Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Elaïna
Bon génie

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elaïna Mer 22 Juil 2020 - 17:15
Pour en revenir au sujet, ce qui ressort de l'excursus épistémologique, c'est qu'il y a une pression mise sur les préparations de cours notamment, auto pression ou pression institutionnelle peu importe, qui est souvent en décalage avec le terrain, et qui rend très vite le métier insupportable à certains. ça me rend malade de voir des jeunes collègues fraîchement titularisés, se noyer dans des semaines de 70h de boulot, parce qu'à l'ESPE on leur a bourré le mou sur leur nullité ontologique et sur la nécessité de planifier la moindre minute de cours, la moindre phrase, le moindre demi-quart de mot, sans quoi ils seraient des profs indignes.
J'ai des amis dont les enfants pensent au professorat. Quand on me demande mon avis, je dis que oui, aujourd'hui, ça vaut le coup, mais 1 si on est agrégé, 2 si on est d'une efficacité certaine pour préparer ses cours et synthétiser des connaissances, 3 si on a une capacité à se mettre à distance émotionnelle. Sinon, la mort dans l'âme quand même parce que j'aime mon métier, je réponds que je déconseille.
Elaïna
Elaïna
Bon génie

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elaïna Mer 22 Juil 2020 - 17:16
@Isis39 a écrit:
@Elaïna a écrit:
@Isis39 a écrit:
Dans « camp d’extermination » il y a « camp ». Or ce n’était en rien des camps, puisque les gens y étaient mis à mort à l’arrivée. D’où le mot « centre ».

Non mais y'a pas encore un nouveau terme qu'il faut utiliser maintenant ?
(Elyas, relire Ingrao, t'es pas fou ? j'ai des polars, si t'es en manque de lecture).

Centre de mise à mort est le terme enseigné lors des formations du mémorial de la Shoah.

Ouais mais ça j'ai arrêté. La journée à Drancy, j'ai chialé pendant deux heures et j'ai cauchemardé pendant une semaine, donc maintenant je préfère demander les formations en histoire des arts à Versailles ou sur le pinard dans la mondialisation, là ça va je supporte.

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered

Ma page Facebook https://www.facebook.com/Lire-le-Japon-106902051582639
Volo'
Volo'
Fidèle du forum

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Volo' Mer 22 Juil 2020 - 17:20
@Isis39 a écrit:
@Elaïna a écrit:
@Isis39 a écrit:
Dans « camp d’extermination » il y a « camp ». Or ce n’était en rien des camps, puisque les gens y étaient mis à mort à l’arrivée. D’où le mot « centre ».

Non mais y'a pas encore un nouveau terme qu'il faut utiliser maintenant ?
(Elyas, relire Ingrao, t'es pas fou ? j'ai des polars, si t'es en manque de lecture).

Centre de mise à mort est le terme enseigné lors des formations du mémorial de la Shoah.

C'est ce que j'ai appris aussi en formation mais entre ce qu'on apprend et sa diffusion, il y a des différences aussi.
Isis39
Isis39
Enchanteur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Isis39 Mer 22 Juil 2020 - 17:33
@Elaïna a écrit:
@Isis39 a écrit:
@Elaïna a écrit:
@Isis39 a écrit:
Dans « camp d’extermination » il y a « camp ». Or ce n’était en rien des camps, puisque les gens y étaient mis à mort à l’arrivée. D’où le mot « centre ».

Non mais y'a pas encore un nouveau terme qu'il faut utiliser maintenant ?
(Elyas, relire Ingrao, t'es pas fou ? j'ai des polars, si t'es en manque de lecture).

Centre de mise à mort est le terme enseigné lors des formations du mémorial de la Shoah.

Ouais mais ça j'ai arrêté. La journée à Drancy, j'ai chialé pendant deux heures et j'ai cauchemardé pendant une semaine, donc maintenant je préfère demander les formations en histoire des arts à Versailles ou sur le pinard dans la mondialisation, là ça va je supporte.

La visite d’Auschwitz a été éprouvante mais m’a beaucoup aidée dans mon enseignement.
Elaïna
Elaïna
Bon génie

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elaïna Mer 22 Juil 2020 - 17:39
J'imagine, Isis. Je n'ai pas les reins assez solide pour ça, en ce qui me concerne. ça viendra peut-être un jour mais j'ai des doutes. (Et la journée à Drancy, je m'y suis retrouvée parce que je n'avais pas lu le descriptif de la formation (nan, ne dites rien...) : j'avais vu "les lieux de mémoire", je me suis dit "oh ça c'est cool, je vais le demander". Et bim, deux mois plus tard, convocation pour Drancy... Depuis, je lis les descriptifs.

(Vous avez le droit de me jeter des tomates pourries).

_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered

Ma page Facebook https://www.facebook.com/Lire-le-Japon-106902051582639
Laverdure
Laverdure
Modérateur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Laverdure Mer 22 Juil 2020 - 17:46
Je me permets de citer ma camarade :

@mafalda16 a écrit:Hum, les débats épistémologiques sont intéressants mais on s'éloigne encore un peu plus du sujet. Si vous voulez poursuivre cette discussion merci de créer un fil ou bien de retrouver une discussion déjà existante sur ce sujet.

_________________
"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 2320853811
Rendash
Rendash
Bon génie

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Rendash Mer 22 Juil 2020 - 17:51
Attendez, là, vous parlez de se tenir à jour (ou non) et à la pointe de l'historiographie et de l'épistémologie.
Sauf pour métropole (super important) / mégalopole (intérêt moyennasse mais facile à expliquer) /mégapole (aucun intérêt) Razz

Quand j'évoquais un indispensable travail de mise à jour et d'auto-formation, je parlais de choses nettement plus basiques. On est quand même deux ou trois à n'avoir jamais fait de géo avant le concours, par exemple ; ou, dans mon cas, à n'avoir jamais abordé l'histoire du XXe siècle, ou la préhistoire, durant le cursus disciplinaire.
Or, il n'est pas pensable de se pointer devant les classes avec pour seul bagage la  « leçon » du manuel. Il faut tout de même avoir lu un peu ; et ça prend du temps, ça.

_________________
"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 1498064902



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
Mat'him
Mat'him
Niveau 6

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Mat'him Mer 22 Juil 2020 - 17:59
Decomplexez-vous, la prof d'hg de mon fils en 6e avait sorti un polycopié qui devait dater d'il y a 20 ans où on parlait encore du conseil général... Vous avez un peu de marge et vous avez le droit de ne pas être à la pointe de la pointe des dernières nouveautés 😂
Une autre fois c'était une photocopie stencil 😨😨
ProvençalLeGaulois
ProvençalLeGaulois
Érudit

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par ProvençalLeGaulois Mer 22 Juil 2020 - 18:09
Bof on n'est passés du conseil général au conseil départemental qu'en 2015... et dans les faits ça a changé quoi à part les logos ?


_________________
N'empêche que je suis une légende.
Perceval
Elyas
Elyas
Empereur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elyas Mer 22 Juil 2020 - 18:26
Tentative de rabibochage au sujet.

La question de l'épistémologie n'est pas étrangère à la difficulté rencontrée par les collègues dans leurs métiers, surtout en lettres et en HG (et je vais aussi faire un biais avec les LV, ein, avec les supports authentiques "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 437980826).

Quand en lettres, la grammaire du prédicat est arrivée, ça a dû être le stress pour beaucoup de collègues. En HG, nos programmes (même en primaire) sont super pointus. Exemple en CM1-CM2 avec le sujet sur La France avant la France. Ce sujet est totalement renouvelé épistémologiquement. Faire le cours comme il y a 30 ans est tout simplement un non-sens scientifique. Quand on est PE et qu'on doit lire rien que pour une discipline d'1h par semaine des tas de livres pour ne pas dire de sottises, on explose en vol. Et ça peut être reproché.
En HG, il y a une pression énorme sur le fait d'être à la pointe. Prenons l'exemple du cours sur les débuts de l'humanité et l'apparition de Sapiens : il y a vingt ans, c'était vers 100 000 avant J-C, il y a dix ans vers 200 000 avant J.-C et maintenant 300 000 avant J.-C. Pour l'invention du feu, je me suis arrêté à 900 000 avant J.-C. et je sais que si j'en reparle en cours, il faut que je relise pour être dans le scientifiquement correct.

Tu rajoutes dessus les QSV (questions socialement vives, en gros, les trucs qui peuvent faire exploser des choses pas jolies en classe), et tu as les professeurs d'HG, de SVT, de philosophie, de LV et de SES en danger immédiat (de lettres aussi).

La pression sur l'exactitude et l'approche des connaissances est très forte (et à côté, on dit que ce n'est pas grave si les élèves ne retiennent pas).

On est donc dans une situation d'angoisse cognitive en permanence dans trop de disciplines.

Enfin, comme dans le milieu enseignant, le fait d'être vu comme exigeant est socialement important, on se met encore plus la pression. Le coup de mégapole/mégalopole/métropole, ça ne rigole pas quand c'est demandé en devoirs communs/brevets blancs/bacs blancs. On se fait parfois une réputation en étant pas précis. J'ose vous dire que ç'a été épique sur la question de la différence entre localiser et situer en géographie en 2008. J'imagine que ce genre de souci existe dans de nombreuses disciplines.

Comme ces mots sont des concepts qui dirigent et facilitent la pensée et forgent le rapport disciplinaire au monde, c'est compliqué et quand on a une classe de 30 élèves où le proviseur renvoie les insolents dangereux en cours après leur exclusion et qu'on a 2 élèves relevant de la SEGPA/ULIS et qu'on nous met la pression pour les faire réussir autant que les 28 autres... ce n'est pas gagné.
Mat'him
Mat'him
Niveau 6

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Mat'him Mer 22 Juil 2020 - 18:31
A priori le nombre de cantons a été divisé par 2 et c'est la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 qui a décidé du changement du nom qui s'est appliqué en 2015. Édit : Le renouvellement est devenu intégral au lieu d'être triennal aussi a priori et il y a la parité introduite aussi plus peut être des choses que j'ignore ....
7 ou 5 ans de retard sur un truc un peu basique me semble t'il, moi cela ne m'a pas rassuré sur la solidité des savoirs disciplinaires qu'on a enseigné par la suite à mon fils (peut être a tort d'ailleurs)


Dernière édition par Mat'him le Mer 22 Juil 2020 - 18:42, édité 1 fois
Elaïna
Elaïna
Bon génie

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elaïna Mer 22 Juil 2020 - 18:40
Merci d'avoir énoncé si clairement ce que je concevais fort confusément.

Mathim, tu illustres bien l'un des problèmes pour les collègues qui justement explosent en vol comme dit Elyas. Franchement, dire conseil général au lieu de conseil départemental, on s'en carre, à la base. Sincèrement. Je préfère un élève qui a compris ce qu'était l'échelon du département et ce qu'était une collectivité territoriale, à celui qui saura me dire qu'on dit conseil départemental mais n'a aucune idée de ce que c'est (à part le truc qui lui a offert un ordi en sixième).
Sauf qu'on exige des profs une mise à niveau parfois délirante sur des points de détails, avec un décalage sur ce qu'il est possible de voir en classe.
Oui, je comprends bien que le métier devienne impossible pour certains, à ce niveau.


_________________
It took me forty years to realize this. But for guys like us... our lives aren't really our own. There's always someone new to help. Someone we need to protect. These past few years, I fought that fate with all I had. But I'm done fighting. It's time I accept the hand I was dealt. Too many people depend on us. Their dreams depend on us.

Kiryu Kazuma inYakuza 4 Remastered

Ma page Facebook https://www.facebook.com/Lire-le-Japon-106902051582639
Mat'him
Mat'him
Niveau 6

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Mat'him Mer 22 Juil 2020 - 18:44
Le souci n'était pas que dans l'utilisation du terme on y décrivait avec moults détails dans ce poly le fonctionnement des Cg, des élections ... Et ceci a bien changé si j'ai bien compris.
D'ailleurs le livre était a jour sur ce point.
Isis39
Isis39
Enchanteur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Isis39 Mer 22 Juil 2020 - 18:47
@Mat'him a écrit:A priori le nombre de cantons a été divisé par 2 et c'est la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 qui a décidé du changement du nom qui s'est appliqué en 2015. Édit : Le renouvellement est devenu intégral au lieu d'être triennal aussi a priori et il y a la parité introduite aussi plus peut être des choses que j'ignore ....
7 ou 5 ans de retard sur un truc un peu basique me semble t'il, moi cela ne m'a pas rassuré sur la solidité des savoirs disciplinaires qu'on a enseigné par la suite à mon fils  (peut être a tort d'ailleurs)

Ce que tu évoques n’est pas enseigné en 6e.
Cassandrine
Cassandrine
Niveau 9

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Cassandrine Mer 22 Juil 2020 - 18:50
@Isis39 a écrit:
@Mat'him a écrit:A priori le nombre de cantons a été divisé par 2 et c'est la loi n° 2013-403 du 17 mai 2013 qui a décidé du changement du nom qui s'est appliqué en 2015. Édit : Le renouvellement est devenu intégral au lieu d'être triennal aussi a priori et il y a la parité introduite aussi plus peut être des choses que j'ignore ....
7 ou 5 ans de retard sur un truc un peu basique me semble t'il, moi cela ne m'a pas rassuré sur la solidité des savoirs disciplinaires qu'on a enseigné par la suite à mon fils  (peut être a tort d'ailleurs)

Ce que tu évoques n’est pas enseigné en 6e.

Qui enseigne cela en 6ème????

Je dois vraiement être un mauvais prof car je ne l'enseigne pas... et franchement, un gamin de 11 ans ne doit rien y comprendre
Laverdure
Laverdure
Modérateur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Laverdure Mer 22 Juil 2020 - 18:50
Heu, là quand même, faut pas pousser : le conseil général n'existe tout simplement plus, si on transmettait des documents qui présentent le fonction du département en parlant de conseil général (ou l'équivalent selon les disciplines), les parents seraient en droit de se poser des questions sur le sérieux de notre travail et je les comprendrais. Dans ton exemple, @Elaïna, même si l'élève a compris le fonctionnement, il ferait une erreur en désignant l'assemblée concernée par "conseil général". Il me semble qu'on n'est quand même pas, dans ce cas, dans le même niveau de questionnement épistémologique que ce qu'évoque Elyas.
EDIT : indépendamment, du fait que, manifestement, ce n'est pas au programme en 6e.

Ceci étant, on peut être d'accord sur le fait que les programmes ont tendance à s'alourdir alors que le volume horaire, lui, a tendance à se réduire.


Dernière édition par Laverdure le Mer 22 Juil 2020 - 18:54, édité 2 fois

_________________
"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 2320853811
Elyas
Elyas
Empereur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Elyas Mer 22 Juil 2020 - 18:51
Au début des années 2000, Sciences et Vie avait balancé un dossier qui avait fait grand bruit sur l'enseignement du fait religieux en France. Autant dire que ce sujet est si vaste et se renouvelle tellement tout en étant peu étudié à la fac (Isis39 et moi sommes spécialisés en histoire des religions si je ne m'égare pas) que cela a été la panique à tous les étages de la tour HG de la ville de l'Education nationale. Les Jésuites étaient plus scientifiques que les professeurs laïques français.

Pour faire simple, on a dès lors introduit le rôle de Josias dans la construction du judaïsme monothéiste, on a introduit la question des sanctuaires panhelléniques dans le monde antique (jusqu'à Néron voire Théodose), la question de l'Edit de Milan etc sans parler, à un moment, des religions indiennes au temps des Gupta. Je peux vous dire que la pression cognitive a été forte.

En sciences humaines et en lettres, cela doit être la même chose.

Pour ton fils, Math'im, je suis désolé de te dire que le collègue doit relire les programmes. En 6e, on parle surtout de la commune.
beaverforever
beaverforever
Niveau 9

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par beaverforever Mer 22 Juil 2020 - 18:53
En histoire, les programmes du lycée sont remplis de connaissances trop nombreuses et trop pointues, notamment par rapport aux horaires alloués. J'avais calculé que chaque élément du programme correspondait à 22 mn de cours, genre pour traiter la révolte des Nu-pieds de Normandie en 1639 et deux minutes d'évaluation sommative.
Alors, il est possible de faire quelque chose pendant 22 mn, mais, qu'est-ce que les élèves vont retenir ?
(Et en plus, pour traiter correctement le sujet, l'enseignant est obligé de faire trois à quatre heures de lectures s'il part de zéro sur la question.)

C'est un cas assez typique où l'organisation du système éducatif maximise l'oubli des élèves.
Arverne
Arverne
Sage

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Arverne Mer 22 Juil 2020 - 18:57
Je suis, encore une fois, 100% d'accord avec ce que tu écris Elaïna dans ta réponse à Shajar.


Dernière édition par Arverne le Mer 22 Juil 2020 - 19:13, édité 1 fois
pseudo-intello
pseudo-intello
Esprit éclairé

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par pseudo-intello Mer 22 Juil 2020 - 19:13
@Elaïna a écrit: Quand on me demande mon avis, je dis que oui, aujourd'hui, ça vaut le coup, mais 1 si on est agrégé, 2 si on est d'une efficacité certaine pour préparer ses cours et synthétiser des connaissances, 3 si on a une capacité à se mettre à distance émotionnelle. Sinon, la mort dans l'âme quand même parce que j'aime mon métier, je réponds que je déconseille.
Idem.

Et j'ajoute (pour les gens déjà en couple) : 4- si on a un conjoint qui gagne bien sa vie aussi.


@ProvençalLeGaulois a écrit:Bof on n'est passés du conseil général au conseil départemental qu'en 2015... et dans les faits ça a changé quoi à part les logos ?
Ça fait du bruit et du vent.

@Elyas a écrit: Prenons l'exemple du cours sur les débuts de l'humanité et l'apparition de Sapiens : il y a vingt ans, c'était vers 100 000 avant J-C, il y a dix ans vers 200 000 avant J.-C et maintenant 300 000 avant J.-C. Pour l'invention du feu, je me suis arrêté à 900 000 avant J.-C. et je sais que si j'en reparle en cours, il faut que je relise pour être dans le scientifiquement correct.
Ouais, 'fin c'était y'a longtemps, quoi. Razz

@beaverforever a écrit:J'avais calculé que chaque élément du programme correspondait à 22 mn de cours, genre pour traiter la révolte des Nu-pieds de Normandie en 1639 et deux minutes d'évaluation sommative.
Alors, il est possible de faire quelque chose pendant 22 mn, mais, qu'est-ce que les élèves vont retenir ?
Les youtubers y arrivent bien, eux. "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 3046774911
Jenny
Jenny
Médiateur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Jenny Mer 22 Juil 2020 - 21:41
Je trouve le terme de centre de mise à mort tellement plus clair pour les élèves, qui ont tendance à confondre camp de concentration et d’extermination. Mais bon, je fais partie des profs qui partent avec un bouquin d’histoire ou de géo pour les vacances. Je trouve même que se mettre à jour est un des aspects intéressants du boulot.
Rendash : je te rejoins sur les inévitables lacunes.
Shajar : fleurs2
Une mutation n’est pas possible ? Pour au moins changer d’air voire de public.
Lord Steven
Lord Steven
Neoprof expérimenté

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Lord Steven Mer 22 Juil 2020 - 22:29
Et pour abonder dans le sens d'Elaïna et de Pseudo Intello:
5 - si on n'a pas d'enfants
C'est vrai que lorsqu'on remplit ces 5 points, on vit plutôt bien....

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 929169480
Danska
Danska
Modérateur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Danska Mer 22 Juil 2020 - 22:33
Quel rapport entre les enfants et la profession ? "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 3795679266
Lord Steven
Lord Steven
Neoprof expérimenté

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Lord Steven Mer 22 Juil 2020 - 22:35
@Danska a écrit:Quel rapport entre les enfants et la profession ? "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 3795679266

Pseudo Intello avait rajouté en 4, avoir un conjoint qui gagne bien sa vie - je pense que les enfants doivent représenter beaucoup et en temps et en argent non?

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 929169480
Prezbo
Prezbo
Expert

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Prezbo Mer 22 Juil 2020 - 22:36
@pseudo-intello a écrit:
@Elaïna a écrit: Quand on me demande mon avis, je dis que oui, aujourd'hui, ça vaut le coup, mais 1 si on est agrégé, 2 si on est d'une efficacité certaine pour préparer ses cours et synthétiser des connaissances, 3 si on a une capacité à se mettre à distance émotionnelle. Sinon, la mort dans l'âme quand même parce que j'aime mon métier, je réponds que je déconseille.
Idem.

Et j'ajoute (pour les gens déjà en couple) : 4- si on a un conjoint qui gagne bien sa vie aussi.



Ce n'est sans doute pas l'intention, mais je trouve le remarque un peu méprisante pour ceux qui considèrent que prof est vraiment leur source de revenus, et pas seulement une activité de complément pour occuper madame (parce qu'à plus de 90% -j'ai connu quelques exceptions-, le "conjoint qui gagne bien sa vie" est monsieur, et il juge légitime de se débarrasser complètement de la gestion des gamins et du quotidien sur madame). Soit prof permet en soi de vivre décemment (honnêtement, cela reste grosso-modo le cas, même si c'est de plus en plus tendu pour un débutant en RP ou dans une zone chère, même si on peut se dire que l'on souffre de la comparaison avec d'autres professions de niveau d'étude égal, même si on peut trouver l'investissement nerveux mal récompensé), soit non et dans ce cas...On ne peut pas conseiller le métier.

J'ai bien compris que tu plaisantais, moi aussi d'ailleurs, mais je me méfie de ces plaisanteries qui laissent traîner l'idée, y compris chez certains collègues, que nous faisons un peu un sous-métier, qu'il serait donc normal de sous-payer. Parce qu'elle traîne suffisamment comme ça.
Danska
Danska
Modérateur

"Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 Empty Re: "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne

par Danska Mer 22 Juil 2020 - 22:51
@Lord Steven a écrit:
@Danska a écrit:Quel rapport entre les enfants et la profession ? "Le métier de prof est-il encore possible ?" interview d'une prof qui démissionne - Page 8 3795679266

Pseudo Intello avait rajouté en 4, avoir un conjoint qui gagne bien sa vie - je pense que les enfants doivent représenter beaucoup et en temps et en argent non?

Oui, enfin "le niveau de vie est moins élevé avec des enfants que sans", ça s'applique à toutes les professions, quel que soit le niveau de revenu de la profession en question. Et je ne vois pas trop le rapport avec le fait que les enfants prennent du temps ?
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum