouissement, pour te parler de choses n'ayant pas plus d'intérêt que les précédentes mais en te prenant à témoin et en s'agrippant au micro comme une moule sur son bouchot.

@Cath a écrit:Quand j'ai commencé il y a plus de 25 ans, il n'y avait jamais de réunion. Jamais. Nada. Seulement les conseils de classe (et bien sûr le CA pour les élus).
Curieusement, comme l'a dit une autre Néo, tout fonctionnait quand même.

Eh oui, c'est bizarre hein ? Il y avait même des conseils de classe sur temps scolaire, avec pas moins de parents qu'actuellement.


@Zagara a écrit:Un point qui me semble important est le fait de fixer avec les concernés la date et l'heure de la réunion. Ça a l'air bête, mais entre le mail-injonction qui tombe en beuglant "Vous Serez Là Le Samedi à 19h Ou Je Vous Frappe" et une discussion entre adultes des disponibilités de chacun qui permette de dégager un compromis, c'est pas la même ambiance de travail.

Oui, mais du coup il faut faire une réunion pour décider collectivement de l'heure de la prochaine réunion ?

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
Cassius
Cassius
Niveau 7

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Cassius le Ven 25 Oct 2019 - 6:50
@Thalia de G a écrit:
@Cassius a écrit:Management participatif? Des mesures proposées et refusées par la majorité des enseignants sont appliquées sous prétexte de l'intérêt du service.
À qui réponds-tu ? Parce que les messages à l'emporte-pièce non argumentés, comment dire ?

@pogonophile a écrit:La volonté de participer aux prises de décision : plusieurs ont fait remarquer que ce n'était pas la peine de demander leur avis aux enseignants, si la décision est déjà prise - j'ai lu à ce propos "assumer ses choix." Peut-on imaginer un bon équilibre entre les décisions partagées et concertées (on appelle ça du "management participatif") et les décisions assumées par le CdE parce que c'est son rôle ? Consulter tout le monde tout le temps fait passer sa vie en réunions, consulter par moments mais pas sur tout peut donner l'impression qu'on laisse le menu fretin aux enseignants et qu'on se garde les décisions importantes...

Donner son avis en réunion pour constater que la décision est déjà prise est une perte de temps à laquelle je ne m'habitue pas.
henriette
henriette
Médiateur

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par henriette le Ven 25 Oct 2019 - 6:55
Moi, très sincèrement, ce qui me gave dans ces réunions, c'est que les 3/4 du temps, on est soi-disant là pour débattre et décider, mais en fait, quand on creuse, on s'aperçoit que la décision est déjà prise, et que c'est juste une espèce de vernis pseudo participatif, façon Grand Débat.
Alors oui, ces réunions qui en fait ne sont que des chambres d'entérinement des décisions d'en haut (MEN, rectorat, CDE,...), dans lesquelles au final la décision qui revient aux profs se limitera à savoir si on repeint les murs en bleu canard ou en bleu vert, c'est non seulement une perte de temps, mais en plus, cela met la rage au ventre.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
Zagara
Zagara
Guide spirituel

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Zagara le Ven 25 Oct 2019 - 7:12
@VinZT a écrit:

@Zagara a écrit:Un point qui me semble important est le fait de fixer avec les concernés la date et l'heure de la réunion. Ça a l'air bête, mais entre le mail-injonction qui tombe en beuglant "Vous Serez Là Le Samedi à 19h Ou Je Vous Frappe" et une discussion entre adultes des disponibilités de chacun qui permette de dégager un compromis, c'est pas la même ambiance de travail.

Oui, mais du coup il faut faire une réunion pour décider collectivement de l'heure de la prochaine réunion ?
Ben non ça se fait très bien par simple échange de mails en amont.
*Ombre*
*Ombre*
Neoprof expérimenté

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par *Ombre* le Ven 25 Oct 2019 - 7:36
@pogonophile a écrit:Donc si je récapitule ce qui marche :
- un temps clair avec un début et une fin, des temps cadrés, annoncés à l'avance, et une trace écrite
- la nécessité de s'exprimer et de prendre position, VS un truc descendant, récitation et commentaire de BO*
- ne faire venir que ceux qui sont effectivement concernés (effectivement, on n'est pas obligé de travailler en plénière tout le temps, au contraire ça inhibe la prise de parole)
- aboutir à quelque chose, une décision ou un programme, VS un simple brainstorm

Je pense qu'on a là l'essentiel.
Cela étant posé, entre sans doute en compte un certain art du "maître de cérémonie" (généralement, le chef).
Il faut savoir recadrer le débat, couper court aux digressions, éviter que la réunion ne tourne au bureau des pleurs ou à l'accumulation d'anecdotes.
Garder un oeil sur la montre et, un quart d'heure avant la fin, ramener au concret : Que décidons-nous ? Et faire des propositions à partir de ce qui a été dit.
Ça marche mieux si, avec l'ordre du jour, on a fixé un objectif concret.
J'ai eu il y a quelques années un CDE qui était très fort pour ça. C'est une des rares années où je n'ai pas eu l'impression de perdre mon temps en réunion.

Une autre chose importante, que j'appréciais chez cet homme : la capacité à nous faire confiance. Pas de convocations pour tout et n'importe quoi. Il organise, il invite, et ceux qui se sentent concernés, intéressés viennent, les autres pas. Et ça marche d'autant mieux ainsi.

À l'inverse, trois exemples de réunions inutiles selon moi.

1. Réunion à la demande des enseignants (si, si) parasitée par l'inefficacité du groupe. ODJ : Quelle réponse apporter aux incivilités récurrentes de certains élèves attendu que la direction refuse le conseil de discipline en dehors d'un acte grave ? On évoque forcément des élèves précis. X déclare qu'il y a encore eu un incident ce matin et raconte en détails. Y embraye sur une relation similaire. Et on enchaîne sur 1/2 h d'anecdotes et commentaires amers ou caustiques. On revient sur des faits passés, la façon dont ça a été réglé, on exprime son mécontentement. Et quand ça sonne et que quasiment tout le monde doit retourner en cours, rien n'a été proposé. "Bon, on en reparle"... À la prochaine réunion ?


2. Le "besoin de formation" décrété par un tiers - alias la direction, évidemment. Je ne sais pas si c'est pareil ailleurs ou si c'est une lubie locale, mais dans notre aca, désormais, c'est systématique : chaque année, la direction nous propose impose une formation établissement. On nous demande non pas si nous ressentons un besoin de formation dans tel ou tel domaine mais : "Vous préférez une formation sur les compétences ou sur la prise en charge des élèves à besoins spécifiques ?" Et on ne peut pas répondre "Ni l'un ni l'autre, merci". Or, perso, au point où en sont les choses, ce n'est pas de formation, que j'ai besoin, mais de temps. Je me marrais (jaune) l'autre jour en écoutant une orthophoniste dans Être et Savoir, qui disait : "Il faudrait former les enseignants : il y a tellement de choses qu'ils pourraient faire en classe, en groupes réduits". Laisse tomber, cocotte (oui, dans ma tête, je lui parle comme ça, à l'orthophoniste), c'est pas les pleins de trucs à faire qui manquent, mais les groupes réduits dont tu parles qui rendraient ces choses possibles, AP, AE, il n'existent plus depuis NVB, alors update, ma grande, et lâche-nous. Bref, ces formations qui tournent à vide puisque, de toute façon, nous n'avons pas le temps ni les moyens de faire ce qui y est préconisé m'agacent plus qu'autre chose. Et elles ne sont, faut de pragmatisme, qu'une perte de temps et d'énergie supplémentaire.

3. La réunion-projets tous azimuts. Là, on est dans la réunionite de plain-pied. Dans mon étab actuel, il y a un "projet" qui émane tout droit de la direction (déjà, je trouve que c'est un mauvais départ) de travail sur la devise républicaine. Chaque trimestre, il y a une journée sur le thème de la liberté, de l'égalité ou de la fraternité. Je confesse que je suis très mauvaise cliente avec ces idées sorties du chapeau. J'ai perdu tellement d'heures que je n'ai pas le temps de faire du hors piste. En classe, je m'en tiens au programme. Il se peut bien qu'on parle de liberté (surtout en 3e), d'égalité ou de fraternité, mais pas tel jour, telle heure, sur commande. Je n'ai rien à dire lors de la grand messe trimestrielle pour "mettre en commun les idées" et "recenser les initiatives". De toute façon, je ne cache pas que je me refuse à ce fonctionnement et que je ferai cours normalement. Donc, personnellement, je boycotte ces réunions.
Lagomorphe
Lagomorphe
Niveau 8

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Lagomorphe le Ven 25 Oct 2019 - 7:39
@pogonophile a écrit:
Quels sont les sujets qui peuvent intéresser les CdE et moins les enseignants ?

L'un des fondements de l'incompréhension mutuelle entre CdE et enseignants est la méconnaissance à peu près totale des relations entre un CdE et sa propre hiérarchie. Le hashtag #pasdevague a été assez éloquent sur cette question, beaucoup d'enseignants accusant les CdE de minimiser systématiquement des faits dans le but de se faire bien voir de leur hiérarchie, qui les jugerait sur le nombre - le plus faible possible - de conseils de discipline qu'ils organisent. J'avoue ne toujours pas savoir si cette interprétation est abusive ou non: nous ne savons pas grand chose sur la manière dont un DASEN ou un recteur transmet ses ordres et ses recommandations, et dans quelle mesure ces recommandations ont pour un CdE un caractère impératif.

Deux exemples concrets pour en revenir au sujet:

1) Un CdE convoque, longuement et impérativement, tous les professeurs de sciences sur le thème "l'accès des filles aux filières scientifiques". Monologue devant un powerpoint qu'il semble suffisamment peu maîtriser pour faire douter qu'il ait eu quoi que ce soit à voir avec son élaboration. Or:
- Nous sommes un établissement où les filles sont majoritaires en filière S (ou dans les spés scientifiques en 1ère). On organise une réunion pour parler d'un problème qui ne nous concerne pas, et on nous demande à la fin d'imaginer des actions pour résoudre ce problème.
- Ces actions, dont nous serions les concepteurs et les acteurs, constituent un travail supplémentaire pour lequel aucune rémunération n'est prévue.
- Si l'institution souhaitait que nous agissions dans ce domaine, il lui faut et lui suffit qu'elle donne clairement des consignes en ce sens, que ce soit en insérant un paragraphe dans les programmes, ou en transmettant aux enseignants l'ordre de mission de diffuser un contenu, un "kit" déjà prêt, sur nos heures de cours, en assumant la ponction que cela représente sur les heures nécessaires à l'enseignement des programmes.

Là, on est dans le flou total: Le CdE cherche-t-il en organisant cette réunion à satisfaire un souhait personnel ? un souhait de sa hiérarchie ? un ordre de sa hiérarchie ? Dans le dernier cas, on peut éventuellement se prêter au jeu par solidarité locale avec le chef, dès lors que la réunion, inutile mais obligatoire comme quelques autres, ne s'éternise pas. La réunion a été organisée, le CdE est dans les clous, au revoir et bonne soirée à tous. Dans les deux premiers cas, on a très clairement l'impression de servir les intérêts du CdE en payant de notre temps "libre" (le temps de travail pris par la réunion n'étant plus disponible pour assurer le reste incompressible, c'est au final sur le temps libre que cela pèsera).

2) A l'approche du remplissage des fiches avenir, un CdE convoque tous les PP de terminale pour leur lire une lettre du ministre qui incite à la sempiternelle "bienveillance". Personne ne doute de la très grande compétence juridique du personnel du ministère: s'il y a des consignes précises à donner quant à la manière de remplir lesdites fiches, il saura concevoir un décret ou à la rigueur une circulaire. Une lettre, fût-elle d'un ministre, n'a pas plus de valeur juridique que la dernière carte postale de ma nièce. Si le CdE a des quotas officiels d'avis très favorable/favorable/autre à respecter, qu'il le dise et donne l'ordre de s'y tenir, nous nous y tiendrons, quoi que nous en pensions. Pas besoin de réunion pour cela. Avec ce genre de réunion mi-culpabilisatrice mi-injonctionnelle mais cherchant à ne pas en avoir l'air, l'impression qui se dégage est que le CdE a des objectifs à respecter, pas forcément très clairs, et sans avoir les moyens juridiques de les atteindre: le sentiment est donc que la réunion a pour objectif...sa prime.

S'il y a un ordre à donner, qu'il soit donné, avec texte réglementaire à l'appui. Pas besoin de réunion.
Si le CdE souhaite, si le recteur ou le ministre souhaite, si je-ne-sais-quelle direction académique à je-ne-sais-quoi souhaite, qu'ils informent de leurs souhaits, que le CdE invite à une éventuelle réunion mais ne convoque pas. Ceux qui partagent ces souhaits participeront à leur réalisation, qu'on laisse les autres en paix.
Tout situation intermédiaire entraînera forcément l'impression qu'on nous force à participer à une action qui n'a rien d'officiellement obligatoire, et donc que quelqu'un a un intérêt personnel à ce que cette action soit menée. Le CdE est évidemment le premier suspect. Je ne dis pas qu'il est forcément coupable, mais c'est ce que le flou artistique de beaucoup de réunions laisse supposer. Un fonctionnaire exécute des ordres. Les désirs de la hiérarchie n'en font pas partie. L'annonce d'une réunion doit donc clairement distinguer les deux cas.

@pogonophile a écrit:
La volonté de participer aux prises de décision : plusieurs ont fait remarquer que ce n'était pas la peine de demander leur avis aux enseignants, si la décision est déjà prise - j'ai lu à ce propos "assumer ses choix." Peut-on imaginer un bon équilibre entre les décisions partagées et concertées (on appelle ça du "management participatif") et les décisions assumées par le CdE parce que c'est son rôle ? Consulter tout le monde tout le temps fait passer sa vie en réunions, consulter par moments mais pas sur tout peut donner l'impression qu'on laisse le menu fretin aux enseignants et qu'on se garde les décisions importantes...

Malheureusement, sur les principaux points de revendication des enseignants (rémunération, programmes faisables, horaires décents, matériel correct et adapté aux besoins, gestion des élèves autrement qu'en termes de "flux" amenant à traîner de malheureux largués de classe en classe), il semble que vous ayez rarement votre mot à dire: vous ne décidez ni des traitements, ni de la DHG et de son volant d'HSA, ni véritablement des horaires disciplinaires (vous pouvez au mieux déshabiller Paul un peu moins que Pierre), ni des programmes, ni pleinement du matériel souvent imposé par la région (cf. tablettes vs manuels), ni vraiment de l'orientation et des redoublement (cf. commissions d'appel). Du coup vous n'avez guère l'occasion de proposer à la concertation que les détails de la gestion de la pénurie de moyens matériels et humains, et de ceux des réformes dont nous avons largement alerté sur leur toxicité.
Cisil
Cisil
Habitué du forum

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Cisil le Ven 25 Oct 2019 - 9:22
@VinZT a écrit:

@Zagara a écrit:Un point qui me semble important est le fait de fixer avec les concernés la date et l'heure de la réunion. Ça a l'air bête, mais entre le mail-injonction qui tombe en beuglant "Vous Serez Là Le Samedi à 19h Ou Je Vous Frappe" et une discussion entre adultes des disponibilités de chacun qui permette de dégager un compromis, c'est pas la même ambiance de travail.

Oui, mais du coup il faut faire une réunion pour décider collectivement de l'heure de la prochaine réunion ?





à 1.48:
Les directives du ministère
Nous imposent d'faire des réunions plus régulières
On en fait même pour planifier les prochaines réunions
Ou pour décider de c'qu'on peut donner sans risques comme
sanctions  

_________________
"Si haut que l’on soit placé, on n’est jamais assis que sur son cul."  Montaigne.

"When I went to school, they asked me what I wanted to be when I grew up. I wrote down ‘happy’. They told me I didn’t understand the assignment, and I told them they didn’t understand life.”  John Lennon
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Fidèle du forum

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Pourquoi 3,14159 le Ven 25 Oct 2019 - 12:32
Réunionite : n.f. Matière organique originaire de l'île de la Réunion ayant la particularité de rendre vulnérable voire agressif tout professeur en sa proximité.

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 4164172953

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Cassius
Cassius
Niveau 7

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Cassius le Ven 25 Oct 2019 - 12:35
@Pourquoi 3,14159 a écrit:Réunionite : n.f. Matière organique originaire de l'île de la Réunion ayant la particularité de rendre vulnérable voire agressif tout professeur en sa proximité.

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 4164172953

Laughing
VinZT
VinZT
Grand sage

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par VinZT le Ven 25 Oct 2019 - 15:32
Voilà, c'est notre kryptonite à nous !

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
Kimberlite
Kimberlite
Expert

De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 Empty Re: De quoi réunionite est-il le nom ?

par Kimberlite le Ven 25 Oct 2019 - 16:15
@meevadeborah a écrit:Autre exemple, passer deux heures à "débattre" de ce que veut dire "éléments de programmes travaillés" (il y a deux ans), pour que finalement l'année dernière notre nouveau chef supprime la rubrique des bulletins. Bien sûr, on va me dire que c'est après coup qu'on se rend compte que cette réunion était inutile, mais franchement, là, on était nombreux à avoir de fortes présomptions.
Alors ça, c'est quelque chose de super intéressant: on nous a présenté la chose comme obligatoire. J'avoue que je ne m'étais pas (j'aurais dû) enquise du caractère réellement obligatoire du truc (qui est bien chiant à faire lors du remplissage de bulletin... bon, avec un peu d'expérience, on expédie ça vite, mais quand même, sur 10 classes, ça fait 10 fois ça à renseigner dans proNote). Si un CDE supprime, c'est donc que ce n'est pas si obligatoire?

_________________
Spoiler:
De quoi réunionite est-il le nom ? - Page 3 2657c714168f3529c89f9703ec00c658
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum