Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Lamouettedu22
Niveau 3

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Lamouettedu22 le Jeu 14 Mai 2020 - 12:08
@Gallia a écrit:Je viens de lire le nouveau protocole. Ai-je bien compris que le port du masque devient obligatoire en cours pour l'enseignant s'il vous plaît ? Merci.

Oui il devient obligatoire pour les personnels : "La réglementation prise pour faire face à l’épidémie de Covid-19 rend obligatoire le port d’un masque « grand public » en présence d’élèves et dans toutes les situations où le respect des règles de distanciation n’est pas garanti. C’est notamment le cas dans les salles de classe, pendant la circulation au sein de l’établissement, ou encore pendant la récréation. Il est recommandé dans toutes les autres situations" (page 7).
mafalda16
mafalda16
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par mafalda16 le Jeu 14 Mai 2020 - 12:08
Zone verte, encore des écoles qui ne rouvrent pas pour suspicion de Covid.

https://www.charentelibre.fr/2020/05/14/suspicion-de-covid-les-ecoles-emile-roux-et-alain-fournier-n-ont-pas-rouvert,3598323.php

_________________
"Muchos años después, frente al pelotón de fusilamiento, el coronel Aureliano Buendía había de recordar aquella tarde remota en que su padre lo llevó a conocer el hielo"
Gallia
Gallia
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Gallia le Jeu 14 Mai 2020 - 12:09
Merci.

_________________
On nous apprend à désapprendre.
Winmar
Winmar
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Winmar le Jeu 14 Mai 2020 - 12:44
@Dinimip! a écrit:Je pense aussi que le protocole est trop lourd : il a été mis en place pour rassurer les plus inquiets des parents et des professeurs (on en entendait ici dire qu'il ne fallait pas rouvrir avec septembre !), et il va, je l'espère, être progressivement assoupli. Ce virus n'est certainement pas une grippette mais son taux de létalité reste objectivement très faible, il faut savoir garder raison !

Justement, Il n 'y a pas que la létalité à considérer mais ce qui a suscité le mobilisation générale face à ce virus, c'est le nombre important des personnes à hospitaliser. Sans confinement, le système hospitalier aurait été submergé par les malades avec des conséquences sur la létalité.
Sur le protocole, en étant un peu cynique, je dirais que si les autorités assument de redonner de la liberté aux élèves, ça ne me dérange pas tant que les adultes eux sont protégés.
Tu railles ceux qui étaient pour l'ouverture en septembre, c'est quand même l'avis de plusieurs autorités scientifiques et le choix de plusieurs gouvernements et non des moindres. La raison appelle à la prudence.

avatar
chmarmottine
Doyen

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par chmarmottine le Jeu 14 Mai 2020 - 13:08
Au BO d'aujourd'hui : (désolée si l'info est déjà passée.)

https://www.education.gouv.fr/bo/20/Hebdo20/MENH2011718C.htm

La fiche 2 en pièce jointe fait ainsi le point sur les modalités de consultation des différentes instances concernées.
Vivivava
Vivivava
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Vivivava le Jeu 14 Mai 2020 - 13:55
@ee a écrit:Bonjour,

Je sais bien qu'on navigue à la boussole mais certains ont-ils des échos (par leur chef d'établissement, par leur syndicat…?) de ce qui se prépare pour septembre? Même en l'absence de 2e vague, la "décrue" ne sera pas achevée, et j'imagine qu'on ne pourra pas reprendre des classes de lycée à 40 ou de collège à 30, tous les niveaux présents en même temps, toujours sans sanitaires dignes de ce nom dans la plupart des établissements, et ce, même s'il y a des masques…!

Est-il question de constructions de bâtiments provisoires, de recrutement massif de vacataires, d'un budget exceptionnel "médecine scolaire"... dans vos différentes académies?

Oui, on nous donne les moyens nécessaires.

Non, je déconne.

On a très vite discuté de tout cela avec notre chef d'établissement, parce qu'avant le confinement on avait fait une motion lors de sa présentation du chiffre global de la dotation de notre lycée, et il nous avait communiqué son tableau de répartition des moyens, montrant 7 suppressions de postes et des classes bourrées à 36 minimum.

Depuis, avec d'autres chefs d'établissement, il a réclamé que la dotation soit abondée, compte tenu des nouvelles données : élèves qui vont passer dans la classe supérieure en l'absence d'évaluation objective du niveau durant le confinement, entrée dans les spécialités difficile à refuser. L'IA refuse : les classes doivent être bourrées, il faudra privilégier le distanciel.
Le seul truc qu'il a obtenu, c'est de geler les HSE prévues pour les khôlles de mars 2020 à la fin de l'année, afin de les transformer en heures de soutien en septembre, pour les élèves passés sans avoir le niveau. Il encourage les profs d'options à laisser ouvertes leurs listes de recrutement sur tout le premier trimestre. Pour le théâtre, la partie pratique va être très compliquée à mettre en oeuvre.
Aucun personnel prévu en plus : les psy-EN sont chargées d'écouter en téléconsultation les élèves et les personnels.

C'est pour cela que je trouve que la tribune diffusée par le Café pédagogique n'arrive pas trop tard car elle avertit de ce qui risque de se passer en septembre et désavoue tout l'entourage du ministre, donc aussi la DGESCO : rien de ce côté n'est envisagé pour changer la politique d'austérité des moyens ni les réformes en cours, quand bien même elles seraient les pires dans une pandémie (je pense par exemple, dans la réforme du lycée, aux emplois du temps infaisables sur deux niveaux, et aux groupes de spécialité, les élèves qui les suivent venant de différentes classes).

Quant à des travaux pour rénover les établissements... on ne les attend pas après chaque épisode de canicule ?

On persiste dans une approche gestionnaire, pour rester dans le thème de ce fil de discussion.
Moi aussi j'aurais espéré qu'on voie dans cette triste période de crise sanitaire un moyen d'essayer autre chose dans l'éducation. On n'aura même pas une médaille en chocolat.
avatar
Cath
Bon génie

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Cath le Jeu 14 Mai 2020 - 14:00
@henriette a écrit:
@chmarmottine a écrit:http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/05/14052020Article637250435761243497.aspx

Or aujourd'hui, nous ne pouvons plus nous taire. Au-delà même de la gestion chaotique du Covid 19 dans les écoles, au-delà, dans ce contexte complexe, des propos du ministre contradictoires, évasifs, ou immédiatement infirmés par le Premier ministre, nous considérons que ce serait une faute éthique et politique. Qu'observons-nous bien plus précisément que les journalistes, même les plus aguerris, n'écrivent ?
Merci chmarmottine pour ce lien.
Cette tribune est énorme, inédite. Tout le monde devrait la lire. Je me demande d'ailleurs s'il ne faut pas la sortir du topic coro EN, car on est bien au-delà de la gestion de la crise par le MEN. C'est tout le fonctionnement Blanquer, à tous les niveaux, qui est décortiqué et condamné.

Oui, c'est vraiment énorme.
avatar
chmarmottine
Doyen

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par chmarmottine le Jeu 14 Mai 2020 - 14:05
@Cath a écrit:
@henriette a écrit:
@chmarmottine a écrit:http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/05/14052020Article637250435761243497.aspx

Or aujourd'hui, nous ne pouvons plus nous taire. Au-delà même de la gestion chaotique du Covid 19 dans les écoles, au-delà, dans ce contexte complexe, des propos du ministre contradictoires, évasifs, ou immédiatement infirmés par le Premier ministre, nous considérons que ce serait une faute éthique et politique. Qu'observons-nous bien plus précisément que les journalistes, même les plus aguerris, n'écrivent ?
Merci chmarmottine pour ce lien.
Cette tribune est énorme, inédite. Tout le monde devrait la lire. Je me demande d'ailleurs s'il ne faut pas la sortir du topic coro EN, car on est bien au-delà de la gestion de la crise par le MEN. C'est tout le fonctionnement Blanquer, à tous les niveaux, qui est décortiqué et condamné.

Oui, c'est vraiment énorme.

Je crois qu'un topic a été ouvert suite à cette tribune.
Winmar
Winmar
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Winmar le Jeu 14 Mai 2020 - 14:11
Tiens tiens ...

Je viens d'apprendre un cas suspect Covid dans mon établissement.

Dans l'attente du résultat du test, l'accueil des élèves est maintenu.
Bon c'est peut-être pas le coronavirus. Avec le refroidissement de ces derniers jours, j'ai moi-même quelques signes de sinusite alors que j'ai déjà très certainement eu le covid-19 il y a 2 mois.


*Ombre*
*Ombre*
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par *Ombre* le Jeu 14 Mai 2020 - 14:41
Pas de nouvelles chez nous non plus après la suspicion de Covid chez un agent. Ça prend longtemps, ces tests ?
corailc
corailc
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par corailc le Jeu 14 Mai 2020 - 14:55
J'ai fait le test hier, résultats ce matin.

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Volo' le Jeu 14 Mai 2020 - 15:01
Pour les personnes que je connais qui ont fait le test, les résultats étaient communiqués deux jours après (le jeudi pour test le mardi précédent).
Pontorson50
Pontorson50
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Pontorson50 le Jeu 14 Mai 2020 - 15:23
@Dinimip! a écrit:Je pense aussi que le protocole est trop lourd : il a été mis en place pour rassurer les plus inquiets des parents et des professeurs (on en entendait ici dire qu'il ne fallait pas rouvrir avec septembre !), et il va, je l'espère, être progressivement assoupli. Ce virus n'est certainement pas une grippette mais son taux de létalité reste objectivement très faible, il faut savoir garder raison !

Comme je suis de ceux qui voulaient attendre septembre, je souhaiterais fortement insister sur la mauvaise foi assimilant ce point de vue à la peur irraisonnée :
-j'ai écrit être pour la réouverture en septembre y compris si le virus s'en allait dès maintenant : inutile de s'entraîner un mois et demi à transformer les écoles en maisons de retraite si le bunker ne rend pas service aux parents qui ne peuvent y faire rentrer tous leurs enfants, et si en plus ça ne sert à rien ensuite! la réouverture était ou dangereuse ou inutile, les deux arguments étaient valables.
- a contrario, présenter le retour de la majorité des enfants dans les écoles vital pour les sauver de leur vilaine famille, cette "thénardierisation" générale de la famille, cela ne me paraît pas du tout une angoisse raisonnée ni raisonnable.

Il est un peu facile de considérer comme froussards ceux qui veulent maintenir la fermeture, et comme non froussards les autres. On trouve toutes sortes d'arguments des deux côtés.

Ce protocole a été fait par un conseil scientifique qui souhaitait qu'on ne rouvre pas, et il a été donc fait non pour rassurer qui que ce soit, mais pour tenter de rendre la réouverture non souhaitée trop difficile à mettre en place.
Pour rassurer, il était beaucoup plus simple de ne pas rouvrir...

Enfin, ces pédiatres sont cohérents : comme en effet les enfants et les ados ne risquent quasi rien, et que le risque de rester à la maison est du coup un peu plus élevé, en tant que praticiens, ils en tirent les conséquences. C'est seulement dommage qu'ils oublient le million d'adultes dans les établissements.
dita
dita
Fidèle du forum

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par dita le Jeu 14 Mai 2020 - 15:37
@Pontorson50 a écrit:
@Dinimip! a écrit:Je pense aussi que le protocole est trop lourd : il a été mis en place pour rassurer les plus inquiets des parents et des professeurs (on en entendait ici dire qu'il ne fallait pas rouvrir avec septembre !), et il va, je l'espère, être progressivement assoupli. Ce virus n'est certainement pas une grippette mais son taux de létalité reste objectivement très faible, il faut savoir garder raison !

Comme je suis de ceux qui voulaient attendre septembre, je souhaiterais fortement insister sur la mauvaise foi assimilant ce point de vue à la peur irraisonnée :
-j'ai écrit être pour la réouverture en septembre y compris si le virus s'en allait dès maintenant : inutile de s'entraîner un mois et demi à transformer les écoles en maisons de retraite si le bunker ne rend pas service aux parents qui ne peuvent y faire rentrer tous leurs enfants, et si en plus ça ne sert à rien ensuite! la réouverture était ou dangereuse ou inutile, les deux arguments étaient valables.
- a contrario, présenter le retour de la majorité des enfants dans les écoles vital pour les sauver de leur vilaine famille, cette "thénardierisation" générale de la famille, cela ne me paraît pas du tout une angoisse raisonnée ni raisonnable.

Il est un peu facile de considérer comme froussards ceux qui veulent maintenir la fermeture, et comme non froussards les autres. On trouve toutes sortes d'arguments des deux côtés.

Ce protocole a été fait par un conseil scientifique qui souhaitait qu'on ne rouvre pas, et il a été donc fait non pour rassurer qui que ce soit, mais pour tenter de rendre la réouverture non souhaitée trop difficile à mettre en place.
Pour rassurer, il était beaucoup plus simple de ne pas rouvrir...

Enfin, ces pédiatres sont cohérents : comme en effet les enfants et les ados ne risquent quasi rien, et que le risque de rester à la maison est du coup un peu plus élevé, en tant que praticiens, ils en tirent les conséquences. C'est seulement dommage qu'ils oublient le million d'adultes dans les établissements.
Oui, "avec septembre" est rigolo.
Qu'allons-nous faire en septembre ? Les personnes fragiles seront-elles toujours autorisées à faire du télétravail ?
Prezbo
Prezbo
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Prezbo le Jeu 14 Mai 2020 - 16:02
@Pontorson50 a écrit:
Ce protocole a été fait par un conseil scientifique qui souhaitait qu'on ne rouvre pas, et il a été donc fait non pour rassurer qui que ce soit, mais pour tenter de rendre la réouverture non souhaitée trop difficile à mettre en place.
Pour rassurer, il était beaucoup plus simple de ne pas rouvrir...

Je suis bien d'accord, et maintenant l'EN, et plus particulièrement les directeurs et CDE qui devront appliquer ce protocole, est piégée. On a un protocole fondé sur des risques de contamination théoriques, mais inapplicable dans un cadre professionnel. D'ailleurs, même les soignants ne l'appliqueraient pas. (Vous croyez que les infirmiers en service COVID restent toujours à plus d'un mètre des patients ? Que les soignants ou les malades ne partagent jamais une chaise dans une salle de repos ?) Jolie impasse créée par la volonté simltannée de rouvrir les établissements de force par effet d'annonce et celle de se couvrir en prétendant respecter l'avis du conseil scientifique, plutôt que de prendre le temps de réfléchir à des bonnes pratiques et à leur applicabilité, et de transmettre des instructions claires aux personnels.

Franchement, je ne vois plus comment l'institution va sortir de ce sac de noeuds, même en septembre.
uneodyssée
uneodyssée
Niveau 7

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par uneodyssée le Jeu 14 Mai 2020 - 16:08
Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)
ycombe
ycombe
Monarque

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par ycombe le Jeu 14 Mai 2020 - 16:16
@uneodyssée a écrit:Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)

Rappelons qu'un tiers des enseignants, tant au primaire qu'au secondaire, ont plus de 50 ans et qu'à partir de cette âge là, le risque de complication grave est multiplié par 15 par rapport à quelqu'un qui a entre 18 et 40 ans.

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Verdurette le Jeu 14 Mai 2020 - 16:39
Petit retour sur la rentrée : Ville de 20.000 habitants, 14 écoles, avec 21 élèves (un petit tiers des effectifs) nous sommes la deuxième école la plus "repeuplée" de la ville.
4 CP un peu abasourdis au début d'être de retour dans la classe, deux avec masque au début, ça les rassurait (ce n'est pas demandé en élémentaire, mais ce n'est pas interdit non plus), qu'ils ont enlevé au bout d'une heure car c'était des masques grand public en tissu, ils commençaient à avoir de la buée sur les lunettes et avoir chaud)

Ils ont vu que la maîtresse, malgré son masque, n'avait pas trop changé de style.
Bon, il faut veiller à changer les habitudes (maîtresse je peux aller dessiner avec Machin ? Ben... non !)
ON a fait une petite pause dessin, une petite pause gym, une petite pause lecture ... la matinée est passée très vite.
On a décidé de ne faire classe que le matin. 3 heures assis c'est déjà beaucoup pour des loustics de 6 ans.
On nous avait dit de commencer par parler du Coronavirus, j'ai abrégé, on les en a déjà gavés, du coronavirus ... Petit rappel de technique de lavage de mains, indications sur les nouveautés dans l'organisation de l'école et on est passé à autre chose.

L'après-midi nous envoyons le travail à distance.

J'ai envie de dire que ça s'est bien passé. Mais ce qui est vrai dans une petite école risque de ne pas l'être dans une école de 200 élèves ou plus.
nonoreno
nonoreno
Niveau 8

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par nonoreno le Jeu 14 Mai 2020 - 16:46
@Verdurette a écrit:Petit retour sur la rentrée : Ville de 20.000 habitants, 14 écoles, avec 21 élèves (un petit tiers des effectifs) nous sommes la deuxième école la plus "repeuplée" de la ville.
4 CP un peu abasourdis au début d'être de retour dans la classe, deux avec masque au début, ça les rassurait (ce n'est pas demandé en élémentaire, mais ce n'est pas interdit non plus), qu'ils ont enlevé au bout d'une heure car c'était des masques grand public en tissu, ils commençaient à avoir de la buée sur les lunettes et avoir chaud)

Ils ont vu que la maîtresse, malgré son masque, n'avait pas trop changé de style.
Bon, il faut veiller à changer les habitudes (maîtresse je peux aller dessiner avec Machin ? Ben... non !)
ON a fait une petite pause dessin, une petite pause gym, une petite pause lecture ... la matinée est passée très vite.
On a décidé de ne faire classe que le matin. 3 heures assis c'est déjà beaucoup pour des loustics de 6 ans.
On nous avait dit de commencer par parler du Coronavirus, j'ai abrégé, on les en a déjà gavés, du coronavirus ... Petit rappel de technique de lavage de mains, indications sur les nouveautés dans l'organisation de l'école et on est passé à autre chose.

L'après-midi nous envoyons le travail à distance.

J'ai envie de dire que ça s'est bien passé. Mais ce qui est vrai dans une petite école risque de ne pas l'être dans une école de 200 élèves ou plus.

Petite astuce pour éviter la buée : https://www.facebook.com/yardleyeyecare/videos/262031695203841/?t=2
Mettre un simple mouchoir à papier à usage unique au niveau du nez, ça permet d'éviter la buée.
Winmar
Winmar
Niveau 5

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Winmar le Jeu 14 Mai 2020 - 16:53
@ycombe a écrit:
@uneodyssée a écrit:Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)

Rappelons qu'un tiers des enseignants, tant au primaire qu'au secondaire, ont plus de 50 ans et qu'à partir de cette âge là, le risque de complication grave est multiplié par 15 par rapport à quelqu'un qui a entre 18 et 40 ans.

Attention, il faut donner tes sources.

Gallia
Gallia
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Gallia le Jeu 14 Mai 2020 - 16:54
J'ai essayé nonoreno, ça ne marche pas... je dois mal m'y prendre... Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 2314601941

_________________
On nous apprend à désapprendre.
Clecle78
Clecle78
Érudit

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Clecle78 le Jeu 14 Mai 2020 - 17:04
Une noix de mousse à raser bien essuyée avec un mouchoir en papier , efficace, mon mari a testé ce matin.
Pontorson50
Pontorson50
Niveau 9

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Pontorson50 le Jeu 14 Mai 2020 - 17:11
@uneodyssée a écrit:Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)

Lourde échéance pour le SNES qui a tout misé sur la bunkérisation impeccable. D'autant que l'allégement est le préalable au retour des 4°/3°, impraticable autrement. Je pense (ça n'engage que moi) que le SNES ne voulait pas appeler "d'en haut" à la grève pour des tas de raison (je n'ai pas le temps de développer), il a cru que la bunkerisation serait le moyen saisi par la base pour refuser de reprendre, ou, a minima, limiter la reprise. Dès lors il s'est lié à la seule  parole médicale, or la Société française de pédiatrie est la seule institution médicale à avoir soutenu la réouverture, et je ne pense pas que cela ait été anticipé par grand monde (qui d'entre nous connaissait la Société française de pédiatrie?). Elle est la seule clef pour le gouvernement afin d'ouvrir la porte des écoles en grand dès juin.

On va se rendre compte une fois de plus chez nous (ce n'est pas forcément vrai ailleurs qu'à l'EN) que l'acceptation du compromis dessert largement ceux qui font les plus gros  efforts pour. Le SGEN-CFDT (CFDT faible chez les profs à cause de ça), risque fort de devoir avaler la pilule en même temps que le SNES, mais idéologiquement, il est plus homogène dans sa vision de l'école comme lieu d'éducation totale au moins autant que d'instruction.

Le positionnement du SNALC a donc été beaucoup plus cohérent en refusant le principe même de la réouverture dès lors que le conseil scientifique (qui était d'un rang au dessus des organisations de médecins dans le processus de décision) était contre. Il n'est pas lié à l'avis des pédiatres. Contrairement aux organisations traditionnellement sur des lignes d'opposition frontale chez nous (FO/CGT/SUD), ce positionnement de refus de principe n'était pas aussi simple pour un syndicat par ailleurs très loin culturellement des postures de refus d'obéissance aux institutions.

Rien n'était facile d'ailleurs pour les syndicats dans cette affaire, la suite va être pire.
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par Verdurette le Jeu 14 Mai 2020 - 17:13
@ycombe a écrit:
@uneodyssée a écrit:Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)

Rappelons qu'un tiers des enseignants, tant au primaire qu'au secondaire, ont plus de 50 ans et qu'à partir de cette âge là, le risque de complication grave est multiplié par 15 par rapport à quelqu'un qui a entre 18 et 40 ans.

Et comme dans les cas graves il y a 8 hommes pour 2 femmes, et que 87% des enseignants du premier degré sont des femmes... hum... ça devient compliqué.
mafalda16
mafalda16
Modérateur

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par mafalda16 le Jeu 14 Mai 2020 - 17:14

_________________
"Muchos años después, frente al pelotón de fusilamiento, el coronel Aureliano Buendía había de recordar aquella tarde remota en que su padre lo llevó a conocer el hielo"
anthinéa
anthinéa
Guide spirituel

Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale - Page 20 Empty Re: Gestion de la crise du Coronavirus dans l'Education Nationale

par anthinéa le Jeu 14 Mai 2020 - 17:18
@Pontorson50 a écrit:
@uneodyssée a écrit:Si : en assouplissant le fameux protocole… ce que demandent maintenant les pédiatres qui se sont rendu compte que l'école comme ça, c'était pas franchement mieux pour les enfants qu'à la maison, du moins pour la plupart.
(Et comme les adultes présents dans les écoles, pas grand monde ne s'en soucie… on se contentera de fermer/tester chaque fois qu'un personnel tousse… s'il y en a un qui, bien qu'a priori non vulnérable, fait plus que tousser, eh bien tant pis : l'avait qu'à pas être du mauvais côté des statistiques…)

Lourde échéance pour le SNES qui a tout misé sur la bunkérisation impeccable. D'autant que l'allégement est le préalable au retour des 4°/3°, impraticable autrement. Je pense (ça n'engage que moi) que le SNES ne voulait pas appeler "d'en haut" à la grève pour des tas de raison (je n'ai pas le temps de développer), il a cru que la bunkerisation serait le moyen saisi par la base pour refuser de reprendre, ou, a minima, limiter la reprise. Dès lors il s'est lié à la seule  parole médicale, or la Société française de pédiatrie est la seule institution médicale à avoir soutenu la réouverture, et je ne pense pas que cela ait été anticipé par grand monde (qui d'entre nous connaissait la Société française de pédiatrie?). Elle est la seule clef pour le gouvernement afin d'ouvrir la porte des écoles en grand dès juin.

On va se rendre compte une fois de plus chez nous (ce n'est pas forcément vrai ailleurs qu'à l'EN) que l'acceptation du compromis dessert largement ceux qui font les plus gros  efforts pour. Le SGEN-CFDT (CFDT faible chez les profs à cause de ça), risque fort de devoir avaler la pilule en même temps que le SNES, mais idéologiquement, il est plus homogène dans sa vision de l'école comme lieu d'éducation totale au moins autant que d'instruction.

Le positionnement du SNALC a donc été beaucoup plus cohérent en refusant le principe même de la réouverture dès lors que le conseil scientifique (qui était d'un rang au dessus des organisations de médecins dans le processus de décision) était contre. Il n'est pas lié à l'avis des pédiatres. Contrairement aux organisations traditionnellement sur des lignes d'opposition frontale chez nous (FO/CGT/SUD), ce positionnement de refus de principe n'était pas aussi simple pour un syndicat par ailleurs très loin culturellement des postures de refus d'obéissance aux institutions.

Rien n'était facile d'ailleurs pour les syndicats dans cette affaire, la suite va être pire.

Le protocole ne peut pas s’alléger pour accueillir les 4/3 car à partir de 12 ans la contagiosité est la même que pour l’adulte. De ce fait , le protocole est d’autant plus important.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum