Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Amigaway
Amigaway
Niveau 1

Déprime et surcharge de travail Empty Déprime et surcharge de travail

par Amigaway le Dim 17 Nov 2019 - 22:12
Bonjour,

Je ne sais pas si je poste ce message au bon endroit, si ce n'est pas le cas je m'en excuse.

La dernière fois que j'ai posté sur ce forum c'était au sujet d'interrogations concernant une classe qui me posait problème lors de mon année de titularisation. Finalement, j'ai été titularisé sans soucis malgré mes inquiétudes de milieu d'année scolaire, mais cette année je me heurte à des difficultés plus importantes que je n'arrive pas à gérer.

Pour faire simple, je n'arrive pas à gérer mes différentes classes et j'ai l'impression de me noyer petit à petit, surtout depuis la reprise de novembre.

J'ai l'impression de me noyer. TZR, affecté initialement sur des classes de 2nd 1ere et 1ere stmg, je me suis vu rajouter une classe de terminale qui n'avait pas eu cours d'histoire trois semaines après le début de l'année. A cela s'ajoute de l'AP et le suivi d'élèves gravement malades dont les parents souhaitent un suivi spécifique puisqu'ils ne peuvent pas suivre le même planing d'épreuves que les autres (report de la première série d'épreuves E3C en première notamment et donc travail sur les thèmes de l'épreuve 2 si possible dès maintenant).

J'ai l'impression d'avoir une suite de problèmes peu graves si évalués individuellement mais qui, ensemble, me paraissent insurmontables :

- d'importants problèmes de gestion de classe en STMG depuis mi octobre, un petit mieux depuis que j'ai adapté beaucoup de mes cours et mis en place un nouveau système avec beaucoup d'évaluations, mais en contre partie ca me demande un grand temps de correction et de préparation malgré le petit nombre d'heures réelles effectuées avec cette classe.

- des reproches en terminale, d'une part à cause du faible nombre de notes (2, probablement 3 d'ici la fin du trimestre) du fait des 3 semaines de cours. A ça s'ajoute une critique de ma méthode par les élèves (ils sont allés se plaindre au professeur principal de leur classe dès la semaine où j'ai pris en main la classe parce qu'ils trouvaient le rythme trop soutenu, notamment en prise de note). Depuis j'ai adapté également ma méthode et leur transmet régulièrement le cours en ligne, mais la contrepartie est qu'une part des élèves se permet de bavarder en cours puisqu'ils ont une reprise en ligne et que les sujets de dissertation sont similaires à ceux proposés en cours au bac. Finalement après la première note tombée, ma moyenne de classe est similaire à celle de mes collègues (autour de 11,8) mais deux bonnes élèves se plaignent de leurs résultats - elles ont "appris le cours par coeur" et l'ont recraché sans faire le lien avec le sujet - résultat elles tournent autour de 9-11 là où elle ont l'habitude de tourner autour de 15. Résultat, j'ai un rendez-vous pris avec un parent qui souhaite "discuter de la note de sa fille" - qui n'a d'ailleurs manifesté à aucun moment une volonté de discuter de son résultat avec moi au préalable, mais ne s'est pas gênée pour me dire que c'est le climat de classe qui lui pose réellement problème à la fin du cours.

- des secondes sympathiques même si un peu trop bavards mais qui commencent à prendre leurs aises, surtout du fait que je n'arrive pas à dégager suffisamment de temps pour leur proposer un contenu compact et une mise en activité permanente - les moments de flottement se font plus nombreux et le climat de classe s'en ressent même si l'on n'en est pas (encore) à de véritables problèmes pour l'avancée du cours.

- Enfin des premières qui pâtissent également de mon manque de temps de préparation - je me suis par exemple rendu compte que je leur avais dis qu'ils avaient 1h30 par épreuve aux E3C récemment, alors qu'ils n'ont que deux heures et je leur ai demandé des plans avec sous parties au premier gros contrôle effectué (!). Je pense pouvoir rattraper le coup entre maintenant et janvier puisque qui peut le plus peut le moins, mais ça démontre à mon sens toute mon incompétence actuelle.

Pourtant je n'ai pas l'impression de démériter niveau quantité de travail, ce serait plutôt l'inverse. En ce moment et (c'est mon impression) depuis le début de l'année (ou du moins 2 semaines après le début de l'année) j'ai l'impression d'avoir travaillé non stop sans jamais réussir à faire assez.

- Je fais des journées 5h-20h, parfois 22h pour essayer de faire mes préparations, de les reprendre, de faire des corrections.
- Je suis toujours à l'écoute des élèves et j'essaye de les faire progresser en n'hésitant jamais à leur proposer de nouvelles notes ou de nouvelles méthodes pour progresser
- Face à mes difficultés de gestion de classe, je passe un temps fou à essayer d'adapter mes cours ou à échanger avec des collègues pour trouver des solutions

Seulement en ce moment je craque complètement et je ne sais plus quoi faire. Cette semaine, on m'a rajouté le suivi d'un élève malade et une heure d'AP et j'ai accepté de corriger un troisième devoir pour mes terminales dans la semaine afin de donner aux élèves une chance de rattraper leur trimestre.

Seulement rentré chez moi ce vendredi, je me suis mis à pleurer devant mes copies à corriger et depuis je n'arrive plus à faire le moindre travail en lien avec mes classes sans me retrouver dans le même état. J'ai finalement réussi à corriger le paquet entre deux crises de larmes samedi et à envoyer des éléments à l'élève malade ce matin mais j'ai l'impression de ne plus pouvoir faire quoi que ce soit en lien avec mes classes.

J'ai peur de m'effondrer demain en cours de la même façon que je l'ai fais sur l'ensemble du WE et je ne trouve pas de solution. J'ai bien pensé à me faire arrêter ce week end, mais j'ai peur que mes élèves de première en pâtissent, surtout alors que je leur ai donné le mauvais timing pour les épreuves de janvier.

Auriez-vous des conseils à me proposer ?

avatar
danses
Niveau 8

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par danses le Dim 17 Nov 2019 - 22:20
Tout d'abord, il me semble que ce tu ressens est normal : tu es surmenée, et on le serait à moins. Ensuite, un simple et humble constat : tu es entrée en ce remplacement comme dans les ordres, et NON, nous n'avons pas de mission sacerdotale à mener qui au collège, qui au lycée. Repose toi, arrête toi s'il le faut, et ose dire non. À l'ap supplémentaire, aux cours supplémentaires, aux élèves et aux parents pénibles. Bon courage à toi.
Ha@_x
Ha@_x
Habitué du forum

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Ha@_x le Dim 17 Nov 2019 - 22:24
Il est normal d'avoir le sentiment de se noyer, l'année de T1, en lycée avec cette réforme inepte Déprime et surcharge de travail 1665347707 , je te souhaite plein de courage.

Gestion de classe : ce n'est pas à toi d'adapter tes cours mais aux élèves de s'adapter à tes cours !
Le fil gestion de classe du forum regorge de conseils, n'hésite pas.
Quand je te lis, j'ai l'impression que tu t'es transformé en prestataire de services : ce n'est pas ton métier.
Au sujet des notes : le nombre de notes tu en décides, point à la ligne. (et 3 notes par trimestre c'est amplement suffisant). Le parent d'élève qui veut prendre r/v pour une note, c'est non, tu as autre chose à faire.
Pour la prise du cours en note, ne lâche pas prise, et effectivement, mettre le cours en ligne me semble une mauvaise idée, les élèves ne sont pas des clients. Ils trouvent le rythme trop soutenu ? Qu'ils se dem.....  

Encore une fois courage, et n'hésite pas à détailler tes demandes de conseil fleurs

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
avatar
butters
Niveau 3

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par butters le Dim 17 Nov 2019 - 22:28
Honnêtement je comprends que tu fasses tout pour 'satisfaire' le public mais c'est trop et ça commence à t'affecter. Il faudrait lever le pied. Et surtout arrêter de culpabiliser, purée tu leur adaptes les cours, tu bosses non-stop, pour quoi? Qu'on vienne te remettre en cause en entretien parce que tu as fait ton job, non mais c'est le monde à l'envers. Si tu as peur de craquer ne te risques pas à y retourner, tu as fait tout ce que tu pouvais, il faut que tu reprennes des forces au calme.
Bon courage en tout cas préserve toi et arrête de culpabiliser!
Elle aime
Elle aime
Expert

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Elle aime le Dim 17 Nov 2019 - 22:30
Trois notes, cela ne me choque pas le moins du monde en lycée. Par conséquent, deux notes avec les semaines manquées.


Dis non.

Demain, tu n'y vas pas. Tu es en surmenage.

_________________
"Moi, je crois que la grammaire, c’est une voie d’accès à la beauté. Quand on parle, quand on lit ou quand on écrit, on sent bien si on a fait une belle phrase ou si on est en train d’en lire une. On est capable de reconnaître une belle tournure ou un beau style. Mais quand on fait de la grammaire, on a accès à une autre dimension de la beauté de la langue. Faire de la grammaire, c’est la décortiquer, regarder comment elle est faite, la voir toute nue, en quelque sorte. Et c’est là que c’est merveilleux : parce qu’on se dit : « Comme c’est bien fait, qu’est-ce que c’est bien fichu ! », « Comme c’est solide, ingénieux, subtil ! ». Moi, rien que savoir qu’il y a plusieurs natures de mots et qu’on doit les connaître pour en conclure à leurs usages et à leurs compatibilités possibles, ça me transporte."
Mama
Mama
Bon génie

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Mama le Dim 17 Nov 2019 - 22:31
Amigaway, j'ai l'impression que tu es quelqu'un d'hyper consciencieux, et que tu t'épuises à tout faire bien dès le début, c'est impossible ! On est tous obligés de bâcler certaines prépa, de renoncer à corriger certaines choses... et ce encore bien après les premières années. Là tu cumules beaucoup de facteurs d'épuisement : débuts dans le métier, trois niveaux de lycée, avec la réforme du bac en plus, beaucoup d'"à côtés" chronophages (qu'il va falloir oser refuser...), des classes pas faciles, et de toute évidence une belle mais crevante capacité à te remettre en question et à être perfectionniste... Des erreurs comme celle que tu mentionnes pour tes 1re, on en a tous fait, ça ne signale en rien que tu es incompétent !
Ces larmes sont sûrement une alerte de sérieux burn-out, arrête-toi sans culpabiliser, tes 1re attendront (et ça vaut mieux que de leur faire perdre un bon prof toute l'année pour épuisement). Tu n'es pas responsable de leurs 3 semaines sans cours (et à vouloir tout rattraper, on couvre les défaillances du service... qui nous surcharge davantage encore de travail en retour, puisque ça passe grâce à nos efforts... cercle vicieux). Et ton nombre de notes est parfaitement normal, et recracher un cours ne donne pas la moyenne au bac. Ne te laisse pas fragiliser par des gens culpabilisants.


Dernière édition par Mama le Dim 17 Nov 2019 - 22:34, édité 2 fois
Ajonc35
Ajonc35
Niveau 10

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Ajonc35 le Dim 17 Nov 2019 - 22:32
Ton témoignage, Amigaway, me fait penser à un bolide lancé sur l'autoroute et dont les freins ne fonctionnent plus.
Apparemment, tu acceptes tout ce qu'on te donne et il est parfois difficile de dire non. Et pourtant c'est la solution. Nous ne sommes pas des suhommes/femmes et nous avons nos limites, il ne faut pas en avoir honte. Ce qui est sûr c'est que tu ne mets pas le frein, tu vas droit à  l'arrêt de travail. Il ne faut pas culpabiliser.
Par contre si c'est vraiment impossible, mieux vaut s'arrêter tout de suite afin de respirer et se ressourcer, plutôt que tard et pour plus longtemps. La majorité d'entre nous n'aimons pas un arrêt de travail (contrairement à  ce que nous pouvons lire ici et là ) pour les raisons que tu donnes, et pourtant d'expérience si on s'arrête pas tout de suite on prend le risque d'un plus long arrêt et d'un retour encore plus compliqué.
avatar
Agrippina furiosa
Habitué du forum

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Agrippina furiosa le Dim 17 Nov 2019 - 22:35
Oula ! Ca fait beaucoup tout ça et tes larmes du week-end me semblent un sérieux signal d'alarme ... la solution est, à mon avis, à la fois simple et très complexe : il faut absolument que tu arrives à dire NON. Pourquoi t'a-t-on refilé le suivi de l'élève malade ? Est-ce un de tes élèves ? Es-tu en sous-service ? Si ce n'est ni l'un ni l'autre, et bien c'est non. Trop de travail, pas le temps, et à la limite tu n'as même pas à te justifier. Pour tes terms, je ne suis pas spécialiste, mais 2-3 notes par trimestre (surtout que tu ne les a pas eus tout le trimestre !), ça ne me choque pas : ils veulent de bonnes notes, et bien qu'ils bossent. Pour les parents de la choupinette, tu les reçois, tu restes cordial, mais ferme : la notation, comme la pédagogie, c'est ton problème, et éventuellement celui de ton IPR, mais en aucun cas le leur. Et ainsi de suite. Il faut arrêter de toujours penser que le problème vient systématiquement de toi : tu as été titularisé, donc tu as été jugé apte à enseigner, point barre. Que tu te poses des questions sur ta pratique, que tu cherches à aider des élèves qui bossent et ont du mal, d'accord, mais leur filer le cours parce que la prise de notes est trop rapide, c'est le meilleur moyen pour qu'ils en fassent encore moins et en exigent encore plus. Mets des barrières très vite et impose-toi, auprès des élèves, des parents et de ton chef : si tu adoptes un ton suffisamment convaincant, tu verras qu'on t'en demandera beaucoup moins ... L'EN est une machine qui broie les plus vulnérables et les plus bosseurs, alors sois consciencieux, mais prends aussi le recul nécessaire pour te préserver : tu ne seras efficace avec tes élèves qu'à ce prix. Et si tu as besoin d'un arrêt, va voir ton médecin, laisse-le juger et ne culpabilise pas pour tes élèves : quand on n'est pas en état de travailler, on se soigne, on se retape, c'est pas tirer au flan, c'est être raisonnable. Je te souhaite bon courage et surtout prends soin de toi !
Ha@_x
Ha@_x
Habitué du forum

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Ha@_x le Dim 17 Nov 2019 - 22:46
Aggrippina furiosa a écrit:L'EN est une machine qui broie les plus vulnérables et les plus bosseurs, alors sois consciencieux, mais prends aussi le recul nécessaire pour te préserver : tu ne seras efficace avec tes élèves qu'à ce prix. Et si tu as besoin d'un arrêt, va voir ton médecin, laisse-le juger et ne culpabilise pas pour tes élèves : quand on n'est pas en état de travailler, on se soigne, on se retape, c'est pas tirer au flan, c'est être raisonnable. Je te souhaite bon courage et surtout prends soin de toi !

C'est si bien dit. Prend soin de toi, et n'oublie pas que tu as 40 ans à faire. Inutile de se la mettre au court bouillon.

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
Dame Tartine
Dame Tartine
Neoprof expérimenté

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Dame Tartine le Dim 17 Nov 2019 - 23:12
@Ha@_x a écrit:
Aggrippina furiosa a écrit:L'EN est une machine qui broie les plus vulnérables et les plus bosseurs, alors sois consciencieux, mais prends aussi le recul nécessaire pour te préserver : tu ne seras efficace avec tes élèves qu'à ce prix. Et si tu as besoin d'un arrêt, va voir ton médecin, laisse-le juger et ne culpabilise pas pour tes élèves : quand on n'est pas en état de travailler, on se soigne, on se retape, c'est pas tirer au flan, c'est être raisonnable. Je te souhaite bon courage et surtout prends soin de toi !

C'est si bien dit. Prend soin de toi, et n'oublie pas que tu as 40 ans à faire. Inutile de se la mettre au court bouillon.

Exactement et rappelle-toi aussi que tu es payé 30% de moins qu'un autre fonctionnaire de catégorie A. Pense aussi à ce que nos "bons maîtres" veulent faire avec nos futures pensions de retraite. Franchement, il faut apprendre à dire non aux élèves, aux parents, à la hiérarchie et à te protéger avant qu'il ne soit trop tard et que ce métier ne te bousille parce que cela n'en vaut pas la peine.

_________________
Déprime et surcharge de travail 964035751 J'peux pas, j'ai piscine ! Déprime et surcharge de travail 964035751
avatar
JayKew
Niveau 8

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par JayKew le Dim 17 Nov 2019 - 23:13
Bonsoir,

Je trouve qu’une personne travaille beaucoup, toi. Et d’autres qui ne fichent pas grand-chose, les élèves.
Il est temps de rééquilibrer un peu les choses, non ?

Et puis, tu te fixes beaucoup d’objectifs qui relèvent de l’idéal, mais sans jamais prendre en compte les réalités pratiques (combien d’heures dans une journée, combien de temps nécessaire au repos, etc.) et, surtout, tes propres besoins et limites.

Tu es dans le no-limit, et tu te donnes entièrement à ton travail, pour un retour finalement très frustrant et peu satisfaisant.

En d’autres termes, tu vas droit vers le burn-out. Il est temps que tu penses à toi, vraiment, il en va de ta santé, et que tu arrêtes de penser aux besoins de tes élèves. Ils veulent progresser ? Ils s’entraînent à prendre des notes en cours, à faire le travail demandé et à répondre aux consignes. Et à recommencer si nécessaire. Tu ne peux pas faire le boulot à leur place.

Prends soin de toi, c’est le meilleur service que tu peux rendre à toi-même et, au final, aux élèves et à l’institution aussi, qui serait bien embêtée si tu te retrouvais en longue maladie pour burn-out. C’est ce qui t’attend si tu ne réagis pas.

Bon courage.
Ascagne
Ascagne
Expert

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Ascagne le Dim 17 Nov 2019 - 23:36
Bonsoir,

Concernant la mise en ligne des cours (ou de synthèses, ou de documents complémentaires), j'ai fait ça pendant ma première année (je n'étais pas stagiaire) et en fin de compte, j'ai travaillé plus que de raison pour des choses indues que les élèves et leurs parents finissaient par considérer dues. J'ai même plusieurs fois été rabroué parce que tel document n'était pas en ligne à la date dite, alors qu'il s'agissait d'un pur complément de cours - et autres joyeusetés de ce genre. On peut se dire naïvement au départ que ça va arranger les choses, mais ça se retourne vite contre soi comme un boomerang.
Du côté des évaluations, il faut s'en tenir à ce que l'on peut raisonnablement faire et corriger tout en gardant une vie. L'an dernier, au second semestre, j'ai beaucoup, beaucoup évalué ma classe de seconde en français, et ça a pu créer un meilleur contexte de travail, mais je pouvais me le permettre vu mon service. Cependant, quand on a beaucoup d'élèves, un service chargé, ou tout à préparer (quand on débute), il faut aussi penser à soi et toujours remettre les choses en perspective.

- des secondes sympathiques même si un peu trop bavards mais qui commencent à prendre leurs aises, surtout du fait que je n'arrive pas à dégager suffisamment de temps pour leur proposer un contenu compact et une mise en activité permanente - les moments de flottement se font plus nombreux et le climat de classe s'en ressent même si l'on n'en est pas (encore) à de véritables problèmes pour l'avancée du cours.
Je trouve que la classe de seconde évolue vite. Une classe qui semblait très sympathique, l'an dernier, a fini par poser des problèmes, à partir de novembre justement. Il a fallu l'action du PP, des collègues, puis du CPE et du proviseur pour quelques pas, et ça s'est rétabli.


Dernière édition par Ascagne le Dim 17 Nov 2019 - 23:52, édité 1 fois
almuixe
almuixe
Fidèle du forum

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par almuixe le Dim 17 Nov 2019 - 23:49
Je rejoins les autres sur le fait que tu te mènes au burn-out et qu'en plus on t'exploite. Tu sembles être celle à qui on fait porter le chapeau et les autres ne semblent pas se remettre en questions. Reste bien campé sur tes papattes et envoie les bouler. Si tu n'y arrives pas, direction le médecin (et interroge-toi, pour quelle raison te sens tu obliger de tout porter comme cela ?)

Sinon, en attendant le changement de posture ( IUFM à front renversé Déprime et surcharge de travail 558662839 ) qui semble urgent, deux astuces qui pourraient t'être utiles.
- Une d'un collègue prof d'HG qui a magistralement évité le burn-out avec cette méthode cette année. Il m'a dit utiliser toutes les études de doc des livres et ne fonctionner qu'avec cela.
- J'avais le même problème que toi en enseignement scientifique, le cours était donné (poly obligatoire à cause du manque de temps), résultat je devais me battre pour être écouté. Je revis depuis que j'ai changé de méthode : ils ont leur poly, ils doivent en faire leur fiche de synthèse et en binôme trouver quelques questions qui couvrent toute la fiche de révision.  
Si ils ont fini à temps, ils s'interrogent mutuellement avec leurs questions et je note (sur 20, bonne note évidemment car ce sont les plus performants et motivés). Sinon, ils me rendent juste leurs questions donc 3 ou 4 lignes (note sur 10, souvent bonne, si faible mais qu'ils ont travaillé pendant la séance, la note n'est pas conservée). Et j'ai toujours la possibilité de noter la fiche de synthèse si ils ne fichent rien (aiguillon oh combien puissant).
Pointàlaligne
Pointàlaligne
Neoprof expérimenté

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par Pointàlaligne le Dim 17 Nov 2019 - 23:52
Bonsoir Amigaway,
je rejoins ce qui a été dit :
- tu sembles mettre beaucoup d'énergie, de rigueur et de dévouement dans ton travail. Ne te reproche rien. Tu as fait tout ce qui était humainement possible, et davantage.
- demain, tu n'y vas pas. Tu files chez ton médecin et tu lui expliques ce que tu dis dans ton post.
Oui, tu seras arrêtée, et si tout va bien remplacée -mais ce n'est pas à toi de gérer cet aspect des choses. Ne t'inquiète pas pour tes élèves.
Ne t'inquiète pas pour ce qu'il y a dans ton casier, en salle 2012B7 ou en salle des profs : tu demanderas à un collègue sympa de ramasser tes affaires.
Va chez ton médecin, c'est important de prendre soin de toi.
ysabel
ysabel
Devin

Déprime et surcharge de travail Empty Re: Déprime et surcharge de travail

par ysabel le Lun 18 Nov 2019 - 6:13
Comme l'ont déjà dit mes camarades, tu files un mauvais coton… ta réaction de ce we annonce un beau burn-out ; va chez ton médecin.
Il ne faut jamais être "la bonne poire de service", ce que tu sembles avoir accepté cette année : apprends à dire NON, envoie promener les élèves (pas de cours en ligne) et leurs parents (pas de rdv pour une note : et puis quoi encore !)

N'oublie pas que tu es parti pour 45 années.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum