Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Dalva
Vénérable

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Dalva le Sam 21 Déc 2019 - 16:18
@Lefteris a écrit:
@Dalva a écrit:Je trouve cela vraiment malsain, Lefteris, parce que ce monsieur est en train de cibler sa clientèle : ce seront des profs. Et en plus ça marche.

Un agrégé en philo sorti d'école normale, je ne me fais aucun souci. Ça aurait de l'intérêt s'il annonçait chercher un boulot dans le privé (avec ses aptitudes à la rédaction et à la synthèse, et ce qu'il démontre ici de sa capacité de cynisme, il peut décrocher facilement du boulot, bien payé), ou reprendre une formation en psychologie pour ensuite travailler réellement en tant que psy (libéral ou salarié). Mais là, non. Il va faire du vent et faire payer pour ça des gens qui souffrent dans leur travail sans médecine du travail. Formidable.
Je viens de relire l'article, et je ne vois pas que le soutien psychologique soit nécessairement pour les enseignants. Ou alors d'autres données, extérieures,  m'échappent. Sinon, si  l'on s'en tient au strict contenu du texte, je ne vois rien à redire.
D'après toi, avec un titre pareil, et un thème pareil, à qui s'adresse le contenu ?
zigmag17
zigmag17
Expert

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par zigmag17 le Sam 21 Déc 2019 - 16:19
Je ne comprends pas la polémique: il veut partir? Très bien, personne ne nous force à faire de même. Il veut faire du "coaching"? Très bien, personne ne nous oblige à suivre ses (futurs)cours. Il se plaint de sa situation actuelle d'enseignant? Eh bien oui, je peux comprendre que les conditions de travail soient pires ailleurs mais chacun, pour mesurer des difficultés d'un poste, le fait à l'aune de ses propres critères, en plus de critères objectifs.
Nous pouvons vouloir continuer dans cette profession contre vents et marées sans immédiatement trouver inopérants ou fallacieux les arguments de ceux qui veulent la quitter.
Mathador
Mathador
Grand sage

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Mathador le Sam 21 Déc 2019 - 16:21
La reconversion dans le coaching selon Groland:

_________________
"There are three kinds of lies: lies, damned lies, and statistics." (cité par Mark Twain)
« Vulnerasti cor meum, soror mea, sponsa; vulnerasti cor meum in uno oculorum tuorum, et in uno crine colli tui.
Quam pulchrae sunt mammae tuae, soror mea sponsa! pulchriora sunt ubera tua vino, et odor unguentorum tuorum super omnia aromata. » (Canticum Canticorum 4:9-10)
lene75
lene75
Bon génie

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par lene75 le Sam 21 Déc 2019 - 16:21
@Lefteris a écrit:
@Ha@_x a écrit:On peut aussi partir dignement @Lefteris, sans s'offrir un article de presse pour y aligner les poncifs....

La dégradation du métier, on la connaît tous, ici, on en disserte d'ailleurs.

Perso' je ne suis pas encore prêt à abandonner mes élèves. Par contre je suis tout à fait disposé à foutre en l'air les examens lors de la prochaine...... Very Happy
Mais tout le monde ne lit pas le forum. Pour beaucoup de gens, c'est une découverte.

L'immense majorité, en fait, y compris Ha@_x, qui semble ne rien connaître aux conditions d'enseignement à Argenteuil. J'ai un copain qui y a enseigné (la philo lui aussi), il y a vécu une année terrible, bien pire que dans le 93 où il est maintenant, à devoir toujours regarder où il mettait les pieds de peur de marcher sur une bombe artisanale dans un couloir du lycée. L'année d'avant il était dans un autre lycée d'Argenteuil beaucoup plus calme, au point de me répéter que je devrais demander une REP, que mes conditions d'enseignement y seraient meilleures que dans mon lycée non classé dans lequel j'avais des classes très sportives. Comme quoi il y a Argenteuil et Argenteuil.
Mais surtout, ce n'est pas le fond de ce que dit l'article, et si l'article vaut dans des lycées calmes (et c'est le cas), ce n'en est que pire. Le collègue en question avait l'illusion de pouvoir enseigner la philo, peut-être même que bêtement, c'est pour ça qu'il a fait prof de philo, qui sait, il y a des gens qui sont naïfs. Il constate l'impossibilité de le faire, du moins là où il est (il y a des endroits et des classes dans lesquels c'est encore possible, mais de moins en moins) et décide donc de ne pas rester. Je trouve ça plutôt cohérent et c'est plutôt pas mal que ça se sache.
Plus il y aura de témoignages dans ce sens, plus on aura de chances de mettre un jour fin à la mascarade et à la dégringolade à laquelle nous assistons impuissants. Pour ce qui est du cas précis de la philo, la réforme du lycée lui porte par ailleurs un gros coup et nous sommes très inquiets de ce qu'elle va pouvoir devenir à moyen terme.

Quant à sa reconversion, j'ai plutôt l'impression, à la lecture de l'article, qu'il n'a pas de projet bien solide. Chercher à conquérir un public de profs serait un bien mauvais calcul, ça ne rapporte pas des masses et ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus palpitant. Un normalien peut prétendre à bien mieux que ça à partir du moment où il a renoncé à faire le métier qui lui plaisait réellement et qui n'existe plus. Sa seule erreur a été d'essayer : beaucoup de normaliens n'essaient même plus l'enseignement.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Pointàlaligne
Pointàlaligne
Neoprof expérimenté

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Pointàlaligne le Sam 21 Déc 2019 - 16:30
@Daphné a écrit:
@Oxford a écrit:"un grand théâtre dans lequel tout le monde joue la comédie" : c'est exactement ça.
Le théâtre de Guignol.

Je ne suis pas d'accord : au moins Guignol c'est marrant !

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 437980826
Dalva
Dalva
Vénérable

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Dalva le Sam 21 Déc 2019 - 16:38
Pour le coup je suis d'accord avec tout ce que vient d'écrire Lene. Je continue à penser que ce n'est pas une bonne idée de se mettre en scène sans avoir même encore posé sa démission (ou alors je n'ai pas compris).
Lefteris
Lefteris
Empereur

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Lefteris le Sam 21 Déc 2019 - 16:54
@Dalva a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Dalva a écrit:Je trouve cela vraiment malsain, Lefteris, parce que ce monsieur est en train de cibler sa clientèle : ce seront des profs. Et en plus ça marche.

Un agrégé en philo sorti d'école normale, je ne me fais aucun souci. Ça aurait de l'intérêt s'il annonçait chercher un boulot dans le privé (avec ses aptitudes à la rédaction et à la synthèse, et ce qu'il démontre ici de sa capacité de cynisme, il peut décrocher facilement du boulot, bien payé), ou reprendre une formation en psychologie pour ensuite travailler réellement en tant que psy (libéral ou salarié). Mais là, non. Il va faire du vent et faire payer pour ça des gens qui souffrent dans leur travail sans médecine du travail. Formidable.
Je viens de relire l'article, et je ne vois pas que le soutien psychologique soit nécessairement pour les enseignants. Ou alors d'autres données, extérieures,  m'échappent. Sinon, si  l'on s'en tient au strict contenu du texte, je ne vois rien à redire.
D'après toi, avec un titre pareil, et un thème pareil, à qui s'adresse le contenu ?
Le lectorat de France 24, qui est sûrement loin d'être composés exclusivement d'enseignants. Et parmi ceux-ci, je ne sais pas si beaucoup vont aller suivre des cours de "coaching", payer pour apprendre comment encaisser les coups.

@lene75 a écrit:

Quant à sa reconversion, j'ai plutôt l'impression, à la lecture de l'article, qu'il n'a pas de projet bien solide. Chercher à conquérir un public de profs serait un bien mauvais calcul, ça ne rapporte pas des masses et ce n'est pas forcément ce qu'il y a de plus palpitant. Un normalien peut prétendre à bien mieux que ça à partir du moment où il a renoncé à faire le métier qui lui plaisait réellement et qui n'existe plus. Sa seule erreur a été d'essayer : beaucoup de normaliens n'essaient même plus l'enseignement.
Oui je crois aussi, il est plus dans le vague projet que dans la pub pour un truc déjà bien lancé et programmé. Il estime que son métier est mort, il aurait pu faire autre chose, c'est déjà pas mal que l'EN ait eu quelques années un normalien. Il a même perdu beaucoup de temps, ce devait être un idéaliste.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, utilisée pour toutes les démolitions, expliquée sans fard par F. Robine.

Gallica Musa mihi est, fateor, quod nupta marito. Pro domina colitur Musa latina mihi.

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Ruthven
Ruthven
Monarque

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Ruthven le Sam 21 Déc 2019 - 18:27
@Lefteris a écrit:C'est déjà pas mal que l'EN ait eu quelques années un normalien. Il a même perdu beaucoup de temps, ce devait être un idéaliste.

N'exagérons rien, il doit quand même l'engagement décennal !
Orlanda
Orlanda
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Orlanda le Sam 21 Déc 2019 - 19:04
J'avais écouté avec beaucoup d'intérêt Scarlett Salman évoquer sa thèse de sociologie sur le phénomène du coaching. Le coach est presque invariablement quelqu'un qui n'a pas obtenu ce qu'il voulait dans sa carrière antérieure ou a craqué. En quelques mois de formation mal ficelée, et pour rester polie, plutôt légère en contenu, il prétend guider d'autres personnes en souffrance. Je trouve cela pour le moins absurde.

Comme beaucoup de collègues, je partage son constat, mais je ne serai certainement pas cliente.

_________________
"Nous vivons à une époque où l'ignorance n'a plus honte d'elle-même". Robert Musil
Ha@_x
Ha@_x
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Ha@_x le Sam 21 Déc 2019 - 20:19
@lene75 a écrit:L'immense majorité, en fait, y compris Ha@_x, qui semble ne rien connaître aux conditions d'enseignement à Argenteuil. J'ai un copain qui y a enseigné (la philo lui aussi), il y a vécu une année terrible, bien pire que dans le 93 où il est maintenant, à devoir toujours regarder où il mettait les pieds de peur de marcher sur une bombe artisanale dans un couloir du lycée. L'année d'avant il était dans un autre lycée d'Argenteuil beaucoup plus calme, au point de me répéter que je devrais demander une REP, que mes conditions d'enseignement y seraient meilleures que dans mon lycée non classé dans lequel j'avais des classes très sportives. Comme quoi il y a Argenteuil et Argenteuil.

Rolling Eyes  Argenteuil, j'y ai enseigné 3 ans, en collège (tous sigles hein [France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 1665347707 ), avant de bouger dans le 93.

Et j'y suis en REP+ depuis bientôt 10 ans, alors chers collègues de lycée, ne venez pas me parler pénibilité ou conditions de travail, je connais hein (nos établissements, il suffit d'une direction ou d'une vie scol' aux fraises pour que ça devienne un carnage...), mais ce n'est pas le sujet.

Le sujet, c'est le mec qui démissionne avec fracas, et hop un petit article. Alors oui certains l'on dit, mettre en lueur....bla bla, les difficultés, bla bla,....de la profession enseignante...bla bla...,  Rolling Eyes , lieux communs habituels, pour tout connaisseur de l'éducation en France.

@Lefteris a écrit:Dans quelques années quand l'écroulement des recrutements aura atteint son paroxysme, et qu'il faudra soit se passer d'enseignants, soit accepter une dégringolade vertigineuse du niveau ( voir le fil sur le saccage du capes) , et qu'en plus ceux qui sont au milieu du gué aujourd'hui seront paupérisés, tout le monde regrettera de n'avoir pas fait pareil. Partir dignement, ce n'est pas partir à la cloche de bois, sans boulot, au RMI.

Mais en fait, la situation est déjà catastrophique. Dans mon département le niveau d'enseignement est affligeant (taux de contractuels stratosphérique, PE recrutés à minima, jeunes T1 qui n'attendent que de se barrer, turn over monstre, peu ou pas de remplacements, j'en passe et des meilleures.)

Alors oui j'ai du mal à avoir de la compassion pour ce jeune collègue qui pense avoir fait une découverte fondamentale en sciences sociales (oh wait !! affraid , l'EN est sinistrée ? Première nouvelle ! [France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 1665347707 )

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
lene75
lene75
Bon génie

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par lene75 le Dim 22 Déc 2019 - 9:13
Ha@_x, je ne sais pas dans quels lycées tu as enseigné pour en avoir une vision aussi idyllique, mais clairement, tu n'es pas du tout au fait des réalités.

Ou alors c'est ton discours que je ne comprends pas : la situation est catastrophique, mais chut, surtout ne rien dire, continuer à jouer à Mme la marquise. Parce que non, la situation n'est pas du tout connue du grand public. Les bouquins et articles spécialisés, seuls les profs les lisent. Enfin si, justement, les gens savent, comme toi, qu'il y a quelques collèges du 93 qui sont sinistrés, ça c'est connu, mais la situation générale de l'EN, non. Les gens sont persuadés que ce qu'ils entendent à la télé se cantonne à quelques collèges du 93 et des quartiers nord de Marseille et tout est fait pour leur cacher la réalité, des discours ministériels aux résultats aux examens et autres tests de l'école primaire. Le niveau monte, notre ministre l'a dit sur toutes les antennes.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
lene75
lene75
Bon génie

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par lene75 le Dim 22 Déc 2019 - 9:15
@Dalva a écrit:Pour le coup je suis d'accord avec tout ce que vient d'écrire Lene. Je continue à penser que ce n'est pas une bonne idée de se mettre en scène sans avoir même encore posé sa démission (ou alors je n'ai pas compris).

Là-dessus je suis d'accord. C'est très spécial pour le coup, et ça risque de rendre sa fin d'année pour le moins difficile.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Verdurette
Verdurette
Modérateur

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Verdurette le Dim 22 Déc 2019 - 9:19
La dégradation du métier, dans le grand public, il n'y a pas beaucoup de gens qui en ont conscience, et qui savent vraiment ce qui se passe dans les salles de classe.
Pour illustrer mes propos : un déjeuner hier avec des "gens d'un âge" comme on dit, qui n'ont plus d'enfants en classe depuis des lustres, qui voient 'école comme ils l'ont connue il y a 250 ans, et qui n'avaient pas de mots assez durs pour stigmatiser ces "feignants" qui ont teeeeellement de vacances et pas grand-chose à faire, et qui osent encore faire grève.

Ou d'autres qui ont vu par exemple "Marion, treize ans pour toujours" ou "Les héritiers" et qui tombent des nues en voyant le bazar dans les classes : :choc: [France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 4161987430 affraid
"C'est vraiment comme ça ? "

Si ce métier était si "privilégié" on ferait encore la queue pour y entrer, et c'est loin d'être le cas, entre baisse  des inscriptions au concours, et les démissions en pagaille.

A part quelques parents d'élèves soucieux de ce que font leur progéniture, dont certains ont contourné le problème en mettant  leurs enfants dans des établissements "protégés"  (ce que je ne saurais leur reprocher, s'ils en ont la possibilité), et les profs eux-mêmes, l'immense majorité du public n'a AUCUNE idée de ce qui se passe dans les écoles, collèges et lycées. De la violence, de l'agitation, de la baisse drastique du niveau.
Et je le répète : il faudrait un grand mouvement de ras-le-bol médiatique, vraiment médiatique,  avec seulement des enseignants, et clairement sur nos conditions de travail, sans mélange avec d'autres salariés, un vrai coming out pour le coup, et là, je suis prête à bouffer des pâtes pendant un mois s'il le faut.
avatar
Ramanujan974
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Ramanujan974 le Dim 22 Déc 2019 - 9:28
@Verdurette a écrit:
Et je le répète : il faudrait un grand mouvement de ras-le-bol médiatique, vraiment médiatique,  avec seulement des enseignants, et clairement sur nos conditions de travail, sans mélange avec d'autres salariés, un vrai coming out pour le coup, et là, je suis prête à bouffer des pâtes pendant un mois s'il le faut.

Tout ceci n'arrivera pas.
Il y a trop de gens à la masse dans notre métier, entre ceux qui trouvent qu'on a quand même trop de vacances, ceux qui trouvent qu'on n'est pas si mal payés que ça, ceux qui aiment trop les enfants, ceux qui ne pensent qu'à faire des voyages, ceux qui ne savent pas ce que signifient HSA, VS et INM ni le montant de leur salaire, ceux qui conçoivent leur métier comme Mère Térésa, ceux dont le conjoint est riche, etc...
Ha@_x
Ha@_x
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Ha@_x le Dim 22 Déc 2019 - 9:48
@lene75 a écrit:Ha@_x, je ne sais pas dans quels lycées tu as enseigné pour en avoir une vision aussi idyllique, mais clairement, tu n'es pas du tout au fait des réalités.

Euh tu sais lire ? Et d'ailleurs je n'ai jamais enseigné en Lycée.

@lene75 a écrit:Ou alors c'est ton discours que je ne comprends pas : la situation est catastrophique, mais chut, surtout ne rien dire, continuer à jouer à Mme la marquise. Parce que non, la situation n'est pas du tout connue du grand public. Les bouquins et articles spécialisés, seuls les profs les lisent. Enfin si, justement, les gens savent, comme toi, qu'il y a quelques collèges du 93 qui sont sinistrés, ça c'est connu, mais la situation générale de l'EN, non. Les gens sont persuadés que ce qu'ils entendent à la télé se cantonne à quelques collèges du 93 et des quartiers nord de Marseille et tout est fait pour leur cacher la réalité, des discours ministériels aux résultats aux examens et autres tests de l'école primaire. Le niveau monte, notre ministre l'a dit sur toutes les antennes.

Voilà, on progresse, c'est la démarche du collègue que je critique, point.
La situation est catastrophique, d'ailleurs REP ou pas REP, c'est catastrophique, ai-je jamais dit le contraire ? Les bahuts où l'on réussit à sauver les meubles sont la minorité.
D'ailleurs beaucoup le savent, c'est d'ailleurs pour ça que personne ne fait plus la queue pour y entrer pour paraphraser @Verdurette.

_________________
Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs
HORA
HORA
Niveau 10

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par HORA le Dim 22 Déc 2019 - 9:56
@Ramanujan974 a écrit:
@Verdurette a écrit:
Et je le répète : il faudrait un grand mouvement de ras-le-bol médiatique, vraiment médiatique,  avec seulement des enseignants, et clairement sur nos conditions de travail, sans mélange avec d'autres salariés, un vrai coming out pour le coup, et là, je suis prête à bouffer des pâtes pendant un mois s'il le faut.

Tout ceci n'arrivera pas.
Il y a trop de gens à la masse dans notre métier, entre ceux qui trouvent qu'on a quand même trop de vacances, ceux qui trouvent qu'on n'est pas si mal payés que ça, ceux qui aiment trop les enfants, ceux qui ne pensent qu'à faire des voyages, ceux qui ne savent pas ce que signifient HSA, VS et INM ni le montant de leur salaire, ceux qui conçoivent leur métier comme Mère Térésa, ceux dont le conjoint est riche, etc...

C'est vrai, mais il commence à y avoir une inversion de tendance, je trouve. Ce que tu décris, c'est le discours niaiseux que chaque enseignant se voyait asséner par l'iufm, les sociologues n'ayant jamais eu à tenir une classe ne serait-ce qu'une demi-heure, les politiques y ayant intérêt, les collègues se voyant comme des héros. Sauf que la réalité (discipline dans les classes, niveau des élèves, salaires des profs) déborde tellement que ce politiquement correct ne fait plus tenir grand chose et fait ricaner de plus en plus. Après, il faut compter avec l'inertie des illusions, on ne change pas de croyances du jour au lendemain.
kensington
kensington
Esprit éclairé

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par kensington le Dim 22 Déc 2019 - 11:06
L'inversion de tendance, c'est que la réalité est de plus en plus difficile à cacher mais je crois en effet que rien n'arrivera tant que les parents n'exigeront pas un système éducatif de qualité pour leurs enfants.
Quand les a-t-on entendus se plaindre de programmes superficiels, des problèmes d'apprentissage de la lecture, des passages au collège en sachant à peine lire et écrire, des examens au rabais? C'est une minorité qui s'en soucie. Ceux qui peuvent vont voir ailleurs ou compensent à la maison.
amethyste
amethyste
Doyen

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par amethyste le Dim 22 Déc 2019 - 11:16
Et ça ne va pas aller en s'arrangeant :
Pour la rentrée prochaine les collèges et les lycées accueilleront 22 000 élèves en plus qu'à la rentrée 2019. Afin de compenser entièrement la suppression de 440 emplois (ETP), l'équivalent de 315 ETP en heures supplémentaires annuelles (HSA) seront ajoutées aux moyens du secondaire, et l'équivalent de 125 postes (ETP) en décharges académiques seront redirigés devant élèves.
Rentrée scolaire 2020 : Une ambition renforcée pour le 1er degré et le maintien des moyens au collège et au lycée
Vous la voyez, l'amélioration des conditions de travail à venir ? Des élèves en plus, des postes en moins et des heures supp à gogo. Sans compter "l'amélioration des rémunérations" ?

_________________
- Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
- L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves.
Einstein
Il me convient d’être avec les peuples qui meurent, je vous plains d’être avec les rois qui tuent. Victor Hugo
almuixe
almuixe
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par almuixe le Dim 22 Déc 2019 - 12:30
Si je compte bien, 22 000 élèves de plus sans aucun poste supplémentaire, alors qu'il faudrait au bas mot en creer 1000.
ZeSandman
ZeSandman
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par ZeSandman le Dim 22 Déc 2019 - 12:43
Quel discours hypocrite du Ministère quand même !

Il se targue d'avoir fait le choix de ne pas supprimer des postes qui auraient dû disparaître en raison d'une baisse ponctuelle du nombre d'élèves, alors qu'en réalité il y a un max de postes non pourvus, les concours font moins que jamais le plein, on galère souvent pour trouver même des contractuels, auxquels on prévoit pourtant de recourir massivement avec Cap22.

Il continue de plus de considérer que les heures supp sont une amélioration de la rémunération des enseignants, alors qu'il prépare les nouvelles ORS de l'enseignant du XXIe siècle, en portant le service à une durée entre 22h et 24h, d'après un document de travail tombé par accident sous les yeux d'un collègue syndicaliste (information à prendre avec toute la mesure qu'il se doit, genre un pote m'a dit que son pote a vu...).

_________________
Ce sont les rêves qui donnent au monde sa forme.
Caspar
Caspar
Bon génie

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Caspar le Dim 22 Déc 2019 - 12:45
@Verdurette a écrit:La dégradation du métier, dans le grand public, il n'y a pas beaucoup de gens qui en ont conscience, et qui savent vraiment ce qui se passe dans les salles de classe.
Pour illustrer mes propos : un déjeuner hier avec des "gens d'un âge" comme on dit, qui n'ont plus d'enfants en classe depuis des lustres, qui voient 'école comme ils l'ont connue il y a 250 ans, et qui n'avaient pas de mots assez durs pour stigmatiser ces "feignants" qui ont teeeeellement de vacances et pas grand-chose à faire, et qui osent encore faire grève.

Ou d'autres qui ont vu par exemple "Marion, treize ans pour toujours" ou "Les héritiers" et qui tombent des nues en voyant le bazar dans les classes : :choc: [France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 4161987430 affraid
"C'est vraiment comme ça ? "

Si ce métier était si "privilégié" on ferait encore la queue pour y entrer, et c'est loin d'être le cas, entre baisse  des inscriptions au concours, et les démissions en pagaille.

A part quelques parents d'élèves soucieux de ce que font leur progéniture, dont certains ont contourné le problème en mettant  leurs enfants dans des établissements "protégés"  (ce que je ne saurais leur reprocher, s'ils en ont la possibilité), et les profs eux-mêmes, l'immense majorité du public n'a AUCUNE idée de ce qui se passe dans les écoles, collèges et lycées. De la violence, de l'agitation, de la baisse drastique du niveau.
Et je le répète : il faudrait un grand mouvement de ras-le-bol médiatique, vraiment médiatique,  avec seulement des enseignants, et clairement sur nos conditions de travail, sans mélange avec d'autres salariés, un vrai coming out pour le coup, et là, je suis prête à bouffer des pâtes pendant un mois s'il le faut.

Un monsieur âgé de mon entourage était persuadé que le nombre d'élèves par classe maximum était de 25 (de la maternelle à la terminale). Il faut aussi voir les regards éberlués quand on annonce qu'il n'y a pas de maths dans le tronc commun.

La plupart des gens restent sur leur expérience d'élève ou de parent d'élève, ou recrachent des informations lues ou entendue dans les médias et mal digérées. Je ne leur jette pas forcément la pierre non plus: je ne connais rien au fonctionnement d'un hôpital, d'un tribunal ou d'un commissariat...
gauvain31
gauvain31
Empereur

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par gauvain31 le Dim 22 Déc 2019 - 12:50
@ZeSandman a écrit:Quel discours hypocrite du Ministère quand même !

Il se targue d'avoir fait le choix de ne pas supprimer des postes qui auraient dû disparaître en raison d'une baisse ponctuelle du nombre d'élèves, alors qu'en réalité il y a un max de postes non pourvus, les concours font moins que jamais le plein, on galère souvent pour trouver même des contractuels, auxquels on prévoit pourtant de recourir massivement avec Cap22.

Il continue de plus de considérer que les heures supp sont une amélioration de la rémunération des enseignants, alors qu'il prépare les nouvelles ORS de l'enseignant du XXIe siècle, en portant le service à une durée entre 22h et 24h, d'après un document de travail tombé par accident sous les yeux d'un collègue syndicaliste (information à prendre avec toute la mesure qu'il se doit, genre un pote m'a dit que son pote a vu...).

Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .

La France le paiera très cher...
avatar
Ramanujan974
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Ramanujan974 le Dim 22 Déc 2019 - 13:14
@Caspar a écrit:Je ne leur jette pas forcément la pierre non plus: je ne connais rien au fonctionnement d'un hôpital, d'un tribunal ou d'un commissariat...

Sauf que ta réaction par défaut lorsqu'on te parle de ces 3 endroits, ce n'est peut-être pas de dire que ceux qui y travaillent sont tous des feignants trop payés et que la France se porterait mieux s'ils avaient moins de vacances.
gluche
gluche
Niveau 8

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par gluche le Dim 22 Déc 2019 - 13:20
@gauvain31 a écrit:
Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .
alors même qu'au procès France Télécom, la stratégie de l'entreprise voient d'être condamnée
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par Volo' le Dim 22 Déc 2019 - 13:30
@gauvain31 a écrit:
@ZeSandman a écrit:Quel discours hypocrite du Ministère quand même !

Il se targue d'avoir fait le choix de ne pas supprimer des postes qui auraient dû disparaître en raison d'une baisse ponctuelle du nombre d'élèves, alors qu'en réalité il y a un max de postes non pourvus, les concours font moins que jamais le plein, on galère souvent pour trouver même des contractuels, auxquels on prévoit pourtant de recourir massivement avec Cap22.

Il continue de plus de considérer que les heures supp sont une amélioration de la rémunération des enseignants, alors qu'il prépare les nouvelles ORS de l'enseignant du XXIe siècle, en portant le service à une durée entre 22h et 24h, d'après un document de travail tombé par accident sous les yeux d'un collègue syndicaliste (information à prendre avec toute la mesure qu'il se doit, genre un pote m'a dit que son pote a vu...).

Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .

La France le paiera très cher...

Et les plus jeunes aussi ... quand tu es en T1, TZR sans poste au début d’année, que tu fais des missions dans ton RAD et qu’un contractuel remplace un collègue de ta matière. Cela ne donne pas forcément bien envie. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.
gauvain31
gauvain31
Empereur

[France24]  "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'" - Page 2 Empty Re: [France24] "J'ai vécu ma démission de l'Éducation nationale comme un 'coming out'"

par gauvain31 le Dim 22 Déc 2019 - 13:46
@gluche a écrit:
@gauvain31 a écrit:
Ce ne serait pas du tout étonnant : il y a la volonté de recruter un max de contractuels et de pousser vers la sortie le plus de titulaires possibles : pour cela, il faut dégoûter les plus anciens. Je vois personnellement une forte volonté de renouveler rapidement la population enseignante : serviable, moins formée, précaire . Sauf pour les fils et filles de l'oligarchie. Il faut garder quand même un minimum de qualité , mais le puzzle "France Telecom" est presque en place .
alors même qu'au procès France Télécom, la stratégie de l'entreprise voient d'être condamnée

Oui exactement c'est pour cela , que moi-même je ne comprends pas cette stratégie (je dirais même cet entêtement) des technocrates de le rue de Grenelle, sauf à considérer que le verdict a été très clément.... Le MEN a perdu la raison depuis un bon moment

@Volo : oui mais ce n'est pas récent hélas. Les débuts de carrière ont toujours été très compliqués, mais effectivement avec le changement d'entrée (en M2) on leur complique encore plus la tâche
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum