Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Thalie
Grand sage

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Thalie le Mer 1 Jan 2020 - 21:52
Fil très intéressant en effet et qui recoupe ce que je constate tous les jours dans mon collège. De plus en plus, je conseille à des parents de milieux sociaux fragiles de monter des dossiers parce que leurs enfants sont lésés. J'ai beaucoup de mal à accepter des aménagements pour certains alors que je vois bien que d'autres en ont autant si ce n'est plus besoin.
La secrétaire est épuisée par ces nombreux dossiers qui ne cessent de se multiplier. Désormais les parents réclament un aménagement pour le brevet alors qu'ils n'ont jamais demandé de PAP les années précédentes.
Pour revenir à la fin de ce fil, je me pose une question certainement idiote mais qui peut m'expliquer comment des enfants diagnostiqués HPI peuvent rater le coche de la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre comment cela peut être possible.
bénou
bénou
Niveau 4

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par bénou le Mer 1 Jan 2020 - 22:27
@Elyas a écrit:Je reviens pour nuancer un point : un hpi n'est pas un surdoué, c'est une erreur de vocable des années 1990 qui fausse beaucoup la réalité des HPI.
Ensuite, hpi et saut de classe ne vont pas nécessairement ensemble.
Un ami a sa fille HPI très gigoteuse. Sa maîtresse a proposé un saut de classe. Il m'en a parlé très fier, me demandant pourquoi mon fils n'avait pas sauté de classe, lui. On a comparé les cahiers de nos enfants. Disons que sa fille est dans une rép et mon fils dans une école de centre ville bourgeois. Le contenu est très différent. Faire sauter une classe à mon fils, non. Il ne veut pas et il a des choses à apprendre que toutes les écoles n'offrent plus mais la sienne si. On pourrait rajouter les inégalités de territoire à la longue liste que ce fil réalise.
J'ai bien conscience que les parents fiers de leurs enfants hpi peuvent être pénibles. Moi, j'ai été inquiet parce que je sais que mes enfants seront en décalage si on ne leur apprend pas que la majorité des gens ne fonctionne pas comme eux et je leur apprends à ne pas trop en parler. Une fois, un collègue m'a tout de même demandé si hpi n'était pas une forme d'autisme
Autant dire que je suis bien content d'être prudent pour mes enfants. C'est assez déplaisant.

Je ne suis pas d'accord, on parle de "surdoué" depuis bien plus longtemps que les années 90 (on en parlait déjà dans les années 70...) et cela recouvre la même réalité que HPI, seulement le second vocable fait un peu moins prétentieux que le premier...
Il ne faut pas se voiler la face et appeler un chat un chat : les "HPI" ne sont pas des enfants au fonctionnement "différent" mais juste des enfants un peu plus futés que la moyenne... Comme il a été dit, le test de QI se veut dès le départ un test d'intelligence visant à évaluer les retards mentaux. A l'inverse, ceux qui le réussissent sont des individus a priori plus intelligents, avec une meilleure logique. Encore que ce ne soit pas forcément le cas de tous. Certains psy étiquettent HPI des enfants ayant seulement réussi (au delà de 130) un seul des items évalués, notamment l'ICV qui reflète une bonne maîtrise du vocabulaire. Or les enfants issus de familles culturellement favorisées, baignés dans un vocabulaire riche et à qui on inculque précocément le goût de la lecture, ont naturellement de bons résultats à cet item...
Ceux qui parlent de fonctionnement différent évoquent bien souvent une "pensée en arborescence" ou une hypersensibilité, dont la relation avec le niveau de QI n'a aucun fondement scientifique.
D'accord en revanche sur le fait que le bienfait du saut de classe s'apprécie particulièrement en fonction du niveau de la classe/de l'école de l'enfant. Il est bien entendu qu'un surdoué dans une école de niveau faible va nécessairement plus s'ennuyer, être plus marginalisé, présenter plus de problèmes de comportement, d'agitation due à l'ennui... que s'il est dans une école favorisée de centre-ville où les exigences seront plus importantes.
Quoi qu'il en soit, je trouve que comparer la situation d'un HPI à celle d'un enfant handicapé est totalement déplacée. S'ennuyer parce qu'on a tout compris avant tout le monde n'a rien de comparable avec le fait de ne rien piger.
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 22:44
Je ne vois pas quels tests pourraient passer ma fille.
On peut nous interroger sur elle.
On peut l'examiner.
Mais elle ne pourrait pas passer un test.

Je pense qu'un enfant apte à passer des tests n'est ni handicapé ni malade.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Fidèle du forum

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par epekeina.tes.ousias le Mer 1 Jan 2020 - 22:47
@bénou a écrit: Certains psy étiquettent HPI des enfants ayant seulement réussi (au delà de 130) un seul des items évalués, notamment l'ICV qui reflète une bonne maîtrise du vocabulaire

Diantre! À ce compte là, évidemment, ça ne veut plus rien dire du tout…
Il y a 25 ans de ça, on testait parfois les enfants pour repérer tel ou tel problème potentiel — et “par hasard”, il arrivait que l'on tombe sur un enfant à QI élevé. Mais franchement, il ne faisait pas bon en parler (encore moins dans l'éduc nat ou à des profs, qui “savaient” que “ça n'existe pas”), et les enfants comprenaient très vite que ça restait en famille. Et on se débrouillait comme on pouvait avec eux.

_________________
Cdlt Wink
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 22:55
Je ne sais pas si ma fille aînée est HPI ou surdouée.
Mais elle n'est pas malade. Elle n'est pas handicapée. Elle a des ronds vert foncé à toutes ses compétences, un an d'avance et tout va bien.
Donc on n'a vu aucun psychologue.

Par contre ma fille cadette ne pourrait passer aucun test. À 4 ans 1/2, elle a le développement d'un enfant entre 12 et 18 mois. Ça se passe très bien à la crèche. Il y a eu une loi obligeant à scolariser les enfants à 3 ans depuis la rentrée 2019. Elle se retrouve en MS avec une AVS une matinée par semaine et le reste du temps à la crèche.
Je ne tiens même pas à la scolariser.
Je n'arrive pas à visiter l'hôpital de jour vu qu'après 6 appels au CMP, il n'y a toujours pas moyen.
Je ne sais pas la suite des événements mais je ne veux pas qu'elle aille en GS puis en CP.
Mais il n'y a aucune structure.
J'aimerais continuer à travailler.
Je ne veux pas de l'école inclusive quelques heures par semaine.
Je veux qu'on nous propose un établissement adapté.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Neoprof expérimenté

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:05
@Thalie a écrit:Fil très intéressant en effet et qui recoupe ce que je constate tous les jours dans mon collège. De plus en plus, je conseille à des parents de milieux sociaux fragiles de monter des dossiers parce que leurs enfants sont lésés. J'ai beaucoup de mal à accepter des aménagements pour certains alors que je vois bien que d'autres en ont autant si ce n'est plus besoin.
La secrétaire est épuisée par ces nombreux dossiers qui ne cessent de se multiplier. Désormais les parents réclament un aménagement pour le brevet alors qu'ils n'ont jamais demandé de PAP les années précédentes.
Pour revenir à la fin de ce fil, je me pose une question certainement idiote mais qui peut m'expliquer comment des enfants diagnostiqués HPI peuvent rater le coche de la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre comment cela peut être possible.

il y a des familles où on stimule les enfants (bon niveau de langage, on pense à leur lire des histoires, à jouer, à limiter les écrans) mais on ne va pas forcément anticiper l'apprentissage de la lecture. Or si l'enfant tombe sur une classe de GS de maternelle où il n'y pas d'apprentissage structuré des lettres ni d'initiation la combinatoire, mais où on doit par exemple entourer tous les p dans des mots d'une page (je l'ai vu faire) sans même dire que le p fait le son p si je puis dire, et où l'on apprend à reconnaître sur les étiquettes les prénoms des copains, il aura beau être en avance il n'aura pas forcément la science infuse. Et si en CP ensuite il se retrouve avec une méthode comme Mini loup sans savoir le son de toutes les lettres ni les bases de la combinatoire il y a de quoi développer très vite de mauvais mécanismes...

Edit je me rappelle un enfant que j'avais suivi par intermittence quand j'étais stagiaire en centre référent. il était très gentil, il avait un Qi de 130 mais il était issu d'un milieu pas très porteur. Je pense qu'il avait eu une mauvaise méthode parce qu'il comprenait tout super vite, apprenait très vite les sons, sans effort. Par contre comme il avait été récupéré en CE2 il avait beau avoir un QI élevé, ma maître de stage m'avait expliqué qu'il ne rattraperait jamais les autres enfants de sa classe d'âge non seulement en lecture, mais aussi en vocabulaire (car le vocabulaire à partir du CP s'enrichit quasi exclusivement par la lecture). Donc son QI lui aura peut-être servi dans d'autres domaines, mais malheureusement je pense que ma maître de stage n'avait pas tort : il a récupéré une lecture fonctionnelle mais a dû garder un petit niveau scolaire (et d'expérience je dirais que chez un enfant non lecteur en CE2 c'est presque toujours le cas). Et du coup il a eu une étiquette dyslexique (alors qu'il apprenait tout très vite, comme s'il n'avait jamais appris avant).


Dernière édition par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:19, édité 3 fois
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Neoprof expérimenté

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:12
Concernant les CMP/CMPP Lene n'a pas tort, à chaque fois que j'ai été en contact avec des directeurs (ou directrices) c'étaient souvent des personnes très axées psychanalyse, ayant le défaut inverse de la mode consistant à suspecter  promptement un trouble neurodéveloppemental quand il n'y en a pas forcément : il peut être question d'un enfant avec des signes évidents (dysmorphie faciale, non tenue de la langue), ils ne vous parlent que du rapport de la mère aux enfants (la mère a toujours tort forcément elle est abusive par nature) et bloquent même le dossier pour le centre référent. Et c'est très opaque, impossible pour les parents de récupérer le moindre bilan ou compte-rendu ortho ou autre. Il y a une vraie culture du secret qui me semble aller de pair avec le culte de la psychanalyse.

Et d'accord avec Bénou sur le mythe de la pensée en arborescence etc. Je ne vois pas en quoi ces tests tels qu'ils sont faits pourraient permettre d'induire un tel fonctionnement.
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 23:19
Vous avez bien de la chance.
Je ne sais pas comment on fait pour être en contact avec une directrice du CMP. Je tombe à chaque appel téléphonique sur des secrétaires différentes et je n'ai jamais dépassé ce stade.
Elles ne peuvent pas me renseigner parce qu'elles sont (à chaque fois) nouvelles dans le service.

C'est effectivement un fonctionnement opaque.
Je réessaierai pour la 7e fois demain.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
lene75
lene75
Esprit sacré

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lene75 le Mer 1 Jan 2020 - 23:26
Lectiole, il doit y avoir moyen de faire passer les tests quand même. Après pour la fiabilité je ne saurais dire, surtout dans le cas de ta fille pour qui les hospitalisations et les traitements ont freiné son développement et peuvent l'assommer. La fille d'une copine a été testée à 44 de QI. On lui a demandé ce test pour l'orientation en IME. Avant d'avoir sa place en IME elle a fait deux années de GS avec AVS. Elle faisait ce qu'elle pouvait, pas du tout la même chose que les autres, surtout qu'elle a un TDAH qui ne facilite pas les choses. Quand je l'ai vue la dernière fois, je ne l'ai pas trouvée si handicapée que ça, mon mari me dit que si, que je ne me rends pas compte, d'autant que d'après lui elle est quasi non verbale, c'est possible, nous communiquions très bien avec G. quand elle l'était, on finit par oublier que l'enfant ne parle pas. Je trouve qu'elle est capable de faire pas mal de trucs, quand même, même si bien sûr pas autant qu'un enfant normal. Je ne me rends pas bien compte de ce que représente le 44 de QI.

Pour le CMP, tu ne peux pas faire appeler un médecin ? C'est toujours comme ça qu'on a nos entrées, partout, il n'est jamais donné suite aux contacts directs, ou alors très rarement.

Edit : d'ailleurs, la copine en question, qui a la chance d'avoir une bonne mutuelle, est très vite passée aux rééducations en libéral pour fuir le « tout psychologique » des prises en charge institutionnelles. Avec, encore une fois, une enfant dont les malformations physiques sont tellement nombreuses que l'origine de la maladie n'a jamais fait aucun doute. J'ai eu la chance de tomber sur un Camsp pas trop versé là-dedans... qui m'a formellement déconseillé de poursuivre le suivi au CMP à l'étage d'au-dessus parce que tout y est ramené à des problèmes psychologiques ou sociaux.


Dernière édition par lene75 le Mer 1 Jan 2020 - 23:37, édité 1 fois

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 23:33
@*Ombre* a écrit:
Si l'on met de côté les enfants, heureusement peu nombreux, souffrant d'un réel handicap, et ayant besoin de réelles adaptations

En effet, ceux souffrant d'un réel handicap sont mis de côté.
Il y a ceux souffrant d'un réel handicap... Mais ce sont justement eux qu'on laisse de côté.
Ils n'ont d'ailleurs pas besoin d'adaptations. Sincèrement quand un enfant est réellement handicapé, comment veut-on adapter ?
On peut adapter à ceux qui ne sont pas réellement handicapés voire pas handicapés du tout.
D'ailleurs même ce fil dérivé vers les HPI.
Une psy m'a dit que j'étais sûrement autiste Asperger et m'a demandé si j'étais heureuse de l'apprendre parce que je devais me sentir soulagée.
La bonne blague ! Qu'est-ce que j'en ai à faire d'un handicap invisible ? Sur FB, il y a des groupes d'HPI, de parents d'HPI, et puis des HPE, des zèbres... et puis voilà.

Mais à côté du handicap réel de ma fille cadette, c'est tout à fait risible.
Et elle n'est pas la seule.
Ce n'est pas parce qu'ils sont peu nombreux qu'ils sont oubliés.
J'en vois beaucoup au CAMSP.
Peut-être parce qu'ils ne savent ni parler ni marcher, ou seulement marcher... comme ces enfants en neuropediatrie qui crient "ah" toutes les 5 minutes, sans rien dire d'autre, et qui ne sont même pas vraiment conscients. Une mère a même voulu me donner son fils autiste. Pas Asperger. "Vous en voulez, Madame ? Je vous le donne ?"

Plus haut, j'ai lu qu'à force, on va inclure les enfants réellement handicapés. C'est ce qui est déjà en train de se passer. Ils auront leur PAP, leur PAI comme les autres en vue de faire des économies. On parle de supprimer les IME.

Parce qu'à force de voir tous les élèves malades, les vrais malades ne seront que des malades comme les autres.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Neoprof expérimenté

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:33
@lectiole a écrit:Je ne vois pas quels tests pourraient passer ma fille.
On peut nous interroger sur elle.
On peut l'examiner.
Mais elle ne pourrait pas passer un test.

Je pense qu'un enfant apte à passer des tests n'est ni handicapé ni malade.

ça dépend quels tests !
J'ai des tests très simples (EVALO bébé, Nelly Carole) que je peux utiliser avec des enfants sans langage lourdement handicapés  : je peux les faire désigner (je dis un mot et ils désignent une image ou un objet même s'ils ne parlent pas), je peux tester l'attention conjointe, la manière dont ils utilisent des "objets sociaux"...Et il y a des enfants sans langage qui peuvent désigner et faire beaucoup de choses. C'est très rare que je n'arrive pas à faire passer ces tests (même si ça peut arriver).

Et si , il peut y avoir des enfants qui vont être handicapés tout en pouvant passer des tests standardisés. J'ai récemment testé un enfant très stimulé par sa mère comme par l'école, qui obtient du coup des résultats tout à fait normaux en lecture de lettres, de sons, de mots et même en dictée. En revanche avec le texte ça se gâte (il commet des erreurs), et surtout il ne comprend pas ce qu'il lit. Et en langage oral quasiment tout est en-dessous de la norme : lexique, syntaxe et pragmatique même si la compréhension s'est normalisée depuis le dernier bilan. Il y a des troubles du comportement même si on arrive beaucoup plus à le canaliser. Et qu'au départ je n'aurais jamais cru qu'on arriverait à lui apprendre à lire. Les tests standardisés nous donnent dans ce type de cas des indices précieux sur le fonctionnement de l'enfant. Et il est réellement handicapé, je pense qu'il ne pourra pas à terme suivre une scolarité normale. Même si par rapport à ta fille il peut te sembler chanceux.


Dernière édition par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:52, édité 2 fois
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Neoprof expérimenté

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Aliceinwonderland le Mer 1 Jan 2020 - 23:35
Et j'espère qu'on ne supprimera pas les IME. Je suis une petite fille en IME qui est atteinte d'un syndrome de Smith Magenis, je pense qu'elle n'aurait pas sa place dans le système scolaire. Mais on peut faire beaucoup de choses avec ces enfants (notamment avec des banques d'images et de pictos et du matériel adapté).

_________________
« Ici le sommeil commença à gagner Alice. Elle répétait, à moitié endormie : « Les chats mangent-ils les chauves-souris ? Les chats mangent-ils les chauves-souris ? » Et quelquefois : « Les chauves-souris mangent-elles les chats ? »
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 23:41
Le médecin du CAMSP doit voit le médecin du CMP. Ça fait six mois qu'on attend.
Une psychologue l'a vue mais ça a été un dialogue d'une heure avec nous et une heure d'observation de l'enfant. BECS (batterie d'évaluation cognitive et socio-emotionnelle) parce qu'à 4 ans, elle a des compétences attendues chez un enfant entre 8 mois et 18 mois. C'est ce qu'on vit au quotidien. C'est comme un bébé qui marche maladroitement et ne parle pas. Elle est mignonne et souriante. Mais elle n'agit pas comme un enfant de 4 ans 1/2. Elle a 18 mois au mieux. Je ne peux pas la laisser à l'école sans AVS. Elle n'est pas dans les apprentissages. Elle va donc 4 heures par semaine en MS. Elle hurle généralement à partir de 11 heures après 2 heures à peu près calmes. Mais elle n'y apprend rien. La crèche lui convient beaucoup mieux. Mais elle a 4 ans 1/2 donc à 6 ans il nous faudra une place quelque part et je ne la vois pas en CP. Elle ne va absolument rien comprendre. Elle a une année de naissance qui ne correspond pas à son âge réel.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 23:44
Elle commence seulement à désigner les images grâce à son orthophoniste. Mais ça fait peu de temps qu'elle le fait et ça n'est pas un mot qu'on lui dit. C'est ce qu'elle veut.
Si on lui dit "ballon", elle ne pointera pas le ballon.
Ça sera la prochaine étape... dans plusieurs semaines.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
lene75
lene75
Esprit sacré

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lene75 le Mer 1 Jan 2020 - 23:47
L'ancienne orthophoniste de ma fille m'a dit avoir appris à lire à plusieurs enfants non verbaux. On peut faire beaucoup de choses avec de vraies adaptations en s'en donnant les moyens, mais ce n'est évidemment pas une PE lambda avec 30 gamins agités dans sa classe qui pourra faire ça.

À côté de ça il y a aussi les adaptations purement matérielles. G. a besoin d'adaptations visuelles, le problème, c'est qu'on ne sait pas lesquelles. On ne sait même pas si ses lunettes lui conviennent, aucun ophtalmo n'est en mesure de mesurer son acuité visuelle. On essaie d'avoir une prise en charge basse vision pour en savoir un peu plus mais c'est une galère sans nom, surtout qu'on a un interlocuteur différent à chaque visite et que d'après la pédiatre du Camsp tous les services d'ophtalmo de la région sont aussi pourris que celui de Necker, voire pire.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Mer 1 Jan 2020 - 23:48
@Aliceinwonderland a écrit:Et j'espère qu'on ne supprimera pas les IME. Je suis une petite fille en IME qui est atteinte d'un syndrome de Smith Magenis, je pense qu'elle n'aurait pas sa place dans le système scolaire. Mais on peut faire beaucoup de choses avec ces enfants (notamment avec des banques d'images et de pictos et du matériel adapté).

Ça m'inquiète. Je l'ai lu dans des groupes sur FB. C'est annoncé. Mais ça n'a pas l'air d'inquiéter beaucouo de monde : la plupart des commentaires disent que les parents qui laissent leurs enfants en IME sont issus des classes sociales défavorisées donc ne manifesteront pas contre leur disparition... et d'autres commentaires disent qu'il faut être un parent inhumain pour laisser son enfant en IME.
Mais ça serait la scolarisation inclusive avec SESSAD à la place.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
ee
Niveau 8

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par ee le Mer 1 Jan 2020 - 23:50
@lectiole a écrit:
@*Ombre* a écrit:
Si l'on met de côté les enfants, heureusement peu nombreux, souffrant d'un réel handicap, et ayant besoin de réelles adaptations

En effet, ceux souffrant d'un réel handicap sont mis de côté.
Il y a ceux souffrant d'un réel handicap... Mais ce sont justement eux qu'on laisse de côté.
Ils n'ont d'ailleurs pas besoin d'adaptations. Sincèrement quand un enfant est réellement handicapé, comment veut-on adapter ?
On peut adapter à ceux qui ne sont pas réellement handicapés voire pas handicapés du tout.
D'ailleurs même ce fil dérivé vers les HPI.
Une psy m'a dit que j'étais sûrement autiste Asperger et m'a demandé si j'étais heureuse de l'apprendre parce que je devais me sentir soulagée.
La bonne blague ! Qu'est-ce que j'en ai à faire d'un handicap invisible ? Sur FB, il y a des groupes d'HPI, de parents d'HPI, et puis des HPE, des zèbres... et puis voilà.

Mais à côté du handicap réel de ma fille cadette, c'est tout à fait risible.
Et elle n'est pas la seule.
Ce n'est pas parce qu'ils sont peu nombreux qu'ils sont oubliés.
J'en vois beaucoup au CAMSP.
Peut-être parce qu'ils ne savent ni parler ni marcher, ou seulement marcher... comme ces enfants en neuropediatrie qui crient "ah" toutes les 5 minutes, sans rien dire d'autre, et qui ne sont même pas vraiment conscients. Une mère a même voulu me donner son fils autiste. Pas Asperger. "Vous en voulez, Madame ? Je vous le donne ?"

Plus haut, j'ai lu qu'à force, on va inclure les enfants réellement handicapés. C'est ce qui est déjà en train de se passer. Ils auront leur PAP, leur PAI comme les autres en vue de faire des économies. On parle de supprimer les IME.

Parce qu'à force de voir tous les élèves malades, les vrais malades ne seront que des malades comme les autres.



Lectiole, je partage évidemment à 100% ta colère, comme tous les intervenants de ce fil je crois. S'il nous parait évident que les places déjà pas assez nombreuses en IME vont encore se réduire, cela ne veut pas dire qu'il n'y en a déjà plus du tout. Je ne sais pas dans quelle région tu es, ni où tu en es dans les différentes démarches fort lourdes… mais je sais qu'il existe encore des structures de qualité (avec liste d'attente longues comme un jour sans pain, certes). Le CAMSP ne te propose aucune piste ou orientation possible?
Olympias
Olympias
Prophète

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Olympias le Mer 1 Jan 2020 - 23:58
De toute façon tout le monde sait qu'il est nécessaire d'avoir des établissements adaptés. L'État ne fait pas son travail depuis des années.

Les quelques séances au CAMSP quand mon fils était petit m'ont vaccinée. Un tissu de conneries, la perle étant le rapport de la psychologue, qui sortait à peine de formation.
lene75
lene75
Esprit sacré

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lene75 le Mer 1 Jan 2020 - 23:59
@lectiole a écrit:
@Aliceinwonderland a écrit:Et j'espère qu'on ne supprimera pas les IME. Je suis une petite fille en IME qui est atteinte d'un syndrome de Smith Magenis, je pense qu'elle n'aurait pas sa place dans le système scolaire. Mais on peut faire beaucoup de choses avec ces enfants (notamment avec des banques d'images et de pictos et du matériel adapté).

Ça m'inquiète. Je l'ai lu dans des groupes sur FB. C'est annoncé. Mais ça n'a pas l'air d'inquiéter beaucouo de monde : la plupart des commentaires disent que les parents qui laissent leurs enfants en IME sont issus des classes sociales défavorisées donc ne manifesteront pas contre leur disparition... et d'autres commentaires disent qu'il faut être un parent inhumain pour laisser son enfant en IME.
Mais ça serait la scolarisation inclusive avec SESSAD à la place.

Où peut-on mettre son enfant si ce n'est en IME ? La scolarisation avec SESSAD suppose de pouvoir suivre au moins un peu. Et puis bon, il va falloir créer les SESSAD idoines, parce que chez moi, par exemple, c'est un SESSAD spécialisé dans les enfants lourdement polyhandicapés qui ne peuvent pas sortir de chez eux, ceux que le Camsp n'est pas en mesure de prendre en charge. On fait quoi de tous les autres qui ne relèvent pas de ça mais pour qui une AVS (devenues rares de toute manière) ne peut pas suffire ?

Edit : soit dit en passant, les SESSAD ont aussi très mauvaise réputation tant sur les prises en charge (s'il n'y a pas d'orthophoniste, par exemple, eh ben c'est tant pis pour ta poire) que, toujours, sur leur côté psychologisant et sur le fait qu'ils fassent des IP à tour de bras.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Jeu 2 Jan 2020 - 0:09
Ma fille en est à sa seconde orthophoniste en libéral.
On a aussi pris une psychologue en libéral à la demande du CAMSP qui n'a aucun psychologue spécialisé TEACCH ou ABA. Leur unique orthophoniste n'a plus voulu voir notre fille d'où la prise en charge en libéral. À part la psychomotricité, elle ne suit rien au CAMSP et à chaque fois que j'y vais, j'ai l'impression qu'ils ne savent pas la faire progresser. Ils me disent qu'elle est surprenante. Mais en attendant, je n'ai pas de solution.
Au printemps dernier, elle s'est mis en tête de se retenir. Deux ou trois pipis par jour, pas plus. Pourquoi ? Je n'en sais rien vu qu'elle ne dit rien. On l'a mise sur le pot. Ça a été compliqué mais au final, elle a fini par être propre de jour comme de nuit et plutôt rapidement. Fin août, c'était plié sauf qu'elle ne dit rien. Elle ne nous fait aucun signe. On la met sur les toilettes plusieurs fois par jour et le personnel de la crèche fait la même chose. Jamais un accident. Or depuis lundi, elle se retient même sur les toilettes. Elle peut rester de 18 h à 11 h le lendemain sans faire pipi et puis elle n'y arrive plus et pleure car elle est consciente de sa bêtise. Mais on ne comprend pas ce qui bloque. On ne sait pas où l'amener. On n'arrive pas à lui faire comprendre que se retenir sur le toilette ne sert à rien. On se demande comment ça va aller la semaine prochaine à la crèche et à l'école sans compter qu'elle risque d'avoir des problèmes urinaires mais nous n'avons aucune solution.
Et j'en arrive à être plus fatiguée pendant les vacances que pendant les périodes scolaires. Elle ne s'intéresse pas aux jouets, aux peluches, aux poupées.
Mais je ne parviens pas du tout à l'imaginer en CP ni à l'école en général. J'aimerais une prise en charge, un établissement avec des spécialistes qui la feraient progresser mais même au CAMSP ils sont dépassés. Je dois rappeler les SESSAD mais j'appréhende. Elle a trouvé son équilibre à la crèche. Elle est heureuse d'y aller, a même fini par s'intéresser aux activités. Mais ça n'était pas le cas l'en dernier et ça appuie sur le fait qu'elle a à peu près les compétences d'un enfant de 18 mois. Mais elle aime les sorties, les ateliers motricité, les comptines... tout ce que font des enfants de 18 mois à 2 ans dans une crèche. Elle pleure quand elle quitte la crèche. Et donc on va la faire passer de la crèche à la GS quasiment directement.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Jeu 2 Jan 2020 - 0:17
Le CAMSP m'a proposé une orientation à l'hôpital de jour à la rentrée 2020 en me précisant que l'hôpital de jour dépend du CMP. C'est là que le bât blesse : 6 appels téléphoniques et 6 mois plus tard, impossible que le CMP me donne un rendez-vous pour visiter l'hôpital de jour (la secrétaire de l'hôpital de jour m'a répondu très cordialement au téléphone mais il faut nécessairement passer par le CMP qui me paraît une sorte de grille lourdement fermée).
La MDPH nous a orienté vers un suivi SESSAD. On a le choix entre deux SESSAD pas spécialisés dans l'autisme mais un des deux accueille beaucoup d'enfants autistes faute de places ailleurs. Ça remplacerait le CAMSP. On peut garder son orthophoniste en libéral (avec qui ça se passe bien).
Donc on part vers une GS avec AVS 12 h + SESSAD à la rentrée 2020 ou vers l'hôpital de jour si le CMP nous répond un jour.
Et à la rentrée 2021 : ???? Ça serait l'UEEA (réponse en février) ou l'IME sachant que celui pour enfants autistes a une liste d'attente de plus de 6 ans, donc ça serait un IME par défaut si toutefois il y a encore des IME.
Je passe beaucoup de temps à chercher mais je ne suis franchement pas rassurée

PS : Pour l'AVS 12 heures, j'ai dû faire un recours. On a eu gain de cause en novembre mais elle n'a toujours pas d'AVS 12 heures parce que la référente a oublié d'envoyer le fichier joint au service du rectorat donc de novembre au 17 décembre, le rectorat n'a pas recherché d'AVS (et si je n'avais pas appelé, ça serait toujours au point mort).

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
lene75
lene75
Esprit sacré

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lene75 le Jeu 2 Jan 2020 - 0:33
Pour l'année prochaine, est-ce que vous n'auriez pas intérêt à faire en sorte de ne pas avoir d'AVS pour qu'elle puisse rester à la crèche (s'ils ont l'habilitation pour les enfants jusqu'à 6 ans) ? Il me semblait qu'on pouvait faire un dossier de dérogation à l'obligation scolaire pour les enfants handicapés non scolarisables, mais peut-être s'agit-il d'une annonce en l'air de plus de la part du gouvernement...

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Gatoby
Gatoby
Niveau 2

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Gatoby le Jeu 2 Jan 2020 - 0:36
@bénou a écrit:
@Elyas a écrit:Je reviens pour nuancer un point : un hpi n'est pas un surdoué, c'est une erreur de vocable des années 1990 qui fausse beaucoup la réalité des HPI.
Ensuite, hpi et saut de classe ne vont pas nécessairement ensemble.
Un ami a sa fille HPI très gigoteuse. Sa maîtresse a proposé un saut de classe. Il m'en a parlé très fier, me demandant pourquoi mon fils n'avait pas sauté de classe, lui. On a comparé les cahiers de nos enfants. Disons que sa fille est dans une rép et mon fils dans une école de centre ville bourgeois. Le contenu est très différent. Faire sauter une classe à mon fils, non. Il ne veut pas et il a des choses à apprendre que toutes les écoles n'offrent plus mais la sienne si. On pourrait rajouter les inégalités de territoire à la longue liste que ce fil réalise.
J'ai bien conscience que les parents fiers de leurs enfants hpi peuvent être pénibles. Moi, j'ai été inquiet parce que je sais que mes enfants seront en décalage si on ne leur apprend pas que la majorité des gens ne fonctionne pas comme eux et je leur apprends à ne pas trop en parler. Une fois, un collègue m'a tout de même demandé si hpi n'était pas une forme d'autisme
Autant dire que je suis bien content d'être prudent pour mes enfants. C'est assez déplaisant.

Je ne suis pas d'accord, on parle de "surdoué" depuis bien plus longtemps que les années 90 (on en parlait déjà dans les années 70...) et cela recouvre la même réalité que HPI, seulement le second vocable fait un peu moins prétentieux que le premier...
Il ne faut pas se voiler la face et appeler un chat un chat : les "HPI" ne sont pas des enfants au fonctionnement "différent" mais juste des enfants un peu plus futés que la moyenne... Comme il a été dit, le test de QI se veut dès le départ un test d'intelligence visant à évaluer les retards mentaux. A l'inverse, ceux qui le réussissent sont des individus a priori plus intelligents, avec une meilleure logique. Encore que ce ne soit pas forcément le cas de tous. Certains psy étiquettent HPI des enfants ayant seulement réussi (au delà de 130) un seul des items évalués, notamment l'ICV qui reflète une bonne maîtrise du vocabulaire. Or les enfants issus de familles culturellement favorisées, baignés dans un vocabulaire riche et à qui on inculque précocément le goût de la lecture, ont naturellement de bons résultats à cet item...
Ceux qui parlent de fonctionnement différent évoquent bien souvent une "pensée en arborescence" ou une hypersensibilité, dont la relation avec le niveau de QI n'a aucun fondement scientifique.
D'accord en revanche sur le fait que le bienfait du saut de classe s'apprécie particulièrement en fonction du niveau de la classe/de l'école de l'enfant. Il est bien entendu qu'un surdoué dans une école de niveau faible va nécessairement plus s'ennuyer, être plus marginalisé, présenter plus de problèmes de comportement, d'agitation due à l'ennui... que s'il est dans une école favorisée de centre-ville où les exigences seront plus importantes.
Quoi qu'il en soit, je trouve que comparer la situation d'un HPI à celle d'un enfant handicapé est totalement déplacée. S'ennuyer parce qu'on a tout compris avant tout le monde n'a rien de comparable avec le fait de ne rien piger.

Contribution très importante effectivement. Le HPI n'est pas un diagnostic médical par ailleurs, et n'apparaît nulle part dans les classifications internationales (CIM, DSM ...). Pour cause, il décrit un fonctionnement cognitif mais ne caractérisé en rien la personne dans un type de difficultés ou autre.

Sur la question des aménagements, je vois passer les notions de PAP, etc. Je ne connais pas du tout le sujet : comment cela se passe ? Un aménagement ne doit-il pas nécessairement être établi à partir d'un diagnostic et de recommandations médicales (validées par un médecin, et non un paramédical - orthophoniste, psychologue etc.) ? Quel rôle jour là MDPH : nécessaire pour les aménagements ? Pour les moyens permettant les aménagements coûteux en personnel (AVS ...)/équipements ?

Merci par avance :-).
lectiole
lectiole
Niveau 10

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par lectiole le Jeu 2 Jan 2020 - 0:58
@lene75 a écrit:Pour l'année prochaine, est-ce que vous n'auriez pas intérêt à faire en sorte de ne pas avoir d'AVS pour qu'elle puisse rester à la crèche (s'ils ont l'habilitation pour les enfants jusqu'à 6 ans) ? Il me semblait qu'on pouvait faire un dossier de dérogation à l'obligation scolaire pour les enfants handicapés non scolarisables, mais peut-être s'agit-il d'une annonce en l'air de plus de la part du gouvernement...

Tous les enfants handicapés de moins de 6 ans dans sa crèche en 2018 / 2019 n'y sont plus à part elle. On a tous pensé, y compris la directrice de la crèche, que les plus de 3 ans devaient être scolarisés à la rentrée d'où notre demande d'AVS.
Quand j'ai appelé la cellule handicap du ministère à la rentrée, ils m'ont dit que je n'étais pas obligée de la scolariser les jours sans AVS (soit quasiment toute la semaine sauf une demi-journée) puisque son dossier précisé que sans AVS, il y a mise en danger de l'enfant.
Maintenant qu'on a obtenu 12 heures, on va voir ce que ça donne. Mais si c'est peu concluant, on pourrait en effet voir pour une dérogation en septembre et qu'elle reste à la crèche jusqu'à ses 6 ans. Elle sait marcher, grimper, appuyer sur les interrupteurs, ouvrir les portes, taper sur les boutons ou sur un clavier d'ordinateur. Elle reste difficilement en place et cherche à quitter une pièce dès qu'elle s'ennuie. Ça se passe toutefois mieux avec certains adultes qu'avec d'autres qui n'en obtiennent rien. Dans une salle de classe sans AVS, elle ne ferait pas attention longtemps à ce que fait la maîtresse, elle ne ferait pas du tout attention aux autres enfants et chercherait à s'enfuir dans la cour de récré ou à pousser les chaises et les tables contre l'armoire pour accéder à ce qui se trouve sur l'armoire en escaladant l'ensemble (ça, elle sait le faire). Elle est têtue et n'abandonne pas une idée qu'elle a en tête.
À la crèche, ça se passe bien en (grande) partie parce que les adultes sont nombreux. Son orthophoniste actuelle arrive à la faire tenir assise et concentrée une demi heure. Mais au CAMSP elle ne tient pas en place et n'a jamais écouté la psychomotricienne. Elle se sauve.
Alors à l'école ? En revanche, elle n'est pas du tout agressive. Mais c'est pour sa propre sécurité que je m'inquiète le plus.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
Aliceinwonderland
Aliceinwonderland
Neoprof expérimenté

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Aliceinwonderland le Jeu 2 Jan 2020 - 1:10
Pour Gatoby:
Le PAP est proposé par l'école ou la famille. Après avis du médecin scolaire il est élaboré par l'équipe pédagogique avec les parents et éventuellement les professionnels concernés.
Pour la MDPH il me semble que pour obtenir les aménagements brevet ou bac il faut avoir monté un dossier MDPH dans les temps (je suis souvent sollicitée quand l'échéance se rapproche) mais le dossier peut aussi être monté pour obtenir un ordinateur, une AVS tout ce qui peut aider l'enfant handicapé.
Que ceux qui connaissent mieux tout cela n'hésitent pas à signaler si je me trompe.

_________________
« Ici le sommeil commença à gagner Alice. Elle répétait, à moitié endormie : « Les chats mangent-ils les chauves-souris ? Les chats mangent-ils les chauves-souris ? » Et quelquefois : « Les chauves-souris mangent-elles les chats ? »
Cléopatra2
Cléopatra2
Esprit éclairé

Nos enfants sont-ils tous malades ? - Page 6 Empty Re: Nos enfants sont-ils tous malades ?

par Cléopatra2 le Jeu 2 Jan 2020 - 7:38
@lene75 a écrit:Et moi je n'ai aucune envie qu'on impose un « accompagnement thérapeutique » à ma fille. N'est-ce pas déjà assez d'être handicapé et de déjà passer son temps à l'hôpital et en rééducations qu'il faille encore avoir à subir les théories fumeuses des uns et des autres ? « Écouter l'inconscient », c'est déjà supposer d'une part qu'il existe un inconscient psychique, ce qui reste à prouver, et d'autre part que cet inconscient soit cause de tout. Ma fille a une mutation génétique qui cause ses difficultés. Ce n'est pas plus compliqué que ça. Que sa grand-tante ait été ou non travlo ne change rien à l'affaire. J'ai la chance que son handicap soit visible, ce qui n'empêche pas que certains aient voulu le psychologiser. Je plains vraiment ceux qui ne peuvent pas mettre sur la table un numéro de gène pour qu'on leur fiche la paix, parce qu'alors, pour peu qu'on découvre que la grand-tante était un oncle, on ne les lâchera plus.

Il y a pourtant bien d'autres pistes à explorer avant la piste psychologique, tant du côté médical pour les troubles réels (et oui, ça existe !) que du côté des apprentissages qui ont été mal faits, ou simplement dans l'acceptation du fait que tout le monde n'ait pas les mêmes aptitudes, parce qu'un enfant qui a plus de mal à apprendre à faire du vélo, qui est moins habile de ses mains ou moins à l'aise avec l'abstraction, ça a toujours existé. Alors si on peut les aider parce qu'on a des solutions de rééducation, tant mieux, mais si on n'a rien à proposer, autant ne rien faire que d'aller inventer des trucs pour se donner l'illusion de pouvoir tout expliquer.

Si tu relis mon message, je disais que la piste psy pouvait être évoquée après avoir écarté toutes les autres possibilités, et pour moi un enfant handicapé n'est pas en difficulté, justement. Ses difficultés sont expliquées par son handicap et doivent donc être abordées par ce prisme.
Je parle davantage, pour l'accompagnement psychologique (et je n'ai pas dit psychanalytique) de tous ces élèves a priori sans dys mais qui n'y arrivent pas, ces élèves "empêchés de penser" de Boimare, ceux pour qui la situation familiale est tellement lourde qu'il n'y a pas de place pour la pensée scolaire. Ca leur ferait du bien de pouvoir parler à un psy.
Certains vivent très mal leur échec scolaire.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum