Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Condorcet
Oracle

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par Condorcet le Mar 11 Fév 2020 - 0:59
Un autre point mérite réflexion. Pourrait-on, lorsqu'il est question des précaires de l'université faire autant mention des personnels BIATSS [Bibliothèques, Ingénieurs, Administratifs, Techniques, Sociaux et Santé] que des précaires de l'enseignement ou chercheurs ? Parlons sinon des doctorants et jeunes docteurs précaires mais ne disons plus, je vous prie "les précaires" pour ne désigner que ceux parmi nous qui ont les moins mauvaises chances de voir leur condition évoluer.

L'université n'est pas moins appauvrie par le recours massif aux précaires dans les services administratifs, extrêmement mal payés en catégorie C, sans aucune heure supplémentaire rémunérée, employés à des tâches souvent répétitives, parfois vides de sens et soumis à une hiérarchie souvent titulaire et à une autre hiérarchie de fait qui place les personnels précaires au dernier rang de tous, en dépit des chaînes de responsabilités officielles.

Les précaires de l'ESR sont aussi secrétaires d'Ecole Doctorale, de département, gestionnaire financier, bibliothécaire, chargés de mission auprès des labos etc. leurs absences ne sont pas remplacées, les vacances signifient toujours un surcroît de travail au retour, les luttes sociales sont menées au risque du renouvellement du contrat (et que ce soit avéré ou non, on y pense toujours au moment de se mettre en grève), à travail égal on gagne moins qu'un titulaire, les contrats s'empilent sans qu'aucune perspective de titularisation ne se fasse jour mais on se sait perpétuellement remplaçable etc. La très grande majorité des précaires des services occupe des emplois pérennes.

Il me semble, dans une perspective unitaire, que nous aurions tort de les exclure tous et toutes du précariat que nous cherchons à combattre et de décrire la précarité uniquement à partir de la perspective des chercheurs et enseignants-chercheurs. C'est la précarité dans son ensemble qui ruine les services publics en fragilisant leur équilibre par l'instabilité des situations et en soumettant ses salariés à la menace permanente des contrats non renouvelés.


Dernière édition par Condorcet le Mar 11 Fév 2020 - 15:16, édité 1 fois
Ascagne
Ascagne
Expert

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par Ascagne le Mar 11 Fév 2020 - 1:53
Merci pour les précisions, @Condorcet.
Un système quel qu'il soit ne peut pas bien fonctionner de la sorte, que ce soit dans l'administration ou dans l'enseignement et la recherche. Si dans les grosses structures, ce fonctionnement peut faire illusion, dans une petite fac, on voit très concrètement tout de suite ce que représentent les sujets que tu évoques, @Condorcet. Ce que tu dis des tâches répétitives dans l'administration est très vrai. Il y a certains postes qui sont indispensables, mais quand un administratif se retrouve à faire à 100% et sur tout son service de la gestion des réservations de salle et des EDT, par exemple, ça conduit au burn-out du responsable et ça ne profite à personne. Un exemple parmi d'autres.
Ergo
Ergo
Devin

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par Ergo le Mer 12 Fév 2020 - 16:06
Et puis il y a eu, cette rentrée à l'université de Nantes, l'affaire du trop-perçu des vacataires. Une erreur initiale de la direction des finances publiques, et quelques strates logicielles et administratives plus tard, des vacataires sommés de rembourser des sommes allant de quelques dizaines et plus d'un millier d'euros. Des vacataires qui représentent, rappelons-le près de 30% des heures d'enseignement dans les universités françaises. A l'université de Nantes, comme en atteste l'extrait du bilan social ci-dessous, ces vacataires assurent 127 000 heures d'enseignement. Pour vous donner un point de comparaison relatif, une formation de licence professionnelle c'est 450 heures d'enseignement en moyenne. Je vous laisse faire le produit en croix.
https://www.affordance.info/mon_weblog/2020/02/pourquoi-je-demissione-universite-nantes.html?fbclid=IwAR3Xt_ZZVo1vlhJcv-aATirtjqE9iRrQ41vcPeNfOIcsg2nWx4EKexPCLzA

Les précaires de l’enseignement et de la recherche se sont mobilisé·es partout hier, pour rendre visible l’exploitation dont elles et ils sont victimes.

Petit tour d’horizon des actions, vues des réseaux sociaux.
https://universiteouverte.org/2020/02/12/petit-tour-dhorizon-de-la-journee-stopprecarite/?fbclid=IwAR02nMsanjorjFYOs83s6kPmh9ifw1gddc4NdpWWwo4jCoJhdXOQXhQSEYg

De mon côté, j'ai fait et envoyé le calcul sur ce que je connais de mieux: 56% de nos heures de L1 sont effectuées (hors heures de labo/lecteurs) par des non titulaires. On tombe à 28% sur l'ensemble de la licence.



Je connais mal le volet BIATSS et c'est peu relayé dans ce que j'ai vu sur les sites. Je sais que la question s'est posée pour le laboratoire mais je n'ai pas les détails.

_________________
Stay afraid, but do it anyway. What's important is the action. You don't have to wait to be confident. Just do it and eventually the confidence will follow. ---Carrie Fisher
malo24
malo24
Niveau 7

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par malo24 le Mer 12 Fév 2020 - 18:34
Miracle ! J'ai reçu mon contrat d'embauche hier par mail après avoir terminé mes vacations depuis deux mois Wink J'imagine que je vais être payée en fin d'année...
epekeina.tes.ousias
epekeina.tes.ousias
Habitué du forum

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par epekeina.tes.ousias le Mer 12 Fév 2020 - 18:42
Le dernier volume des RERS sorti par la DEPP en 2019 (donc portant sur 2018) donne un total: de 20037 PR + 35643 MCF pour 12867 PRAG & PRCE, 11553 doctorants contractuels et ATER, 2787 enseignants associés (plus 4403 chefs de clinique, AHU, PHU et 3459 autres non permanents).

_________________
Cdlt Wink
bas-médiéviste
bas-médiéviste
Niveau 7

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par bas-médiéviste le Jeu 13 Fév 2020 - 19:21
On a fait nos stats dans les équipes de L1/L2. La radiographie est édifiante : entre 2010-2011 et 2019-2020 la part des TD assurés par des précaires a augmenté partout. Cette année en médiévale, on atteint 75 % des TD en L1, et 68 % en L2. En moderne, 66 % en L1, 46 % en L2. En contemporaine, 56 % en L2.
Le taux de précaires en L1 est toujours plus élevé qu'en L2. Une partie des MCF, PU et PRAG évitent les L1 tant qu'ils peuvent... et ce sont les contractuels et les vacataires qui s'y collent.

_________________
Sacrifice des enseignants : l'impossible étant déjà fait, pour les miracles prévoir un délai.
malo24
malo24
Niveau 7

Mobilisations contre les contrats précaires à l'université - Page 2 Empty Re: Mobilisations contre les contrats précaires à l'université

par malo24 le Jeu 13 Fév 2020 - 19:38
@bas-médiéviste a écrit:On a fait nos stats dans les équipes de L1/L2. La radiographie est édifiante : entre 2010-2011 et 2019-2020 la part des TD assurés par des précaires a augmenté partout. Cette année en médiévale, on atteint 75 % des TD en L1, et 68 % en L2. En moderne, 66 % en L1, 46 % en L2. En contemporaine, 56 % en L2.
Le taux de précaires en L1 est toujours plus élevé qu'en L2. Une partie des MCF, PU et PRAG évitent les L1 tant qu'ils peuvent... et ce sont les contractuels et les vacataires qui s'y collent.

ça ne m'étonne pas... ce qui conduit à de réelles difficultés pour accompagner au mieux les étudiants. Je décharge régulièrement des collègues de 4h en 1ère ou 2ème année en expression et communication mais pas forcément dans les mêmes départements, ce qui veut dire pas les mêmes programmes ni les mêmes épreuves, et même si, en général, elles me passent tous les cours, c'est parfois difficile de faire une bonne réappropriation des documents et des attentes en une dizaine de séances sur un semestre... sans compter qu'on ne peut pas toujours assister aux réunions... Plus on augmente les contrats précaires et plus on réduit aussi la possibilité d'un enseignement optimal et d'un bon suivi pour les étudiants malgré toute la bonne volonté des vacataires, il faut être réaliste...
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum