Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Theriakos96
Habitué du forum

Vos questions de grammaire - Page 43 Empty Re: Vos questions de grammaire

par Theriakos96 Ven 30 Avr 2021 - 14:37
Iphigénie a écrit:je dirais que c'est pour ça, d'ailleurs qu'il est explétif Wink

Il n'est pas explétif parce qu'il explicite le sens négatif de la proposition introductrice sans pour autant transformer en négative la subordonnée?
Lilypims
Lilypims
Grand sage

Vos questions de grammaire - Page 43 Empty Re: Vos questions de grammaire

par Lilypims Ven 30 Avr 2021 - 14:53
Hocam a écrit:« C'est trop demandé » = il y a trop de gens qui le demandent, cf. « le vaccin Pfizer est trop demandé »
« C'est trop demander » = demander [ça], c'est demander [beaucoup], c'est demander [trop]

Bon, pas sûr que ça aide au niveau collège, mais ça peut éclairer un peu quelques lycéens avec de bonnes bases.

NLM76 a écrit:C'est trop requérir, vouloir, dire, prescrire, enjoindre... c'est trop faire l'action de demander, c'est faire l'action de trop demander = demandER
C'est trop requis, voulu, dit, prescrit, enjoint.. c'est avoir trop demandé. = demandÉ.

C'est abusÉ = ça, c'est avoir abusé, séduIT, éblouI, mentI, en avoir faiT trop...
C'est abuser = ça, c'est faiRe l'action d'abuseR, c'est mentiR, c'est en faiRe trop.

Merci à vous deux ! Je vais passer par une reformulation comme vous le proposez, ce sera sûrement plus clair !

_________________
...il faut continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer, je vais donc continuer...
Iphigénie
Iphigénie
Enchanteur

Vos questions de grammaire - Page 43 Empty Re: Vos questions de grammaire

par Iphigénie Ven 30 Avr 2021 - 15:34
Theriakos96 a écrit:
Iphigénie a écrit:je dirais que c'est pour ça, d'ailleurs qu'il est explétif Wink

Il n'est pas explétif parce qu'il explicite le sens négatif de la proposition introductrice sans pour autant transformer en négative la subordonnée?
Je pense qu’expletif signifie simplement que c’est du «  remplissage » qui ne change pas le sens.
NLM76
NLM76
Grand sage

Vos questions de grammaire - Page 43 Empty Re: Vos questions de grammaire

par NLM76 Ven 30 Avr 2021 - 15:47
Sur le "ne" explétif, Iphigénie et al. ont bien précisé les choses de façon générale. Si tu veux avoir plus de précision, tu lis mon bouquin sur la négation, où je crois résoudre de façon assez définitive la question, avec force exemples littéraires tirés des meilleurs auteurs.

Pour faire vite et clair : "je crains qu'il ne vienne" et "je crains qu'il vienne" existent tous deux et sont tous deux très corrects. Ils ont simplement des sens légèrement différents ; et il faut bien faire attention à partir de l'intuition de la langue pour saisir la nuance, plutôt que de concepts grammaticaux préconçus. [Sur ce point-là, pour une fois, Damourette et Pichon se sont complètement plantés, dans leur chapitre sur la négation].
En réalité dans "Je crains qu'il ne vienne", la subordonnée au subjonctif est beaucoup plus affirmative que dans "Je crains qu'il vienne". Dans le premier cas, on pense en fait qu'il va venir; dans le second, on n'en sait rien, mais ça nous fait peur. Autrement dit, la négation ne porte pas sur la valeur lexicale du verbe, mais sur son mode : le subjonctif implique "je ne dis pas que" (en mots savants "désamorce le potentiel déclaratif" de la proposition ; c'est le mode du désaffirmatif) ; la négation explétive désamorce ce désamorçage ("je ne dis pas que je ne dis pas que"), de sorte que "qu'il ne vienne" a quasiment une valeur d'indicatif et vaut presque "il viendra".
[La négation dite explétive avec l'indicatif dans les tournures comparatives a un fonctionnement très différent.]


Dernière édition par NLM76 le Dim 2 Mai 2021 - 18:59, édité 1 fois

_________________
Pub:

Sites du grip :

  • http://instruire.fr
  • https://grip-editions.fr


Boas ne renonça jamais à la question-clé : quelle est, du point de vue de l'information, la différence entre les procédés grammaticaux observés ? Il n'entendait pas accepter une théorie non sémantique de la structure grammaticale et toute allusion défaitiste à la prétendue obscurité de la notion de sens lui paraissait elle-même obscure et dépourvue de sens. [Roman Jakobson, Essais de linguistique générale, "La notion de signification grammaticale selon Boas" (1959)]
Theriakos96
Theriakos96
Habitué du forum

Vos questions de grammaire - Page 43 Empty Re: Vos questions de grammaire

par Theriakos96 Dim 2 Mai 2021 - 12:29
NLM76 a écrit:Sur le "ne" explétif, Iphigénie et al. ont bien précisé les choses de façon générale. Si tu veux avoir plus de précision, tu lis mon bouquin sur la négation, où je crois résoudre de façon assez définitive la question, avec force exemples littéraires tirés des meilleurs auteurs.

Pour faire vite et clair : "je crains qu'il ne vienne" et "je crains qu'il vienne" existent tous deux et sont tous deux très corrects. Ils ont simplement légèrement différents ; et il faut bien faire attention à partir de l'intuition de la langue pour saisir la nuance, plutôt que de concepts grammaticaux préconçus. [Sur ce point-là, pour une fois, Damourette et Pichon se sont complètement plantés, dans leur chapitre sur la négation].
En réalité dans "Je crains qu'il ne vienne", la subordonnée au subjonctif est beaucoup plus affirmative que dans "Je crains qu'il vienne". Dans le premier cas, on pense en fait qu'il va venir, dans le second, on n'en sait rien, mais ça nous fait peur. Autrement dit, la négation ne porte pas sur la valeur lexicale du verbe, mais sur son mode : le subjonctif implique "je ne dis pas que" (en mots savants "désamorce le potentiel déclaratif" de la proposition ; c'est le mode du désaffirmatif) ; la négation explétive désamorce ce désamorçage ("je ne dis pas que je ne dis pas que"), de sorte que "qu'il ne vienne" a quasiment une valeur d'indicatif et vaut presque "il viendra".
[La négation dite explétive avec l'indicatif dans les tournures comparatives a un fonctionnement très différent.]

Merci beaucoup !! veneration

_________________
Dicebat Bernardus Carnotensis nos esse quasi nanos, gigantium humeris insidentes, ut possimus plura eis et remotiora videre, non utique proprii visus acumine, aut eminentia corporis, sed quia in altum subvenimur et extollimur magnitudine gigantea.

– Jean de Salisbury, Metalogicon, III, 4
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum