Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
micaschiste
Grand Maître

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par micaschiste le Mer 15 Avr 2020 - 18:39
@RogerMartin a écrit:
@roxanne a écrit:
@may68 a écrit:https://twitter.com/Cdanslair/status/1250101691053113344?s=20&fbclid=IwAR1r5izLsL-Kj1s5iWl8X2AktojXc1yR38XYjLXplIS6gyQ-E2YgxOdy5-E

On ne peut pas se permettre de jouer avec cette théorie de l’immunité collective. D’autre part, je vous rappelle que dans l’#Oise beaucoup d’enseignants sont tombés malades et les enfants testés étaient assez fortement positifs". Éric Caumes
Ah oui, Caumes était furieux hier.
Alors que le 4 mars, en conférence devant le personnel de la Sorbonne, il se moquait des gens inquiets en demandant s'ils étaient vaccinés contre la grippe, et expliquait qu'ils ne risquaient rien au travail...

Il a reconnu très humblement sur un plateau télé s'être trompé dans les premiers temps de l'épidémie avant de voir les premiers cas dans son hôpital. Il a alors reconsidéré les faits.
Le mercredi 11 mars, au soir dans La Grande Confrontation présenté par David Pujadas sur LCI, il tirait la sonnette d'alarme face à Olivier Véran.
Le Professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière, tire la sonnette d’alarme. "Il est très probable que l’on évolue vers un scénario à l’italienne. Mieux vaut prendre maintenant des mesures comme en Italie. Je vois ce qu’il se passe dans mon hôpital. Je vois des malades qui arrivent tous les jours avec des infections respiratoires sévères. Les réanimations se remplissent extrêmement rapides. Il risque d’y avoir un choix à faire entre les malades du coronavirus et les autres. Demain, on sera dans la même situation qu’en Italie."
j’ai bien peur que le virus ne soit plus contagieux qu’on ne veuille bien le dire", annonce le Pr Éric Caumes. "Il est possible qu’il existe des super-contaminateurs. Malheureusement, nous n’arrivons pas à les repérer.
https://www.lci.fr/sante/coronavirus-la-france-face-a-l-epidemie-le-replay-de-la-grande-confrontation-olivier-veran-2147766.html
alors que Karine Lacombe disait encore sur le même plateau
"Il y a eu des décès, il va encore y en avoir. Mais la grande majorité des patients en France guérit. Toutes les mesures barrières devraient permettre de freiner l’épidémie."
et
Jean-Christophe Ruffin, médecin, écrivain et diplomate, estime qu’il ne faut pas trop s’inquiéter. "Dans la population générale, il y a une grande peur, à mon avis excessive. Ce qui s’est passé en Italie a introduit un grand état de choc. 50.000 personnes en France meurent tous les mois. Le virus est là depuis un mois, il y a 48 morts.
Tangleding
Tangleding
Expert spécialisé

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Tangleding le Mer 15 Avr 2020 - 18:40
@Dame Tartine a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:
@Dame Tartine a écrit:C'est un casse-tête quasi insoluble et comme d'habitude, ça sera pour la pomme des CDE et des professeurs.
Certes.
Mais comme ces enseignants et CDE et leurs syndicats ne protestent que mollement, l'exécutif aurait bien tort de se gêner.
On est bien d'accord.
Ne jetons pas la pierre aux syndicats, ils doivent jouer fin en ce moment. On l'a vu avec le préavis de la CGT-FP : c'était tout à fait justifié sur le plan rationnel, comme disposition, mais ça a été détourné illico par toute la presse pour jeter en pâture la CGT alors que ce n'était pas un appel à la grève, simplement un préavis.

Pour l'instant ça ne sert à rien de montrer les muscles et d'aller à la faute stratégique alors que le MEN joue profil bas sur le mode "concertons-nous/discutons" avec une échéance relativement lointaine (dans trois semaines) vu le rythme des voltes-faces récentes...

_________________
"Never complain, just fight."
Maissa
Maissa
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Maissa le Mer 15 Avr 2020 - 18:44
Bonjour,

Je ne sais pas si quelqu'un a donné le lien vers la pétition. Si oui, désolée de le faire de nouveau :

https://www.mesopinions.com/petition/enfants/protegeons-nos-enfants/86355

"Je suis un simple père de famille, un ouvrier qui, aujourd'hui, comme beaucoup de français subit les pertes financières et qui connaît le chômage partiel.

Mais nous connaissons tous l'enjeu et nous acceptons les mesures en place, le confinement semble, à ce stade, la seule mesure préventive au Covid-19 alors nous agissons pour protéger notre famille, amis mais nos enfants seront pour nous notre priorité !

Le 11 Mai Monsieur le Président, nos enfants retourneront à l'école. Moi je n'y vois rien de bon !

Nos enfants vont en terrain hostile. Nos enfants vont, pour certains, partir pour ne plus revenir car le Covid-19 tue aussi les enfants !

Nous avons compris que l'aspect financier est le premier choix retenu.

Une reprise de l'école met fin aux prestations versées par l'assurance maladie pour garde d'enfants qui, aujourd'hui, touchent des millions de français.

Alors, pour économiser des prestations et ainsi relancer l'économie nos enfants vont reprendre le chemin de l'école ou, dirais-je, le chemin de la peur." (extrait)


Pontorson50
Pontorson50
Niveau 8

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Pontorson50 le Mer 15 Avr 2020 - 18:47
@gp20 a écrit:
@Rouletabille a écrit:Il manque beaucoup de questions : quid de la question de la cantine ? quid de la répartition des élèves selon le nombre de salles disponibles ? quid du ramassage scolaire ? Etc.

Cela n'engage que moi, mais si l'on fait venir seulement la moitié des classes 1 jour sur 2, ça règle de suite beaucoup de questions. La cantine avec la moitié des élèves, y a  de quoi les séparer, pareil dans le bus. Et comme dans chaque classe, il manquera un max d'élèves, là aussi, ça règle le souci de la proximité en classe. .
Il faut se dire que ce ne sera pas une reprise classique, juste un lien ténu que l'on maintient avec ceux qui voudront bien venir.

C'est tout l'enjeu, mais pour arriver à seulement la moitié des élèves, il faut tenir un tout autre discours que Macron, là ne vois pas comment nous n'aurons pas au moins les 4/5° des élèves en une ou deux semaines maxi, sauf si nous ouvrions les écoles avec une mortalité quotidienne n'ayant toujours pas régressé notablement (ce qui m'étonnerait quand même beaucoup car là le confinement en général serait maintenu j'imagine).

Je ne crois pas que la plupart des parents qui affirment, à 500/600 morts quotidiens au 15 avril, ne pas vouloir amener leur enfant en classe garderont cette position si nous sommes passés en dessous de la centaine de morts par exemple, et surtout si les nouvelles hospitalisations chutent drastiquement C'est là dessus que se fera ou non la peur devant le virus au 11 mai. Le gouvernement ne saura pas comment faire s'il se présente 90 % des élèves au bout d'une semaine pour 85% des profs, ce qui avec la pyramide des âges profs n'a rien d'invraisemblable notamment dans le second degré, on peut avoir jusqu'à 15% de profs en arrêt, surtout s'ils voient qu'ils vont se retrouver avec des effectifs quasi normaux d'élèves, c'est un cercle vicieux : plus on se rendra compte que les élèves arriveront nombreux, moins les personnels fragiles accepteront de s'exposer - et leur médecin sera d'accord - et plus l'encadrement sera dangereux, et ainsi de suite. Je n'ai pas l'impression que l'Élysée ni Matignon ne se rende compte de ce petit détail. Blanquer peut-être, mais le voir taper sur la table, euh...

Il faudra d'ici le 11 mai, soit revoir le discours en demandant aux seuls parents qui en ont besoin pour aller au boulot de mettre les enfants à l'école, en donnant pouvoir aux chefs d'établissement de réclamer un justificatif de boulot, soit copier la version danoise,  je suppose que le Danemark a donné un emploi du temps aux parents pour dire qui vient et quand? Mais cette version met tous les parents sur le même plan, qu'ils bossent ou pas. Je la trouve moins appropriée au motif de réouverture, moins efficace pour relancer la machine économique.

La fermeture totale ou l'ouverture totale sont deux situations à éviter impérativement à mon sens. Surtout avec des médecins autant en désaccord. Même si on peut essayer de faire mieux,  ce ne serait pas la première fois que le Danemark gère mieux les affaires collectives que les autres. Idem pour leur idée d'attendre un mois de plus pour collèges et lycées car les plus grands peuvent se gérer à la maison seuls.
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Hypermnestre le Mer 15 Avr 2020 - 18:47
L'ordre des Médecins s'oppose à la reprise en reprenant les arguments que nous avons d'emblée avancés.
Cela va devenir difficile pour le gouvernement de continuer à soutenir cette décision...
RTL a écrit:Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des établissements scolaires le 11 mai. Patrick Bouet, président du Conseil national de l’ordre des médecins, estime dans un entretien au "Figaro" que ce choix manque de "logique".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/coronavirus-l-ordre-des-medecins-s-oppose-a-un-retour-a-l-ecole-le-11-mai-7800400607
avatar
User9397
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par User9397 le Mer 15 Avr 2020 - 18:48
@Madame_Prof a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:
@Dame Tartine a écrit:C'est un casse-tête quasi insoluble et comme d'habitude, ça sera pour la pomme des CDE et des professeurs.
Certes.
Mais comme ces enseignants et CDE et leurs syndicats ne protestent que mollement, l'exécutif aurait bien tort de se gêner.

Parce que les CDE ont déjà protesté vivement ?

Côté syndicats, ça ne fait même pas 48h que Macron a parlé. Laissons-les un peu s'organiser.

Côté enseignants, je crains que ce soit la ritournelle habituelle...

En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Ruthven
Ruthven
Monarque

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Ruthven le Mer 15 Avr 2020 - 18:51
historien14 a écrit:
En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.

Le 11 mai, c'est dans trois semaines et demie ; rien n'est prévu, du coup il n'y aurait aucune protestation à faire ! Au contraire, il faut protester contre l'incurie érigée en mode de gouvernement. On ne réorganise pas une reprise sanitaire en deux temps trois mouvements, on est confiné déjà depuis cinq semaines, le ministère DEVRAIT avoir des pistes d'organisation à proposer ; or il n'en a strictement aucune et semble découvrir une situation qu'il a pourtant lui même appelée de ses voeux. On peut légitimement s'inquiéter sur la sécurité des personnels.
Hypermnestre
Hypermnestre
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Hypermnestre le Mer 15 Avr 2020 - 19:03
Pleinement d'accord avec Ruthven.
Rouletabille
Rouletabille
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Rouletabille le Mer 15 Avr 2020 - 19:06
historien14 a écrit: En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Un message surprenant qui pourrait s'appliquer à de nombreux domaines :
- quel intérêt de protester contre la réforme des retraites qui aura lieu dans plusieurs années alors que toutes les décisions ne sont pas prises ?
- quel intérêt de protester contre la réforme du collège ? la réforme du lycée ?
Etc.
On continue la liste ?
Étonnant !
RogerMartin
RogerMartin
Esprit sacré

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par RogerMartin le Mer 15 Avr 2020 - 19:10
@Tangleding a écrit:Ce serait étonnant que les enfants et adolescents ne transmettent pas un virus respiratoire... Intuitivement j'ai tendance à penser que les enfants et adolescents expirent et postillonnent, surtout quand on doit leur apprendre à parler dans la cour plutôt qu'à crier pour parler à un camarade distant d'à peu près 30 cm.

abi

@RogerMartin : je vois que le supérieur est aussi inconséquent que l'EN sur le plan de la santé au travail... Pour le télétravail/la continuité pédagogique j'avais l'impression que vous étiez un peu mieux lotis que nous sur le plan ENT/capacités/applications intégrées. Je me trompe peut-être...
Bah non. Moodle plante quand les collègues y chargent des vidéos trop lourdes. Mais on se débrouille avec Zoom, Discord et tout le tralala à vrai dire. Pas de souci d'invasions trolliennes, nos étudiants sont plutôt civilisés. Le souci, ce sont les circonstances. Les collègues se sont démenés, et puis l'entraide a joué, mais certains d'entre nous ont des familles jeunes et des petits appart. Côté étudiants, pas mal n'ont pas les manuels, que d'habitude ils consultent en bibliothèque, et certains ont vraiment très peu de livres dans leurs familles. Ils nous disent pour beaucoup qu'ils n'arrivent pas à se concentrer, même quand ils sont dans des situations propices à l'étude.
Tous les collègues ont un bon ordi chez eux. Mais pas toujours une super connexion internet.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
Bouboule
Grand sage

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Bouboule le Mer 15 Avr 2020 - 19:10
@Ruthven a écrit:
historien14 a écrit:
En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.

Le 11 mai, c'est dans trois semaines et demie ; rien n'est prévu, du coup il n'y aurait aucune protestation à faire ! Au contraire, il faut protester contre l'incurie érigée en mode de gouvernement. On ne réorganise pas une reprise sanitaire en deux temps trois mouvements, on est confiné déjà depuis cinq semaines, le ministère DEVRAIT avoir des pistes d'organisation à proposer ; or il n'en a strictement aucune et semble découvrir une situation qu'il a pourtant lui même appelée de ses voeux. On peut légitimement s'inquiéter sur la sécurité des personnels.

Je pense que chaque établissement va aussi réfléchir à ce qu'il peut proposer. L'organisation en Dordogne ou en Lozère est forcément très différente de celle de Paris.
Ensuite, plein de détails. En lycée, on ne donnera pas la priorité aux terminales (sauf ceux dont on essaiera de sauver le bac) qui ne suivront plus que ce qui leur servira une fois les appels parcoursup déclenchés. Encore plus en détail, on a filé plein de matériel à l'hôpital donc on ne l'a plus donc certaines activités impossibles (sauf remplacement d'ici là). Et ainsi de suite...
En supposant qu'on reprenne vers le 18 mai au plus tôt pour certains, chaque établissement va proposer ce qu'il peut mais ce ne sera sûrement pas homogène sur le territoire.
Halybel
Halybel
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Halybel le Mer 15 Avr 2020 - 19:11
@Rouletabille a écrit:
historien14 a écrit: En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Un message surprenant qui pourrait s'appliquer à de nombreux domaines :
- quel intérêt de protester contre la réforme des retraites qui aura lieu dans plusieurs années alors que toutes les décisions ne sont pas prises ?
- quel intérêt de protester contre la réforme du collège ? la réforme du lycée ?
Etc.
On continue la liste ?
Étonnant !

D'ailleurs protester une fois que les mesures sont prises, c'est souvent inutile.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

On ne fait pas bouger les choses en dressant seulement des constats.
Subir ou agir, la vie est une question de choix.
avatar
User9397
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par User9397 le Mer 15 Avr 2020 - 19:12
@Rouletabille a écrit:
historien14 a écrit: En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Un message surprenant qui pourrait s'appliquer à de nombreux domaines :
- quel intérêt de protester contre la réforme des retraites qui aura lieu dans plusieurs années alors que toutes les décisions ne sont pas prises ?
- quel intérêt de protester contre la réforme du collège ? la réforme du lycée ?
Etc.
On continue la liste ?
Étonnant !

Je recommence, ayant perdu mon propos. Je résume rapidement ce que je disais.
Pour les réformes citées, le mécontentement s'est mis en place quand elles ont été présentées et non avant. Là, le seul élément que l'on a c'est une ouverture progressive des établissements mais sans savoir ce qu'il y aura à l'intérieur. Peut-être faudrait-il donc attendre les décisions prises dans moins de 15 jours maintenant.
Maissa
Maissa
Habitué du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Maissa le Mer 15 Avr 2020 - 19:15
Jean-Rémi Girard : "Ce qui est sûr, c'est qu'on ne pourra pas faire école normalement. Mais alors que fait-on ?"

On peut l'écouter ici :

https://www.youtube.com/watch?v=jrN4N_fnyNc&feature=youtu.be


Le SNALC aura une visioconférence avec le ministre jeudi à 11h45. Un compte rendu sera publié dans la rubrique CORONAVIRUS du site.
bigbillbroonzy
bigbillbroonzy
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par bigbillbroonzy le Mer 15 Avr 2020 - 19:16
historien14 a écrit:
@Rouletabille a écrit:
historien14 a écrit: En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Un message surprenant qui pourrait s'appliquer à de nombreux domaines :
- quel intérêt de protester contre la réforme des retraites qui aura lieu dans plusieurs années alors que toutes les décisions ne sont pas prises ?
- quel intérêt de protester contre la réforme du collège ? la réforme du lycée ?
Etc.
On continue la liste ?
Étonnant !

Je recommence, ayant perdu mon propos. Je résume rapidement ce que je disais.
Pour les réformes citées, le mécontentement s'est mis en place quand elles ont été présentées et non avant. Là, le seul élément que l'on a c'est une ouverture progressive des établissements mais sans savoir ce qu'il y aura à l'intérieur. Peut-être faudrait-il donc attendre les décisions prises dans moins de 15 jours maintenant.

Ca me semble largement suffisant comme raison pour protester. Si toi ça te va d'attendre de connaitre la taille du bâton avec lequel tu seras battu ...
Ruthven
Ruthven
Monarque

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Ruthven le Mer 15 Avr 2020 - 19:17
@Bouboule a écrit:
@Ruthven a écrit:
historien14 a écrit:
En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.

Le 11 mai, c'est dans trois semaines et demie ; rien n'est prévu, du coup il n'y aurait aucune protestation à faire ! Au contraire, il faut protester contre l'incurie érigée en mode de gouvernement. On ne réorganise pas une reprise sanitaire en deux temps trois mouvements, on est confiné déjà depuis cinq semaines, le ministère DEVRAIT avoir des pistes d'organisation à proposer ; or il n'en a strictement aucune et semble découvrir une situation qu'il a pourtant lui même appelée de ses voeux. On peut légitimement s'inquiéter sur la sécurité des personnels.

Je pense que chaque établissement va aussi réfléchir à ce qu'il peut proposer. L'organisation en Dordogne ou en Lozère est forcément très différente de celle de Paris.
Ensuite, plein de détails. En lycée, on ne donnera pas la priorité aux terminales (sauf ceux dont on essaiera de sauver le bac) qui ne suivront plus que ce qui leur servira une fois les appels parcoursup déclenchés. Encore plus en détail, on a filé plein de matériel à l'hôpital donc on ne l'a plus donc certaines activités impossibles (sauf remplacement d'ici là). Et ainsi de suite...
En supposant qu'on reprenne vers le 18 mai au plus tôt pour certains, chaque établissement va proposer ce qu'il peut mais ce ne sera sûrement pas homogène sur le territoire.

Faire descendre totalement l'organisation à l'échelle locale, c'est dissoudre la responsabilité du politique (c'est habituel depuis quelques années, on l'a vu tourner à plein avec la réforme du lycée avec un joyeux "débrouillez-vous pour que cela marche").

Il y a des décisions à prendre nationalement : combien d'élèves maximum dans une salle ? Combien d'élèves maximum dans un établissement ? Quel espacement entre les tables ? Ne vise-t-on que les décrocheurs numériques pour limiter le nombre ? Etc.
William Foster
William Foster
Expert

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par William Foster le Mer 15 Avr 2020 - 19:18
@Ruthven a écrit:
historien14 a écrit:
En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.

Le 11 mai, c'est dans trois semaines et demie ; rien n'est prévu, du coup il n'y aurait aucune protestation à faire ! Au contraire, il faut protester contre l'incurie érigée en mode de gouvernement. On ne réorganise pas une reprise sanitaire en deux temps trois mouvements, on est confiné déjà depuis cinq semaines, le ministère DEVRAIT avoir des pistes d'organisation à proposer ; or il n'en a strictement aucune et semble découvrir une situation qu'il a pourtant lui même appelée de ses voeux. On peut légitimement s'inquiéter sur la sécurité des personnels.

Complètement.
Attendre avant de protester, c'est faire moins bien que le chien de Pavlov.
Cela fait des années que le Ministère est décevant. Il suffit de retourner voir en février (il y a une éternité j'ai l'impression) comment il menait les "discussions" avec les syndicats sur l'évolution de nos rémunérations.
Des années qu'on est mal administrés, et là il faudrait faire confiance ?... Neutral

Sans une grosse pression, on n'aura rien : ils équiperont le bahut qui sera présenté à la télé, déclareront que tout doit se jouer au niveau local pour se déresponsabiliser, et hop.

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Opinions are like orgasms : mine matters most and I really don't care if you have one." Sylvia Plath
Vérificateur de miroir est un métier que je me verrais bien faire, un jour.
maikreeeesse
maikreeeesse
Expert

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par maikreeeesse le Mer 15 Avr 2020 - 19:19
Les directeurs de notre secteur sont conviés à une réunion demain avec l'IEN pour la "préparation à la rentrée du 11 mai"...
RogerMartin
RogerMartin
Esprit sacré

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par RogerMartin le Mer 15 Avr 2020 - 19:20
Ou comment leur faire perdre leur temps...

@Ruthven a écrit:
historien14 a écrit:
En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.

Le 11 mai, c'est dans trois semaines et demie ; rien n'est prévu, du coup il n'y aurait aucune protestation à faire ! Au contraire, il faut protester contre l'incurie érigée en mode de gouvernement. On ne réorganise pas une reprise sanitaire en deux temps trois mouvements, on est confiné déjà depuis cinq semaines, le ministère DEVRAIT avoir des pistes d'organisation à proposer ; or il n'en a strictement aucune et semble découvrir une situation qu'il a pourtant lui même appelée de ses voeux. On peut légitimement s'inquiéter sur la sécurité des personnels.
+1000.
Le MEN prévoyait de reprendre le 4 mai youpi ya ya, et là pour le 11 il faudrait quinze jours pour s'organiser. On croirait un L1 qui n'a rien fichu mais va s'y mettre incessamment, et surtout essaie de faire oublier que le vrai travail n'est pas fait. Rolling Eyes Blanquer, où sont nos manuels ?
Le MESR n'est pas plus brillant dans le genre. Nos étudiants sont complètement stressés et maintenant on attend que le Premier Ministre statue sur les examens en fac. Pinponpin.


Dernière édition par RogerMartin le Mer 15 Avr 2020 - 19:22, édité 1 fois

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
User9397
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par User9397 le Mer 15 Avr 2020 - 19:20
@bigbillbroonzy a écrit:
historien14 a écrit:
@Rouletabille a écrit:
historien14 a écrit: En même temps, quel est l'intérêt de protester quand, au final, les débats concernent des mesures qui auront lieu dans un mois et pour lesquelles aucunes décisions n'a été encore prise ?
Concrètement, il n'y a aucune raison de protester avant même d'avoir les informations sur les décisions prises pour un retour progressif dans les établissements.
Un message surprenant qui pourrait s'appliquer à de nombreux domaines :
- quel intérêt de protester contre la réforme des retraites qui aura lieu dans plusieurs années alors que toutes les décisions ne sont pas prises ?
- quel intérêt de protester contre la réforme du collège ? la réforme du lycée ?
Etc.
On continue la liste ?
Étonnant !

Je recommence, ayant perdu mon propos. Je résume rapidement ce que je disais.
Pour les réformes citées, le mécontentement s'est mis en place quand elles ont été présentées et non avant. Là, le seul élément que l'on a c'est une ouverture progressive des établissements mais sans savoir ce qu'il y aura à l'intérieur. Peut-être faudrait-il donc attendre les décisions prises dans moins de 15 jours maintenant.

Ca me semble largement suffisant comme raison pour protester. Si toi ça te va d'attendre de connaitre la taille du bâton avec lequel tu seras battu ... 

Vu ce que je viens de vivre, oui je préfère attendre de voir l'évolution des choses. Mais j'ai bien compris que sur ce forum, cela peut être difficile d'avoir un point de vue différent ;-)
marypop
marypop
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par marypop le Mer 15 Avr 2020 - 19:21
Je propose donc de renvoyer les décrocheurs en classe, surveillés par des élus et autres politiques, pendant qu'on continue l'enseignement à distance avec les décrocheurs en classe les autres chez eux ...

On verra si c'est suffisamment sécurisé et prêt pour qu'ils y aillent !
Rouletabille
Rouletabille
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Rouletabille le Mer 15 Avr 2020 - 19:21
historien14 a écrit: Je recommence, ayant perdu mon propos. Je résume rapidement ce que je disais.
Pour les réformes citées, le mécontentement s'est mis en place quand elles ont été présentées et non avant. Là, le seul élément que l'on a c'est une ouverture progressive des établissements mais sans savoir ce qu'il y aura à l'intérieur. Peut-être faudrait-il donc attendre les décisions prises dans moins de 15 jours maintenant.
Ah bon, la réforme des retraites a été présentée de manière claire ? Avec tout les tenants et aboutissants ?
Rouletabille
Rouletabille
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Rouletabille le Mer 15 Avr 2020 - 19:24
@Ruthven a écrit:Faire descendre totalement l'organisation à l'échelle locale, c'est dissoudre la responsabilité du politique (c'est habituel depuis quelques années, on l'a vu tourner à plein avec la réforme du lycée avec un joyeux "débrouillez-vous pour que cela marche").

Il y a des décisions à prendre nationalement : combien d'élèves maximum dans une salle ? Combien d'élèves maximum dans un établissement ? Quel espacement entre les tables ? Ne vise-t-on que les décrocheurs numériques pour limiter le nombre ? Etc.
Parfaitement, se déresponsabiliser en laissant le local se dépatouiller !
On connaît ce genre de stratagème depuis des années...
bigbillbroonzy
bigbillbroonzy
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par bigbillbroonzy le Mer 15 Avr 2020 - 19:25
@marypop a écrit:Je propose donc de renvoyer les décrocheurs en classe, surveillés par des élus et autres politiques, pendant qu'on continue l'enseignement à distance avec les décrocheurs en classe les autres chez eux ...

On verra si c'est suffisamment sécurisé et prêt pour qu'ils y aillent !

Aidés par des AED fraichement recrutés chez [modéré] qui crient au génie [modéré]


Dernière édition par Thalia de G le Mer 15 Avr 2020 - 21:29, édité 1 fois (Raison : Propos insultants.)
avatar
User2787
Niveau 2

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par User2787 le Mer 15 Avr 2020 - 19:26
Qu'en est-il du vide juridique dans la gestion pratique du truc? Les établissements ont l'obligation d'assurer la sécurité et l'encadrement des élèves. Nous connaissons tous de multiples cas/jour qui vont de la simple incivilité à la violence physique de la part des élèves et parfois de la part des parents. Jusqu'ici tout ceci était plus ou moins régulé par des textes.
En cas de plusieurs enseignants absents, on fait quoi des élèves. En primaire, ils sont départagés dans différentes classes, en collège dans les salles d'études. Si on table sur les cours de récré, ne serait ce que 20 à 30 élèves qui se courent derrière, tombent, se blessent, se castagnent, on leur tape dessus, on tire des tranquillisants à distance avant de s'enfermer à clef devant l'ire d'un parent remonté (je blague à peine)?L'élève qui fait une crise, on l'envoie où, on appelle qui, les infirmières scolaires font cruellement défaut même par temps habituel et appeler les pompiers en ce moment, je n'ose même pas le délai d'arrivée. Si on n'arrive pas à joindre les parents (numéro non attribué, messagerie, pas possible, etc.), on les laisse sortir? C'est interdit.
Dans certains établissements huppés, on peut compter sur la responsabilité et le civisme des familles et des élèves, mais dans une majorité un élève peut nous tenir tête (pourquoi pas accompagné
par maman/papa) rien que pour faire rire ses camarades


Dernière édition par Citron2020 le Mer 15 Avr 2020 - 19:31, édité 1 fois
Madame-de-Pierre
Madame-de-Pierre
Niveau 10

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 5 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Madame-de-Pierre le Mer 15 Avr 2020 - 19:28
S'il a une grève sur les bras en pleine pandémie qui sera suivie par pas mal de parents d'élèves Macron ne va pas faire le fier. Comme d'habitude il dira que c'est de notre faute et qu'on devrait avoir honte par les temps qui courent d'oser ouvrir notre bouche.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum